Archive pour le Tag 'Assurance'

Assurance-chômage : Bardella pour la suppression de la réforme !

Assurance-chômage : Bardella  pour la suppression de la réforme !

Encore une promesse qui aura peut-être du mal à être tenue surtout si par malheur le chômage devait progresser suite à la dégradation économique et financière de la France.

On doit cependant relativiser toutes ses promesses sociales aussi bien du RN que du front populaire ou même de Attal car les annonces électorales sont souvent modifiées face aux contraintes de la gestion après accès au pouvoir.Déjà sur la réforme des retraites, le RN a déjà mis des réserves sur sur le caractère d’urgence de sa remise en cause.

S’il accède au pouvoir, le Rassemblement national supprimera la réforme de l’assurance-chômage que le gouvernement prévoit de faire entrer en vigueur à la fin de l’année. C’est ce qu’a promis le président du parti d’extrême droite, Jordan Bardella, le 16 juin, sur le plateau de « Dimanche en politique » sur France 3. « Il y a des millions de Français qui sont touchés par le chômage. (…) J’en ai un peu assez qu’on demande systématiquement des efforts toujours aux mêmes », a déclaré Jordan Bardella.

 

« 

Assurance voyages: les conditions de couverture

Assurance voyages:  les conditions de couverture

 

Europ Assistance est une entreprise française créée en 1963. Son président en France, Nicolas Sinz publie, mardi 28 mai, son baromètre annuel des vacances, réalisé par l’institut Ipsos dans 21 pays dont la France. À un peu plus d’un mois du début des vacances d’été, il rappelle aux Français qu’il est important de bien connaître leur degré de couverture d’assurance et d’assistance avant de partir.(Franceinfo)

 En cette fin d’année scolaire, quelles sont les grandes tendances que vous observez ?

Nicolas Sinz : Nous constatons plusieurs tendances. En France, de manière spécifique, les Français sont plus que jamais très heureux de pouvoir partir en vacances et se projettent sur la période estivale à venir. Ils vont partir, et à des niveaux qui sont élevés par rapport aux années précédentes. En revanche, leur principale préoccupation concerne le budget, qui est de 2 100 euros pour en moyenne 2,2 semaines de vacances. Cela se situe en deçà de la moyenne européenne.

Et donc ils vont partir moins longtemps que le reste de l’Europe, et ils vont partir plus près de chez eux. Ce sont les champions du tourisme local ?

Oui, la contrainte budgétaire et la pression sur le pouvoir d’achat jouent très certainement sur ce choix. On peut également être fiers des richesses culturelles, patrimoniales, géographiques de notre pays. Il y a beaucoup de choses à faire en France, donc les Français expriment ce choix dans le tourisme local beaucoup plus fortement que chez nos confrères européens.

Ils vont dans des locations saisonnières, type Airbnb, davantage que dans les autres Européens, qui choisissent un peu plus l’hôtel. Qu’est-ce que ça change dans votre cœur d’activité ?

Notre enjeu est de faire en sorte que les Français aient une meilleure conscience de leur couverture d’assurance ou d’assistance, et qu’ils puissent adapter leur couverture au regard de leur projet. Il n’y a pas une réponse unique. On peut être couvert parfois, parfois non, selon sa situation et son projet.

Parfois on ne sollicite pas sa couverture alors qu’on est couvert ?

Oui, en effet, et c’est pour ça qu’on essaie de faire beaucoup d’explications et de pédagogie sur les différentes couvertures. Les Français ne le savent peut-être pas, mais c’est une fierté française, le métier de l’assistance a été inventé en 1963. Une date liée aux débuts du tourisme et des voyages. Donc on est à l’origine de ce métier. Et sur le métier du voyage, il y a deux couvertures principales. Il y a l’assurance voyage : ça, c’est avant le départ avec la garantie annulation pour des raisons de maladie ou d’accidents imprévus. Et puis il y a des garanties d’assistance pendant le voyage : leur vocation est de prendre en charge les frais médicaux et le rapatriement si besoin.

Maintenant qu’on est assez autonomes, avec les téléphones portables et les accès à Internet, constatez-vous que des gens couverts par Europ Assistance n’ont pas forcément le réflexe d’utiliser cette assistance ?

En fait, beaucoup de clients sont couverts par Europ Assistance.

« Un porteur de carte bancaire sur deux en France est couvert par Europ Assistance. »

C’est une des spécificités françaises que les banques françaises proposent dans le cadre de leur carte bancaire : des garanties d’assurance ou d’assistance, avec des couvertures variables selon le type de carte bancaire dont le client est détenteur.

Quel est le risque que l’on prend comme client, à ne pas bien connaître la couverture à laquelle on a accès ?

Je vais prendre deux exemples concrets. Un porteur de carte bancaire d’entrée de gamme basique peut se croire couvert en matière d’assurance voyage, il ne l’est pas. Sur une carte premium, il sera couvert en assurance et en assistance, ce qui va fonctionner dans une très grande majorité de situations. Mais si son projet de voyage est d’aller aux États-Unis, par exemple, le plafond, la garantie des frais médicaux risque d’être insuffisante par rapport aux frais de santé aux États-Unis. Donc il faut se renseigner au regard de ce qu’est le voyage, la destination et les personnes qui partent avec vous.

Aujourd’hui, vous avez développé une gamme de services assez impressionnante. Est-ce une sollicitation de la part de vos clients ou est-ce pour une raison économique que vous avez diversifié votre gamme de services ?

En effet, depuis une vingtaine d’années, on voit des préoccupations croissantes, des besoins croissants des Français pour être accompagnés aussi chez eux, sur des problématiques de santé, de services à la personne, d’accompagnement des personnes âgées. Donc ce sont ces nouveaux besoins qu’on essaie de capter.

Il y a également la protection de l’identité numérique. Là aussi, ça répond à des besoins de clients ?

Oui, pour la protection de l’identité numérique, c’est le risque cyber appliqué à une clientèle de particuliers. On exporte un savoir-faire, qu’on a développé aux États-Unis, où la conscience de ce risque est très présente, vers la France où cette prise de conscience est émergente. Et on pense pouvoir répondre de manière très concrète aux préoccupations des Français sur la protection de leur identité numérique.

Simplification ?-Assurance auto : fin de la vignette verte…. en attendant celle des vieux !

Simplification ?-Assurance auto : fin de la vignette verte…. en attendant celle des vieux !

La vignette verte attestant de l’assurance va donc disparaître pour être dématérialisée. Une vignette disparaît peut-être en attendant la renaissance d’une autre concernant l’hypothèse d’un financement de la dépendance. Un sujet mis entre parenthèses mais qui va forcément réapparaître compte tenu de la démographie et de l’ampleur des montants financiers à consacrer suite au vieillissement de la population. Ce n’est qu’une hypothèse dans la mesure où cette vignette a déjà existé. Le problème c’est qu’on ne sait pas trop bien où vont les fonds car ils se perdent dans le puits sans fond du budget. 

 

. Le 1er avril prochain, il ne sera plus obligatoire de mettre en évidence l’attestation de l’assurance automobile sur le pare-brise de votre véhicule. . Dans deux semaines, l’attestation sera donc dématérialisée. Lors d’un contrôle, les forces de l’ordre devront consulter le Fichier des Véhicules Assurés (FVA) qui rassemble, depuis 2016, les numéros d’immatriculation, les données techniques du véhicule et les contrats d’assurance d’automobile.

Détails au cillant la vignette disparaît mais on invente la carte assurance qui devra être présente sur le véhicule !

 

Assurance auto : fin de la vignette verte…. en attendant celle des vieux !

Assurance auto : fin de la vignette verte…. en attendant celle des vieux !

La vignette verte attestant de l’assurance va donc disparaître pour être dématérialisée. Une vignette disparaît peut-être en attendant la renaissance d’une autre concernant l’hypothèse d’un financement de la dépendance. Un sujet mis entre parenthèses mais qui va forcément réapparaître compte tenu de la démographie et de l’ampleur des montants financiers à consacrer suite au vieillissement de la population. Ce n’est qu’une hypothèse dans la mesure où cette vignette a déjà existé. Le problème c’est qu’on ne sait pas trop bien où vont les fonds car ils se perdent dans le puits sans fond du budget. 

 

. Le 1er avril prochain, il ne sera plus obligatoire de mettre en évidence l’attestation de l’assurance automobile sur le pare-brise de votre véhicule. . Dans deux semaines, l’attestation sera donc dématérialisée. Lors d’un contrôle, les forces de l’ordre devront consulter le Fichier des Véhicules Assurés (FVA) qui rassemble, depuis 2016, les numéros d’immatriculation, les données techniques du véhicule et les contrats d’assurance d’automobile.

Détails au cillant la vignette disparaît mais on invente la carte assurance qui devra être présente sur le véhicule !

 

Assurance chômage : Une étatisation complète qui va encore augmenter le trou financier

Assurance chômage : Une étatisation complète qui va encore augmenter le trou financier

Si l’État était un bon gestionnaire on le saurait ; témoin la dérive régulière des déficits des budgets et la catastrophe de l’endettement. Même chose pour les institutions et les organisations sous tutelle totale de l’État. En cause d’une certaine irresponsabilité, une insuffisance de compétence et le résultat d’injonctions contradictoires qui déresponsabilisent les dirigeants. Dernière initiative de l’État la volonté de reprendre en main l’ASSEDIC précédemment gérée par les acteurs sociaux.

L’objectif du gouvernement est de réaliser des économies significatives sur le régime d’assurance chômage.

« Nous gardons une durée d’indemnisation la plus longue parmi les pays développés : dix-huit mois. La responsabilité des partenaires sociaux, ce sont les salariés. La responsabilité de l’État, ce sont tous ceux qui sont au chômage. Pour ma part, je considère que l’État devrait reprendre la main sur l’assurance chômage de manière définitive », a indiqué Bruno Le Maire dans un entretien au quotidien Le Monde.

Une option loin de sortir du chapeau puisqu’elle était inscrite dans le programme d’Emmanuel Macron lors de la campagne des élections présidentielle de 2017.

Pour rappel, le régime est actuellement piloté par l’Unedic, un organisme paritaire. Les partenaires sociaux renégocient les règles tous les deux à trois ans pour tenir compte des évolutions du marché du travail, celles-ci étant formalisées dans une convention que l’État valide. Mais depuis 2018, leurs marges de manœuvre sont restreintes car le gouvernement leur adresse en amont une « lettre de cadrage » qui fixe des objectifs (notamment d’économies) à atteindre. Sans accord, l’État reprend la main avec un « décret de carence ».

Le  Premier ministre, Gabriel Attal ,  a déclaré qu’il réunirait « à la mi-mars » un séminaire gouvernemental « dédié à la question du travail » pour notamment « préparer les grandes décisions » à prendre en la matière. Il s’est dit « prêt » à prendre des « décisions difficiles » pour « inciter au travail » et atteindre le plein emploi, c’est-à-dire réduire le taux de chômage à 5% d’ici à 2027, contre plus de 7% aujourd’hui.

Pour Michel Beaugas (FO), « il paraît de plus en plus évident que le gouvernement veut récupérer l’assurance-chômage » et que pour y arriver « il nous imposera des contraintes impossibles à tenir ».

Social- Assurance santé : des augmentations de l’ordre de 10 %

Social- Assurance santé : des augmentations de l’ordre de 10 %

Alors que les pouvoirs publics et les experts patentés ne cessent d’affirmer que le combat de l’inflation est gagné, les prix, eux, ne cessent d’augmenter. D’abord sur le plan méthodologique, une baisse de l’inflation ne signifie nullement une baisse des prix. En effet les hausses d’inflation ce cumulent. Et même inflation constante les prix demeurent un niveau exceptionnellement haut. Un peu partout , on constate des augmentations tarifaires; ce sera le cas pour nombreux d’abonnements à des services par exemple l’électricité dont les prix vont croître de 10 % à partir du début de l’année prochaine; auussi pour les assurances.

Ce sera aussi le cas sans doute des complémentaires santé. Ainsi le groupe paritaire AG2R La Mondiale augmentera «de 8 à 9%» les cotisations de complémentaire santé en 2024, pour faire face notamment aux transferts de dépenses depuis le budget de la Sécurité sociale, indique le directeur général du groupe dans une interview ce vendredi aux Échos. «Il n’y a pas d’argent magique. Si les dépenses de santé augmentent et l’État transfère la charge aux complémentaires, les cotisations (de complémentaire santé, NDLR) des Français augmenteront mécaniquement», affirme le directeur général, Bruno Angles.

«Nous limiterons l’augmentation de nos cotisations de 8 à 9% en moyenne en assurance santé, et 5% en prévoyance», indique-t-il. AG2R La Mondiale est le premier groupe de complémentaire santé à donner une indication claire sur l’évolution de ses tarifs en 2024, alors que tout le secteur s’attend à des augmentations substantielles. Celles-ci devraient aller de 8 à 12,5%, selon les estimations il y a quelques semaines du spécialiste Addactis.

Assurance santé : des augmentations de l’ordre de 10 %

Social- Assurance santé : des augmentations de l’ordre de 10 %

Alors que les pouvoirs publics et les experts patentés ne cessent d’affirmer que le combat de l’inflation est gagné, les prix, eux, ne cessent d’augmenter. D’abord sur le plan méthodologique, une baisse de l’inflation ne signifie nullement une baisse des prix. En effet les hausses d’inflation ce cumulent. Et même inflation constante les prix demeurent un niveau exceptionnellement haut. Un peu partout , on constate des augmentations tarifaires; ce sera le cas pour nombreux d’abonnements à des services par exemple l’électricité dont les prix vont croître de 10 % à partir du début de l’année prochaine; aussi pour les assurances.

Ce sera aussi le cas sans doute des complémentaires santé. Ainsi le groupe paritaire AG2R La Mondiale augmentera «de 8 à 9%» les cotisations de complémentaire santé en 2024, pour faire face notamment aux transferts de dépenses depuis le budget de la Sécurité sociale, indique le directeur général du groupe dans une interview ce vendredi aux Échos. «Il n’y a pas d’argent magique. Si les dépenses de santé augmentent et l’État transfère la charge aux complémentaires, les cotisations (de complémentaire santé, NDLR) des Français augmenteront mécaniquement», affirme le directeur général, Bruno Angles.

«Nous limiterons l’augmentation de nos cotisations de 8 à 9% en moyenne en assurance santé, et 5% en prévoyance», indique-t-il. AG2R La Mondiale est le premier groupe de complémentaire santé à donner une indication claire sur l’évolution de ses tarifs en 2024, alors que tout le secteur s’attend à des augmentations substantielles. Celles-ci devraient aller de 8 à 12,5%, selon les estimations il y a quelques semaines du spécialiste Addactis.

Assurance chômage : accord en vue

Assurance chômage : accord en vue

Après d’âpres négociations, les partenaires sociaux ont annoncé leur intention de signer le projet d’accord qui sera en vigueur à compter du 1er janvier 2024. La CFDT, premier syndicat de France, signera donc avec d’autres. Mais les représentants de la CGT et de la CFE-CGC ont indiqué pour leur part qu’ils n’envisageaient pas de signer.

Selon le texte, les demandeurs d’emploi qui s’inscrivent pour la première fois pourront être indemnisés au bout de cinq mois de travail au cours des derniers 24 mois, au lieu de six mois actuellement. Les modifications des conditions d’indemnisation des seniors consécutives à la réforme des retraites, que le gouvernement voulait voir figurer dans l’accord, ont finalement été renvoyées à une négociation sur l’emploi des seniors, en dépit de la volonté initiale des organisations patronales de les inclure.

Par ailleurs, les patrons, qui voulaient abaisser leurs cotisations d’assurance chômage de 4,05% à 3,95% de la masse salariale, ont finalement accepté une diminution deux fois moins importante, de 0,05%.

Le syndicat des cadres avait fait savoir que le maintien de la dégressivité des allocations pour les hauts revenus était pour lui une ligne rouge. Cette disposition « ne partira pas », a affirmé Jean-François Foucard.

La CGT, elle, avait averti d’emblée qu’elle n’accepterait aucune baisse de droits pour les chômeurs. « On n’a pas changé d’avis », a indiqué vendredi soir à l’AFP le négociateur du syndicat Denis Gravouil.

Assurance Habitation: De nouvelles hausses cette fois justifiées par les catastrophes naturelles

Assurance Habitation: De nouvelles hausses cette fois justifiées par les catastrophes naturelles

Les tarifs d’assurance habitation pourraient subir une augmentation sensible pour les années à venir. Une augmentation aussi que justifient les assureurs avec la hausse du coût des risques climatiques. Ces risques climatiques devraient augmenter de 40% d’ici 2050. Pour servir la cause de l’augmentation des tarifs, les assureurs assurent que leur modèle économétrique ont mal pris en compte ces risques.

En France, il y aurait même urgence à sauver le régime public privé « catastrophes naturelles », déficitaire depuis 2015. Le constat est d’ailleurs partagé par les politiques, les assureurs et bien sûr, par la Caisse centrale de réassurance (CCR), un établissement public qui joue le rôle de réassureur du régime. Dans son dernier rapport sur le climat, la CCR propose même d’augmenter le taux de la surprime, qui est resté inchangé depuis les tempêtes Lothar et Martin en décembre 1999, d’environ 60 %. Et ce, le plus rapidement possible.

Selon ses estimations, le réassureur public estime en effet que la facture des sinistres « Cat Nat » pourrait croître de 40 % à l’horizon 2050, voire de 60 % pour tenir compte des nouveaux enjeux de couverture pour les assurés. Il chiffre ainsi le niveau de primes nécessaire pour équilibrer le système à 3,2 milliards d’euros par an, contre environ 2 milliards d’euros aujourd’hui, supportés à 55% par les particuliers et à 45% par les entreprises. Dans un premier temps, il propose de faire passer ce taux de surprime de 12% à 19% du montant des garanties dommages sur les contrats habitation et biens professionnels, et de 6% à 13 % pour les contrats sur l’automobile.

Derrière cette demande d’augmentation des tarifs d’assurance il y a la prise en compte de motivations écologiques pour contribuer à sauver la planète. Reste qu’il s’agit cependant d’augmentation dont l’ampleur n’a pas toujours avoir avec l’environnement.

Sauver le régime « Cat Nat », oui, mais à quel prix ? C’est à cette question que Bercy doit répondre, car la décision de relever ce taux lui revient, sous la forme d’un arrêté.

Assurance chômage: patronat et syndicats réformistes contre la ponction financière de l’Unedic

Assurance chômage: patronat et syndicats réformistes contre la ponction financière de l’Unedic

C’est évidemment un véritable scandale que ce prélèvement de 4 milliards envisagé par le gouvernement sur les excédents de l’Unedic. Une organisation qui a pour objet social de venir en aide aux salariés en difficulté qui perdent leur emploi. D’une certaine manière, c’est une redistribution à l’envers. Le gouvernement veut en effet prélever sur les excédents de l’Unédic deux milliards d’euros dès 2023 par arrêté, puis deux milliards à nouveau en 2024 à travers le projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

Syndicat et patronat ont ensemble condamné cette espèce de détournement de fonds. «Tant sur le fond que sur la méthode, ce projet de ponction des recettes de l’assurance chômage, alors même que la négociation est en cours, est inacceptable», ont dénoncé les partenaires sociaux dans cette déclaration commune. Le texte a été lu par le négociateur CFDT Olivier Guivarch à l’issue d’une séance de négociations sur de nouvelles règles d’assurance chômage.

Théoriquement ce prélèvement est destiné à financer « travail », cette nouvelle cathédrale qui doit regrouper les organismes autour de. Avec sans doute la même inefficacité.

La conséquence pour l’Unedic c’est que cet organisme sera condamné à emprunter à court terme sur les marchés pour honorer ses échéances de remboursement, ce qui lui coûtera 800 millions sur quatre ans. ».

Seule la CGT ne s’est pas associée à cette déclaration commune.

Catastrophes: Une assurance privée ou la prise en charge par l’État

Catastrophes: Une assurance privée ou la prise en charge par l’État


Comment l’Etat peut-il financer la couverture de risques de plus en plus fréquents et généralisés, que les assureurs privés peuvent de moins en moins prendre en charge ?, s’interroge l’économiste dans « Le Monde » .

Il existe un consensus, dans l’opinion publique comme chez la plupart des économistes, pour défendre l’idée que les Etats doivent assurer les ménages et les entreprises contre un nombre croissant de risques. Les risques les plus évidents, ceux qui font la « une » de l’actualité, sont bien sûr les risques environnementaux, liés essentiellement aux dérèglements climatiques : risques de sécheresse, de canicule, d’incendie, d’érosion du littoral, ouragans, inondations, orages et grêle.

On sait que l’intensité des événements climatiques extrêmes s’accroît, que leur fréquence augmente, ce qui conduit à demander à l’Etat d’indemniser les personnes ou les entreprises pour les pertes subies. On sait aussi que la transition énergétique va vraisemblablement provoquer une hausse forte des prix de l’énergie, d’où la demande de compensation des prix élevés de l’énergie pour que le pouvoir d’achat des ménages modestes ne soit pas entamé.

Un risque que l’Etat devra prendre en charge de manière croissante est beaucoup moins commenté : il s’agit du risque financier. Le vieillissement démographique conduit à une hausse de la proportion de personnes assez âgées ou très âgées dans la population totale. Or, les personnes âgées prennent moins de risques lorsqu’elles investissent leur épargne que des personnes plus jeunes, puisqu’elles ont un horizon de placement plus court et qu’elles doivent disposer d’une épargne plus liquide pour soutenir leur consommation après leur départ à la retraite.

Le vieillissement démographique réduit donc la prise de risque des épargnants, et puisqu’il faut pourtant continuer à réaliser des projets d’investissement risqués, les Etats devront assurer les épargnants contre une partie croissante du risque financier. Pour stimuler le niveau d’investissement industriel et faire en sorte que des innovations soient développées, les Etats devront prendre à leur charge une partie croissante des risques d’échec des investissements ou de la recherche. Cela peut se faire par des avances des Etats aux entreprises qui investissent ou qui innovent, qui ne seront remboursées qu’en cas de succès.

Mais le point commun de ces risques est qu’ils ne sont pas assurables par des investisseurs privés. En effet, ils concernent trop de monde et sont répétitifs, ce qui implique qu’ils ne sont pas diversifiables dans le temps et ne peuvent être mutualisés entre les personnes. L’aversion pour le risque des épargnants est tout le temps plus forte que l’incitation à financer des projets risqués, pourtant nécessaires .

Assurance-chômage : nouvelle cure d’austérité

Assurance-chômage : nouvelle cure d’austérité

Une lettre de cadrage a été adressé par le ministre du travail aux partenaires sociaux à fin d’engager une nouvelle phase d’économie de l’assurance chômage d’au moins 10 milliards.

Pas question de revenir sur les nouvelles règles d’indemnisation qui réduise les montants et sur la modulation en fonction des évolutions économiques. Une modulation des règles d’indemnisation en fonction de la conjoncture économique. Depuis le 1er février, la durée d’indemnisation a par exemple été réduite de 25% et ne sera rallongée qu’en cas de forte dégradation économique et sociale.Des dispositions pourtant très contestées par l’ensemble des syndicats.

Dans la lettre de cadrage, les recettes de l’Unédic seront amputées chaque année (de 2 milliards dès 2023) pour financer la politique « en faveur du développement des compétences et de l’emploi », notamment l’objectif d’un million d’apprentis en 2027. Le but est aussi de participer au désendettement du régime de l’assurance chômage avec une « perspective de division par deux » de la dette fin 2026 par rapport à fin 2022, où elle atteignait 60,7 milliards d’euros.

Assurance maladie: suppression jusqu’à 1.700 postes d’ici 2027

Assurance maladie: suppression jusqu’à 1.700 postes d’ici 2027

L’Assurance maladie souhaite atteindre des « gains de productivité », notamment grâce à l’automatisation de certaines procédures. Les départs seront très progressifs les deux prochaines années.

Coup de rabot pour l’Assurance maladie. Son conseil d’administration a donné ce lundi son feu vert à une nouvelle convention avec l’Etat : celle-ci prévoit jusqu’à 1.700 suppressions de postes d’ici 2027, sous réserve de « gains de productivité » et avec une « clause de revoyure » dans deux ans.

Avec 82.000 agents en CDI sur l’ensemble du territoire, ces suppressions de postes atteindront environ 2 % de l’effectif total de l’Assurance maladie. Cet objectif a été confirmé par trois membres du conseil d’administration . .

Ces suppressions de postes vont concerner différents services d’ici fin 2027 grâce à « des gains de productivité » notamment sur l’automatisation des feuilles de soins et des factures, apprend-on dans cette nouvelle convention. Les branches concernées par des départs sont celle de la « liquidation de prestations » et celle de la « gestion des droits ».

Assurance-chômage : une réforme utile ?


Assurance-chômage : une réforme utile ?

Le raisonnement selon lequel l’instauration d’un régime d’indemnisation plus sévère conduirait mécaniquement à réduire les tensions sur le marché du travail peut sembler cohérent. Sa limite est qu’il ne s’appuie sur aucune étude sérieuse et détaillée.( papier du Monde).

Le projet de réforme vise à faire varier la durée d’indemnisation selon l’orientation du marché du travail. Lorsque le chômage baisse, les conditions se durcissent, quand il remonte sensiblement, elles s’allègent. Si l’effet de balancier peut paraître logique, ses modalités sont discutables et son efficacité à moyen terme n’est pas garantie.

Le gouvernement a décidé de réduire d’un quart la durée d’indemnisation pour tous les demandeurs d’emploi dont les droits s’ouvriront à partir du 1er février. Au-dessus d’un taux de chômage de 9 % (7,3 % actuellement) ou dans le cas d’une brusque détérioration supérieure ou égale à 0,8 point sur un trimestre, le barème redeviendra celui qui est appliqué aujourd’hui. En revanche, le durcissement entrera en vigueur automatiquement sous ces seuils.

La volonté de réformer le marché du travail est alimentée par deux frustrations. La première : malgré une nette amélioration depuis cinq ans, le taux de chômage en France reste deux fois plus élevé que celui qui est constaté en Allemagne, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni. La seconde : malgré plus de trois millions de demandeurs d’emploi, 360 000 postes restent non pourvus.

Le raisonnement selon lequel l’instauration d’un régime d’indemnisation plus sévère conduirait mécaniquement à réduire les tensions sur le marché du travail peut sembler cohérent. Sa limite est qu’il ne s’appuie sur aucune étude sérieuse et détaillée pour démontrer que le nombre d’emplois non pourvus est corrélé au degré de générosité du système d’allocation-chômage.

Les raisons pour lesquelles les offres d’emploi ne trouvent pas preneurs relèvent de nombreux facteurs. Elles peuvent tenir à l’inadéquation entre les compétences requises et le niveau de formation des chercheurs d’emploi, à des conditions de travail insuffisamment attractives, à des contraintes géographiques ou familiales.

Il ne s’agit pas de nier que des personnes peuvent choisir de continuer à être indemnisées au lieu d’accepter une offre disponible. Mais il est difficile d’en faire une généralité et surtout d’en faire la solution unique au problème des difficultés de recrutement dans certains secteurs. D’autres pays, qui disposent de systèmes avec des durées d’indemnisation plus courtes, connaissent les mêmes tensions pour embaucher. L’autre question est de savoir s’il est équitable de durcir les conditions d’indemnisation à partir de chiffres du chômage nationaux, alors que la capacité et la rapidité à retrouver un emploi dépendent étroitement de la situation spécifique de chaque bassin d’emploi.

Cette réforme suscite, à juste titre, l’inquiétude des syndicats. Mais son efficacité ne pourra être jugée que dans le cadre plus global de la politique menée actuellement pour tenter d’en finir avec le chômage de masse. Beaucoup de leviers sont simultanément activés : réforme du lycée professionnel, développement de l’apprentissage et de la formation tout au long de la vie, gestion des fins de carrière, amélioration des capacités d’accompagnement de Pôle emploi…

Si ces mesures ont le mérite de la cohérence, leurs effets sur le marché de l’emploi risquent d’être bousculés par le ralentissement de la croissance qui menace. Or la justification d’un recul sur des acquis sociaux ne peut tenir que si les résultats sur le front de l’emploi sont très nets en fin de quinquennat. Le pari n’est pas gagné.

Sondage-Réforme assurance-chômage: 60 % favorables

Sondage-Réforme assurance-chômage: 60 % favorables

 

Six Français sur dix sont favorables au projet de réforme du gouvernement de rendre les règles d’indemnisation plus ou moins favorables selon la conjoncture, selon un sondage Elabe pour « Les Echos », « Radio classique » et l’institut Montaigne.

Réalisé en ligne entre les 1er et 3 août, le sondage  montre que 60 % des Français se disent « favorables » aux changements envisagés. Précisément, 11 % d’entre eux déclarent l’être « très », 49 % « plutôt ». Pour rappel, il s’agit de faire en sorte que les règles d’indemnisations collent à la conjoncture : plus restrictives quand la conjoncture, donc l’emploi, est favorable et vice et versa .

Pour près de six Français sur dix, la raison principale du taux de chômage toujours élevé (il est de 7,3 % de la population active, en baisse) tient au fait qu’elles n’encouragent pas au retour à l’emploi. Les salaires insuffisants sont la deuxième raison invoquée (42 %).

« Finalement, les Français font crédit à Emmanuel Macron du bilan favorable de l’emploi », résume Bernard Sananès. Favorable, mais pas au point de croire à l’objectif de plein-emploi fixé par le chef de l’Etat d’ici à 2027. Seuls 24 % des sondés le jugent crédible.

 

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol