Archive pour le Tag 'Après les'

Réforme pénale Taubira : après les municipales !

Réforme pénale Taubira : après  les municipales !

 

 

La réforme pénale de Taubira semble créer des interrogations puisqu’il n’est plus envisagé de la voter avant les municipales. Il est vrai que le thème de l’insécurité (avec l’emploi) sera central et qu’il faut mieux enterrer pour l’instant cette réforme considérée pourtant comme phare. En effet les mauvais résultats prévisibles au municipales pourrait bien altérer certaines dispositions critiquées notamment par Valls. Le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a écarté hier la possibilité d’un examen au Parlement de la réforme pénale avant les municipales de mars, arguant de raisons de calendrier. Il a expliqué que, comme il n’y aurait « pas de procédure accélérée », « il serait difficile de l’examiner avant l’interruption des travaux du Parlement, fin février, pour cause de campagne électorale ». Manuel Valls avait assuré que le texte serait examiné après le scrutin, tandis que Christiane Taubira avait souhaité que le passage au Parlement s’effectue « dès que possible ».

 

Après les pigeons, les poussins…Les Plumés, de l’Urssaf

Après les pigeons, les poussins…Les Plumés, de l’Urssaf

  •  

Six contrôles successifs en un an et demi. Jean-Marie Boucher a cru ne pas sortir du tunnel. Le patron de ConsoGlobe, une société basée à Roubaix, s’est fait inspecter par l’Urssaf : il a dû justifier son crédit d’impôt recherche, prouver que ses stagiaires sont bien conventionnés… Et autour de lui, les autres entreprises de la pépinière avaient le même témoignage. Le patron a donc décidé de répliquer : avec les Plumés, le mouvement qu’il a fondé, il dénonce l’omniprésence de ces agents de contrôle qui « trouvent toujours un motif d’amende ». Ces dernières peuvent monter jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Elles forcent à la réduction de budget ou pire, au licenciement. Le mouvement des Plumés vient s’ajouter à la galaxie déjà bien fournie des contestataires que sont les Pigeons, les Poussins ou les Tondus. Jean-Marie Boucher tient à singularité de son mouvement qui proteste contre les contrôles, mais il le sait : il fait partie d’un courant plus global. Jean-Marie Boucher le voit depuis son bureau de Roubaix : d’autres ont également pris des initiatives à La Rochelle, près de Nantes ou à Paris.

 

 

Après les « pigeons », les « moineaux » ; à quand le mouvement des « dindons » ?

Après les « pigeons », les « moineaux » ; à quand le mouvement  des « dindons » ?

D’après une information du « Point, » un mouvement des « moineaux » succède à celui des pigeons. Les Pigeons ont disparu du paysage. Après le léger recul du gouvernement sur la taxation des plus-values de cession d’entreprise, ils ont décidé de rentrer au nid, las de se battre contre les moulins à vent. Mais ils ont tout de même eu le temps de faire des petits : les Moineaux. Fondé mi-octobre par trois jeunes créateurs d’entreprise, le mouvement, qui revendique l’implication de 300 personnes, ambitionne de prendre le relais de la fronde entrepreneuriale. Ils listent leurs revendications dans un communiqué envoyé aux rédactions.  Non sans dresser, au passage, le droit d’inventaire de l’action menée par leurs aînés, réduits à un mouvement d’investisseurs, et non de véritables chefs d’entreprise. Ils regrettent notamment qu’ils aient focalisé le débat sur la seule fiscalité des plus-values de cession d’entreprise. Malgré la remise du rapport Gallois sur la compétitivité, ils entendent donc bien faire entendre leurs propositions pour développer les start-up et les PME. On peut se demander si ne naîtra pas bientôt le mouvement des « dindons » ; finalemenet celui de ceux nombreux qui vont être victimes de la politique approximative du gouvernement ; laquelle  qva se traduire par la récession, le chômage, la misère même  si évidemment  on ne peut nier les conséquences de la crise mondiale. Pour autant, ce gouvernement ne semble pas comprendre la nature de la crise et sa politique est plus qu’approximative, hésitante, contradictoire et contre productive. Un jour, il décide de ponctionner les entreprises (20 milliards d’impôts nouveaux dont 10 pour les entreprises, 10 pour les ménages dans le budget 2013), un autre jour, il décide d’alléger de 20 milliards les prélèvements sur ces mêmes entreprises à partir de 2014 (plan compétitivité). Au total ces allégements compétitivité compenseront à peine les augmentations de 2011 et 2012. Pour 2013, la croissance sera nulle, il faudra compter avec 400 à 500 000 chômeurs supplémentaires. Les comptes sociaux explosant, de nouveaux impôts seront décidés (la CSG par exemple ou la TVA). Les dindons seront la plupart des français. Ce gouvernement composé essentiellement de fonctionnaires et de politiciens professionnels manque de tout, de courage, de compétence et de cohérence. Exemple « faire payer les riches, » un beau slogan mais les riches ne paieront pas, comme d’habitude. Grâce à l’exil fiscal et/ou à l’armée de fiscalistes qui les entourent pour échapper à l’impôt  (les PTE et PME, elles, payent).  Exemple Total n’a payé aucun impôt sur les bénéfices en 2009 et 2010 ; poussé par e gouvernement il a quand même payé 300 millions en 2011 pour un bénéfice de 12 milliards. La méthode est bien connue, la surfacturation par des filiales étrangères afin d’externaliser les profits et d’internaliser (en France) les pertes). Les dindons ce sont aussi ceux à qui on a supprimé la défiscalisation des heures supplémentaires supplémentaire (4 millions concernés et pas vraiment des riches), entre 150 et 200 euros par mois. Les dindons sont ceux qui voient fiscalité locale exploser (en moyenne 1000 euros pour la taxe d’habitation et 1000 euros pour la taxe foncière).Dindons aussi les retraités, « avantagés » donc ponctionnés aussi alors que la moyenne des retraites set de l’ordre de 1200 euros (et que souvent les femmes de ces retraités ne touchent rien).  Les dindons ce sont enfin les victimes de la pauvreté, foule anonyme, silencieuse, désemparée, Une honte dans un pays comme le notre. Ce pays ne peut plus être dirigé par des fonctionnaires et des politiciens professionnels. Les dindons ce sont enfin ceux qui ont cru que le pacte budgétaire européen serait renégocie. Or il a été adopté ( en douce au parlement, surtout pas de referendum sur les enjeux stratégiques) en l’état avec juste un petit plan de croissance qui en fait était déjà prévu. Du grand guignol, de l’amateurisme et du reniement. On nous jugera  dans 5 ans, aux résultats !  Slogan de partisans. Dans 5 ans, on risque d’enregistre 2 millions de chômeurs en plus, avec une situation proche de la Grèce. Oui, les dindons auraient besoin de se réveiller et de faire entendre leurs voix , pour le redressement économique, social et même sociétal. On ne pourra attendre 5 ans.

Après les « pigeons », les « moineaux » ; à quand le mouvement des « dindons » ?

Après les « pigeons », les « moineaux » ; à quand le mouvement  des « dindons » ?

D’après une information du « Point, » un mouvement des « moineaux » succède à celui des pigeons. Les Pigeons ont disparu du paysage. Après le léger recul du gouvernement sur la taxation des plus-values de cession d’entreprise, ils ont décidé de rentrer au nid, las de se battre contre les moulins à vent. Mais ils ont tout de même eu le temps de faire des petits : les Moineaux. Fondé mi-octobre par trois jeunes créateurs d’entreprise, le mouvement, qui revendique l’implication de 300 personnes, ambitionne de prendre le relais de la fronde entrepreneuriale. Ils listent leurs revendications dans un communiqué envoyé aux rédactions.  Non sans dresser, au passage, le droit d’inventaire de l’action menée par leurs aînés, réduits à un mouvement d’investisseurs, et non de véritables chefs d’entreprise. Ils regrettent notamment qu’ils aient focalisé le débat sur la seule fiscalité des plus-values de cession d’entreprise. Malgré la remise du rapport Gallois sur la compétitivité, ils entendent donc bien faire entendre leurs propositions pour développer les start-up et les PME. On peut se demander si ne naîtra pas bientôt le mouvement des « dindons » ; finalemenet celui de ceux nombreux qui vont être victimes de la politique approximative du gouvernement ; laquelle  qva se traduire par la récession, le chômage, la misère même  si évidemment  on ne peut nier les conséquences de la crise mondiale. Pour autant, ce gouvernement ne semble pas comprendre la nature de la crise et sa politique est plus qu’approximative, hésitante, contradictoire et contre productive. Un jour, il décide de ponctionner les entreprises (20 milliards d’impôts nouveaux dont 10 pour les entreprises, 10 pour les ménages dans le budget 2013), un autre jour, il décide d’alléger de 20 milliards les prélèvements sur ces mêmes entreprises à partir de 2014 (plan compétitivité). Au total ces allégements compétitivité compenseront à peine les augmentations de 2011 et 2012. Pour 2013, la croissance sera nulle, il faudra compter avec 400 à 500 000 chômeurs supplémentaires. Les comptes sociaux explosant, de nouveaux impôts seront décidés (la CSG par exemple ou la TVA). Les dindons seront la plupart des français. Ce gouvernement composé essentiellement de fonctionnaires et de politiciens professionnels manque de tout, de courage, de compétence et de cohérence. Exemple « faire payer les riches, » un beau slogan mais les riches ne paieront pas, comme d’habitude. Grâce à l’exil fiscal et/ou à l’armée de fiscalistes qui les entourent pour échapper à l’impôt  (les PTE et PME, elles, payent).  Exemple Total n’a payé aucun impôt sur les bénéfices en 2009 et 2010 ; poussé par e gouvernement il a quand même payé 300 millions en 2011 pour un bénéfice de 12 milliards. La méthode est bien connue, la surfacturation par des filiales étrangères afin d’externaliser les profits et d’internaliser (en France) les pertes). Les dindons ce sont aussi ceux à qui on a supprimé la défiscalisation des heures supplémentaires supplémentaire (4 millions concernés et pas vraiment des riches), entre 150 et 200 euros par mois. Les dindons sont ceux qui voient fiscalité locale exploser (en moyenne 1000 euros pour la taxe d’habitation et 1000 euros pour la taxe foncière).Dindons aussi les retraités, « avantagés » donc ponctionnés aussi alors que la moyenne des retraites set de l’ordre de 1200 euros (et que souvent les femmes de ces retraités ne touchent rien).  Les dindons ce sont enfin les victimes de la pauvreté, foule anonyme, silencieuse, désemparée, Une honte dans un pays comme le notre. Ce pays ne peut plus être dirigé par des fonctionnaires et des politiciens professionnels. Les dindons ce sont enfin ceux qui ont cru que le pacte budgétaire européen serait renégocie. Or il a été adopté ( en douce au parlement, surtout pas de referendum sur les enjeux stratégiques) en l’état avec juste un petit plan de croissance qui en fait était déjà prévu. Du grand guignol, de l’amateurisme et du reniement. On nous jugera  dans 5 ans, aux résultats !  Slogan de partisans. Dans 5 ans, on risque d’enregistre 2 millions de chômeurs en plus, avec une situation proche de la Grèce. Oui, les dindons auraient besoin de se réveiller et de faire entendre leurs voix , pour le redressement économique, social et même sociétal. On ne pourra attendre 5 ans.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol