Archive pour le Tag 'Après le'

Éducation : la fac pour la moitié des jeunes après le bac et pôle emploi pour nombre d’entre eux.

Éducation : la fac pour la moitié des  jeunes après le bac et pôle emploi pour nombre d’entre eux.

En Allemagne on privilégie la filière apprentissage (à tous les niveaux de formation), en France c’est l’université. En dépit du taux d’échec (exemple un tiers seulement obtiendront leur licence ou encore seulement 3% des bacs pro pourront aller au bout de leurs études supérieures). L’université représente le premier choix de 47% des jeunes ayant formulé au moins un vœu d’inscription dans l’enseignement supérieur sur le portail Admission post-bac (APB), selon un communiqué du ministère de l’Enseignement supérieur. Le portail a été rénové cette année, permettant non seulement aux futurs bacheliers mais aussi aux étudiants de première année souhaitant se réorienter de s’y inscrire. La secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur Geneviève Fioraso a aussi lancé un numéro vert pour guider les jeunes et leurs familles dans leurs démarches. « L’édition 2015 d’APB intégrera, pour chaque formation, une information sur les débouchés (taux de poursuite d’études et taux d’insertion professionnelle) », précise par ailleurs le ministère.  Pour 2014, à l’issue de la première phase d’admission, 762.400 candidats ont effectué au moins un vœu, soit une hausse de 7,4% sur un an. Pour leur premier vœu, 47% des candidats ont choisi l’université (licence et IUT), 34,63% les Sections de techniciens supérieurs (STS), 7,94% les classes préparatoires aux grandes écoles, environ 4% des écoles (ingénieurs, commerce, architecture…) et 5% d’autres formations. « Je serai satisfaite le jour où les 63% des inscrits à l’université y seront par choix, et non par défaut », affirme Geneviève Fioraso dans un entretien au Parisien de ce vendredi. « Il y aura toujours des élèves qui demandent l’université en deuxième choix parce qu’ils ont d’abord postulé dans une filière très sélective. C’est normal. Mais il faut réduire ce différentiel », estime-t-elle.

Portugal: l’austérité remise en question après le départ du ministre des Finances

Portugal: l’austérité remise en question  après le départ du ministre des Finances

C’est un départ qui sonne comme un aveu d’échec. Lundi 1er juillet, Vitor Gaspar, le ministre portugais des Finances, a annoncé sa démission créant un véritable coup de tonnerre dans le pays. « Cette démission est une surprise pour la société portugaise, comme pour la plupart du monde politique. Il s’agit du départ du plus important ministre des Finances du Portugal des dernières décennies », a estimé à la télévision le politologue Antonio Costa Pinto. Derrière ce départ surprise, la politique de rigueur du gouvernement est mise à mal. Vitor Gaspar était en effet un fervent défenseur de l’assainissement budgétaire, et son nom était étroitement lié à l’austérité. Le désormais ex-ministre des Finances était ainsi persuadé que le pays devait avaler cette potion amère pour assainir ses finances et rétablir son économie.  Pour preuve, après l’annonce de sa démission, la Commission européenne a immédiatement réagi en appelant le pays à « maintenir le rythme des réformes ». Car Vitor Gaspar avait été le principal artisan des plans d’économies mis en place par le pays. Parmi ses hauts faits d’armes, il peut légitimement revendiquer le retour du Portugal sur les marchés financiers avec la réussite, début mai d’une émission de dette à 10 ans. Mais, pour ses détracteurs, son application stricte des recommandations de la troïka ont été à l’origine d’une forte contestation sociale de la rigueur. Ce mécontentement s’est exprimé par des manifestations à répétition et pas moins de quatre grèves générales depuis l’arrivée au pouvoir en juin 2011 de la coalition de centre-droit, la dernière en date jeudi dernier.  La rigueur instaurée par Vitor Gaspar avait essuyé un important revers lorsque la Cour constitutionnelle portugaise a, en avril dernier, invalidé une partie des mesures du plan d’austérité réclamé par la troïka et avalisé par le gouvernement. Enfin, Vitor Gaspar n’a pu que constater les effets de l’austérité sur l’économie portugaise. Pour 2013, la Commission européenne table sur une récession encore marquée (-2,3%). Le FMI table sur le même chiffre. Par deux fois, Lisbonne a dû demander la clémence de l’Union européenne pour pouvoir repousser les objectifs de redressement du déficit qui lui était assignés. Le manque de croissance n’était évidemment pas étranger à ces demandes.  « La répétition des dérapages a miné ma crédibilité en tant que ministre des Finances », a d’ailleurs reconnu Vitor Gaspar dans sa lettre de démission au Premier ministre. « Les niveaux de chômage et du chômage des jeunes sont très graves », a-t-il poursuivi alors qu’au Portugal plus de quatre personnes de moins de 25 ans sur dix sont au chômage (42%). Au-delà, la cure d’austérité prônée par Vitor Gaspar a également crée des dissensions au sein de l’exécutif. Ce pourquoi le ministre écrit dans sa lettre être « convaincu que [son] départ contribuera à renforcer la cohésion de l’équipe gouvernementale ».

Election UMP : après le suicide, le ridicule

Election UMP : après le suicide, le ridicule

 

Après la guerre suicidaire entre Copé et Fillon, on va demander aux adhérents qu’ils votent pour ne pas revoter ; une curieuse conception de la démocratie qui ajoute le ridicule au discrédit de l’UMP.  Les adhérents de l’UMP devraient donc enterrer le scénario d’une nouvelle élection à la présidence du parti, sept mois après le pugilat Copé-Fillon, un épilogue ironique pour une guerre qui a laissé des traces malgré les efforts de réconciliation. Un congrès extraordinaire « dématérialisé » est organisé de vendredi, 08h00, à dimanche, 18h00. Les adhérents à jour de cotisation au 31 décembre 2012 sont appelés à se prononcer par vote électronique sur les nouveaux statuts de l’UMP et sur l’opportunité de revoter en septembre après le congrès désastreux du 18 novembre dernier qui a vu Jean-François Copé prendre la direction du parti d’opposition au terme d’un scrutin entaché de fraude. L’armistice conclu le 7 décembre entre le député-maire de Meaux et son adversaire, l’ancien Premier ministre François Fillon qui revendique la victoire, prévoyait une nouvelle élection en septembre. Depuis, les esprits ont évolué et les ambitions se sont précisées. François Fillon, qui a entretenu un temps l’incertitude sur ses intentions, a finalement exclu de se représenter, se fixant pour seul objectif la primaire ouverte de 2016 à droite pour l’élection présidentielle de 2017.  De toute manière, les militants ne veulent pas d’une nouvelle élection. Que ce soit dans les fédérations ‘fillonistes » ou ‘copéistes’, ils ne voient pas de raison d’en organiser une autre », relève un cadre du parti. Pour nombre de responsables de l’UMP, renouer avec les tensions de l’automne dernier, dans un climat plombé par la querelle idéologique entre « droitiers » et modérés, serait suicidaire pour le mouvement qui est confronté à la concurrence du Front national pour les élections municipales de 2014. Le parti s’est entouré de toutes les précautions pour éviter la moindre contestation et un nouveau psychodrame. Le scrutin est informatisé, les procurations sont interdites, et « de nombreux dispositifs anti-fraude sont prévus », a précisé l’instance chargée de veiller au bon déroulement du vote. « L’Autorité de supervision du congrès » est composée d’une spécialiste du droit constitutionnel, Anne Levade, du député Etienne Blanc et du sénateur Hugues Portelli. « Ce vote est très important pour l’UMP. Il doit tourner la page de querelles dépassées et préparer l’avenir en dotant notre mouvement d’institutions solides et démocratique », souligne Jean-François Copé dans une lettre aux adhérents. Anne Levade a aidé à la rédaction des questions arrêtées de concert par Jean-François Copé et François Fillon, une manière de faire qui a irrité au sein du parti où l’on dénonce un verrouillage et un arrangement de circonstance entre ex-ennemis. « Tout ça pour ça… », soupire un élu « filloniste » qui a bataillé aux côtés de son champion. La première question porte sur les nouveaux statuts de l’UMP, qui dataient de la création du parti en 2002 et dont l’obsolescence avait été mise en cause lors du grand désordre de l’automne 2012. Ce nouveau règlement définit notamment les règles de la primaire d’investiture de 2016, une première à droite. La première question est ainsi libellée: « Approuvez-vous les projets de statuts, de règlement intérieur et de charte de la primaire issus des travaux de la Commission ad hoc de révision des statuts? » La seconde question porte sur l’approbation d’un dispositif transitoire qui s’appliquera si le « oui » l’emporte à la première question. Si le « oui » est majoritaire, il n’y aura pas de nouvelle élection à la présidence en septembre 2013 et l’élection des instances locales de l’UMP sera reportée au lendemain des élections sénatoriales de 2014, notamment. La prochaine élection du président se déroulerait en conséquence au terme du mandat de Jean-François Copé, en novembre 2015. Si c’est le « non » qui l’emporte, une nouvelle élection à la présidence sera organisée en septembre prochain. Le dépouillement du scrutin aura lieu dès la clôture du vote, dimanche à 18h00. L’Autorité de supervision proclamera les résultats après l’examen d’éventuelles réclamations. Les adhérents peuvent voter de chez eux par internet ou se rendre dans les bureaux de vote installés dans chaque département.

 

Après le « mariage pour tous », le « chômage pour tous »

Après le « mariage pour tous », le  « chômage pour tous »

 

Depuis des mois et des mois, le « mariage pour tous fait la « une ». Encore ce matin,  avec la menace de Valls sur les maires récalcitrants. Par contre, pas une seule réaction du gouvernement sur les 700 suppressions de postes  de Michelin à Joué les Tours (ou plus généralement sur les 1000 chômeurs supplémentaires d’hier). Priorité aux questions sociétales pour masquer le reste. Du coup, c’est bien le chômage pour tous qui pourrait s’imposer dans les médias trop souvent occupés à traiter de questions sans doute importantes mais non prioritaires. Il y a l’oligarchie politique mais également l’oligarchie médiatique qui ne s’aperçoit guère qu’elle ne s’adresse qu’aux Bobos. Pas étonnant que la presse voit ses ventes s’écrouler ; le décalage entre  les préoccupations quotidiennes des français  et les clercs  du système n’a jamais été aussi grand. Sans cesse, la presse nous rabat les oreilles avec les primaires, les municipales, les européennes, de 2017 quand les sujets économiques sont à peine effleurés. Exemple, pourquoi ces suppression d’emplois chez Michelin, Pour satisfaire évidemment les actionnaires qui se gavent mais aussi du fait de la politique des transports. Michelin à Joué les Tours fabrique des pneus de poids lourds or le secteur routier français est en pleine crise avec des défaillances d’entreprises record qui sont passés de 1500 en 2006 à 2750 en 2012 et 2013 sera pire. Les raisons : le matraquage fiscal, la hausse sur le gasoil, la hausse sur les charges sociales, la baisse de l’activité qui génère du fret, la concurrence déloyale des ex pays de l’Est et maintenant une écotaxe qui tuera le pavillon français déjà complètement absent sur les marchés étrangers. Moins d’entreprises françaises de transport, c’est  moins de pneus achetés aussi. Une raison supplémentaire (avec la délocalisation) pour Michelin de fermer ses usines. De l’ordre de 30% des camions qui circulent en France sont étrangers, par exemple des roumains  dix fois moins chers qu’un conducteur français. Évidemment une question un peu moins sexy que le mariage pour tous !

Hollande : après le mariage pour tous, le vote des étrangers

Hollande : après le mariage pour tous, le vote des étrangers

Maintenant le vote des étrangers pour amuser la galerie après le mariage pour tous. De quoi faire la Une pendant des semaines et des mois ; Voter pour les élections municipales (même après 2014), il y a sûrement urgence pour les immigrés qui ‘s’en moquent complètement et veulent  surtout des titres de séjour, du travail, un logement ; encore une fois à coté de la plaque Hollande et les socialistes qui ne doivent pas compter beaucoup d’immigrés dans leur famille ou parmi leurs amis. De quoi en tout cas satisfaire les bobos qui ignorent tout de l’immigration. François Hollande a annoncé jeudi qu’un texte pour accorder le droit de vote des étrangers aux élections locales serait présenté au Parlement après les élections municipales. « Je ne veux pas donner l’impression que nous chercherions avant les municipales à utiliser cette question du droit de vote des étrangers pour entretenir je ne sais quel malentendu », a déclaré le chef de l’Etat lors d’une conférence de presse. « Donc, ce texte ne sera pas présenté avant les élections municipales », de 2014, a-t-il ajouté. « Après les élections municipales, comme cela il n’y aura plus d’enjeu, il sera soumis au Parlement et le Parlement en fera l’adoption s’il le souhaite », a-t-il ensuite promis, s’engageant pour la première fois aussi clairement depuis son élection. Cette réforme passe par une révision de la Constitution, qui ne peut être adoptée que par 3/5es des parlementaires ou par référendum. « Je n’ai pas soumis ce texte parce que je sais d’avance que l’opposition n’en veut pas », a redit François Hollande, alors qu’il manque une trentaine de voix pour une adoption au Congrès. Quant au référendum, le président avait exclu cette option lors de sa précédente conférence de presse, en novembre.

 

Après le minerai de viande, du rat à la place du bœuf ; bon appétit !

Après le minerai de viande, du rat à la place du bœuf ; bon appétit !

Après l’huile alimentaire recyclée ou le lait en poudre pour bébé volontairement contaminé avec des produits chimiques dangereux, un nouveau scandale alimentaire éclabousse la Chine. Des plats présentés comme contenant de la viande de bœuf ou de mouton comportaient en fait du rat et du renard a déclaré le ministère de la Sécurité publique vendredi. En tout, 900 personnes ont été arrêtées lors d’une opération qui s’est déroulée ces trois derniers mois. « 382 cas de viande coupée avec de l’eau, de faux mouton ou de bœuf, de viande avariée et de produits contenant de la viande toxique et dangereuse » ont été découverts a précisé le ministère, « plus de 20.000 tonnes de produits carnés frauduleux ou de qualité inférieure » ont été saisis. Dans la province du Jiangsu (est), des détaillants vendaient du « mouton » fait à partir de viande de rat et de renard, additionné de produits chimiques. D’autres, dans le Guizhou (sud), mélangeaient une solution à base de peroxyde d’hydrogène à des pattes de poulet, une gourmandise chinoise. Le ministère de la Sécurité a souligné que cette opération s’inscrit dans une enquête plus large sur la sécurité alimentaire, incluant la découverte en mars dernier de milliers de cochons morts flottant dans le fleuve de Shanghai ou la vente d’huile de cuisine recyclée. Evidemment ce scandale se produits en Chine, ce qui rassure ; Ou presque car notre minerai de viande qui sert à la confection des plats préparés n’est guère plus appétissants. . Le minerai de viande, c’est un mélange à base de tendons, de nerfs, de tissus graisseux, d’os et de collagène.  Ces blocs de déchets, qui représentent entre 10% et 18% de la masse d’un bœuf par exemple, n’ont pas toujours eu de la valeur ; avant  Les industriels n’osaient même pas en faire de la bouffe pour les chiens et les chats! Maintenant, avec l’apport de la chimie additionnelle, c’est comestible.

 

Après le « super Paris » des transports, celui des logements

Après le « super Paris » des transports, celui des logements

Le Grand Paris du Transport connait des ratés, celui du Logement pourrait voir plus rapidement le jour. En effet, Jean-Marc Ayrault devrait annoncer, mercredi 6 mars, la création d’une entité regroupant la capitale et les villes de la proche couronne. Elle serait destinée à encourager les maires à bâtir des logements, révèle Le Monde daté du 5 mars. Cette « Métropole de Paris » devrait être inscrite dans le prochain projet de loi sur la décentralisation et voir le jour en 2016.  Cette entité aura pour but de remédier au morcellement des communes de l’Ile-de-France qui nuit aux projets de constructions de logements. A peine 40.000 sortent de terre chaque année, alors que l’objectif fixé par la loi est de 70.000. De même, l’Ile-de-France manque de logements d’urgence destinés aux sans-abris.  Cette Métropole Paris, qui concentre près de 10 millions d’habitants, devrait ainsi mener à la création de structures intercommunales réunissant une population de 200.000 à 300.000 personnes. A sa tête, un Conseil, où siègera le maire de Paris, mais aussi les présidents de ces futures entités intercommunales. Il pourra ainsi mener des actions coordonnées, et sera notamment dotés d’outils de programmation. L’objectif est de lever les freins mis par certains maires à des projets d’aménagements. Selon le projet de loi, la future Métropole sera chargée d’établir un « schéma métropolitain de l’habitat et de l’hébergement« . Celui-ci comprendra « un plan climat énergie » pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments, « un plan de l’urgence sociale » et des objectifs de production et de répartition de logement. Reste la question essentielle du financement. La Métropole aura une dotation de fonctionnement et disposera d’un fonds d’investissement dont le montant sera défini dans le cadre des lois de finances. Les conseils généraux les plus riches, comme celui des Hauts-de-Seine par exemple, seront aussi appelés à faire preuve de solidarité en alimentant un fonds de solidarité pour les départements les moins riches, comme la Seine-Saint-Denis. Et ce à hauteur de 60 millions d’euros.

Après le G20, toujours la guerre des monnaies

Après le G20, toujours la guerre des monnaies

Car si les ministres des Finances et les banquiers centraux du Groupe des 20 peuvent s’engager à ne pas dévaluer directement, rien ne permet de garantir que leur monnaie ne continuera pas de souffrir des injections massives de liquidités par les banques centrales, censées soutenir l’activité économique. « Nous nous abstiendrons de procéder à des dévaluations compétitives », peut-on lire dans le communiqué publié samedi à l’issue de la réunion de Moscou. « Nous ne poursuivrons pas d’objectifs de taux de change à des fins de concurrence, nous résisterons à toutes les formes de protectionnisme et nous maintiendrons nos marchés ouverts. » Mais ce sont bel et bien les politiques monétaires ultra-accommodantes menées par la Réserve fédérale américaine ou la Banque du Japon afin de favoriser la croissance qui ont fait baisser le dollar et le yen ces derniers mois et alimentent l’essentiel des débats sur les risques de « guerre des monnaies ». Cette situation ne risque pas de changer de sitôt, ce que n’ont pas manqué de souligner samedi la Chine et plusieurs autres pays émergents. Le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, a déclaré vendredi que « les Etats-Unis utilisent des outils de politique intérieure pour atteindre des objectifs intérieurs ». De même, Tokyo insiste sur le fait que l’engagement de la Banque du Japon à acheter des quantités illimitées d’emprunts d’Etat sur les marchés vise uniquement à faire sortir l’économie nippone de la récession. Et le G20 a admis que de telles politiques n’avaient rien de répréhensible. Pourtant, une dévaluation, qu’elle soit délibérée et assumée ou qu’elle constitue l’effet collatéral d’une politique monétaire donnée, reste une dévaluation.

Après le scandale, réforme de l’Euribor

Après le scandale, réforme de  l’Euribor

Pour éviter de nouvelles manipulations l’Europe voudrait contraindre les banques à participer à l’élaboration de l’Euribor. . La Commission craint que « l’intégrité des taux de référence » n’en pâtisse. Elle devrait ainsi présenter mi-2013 un texte destiné à réformer les « modalités d’élaboration de ces taux« , a annoncé Michel Barnier. Une « proposition qui devrait inclure la possibilité de rendre obligatoire la déclaration des taux de référence systémiques tels que l’Euribor« .  Cette déclaration fait suite à la mise en garde de la Banque centrale européenne, qui a appelé ce même jour les banques à rester dans l’Euribor, ou à y entrer si elles n’en faisaient pas encore partie. L’institution de Francfort craint, elle aussi, des perturbations éventuelles de son fonctionnement. Or « l’Euribor a une grande importance pour la mise en œuvre de la politique monétaire en zone euro », souligne la BCE. Chaque jour un panel d’établissements déclare à quel coût il emprunte sur les marchés. C’est la moyenne de tous ces taux, faite par la BCE, qui donne l’Euribor. Ce taux détermine notamment à combien les banques se prêtent entre elles. Mais il sert aussi de base de calcul à un grand nombre de produits financiers, de prêts aux entreprises et aux particuliers.  La Commission européenne mène actuellement une enquête parce qu’elle soupçonne des manipulations de ce taux, et de son équivalent britannique, le Libor, sur plusieurs années, par les acteurs qui contribuent à son calcul. La découverte de ce scandale aux implications multiples fait trembler le monde de la finance. Ainsi, chez Barclays et Deutsche Bank, les têtes n’en finissent pas de tomber, même au plus haut niveau. Les dommages et intérêts se comptent déjà en milliards de dollars, avec une mention spéciale pour HSBC, condamnée à verser 1,9 milliard de dollars. La plus lourde amende jamais infligée à une banque.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol