Archive pour le Tag 'AstraZeneca'

Vaccins Covid-19: Pfizer et AstraZeneca efficaces contre le variant indien

Vaccins Covid-19: Pfizer et AstraZeneca efficaces contre le variant indien

Les vaccins de Pfizer/BioNTech et d’AstraZeneca/Oxford se révèlent presque aussi efficaces contre le variant indien du coronavirus que contre le variant anglais, a indiqué samedi une étude des autorités de santé en Angleterre, Public Health England (PHE).Selon l’étude de PHE, qui a été menée entre le 5 avril et le 16 mai, le vaccin Pfizer/BioNTech était efficace à 88% contre la maladie symptomatique du variant indien deux semaines après la deuxième dose, comparé à 93% d’efficacité contre le variant anglais. Sur la même période, le sérum d’AstraZeneca est efficace à 60%, contre 66% contre le variant anglais qui avait été détecté dans le Kent.

Sondage AstraZeneca : plus de 70 % des Français méfiants

Sondage AstraZeneca : plus de 70 % des Français méfiants

Selon l’enquête* Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro et France Info publiée ce jeudi les Français sont  71% à se méfier du vaccin britannique. La confiance s’étiole au fil des semaines à cause des cas de thromboses relevés dans plusieurs pays, qui ont entraîné la suspension de la vaccination avec ce produit pendant plusieurs jours le mois dernier.

Mercredi, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a reconnu pour la première fois que ce vaccin pouvait provoquer de très rares problèmes sanguins, tout en assurant qu’il fallait continuer à l’administrer, la balance bénéfice/risque restant «positive». Mais le mal semble fait et sur le terrain, de plus en plus de patients refusent de se voir injecter le produit, préférant en attendre un autre. Ils font ainsi confiance à 70% à celui de Pfizer, à 65% à celui de Moderna et à 59% au produit Janssen dont les premières doses sont attendues la semaine du 19 avril en France.

 

Et ce ne sont sans doute pas les exhortations du gouvernement qui les feront changer d’avis, puisque seules 36% des personnes interrogées lui font confiance concernant la politique vaccinale. 67% ne la jugent pas efficace, 68% pas cohérente et 77% estiment qu’elle n’est pas menée à un bon rythme. D’ailleurs, si les Français sont conscients que la vaccination est la seule solution efficace pour en finir avec la pandémie, 64% d’entre eux ne croient pas en la promesse du président Emmanuel Macron de fournir un vaccin anti-Covid à tous les Français qui le souhaitent «d’ici à la fin de l’été». Seuls 6% sont persuadés qu’elle sera tenue, un pourcentage qui ne grimpe qu’à 14% chez les sympathisants LREM.

 

* Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1004 Français interrogés par internet les 7 et 8 avril 2021.

Le vaccin AstraZeneca toujours suspecté en Europe

Le vaccin AstraZeneca toujours suspecté en Europe

 

 

Un  «lien» entre le vaccin d’AstraZeneca et les cas de thrombose observés après son administration. d’après l’agence européenne «Il est clair qu’il y a un lien avec le vaccin. Ce qui cause cette réaction, cependant, nous ne le savons pas encore», a affirmé Marco Cavaleri, responsable de la stratégie sur les vaccins à l’EMA. L’Agence doit se réunir sur ce dossier du 6 au 9 avril.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré dans la foulée qu’elle était toujours en train d’évaluer si le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus est lié à la formation de rares caillots sanguins. Le comité de sécurité de l’agence basée à Amsterdam «n’a pas encore abouti à une conclusion et l’examen est actuellement en cours», a déclaré l’EMA dans un communiqué à l’AFP, ajoutant qu’une décision à ce sujet devrait être annoncée mercredi ou jeudi.

 

Vaccin AstraZeneca : la confiance européenne plonge

Vaccin AstraZeneca : la confiance européenne plonge

 

Le sondage de YouGov – qui a concerné environ 8000 personnes interrogées dans sept pays européens entre le 12 et le 18 mars – a révélé qu’en France, en Allemagne, en Espagne et en Italie, les gens étaient désormais plus susceptibles de considérer le vaccin AstraZeneca comme dangereux que comme sûr.

Quelque 55% des Allemands disent que c’est dangereux, tandis que moins d’un tiers pensent que c’est sûr, selon le sondage. En France, où le vaccin COVID d’AstraZeneca était déjà impopulaire, 61% des personnes interrogées déclarent désormais le considérer comme dangereux.

En Italie et en Espagne, la plupart des gens pensaient auparavant que le vaccin AstraZeneca était sûr – à 54% et 59% respectivement – mais ces taux sont tombés à 36% et 38% respectivement, dans le dernier sondage.

L’enquête a montré que ce n’est qu’en Grande-Bretagne, où le vaccin AstraZeneca COVID-19 a été utilisé dans un déploiement national depuis janvier, que les problèmes de caillot sanguin ont eu peu ou pas d’impact sur la confiance du public. La majorité des personnes interrogées au Royaume-Uni – 77% – disent toujours que le coup est sûr. Leur confiance est à égalité avec la cote de sécurité perçue de Pfizer de 79%.

YouGov a également déclaré qu’il ne semblait y avoir aucun problème de contagion dans les sept pays européens interrogés pour les vaccins Pfizer et Moderna COVID-19, qui étaient tous deux considérés comme aussi sûrs que dans un sondage il y a trois semaines.

AstraZeneca : Uniquement pour les plus de 55 ans !

AstraZeneca : Uniquement pour les plus de 55 ans !

 

Bizarrement en contradiction avec les recommandations de l’agence européenne du médicament, la France décide maintenant de n’utiliser le vaccin Astra Zeneca uniquement pour les plus de 55 ans. Notons que ce vaccin était il y a encore quelques mois déconseillé pour les plus de 75 ans ! Il y a sans doute des préoccupations médicales dans la recommandation française mais aussi des préoccupations politiques liées au mécontentement relatif à la lenteur de la vaccination.

En réalité alors qu’on annonce chaque semaine de nouvelles tranches d’âge autorisé à se faire vacciner, dans le même temps on manque cruellement de doses et même les plus de 75 ans sont encore très loin d’être vaccin s. Du coup,  comme on attend des doses importantes d’Astra Zeneca puisqu’il est un des rares disponibles, la France accélère son utilisation en direction des personnes les plus assez. Jeudi, l’Agence européenne des médicaments a déclaré que le vaccin était sans danger pour tous les groupes d’âge. Il s’est dit convaincu que les avantages l’emportaient sur les risques après les rapports de rares cas de coagulation sanguine.

Cependant, l’Autorité nationale de la santé (HAS) de France a pris note des preuves que la coagulation touchait principalement les personnes plus jeunes, dont le risque de mourir du COVID-19 était plus faible que les personnes âgées, et s’écartait de la ligne de l’EMA.

Les responsables de l’EMA n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires sur la position française.

«En ce qui concerne AstraZeneca, je dois dire que je sympathise avec ceux qui ont du mal à tout comprendre», a déclaré Marie-Louise Pradin, médecin basée dans la ville nord de Lille.

«Les rapports d’effets indésirables ne semblent pas bons. Mais nous, en tant que professionnels, savons qu’ils sont rares et pas nécessairement liés au vaccin. Maintenant, la HAS émet ce conseil. Je sais que de nombreux patients refuseront tout simplement de le prendre », a-t-elle déclaré.

La France était l’un des plus d’une douzaine d’États de l’Union européenne à avoir suspendu l’utilisation du vaccin anglo-suédois cette semaine.

Un examen de l’EMA portant sur 20 millions de personnes en Grande-Bretagne et dans l’Espace économique européen, qui relie 30 pays européens, a inclus sept cas de caillots sanguins dans plusieurs vaisseaux sanguins et 18 cas d’une maladie rare difficile à traiter appelée thrombose du sinus veineux cérébral (CVST ).

AstraZeneca : déconseillé aux plus de 55 ans mais conseillé aux plus de 75 ans !

AstraZeneca : déconseillé aux plus de 55 ans mais conseillé aux plus de 75 ans !

Bien qu’il ne faille sans doute pas surestimer les essais néfastes de la vaccination, ces derniers existent bien en particulier pour l’Astra Zeneca. Pour preuve la haute autorité de la santé avait pendant un temps déconseillé l’utilisation de ce vaccin aux plus de 55 ans. mais depuis deux jours recommande qu’il soit utilisé pour les plus de 75 ans.

C’est pour le moins une contradiction même s’il faut montrer une certaine bienveillance à l’égard des scientifiques qui apprennent en marchant à connaître le virus et les moyens de s’y opposer. Reste que plus la population vieillit et plus les risques sont importants. Pour preuve cette étude de la Haute autorité de la santé.

Ainsi, d’après l’analyse des données issues des séjours hospitaliers en France, les patients atteints de Covid-19 présentent, comparativement aux 18 à 49 ans, environ :

  • 3 fois plus de risque de décéder de la Covid-19 s’ils sont âgés de 50 à 64 ans,
  • 7 fois plus de risque s’ils sont âgés de 65 à 74 ans,
  • 10 fois plus de risque s’ils sont âgés de 75 à 80 ans

16 fois plus au-delà de 80 ans

 

Ce qui démontre que les capacités de résistance sont inversement proportionnelles à l’âge. Reste cependant à savoir si le vaccin Astra Zeneca est ou non le plus adapté pour les personnes les plus âgées.

 

AstraZeneca : le rythme de vaccination remise en cause

AstraZeneca : le rythme de vaccination remise en cause

 

La suspension du vaccin risque de mettre très fortement en cause le rythme de vaccination en France. D’abord parce que les vaccins Astra Zeneca devaient constituer l’une des plus importantes sources d’approvisionnement pour les semaines et les mois à venir. Une source en plus réduite par le laboratoire lui-même qui  ne tient pas ses engagements vis-à-vis de leurs points surtout la suspicion vis-à-vis de la vaccination va aussi contribuer à nourrir le doute vaccinal.

 

Le vaccin Astra Seneca est soupçonné de provoquer des troubles de la coagulation et d’entraîner notamment des hémorragies et où des formations de caillots. Ceci étant, le lien de cause à effet est encore loin d’être prouvé. Normalement l’agence européenne du médicament devrait se positionner sur cette question cette semaine. L’organisation mondiale de la santé préconise, elle, de continuer avec ce vaccin. Le produit du laboratoire Astra Zeneca était critiqué par certaines professions médicales elle-même. Pour remplacer le vaccin suspecté, on compte sur les arrivages des laboratoires Spitzer, Moderna, Janssen voire Spoutnik. Le président de la république avait promis de vaccinés 10 millions de personnes d’ici fin avril. L’objectif déjà difficile à atteindre pourrait être reporté d’un mois ou deux. Nombre de centres de vaccination vont donc continuer de demeurer porte fermée et de ne plus répondre au téléphone.

AstraZeneca : 10 millions en moins fournis en mars à l’Europe

 AstraZeneca : 10 millions en moins fournis en mars à l’Europe

Un document d’AstraZeneca daté du 10 mars, vu par Reuters et partagé avec des responsables de l’UE, montre que le fabricant de médicaments anglo-suédois s’attend à avoir livré 30 millions de doses à l’UE d’ici la fin du mois de mars – 10 millions de moins que ce qu’il avait promis le mois dernier, et seulement un tiers de son obligation contractuelle.

Un porte-parole de l’entreprise a refusé de commenter, mais une personne familière avec la situation a déclaré qu’il y avait eu des difficultés avec les chaînes d’approvisionnement internationales.

Les dirigeants de l’industrie ont mis en garde contre des problèmes de fabrication alors que les pays tentent de protéger leurs propres approvisionnements en vaccins, ingrédients et équipement pour les fabriquer, les embouteiller et les transporter.

Washington a déclaré à Bruxelles qu’il n’autoriserait pas l’exportation du procédé AstraZeneca réalisés aux États-Unis dans un proche avenir, a rapporté Reuters jeudi.

Et la semaine dernière, l’Italie et Bruxelles ont bloqué une expédition de vaccins AstraZeneca d’Italie vers l’Australie, dans le cadre de la première application d’un mécanisme qui permet à l’UE de refuser les demandes d’exportation des fabricants de vaccins qui rompent les contrats d’approvisionnement de l’UE.

La société a reconnu des problèmes de production dans l’UE, mais a également déclaré qu’elle prévoyait d’expédier une partie de sa production vers l’UE depuis les États-Unis.

Son contrat promet «tous les efforts raisonnables» pour atteindre un objectif de 300 millions de doses pour l’UE d’ici la fin du mois de juin.

Bruxelles est de plus en plus frustrée.

«Je vois des efforts, mais pas les« meilleurs efforts ». Ce n’est pas encore suffisant », a tweeté jeudi le commissaire européen à l’industrie, Thierry Breton.

L’Allemagne a déclaré qu’elle parlait à Washington de cargaisons manquantes de vaccins COVID-19 en provenance des États-Unis, notant que plus de 30 pays, y compris les États-Unis, recevaient des vaccins fabriqués dans l’UE.

Le programme de l’UE a également été bouleversé ces deux dernières semaines par les rapports de caillots sanguins.

Jeudi, le Danemark et la Norvège et l’Islande, non membres de l’UE, ont suspendu leur utilisation du vaccin. L’Autriche et l’Italie ont cessé d’utiliser des lots spécifiques.

Mais vendredi, l’OMS a déclaré que le vaccin était «excellent» et qu’aucun lien de causalité n’avait été établi avec les caillots sanguins.

«Il est très important de comprendre que, oui, nous devrions continuer à utiliser le vaccin AstraZeneca», a déclaré la porte-parole Margaret Harris lors d’un briefing. «Tout ce que nous regardons, c’est ce que nous regardons toujours: tout signal de sécurité doit faire l’objet d’une enquête.»

AstraZeneca a déclaré jeudi n’avoir trouvé aucune preuve d’un risque accru de thrombose veineuse profonde dans plus de 10 millions de dossiers de receveurs.

Et le régulateur de l’UE, l’Agence européenne des médicaments (EMA), a déclaré mercredi que le nombre de caillots signalés chez les personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca n’était pas plus élevé que dans la population générale.

L’Allemagne, le pays le plus peuplé de l’UE, devrait recevoir environ 6 millions de doses d’AstraZeneca d’ici la fin avril, selon le document vu par Reuters, la France en recevant 4,7 millions et l’Italie 4,4 millions.

«Nous sommes toujours dans une phase de pénurie absolue», a déclaré Spahn.

Doute sur le vaccin AstraZeneca

Doute sur le vaccin AstraZeneca

L’efficacité du vaccin AstraZeneca  Astra Zenica était déjà discuté. On avait même interdit en France son utilisation pour les plus de 75 ans. Le problème c’est qu’on doute de ses conséquences alors qu’il constitue pourtant en ce moment la principale source d’approvisionnement de l’Europe et surtout de la France. Plusieurs pays ont suspendu l’utilisation d’AstraZeneca : le Danemark l’Islande et la Norvège.

 

L’Autriche aussi a cessé d’administrer un lot de ce vaccin après le décès d’une infirmière de 49 ans victime de troubles de la coagulation. L’Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg ont par la suite mis de côté les doses provenant de ce même lot ABV5300, qui a été distribué dans 17 pays au total, dont la France. L l’Italie a interdit jeudi un autre lot (ABV2856, non utilisé en France, selon Olivier Véran) du même vaccin après la mort en Sicile de deux hommes. Reste toutefois à confirmer si ces cas impliquaient des problèmes de thromboses.

 

En France, les autorités ne cessent de le dire : c’est un vaccin « efficace » et il faut l’utiliser « à plein », selon les mots du premier ministre Jean Castex. « Il n’y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca », a ainsi confirmé le ministre de la Santé, . Le problème est que ce vaccin constitue l’une des sources d’approvisionnement principal pour l’instant de la France accélérer son plan vaccination.

Doutes sur le vaccin AstraZeneca

Doutes sur le vaccin AstraZeneca

 

Au Royaume-Uni, plusieurs membres du gouvernement ont voulu rassurer sur l’efficacité du vaccin fierté de Boris Johnson, alors que les mauvaises nouvelles s’accumulent

Par Cécile Ducourtieux, correspondant du monde à Londres rend compte de ses interrogations .

Si au Royaume-Uni aucun expert ou politique ne remet encore ouvertement en cause la politique vaccinale du pays, l’inquiétude pointe au 10 Downing Street, alors que les mauvaises nouvelles s’accumulent concernant le vaccin d’AstraZeneca et de l’université d’Oxford, menaçant de saper la confiance (jusqu’à présent très élevée) des Britanniques dans ce vaccin « national », conçu par le plus prestigieux campus du pays et produit par la firme anglo-suédoise, pour l’essentiel sur le sol britannique.

Pas moins de quatre membres du gouvernement sont montés au créneau lundi 8 février, pour rassurer sur son efficacité, à commencer par le premier ministre, Boris Johnson, au lendemain de la suspension par l’Afrique du Sud du déploiement du vaccin, à la suite de la publication d’une étude préliminaire montrant son peu d’efficacité sur les formes légères de la maladie associée au variant B.1.351 (dit « sud-africain »). « Je reste convaincu que le vaccin Oxford-AstraZeneca est très efficace pour prévenir les cas graves et les morts, ce qui est quand même l’essentiel », a martelé M. Johnson, en marge de la visite d’un centre de diagnostic, à Derby, au centre de l’Angleterre.

 « Rien ne prouve » que le vaccin Oxford et AstraZeneca « n’est pas efficace » pour éviter aux gens de tomber gravement malades, avait assuré un peu plus tôt à la BBC le secrétaire d’Etat à la santé, Edward Argar. « Nous devons garder à l’esprit que les vaccins déployés dans notre pays semblent très efficaces pour contrer le variant actuellement dominant au Royaume-Uni [le variant Kent, baptisé “B117”] », a insisté pour sa part Nadhim Zahawi, le ministre de la vaccination, dans une tribune au Daily Telegraph« La campagne vaccinale se déroule très bien, presque un quart des adultes britanniques ont reçu une première dose, et nous sommes en train de passer un tournant [le nombre de nouvelles infections a baissé de 25 % sur une semaine], j’ai confiance dans le fait que nos vaccins sont efficaces », a ajouté Matt Hancock, le ministre de la santé, lors d’une conférence de presse en direct du 10 Downing Street.

Le vaccin d’AstraZeneca et Oxford est au cœur de la stratégie vaccinale du pays et de son succès : fabriqué à raison d’environ 2 millions de doses par semaine, il est facile à transporter et peut se conserver au réfrigérateur. Il a été massivement déployé dans les maisons de retraite et les petits centres de santé. Une remise en cause massive de son efficacité serait une catastrophe – d’abord pour les Britanniques, mais aussi pour Boris Johnson, qui compte bien sur cette campagne menée tambour battant pour faire oublier un très lourd bilan du Covid-19 (presque 113 000 décès).

AstraZeneca : efficacité douteuse en Afrique du Sud ?

AstraZeneca : efficacité douteuse en Afrique du Sud ?

 

Une  étude, réalisée par l’université du Witwatersrand à Johannesburg et pas encore été examinée par des pairs, affirme que le vaccin britannique AstraZeneca  offre une «protection limitée contre les formes modérées de la maladie dues au variant sud-africain, chez les jeunes adultes».

«

Selon les premiers résultats, ce vaccin est efficace à seulement 22% contre les formes modérées du virus. Aucun résultat n’est encore disponible sur son efficacité contre les formes graves.

A la traîne dans la course mondiale aux vaccins, l’Afrique du Sud, officiellement le pays du continent le plus touché par le virus avec plus d’1,5 millions de cas et plus de 46.000 décès, a reçu sa première livraison d’un million de vaccins lundi. Une livraison de 500.000 doses supplémentaires est attendue en février.

Il s’agit, pour la totalité, de vaccins AstraZeneca/Oxford produits par le Serum Institue of India. Ces premières doses étaient destinées en priorité aux 1,2 millions personnels de santé.

«La deuxième génération de vaccin pour lutter contre toutes les variantes sera plus longue à produire», a d’ores et déjà mis en garde le Pr. Salim Abdool Karim, épidémiologiste et coprésident du comité scientifique au ministère de la Santé sud-africain.

Le vaccin AstraZeneca/Oxford a été approuvé par plusieurs pays mais certains ont préféré le recommander uniquement pour les moins de 65 ans, faute de données suffisantes sur les personnes plus âgées.

 

Vaccin: Qu’est ce que AstraZeneca

Qu’est ce que  AstraZeneca

Deux chercheurs de l’université d’Oxford (Royaume-Uni) ayant participé au développement du vaccin du laboratoire AstraZeneca bientôt en application en France en expliquent la genèse.

Selon Jean Castex, l’arrivée de ce troisième vaccin devrait permettre d’accélérer le rythme de la vaccination. Dans son avis, rendu public mardi, la Haute Autorité de santé (HAS) a détaillé la stratégie vaccinale pour le AstraZeneca: il n’est pas recommandé pour les plus de 65 ans, faute de données actuellement disponibles sur son efficacité dans cette classe d’âge. Dans The Conversation, deux chercheurs de l’université d’Oxford ayant participé à son développement expliquent comment il a été mis au point. 


La pandémie de Covid-19 a débuté il y a un an et nous disposons déjà de plusieurs vaccins pour lutter contre cette maladie, dont celui mis au point par l’équipe dont nous faisons partie à l’université d’Oxford.

Avec notre partenaire, le laboratoire AstraZeneca, nous avons soumis des données provisoires d’efficacité et des données de sécurité pour le vaccin aux autorités de réglementation partout dans le monde, afin d’obtenir une évaluation et une approbation indépendantes. À ce jour, le vaccin a été approuvé pour une utilisation d’urgence au Royaume-Uni, en Inde, au Maroc, en Argentine et au Salvador.

Il s’agit non seulement d’une excellente nouvelle pour anticiper un retour à la normale, mais aussi d’un véritable exploit scientifique. En général, il faut des décennies pour mettre au point un vaccin. Or, voilà qu’après seulement 12 mois, plusieurs vaccins contre le Covid-19 sont déjà sur le marché. Voici comment nous sommes parvenus à mettre au point le vaccin d’Oxford dans de tels délais.

Une longueur d’avance

Notre vaccin fonctionne en acheminant la séquence génétique de la protéine de pointe (protéine « Spike ») du Sars-CoV-2 aux cellules de l’organisme. Rappelons que les protéines de pointe sont les structures qui « couronnent » la surface du coronavirus, lui donnant l’apparence caractéristique dont il tire son nom. Les cellules de l’organisme vacciné lisent ce code génétique et commencent à produire des copies de la protéine de pointe. Le système immunitaire met alors en place une réponse contre ces protéines étrangères et la garde en mémoire. Cela signifie que si le Sars-CoV-2 pénètre plus tard dans l’organisme, ses protéines de pointe seront détectées par le système immunitaire, qui s’activera pour détruire le coronavirus.

Cela peut sembler compliqué, mais lorsque la pandémie est arrivée, nous avions une longueur d’avance, car nous avions déjà mis au point une méthode d’administration – ou plateforme – pour notre vaccin et nous l’avions testé pour d’autres maladies pendant près de dix ans. Connue sous le nom de ChAdOx1, cette plateforme a été créée en modifiant un adénovirus inoffensif qui provoque le rhume chez les chimpanzés.

Le ChAdOx1 a été choisi car il peut générer une forte réponse immunitaire. En outre, ce n’est pas un virus qui se réplique, donc il ne peut pas provoquer d’infection. Il avait déjà été utilisé en toute sécurité sur des milliers de sujets lors d’essais cliniques de vaccins contre d’autres maladies, notamment le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers), causé par un autre type de coronavirus.

Nos recherches en cours sur le ChAdOx1 s’inscrivent dans le cadre de la préparation à la « maladie X ». L’expression « maladie X » est utilisée pour désigner la prochaine épidémie grave, qui pourrait être causée par un agent pathogène encore inconnu des scientifiques. C’est ce qui s’est produit avec le coronavirus Sars-CoV-2 ; le Covid-19 figure désormais aux côtés de sept autres maladies et de la « maladie X » désignées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme prioritaires pour la recherche, en raison du risque qu’elles représentent pour la santé publique.

 

Une fois que les chercheurs en Chine ont publié la séquence génétique du coronavirus, nous avons pu produire rapidement notre vaccin en combinant le vecteur ChAdOx1 avec la séquence génétique de la protéine de pointe du Sars-CoV-2.

La préparation à la maladie X a finalement permis à notre équipe de passer directement aux essais de notre vaccin sur des animaux dès le début de 2020, puis de combiner les données de ces essais avec les données déjà recueillies lors d’essais antérieurs utilisant le ChAdOx1, pour prouver l’efficacité dudit vaccin.

Rendre les essais sur l’homme plus efficaces

Avec les données issues de nos études sur les animaux en notre possession, nous étions prêts à passer aux essais cliniques – qui consistent essentiellement en une série de tests visant à montrer qu’un traitement est sûr et efficace chez l’être humain.

Les essais de vaccins sont généralement divisés en trois phases. La phase 1 évalue l’innocuité (sécurité) d’un vaccin et sa tolérance, ainsi que la réponse immunitaire. La phase 2 implique des essais sur un groupe de personnes plus nombreux et plus diversifié et sert à déterminer la dose et le calendrier optimaux.

La phase 3 vise ensuite à tester la sécurité et l’efficacité d’un vaccin sur un groupe important de personnes, souvent dans plusieurs endroits. Cette évaluation se fait généralement en surveillant le nombre de cas d’infection observés dans un groupe qui reçoit le vaccin par rapport à un groupe qui ne le reçoit pas.

Habituellement, les différentes phases d’essai sont menées séparément, en prenant du temps entre chacune pour préparer les protocoles et les demandes de financement, puis pour obtenir les approbations éthiques et réglementaires. Mais pour notre vaccin, nous avons entrepris des essais combinés de phase 1 et 2 et de phase 2 et 3 afin d’accélérer le processus de développement.

Cette façon de procéder ne signifie pas que nous sautons des étapes, mais plutôt que nous lançons l’étape suivante dès que nous avons recueilli suffisamment de données sur la phase précédente, après que ces données ont été examinées par un comité indépendant.

Lentement mais sûrement

Certaines personnes mettent en doute la sécurité du vaccin en raison de la rapidité de sa mise au point. Cependant, l’essai du vaccin contre le Covid-19 à Oxford – qui est toujours en cours – fait l’objet de la même attention que les autres essais de vaccins.

 

Tous les participants sont étroitement surveillés, et toute personne développant une maladie grave ou devant être hospitalisée, quelle qu’en soit la raison – même une jambe cassée – fait l’objet d’un rapport. Si l’un de ces événements est considéré comme pouvant être lié au vaccin, une évaluation indépendante est effectuée pour étudier soigneusement les données médicales. Pendant cette période, la vaccination est suspendue. Elle est relancée une fois que l’évaluation est terminée et que l’on considère qu’il est possible de continuer en toute sécurité.

Effectuer des essais dans différentes populations est crucial, car tout vaccin contre le Covid-19 est susceptible d’être distribué auprès d’un grand nombre de personnes partout dans le monde. À la fin des essais que nous menons, 24 000 personnes auront été inclues, dans quatre pays, et 30 000 autres auront participé aux essais menés par nos partenaires. Au total, le vaccin aura été testé sur près de cinq fois plus de volontaires que ce qui est habituellement requis pour l’homologation d’un vaccin.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Il est signé Tonia Thomas, Vaccine Knowledge Project Manager, University of Oxford et Rachel Colin-Jones, Visiting Academic, Centre for Clinical Vaccinology and Tropical Medicine, University of OxfordLire l’article original.

Vaccin AstraZeneca/Oxford : moins cher et plus facile d’utilisation

Vaccin AstraZeneca/Oxford : moins cher et plus facile d’utilisation

Selon le directeur général d’AstraZeneca, le vaccin est capable de combattre le nouveau variant du coronavirus, responsable d’une flambée de cas au Royaume-Uni.

Enfin, le vaccin AstraZeneca/Oxford est moins cher à produire que celui de ses rivaux. Il est également plus facile à stocker et transporter, en particulier que celui de Pfizer/BioNTech qui doit être conservé à de très basses températures (-70°C).

Le vaccin d’Oxford-AstraZeneca, à l’instar du vaccin russe, utilise donc comme vecteur viral un adénovirus (famille de virus très courants responsables notamment de rhumes). Dans le détail, il s’agit d’utiliser comme support un autre virus peu virulent, transformé pour y ajouter une partie du virus responsable du Covid-19. Le virus modifié pénètre dans les cellules des personnes vaccinées, qui fabriquent alors une protéine typique du SARS-CoV-2, éduquant leur système immunitaire à le reconnaître.

Pour rappel, les vaccins de Pfizer et Moderna déjà en cours d’injection sont basés, eux, une technologie ultra-innovante dite de « l’ARN messager ». Elle consiste à injecter dans nos cellules des brins d’instructions génétiques appelées ARN messager, pour leur faire fabriquer des protéines ou « antigènes » spécifiques du coronavirus. Ces protéines vont être livrées au système immunitaire, qui va alors produire des anticorps.

 

Vaccin AstraZeneca : autorisation retardée

Vaccin AstraZeneca : autorisation retardée

“Ils n’ont même pas encore déposé de demande”,  a déclaré mardi le  directeur exécutif adjoint de l’agence européenne du médicament, Noël Wathion, dans une interview publiée par le quotidien belge Het Nieuwsblad. A ce jour, ajoute-t-il, l’agence européenne n’a reçu que certaines informations à propos du vaccin. “Même pas assez pour justifier une licence de commercialisation sous condition”, précise-t-il.

“Il nous faut des données additionnelles sur la qualité du vaccin. Et ensuite, la compagnie devra déposer une demande formelle.”Dans ces conditions, poursuit-il, il est “improbable” que l’Agence européenne des médicaments puisse autoriser le mois prochain ce candidat vaccin contre le coronavirus.

A ce jour, seul le vaccin développé par Pfizer et BioNTech a été validé par l’agence européenne, et les campagnes de vaccination ont débuté ce week-end sur le territoire de l’Union européenne. En plus de Pfizer/BioNTech, les Etats-Unis et le Canada ont également approuvé le vaccin mis au point par Moderna

ASTRAZENECA: le vaccin gagnant ?

ASTRAZENECA: le vaccin gagnant ?

« Nous avons trouvé la formule gagnante et comment arriver à une efficacité, qui, avec deux doses, est élevée comme celle des autres », a déclaré le directeur général Pascal Soriot dans le Sunday Times, assurant que son vaccin assurait une « protection de 100% » contre les formes sévères du Covid-19.

Le vaccin Oxford/AstraZeneca est très attendu car il est relativement peu coûteux et n’a pas besoin d’être conservé à une température aussi froide que celui de Pfizer/BioNTech par exemple, conservé à -70 degrés. Cela rend plus aisé une vaccination à grande échelle ainsi que dans les maisons de retraites.. Le gouvernement britannique a annoncé mercredi avoir soumis les données complètes du vaccin Oxford/AstraZeneca au régulateur britannique, la MHRA. Selon la presse britannique, cette dernière doit se prononcer dans les tous prochains jours en vue d’injection à partir du 4 janvier.

 

Coronavirus : AstraZeneca, encore un nouveau vaccin

Coronavirus : AstraZeneca, encore un nouveau vaccin

Selon des premiers résultats, le laboratoire anglo-suédois associé à l’université d’Oxford a mis au point un vaccin efficace en moyenne à 70 %, moins a priori que ceux de Moderna et Pfizer-BioNTech. Efficace et facile à produire et à conserver, il offre toutefois un certain nombre d’avantages par rapport à ceux de ses concurrents.

Coronavirus: AstraZeneca discute déjà du volume de vaccins et du prix avant toute perspective de vaccins.

Coronavirus: AstraZeneca discute déjà du volume de vaccins et du prix avant toute perspective de vaccins.

 

On ne sait pas si les recherches de l’industriel Astra Zeneca aboutiront, en tout cas le directeur général pharmaceutique britannique montre ses qualités d’homme de marketing puisque pratiquement il a déjà entamé des discussions au pour vendre son éventuel vaccin au  Japon, la  Russie, au Brésil et à la Chine sur des contrats d’approvisionnement pour son candidat vaccin contre le coronavirus,. Parallèlement la même industrie pharmaceutique négocie aussi avec l’union européenne jusqu’à 400 millions de doses et cela paraît- il à prix coûtant. (dont on ignore le coût!). De quoi attirer évidemment les capitaux publics et les faire contribuer aux efforts de recherche dont les bénéfices iront au final aux actionnaires. Notons que toutes ces informations sont surtout le fait de dirigeants ou de directeur marketing des grandes industries pharmaceutiques et que les gouvernements comme les vrais laboratoires de recherche indépendants ( il en existent  ) ne se prononcent pas. Et pour cause, la perspective d’un vaccin est peut-être encore lointaine : plusieurs mois, voire plusieurs années si le virus mute. En tout cas, le capitalisme a trouvé la son nouveau champ de développement : la santé et surtout les inquiétudes qu’elle suscite aussi bien chez les patients que parmi les gouvernements.

AstraZeneca, qui a également signé un accord pour fournir à l’Union européenne jusqu’à 400 millions de doses de vaccin à prix coûtant, s’apprête à publier prochainement les résultats de la première phase de tests sur le produit.

Pascal Soriot, directeur général du laboratoire, a indiqué au cours d’une téléconférence que les autorités britanniques de régulation avaient approuvé le lancement de la phase III des tests au vu de résultats des premières études jugés suffisants en terme d’efficacité et de sécurité.

Le parlement britannique conteste la reprise de Pfizer d’ AstraZeneca par Pfizer

Le parlement britannique conteste la reprise de Pfizer d’  AstraZeneca par Pfizer

Au pays du libéralisme triomphant, le parlement n’hésite pas à contester des rachats d’entreprises locales car le  projet d’OPA de Pfizer sur AstraZeneca est en soi une menace potentielle pour la recherche scientifique au Royaume-Uni à moins que le groupe pharmaceutique américain ne fournisse des garanties plus solides sur l’emploi et l’investissement, a estimé jeudi un parlementaire britannique. AstraZeneca, le deuxième laboratoire pharmaceutique britannique, rejette l’offre de 106 milliards de dollars (plus de 77 milliards d’euros) de Pfizer et craint que le laboratoire américain ne sacrifie la recherche pour réaliser des économies. Mais AstraZeneca a également dit qu’il serait dans l’obligation d’étudier une offre à bon prix et Pfizer a déclaré de son côté qu’il pourrait améliorer la sienne. A l’issue de deux journées d’auditions parlementaires, le directeur général de Pfizer Ian Read a défendu son projet sur cinq ans prévoyant d’achever un nouveau centre de recherche d’AstraZeneca à Cambridge, de conserver le site de Macclesfield, dans le nord-ouest de l’Angleterre, et de localiser 20% de ses effectifs de recherche en Grande-Bretagne si son OPA aboutit. Mais il a ajouté que les dépenses de recherche-développement (R&D) de la nouvelle entité seraient sans doute inférieures à celles des deux laboratoires combinés et s’est refusé à avancer le moindre chiffre sur les pertes d’emplois qui pourraient résulter de la fusion. Andrew Miller, le président de la commission des Sciences du parlement britannique, qui avait interrogé les patrons des deux groupes pharmaceutiques mercredi, a dit qu’il n’était ni satisfait des engagements de Pfizer ni persuadé que l’Etat ait la capacité de les faire respecter. « L’enjeu national lié à la proposition de Pfizer est exceptionnellement élevé et toute menace envers la capacité de recherche d’AstraZeneca doit être considérée, dans une certaine mesure, comme une menace envers la recherche britannique », a-t-il dit, dans un courrier adressé au secrétaire d’Etat chargé des Universités et de la Science David Willetts. « Que l’Etat soit capable ou pas d’obliger Pfizer à tenir ses engagements – et pour nous rien n’est moins sûr – il nous faut des garanties à plus long terme avant de croire aux promesses de Pfizer envers le Royaume-Uni ». Ainsi, pour Andrew Miller, un engagement pris à cinq ans n’a guère de valeur dans une industrie qui « mesure les progrès en décennies plutôt qu’en années ».

AstraZeneca refuse d’être racheté par l’américain Pfizer

AstraZeneca refuse d’être racheté par l’américain Pfizer

Le géant pharmaceutique américain Pfizer réfléchit à son prochain coup pour s’emparer d’AstraZeneca après avoir été éconduit à deux reprises par son concurrent anglo-suédois, sur fond de vaste concentration dans le secteur. Pfizer a révélé lundi avoir soumis au début du mois de janvier une proposition de rachat de 58,8 milliards de livres (98,9 milliards de dollars ou 71,5 milliards d’euros) à AstraZeneca, ajoutant qu’une deuxième approche avait été faite le 26 avril. Malgré un nouveau rejet de l’ouverture de discussions, le titre AstraZeneca continue de caracoler en tête des hausses à Londres, gagnant 16,24% à 47,41 livres à 14h40, de loin la plus forte hausse de l’indice Stoxx 50, après un record à 47,92. De son côté, l’indice regroupant les valeurs pharmaceutiques européennes prenait 2,25% tandis qu’à Wall Street, Pfizer progressait de 1,5% en avant-bourse. Un éventuel rachat d’AstraZeneca par Pfizer constituerait la plus importante acquisition d’une firme britannique par un groupe étranger et l’une des plus grosses opérations de croissance externe dans l’histoire de la pharmacie. La semaine dernière, la presse britannique avait rapporté que Pfizer avait mis sur la table 60 milliards de livres sterling. Dans un communiqué, Pfizer précise qu’AstraZeneca a refusé à chaque fois d’entamer des négociations, le groupe américain soulignant qu’il passe en revue ses options. Réagissant aux déclarations de Pfizer, AstraZeneca a dit avoir réfléchi à la possibilité d’ouvrir des négociations, tout en précisant avoir jugé que cela n’en valait pas la peine en l’absence de proposition concrète et attrayante. Il appelle ses actionnaires à ne pas répondre à toute tentative d’approche de Pfizer, disant que la réussite de son plan d’entreprise se traduirait pour eux par une création de valeur « significative ».  

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol