Archive pour le Tag 'Après'

Immobilier : la prochaine crise après l’agriculture

Immobilier : la prochaine crise après l’agriculture

Le logement- l’immobilier en général- pourrait faire naître une autre crise après l’agriculture. Le secteur est en effet en pleine dépression et des milliers d’emplois pourraient être supprimés dès cette année. En outre une crise structurelle avec des causes multiples et durables. Jean-Claude Driant, professeur à l’école d’urbanisme de Paris, auteur de Les politiques du logement en France (La documentation française, 2015), Explique dans « la Tribune » que la crise du logement va durer faute de politique contracyclique

En quoi la crise actuelle du logement est-elle différente des crises précédentes ?

JEAN-CLAUDE DRIANT : C’est une crise multifacette qui, pour simplifier, cumule deux crises. Celle du logement, comprendre du logement trop cher, alimenté depuis vingt ans par des conditions de crédits favorables dans le neuf comme dans l’ancien et qui se traduit aujourd’hui par une difficulté pour de très nombreux ménages d’y accéder, à laquelle s’ajoute une crise immobilière extrêmement lourde. Celle-ci est liée au contexte international, à l’inflation et à la montée des taux d’intérêt, et se développe de façon différenciée selon que l’on soit sur le marché du neuf ou sur celui de l’existant.

Dans le neuf, la question se pose en termes de coûts de construction et de foncier qui génèrent des prix complètement inabordables pour la plupart des ménages confrontés au crédit. Même s’il faut souligner que les taux d’intérêt d’aujourd’hui ne sont pas si élevés. Ils le sont moins que l’inflation, ce qui est presque anormal économiquement parlant, cependant ils sont quatre fois plus élevés qu’il y a deux ans alors que les prix des logements n’ont pas baissé en proportion.

Dans l’ancien, la crise est certes liée aux prix trop élevés, mais il semble que l’on fasse ici le pari d’un marché capable de s’ajuster tout seul. Autrement dit, les prix baisseront parce que les vendeurs ne parviennent plus à vendre. Ce qui diffère grandement du neuf dont ni le coût du foncier, ni celui de la construction ne s’ajustent aussi facilement que dans l’existant.

Dès lors, la réponse à cette crise est-elle différente des précédentes ?

Jusqu’alors, dès qu’une crise importante apparaissait en France, nous avions l’habitude de développer des mesures politiques contracycliques permettant de passer le cap. Souvenez-vous de la crise financière de 2008. Tout le monde craignait un effondrement du secteur du bâtiment. Lequel ne s’est pas produit parce qu’il y a eu, en réponse, une politique claire, forte, à travers le Scellier, le doublement du prêt à taux zéro, le rachat important de logements des promoteurs par des bailleurs sociaux… Ce qui diffère avec cette crise, c’est qu’il n’y a pas de mesures contracycliques, rien n’a été enclenché, excepté le rachat de logements par CDC Habitat et Action Logement. Ce qui paraît très insuffisant.

Pourquoi cette absence de réponse ?

J’ai deux explications à cela. La première, c’est qu’on sort des années du « Quoi qu’il en coûte ». Un « Quoi qu’il en coûte » qui, soit dit en passant, n’a pas véritablement alimenté le marché immobilier. En termes de politiques publiques, l’enjeu de revenir à une certaine forme de sagesse budgétaire n’incite donc pas l’État à remettre de l’argent dans la machine.

La deuxième explication est plus idéologique. En mai 2023, le président de la République qualifiait le secteur du logement comme « un système de sur-dépense publique ». C’est son interprétation, sa lecture d’un secteur dans lequel, selon lui, on a historiquement mis beaucoup d’argent pour fabriquer de la rente, sans résultat social et économique efficace. En fait, je crois qu’au sommet de l’Etat la question ne se pose pas vraiment. Le marché ajustera. Ou, à défaut, les collectivités territoriales.

Pourtant, on voit bien les difficultés de certaines collectivités à produire du logement, notamment social. En Provence-Alpes Côte d’Azur, le parc social ne représente que 14% du parc de résidences principales, contre plus de 17% au national. 95 communes régionales sont concernées par un arrêté de carence au titre du bilan triennal 2020-2022, dont 26 dans les Alpes-Maritimes où 72% des logements sociaux sont réalisés en Vefa par des promoteurs privés, contre 56% au national…

Cette particularité azuréenne est une démonstration de l’interdépendance qui s’est créé entre le monde du logement social, qui a besoin des promoteurs pour produire, et celui des promoteurs, lesquels se trouvent dans une situation d’arbitrage financier compliqué au regard des prix de vente des lots et ceux des logements individuels. Cette dépendance génère aujourd’hui une baisse sensible de la production de logements sociaux dans les territoires alors que les besoins sont très importants. Le fait que ce problème ne soit pas un sujet politique fort reste pour moi un facteur de surprise constant. Est-ce peut-être parce que 40% des ménages sont propriétaires ? C’est presque un ménage sur deux. Ou peut-être aussi parce que les gilets jaunes n’auraient pas parlé de logement ? Je ne suis pas d’accord avec cela. Nous les avons mal écoutés car tous les problèmes soulignés alors étaient intimement liés à la question du logement. Et le logement social est au cœur de tout cela.

Dans ce contexte difficile, quid de la question écologique ?

L’écologie va influer très lourdement sur les politiques du logement, et ce sur au moins trois points. Nous le constatons déjà avec la question de la sobriété foncière, cette fameuse ZAN (pour Zéro artificialisation nette, NDLR) qui pèse forcément sur la disposition du foncier. Il y a aussi la rénovation énergétique, laquelle pose de nombreuses questions d’ordre économique, social, patrimonial, générationnel même ! Qu’est-ce que c’est, par exemple, que de rénover sa maison quand on a 70 ans ? Enfin, le troisième volet, à savoir le bilan carbone de la construction neuve, est celui qui concentre des critiques de plus en plus voyantes. Un certain nombre d’acteurs issus des milieux économiques (Bercy) mettent en effet en cause le rythme de construction neuve au nom de tout un ensemble de choses dont l’écologie et la démographie. Il faut porter attention à ce type de propos, car nous allons les entendre de plus en plus souvent dans l’avenir. Ils généreront, je pense, des réflexions sur l’évolution des savoir-faire entre la construction neuve et la rénovation qui se traduiront par des transformations très lourdes pour l’ensemble des métiers.

Immobilier- logement : la prochaine crise après l’agriculture

Immobilier- logement : la prochaine crise après l’agriculture

Le logement- l’immobilier en général- pourrait faire naître une autre crise après l’agriculture. Le secteur est en effet en pleine dépression et des milliers d’emplois pourraient être supprimés dès cette année. En outre une crise structurelle avec des causes multiples et durables. Jean-Claude Driant, professeur à l’école d’urbanisme de Paris, auteur de Les politiques du logement en France (La documentation française, 2015), Explique dans « la Tribune » que la crise du logement va durer faute de politique contracyclique

En quoi la crise actuelle du logement est-elle différente des crises précédentes ?

JEAN-CLAUDE DRIANT : C’est une crise multifacette qui, pour simplifier, cumule deux crises. Celle du logement, comprendre du logement trop cher, alimenté depuis vingt ans par des conditions de crédits favorables dans le neuf comme dans l’ancien et qui se traduit aujourd’hui par une difficulté pour de très nombreux ménages d’y accéder, à laquelle s’ajoute une crise immobilière extrêmement lourde. Celle-ci est liée au contexte international, à l’inflation et à la montée des taux d’intérêt, et se développe de façon différenciée selon que l’on soit sur le marché du neuf ou sur celui de l’existant.

Dans le neuf, la question se pose en termes de coûts de construction et de foncier qui génèrent des prix complètement inabordables pour la plupart des ménages confrontés au crédit. Même s’il faut souligner que les taux d’intérêt d’aujourd’hui ne sont pas si élevés. Ils le sont moins que l’inflation, ce qui est presque anormal économiquement parlant, cependant ils sont quatre fois plus élevés qu’il y a deux ans alors que les prix des logements n’ont pas baissé en proportion.

Dans l’ancien, la crise est certes liée aux prix trop élevés, mais il semble que l’on fasse ici le pari d’un marché capable de s’ajuster tout seul. Autrement dit, les prix baisseront parce que les vendeurs ne parviennent plus à vendre. Ce qui diffère grandement du neuf dont ni le coût du foncier, ni celui de la construction ne s’ajustent aussi facilement que dans l’existant.

Dès lors, la réponse à cette crise est-elle différente des précédentes ?

Jusqu’alors, dès qu’une crise importante apparaissait en France, nous avions l’habitude de développer des mesures politiques contracycliques permettant de passer le cap. Souvenez-vous de la crise financière de 2008. Tout le monde craignait un effondrement du secteur du bâtiment. Lequel ne s’est pas produit parce qu’il y a eu, en réponse, une politique claire, forte, à travers le Scellier, le doublement du prêt à taux zéro, le rachat important de logements des promoteurs par des bailleurs sociaux… Ce qui diffère avec cette crise, c’est qu’il n’y a pas de mesures contracycliques, rien n’a été enclenché, excepté le rachat de logements par CDC Habitat et Action Logement. Ce qui paraît très insuffisant.

Pourquoi cette absence de réponse ?

J’ai deux explications à cela. La première, c’est qu’on sort des années du « Quoi qu’il en coûte ». Un « Quoi qu’il en coûte » qui, soit dit en passant, n’a pas véritablement alimenté le marché immobilier. En termes de politiques publiques, l’enjeu de revenir à une certaine forme de sagesse budgétaire n’incite donc pas l’État à remettre de l’argent dans la machine.

La deuxième explication est plus idéologique. En mai 2023, le président de la République qualifiait le secteur du logement comme « un système de sur-dépense publique ». C’est son interprétation, sa lecture d’un secteur dans lequel, selon lui, on a historiquement mis beaucoup d’argent pour fabriquer de la rente, sans résultat social et économique efficace. En fait, je crois qu’au sommet de l’Etat la question ne se pose pas vraiment. Le marché ajustera. Ou, à défaut, les collectivités territoriales.

Pourtant, on voit bien les difficultés de certaines collectivités à produire du logement, notamment social. En Provence-Alpes Côte d’Azur, le parc social ne représente que 14% du parc de résidences principales, contre plus de 17% au national. 95 communes régionales sont concernées par un arrêté de carence au titre du bilan triennal 2020-2022, dont 26 dans les Alpes-Maritimes où 72% des logements sociaux sont réalisés en Vefa par des promoteurs privés, contre 56% au national…

Cette particularité azuréenne est une démonstration de l’interdépendance qui s’est créé entre le monde du logement social, qui a besoin des promoteurs pour produire, et celui des promoteurs, lesquels se trouvent dans une situation d’arbitrage financier compliqué au regard des prix de vente des lots et ceux des logements individuels. Cette dépendance génère aujourd’hui une baisse sensible de la production de logements sociaux dans les territoires alors que les besoins sont très importants. Le fait que ce problème ne soit pas un sujet politique fort reste pour moi un facteur de surprise constant. Est-ce peut-être parce que 40% des ménages sont propriétaires ? C’est presque un ménage sur deux. Ou peut-être aussi parce que les gilets jaunes n’auraient pas parlé de logement ? Je ne suis pas d’accord avec cela. Nous les avons mal écoutés car tous les problèmes soulignés alors étaient intimement liés à la question du logement. Et le logement social est au cœur de tout cela.

Dans ce contexte difficile, quid de la question écologique ?

L’écologie va influer très lourdement sur les politiques du logement, et ce sur au moins trois points. Nous le constatons déjà avec la question de la sobriété foncière, cette fameuse ZAN (pour Zéro artificialisation nette, NDLR) qui pèse forcément sur la disposition du foncier. Il y a aussi la rénovation énergétique, laquelle pose de nombreuses questions d’ordre économique, social, patrimonial, générationnel même ! Qu’est-ce que c’est, par exemple, que de rénover sa maison quand on a 70 ans ? Enfin, le troisième volet, à savoir le bilan carbone de la construction neuve, est celui qui concentre des critiques de plus en plus voyantes. Un certain nombre d’acteurs issus des milieux économiques (Bercy) mettent en effet en cause le rythme de construction neuve au nom de tout un ensemble de choses dont l’écologie et la démographie. Il faut porter attention à ce type de propos, car nous allons les entendre de plus en plus souvent dans l’avenir. Ils généreront, je pense, des réflexions sur l’évolution des savoir-faire entre la construction neuve et la rénovation qui se traduiront par des transformations très lourdes pour l’ensemble des métiers.

Logement: La prochaine crise après l’agriculture ?

Logement: La prochaine crise après l’agriculture ?

Le logement- l’immobilier en général- pourrait faire naître une autre crise après l’agriculture. Le secteur est en effet en pleine dépression et des milliers d’emplois pourraient être supprimés dès cette année. En outre une crise structurelle avec des causes multiples et durables. Jean-Claude Driant, professeur à l’école d’urbanisme de Paris, auteur de Les politiques du logement en France (La documentation française, 2015), Explique dans « la Tribune » que la crise du logement va durer faute de politique contracyclique

En quoi la crise actuelle du logement est-elle différente des crises précédentes ?

JEAN-CLAUDE DRIANT : C’est une crise multifacette qui, pour simplifier, cumule deux crises. Celle du logement, comprendre du logement trop cher, alimenté depuis vingt ans par des conditions de crédits favorables dans le neuf comme dans l’ancien et qui se traduit aujourd’hui par une difficulté pour de très nombreux ménages d’y accéder, à laquelle s’ajoute une crise immobilière extrêmement lourde. Celle-ci est liée au contexte international, à l’inflation et à la montée des taux d’intérêt, et se développe de façon différenciée selon que l’on soit sur le marché du neuf ou sur celui de l’existant.

Dans le neuf, la question se pose en termes de coûts de construction et de foncier qui génèrent des prix complètement inabordables pour la plupart des ménages confrontés au crédit. Même s’il faut souligner que les taux d’intérêt d’aujourd’hui ne sont pas si élevés. Ils le sont moins que l’inflation, ce qui est presque anormal économiquement parlant, cependant ils sont quatre fois plus élevés qu’il y a deux ans alors que les prix des logements n’ont pas baissé en proportion.

Dans l’ancien, la crise est certes liée aux prix trop élevés, mais il semble que l’on fasse ici le pari d’un marché capable de s’ajuster tout seul. Autrement dit, les prix baisseront parce que les vendeurs ne parviennent plus à vendre. Ce qui diffère grandement du neuf dont ni le coût du foncier, ni celui de la construction ne s’ajustent aussi facilement que dans l’existant.

Dès lors, la réponse à cette crise est-elle différente des précédentes ?

Jusqu’alors, dès qu’une crise importante apparaissait en France, nous avions l’habitude de développer des mesures politiques contracycliques permettant de passer le cap. Souvenez-vous de la crise financière de 2008. Tout le monde craignait un effondrement du secteur du bâtiment. Lequel ne s’est pas produit parce qu’il y a eu, en réponse, une politique claire, forte, à travers le Scellier, le doublement du prêt à taux zéro, le rachat important de logements des promoteurs par des bailleurs sociaux… Ce qui diffère avec cette crise, c’est qu’il n’y a pas de mesures contracycliques, rien n’a été enclenché, excepté le rachat de logements par CDC Habitat et Action Logement. Ce qui paraît très insuffisant.

Pourquoi cette absence de réponse ?

J’ai deux explications à cela. La première, c’est qu’on sort des années du « Quoi qu’il en coûte ». Un « Quoi qu’il en coûte » qui, soit dit en passant, n’a pas véritablement alimenté le marché immobilier. En termes de politiques publiques, l’enjeu de revenir à une certaine forme de sagesse budgétaire n’incite donc pas l’État à remettre de l’argent dans la machine.

La deuxième explication est plus idéologique. En mai 2023, le président de la République qualifiait le secteur du logement comme « un système de sur-dépense publique ». C’est son interprétation, sa lecture d’un secteur dans lequel, selon lui, on a historiquement mis beaucoup d’argent pour fabriquer de la rente, sans résultat social et économique efficace. En fait, je crois qu’au sommet de l’Etat la question ne se pose pas vraiment. Le marché ajustera. Ou, à défaut, les collectivités territoriales.

Pourtant, on voit bien les difficultés de certaines collectivités à produire du logement, notamment social. En Provence-Alpes Côte d’Azur, le parc social ne représente que 14% du parc de résidences principales, contre plus de 17% au national. 95 communes régionales sont concernées par un arrêté de carence au titre du bilan triennal 2020-2022, dont 26 dans les Alpes-Maritimes où 72% des logements sociaux sont réalisés en Vefa par des promoteurs privés, contre 56% au national…

Cette particularité azuréenne est une démonstration de l’interdépendance qui s’est créé entre le monde du logement social, qui a besoin des promoteurs pour produire, et celui des promoteurs, lesquels se trouvent dans une situation d’arbitrage financier compliqué au regard des prix de vente des lots et ceux des logements individuels. Cette dépendance génère aujourd’hui une baisse sensible de la production de logements sociaux dans les territoires alors que les besoins sont très importants. Le fait que ce problème ne soit pas un sujet politique fort reste pour moi un facteur de surprise constant. Est-ce peut-être parce que 40% des ménages sont propriétaires ? C’est presque un ménage sur deux. Ou peut-être aussi parce que les gilets jaunes n’auraient pas parlé de logement ? Je ne suis pas d’accord avec cela. Nous les avons mal écoutés car tous les problèmes soulignés alors étaient intimement liés à la question du logement. Et le logement social est au cœur de tout cela.

Dans ce contexte difficile, quid de la question écologique ?

L’écologie va influer très lourdement sur les politiques du logement, et ce sur au moins trois points. Nous le constatons déjà avec la question de la sobriété foncière, cette fameuse ZAN (pour Zéro artificialisation nette, NDLR) qui pèse forcément sur la disposition du foncier. Il y a aussi la rénovation énergétique, laquelle pose de nombreuses questions d’ordre économique, social, patrimonial, générationnel même ! Qu’est-ce que c’est, par exemple, que de rénover sa maison quand on a 70 ans ? Enfin, le troisième volet, à savoir le bilan carbone de la construction neuve, est celui qui concentre des critiques de plus en plus voyantes. Un certain nombre d’acteurs issus des milieux économiques (Bercy) mettent en effet en cause le rythme de construction neuve au nom de tout un ensemble de choses dont l’écologie et la démographie. Il faut porter attention à ce type de propos, car nous allons les entendre de plus en plus souvent dans l’avenir. Ils généreront, je pense, des réflexions sur l’évolution des savoir-faire entre la construction neuve et la rénovation qui se traduiront par des transformations très lourdes pour l’ensemble des métiers.

Départ de Darmanin après les JO ?

Départ de Darmanin après les JO ?


Darmanin a beaucoup insisté pour demeurer dans le gouvernement avant que Attal ne soit nommé par Macron. En réalité, l’actuel ministre de l’intérieur visait le poste de Premier ministre et cela même avant la nomination d’Élisabeth Borne. Pour lui, c’est effectivement une désillusion. Il veut cependant montrer sa capacité de gestion à l’occasion du maintien de l’ordre lors des JO. Au lendemain, il pourrait bien partir si le bilan est satisfaisant. Il commencerait alors à s’inscrire dans une perspective visant directement l’échéance présidentielle de 2017. Darmanin a en effet compris que le jeune Attal avait été jeté dans ses roues justement pour l’empêcher d’être candidat en 2027.

Dans l’opposition, en tout cas dans la liberté d’expression, Darmanin pourra reconstruire sa dynamique d’expression pour combattre en particulier le rassemblement national. En tout cas pour l’instant car l’éventualité d’un grand succès du RN pourrait ensuite balayer tout le paysage politique à droite.

Le ministre de l’Intérieur depuis 2020, Gérald Darmanin, a déclaré au Figaro que « sa mission » est « de réussir les Jeux olympiques », ajoutant « qu’après un cycle au ministère de l’Intérieur sera atteint ».

Gérald Darmanin, gardien des clés de la place Beauvau depuis 2020, envisage-t-il de renoncer à sa fonction dans un futur proche? C’est ce que laissent sous-entendre ses paroles dans un article du Figaro.

Si le ministre affirme que « sa mission, c’est de réussir les Jeux olympiques », il souligne « qu’après, un cycle au ministère de l’Intérieur sera atteint ».

D’après les mots du quotidien, Gérald Darmanin suggère « qu’il faudra une respiration politique pour lui comme pour ses collègues » du gouvernement, constitué comme un « électrochoc fait pour gagner les élections européennes » de juin.

Après le meurtre de Thomas à Crépol, la maire de Romans-sur-Isère menacée

Après le meurtre de Thomas à Crépol, la maire de Romans-sur-Isère menacée . Elle n’avait pas hésité de manière fort courageuse à soligner la gravité de la situation, les causes structurelles et les conséquences possibles dénonçant en même temps d’une certaine manière le laxisme de toute une société, institutions et politiques compris.

Le pire après la mort de Thomas c’est que les barbares continuent d’inquiéter la population et même les élus. Ainsi Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans-sur-Isère, dont sont originaires les principaux suspects de l’attaque sur le bal d’hiver de Crépol, a indiqué avoir reçu des menaces de mort, confirmant une information dans une interview au Figaro .

«J’ai reçu hier matin deux appels anonymes auprès du standard de la mairie, avec des messages relevant de l’intimidation, me demandant si je disposais d’une kalachnikov chez moi et si j’avais des gardes du corps», a-t-elle d’abord décrit. «C’est monté d’un cran dans l’après-midi, où j’ai reçu un message privé sur Instagram, précisant qu’on me prévoyait une décapitation (…) et que cette décapitation fait qu’on jonglerait avec mon crâne, et que ce serait fait d’ici un mois.»

La maire DVD Avait eu ce courage de dénoncer le déni de réalité notamment en considérant comme indécent le fait de n’avoir pas communiqué les prénoms des criminels dès le début de l’enquête. Elle a fortement critiqué le déni de réalité des pouvoirs publics en particulier de la justice.

Metz: le responsable d’un meurtre sauvage remis en liberté après un an de prison

Metz: le responsable d’un meurtre sauvage remis en liberté après un an de prison


Le suspect, âgé de 17 ans au moment des faits, avait été mis en examen pour meurtre et placé en détention provisoire le 10 octobre 2022.

Un peu plus d’un an après la mort d’un homme de 27 ans, tué de plusieurs dizaines de coups de couteau à Maizières-lès-Metz (Moselle), le suspect a été mis en liberté sous contrôle judiciaire, a-t-on appris mercredi 29 novembre du procureur de la République de Metz. La décision avait été frappée d’appel par le parquet, a précisé à l’AFP le magistrat Yves Badorc. Mais elle a été confirmée par la cour d’appel de Metz dans un arrêt du 16 novembre.

Les raisons de cette mise en liberté «sont qu’au sens des critères juridiques pour le maintenir en détention, (les juges) ont estimé que la détention provisoire ne se justifiait plus», a indiqué à l’AFP l’avocat de la famille de la victime, Me Alexandre Bernard. Le mis en examen a également proposé des éléments d’insertion, «un projet de logement notamment», a expliqué le conseil.

Le suspect, âgé de 17 ans au moment des faits, avait été interpellé dès le lendemain. Il a été mis en examen pour meurtre et placé en détention provisoire le 10 octobre 2022. Une source au sein de la gendarmerie avait à l’époque dénombré 26 blessures par arme blanche.

Après les Gilets jaunes, des crises répétées , pourquoi ?

Après les Gilets jaunes, des crises répétées , pourquoi ?


Il y a cinq ans, les Gilets jaunes. La mobilisation née à l’automne 2018 de revendications sur le coût du carburant éclaire les contestations sociales survenues en 2023. Le mouvement n’existe plus dans son organisation initiale mais s’est diffusé et persiste sous d’autres signes. « Le système politique n’arrive plus à expliquer cette énigme que beaucoup de gens vivent : pourquoi je galère alors que je vis dans un pays riche ? », montrent les chercheurs en science politique Magali Della Sudda (Sciences Po Bordeaux, Centre Emile Durkheim) et Bruno Cautrès (Sciences Po, Cevipof).

( interview dans La Tribune)

Cinq ans après l’irruption du mouvement des Gilets jaunes et l’expression d’une crise sociale latente. Quels sont les signes encore visibles à travers les entretiens que vous menez toujours ?

Magali DELLA SUDDA, chercheuse à Sciences Po Bordeaux / Centre Émile Durkheim – Aujourd’hui, le mouvement n’existe plus sous sa forme massive de manifestation le samedi et d’occupation des ronds-points, sauf cas particuliers. Le rond-point des azalées à La Réunion est occupé nuit et jour, c’est un lieu de vie et de culture. Dans le Sud-Ouest, on a des ronds-points encore actifs dans le Lot-et-Garonne. Cette forme-là est vraiment sporadique. Les participantes et les participants aux Gilets jaunes, pour beaucoup, nous les retrouvons dans les luttes sociales autour des retraites. Ce qui n’est pas une surprise car dans nos questionnaires le sujet revenait chez 50 % des personnes interrogées.

Bruno CAUTRÈS, chercheur à Sciences Po / Cevipof – J’ai un vrai doute sur le fait que le mouvement pourrait repartir tel qu’il s’est formé au début. Les dégâts sont trop importants dans la vie des gens, et pas seulement pour les mutilés. Les personnes qui ont été condamnés pour des dégradations ont été marquées. Beaucoup de Gilets jaunes ont tourné la page. Parmi les leaders médiatiques, certains se sentaient menacés ou étaient trop perturbés par rapport à cette période. Mais les problèmes sont toujours là et dans les profondeurs de la mémoire du pays, tout le monde se rappelle de ces samedis.

Les revendications du mouvement lui ont-elles survécu ?

Bruno CAUTRÈS – Les choses ne sont pas univoques. Il y a des effets, comme sur la demande de démocratie directe et de référendum, qui est à l’ordre du jour des rencontres de Saint-Denis aujourd’hui. Cela amène des réflexions même cinq ans après. Mais on voit que la demande d’ordre public est très importante dans le pays car le politique ne comprend pas qu’il y ait une addition d’épisodes éruptifs. Ce sont des crises répétées qu’on n’arrive pas à résoudre.

Une cinquantaine de chercheurs en France mène des projets de recherche autour de la sociologie du mouvement des Gilets jaunes. Ces travaux, financés par l’Agence nationale de la recherche, ont notamment abouti à la publication en juin 2023 de l’ouvrage dirigé par Magali Della Sudda, Jean-Pierre Lefèvre et Pierre Robin, intitulé « De la valse des ronds points aux cahiers de la colère ».

Le sentiment d’injustice s’est d’ailleurs encore largement exprimé cette année lors de la mobilisation contre la réforme des retraites…

Magali DELLA SUDDA – Dans l’enquête, les personnes qui nous répondent ont autour de 45 ans. Ce sont des générations nées juste avant le bicentenaire de la Révolution française. Ces générations étaient à l’école élémentaire au moment où on a planté des arbres de la liberté, on les a fait participer à ce récit national en les habillant en sans-culottes. Il faut se souvenir de l’orchestration du défilé de Jean-Paul Goude sur les Champs-Élysées, d’autant plus important que les gens ont pu le voir à la télé. Tout ça pour dire qu’on a grandi dans cette idée que la République est un horizon émancipateur. Aujourd’hui, on se retrouve dans un monde qui produit de plus en plus de richesses mais où les personnes n’ont pas le sentiment de recevoir à la hauteur de ce qu’elles donnent. L’accès aux services publics est difficile alors qu’il allait de soi il y a vingt ans. Il y a un profond sentiment de mépris qui ressort aussi dans les entretiens.

Bruno CAUTRÈS – Je tiens à rappeler que ce que nous avions observé en décembre 2018, au moment de la collecte de données de l’enquête annuelle du Cevipof sur la confiance politique, était tellement impressionnant en terme de défiance. Les chutes de tous les indicateurs de confiance étaient massives, à tel point que je les considère comme le limite extrême de confiance qu’on peut avoir dans les institutions d’un régime démocratique. On était en gros entre 20 et 25 % de confiance, et même 9 % pour les partis politiques. C’est propre à la France. On a alors observé une connexion entre le sentiment de ne pas être représenté, la défiance politique et l’injustice sociale ressentie. Le système politique n’arrive plus à expliquer aux gens cette énigme que beaucoup de gens vivent : pourquoi je galère alors que je vis dans un pays riche ?

Comment le pouvoir politique a-t-il réagi à ce choc ?

Bruno CAUTRÈS – Je ne dis pas que le politique ne fait rien, il ne s’agit surtout pas de tomber dans la caricature, de dire qu’il faut tous les virer, ce qui serait extrêmement populiste. Le politique fait des choses, mais pas à la hauteur de la richesse du pays et des attentes des gens. Dans la foulée des Gilets jaunes, l’exécutif fait des tentatives, comme le « reste à charge zéro » sur certains soins de santé. Mais derrière, il reste toujours des inégalités de folie sur l’accès aux soins.

Quand vous regardez la trajectoire politique d’Emmanuel Macron et de l’exécutif de manière générale, on peut se demander si les Gilets jaunes n’ont pas en partie gagné. Le Président est sorti de la trajectoire initiale et ne l’a jamais retrouvée, il y a un avant et un après pour Emmanuel Macron également. Il y a des mots de l’univers macroniste qui ont disparu, comme « émancipation » ou « progrès ». Mais pendant toute la campagne de 2022, il n’y a pas un moment où il fait une proposition qu’il a entendu durant le Grand Débat national. Ça traduit chez lui à quel point il est difficile pour lui-même de reconnaître les limites de son modèle politique.

Quel regard porte-t-on sur les violences commises durant cette période ?

Magali DELLA SUDDA – Quand les travailleurs manuels perdent leurs mains, ils perdent tout. L’honneur des travailleurs, porté à travers les Gilets jaunes, s’effondre. Beaucoup de mutilés n’ont pas été indemnisés et ne le seront jamais. On a un problème de reconnaissance. Or, la reconnaissance va avec la confiance. L’expérience corporelle de ce qu’on a vu et vécu va provoquer une prise de risque physique et financière dans le fait d’aller manifester.

La question de la violence a fait fuir des personnes dès le début, tout comme l’évolution des thèmes. Quand la justice sociale, la question de la redistribution des richesses, l’écologie et l’opposition à la violence des forces de l’ordre deviennent des revendications, une partie des Gilets jaunes de la première heure, qui était là sur un mot d’ordre anti-fiscal, s’en va. C’est le moment où les ronds-points sont évacués. Ça a révélé des fractures territoriales, socio-économiques, culturelles aussi, c’est très clair sur l’écologie par exemple.

Bruno CAUTRÈS – C’est un autre ressort du drame social qui s’est joué : comment un pays aussi riche, développé et démocratique, peut gérer une crise avec de tels dégâts partout ? On a tous été marqués par des scènes inouïes et terrifiantes. Il reste dans la société, à l’état diffus, un sentiment de plus grande vulnérabilité.

En quoi les cinq années écoulées montrent-elles que le mouvement initial n’était pas anti-écologiste malgré son opposition à une taxe sur le carburant ?

Magali DELLA SUDDA – On a un certain nombre de personnes dans l’enquête qui étaient néo-manifestantes en 2018 et qu’on retrouve cinq ans plus tard à Sainte-Soline. C’est quelque chose qu’on ne pouvait pas imaginer. Rejoindre la cause des bassines n’a rien d’évident, ces personnes se disent « ça me concerne » alors qu’elles pourraient se dire qu’il ne s’agit que d’un problème d’agriculture locale dans les Deux-Sèvres. C’est le cas d’une partie significative des Gilets jaunes encore actifs.

Macron: Un président sans boussole après son initiative politique ratée de Saint-Denis

Macron: Un président sans boussole après son initiative politique ratée de Saint-Denis

L’initiative politique d’ampleur annoncé par Macron qui doit se tenir à Saint-Denis finit en eau de boudin. Du coup lundi le chef de l’État a fait part de sa colère à la fois vis-à-vis du parti des « républicains » et du parti socialiste. La pseudo grande initiative annoncée par le chef de l’État va donc se réduire essentiellement à une confrontation entre les macronistes et le « front national ». Ce n’était pas vraiment l’objectif de départ ! Un papier des « écho »s qui n’est pas un journal spécialement gauchiste évoque le flou de la politique actuelle du président.

par Par Cécile Cornudet dans « les Echos »

Après LFI, ce sont le PS puis Les Républicains qui déclinent l’invitation de vendredi. Dire non à Macron pour paraître un opposant résolu. Je suis toujours à gauche, tente de signifier le parti d’Olivier Faure, malgré ses prises de distances avec Jean-Luc Mélenchon. Je suis toujours à droite, signifie en écho celui d’Eric Ciotti, alors que la droite sénatoriale vient d’approuver le projet de loi immigration. Qui est pris peut aussi prendre, tentent les deux anciens partis de gouvernement. Mais est-ce vraiment de leur intérêt ? Rien n’est moins sûr.

Outre l’échange promis sur l’actualité internationale, tout sauf mineure en ce moment, Emmanuel Macron veut mettre sur la table un élargissement du champ du référendum aux questions de société, soit une revendication de longue date des LR qui rêvent d’une consultation sur l’immigration. Si annonce il y a, ce sera donc sans eux.

Il se dit également ouvert à un accès facilité au référendum d’initiative partagée (RIP) comme le souhaite le Parti socialiste. Là encore, si la rencontre de vendredi progresse, les socialistes ne seront pas là pour dire « c’est grâce à nous ».

Qui reste-t-il dès lors à ces « rendez-vous » d’Emmanuel Macron ? Un cénacle rétréci à Jordan Bardella (RN), Fabien Roussel (PCF), Marine Tondelier (Les Ecologistes), Hervé Marseille (Union des démocrates et indépendants) et les têtes de la majorité Stéphane Séjourné, Edouard Philippe, François Bayrou, auxquels sont associés les présidents des deux assemblées. « L’initiative politique d’ampleur », comme l’avait appelée le chef de l’Etat, est devenue riquiqui.

« Les absents ont tort », balaye l’Elysée, en espérant qu’ils changeront d’avis d’ici à vendredi. Mais les absents jettent une lumière crue sur l’initiateur des agapes. Le moment est compliqué. Le « jus » de la fin août a disparu, s’inquiète une partie de la Macronie. Au début du premier quinquennat, le président inondait ses proches d’un SMS récurrent : « Comment tu sens les choses ? ». Désormais c’est entre eux qu’ils échangent cette question : « Tu comprends ce que fait Macron ? ».

Sur le conflit Israël-Hamas (Edouard Philippe), sur son absence dans la manifestation contre l’antisémitisme, sur la suite des réformes (Bruno Le Maire), sur le devenir de la loi fin de vie (l’aile gauche), sur sa ligne en matière d’immigration, une même interrogation : où va-t-il ?

Accroissement encore des inégalités après Covid

Accroissement encore des inégalités après Covid

Après Covid, la France a enregistré un taux de pauvreté encore supérieur. Un taux s’élevant à 14,5% de la population en France métropolitaine, selon les derniers chiffres de l’Insee. Plus concrètement, cela signifie que 9,1 millions de personnes avaient un niveau de vie inférieur à 1.158 euros par mois pour une personne seule ou 1.737 euros pour un couple, seuil correspond à 60% du niveau de vie médian.

En 2021, en tenant compte de l’inflation, le niveau de vie a reculé pour les 20% de Français les plus modestes (-2,1% pour le premier décile de revenus et -2,0% pour le second décile), tandis qu’il a progressé pour les 20% les plus aisés (+1,6% pour le huitième décile et +1,1% pour le neuvième décile), note l’Insee. Le niveau de vie médian, lui, a légèrement diminué (-0,3%).

Le Secours catholique alerte sur la hausse de la pauvreté, les femmes particulièrement touchées
Par ailleurs, ajoute l’Insee, certaines prestations sociales sont revalorisées en fonction de l’inflation de l’année précédente et n’ont donc pas été suffisantes pour maintenir le pouvoir d’achat en 2021, l’inflation ayant été supérieure à 2020.

Encore un policier blessé après refus d’obtempérer

Encore un policier blessé après refus d’obtempérer

Encore une agression depoliciers qui témoigne du rapport délétère de certains à la loi et à ceux qui la font respecter. Les faits se sont produits dans la nuit du samedi 11 novembre au dimanche 12 novembre, vers 00h40, sur un parking dans le quartier de Rosendaël à Dunkerque, a appris BFM Grand Lille, auprès d’une source municipale. Un véhicule, roulant de façon excessive, est repéré par les forces de l’ordre à plusieurs reprises. Les policiers décident donc d’intervenir pour contrôler le conducteur, ce dernier engage une manœuvre. Un policier municipal fait, à plusieurs reprises, usage de son arme en tirant sur le véhicule. Dans sa fuite, la voiture percute deux fois l’un des policiers municipaux. Il souffre de côtes cassées et de contusions, selon une source policière à BFMTV.

Le policier qui a fait usage de son arme a été soigné pour des acouphènes.

« Toutes mes pensées vont au policier municipal de Dunkerque grièvement blessé cette nuit, après un refus d’obtempérer. Les moyens de la police nationale sont mobilisés pour retrouver le chauffard », écrit-il, sur X (anciennement Twitter).

Le ministre de l’Intérieur indique que « les moyens de la police nationale sont mobilisés pour retrouver le chauffard ».

Politique- Macron après 2027: retour au fric ?

Politique- Macron après 2027: retour au fric ?

Macron affirme qu’il fera probablement « quelque chose de complètement différent » de la politique après 2027; D’abord un ouf de soulagement pour ce président sans doute le plus impopulaire que le pays ait connu. Pas étonnant , il n’avait auparavant connu aucun engagement politique, aucune responsabilité sociale et avait été parachuté par les banquiers et autres grands patrons.

Le chef de l’État affirme donc que son avenir ne sera pas dans la politique mais dans quelque chose de très différent. On voit mal quel pourrait être cet ailleurs autre que dans la finance. Macron n’a en effet aucune autre compétence. Ce n’est pas un intellectuel, loin s’en faut. Il a d’ailleurs été recalé à Normale Sup. Ce n’est évidemment pas un humaniste. Son idéologie est plutôt nombrilisme. Finalement, ses compétences sont assez limitées mais grâce à son carnet d’adresses, on le retrouvera à la tête d’une banque ou d’une entreprise.

Bref, un bel exemple de promotion personnelle rapide pour les jeunes et qui prouve qu’on peut s’affranchir de tout engagement, de toute expérience et même de toute conviction pour atteindre le sommet.

En visite au Kazakhstan, le président français a affirmé que « la politique n’est pas l’exclusivité d’une poignée de gens ». Et sans rire !

Emmanuel Macron se projette sur sa vie d’après. « Il est probable que je ferai quelque chose de complètement différent quand j’aurai fini », en 2027, au terme de deux mandats comme président de la République (il ne peut pas se présenter pour un troisième mandat), a glissé le chef de l’Etat, mercredi 1er novembre, lors d’un échange avec des étudiants à l’université d’Astana, pendant sa visite au Kazakhstan.

« Mais je serai très heureux d’avoir servi mon pays pendant dix ans en tant que président », a-t-il souligné. « Et cette opportunité pourrait être la vôtre », a-t-il insisté. Encourageant les étudiants à être quoi qu’il arrive « engagés dans la vie politique et dans les choix publics », le président de la République a affirmé que « la politique n’est pas l’exclusivité d’une poignée de gens ». Un bel encouragement pour celui qui en fait n’a jamais été engagé dans la vie politique avant d’être élu président.

« Je vous dis cela car je n’étais pas membre d’un parti politique, je n’étais pas un homme politique, quelques mois avant d’être élu président », a fait valoir celui qui fut tout de même secrétaire général adjoint de l’Elysée (2012-2014) puis ministre de l’Economie (2014-2016) avant de se présenter à la présidentielle de 2017 sans aucune expérience de terrain et sans expérience militante.

Macron après 2027: retour au fric ?

Macron après 2027: retour au fric ?

Macron affirme qu’il fera probablement « quelque chose de complètement différent » de la politique après 2027; D’abord un ouf de soulagement pour ce président sans doute le plus impopulaire que le pays ait connu. Pas étonnant , il n’avait auparavant connu aucun engagement politique, aucune responsabilité sociale et avait été parachuté par les banquiers et autres grands patrons.

Le chef de l’État affirme donc que son avenir ne sera pas dans la politique mais dans quelque chose de très différent. On voit mal quel pourrait être cet ailleurs que dans la finance. Macron n’a en effet aucune autre compétence. Ce n’est pas un intellectuel, loin s’en faut. Il a d’ailleurs été recalé à normale Sup. Ce n’est évidemment pas un humaniste. Son idéologie est plutôt nombrilisme. Finalement, ses compétences sont assez limitées mais grâce à son carnet d’adresses, on le retrouvera à la tête d’une banque ou d’une entreprise.

Bref un bel exemple de promotion personnelle rapide pour les jeunes et qui prouve qu’on peut s’affranchir de tout engagement, de toute expérience et même de toute conviction pour atteindre le sommet.

En visite au Kazakhstan, le président français a affirmé que « la politique n’est pas l’exclusivité d’une poignée de gens ». Et sans rire !

Emmanuel Macron se projette sur sa vie d’après. « Il est probable que je ferai quelque chose de complètement différent quand j’aurai fini », en 2027, au terme de deux mandats comme président de la République (il ne peut pas se présenter pour un troisième mandat), a glissé le chef de l’Etat, mercredi 1er novembre, lors d’un échange avec des étudiants à l’université d’Astana, pendant sa visite au Kazakhstan.

« Mais je serai très heureux d’avoir servi mon pays pendant dix ans en tant que président », a-t-il souligné. « Et cette opportunité pourrait être la vôtre », a-t-il insisté. Encourageant les étudiants à être quoi qu’il arrive « engagés dans la vie politique et dans les choix publics », le président de la République a affirmé que « la politique n’est pas l’exclusivité d’une poignée de gens ». Un bel encouragement pour celui qui en fait n’a jamais été engagé dans la vie politique avant d’être élu président.

« Je vous dis cela car je n’étais pas membre d’un parti politique, je n’étais pas un homme politique, quelques mois avant d’être élu président », a fait valoir celui qui fut tout de même secrétaire général adjoint de l’Elysée (2012-2014) puis ministre de l’Economie (2014-2016) avant de se présenter à la présidentielle de 2017 sans aucune expérience de terrain et sans expérience militante.

Hommage aux professeurs tués: les élèves perturbateurs ne feront pas leur rentrée après les vacances

Hommage aux professeurs tués: les élèves perturbateurs ne feront pas leur rentrée après les vacances


Enfin un ministre qui met un peu en cohérence ses propos et son action avec la décision de sanctionner les élèves perturbateurs de la minute de silence en hommage des deux professeurs tués. Certains sont des soutiens du Hamas et d’autres sont simplement des imbéciles. Ils seront jugés dans les conseils de discipline et éventuellement écartés de l’école classique.

Invité sur BFMTV ce dimanche, le ministre de l’Éducation a promis une grande fermeté pour «sortir» les élèves radicalisés des établissements scolaires.

Gabriel Attal , le ministre de l’Éducation nationale a affirmé que «183 élèves ne feront pas leur rentrée après la Toussaint». Ces élèves, exclus après signalement en marge de la minute de silence après l’attentat d’Arras survenu le 13 octobre, ne reviendront pas tant qu’un «conseil de discipline» n’aura statué sur leur sort.

Les 183 élèves ont, selon Gabriel Attal, «perturbé ou contesté» l’hommage rendu aux deux professeurs victimes du terrorisme islamiste, Dominique Bernard et Samuel Paty, qui s’est déroulé dans tous les établissements de France lundi 16 octobre. Selon le ministre de l’Éducation nationale, plus de «500 perturbations et contestations» ont été recensées ce jour-là dans l’Hexagone.

Au lendemain de la minute de silence, le ministre avait assuré que cette minute de silence s’était déroulée « dans la plus profonde dignité et le plus grand respect dans l’écrasante majorité des cas», mais avait également évoqué 179 incidents. ce premier bilan était remonté ensuite à 357 «perturbations et contestations».

Un chanteur employé de la SNCF en arrêt maladie licencié après passage à la télé

Un chanteur employé de la SNCF en arrêt maladie licencié après passage à la télé

Encore un acte de répression syndicale inqualifiable diront sans doute certaines organisations d’extrême-gauche voire même de racisme. Ce chanteur un peu connu en situation de maladie salarié à la SNCF se produisait sur les plateaux et scènes nationales et internationales ! artiste et fonctionnaire, l’idéal !

Aussi sans doute une censure sans doute du nouveau Verlaine. Exemple de paroles dune de ses chansons :

J’ai dû vendre de la neige
Elle c’est ma sicario, elle est restée même quand c’est la hess
J’la vois dans mes DM, elle veut revenir
J’lui dis : « c’est mort »
Elle dit : « j’suis qu’tes babies » mais j’lui dis : « c’est mort »

Porte pas, porte pas l’œil
S’te plaît m’porte pas l’œil
Nous deux c’est plus pareil, elle veut qu’on s’voie tout à l’heure
Porte pas, porte pas l’œil
S’te plaît m’porte pas l’œil
Nous deux c’est plus pareil, elle veut qu’on s’voie tout à l’heure

Laisse moi, s’te plaît laisse moi

Hazdine Souiri, le vrai nom d’AZ, salarié de SNCF Voyageurs depuis 2010, avait été licencié en octobre 2017 par son employeur alors qu’il s’était déclaré en arrêt-maladie le 19 juin de la même année. Le problème c’est que ce jour, l’artiste était présent en direct sur le plateau de l’émission télévisée « Touche pas à mon poste » sur la chaîne C8.

Une enquête administrative a été réalisée et a conclu que de nombreuses dates de concerts et de tournées correspondaient à des arrêts-maladie du salarié.

« Par exemple votre tournée en Chine en novembre 2016 ou encore votre concert du 24 mars 2017 en Belgique annoncé dans la presse locale le 23 février 2017 ou encore votre tournée en Chine de mai 2017 annoncée sur les réseaux sociaux le 9 avril 2017″, fait état le rapport d’enquête repris dans la décision de la cour d’appel. Il apparaît que ces concerts ne sont jamais annulés en raison de votre état de santé et votre présence peut même être constatée (vidéos, photos, commentaires). »

Le salarié avait saisi le conseil des prud’hommes de Lyon en 2018 en demandant de condamner la société SNCF à lui payer des dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. Une demande rejetée en 2020 et qui a conduit à cet appel. Le contrôleur licencié réclamant 16.478,88 euros à titre de dommages et intérêts et arguant qu’il pratiquait l’activité de chanteur à titre bénévole et pendant ses loisirs.

A noter que pour le frère du chanteur, manager du groupe T30 et contrôleur et lui aussi licencié par la SNCF, la cour d’appel a pris une décision inverse. La cour a condamné la compagnie à lui verser 12.000 euros d’indemnités, considérant que son licenciement était abusif.

France- Après les émeutes le grand silence …..de Macron ?

France- Après les émeutes, le grand silence …..de Macron ?

Thierry Beaudet, Président du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) estime que seul un débat public à l’instar du Grand débat national des Gilets jaunes permettra une réelle reconstruction sociale. « Le trait commun aux réactions politiques est de faire entrer cette éruption de violence dans une grille de lecture toute prête sans solliciter les habitants des quartiers malmenés, qui sont pourtant les premières victimes des émeutes. » (Thierry Beaudet, Président du Conseil Économique, Social et Environnemental)

Souvenez-vous. Nous sommes fin 2018. Depuis près de deux mois, le mouvement des Gilets jaunes occupe l’espace public, il est sur les ronds-points dans tout le territoire, dans les rues des villes moyennes, dans les quartiers aisés de la capitale… Les environs des Champs-Élysées, au cœur du pouvoir, deviennent un terrain d’affrontement physique et symbolique. En décembre, en sus de mesures d’urgence, est annoncé le Grand débat national. Celui-ci se déroule pendant trois mois, autour des grands thèmes imposés par le mouvement: la transition écologique, la fiscalité, l’organisation de l’État et des services publics, la démocratie et la citoyenneté. La participation est évaluée à 1,5 million de personnes.

Nous sommes fin juin 2023. À la suite de la mort du jeune Nahel lors d’un contrôle policier, la France s’embrase avec une rare violence, dans 66 départements et 516 communes. En cinq nuits, le bilan matériel dépasse celui des trois semaines d’émeutes de 2005 : 5.000 véhicules incendiés, 1.000 bâtiments dégradés ou brûlés, 250 attaques de commissariats ou de gendarmeries. Trois mois plus tard, le pays semble être passé à autre chose. Nos concitoyens vivant dans ces quartiers aimeraient sans doute eux aussi passer à autre chose. Ils n’en ont pas la possibilité tant leur quotidien semble immuable.

Bien sûr, ces deux événements ne sont pas de même nature, même s’ils expriment chacun un profond malaise social. Mais arrêtons-nous un instant. Dans un cas, nous nous sommes efforcés d’en sortir par le haut, en sollicitant la parole de millions de Français. Alors que dans l’autre, le champ de vision s’est restreint aux seuls fauteurs de violences, avec, le plus souvent, un prisme sécuritaire.

Depuis les émeutes, les explications se succèdent, reflétant trop souvent l’intérêt partisan de ceux qui les expriment : défaut d’autorité parentale, rapport entre police et population, immigration, manque de services publics, influence néfaste des réseaux sociaux ou des jeux vidéo. Sans doute y a-t-il une part de vérité dans ces hypothèses, mais aucune n’embrasse à elle seule la réalité dans son ensemble. Et puis sur quoi sont-elles étayées ? Un diagnostic administratif fondé sur la seule analyse des profils et motivations des délinquants interpellés ? C’est largement insuffisant.

Le trait commun aux réactions politiques est de faire entrer cette éruption de violence dans une grille de lecture toute prête sans solliciter les habitants des quartiers malmenés, qui sont pourtant les premières victimes des émeutes. On ne le dira jamais assez, celles et ceux qui subissent l’insécurité au quotidien et pâtissent des destructions matérielles, ce sont d’abord les habitants eux-mêmes. Il faudrait plutôt prendre la peine d’aller à leur rencontre : écouter les besoins, les ressentis, les attentes de cette population qu’on réduit trop souvent à sa fraction violente. Cesser de considérer les problèmes de ces quartiers comme étant les leurs, et pas les nôtres collectivement. Cette stigmatisation et ce défaut d’écoute figent peu à peu leur destin, et leur identité.

Il ne s’agit pas de trouver des « excuses sociologiques » aux fauteurs de troubles ni des excuses tout court. Il n’y en a jamais à la violence. Pas plus qu’il ne s’agit de sombrer dans une forme de mortification collective. Beaucoup de moyens ont été consacrés à la politique de la ville depuis des décennies. Ils sont indispensables. Toutefois, le renouvellement du bâti, aussi nécessaire soit-il, ne suffit pas à lutter contre la ségrégation et la ghettoïsation. Il nous faut reconstruire une société, pas seulement des immeubles. Les obstacles ne sont pas toujours matériels, et ceux qui ne le sont pas sont parfois les plus difficiles à repérer. Pour y parvenir, le meilleur moyen est d’écouter leurs habitants, de créer un espace dans lequel ils puissent délibérer, afin qu’ils s’accordent sur les problèmes, les priorités et entament une véritable coconstruction des solutions.

Je déplore qu’aucune démarche comparable par son ampleur et dans son esprit à celle du grand débat ne se fasse jour. Les braises sont encore chaudes, et certains semblent espérer que les violences urbaines ne se répètent que tous les dix-huit ans… Le grand débat avait pourtant massivement exprimé un besoin d’écoute. En témoignent, parmi les propositions recueillies à l’époque, le souhait d’un recours fréquent à la proportionnelle, la prise en compte du vote blanc, l’association des citoyens à la décision publique par le biais du tirage au sort, le référendum au niveau local… On peut discuter des modalités. Mais l’envie de s’exprimer et de contribuer était bien là. Cette volonté est toujours tenace. Nous pouvons lutter contre une crise grâce aux enseignements d’une autre crise en donnant corps à ces aspirations citoyennes.

Défaisons-nous d’une forme de condescendance à l’égard de ces quartiers relégués qui nous fait considérer leurs habitants comme des mineurs civiques. Tant qu’une émeute ne trouve pas de débouché politique, elle reste une émeute, condamnée tôt ou tard à se répéter. Il est encore temps de sortir cet épisode malheureux du vide politique où il est retombé. À travers le Conseil économique, social et environnemental, la société civile va se mobiliser, avec humilité, mais détermination. Je forme le voeu qu’elle soit rejointe rapidement par celles et ceux qui refusent la fatalité d’un retour de la violence.

12345...29



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol