Archive pour le Tag 'Armstrong'

Dopage JO de Rio : le doute sur la victoire de Cancellara (Armstrong)

Dopage JO de Rio : le doute sur la victoire de Cancellara (Armstrong)

 

C’est un spécialiste du dopage qui met en cause la victoire de Cancellara aux JO dans l’épreuve cycliste de Rio. Il faut bien convenir que cette victoire en a surpris plus d’un dans la mesure où les derniers résultats de l’intéressé étaient loin de permettre d’envisager cette victoire. De toute manière le cyclisme comme nombre d’autres disciplines sportives sont gangrenées  par le dopage et l’argent sans parler des  intérêts géo stratégiques. On objectera que les contrôles ont été notoirement renforcés y compris dans le cyclisme ; ceci étant  le dopage court  beaucoup plus vite que les capacités à le détecter. Du coup suite à la victoire de Cancellara,  Lance Armstrong, le champion du monde du dopage, n’a pas hésité à ironiser sur cette victoire surprise et a  réagi sur les réseaux sociaux au titre olympique de Fabian Cancellara. Il a tweeté le nom «Luigi», une référence à des affaires de dopage. Héros déchu du cyclisme, Lance Armstrong porte aujourd’hui un regard avisé sur le monde du cyclisme. C’est donc logiquement qu’il a réagi à la victoire de Fabian Cancellara mercredi lors de l ‘épreuve du contre-la-montre olympique de Rio. L’Américain a répondu au Tweet de Trek-Segafredo qui célébrait la victoire de son poulain en répondant simplement «Luigi!!» Ce prénom fait référence à deux choses. La première, c’est Luigi Cecchini, un ancien préparateur italien proche du docteur Fuentes, celui-là même qui prescrivait de l’EPO. Luigi Cecchini est connu pour avoir travaillé avec de nombreuses équipes professionnelles au début des années 2000, dont la CSC où il a travaillé avec Fabian Cancellara. Luigi est également le nom lié à des poches de sang, dans l’affaire des transfusions liée (encore une fois) au docteur Fuentes. L’enquête de la justice espagnole n’a toujours pas révélé qui était le coureur associé. Les soupçons étaient d’abord portés sur le Néerlandais Thomas Dekker. Celui-ci a d’ailleurs confirmé jeudi sur Twitter que ce n’était pas lui, en répondant à Armstrong sur Twitter.

(Avec le Figaro)

 

Armstrong : « Impossible de gagner le Tour sans se doper »

Armstrong : « Impossible de gagner le Tour sans se doper »

 

Armstrong n’a sans doute pas tort mais on voit mal comment s’attaquer à cette institution si populaire mais trop exigeante pour les sportifs. Tour de France qui est aussi un business.  . Après les révélations de L’Equipe, lundi, sur Laurent Jalabert – probablement positif à l’EPO sur le Tour 1998 -, c’est au tour de Lance Armstrong de se livrer dans une interview au Monde.  Et le septuple vainqueur déchu de la Grande Boucle ne fait peu de mystère de ce qu’il pense du dopage, du cyclisme, et de « Jaja ». « Avec tout le respect que je lui dois, il est en train de mentir. Il aurait mieux fait d’éviter de parler de Ferrari et de Citroën [devant la commission] car il sait très bien que Michele [Ferrari] était le médecin de la Once au milieu des années 90″, dit-il. L’ancien coureur français et consultant de France TV a feint de ne pas savoir ce que contenait les injections reçues. Le coureur américain n’est pas tendre non plus avec les instances chargés de lutter contre le dopage. Selon lui, le président de l’Union cycliste internationale (UCI), Pat McQuaid, « n’a aucun crédit en matière de lutte contre le dopage. Les choses ne pourront tout simplement pas changer si McQuaid reste au pouvoir », estime encore Armstrong. Quant à la frilosité de l’UCI sur le sujet, le Texan l’explique simplement : « L’UCI refuse la mise en place d’une commission « Vérité et réconciliation » parce que le témoignage que le monde voudrait entendre ferait plonger McQuaid, Verbruggen [son prédécesseur] et toute l’institution », lâche-t-il encore. S’il confie ses remords au quotidien – « J’ai été trop dur avec les gens », « Je ne parviendrai jamais à réparer tout ça » – Lance Armstrong l’assure : « C’est impossible de gagner le Tour de France sans se doper ». Ambiance à la veille du départ.

 

Dopage : Armstrong a encore menti

Dopage : Armstrong a encore menti

 

Silence ou tout cas discrétion en France à propos d’Armstrong notamment de la part de l’organisation du tour de France qui n’a jamais vu la moindre trace de dopage ( normal pour une orgnaisation qui marche et qui rapporte !).. Lui,  le président de l’Agence américaine antidopage (Usada), continue et  est certain que Lance Armstrong a menti lors de ses aveux à Oprah Winfrey. Il a laissé jusqu’au 6 février à l’ancien cycliste pour venir dire toute la vérité sous serment.  Tygart a confié à l’émission 60 minutes, qui sera diffusée dimanche sur CBS mais dont des passages ont été dévoilés vendredi, qu’Armstrong avait menti plusieurs fois lors de sa confession télévisée la semaine dernière. Il a en particulier nié s’être dopé lors de son retour à la compétition en 2009 et 2010, ce qui serait faux.  Pour l’homme qui a fait déboulonner le mythe, Lance Armstrong a ainsi éviter de s’exposer à des poursuites pénales: les faits remontant à 2009 ne sont en effet pas encore prescrits – et le mensonge est un délit aux Etats-Unis.  Or, « d’après ses tests sanguins de 2009, 2010, il y a une chance sur un million que (les variations de ses valeurs) soient dues à autre chose que le dopage », a certifié Tygart, qui a dans l’ensemble défendu les conclusions établies par l’Usada dans le rapport explosif qui a servi à priver Armstrong de presque tous ses titres, dont ses sept victoires au Tour de France (1999-2005).  Bradley Wiggins, vainqueur cet été de la Grand Boucle, avait récemment traité Armstrong de « salaud de menteur » (sic) pour son démenti sur cette période.  « Au contrôle antidopage au sommet du Mont Ventoux (dans le Tour 2009), ce n’était pas le même coureur que j’avais vu à l’arrivée de Verbier une semaine auparavant », juge le coureur britannique. Travis Tygart a indiqué à CBS qu’il avait fixé la date butoir du 6 février à l’ancien cycliste américain pour qu’il vienne s’expliquer sous serment devant les autorités antidopage en échange d’une possible réduction à huit ans de la suspension à vie qui l’empêche de prendre part à des compétitions sportives.  Lance Armstrong a confié que même s’il brûlait d’envie de recourir, en course à pied ou triathlon, il ne pensait pas obtenir une telle réduction, signe qu’il n’est peut-être pas prêt à tout dire aux instances antidopage.  Mais Armstrong participerait volontiers, s’il était invité, à un programme « vérité et réconciliation » dans lequel les coureurs pourraient laver leur linge sale en famille sans avoir peur des représailles de la justice sportive.  La Fédération internationale (UCI) s’est rangée vendredi à cette idée défendue par l’Agence mondiale antidopage (Ama) et l’Usada.  « C’est le meilleur moyen de comprendre la culture du dopage et de mettre les choses à plat afin de pouvoir aller de l’avant », a déclaré Pat McQuaid, président d’une organisation soupçonnée, notamment par Tygart, d’avoir été bienveillante avec l’Américain au temps de sa splendeur.  Le président de l’Usada a expliqué à CBS qu’Armstrong avait bien forcé ses coéquipiers à se doper, contrairement à ce qu’il a dit lors de ses aveux: « C’était le boss, il est clair qu’Armstrong était un des meneurs d’une conspiration qui a permis de tromper des millions de fans et ses concurrents en utilisant des dizaines de millions de dollars provenant du contribuable. »  Pour le président de l’Usada, le Texan n’était pas au même niveau de dopage que les autres coureurs mais à un « tout autre niveau ». « Il avait un accès à des informations privilégiées, comment les contrôles fonctionnaient, quels tests allaient être utilisés et à quel moment, un accès spécial au laboratoire. «   Tygart a par ailleurs maintenu qu’Armstrong avait voulu effectuer, par le biais d’une personne qui est « toujours un de ses plus proches collaborateurs », un don d’environ 250 000 dollars à l’Usada en 2004.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Armstrong : « J’ ai lutté à armes égale »

Armstrong : « J ‘ai lutté à armes égale »

Des aveux à minima pour Armstrong mais qui met en cause tout le peloton.une déclaration qui devrait mettre mal à l’aise l’organisation du tour de France qui n’a jamais rien découvert de suspect vis-à-vis d’Armstrong.  Malgré les premières preuves accumulées au fil des années, malgré le rapport détaillé de l’agence antidopage américaine (Usada), malgré les premières fuites quant au contenu de ses aveux télévisés, cela fut un extraordinaire moment de télévision (l’interview est à revoir sur le site oprah.com) : Lance Armstrong avouant s’être dopé et avoir dupé tout son monde pendant une décennie entière. En grande professionnelle (et elle l’a prouvé tout au long de l’entretien), Oprah Winfrey a commencé son interview par une mise en scène brillante. Elle a demandé à Armstrong de répondre par oui ou par non à une série de questions. « Avez-vous jamais pris des produits dopants ?, « Avez-vous jamais pris de l’EPO ? » « Avez-vous jamais procédé à des transfusions sanguines ? », « Avez-vous jamais pris de la testostérone, de la cortisone et autres substances ? » et « Vous êtes-vous dopé lors des sept Tours de France que vous avez remportés ? », Armstrong a répondu à chaque fois : « oui ». Armstrong a expliqué avoir commencé à se doper au milieu des années 1990. EPO, testostérone, transfusions, tel était son « cocktail », notamment lors des sept Tours de France remportés consécutivement entre 1999 et 2005 et dont il a été déchu en octobre dernier. Pourquoi l’avoir fait ? « J’ai toujours été un combattant », a expliqué Armstrong par rapport à son enfance difficile (son père biologique l’a abandonné avec sa mère alors qu’il avait que 2 ans ndlr). « Quand j’ai eu mon cancer, mon but a toujours été : gagner à tout prix. (…) J’ai ensuite adopté ce comportement dans le cyclisme. Et c’est mal. » Toujours selon Armstrong, la majorité du peloton était elle aussi dopée. Ce qui lui fait dire qu’il n’y a pas eu « tricherie ». « La définition de tricher, c’est gagner un avantage sur un rival. Je ne l’ai pas vu comme ça. J’ai vu ça comme une façon de lutter à armes égales. »

Armstrong avoue … un peu

Armstrong avoue … un peu

 

Pour se préserver juridiquement, Armstrong avoue un peu  mais pas tout. De quoi aussi ne pas trop inquiéter  l’organisation du tour de France qui n’a jamais rien vu ( !) puisque ce sont les autorités américaines qui ont découvert la vérité et exclut le champion. Ces vaux partiels ne surprendront pas les spécialistes du sport de haut niveau où l’appât du gain remplace trop souvent l’enjeu de la performance. Malheureusement un phénomène de société qui ne touche pas seulement les professionnels. Le cycliste est passé pour la première fois aux aveux devant la star de la télévision américaine Oprah Winfrey, selon le site internet du quotidien américain qui cite une source anonyme.  Interrogé par l’AFP, Mark Fabiani, porte-parole de l’ancien champion américain, s’est refusé à tout commentaire. « Nous nous sommes mis d’accord avec l’équipe d’Oprah pour ne faire aucun commentaire jusqu’à la diffusion de l’interview et nous respecterons cet accord », a-t-il indiqué.  Peu après cet entretien qui doit être diffusé jeudi, Oprah Winfrey a expliqué sur son compte Twitter que la rencontre avait duré plus de deux heures et demie et qu’elle avait eu en face d’elle un Armstrong « prêt » à parler, sans donner plus de détails.  Il s’agit de la première interview d’Armstrong depuis que l’Union cycliste internationale (UCI) l’a lourdement sanctionné l’automne dernier.  Le Texan de 41 ans a été déchu de ses titres au Tour de France (1999-2005) et radié à vie après la publication d’un dossier de l’Agence américaine antidopage (Usada) l’accusant d’avoir contribué à la mise en place du « programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l’histoire du sport » au sein de l’équipe US Postal.  Depuis les sanctions de la justice sportive, Armstrong a perdu la plupart de ses sponsors et a dû couper les ponts avec Livestrong, la Fondation de lutte contre le cancer qu’il avait créée en 1997 après avoir vaincu la maladie.  Les aveux de celui qui fut pendant sept ans l’impitoyable patron du peloton du Tour de France pourraient avoir de nombreuses ramifications juridiques.  Outre l’argent de ses primes de victoire qu’il pourrait devoir rendre, il pourrait s’exposer à des poursuites pénales qui pourraient le conduire en prison, selon certains juristes.   »Le pire qui puisse lui arriver est qu’il soit reconnu coupable de parjure », explique le professeur de droit Michael McCann.  L’ancienne athlète Marion Jones, qui avait avoué s’être dopée devant Oprah Winfrey en 2008, avait passé six mois en prison pour avoir menti aux enquêteurs.  La Fondation Lance Armstrong a levé plus de 500 millions de dollars pour la lutte contre le cancer depuis sa création en 1997. Mais après les révélations de l’automne dernier, l’ancien champion a quitté mi-novembre le conseil d’administration de sa fondation.  Quelques heures avant l’interview avec Oprah Winfrey, qui a été enregistrée lundi chez l’ancien champion, la star déchue du cyclisme mondial avait présenté ses excuses auprès des membres de sa fondation.   »Lance est venu au siège de la Fondation Livestrong aujourd’hui (lundi) pour une entrevue privée avec nos membres et il s’est excusé sincèrement pour les moments pénibles qu’ils ont vécus à cause de lui », a déclaré une porte-parole de l’association de lutte contre le cancer, Rae Bazzarre, sans autres précisions.  Mme Bazzarre a ajouté que l’ancien champion cycliste, lui-même survivant du cancer, avait poussé ses membres « à poursuivre leur excellent travail pour lutter avec les personnes » atteintes par cette maladie.  De nombreux journalistes en quête d’informations avaient pris place lundi matin à Austin (Texas, sud) sur les trottoirs devant la luxueuse demeure de Lance Armstrong, entourée de hauts murs de pierre .   »Je ne me suis jamais dopé et, contrairement à nombre de mes accusateurs, j’ai fait du sport d’endurance pendant 25 ans sans pic de performance et passé près de 500 contrôles antidopage sans jamais avoir été contrôlé positif », déclarait Armstrong en juin dernier dans un communiqué à l’annonce de sa mise en accusation par l’Usada.

 

Armstrong : régime sans selle, l’UCI lui retire tous les titres

Armstrong : régime sans selle, l’UCI lui retire tous les titres

 

 Encore une injustice, Armstrong victime du racisme anti-dop. LCI vient de réagir. Il était temps, il y a des dizaines d’années que le dopage permet aux pros du vélo de rouler à la vitesse d’une mobylette. Pas étonnant que les français qui se dopent au vin rouge ne parviennent plus depuis longtemps à gagner le tour de France. Selon des informations du quotidien Le Parisien, l’Union cycliste internationale (UCI) se serait rangée derrière les conclusions du rapport de l’Usada sur Lance Armstrong et aurait décidé d’annuler le palmarès du coureur américain, notamment ses sept victoires sur le Tour de France entre 1999 et 2005. L’UCI aurait également précisé ne pas vouloir faire appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol