Archive pour le Tag 'Argentine'

Argentine, une déroute économiquement contagieuse ?

Argentine, une déroute économiquement contagieuse ?

 

 

 En une journée la bourse a perdu près de 40 % et le peso argentin 20 %. C’est le résultat d’une situation sociale économique et financière particulièrement critique et qui s’est transformée en crise lors des dernières élections où  le président en place n’a obtenu qu’un peu plus de 30 % tandis que son principal posant lui était proche de 50 %. Le candidat kirchnériste l’a devancé de 15  % aux primaires. Le peso a perdu près de 19 % de sa valeur et la Bourse a chuté de 37,93. Pour l’instant, la crise argentine n’a pas infecté d’autres pays mais il suffirait qu’un autre pays important, par exemple le Brésil, connaisse des difficultés pour que la crise contamine l’ensemble du continent vire le monde. La même chose pouvant arriver en Europe si par malheur l’Italie s’orientait vers le défaut mettant en péril l’euro.  %.

«Ces élections définissent les trente années qui viennent» pour l’Argentine, a déclaré le président Mauricio Macri en votant dimanche. S’il dit vrai, alors le péronisme version Kirchner a de beaux jours devant lui. Les résultats sont sans appel: Alberto Fernández, qui se présentait avec l’ex-présidente Cristina Kirchner comme candidate à la vice-présidence, a recueilli 47,65 % des suffrages. Le président Mauricio Macri n’a séduit que 32,66 % des électeurs. En troisième position avec 8,7 %, on trouve Roberto Lavagna, l’ancien ministre de l’Économie de Néstor Kirchner.

Les marchés financiers ont immédiatement réagi, et le peso est parti en chute libre face au dollar, perdant 18,76 % de sa valeur à la clôture des marchés, alors que la Bourse chutait de 37,93 %. Des sondages favorables au président Macri avaient fait monter la Bourse argentine de 8 % vendredi.

 

Une nouvelle espèce de dinosaure découverte en Argentine…… et en France

Une nouvelle espèce de dinosaure découverte en Argentine…… et en France

En argentine, ce sont les restes d’une nouvelle espèce de dinosaure, Lavocatisaurus agrioensis,  ayant vécu voici 110 millions d’années qui ont été découverts. En France, l’espèce de dinosaure est toujours vivante, il s’agit des dinosaures politiques. De ceux qui entrés en politique peu après 20 ans y demeurent et espèrent même encore un avenir. C’est ainsi que récemment sont réapparus plusieurs dinosaures de familles politiques  différentes mais finalement de même souche oligarchique Marie Noëlle Lienemann à plus de 70 ans ambitionne de rejoindre la liste de Mélenchon pour les européennes, au nom des saintes valeurs de la gauche évidemment. Autre résurrection, celle de Ségolène Royal qui vient de sortir un livre pour dire tout le mal qu’elle pense de François Hollande, du parti socialiste et des autres. Elle aussi réfléchit et ne serait pas opposée à prendre la tête de liste écolo socialiste aux européennes. L’ex-mari, lui, François Hollande veut toujours  peser de façon significative sur les orientations et l’organisation de la gauche. Depuis qu’il a cessé ses fonctions de président, il n’a jamais été aussi prolifique sur les propositions à mettre en œuvre sauver le pays. Dernier dinosaure emblématique, Nicolas Sarkozy qui vient de sortir une très longue interview au Point pour se remettre en selle aussi sans doute solliciter la bienveillance de Macron ( qu’ils ménagent beaucoup) vis-à-vis des poursuites judiciaires dont il est l’objet. En réalité, il y a en France des centaines voire des milliers de dinosaures de ce type ;  certains de dimension nationale d’autres de dimension locale qui finalement entre les différentes fonctions politiques, entre les différents courants, entre les différents partis auront réussi à passer toute leur vie professionnelle dans la politique. Une particularité assez française quand que dans la plupart des autres grandes démocraties les responsables une fois battus quitte définitivement leurs fonctions d’élus et de dirigeants.

Argentine : sous surveillance négative (S&P)

Argentine : sous surveillance négative (S&P)

L’agence S&P a annoncé vendredi qu’elle plaçait « sous surveillance négative » la note de la dette de l’Argentine, confrontée à une dégringolade de sa devise la faisant replonger dans la crise économique.

« Les pressions récentes sur la devise argentine pourraient mettre en péril la mise en œuvre des mesures économiques », commente l’agence de notation dans un communiqué. L’Argentine a obtenu une ligne de crédit de 50 milliards de dollars de la part du FMI.

 

Argentine : un accident terrible, 10 morts pour la téléréalité

Argentine :  un accident terrible, 10 morts pour la téléréalité

Un événement dramatique qui concerne des sportifs de renommée mondiale victime sans doute de la malchance ; en la circonstance, il travaillaient pour uen émission de téléréalité , les sportifs devaient être lâchés en plein nature en situation de survie. Ce qui permet quand même de s’interroger sur l’intérêt réel de ce type de téléréalité et sur les risques pris. Bien entendu la collision de deux hélicoptères n’est pas imputable à l’émission de téléréalité pour autant on peut s’interroger sur l’existence de ce type de production télévisuelle toujours à la recherche du danger, de l’inédit, du sensationnel pour faire rêver le téléspectateur. On ne peut que rendre hommage à ces personnalités qui auront marqué le sport mondial mais quand même regretter qu’ils aient perdu la vie pour une émission destinée à distraire le téléspectatuers. Tutoyer l’insécurité ( ou la vulgarité dans d’autre types de téléréalité) pour faire marcher   l’audimat ne remonte pas le niveau des productions du petit écran.   Huit Français ont donc  trouvé la mort dans un accident d’hélicoptères dans la province de la Rioja en Argentine. Aucun des 10 passagers n’a survécu. Les Français présents à bord participaient au tournage d’un jeu télévisé d’aventure, Dropped.  « Un accident entre deux hélicoptères dans la Quebrada del Yeso a provoqué la mort de dix personnes (…). Ils faisaient partie de la production de Dropped« , dit un communiqué des autorités argentines. Auparavant, une source policière a déclaré que huit Français et les deux pilotes argentins avaient péri dans l’accident. Les autorités locales ont indiqué par la suite que la navigatrice Florence Arthaud, 57 ans,  la championne olympique de natation Camille Muffat, 25 ans, et le boxeur Alexis Vastine, 28 ans, faisaient partie des victimes. Les cinq autres membres de l’équipe de Dropped ont été identifiés par les autorités argentines comme « Laurent Sbasnik, Lucie Mei-Dalby, Volodia Guinard, Brice Guilbert, Edouard Gilles ».  « L’entreprise Dropped a communiqué la liste des personnes décédées dans l’accident, dont Camille Muffat, Alexis Vastine et Florence Arthaud », dit le communiqué diffusé par les autorités de la province de La Rioja, dans le nord-ouest de l’Argentine, où s’est déroulé le drame. Dropped est un programme de la chaîne TF1, produit par la société ALP, également productrice de Koh-Lanta et de Fort Boyard.

L’Argentine en défaut de paiement :à cause des fonds vautours

Argentine en défaut de paiement :à cause des fonds vautours

 

La troisième économie d’Amérique latine est en défaut de paiement. Faute d’accord entre l’Argentine et les fonds spéculatifs américains dits « vautours », le pays se retrouve une seconde fois en treize ans, en défaut de paiement.  L’Argentine a tenté de se remettre de sa faillite de 2001, en entamant une négociation avec ses créanciers. « 93% d’entre eux ont accepté en 2005 et 2010 d’effacer 70% de leurs créances », explique Le Figaro. En ce qui concerne les 7% restants, qui représentent 1,5 milliard de dollars, une longue lutte a opposé le gouvernement argentin aux deux fonds spéculatifs « vautours ».  Cette bataille s’est traduite devant la justice. Malgré, une décision de l’instance américaine donnant raison aux fonds spéculatifs, l’Argentine ne bouge pas et refuse de payer, avant le 31 décembre. En effet, la décision de la justice américaine place le pays dans une situation délicate. S’il décide de payer ses créances, auprès des deux fonds américains, les autres créanciers pourraient être en mesure de se retourner contre le gouvernement argentin et lui réclamer d’être remboursés. La décote de 70% auparavant acceptée ne serait plus valable et la facture pourrait dépasser « les 100 milliards de dollars », détaille Le Figaro. L’Argentine se retrouve donc en défaut de paiement, c’est-à-dire qu’elle n’a pas versé les 539 millions de dollars qui correspondent aux intérêts des obligations. Un enchaînement mécanique des évènements s’est terminé mercredi soir par la décision de l’agence de notation Standard and Poor’s d’abaisser la note de l’Argentine d’un cran à « défaut sélectif », soit SD (« selective default »).  Selon les analystes, une des premières conséquences du défaut de paiement est d’éloigner durablement l’Argentine de l’accès aux marchés internationaux des capitaux, dont elle est exclue depuis sa faillite en 2001 et sur lesquels elle tentait de revenir.  Selon l’agence de notation, le « défaut sélectif » signifie que « l’emprunteur n’a pas honoré une certaine partie de ses obligations ou une émission spécifique mais qu’il continue de payer ses autres types d’emprunts dans les temps ».  Tout n’est cependant pas perdu pour le pays latino-américain qui pourrait encore trouver un accord avec ses créditeurs les plus déterminés. « S’il y a un accord rapide, l’impact sur l’économie argentine sera relativement limité », estime la banque française Natixis dans une note. Cependant, « le coût d’un défaut prolongé sera substantiel », ajoute-t-elle. « Même si les données économiques fondamentales sont meilleures qu’en 2001, le pays souffrira de la hausse du coût de ses emprunts, les banques réduiront probablement leurs lignes de crédit à l’Argentine. Un défaut l’isolera des marchés financiers en dépit des récents efforts du gouvernement.  À l’issue de la réunion infructueuse à New York, Axel Kicillof, ministre de l’Économie argentin, a assuré que les fonds spéculatifs « ont essayé de nous imposer quelque chose d’illégal. L’Argentine est prête à dialoguer, à trouver un consensus. Nous allons chercher une solution juste, équilibrée et légale pour 100% de nos créanciers ».  Buenos Aires « va rembourser » les porteurs d’obligations issues de la dette restructurée mais « à des conditions raisonnables, sans tentative d’extorsion, sans pression, sans menace », a affirmé le ministre de l’Économie argentin. « L’Argentine a payé, elle a de l’argent, elle va continuer à payer. C’est le juge Griesa le responsable », a-t-il martelé en référence à l’argent bloqué par le magistrat. « Même si un défaut est toujours regrettable, nous ne pensons pas qu’il aura des conséquences majeures en dehors » du pays, a-t-elle estimé. Une alternative évoquée par la presse argentine durant les dernières heures des négociations pour sortir de la crise serait l’intervention de banques privées argentines. Par le biais d’un montage complexe, elles verseraient l’argent dû par le gouvernement aux deux fonds en rachetant leurs créances puis elles s’arrangeraient avec celui-ci pour se faire rembourser. Cette solution éviterait que les autres créanciers ne reviennent à la charge pour demander l’intégralité de leur dû.

Argentine : nouveau risque de défaut financier

Argentine : nouveau risque de défaut financier

La Cour suprême américaine a refusé lundi 16 juin d’examiner l’appel de l’Argentine contre sa condamnation à rembourser 1,33 milliard de dollars à des fonds spéculatifs ayant refusé la restructuration de sa dette. Cette décision inattendue fait craindre un nouveau défaut de la troisième économie d’Amérique latine. L’Argentine avait prévenu à plusieurs reprises d’un nouveau risque de défaut si elle devait se plier à cette obligation. Si les autorités argentines s’en tiennent à cette position, le pays pourrait se trouver en situation de défaut dès le 30 juin, lorsqu’arriveront à échéance des obligations régies par le droit de New York. Mais la présidente Cristina Kirchner a voulu rassurer en rappelant lundi que son pays avait « vocation à payer » sa dette et ne se placera pas, selon elle, en défaut de paiement.  Le refus de la Cour suprême américaine d’examiner l’appel de Buenos Aires revient à confirmer les décisions antérieures en faveur des investisseurs. Lors des restructurations de dettes de 2005 et 2010, 92 % des créanciers avaient accepté les conditions proposées par Buenos Aires, qui impliquaient un abandon de créances de plus de 70 %. Ceux avaient refusé ces restructurations, emmenés par les fonds spéculatifs Aurelius Capital Management et NML Capital, avaient fait condamner l’Argentine à leur payer 1,33 milliard de dollars (980 millions d’euros) par la justice américaine. Buenos Aires refuse de rembourser les fonds qu’elle qualifie de « vautours », en arguant du fait qu’elle ne peut pas leur accorder un traitement de faveur par rapport aux investisseurs ayant accepté les échanges.

FMI: l’Argentine change son calcul de l’inflation

FMI: l’Argentine change son calcul de l’inflation

 

Sanctionnée par le FMI, l’Argentine a décidé de changer son mode de calcul de l’inflation. Ce changement se traduira par « un nouvel indice des prix à la consommation en remplacement de la mesure actuelle, qui pose soi-disant tant de problèmes au FMI », a déclaré samedi soir le ministre de l’Economie, Hernan Lorenzino, sur la chaîne de télévision C5N.  En conséquence, le secrétariat du Commerce intérieur a annoncé que toutes les chaînes de supermarchés – y compris la française Carrefour et l’américaine Wal Mart – s’étaient engagées à geler les prix de tous leurs produits pendant 60 jours, à compter rétroactivement du 1er février jusqu’au 1er avril.  Un accord a été signé à cet effet par le gouvernement de Cristina Kirchner avec l’Association des supermarchés unis, qui regroupe toutes les grandes chaînes implantées dans le pays, alors que les consommateurs se plaignent de l’augmentation constante des prix des produits de première nécessité.  Selon le ministre de l’Economie, M. Lorenzino, l’Argentine devrait commencer à utiliser sa nouvelle méthode de calcul de l’inflation au dernier trimestre 2013.  Le FMI a sanctionné l’Argentine vendredi en émettant une « déclaration de censure » pour la première fois de son histoire. Avec cette décision, l’Argentine risquait la perte de ses droits de vote au sein de l’organisation internationale, voire une exclusion pure et simple du FMI.  Mais l’institution a décidé de reporter les sanctions et a donné jusqu’au 29 septembre à Buenos Aires pour se mettre en conformité.   »Les changements nécessitent du temps et le Fonds en est conscient », a commenté M. Lorenzino, tout en critiquant un jugement « à deux vitesses » de la part du FMI.  Dans un communiqué, son ministère a affirmé que « plusieurs pays » avaient modifié leur mesure du chômage, de l’indice des prix à la consommation, et la manière de présenter ces données.  Les statistiques officielles de l’Argentine accusent régulièrement une nette différence avec celles émises par de nombreux organismes privés indépendants.  Le mois dernier, le gouvernement faisait état d’une inflation à 10,8% en 2012, tandis qu’un institut privé évaluait ce taux à 25,6%.  Habituée des querelles avec le FMI, Buenos Aires est notamment accusée de minorer son inflation car une part importante de sa dette souveraine est indexée sur l’augmentation des prix.  Le gouvernement argentin a contesté la décision du FMI et demandé la tenue d’une réunion exceptionnelle pour réexaminer sa politique envers le pays.  L’Argentine et le FMI entretiennent des relations tendues depuis la faillite du pays en 2001. De nombreux gouvernements successifs ont déjà attribué la responsabilité des difficultés économiques du pays aux décisions du Fonds.  Le gouvernement argentin avait rompu ses relations avec le FMI en 2006, avant d’autoriser le retour des experts de l’institution en 2010, avec pour objectif la réforme de son indice des prix à la consommation.

 

Sanctions du FMI contre l’Argentine pour ses Statistiques truquées

Sanctions du FMI contre l’Argentine pour ses Statistiques truquées

L’Argentine a sans doute truqué ses statistiques économiques pour ne pas subir de pression supplémentaire des organismes préteurs. Le FMI va donc sévir. Pourtant le truquage des statistiques n’est pas un cas isolé ( voir ceux de la Grèce pour lui permettre de rejoindre la zone euro). En France par exemple, l’inflation est régulièrement sous évaluée pour n’avoir pas à relever salaires et pension. Personne ne peut croire sérieusement que l’inflation française a été limitée à environ 2% en 2012 avec la flambée de l’énergie, de l’alimentation et des impôts (ces deniers non pris en compte officiellement ; pourquoi ? mystère). L’inflation mesurée en période crise est faussée car la structure de consommation se modifie (exemple le prix des voitures diminuent mais on en achète beaucoup moins). L’argentine a sans doute forcé le trait. Le FMI a ouvert la voie vendredi à des sanctions contre l’Argentine, pouvant aller jusqu’à l’exclusion du Fonds, en adoptant pour la première fois de son histoire, une « déclaration de censure » contre le pays, accusé de tronquer ses statistiques économiques.  Dans un communiqué, le conseil d’administration du FMI, qui représente ses 188 Etats-membres, a appelé Buenos Aires à corriger « sans délai » les inexactitudes de ses statistiques de croissance et d’inflation et a fixé un nouvel ultimatum au pays pour fin septembre.   »Le conseil d’administration appelle l’Argentine à adopter sans délai les mesures visant à corriger les inexactitudes » de ses statistiques, indique le communiqué.  Dans le collimateur du FMI depuis juillet 2011, l’Argentine pourrait être privée d’accès aux ressources qu’elle verse au Fonds avant de se voir retirer ses droits de vote au sein de l’institution et, sanction ultime, d’en être exclue.  L’Argentine, qui a déjà un lourd passif avec le Fonds depuis sa faillite en 2001, est notamment accusée de minorer son inflation. En 2011, ses chiffres officiels faisaient état d’une inflation à 9,5% alors que les instituts privés l’avaient évaluée à plus du double (23%).  C’est la première fois dans l’histoire du Fonds monétaire international, créé en 1944, qu’une procédure de sanctions va aussi loin contre un pays en raison de problèmes de statistiques.  La Tchécoslovaquie reste le seul pays à avoir été exclu du FMI, au milieu des années 1950 alors que le pays était sous domination soviétique, mais le FMI n’avait pas alors utilisé cette procédure de « censure ».

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

L’Argentine refuse d’être évaluée par le FMI

L’Argentine refuse d’être évaluée par le FMI

L’Argentine qui ne veut certainement se voir imposer une nouvelle cure d’austérité et  faiat de la résistance depuis 5 ans auprès du FMI. L’Argentine refuse en effet depuis 62 mois  les évaluations économiques que le FMI mène chaque année sur ses 188 Etats-membres, a indiqué le Fonds aujourd’hui, trois jours avant une réunion de l’institution cruciale pour le pays. Vendredi, le FMI doit décider d’éventuelles sanctions contre Buenos Aires, accusée depuis plusieurs mois de tronquer ses statistiques sur la croissance et l’inflation. Le FMI a annoncé avoir eu aujourd’hui un « briefing informel » de ses équipes sur la situation économique en Argentine et précisé que l’évaluation en bonne et due forme du pays accusait « 62 mois de retard ». L’Argentine, qui tient le FMI pour partie responsable de la faillite du pays en 2001, refuse depuis plusieurs années que des équipes du Fonds évaluent sa politique économique.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Argentine : vers la faillite

Argentine : vers la faillite

L’agence d’évaluation financière Fitch a abaissé mardi de cinq crans la note de l’Argentine, de « B » à « CC », et jugé « probable » un défaut de paiement du pays, qui vient d’être condamné à verser 1,33 milliard de dollars à des fonds spéculatifs. Jeudi, un juge fédéral de l’Etat de New York a ordonné à l’Argentine de payer cette somme à des fonds spéculatifs détenteurs de dette publique et qui avaient refusé un échange de titres après le défaut de paiement du pays en 2001.

L’Argentine dément le défaut de paiement

L’Argentine dément  le défaut de paiement

« L’Argentine ne peut pas et ne va pas entrer en défaut de paiement », a assuré le ministre de l’Economie Hernan Lorenzino  dans des déclarations citées par le journal Pagina 12. L’Argentine s’était déclarée en décembre 2001 en défaut de paiement, le plus important de l’histoire, sur un montant record de 100 milliards de dollars.  L’agence de notation financière Standard and Poor’s (SP) avait abaissé fin octobre la note de la dette souveraine argentine de « B » à « B- », en raison des « risques croissants » financiers que traverse le pays. Sa concurrente Fitch Ratings a placé la note argentine (« B ») « sous surveillance négative ».  Une cour d’appel américaine avait rejeté le 26 octobre un recours déposé par Buenos Aires contre une première décision de justice rendue le 23 février, appelant l’Argentine à rembourser tous les porteurs privés, dont le fonds spéculatif NML.  Le gouvernement argentin a déclaré à plusieurs reprises que le pays refusait de payer le montant total de sa dette que lui réclament des fonds spéculatifs « récalcitrants » qui n’ont pas participé aux échanges de dette.  Hernan Lorenzino a accusé les agences de notation d’agiter le spectre d’un défaut de paiement de l’Argentine afin d’en tirer des gains financiers.  Des spéculateurs « parient beaucoup d’argent sur la possibilité qu’une agence de notation dise que l’Argentine a manqué à ses obligations », espérant pouvoir déclencher le paiement des CDS (« Credit Default Swap »), des contrats d’assurance contre le risque de non-remboursement d’un pays.  Le fonds spéculatif NML, qui a son siège aux îles Caïman, a obtenu la saisie du navire-école argentin Libertad au Ghana, où il est retenu depuis le 2 octobre.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol