Archive pour le Tag 'Après'

Après Brexit : accord entre le Royaume-Uni et le Canada

Après Brexit  : accord entre le Royaume-Uni et le Canada

.

Un accord pour le cas où ! Mais un accord provisoire de simple continuité des échanges commerciaux avec le Canada dans l’hypothèse d’absence d’accord avec l’union européenne. Londres est engagé dans la négociation de plusieurs accords commerciaux de “continuité” comme celui qui vient d’être passé avec le Canada, l’idée étant de ne pas trop perturber les échanges commerciaux une fois le divorce avec l’Union européenne réellement en vigueur, le 31 décembre prochain. Un accord plus approfondi sera ensuite négocié avec le Canada

Formellement, le Royaume-Uni a quitté l’UE le 31 janvier dernier mais est alors entré dans une période de transition durant laquelle il reste soumis aux règles européennes, et donc aux accords commerciaux négociés par la Commission européenne au nom des Etats membres de l’UE. Cette période transitoire s’achève à la fin de l’année.

“Nous espérons conclure un nouvel accord plus ambitieux l’année prochaine avec l’objectif de créer davantage de possibilités pour les entreprises et d’améliorer l’existence des habitants de notre pays.”

Après le report du « Black Friday » , le report de Noël en juillet ?

Après le report du « Black Friday » , le report de Noël en juillet ?

 

 

La France évidemment n’a pas pu résister à la mode du Black Friday. Un phénomène tout à fait bidon qui  annonce des réductions jusqu’à 80 % et qui constitue en fait un jour de solde. Un phénomène médiatique fait croire à des rabais insensés alors qu’en moyenne les prix ne vont évoluer que de 1 à 2 % à la baisse-

Bien entendu,  comme pour toutes les soldes il y a des produits d’appel, d’ailleurs vite épuisés pour inciter le consommateur à se reporter sur l’achat de biens financièrement moins intéressants. Ce report du Black Friday en France demeure tout à fait virtuel dans la mesure les autorités françaises n’ont aucun pouvoir sur les plates-formes numériques des grands distributeurs et sur les Market place. Ce qui ne sera pas acheté sur Amazon le 24 novembre pourra par exemple l’être sur la plate-forme du chinois Alibaba.

De toute manière ces opérations seules ont de moins en moins d’intérêt. Pratiquement, on constate des opérations rabais est aussi plus ou moins bidon sur l’ensemble de l’année. Pour attirer les gogos, certains commerçants distribuent des produits à très bas coûts mais de très mauvaise qualité. Ce ne sont pas à proprement parler des soldes mais les opérations promotion. Amazon aurait donc annoncé jeudi soir le report au 4 décembre du “Black Friday” en France, une semaine avant le coup d’envoi de cette opération promotionnelle m la promotion bidon mondiale à succès, alors que le confinement décrété pour enrayer l’épidémie de coronavirus oblige une partie des commerces à rester fermés dans l’Hexagone.

Frédéric Duval, directeur général d’Amazon France. Amazon a annoncé jeudi soir le report au 4 décembre du « Black Friday » en France, une semaine avant le coup d’envoi de cette opération promotionnelle mondiale à succès, alors que le confinement décrété pour enrayer l’épidémie de coronavirus oblige une partie des commerces à rester fermés dans l’Hexagone.

La pression était montée d’un cran sur le géant de commerce en ligne après que les principaux distributeurs français, Carrefour et Leclerc, se sont dits ouverts à un report d’une semaine à la condition que tous les commerces puissent rouvrir d’ici-là.

L’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a réagi sur Twitter aux discussions sur le Black Friday en estimant que le gouvernement devrait avant tout chercher à “encadrer ce genre de promotions bidon”.

À la différence des soldes qui restent réglementées avec deux périodes de quatre semaines en hiver et en été, «les promotions sont des offres commerciales qui ne bénéficient pas d’un encadrement spécifique», précise le site officiel de l’administration française service-public.fr. Selon le texte réglementaire, «le commerçant est libre de les proposer quand il le souhaite et pour les produits qu’il souhaite. (…) Le commerçant détermine librement la durée de ces opérations. Elles doivent néanmoins rester marginales par rapport aux périodes de vente normales. Si la réduction et la promotion sont valables pour une durée précise, celles-ci doivent être clairement indiquées par le commerçant»De fait, le gouvernement a les poings liés si les e-commerçants refusent de renoncer à l’une de leurs plus grosses périodes de vente annuelle.

 

Alerte -Grippe aviaire: après la Corse, les Yvelines

Alerte -Grippe aviaire: après la Corse, les Yvelines

 

Un deuxième cas de grippe aviaire a été détecté en France, dans une animalerie située dans les Yvelines, trois jours après l’annonce d’un premier foyer en Haute-Corse, a indiqué ce jeudi le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

 «Un nouveau foyer vient d’être confirmé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dans une animalerie des Yvelines», indique le ministère dans un communiqué. Des analyses ont révélé «la présence du virus H5N8, identique à celui détecté en Haute-Corse, non transmissible à l’Homme» et «l’enquête épidémiologique se poursuit afin d’identifier les liens entre ces deux foyers et l’origine de la contamination». Tous les oiseaux de l’animalerie des Yvelines ont été euthanasiés et des zones de protection et de surveillance ont été mises en place autour du foyer, comme en Corse, selon le texte.

Après l’apparition de foyers en Russie et au Kazakhstan cet été, l’épizootie, qui n’est pas dangereuse pour l’homme, a progressé récemment vers l’Europe de l’Ouest, où les niveaux d’alerte ont été relevés. Les Pays-Bas, l’Irlande, le Royaume-Uni, le Danemark et la Belgique sont notamment touchés. Ce virus se propage par le truchement des oiseaux migrateurs. La maladie n’est pas considérée comme dangereuse pour l’homme et la consommation de volailles et d’oeufs n’est pas déconseillée.

 

Elections américaines : Biden encore vainqueur après recomptage en Géorgie

Elections américaines : Biden encore vainqueur après recomptage en Géorgie

 

Cette fois il n’y a plus de doute même si Trump peut affirmer le contraire, Biden a bien remporté les élections en Géorgie . De toute manière, même sans la Géorgie Biden est largement vainqueur et les réactions tout autant clownesques que lamentables de Trump  n’y changeront rien.

 

 Le dépouillement initial n’avait donné au démocrate que quelque 14.000 voix d’avance sur son rival Donald Trump, un écart tellement serré qu’un recomptage à la main a eu lieu. L’écart s’est légèrement rétréci, avec désormais un peu plus de 12.200 voix d’avance pour Joe Biden.

La différence entre les deux candidats étant toujours très mince, le président Donald Trump, qui conteste sa défaite, peut toutefois demander un nouveau recomptage, a précisé un communiqué du bureau du secrétaire d’État de Géorgie, en charge de l’organisation des élections.

 

Après la crise économique, la Turquie s’enfonce dans la crise sanitaire

Après la crise économique, la Turquie s’enfonce dans la crise sanitaire

 

La Turquie qui connaît déjà une terrible crise économique s’enfonce maintenant dans la crise sanitaire. La croissance s’écroule comme la monnaie qui a perdu 30 % de sa valeur depuis le début de l’année. Mécaniquement le chômage augmente de façon considérable et l’inflation devient incontrôlable.

Pour toutes ces raisons Erdogan a liquidé le gouverneur de la banque centrale et le ministre des finances. Mais l’incohérence d’Erdogan se manifeste aussi sur le terrain sanitaire avec une situation devenue difficilement contrôlable. Du coup ,des mesures restrictives de confinement ont été décidés «Nous faisons face à une situation très grave. Le nombre de cas et de morts a atteint un niveau préoccupant, notamment à Istanbul», a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d’une conférence de presse à Ankara. L’enseignement se fera en outre à distance jusqu’à fin décembre.

Recep Tayyip Erdogan a prévenu que si l’épidémie continuait de s’aggraver, le gouvernement serait «contraint d’envisager des mesures encore plus douloureuses». La Turquie a été durement touchée par la pandémie: elle a officiellement enregistré près de 420.000 cas et plus de 11.700 décès. Le nombre de morts en 24h est repassé mardi au-dessus de la barre de 100 pour la première fois depuis le 25 avril.

2022: Après Macron, Le Pen , Mélenchon, le retour aussi de Sarkozy, Hollande….. et pourquoi pas Giscard !

2022: Après Macron, Le Pen , Mélenchon, le retour aussi de Sarkozy, Hollande….. et pourquoi pas Giscard  !

Il ne s’agit sans doute pas de glorifier la jeunesse comme facteur essentiel de crédibilité et de pertinence politique mais force est de constater que la classe politique française est toujours composée de vieilles barbes qu’on retrouve régulièrement lors des grandes rencontres électorales.

 

Ainsi il est probable 2022 on aura encore Macron, Marine Le Pen , Mélenchon mais peut-être aussi Hollande qui se réveille comme futur sauveur de la gauche socialiste, Sarkozy peut-être quand il sera débarrassé de ses casseroles juridiques et pourquoi pas pendant qu’on y est Giscard d’Estaing ?

 

Encore une fois le propos n’est pas de militer pour un personnage ou un courant politique sorti  de nulle part type Macron ou gilets jaunes mais simplement de constater qu’il y a les pires difficultés à renouveler le tissu politique. Pas étonnant en France en particulier, la fonction d’élu a été appropriée par certaines couches sociologiques, la plupart qui sorte des inutiles instituts de politique, qui s’approprient  le pouvoir dans toutes les organisations de la droite comme de la gauche.

 

La politique est devenue un métier qu’on commence à la sortie des les études universitaires et qu’on continue bien au-delà de la normale de la retraite le plus souvent par une confortable fauteuil  au Sénat avec les avantages matériels y afférant.

 

Cette fois encore en France risque d’être particulièrement ambiguë aux élections présidentielles. Une fois encore la question ne sera pas de voter pour quelqu’un mais contre l’autre, celui qu’on ne veut pas. Du coup, l’élu va croire qu’il est mandaté pour appliquer les orientations qu’il a proposées alors qu’il est vainqueur uniquement sur un refus des propositions adverses.

 

L’exemple typique est évidemment celui de Macon élu avec nombre de voix socialistes et qui pratique une politique opportuniste au service d’un libéralisme mal maîtrisé. Rarement dans la vie politique un président de la république aura été aussi impopulaire. Le résultat d’un bais démocratique qui nourrit une ambiguïté fondamentale quant à la légitimité des orientations.

Un propriétaire en prison après avoir viré des squatters !

  • Un propriétaire en prison après avoir viré des squatters  !
  • Un propriétaire en prison après avoir viré des squatters à Bondy (Seine-Saint-Denis) . Une maison occupée depuis une semaine grâce à un faux bail.. Le propriétaire a immédiatement déposé plainte en début de semaine dernière pour violation de domicile. La police n’a pas tardé à se rendre sur place mais l’occupante leur présente un bail, un faux bail dont elle a été elle-même victime.

.

Le  propriétaire et son fils sont sortis de garde à vue en fin de week-end, comme l’indique Le Parisien, et la locataire indésirable a depuis quitté les lieux.

Après Biden : « Le populisme vaincu ?

Après Biden : « Le populisme vaincu » ?

Roland Lescure député LREM des Français de l’étranger, circonscription États-Unis et Canada, a sans doute raison d’être très prudent vis-à-vis du devenir du populisme tant en France qu’au États-Unis. La complexité des crises que nous vivons amène en effet une partie de l’opinion à se ranger du côté d’orientations simplistes et irréalistes mais de plus en plus soutenues qui peuvent déboucher sur les pires catastrophes et où favoriser des solutions et des régimes autoritaires. Cela d’autant plus que ce populisme est aussi alimenté par l’immobilisme et les contradictions des forces politiques au pouvoir. ( Interview de Figaro

L’élection de Joe Biden est-elle une bonne nouvelle pour la France ?
ROLAND LESCURE.- Oui ! Ça ne veut pas dire que d’un seul coup la lune de miel commence et que les affres de la relation entre la France et l’Amérique vont disparaître du jour au lendemain. Mais on aura face à nous un homme prévisible alors que Donald Trump pouvait changer d’avis du lundi au mardi. Ensuite, le multilatéralisme y gagnera. Les États-Unis rentreront de nouveau dans l’Accord de Paris pour le climat, (après l’avoir quitté formellement mercredi, NDLR). A mon sens, Joe Biden aura une vision plus coopérative dans sa relation avec l’Europe. Même s’il ne faut pas se leurrer : les États-Unis regardent moins vers l’Europe depuis dix ans. Ils considèrent que l’Europe n’est pas bien gérée. Quand bien même l’Europe est au rendez-vous depuis trois ans avec Emmanuel Macron et Angela Merkel. L’Europe serre les rangs grâce à la crise, au Brexit et à Trump.

La victoire de Joe Biden met-elle un coup d’arrêt à la vague populiste ?
Non. Pour reprendre une formule célèbre et la modifier un peu : le populisme a perdu une bataille mais n’a pas perdu la guerre. La vague populiste, initiée il y a dizaine d’années avec le Tea Party aux Etats-Unis et qui se poursuit aujourd’hui en Hongrie ou en Pologne, a été couronnée par le Brexit et l’élection de Donald Trump en 2016. Cette vague, qui repose sur un clivage entre les laissés-pour-compte et ceux qui ont profité de la prospérité économique, n’est pas terminée. On le sait, dans les moments de crise comme celle que nous traversons, les leaders populistes ont tendance à prospérer en agitant des solutions simplistes.

Donald Trump n’a-t-il pas abordé des thématiques intéressantes lors de son mandat ?
Quand quelqu’un est élu et que quatre ans plus tard il obtient les suffrages de 70 à 80 millions d’Américains, c’est qu’il doit probablement faire des choses bien. D’abord des constats. Sur la difficulté de la mondialisation, sur l’économie américaine coupée en deux entre ceux qui réussissent et ceux qui ne réussissent pas, sur la classe moyenne des post-baby-boomers qui connaissent la crise et qui ne bénéficient pas de la révolution technologique. Ce sont des laissés-pour-compte aux États-Unis. Ils existent ailleurs et nous devons nous en occuper.

Quels enseignements tirez-vous de ce scrutin, en prévision de l’élection présidentielle française de 2022 ?
Si on veut gagner il faudra éviter de faire un référendum  »pour ou contre ». Face à un président sortant, certains candidats seront tentés de se positionner ainsi. Nous aussi nous devrons aller au-delà de la question  »pour ou contre le populisme ». Nous devrons être plus ambitieux que ça. Les seuls présidents de la République qui ont été réélus l’ont été après une cohabitation. L’enjeu de réunir le pays face à des candidats populistes plus clivants, ça va être un enjeu essentiel. Joe Biden n’a pas réussi à porter ce message de rassemblement qui aurait pu inviter les électeurs de Donald Trump à s’en détourner. Au contraire, il a creusé les tranchées. Il ne faudra pas commettre la même erreur.

Islamisme : «Après l’assassinat de Samuel Paty, la langue de bois dans l’enseignement».

Islamisme : «Après l’assassinat de Samuel Paty, la langue de bois dans l’enseignement».

 

Pour le collectif de défense de la laïcité, Vigilance Universités,  nombre de syndicats d’enseignants et de présidents d’universités « évitent de nommer l’idéologie islamiste » qui a inspiré cet attentat (Tribune dans l’Opinion)

 

Vigilance Universités constate et déplore la multiplication de déclarations qui, dans le monde de l’enseignement, évitent de nommer l’idéologie islamiste après l’assassinat de Samuel Paty.

 

Vigilance Universités est un réseau de veille contre le racisme et l’antisémitisme, contre le racialisme et le communautarisme, et pour la défense de la laïcité.*

Les déclarations se sont multipliées au sujet de l’assassinat de Samuel Paty, professeur. Vigilance Universités constate et déplore la multiplication de déclarations qui, dans le monde de l’enseignement, évitent de nommer l’idéologie islamiste qui a inspiré cet assassinat, et même parfois le terrorisme, qui le caractérise.

Nous signalons ci-dessous des exemples parmi les déclarations des présidences d’universités, mais également parmi les communiqués de syndicats actifs dans le secondaire, car il importe de réfléchir sur le très vaste ensemble que le terrorisme islamiste est susceptible d’intimider. Dans bien des cas, la peur est déjà à l’œuvre, dans d’autres cas, ce sont des convictions qui avancent, plus ou moins dissimulées derrière un masque de vertu : impossible d’ignorer à cet égard la convergence des revendications plus ou moins fanatiques qui animent les identitarismes aujourd’hui, dont l’islamisme est le plus meurtrier. Au-delà de notre collectif, nous savons aussi que de nombreux collègues dans les établissements partagent notre point de vue et sont indignés par ces déclarations de leur présidence ou des porte-parole de leur syndicat.

Les communiqués mettent l’accent sur la lutte contre le racisme, comme si c’était cela qui était en question avec la décapitation d’un enseignant laïque

Des collègues de Vigilance Universités étant eux-mêmes membres de divers syndicats de classes préparatoires et de l’enseignement supérieur et de la recherche, notre collectif est particulièrement attentif aux déclarations syndicales. Vigilance Universités a d’ailleurs été créé notamment par des membres du Syndicat National de l’Enseignement Supérieur-Fédération Syndicale Unitaire (SNESUP-FSU). Or, les communiqués syndicaux réagissant à l’assassinat de Samuel Paty se caractérisent généralement par le refus de nommer l’islamisme, à la différence de celui du Syndicat National des Lycées et Collèges (SNALC) et de celui du Syndicat Général de l’Education Nationale-Confédération Française et Démocratique du Travail (SGEN-CFDT). Pour nombre de syndicalistes offensifs, cet assassinat serait pour ainsi dire sans auteur : les précautions mises à ne pas nommer l’idéologie ayant servi de mobile à cet acte caractérisent les communiqués du Syndicat National Force Ouvrière des Lycées et Collèges (SNFOLC), qui croit opportun de dénoncer à cette occasion la démolition par l’Etat des statuts des enseignants ; du Syndicat National des Enseignements de Second degré (SNES-FSU), qui procède par allusion en mentionnant les caricatures de Mahomet mais se garde d’aller plus loin ; de l’Union nationale des syndicats autonomes (UNSA), qui symétrise ses attaques voilées pour condamner « la haine » en général. La Confédération Générale du Travail (CGT) ne mentionne pas l’islamisme. La Confédération Française des Travailleurs Chrétiens-Enseignement Public et recherche (CFTC-EPR) ne nomme rien sinon obscurantisme et violence.

La palme revient à Solidaires, Unitaires et Démocratiques-Education (SUD), de loin le syndicat le plus en pointe en matière de décolonialisme et de racialisme ; idéologies défendues par des auteurs déjà connus pour leur ambiguïté vis-à-vis de l’islamisme politique et qui organisent des réunions syndicales en « non-mixité raciale ». A l’occasion de cet assassinat, ce syndicat dénonce l’islamophobie, la stigmatisation des musulmans et la récupération réactionnaire. Mais de son côté la Confédération Nationale des Travailleurs-Solidarité Ouvrière (CNT-SO), syndicat anarchiste libre de sa parole contre le « fanatisme religieux », dénonce aussi « récupération » et « stigmatisation ». Dans tous les cas, hormis SNALC et SGEN-CFDT, au lieu de dénoncer l’idéologie politique islamiste qui nourrit les attentats, les communiqués mettent l’accent sur la lutte contre le racisme, comme si c’était cela qui était en question avec la décapitation d’un enseignant laïque. La lutte contre l’intégrisme islamiste n’a pas à être considérée comme un risque de racisme envers des personnes musulmanes. Tant de musulmans dans le monde ont été assassinés par l’intégrisme islamiste : comment accepter encore la supercherie consistant à s’inquiéter d’un racisme anti-musulman à chaque critique de l’islamisme ?

Cette « liberté d’expression » dont on se gargarise sans en définir le contenu, alors que les islamistes en ont fait une pomme de discorde sur des points précis

Plus fortes encore que les communiqués syndicaux, de nombreuses déclarations des présidences d’universités sont des chefs-d’œuvre de la langue de bois, contrairement à celle de l’Université de Montpellier qui est parfaitement claire, ainsi que celles de Science Po Rennes et de Sciences Po Paris, qui nomment le terrorisme islamiste. Ce sont de grandes protestations de vertu républicaine (la laïcité, les valeurs républicaines, etc.), mais elles ne comportent surtout rien sur ce qui pourrait bien concrétiser cette « liberté d’expression » dont on se gargarise sans en définir le contenu, alors que les islamistes en ont fait une pomme de discorde sur des points précis. On a même vu le doyen de la Faculté des sciences et technologies de l’Université de Lille plaider son refus de toute stigmatisation des musulmans et de toute instrumentalisation politique, ce qui n’est évidemment pas en question, mais surtout recommander la lecture d’un texte paru sur Mediapart, et émanant d’un responsable du SNESUP que l’on retrouve comme cosignataire d’un texte publié sur le site du Parti des Indigènes de la République (PIR) : il s’agirait de combattre la loi contre les séparatismes qui se prépare.

Cette langue de bois nuit bien au-delà de l’enseignement où elle est déjà dévastatrice car elle se diffuse dans l’ensemble de la société, où nombre d’acteurs ont déjà leurs raisons d’être intimidés, sans parler de toutes autres raisons de complaire : voir par exemple le topo lénifiant de la Mutuelle générale de l’Education nationale (MGEN), qui ne nomme surtout pas islamisme ni terrorisme.

On constate toutefois de grands contrastes entre les positions prises au sein de la société civile : la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) met clairement en cause le terrorisme islamiste, dénonce comme une « escroquerie politique » le « concept d’islamophobie », demande une action résolue pour « anéantir » le « fondamentalisme islamique », et souligne son isolement parmi les associations se réclamant de l’antiracisme ; à l’inverse, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), soutien actif de Tariq Ramadan et du Comité Contre l’Islamophobie en France (CCIF) nomme « terrorisme », et « islamisme intégriste », mais pour dénoncer toute « stigmatisation » des « musulmans », et signe avec le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP), et avec deux syndicats compromis dans le racialisme et le décolonialisme, SUD et l’UNEF (Union Nationale des Étudiants de France).

Si les enjeux et les positions commencent donc à s’éclaircir dans ces circonstances tragiques, on est en droit d’attendre des syndicats aspirant à la respectabilité la fin des complaisances et des ambiguïtés qui ont contribué à créer cette situation, de même qu’on est en droit d’attendre des présidences d’Université la prise de conscience la plus rapide possible.

L’opinion publique découvre aujourd’hui avec effarement, après la décapitation de Samuel Paty, ce dont avertissaient des lanceurs d’alertes, des chercheurs et des rapports officiels depuis des décennies : la pénétration de l’islamisme dans des classes d’élèves et dans des familles, l’influence d’islamistes sur les réseaux sociaux, le déni ou le silence des institutions. Sous d’autres formes, apparemment plus feutrées, plus savantes, l’Université française est elle aussi mise en danger par la propagation d’idéologies identitaristes. Un prétendu « décolonialisme » s’y propage, et s’associe d’un côté avec l’islamisme et de l’autre avec un pseudo-néoféminisme. Ces idéologies pervertissent les combats indispensables contre le racisme et le sexisme, et peuvent séduire des jeunes gens épris de justice qui ignorent qu’on les entraîne vers le dogmatisme, la haine et la violence. L’Université est depuis des années un lieu de pressions, de censures, d’autocensures.

Vigilance Universités attend de toutes les institutions d’enseignement supérieur et de recherche, de la Conférence des présidents d’universités (CPU), des présidences d’université, du Ministère de la Recherche, de l’Enseignement Supérieur et de l’Innovation, qu’elles prennent au plus vite la mesure du phénomène.

Vigilance Universités est un réseau de veille contre le racisme et l’antisémitisme, contre le racialisme et le communautarisme, et pour la défense de la laïcité. Il réunit des chercheurs et enseignants du supérieur de disciplines très variées et de nombreuses institutions (universités, établissements de recherche, classes préparatoires, grandes écoles).

 

Barbara Pompili : après les micros partis, le nano parti

Barbara Pompili : après les micros partis, le nano parti

 

Avec l’éclatement des forces politiques dont certaines ne représentent qu’1 ou 2 % de l’opinion se développent les micros partis parfois pour des raisons de contournement du financement des campagnes électorales mais souvent aussi pour servir la cause d’une seule personnalité. L’objectif pour l’intéressé est de faire croire que sa posture est partagée par de nombreux supporters.

On doit compter ainsi des dizaines et des dizaines de micros partis qui rassemblent quelques partisans. Barbara Pompili y vient-elle d’innover en dépassant le concept de micro parti et en créant un nano parti qui pourrait se réunir dans une cabine téléphonique. Le moins que l’on plus dire,  c’est que l’intéressé manque d’originalité et que son charisme est proche de celui d’une limande. Bref une sorte de copier coller de François de Rugy en pire .

Pour preuve elle avale encore son chapeau avec davantage d’appétit que François de Rugy lui-même. Elle a mangé à peu près tous les râteliers écolos pour finalement rejoindre l’idéologie libérale de Macon.

Sa légitimité vient comme pour d’autres du fait qu’elle est un produit de ces instituts politiques qui nourrissent les rangs des partis politiques. Elle appartient à ce syndicat des professionnels de la politique qui n’ont jamais travaillé ailleurs et qui évidemment pour se maintenir sollicitent la très grande flexibilité de leurs orientations. L’initiative de Pompili  est sans doute de faire croire que les écolos ont rejoint Macron. Un ralliement qui pour l’instant au sein de son nano parti ne comprend qu’elle !

Activités sportives professionnelles : après les spectateurs virtuels, des joueurs virtuels ?

Activités sportives professionnelles : après les spectateurs virtuels, des joueurs virtuels ?

 

 

Les spectacles sportifs professionnels sont contraints dans leur capacité d’accueil des spectateurs. Bon nombre de matchs en Europe se déroulent  d’ailleurs sans aucun supporter. De quoi changer complètement la signification d’une manifestation qui  supposent des gestes techniques et des conditions physiques mais qui s’insère dans une ambiance festive parfois mélodramatique qui remplace en quelque sorte les anciens jeux de Rome.

Le rassemblement et la manifestation de cette foule sont aussi importants que le spectacle lui-même. Souvent la foule transcende la représentation sportive. Aujourd’hui, voir seulement les événements sportifs seulement à la télévision génère assez souvent le plus grand ennui et cela se répercute même sur la qualité des prestations. Dans les tribunes , on a souvent remplacé les supporters par des bâches avec des spectateurs virtuels. À quand des sportifs virtuels comme dans les jeux vidéo ?

Changement de Premier ministre après les régionales ?

 

Selon le baromètre Elabe pour « Les Echos » Castex enregistre une nouvelle dégringolade et Macron baisse à 32%.Une descente aux enfers de Castex qui pourrait bien justifier le changement de Premier ministre après les régionales

La cote de confiance du Premier ministre perd encore 4 points ce mois-ci, à 28 %. En deux mois, elle a reculé de 8 points. Ce n’est pas plus réjouissant pour le chef de l’Etat : sa cote de confiance baisse de 3 points, à 32 %, son niveau le plus bas depuis le début de la crise sanitaire en mars dernier. D’après l’institut de sondage

Il y a le retour d’une impopularité dont l’exécutif n’arrive pas à se défaire. Et la nomination de Jean Castex à Matignon n’a pas rattrapé les choses. »

Dans le classement des personnalités politiques, le maire du Havre caracole, lui, en tête et conforte son avance ce mois-ci, avec 55 % d’image positive (+1). Edouard Philippe, qui depuis la rentrée a multiplié les « cartes postales », domine largement chez les sympathisants LREM et Modem (92 %), arrive deuxième à droite (à 70 %) et se paie même le luxe d’arriver quatrième auprès des sympathisants de gauche, en frôlant la majorité d’image positive (49 %).

Pas facile, dans ce contexte, de se faire une voix. « Il y a des doutes sur la personnalité du Premier ministre pour gérer la crise. Finalement, l’opération Jean Castex ne fait pas remonter Emmanuel Macron », relève le président d’Elabe.

Sondage effectué les 6 et 7 octobre 2020 auprès d’un échantillon de 1.000 personnes selon la méthode des quotas.

Risque récessionniste d’après la Fed

Risque récessionniste d’après la Fed

 

On ne sait pas si l’alerte lancée par le président de la Fed se nourrit des tendances économiques constatées ou de l’environnement politique. En effet le président américain vient de suspendre les discussions sur le plan de relance. Or le président de la banque centrale américaine Jérôme Powel milite pour un soutien encore plus affirmé à la croissance. Il estime que grâce au soutien en particulier de la banque centrale le pire a jusqu’à maintenant été évité mais qu’une tendance baissière se dessine comme en Europe et se traduisant en particulier de manière négative sur l’emploi

“L’expansion est encore loin d’être achevée. A ce stade préliminaire, je dirais que les risques liés à l’intervention des politiques sont toujours asymétriques. Trop peu de soutien conduirait à une reprise faible, créant des difficultés superflues pour les ménages et les entreprises”, a-t-il dit lors de l’assemblée générale annuelle de la National Association for Business Economics (NABE).

“Les risques d’en faire trop semblent pour l’instant moins importants. Même si les mesures politiques se révèlent au final plus importantes que nécessaire, elle ne seront pas vaines. La reprise sera plus forte et plus rapide.”

Le président de la Fed a donc évoqué “un risque que les progrès initiaux rapides liés à la réouverture se transforment progressivement en un cheminement plus lent que prévu vers une reprise complète”. Une évolution qui pourrait “déclencher une dynamique récessionniste typique, la faiblesse alimentant la faiblesse”, a-t-il ajouté.

Fiabilité du Boeing 787 mise en cause après celle du 737

Fiabilité du Boeing 787 mise en cause après celle du 737 

 

Boeing ne cesse d’accumuler les catastrophes à propos de ces avions vedette. Il y a eu évidemment la mise en cause de la fiabilité du 737 qui a fait écrouler la production. Désormais, c’est aussi le 787 qui est concerné par des les incidents de fonctionnement. Boeing a identifié deux problèmes au niveau du raccord d’une portion du fuselage de certains 787.

« La combinaison de ces deux défauts résulte dans une pièce qui n’est pas conforme à nos standards en termes de design », explique Boeing. « Nous avons prévenu la FAA et nous procédons à un examen détaillé des causes ».

Les annulations de commandes s’accumulent pour l’avion vedette 737 MAX, cloué au sol depuis plus d’un an après deux accidents ayant fait 346 morts et des révélations qui ont terni durablement l’image du constructeur, tandis que l’appétit pour le 787, son dernier aéronef révolutionnaire, a considérablement diminué.

Foudroyé par la pandémie, Boeing a dû lever 25 milliards de dollars au printemps sur le marché obligataire afin de financer ses opérations durement éprouvées. La société, qui est un des plus importants fournisseurs du Pentagone, revendique 17.000 fournisseurs aux Etats-Unis et 2,5 millions d’emplois directs et indirects.

Inflation: reprise après la crise

Inflation: reprise après la crise

 

À juste titre,  Vincent Champain évoque l’hypothèse d’un retour de l’inflation après la crise. En effet, on voit mal comment la dette immense pourrait être amortie par la seule  augmentation de la fiscalité. Le choc serait trop rude. On risque de recourir à la recette classique de l’inflation, c’est-à-dire l’impôt des pauvres qui parait incontournables quand la valeur de la monnaie est en décalage avec la richesse produite réelle.

 

Tribune :

 

Pour répondre à la crise du Covid, il a fallu agir vite pour éviter un cercle vicieux : moins de revenus entraînant moins de consommation, et encore moins de revenus. Les Etats européens ont vite augmenté leurs dépenses, puis leur dette. La BCE est intervenue massivement : plus de mille milliards d’euros ont été émis en contrepartie.

Soit la dette Covid sera remboursée par de futurs efforts des contribuables et des bénéficiaires des dépenses publiques. Soit, comme beaucoup le réclament, elle sera monétisée. A terme, il y aura alors des milliers de milliards d’euros de plus pour un peu moins de biens et services. D’une part, le fameux « impôt sur les pauvres » remboursera la dette : les pertes de ceux qui sont les moins bien placés pour se protéger de l’inflation auront pour contrepartie la baisse du poids de la dette.

S’y ajoutera un surcoût moins visible, lié à la perte de croissance qu’entraînera un système de prix moins prévisible – les investisseurs augmenteront leur prime de risque et les ménages leur épargne de précaution, ce qui réduira le niveau d’activité. Le mandat de la BCE ne s’y oppose pas si c’est fait progressivement : si elle avait depuis sa création poussé l’inflation au maximum de son mandat, les prix seraient aujourd’hui supérieurs de 15 %, soit ce qui sera nécessaire pour effacer la dette Covid actuelle.

Les Etats-Unis se trouvent dans une situation cumulant un déficit courant chronique, un isolationnisme économique et un taux d’épargne négatif : une baisse du dollar à moyen terme semble l’un des seuls moyens pour corriger ces déséquilibres

Rebond. Un autre facteur peut contribuer au retour de l’inflation à moyen terme, monétaire celui-là. Qu’il s’agisse de leur capacité de rebond après la crise, ou de leur potentiel à moyen terme, les économies asiatiques – à commencer par la Chine – ont montré une vigueur qui manque encore à l’Europe, et qui est absente aux Etats-Unis. Ces derniers se trouvent donc dans une situation cumulant un déficit courant chronique, un isolationnisme économique et un taux d’épargne négatif : une baisse du dollar à moyen terme semble l’un des seuls moyens pour corriger ces déséquilibres.

L’Europe semble se trouver dans une situation plus favorable, mais sa balance courante s’est fortement dégradée en mai. Si elle peine à la rétablir, c’est sa monnaie qui s’ajustera. La compétitivité des entreprises y gagnera, mais au prix d’un retour d’une inflation vis-à-vis de laquelle la BCE serait mieux armée si le volume de monnaie n’a pas été augmenté par l’absorption de la dette Covid. Est-il possible que l’Asie hier spécialisée dans le bas de gamme et désormais présente dans la haute technologie puisse voir sa monnaie se réévaluer fortement par rapport à la nôtre ? C’est en tout cas ce qu’a fait le Japon.

Sans qu’il soit certain, nous devons donc nous préparer à un risque inflationniste. D’abord en expliquant le vrai coût de la monétisation de la dette et son danger pour l’Europe : créer une divergence irrémédiable entre pays « pragmatiques » qui refuseront de payer le surcoût de l’inflation pour s’en tenir au remboursement de leur dette et pays « romantiques » qui préféreront croire à l’inverse. Ensuite, en évitant de condamner les Français à « l’impôt des pauvres » alors que leurs concitoyens plus aisés sauront mieux protéger leur épargne contre l’inflation.

Vincent Champain est cadre dirigeant et co-président de l’Observatoire du Long Terme, think tank dédié aux enjeux de long terme.

« Reprise de l’inflation après la crise »

« Reprise de l’inflation après la crise »

 

À juste titre,  Vincent Champain évoque l’hypothèse d’un retour de l’inflation après la crise. En effet, on voit mal comment la dette immense pourrait être amortie par la seule  augmentation de la fiscalité. Le choc serait trop rude. On risque de recourir à la recette classique de l’inflation, c’est-à-dire l’impôt des pauvres qui parait incontournables quand la valeur de la monnaie est en décalage avec la richesse produite réelle.

 

Tribune :

 

Pour répondre à la crise du Covid, il a fallu agir vite pour éviter un cercle vicieux : moins de revenus entraînant moins de consommation, et encore moins de revenus. Les Etats européens ont vite augmenté leurs dépenses, puis leur dette. La BCE est intervenue massivement : plus de mille milliards d’euros ont été émis en contrepartie.

Soit la dette Covid sera remboursée par de futurs efforts des contribuables et des bénéficiaires des dépenses publiques. Soit, comme beaucoup le réclament, elle sera monétisée. A terme, il y aura alors des milliers de milliards d’euros de plus pour un peu moins de biens et services. D’une part, le fameux « impôt sur les pauvres » remboursera la dette : les pertes de ceux qui sont les moins bien placés pour se protéger de l’inflation auront pour contrepartie la baisse du poids de la dette.

S’y ajoutera un surcoût moins visible, lié à la perte de croissance qu’entraînera un système de prix moins prévisible – les investisseurs augmenteront leur prime de risque et les ménages leur épargne de précaution, ce qui réduira le niveau d’activité. Le mandat de la BCE ne s’y oppose pas si c’est fait progressivement : si elle avait depuis sa création poussé l’inflation au maximum de son mandat, les prix seraient aujourd’hui supérieurs de 15 %, soit ce qui sera nécessaire pour effacer la dette Covid actuelle.

Les Etats-Unis se trouvent dans une situation cumulant un déficit courant chronique, un isolationnisme économique et un taux d’épargne négatif : une baisse du dollar à moyen terme semble l’un des seuls moyens pour corriger ces déséquilibres

Rebond. Un autre facteur peut contribuer au retour de l’inflation à moyen terme, monétaire celui-là. Qu’il s’agisse de leur capacité de rebond après la crise, ou de leur potentiel à moyen terme, les économies asiatiques – à commencer par la Chine – ont montré une vigueur qui manque encore à l’Europe, et qui est absente aux Etats-Unis. Ces derniers se trouvent donc dans une situation cumulant un déficit courant chronique, un isolationnisme économique et un taux d’épargne négatif : une baisse du dollar à moyen terme semble l’un des seuls moyens pour corriger ces déséquilibres.

L’Europe semble se trouver dans une situation plus favorable, mais sa balance courante s’est fortement dégradée en mai. Si elle peine à la rétablir, c’est sa monnaie qui s’ajustera. La compétitivité des entreprises y gagnera, mais au prix d’un retour d’une inflation vis-à-vis de laquelle la BCE serait mieux armée si le volume de monnaie n’a pas été augmenté par l’absorption de la dette Covid. Est-il possible que l’Asie hier spécialisée dans le bas de gamme et désormais présente dans la haute technologie puisse voir sa monnaie se réévaluer fortement par rapport à la nôtre ? C’est en tout cas ce qu’a fait le Japon.

Sans qu’il soit certain, nous devons donc nous préparer à un risque inflationniste. D’abord en expliquant le vrai coût de la monétisation de la dette et son danger pour l’Europe : créer une divergence irrémédiable entre pays « pragmatiques » qui refuseront de payer le surcoût de l’inflation pour s’en tenir au remboursement de leur dette et pays « romantiques » qui préféreront croire à l’inverse. Ensuite, en évitant de condamner les Français à « l’impôt des pauvres » alors que leurs concitoyens plus aisés sauront mieux protéger leur épargne contre l’inflation.

Vincent Champain est cadre dirigeant et co-président de l’Observatoire du Long Terme, think tank dédié aux enjeux de long terme.

 

Coronavirus : après les masques, le scandale du manque de tests

Coronavirus : après les masques, le scandale du manque de tests

« Nous n’allons pas tester tous les Français, ça n’aurait aucun sens, mais toutes les personnes présentant des symptômes. » avait  déclaré de manière très confuse le président de la république lors d’une intervention télévisée. Une affirmation complètement idiote car le dépistage massif constitue l’un des moyens de repérer et d’isoler les personnes malades.

C’est ce qui s’ est  pratiqué massivement dans plusieurs pays en Corée par exemple mais aussi plus près de nous en Allemagne. Il est vrai qu’en Allemagne on avait  réalisé 500 000 tests par semaine quand la France était  à peine capable d’en faire 70 000. La vérité c’est que la stratégie française s’aligne sur la situation de pénurie de tests.

C’est précisément cette absence de masques et de tests qui ont sans doute justifié de prolonger le confinement . Depuis le déconfinement, la philosophie a changé officiellement on a décidé de pratiquer largement les tests. Des tests qui globalement ne manquent plus mais qui ne peuvent pas être réalisés en fonction des besoins, faute de matériel surtout de personnel. Normalement les résultats d’un test doivent parvenir dans les 24 48 heures. Pour certains candidats potentiellement symptomatiques, il faut parfois attendre jusqu’à 15 jours pour cet examen. Finalement, la même inadaptation française que pour les masques au début de la crise sanitaire.

« Ségur de la santé » après le Ségur de l’hôpital

« Ségur de la santé » après le Ségur de l’hôpital

 

 

 

Ce qu’on a appelé le Ségur de la santé  s’est pour l’instant limité à un Ségur de l’hôpital et encore sur les seuls aspects des rémunérations pour l’essentiel. Le deuxième volet de la réflexion doit porter sur le système de santé global prenant en compte des différents établissements, leurs différents statuts, les différents personnels notamment la médecine libérale. L’ancienne patronne de la CFDT Nicole Notat, chargée de piloter depuis fin mai le « Ségur de la santé », doit remettre officiellement ce mardi matin son rapport aux organisations et syndicats ayant participé à la concertation.

La remise du rapport se tiendra en présence d’Olivier Véran, qui précisera les mesures qu’il entend mettre en oeuvre en réponse aux propositions faites ces dernières semaines par les acteurs du système de santé.

Pas sûr qu’on aille très loin dans cette remise à plat du système de soins en France car les enjeux sont nombreux. Il y a les progrès scientifiques considérables mais souvent coûteux, le vieillissement de la population, des pathologies nouvelles liées au mode de vie, à l’alimentation et aux modes de production. La place respective de l’hôpital et de la médecine de ville. L’articulation entre le privé et le public et bien sûr au final le financement de tout le système. Le ministre de la santé toujours très prolifique a cependant mit la pédale douce sur l’ampleur de la réforme.

 

« Il ne s’agit pas de tout chambouler » dans la « feuille de route » fixée dans le cadre du plan « Ma santé 2022″, arrêté en 2018 par l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, a prévenu ce lundi Olivier Véran. « Le plan de ma prédécesseure est très bon » mais « nous allons amplifier, accélérer, accentuer, débureaucratiser, simplifier », a-t-il assuré.

Interrogé sur Europe 1, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF) Frédéric Valletoux a dit « attendre beaucoup » de ce « temps 2″ du Ségur de la santé, espérant « une remise à plat de notre système de soins ».

« Il y avait bien sûr la question des salaires », réglée « en grande partie au moins la semaine dernière ». « Mais il y a tout le reste, qui concerne le financement, l’organisation des soins, la coopération des différents professionnels de santé », a-t-il expliqué.

Lors de son discours de politique générale, le Premier ministre Jean Castex a promis un plan d’investissement à six milliards d’euros pour le système de santé, venant s’ajouter aux 8,1 milliards débloqués pour améliorer la rémunération des personnels. Des moyens supplémentaires certes mais pas du tout la hauteur des enjeux.

Après, British Airways, Lufthansa, 30% en moins chez Air France

Après, British Airways, Lufthansa, 30% en moins chez Air France

 

Le séisme dans l’activité aérienne continue. Le premier séisme est celui de la demande qui devrait être réduite d’environ 50 % en moyenne d’ici la fin de l’année, le second c’est la situation financière des entreprises;  situation, qui conduira certaines (les plus petites à disparaître complètement et des grosses à résister  grâce au soutien de leurs états respectifs et aux plans de licenciement . La troisième dimension est évidemment sociale et elle découle des deux autres à savoir la suppression de 25 à 30 % des effectifs. Après l’annonce de British Airways de supprimer 27 % de ses effectifs , c’était au tour de la Lufthansa d’annoncer la suppression de 22 000 postes dans le monde soit 16 % de ses effectifs (135 000 personnes.) .) Une manière aussi de peser sur les compagnies concurrentes bénéficiaires elles aussi de prêts ou d’aides des gouvernements afin les contraindre aussi à réduire la voilure car sinon cela serait considéré comme une distorsion  de concurrence.

 

 La pression sera terrible aussi sur toutes les compagnies et notamment Air France. Il est d’ailleurs probable que des recours auront lieu  devant l’union européenne. La situation du transport aérien est un effet dramatique on ne compte pas une reprise normale du trafic avant 2023 2025 et d’ici là nombre de compagnies seront contraintes de se débarrasser d’appareils, d’annuler ou de retarder des commandes. D’une façon générale, l’offre de transport aérienne devrait être inférieure à 50 % de ce qu’elle était précédemment ici la fin de l’année. De son coté la facture sociale à Air France serait de 30 % des effectifs

 

Intervention Macron : le Déconfinement. . Pour la relance on verra après

 

 Intervention Macron : le Déconfinement. . Pour la relance on verra après

 

 

Il ne fallait pas s’attendre à grand-chose de cette allocution de Macron qui d’ailleurs ne tient pas une grande place dans les une des grands médias.  il faut dire que pour résumer, Macron  surtout contenté d’annoncer le confinement tellement  souhaité par beaucoup . Comme en Italie ,on aurait pu s’attendre évidemment que parallèlement se mettent en place des États généraux pour remobiliser l’économie. Mais là, l’exercice est envoyé par Macron, en juillet. La France a le temps, c’est le pays qui est le plus touché économiquement ! Encore un mois de perdus, un mois supplémentaire qui s’ajoute aux trois mois aussi perdus au début de la crise sanitaire.

 la France repeinte en vert

La parole du président de la République était très attendue par les Français. D’autant que les chantiers économiques qui s’ouvrent s’annoncent colossaux, alors que plusieurs centaines de milliers d’emplois dans presque tous les secteurs d’activité pourraient être fragilisés.

Pour résumer ,on pourrait dire que Macron s’est contenté de repeindre en vert la carte de France. En gros,  Île-de-France sort de  l’orange et le déconfinement commencera lundi. Et de brosser les attentes dans le sens du poil i. «Nous allons retrouver pour partie notre art de vivre, notre goût de la liberté. En somme, nous allons retrouver pleinement la France», a souligné le président. Malgré cette «première victoire contre le virus», Emmanuel Macron a appelé à ne pas «baisser totalement la garde», car «la lutte contre l’épidémie n’est pas terminée».

La nouvelle la plus surprenante est sans doute moins attendu et cette annonce du président de république déclarant que les crèches les écoles et les collèges devront accueillir les élèves à partir du 22 juin. Comme si l’année scolaire n’était pas déjà terminée surtout après les perturbations dues à la crise sanitaire et aux mesures baroques prises ici ou là par les collectivités. On va aussi autoriser la réouverture de l’espace Schengen encore que sur ce point chaque pays pourra faire comme on  l’entend. Les voyages hors  d’Europe, seront à nouveaux autorisés à partir du 1er juillet.

Toujours sur le mode de la compassion avec sans doute un œil sur des sondages inquiétants, Macron s’est montré humaniste en rétablissant les visites dans les EHPAD. Que restera-t-il à des confinements qui d’après le chef de l’État continueront d’être encadrés mais sans autre précision.

Évidemment Macron n’a pu s’empêcher de se soumettre à son examen d’auto satisfaction

Macon n’a pas pu faire l’impasse sur la question des violences policières qu’il  n’a pourtant pas cité en tant que tel se limitant des banalités telles que les policiers «sont exposés à des risques quotidiens, c’est pourquoi ils méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la nation», a-t-il soutenu, convaincu que «sans ordre républicain, il n’y a ni sécurité ni liberté».

Curieusement, on s’est demandé ce que venait faire ce curieux passage de Macron sur l’égalité des chances, lui ,qui a balayé d’un revers de main le rapport Borloo pourtant  très soutenu localement et par les élus . Pour finir évidemment un peu de démagogie avec toujours cet œil fixé sur des sondages défavorables , Macron a assuré il n’y aurait pas de hausse de fiscalité pour compenser la facture d’environ 500 milliards destinés des entreprises, aux ménages et aux financements de la crise sanitaire. Conclusion la relance économique, comme pour le financement , on verra plus tard ! Sans doute dans le cas de la programmation de la campagne électorale pour 2022

 

0 Réponses à “InterventReprise durable avec réinvention de l’offre ! (Olivier Passet, Xerfi )

La ville demain….. à la campagne !

 

« On devrait construire les villes à la campagne car l’air y est plus pur » avait déclaré le célèbre humoriste Alphonse Allais. Une boutade évidemment mais pourtant qui devrait être pris en compte pour rééquilibrer de manière plus humaine et plus environnementale des villes devenues impossibles vivre . Des villes à la croissance dite endogène, c’est-à-dire qu’elle rend marchands produits et services, contraints à travailler pour se payer y compris des prestations plus ou moins utiles et ainsi contribuer à l’augmentation du PIB  : la croissance endogène. À l’inverse dans des villes moins importantes, les besoins sont plus réduits et les échanges également moins marchands.

Certes une ville doit pouvoir disposer d’un minimum d’équipement, d’infrastructures dans le domaine économique, social, culturel, sociétal ou de la santé. Pour autant, cela ne doit pas déboucher sur la nécessité par exemple de supprimer la totalité des établissements hospitaliers pour  les concentrer sur un seul lieu du département. On comprend qu’avec les   sciences et les nouvelles thérapies,  il soit nécessaire de disposer d’équipements de plus en plus sophistiqués mais toutes les pathologies ne nécessitent  pas ces  équipement aussi lourds, aussi coûteux également.

De la même manière  rien ne condamne les villes à une extension économique incontrôlée avec multiplication des bureaux, des usines, des ateliers, des services au même endroit . Là aussi tout est question d’équilibre , la cité  a besoin d’un équipement minimum et non d’une concurrence effrénée de marques qui n’ont d’autre but que d’inciter à la dépense des ménages. Au plan culturel, d’énormes efforts ont été réalisés, par beaucoup de villes, reste que le lieu central de production et de promotion demeure Paris.

Même s’il y a quelques contre-exemples, la réussite se concrétise à Paris. Le modèle culturel peut-être évidemment différent en volume, en nature et en fréquence selon les localités mais la culture peut exister aussi ailleurs qu’à Paris ou dans les grandes métropoles. Il n’y a sans doute pas de taille idéale pour la ville mais ce qui est certain c’est qu’à partir de 50 à 100 1000 habitants la vie en général devient complexes , génèrent des coûts, des pertes de temps, dégrade l’environnement et d’une façon plus générale le cadre de vie. Comment comprendre qu’avec les moyens de liaison existants aujourd’hui il ne soit pas possible d’envisager un retournement complet de cette mode de la sur urbanisation source par ailleurs d’un endettement mortel puisqu’il faut compter en moyenne à Paris pour le même logement qu’en province un cout quatre fois supérieur. Du capital mort qui n’alimente que la spéculation (pour preuve la percée d’RNB). Peut-être pas des villes à la campagne mais des villes et campagnes qui  rétablissent des liens de bio diversité et de façon générale d’équilibre favorable au développement de la vie de tous et de tous. Avec aussi des villages en réseaux non condamnés à devenir des réserves d’Indiens.

Karachi : une affaire qui dure depuis 25 ans

Des milliards d’affaires et des commissions occultes de plusieurs centaines de millions qui expliquent qu’on ait sollicité à l’excès les procédures judiciaires pour faire durer les affaires. D’ailleurs pout  pourrait se terminer en eau de boudin tellement les situations sont anciennes, parfois confuses et contradictoires

L’accusation a décrit «une véritable entreprise de prédation»: selon elle, les pots-de-vin, alors légaux, versés à des intermédiaires pour des contrats d’armement signés en 1994 avec l’Arabie Saoudite (Sawari II) et le Pakistan (Agosta) ont donné lieu à des rétrocommissions illégales qui ont contribué à financer la campagne présidentielle malheureuse d’Edouard Balladur en 1995. Si la corruption d’agents publics étrangers était alors la règle dans le jeu de la concurrence planétaire, ces négociations se sont nouées dans un contexte particulier en France, où une lutte fratricide se jouait au sein de la droite entre le maire de Paris Jacques Chirac et le Premier ministre sortant.

Pour la défense, rien ne permet d’affirmer que ce cocktail détonnant a conduit à organiser un système de financement politique illégal. Elle a plaidé la relaxe, dénonçant des poursuites «prescrites» et des accusations «sans preuve». L’enquête a pourtant conclu que le pouvoir politique avait imposé à la branche internationale de la Direction des constructions navales (DCNI) et à la Sofresa, deux entités détenues par l’Etat qui vendaient sous-marins et frégates, des intermédiaires «inutiles» dans ces contrats, le «réseau K» (pour King en référence au roi d’Arabie).

Les contrats se chiffraient en milliards, les commissions promises frôlaient les 300 millions d’euros (400 millions en euros constants) et les sommes versées se comptaient en dizaines de millions. L’objectif poursuivi, selon l’accusation, était de faire revenir une petite partie des pots-de-vin versés au «réseau K» vers les comptes de la campagne Balladur. Les prévenus ont défendu l’utilité du «réseau K», faisant valoir la signature des contrats. Tous ont nié le moindre financement politique et l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine, le seul l’ayant un temps admis, s’est rétracté à l’audience.

Contre ce dernier, également jugé pour fraude fiscale et blanchiment, cinq ans de prison avec mandat de dépôt ont été requis. Sept ans de prison assortis d’un mandat d’arrêt ont été demandés pour son ancien associé Abdul Rahman Al Assir, absent du procès. Ziad Takieddine pourrait bien être le boc- émissaire et pour des faits qui éloignent de l’affaire centrale

Cinq ans, dont deux avec sursis, et une amende ont été requis contre Renaud Donnedieu de Vabres, alors proche collaborateur du ministre de la Défense François Léotard, pour avoir imposé le «réseau K».

La même peine d’emprisonnement, avec amende, a été demandée pour Nicolas Bazire, actuellement un des dirigeants du groupe de luxe LVMH: il est accusé d’avoir, en tant que directeur de la campagne d’Edouard Balladur, téléguidé l’arrivée de 10,25 millions de francs sur le compte de campagne.

Contre Thierry Gaubert, alors au ministère du Budget et impliqué dans la campagne, quatre ans, dont deux ferme, et 100.000 euros d’amende ont été requis. L’accusation affirme qu’il a profité des «largesses» de son ami Takieddine, sans avoir pu «faire le lien» avec la campagne.

Enfin, le parquet a requis trois ans d’emprisonnement dont 18 mois ferme contre Dominique Castellan, alors patron de la DCNI.

Dans cette affaire, les soupçons de rétrocommissions avaient émergé au fil de l’enquête sur l’attentat de Karachi. Le 8 mai 2002, une voiture piégée précipitée contre un bus transportant des salariés de la DCNI coûtait la vie à quinze personnes dont onze Français travaillant à la construction des sous-marins dans le grand port pakistanais. La justice ne se prononcera pas lundi sur un éventuel lien de causalité entre l’arrêt du versement des commissions et l’attentat de Karachi en 2002, thèse défendue par les familles de victimes: c’est l’objet d’une enquête antiterroriste toujours en cours.

Notons que les deux principaux accusés et bénéficiaires ne subiront pas cette humiliante procédure judiciaire. On leur réserve de passer devant la très spéciale cour de justice de la république .MM. Balladur et Léotard comparaîtront ultérieurement devant la Cour de justice de la République, seule compétente pour juger des membres du gouvernement pour des infractions commises pendant leur mandat. Par depuis son existence, la cour de justice de la république n’a prononcé que des peines accessoires parfois même anecdotiques par exemple quand elle a fait les » gros yeux à Christine Lagarde » pour avoir imprudemment accordé 450 millions à Tapie. Pour l’exemple, on va sans doute taper sur un ou deux coupables aujourd’hui assez loin du jeu politique national et  international. Pour le reste, il faudra sans doute se contenter de peines dignes de celles d’un voleur de mobylette sans parler des recours encore possibles. En outre après 25 ans, il est possible que certains aient  complètement perdu la mémoire d’une affaire usée pour avoir traîné de tiroir en tiroir. Notons enfin qu’à l’époque il était courant sinon indispensable pour obtenir un contrat d’armement de passer par des intermédiaires moins recommandables.

Coronavirus : « 84 plaintes » déposées contre le gouvernement, … pour rien

 

84 plaintes déposées contre le gouvernement mais en fait pour rien, on sait en effet que les membres du gouvernement sont soumis à une juridiction très spéciale : la cour de justice de la république spécialement constituée pour protéger les élus des rigueurs de la justice ordinaire destinée aux citoyens; en effet; cette cour de justice n’a prononcé jusqu’à l’heure que des peines complètement anecdotiques pour ne pas dire dérisoires. Et pour cause, elle est composée de neuf élus et de trois magistrats. Autant dire qu’au pire on peut s’attendre à ce que les accusés soient punis de recopier 12 articles du code pénal tout au plus; ainsi par exemple la très appréciée Christine Lagarde a été condamnée comme ministre seulement à avoir fait preuve de légèreté en accordant 450 millions à tapie. Et c’est tout ? Même chose sans doute toutes les autres procédures en cours, on aura sans doute l’occasion de s’apercevoir que les seconds couteaux par exemple dans l’affaire Balladur seront davantage sanctionnés que les ministres en exercice qui auront à paraître est aussi le moment venu devant la cour de justice de la république. Bref l’inégalité de l’égalité .

12345...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol