Archive pour le Tag 'appelle'

Trump appelle au boycott de Goodyear !!!

Trump appelle au boycott de Goodyear !!!

 

La campagne américaine prend une tournure assez pitoyable et qui pourrait même être néfaste aux intérêts économiques du pays. Ainsi Trump toujours aussi imprévisible a lancé un appel surprenant au boycott de Goodyear.

 

“N’achetez pas de PNEUS GOODYEAR. Ils ont annoncé une INTERDICTION DES CASQUETTES MAGA”, a déclaré le président américain sur Twitter en référence à son slogan “Make America Great Again” (“Rendre sa grandeur à l’Amérique”), qui figure sur des casquettes de base-ball portées par bon nombre de ses partisans.

La secrétaire à la presse de la Maison blanche, Layleigh McEnany, a déclaré que le président était irrité de constater que Goodyear autorisait ses salariés à porter des vêtements ou des accessoires arborant le slogan “Black Lives Matter” ou d’autres liés aux revendications en matière d’égalité, mais pas MAGA ou “Blue Lives Matter”, le nom d’un groupe de soutien aux policiers.

“Goodyear doit s’exprimer pour clarifier sa politique”, a-t-elle dit.

Goodyear, qui a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires d’environ 15 milliards de dollars (12,7 milliards d’euros), a déclaré que l’image circulant dans les médias et sur les réseaux sociaux qui avait déclenché la polémique n’avait été ni créée ni diffusée par sa direction.

“Pour être clair en ce qui concerne notre politique d’entreprise, Goodyear pratique la tolérance zéro contre toute forme de harcèlement ou de discrimination”, ajoute la société dans un communiqué. Pour appliquer cette règle, Goodyear demande à ses salariés d’éviter “l’expression sur le lieu de travail de tout soutien à une campagne politique de tout candidat ou parti politique”.

A Wall Street, l’action Goodyear a perdu jusqu’à 6% en séance mais ne cédait plus que 2% à moins d’une demi-heure de la clôture.

L’appel au boycott de Donald Trump a été critiqué par le sénateur démocrate Sherrod Brown, élu de l’Ohio, un Etat dans lequel Goodyear emploie plusieurs milliers de personnes.

La Maison blanche n’a pas précisé si le président appelait les Américains à ne pas acheter de voitures équipées de pneus Goodyear.

Bruno Le Maire appelle à un vague patriotisme économique

Bruno Le Maire appelle à un vague  patriotisme économique

 

L’appel au patriotisme économique lancé par le ministre de l’économie, Bruno Lemaire manque sérieusement de contenu. Il  envisage des participations voire des nationalisations pour les secteurs en grande difficulté comme le transport aérien par exemple voir l’automobile. Pour le reste, le ministre n’indique pas grand-chose sur les réorientations des processus de production,  de distribution et de consommation qui répondraient à cet objectif de patriotisme économique.

Pour l’instant le ministre de l’économie, comme d’ailleurs l’ensemble du gouvernement, se gave surtout de mots. La France, confrontée aux répercussions de l’épidémie de nouveau coronavirus, a “plus que jamais” besoin de patriotisme économique afin de surmonter une crise économique sans précédent depuis la Grande Dépression de 1929, a déclaré mardi Bruno Le Maire en réaffirmant que l’Etat prendrait sa part en soutenant les fleurons industriels français en difficulté.

“La liste des entreprises industrielles qui doivent être soutenues par l’Etat, elle est prête”, a dit le ministre de l’Economie et des Finances sur franceinfo. “Elle reste évidemment confidentielle”, a-t-il ajouté, rappelant cependant que les secteurs aéronautique et automobile étaient particulièrement fragilisés par cette crise sanitaire. Bruno Le Maire a une nouvelle fois répété que le gouvernement n’excluait pas si nécessaire de procéder à des nationalisations “en dernier recours”, et pourrait également procéder à des recapitalisations ou prendre des participations. “Nous n’allons pas laisser des fleurons industriels (…) partir en fumée parce qu’il y a une crise économique d’une violence qui est sans doute sans précédent depuis 1929 dans les pays occidentaux”, a-t-il assuré.

L’Etat prépare notamment des mesures pour soutenir la compagnie aérienne Air France-KLM, a-t-il dit, ajoutant qu’il existait des solutions autres qu’une nationalisation.

Face à la pandémie de coronavirus, Bruno Le Maire a lancé un appel au patriotisme économique “du chef d’entreprises au salarié en passant par chaque citoyen”. Pour l’instant il s’agit surtout de souhaits ou de recommandations. Un peu comme le confinement qu’on ne veut pas généraliser et durcir. Il est cependant évident que le confinement qui risque de durer environ deux mois ajoutés aux congés annuels mettra l’économie française à genoux, la richesse nationale (PIB) pourrait perdre alors de  l’ ordre de 20%, avec des conséquences financières et sociales dramatiques.

Le ministre a seulement souhaité que les salariés prennent des congés payés pendant la période de confinement tout en insistant sur la nécessité que de telles dispositions soient définies dans le cadre d’un dialogue avec les syndicats. “C’est préférable pour que notre économie redémarre au lendemain de la crise” car “nous aurons besoin de toutes nos forces pour redémarrer”, a-t-il déclaré. Dans ce contexte, Bruno Le Maire a demandé “à toutes les entreprises, notamment les plus grandes, de faire preuve de la plus grande modération” dans leur politique de versement des dividendes, sans toutefois aller jusqu’à conditionner des mesures de soutien à leur abandon.

Concernant le plan de soutien de 45 milliards d’euros annoncé par le gouvernement, il a précisé que ce montant n’était qu’”un point de départ” et serait probablement dépassé. Avec une “utilisation massive” du chômage partiel dans ce contexte de crise, les dépenses consacrées à ce dispositif excéderont les 8,5 milliards d’euros provisionnés, a souligné Bruno Le Maire.

Quelques jours après la mise en place de ce dispositif, 730.000 salariés français bénéficient déjà du chômage partiel, ce qui représente 2,2 milliards d’euros.

“Chaque semaine de confinement ajoute un coût pour les finances publiques qui se chiffre en milliards d’euros”, a noté Bruno Le Maire, selon lequel le recul de la croissance française en 2020 dépassera nettement la contraction de 1% estimée dans le projet de loi de Finances rectificatif adopté vendredi dernier.

Pour soutenir les entreprises qui font face à un décrochage brutal de leur activité, Bruno Le Maire a annoncé lors d’une conférence de presse que le dispositif prévoyant des prêts garantis par l’Etat pour un volume total pouvant aller jusqu’à 300 milliards d’euros démarrerait ce mercredi.

Quels que soient leur taille ou leur statut (profession libérale, autoentrepreneur, groupe du CAC 40), les entreprises pourront solliciter auprès de leur banque un prêt pouvant représenter jusqu’à trois mois de chiffre d’affaires, qui sera garanti par l’Etat entre 70% et 90%, afin de faire à leurs besoins de trésorerie.

“Il y aura du crédit pour tout le monde. Chaque dossier sera traité”, a déclaré à des journalistes Frédéric Oudéa le président de la Fédération bancaire française et directeur général de la Société Générale.

Cette garantie pourra toutefois être refusée aux entreprises qui tardent à régler leurs fournisseurs, a prévenu Bruno Le Maire.

.

Paris municipales Ferrand appelle à « un large rassemblement » autour de ……personne !

Paris municipales Ferrand appelle à « un large rassemblement » autour de ……personne !

 

Richard Ferrand , le magnifique, actuellement président de l’Assemblée nationale appelle un large rassemblement au moment il n’a plus de candidat. Et d’en appeler à l’histoire républicaine et citoyenne justifiée cet appel . « Il est des moments où l’Histoire oblige à dépasser les querelles », affirme le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand au Journal du Dimanche, appelant à un rassemblement « le plus large », y compris avec Cédric Villani, derrière le successeur de Benjamin Griveaux à Paris. « Une nouvelle personnalité va reprendre le flambeau de Benjamin Griveaux et j’espère que le rassemblement le plus large se fera autour d’elle, y compris avec l’équipe Villani« , dit-il, jugeant que « ceux qui, à Paris, se reconnaissent dans l’action du président Macron doivent se serrer les coudes, avoir l’esprit d’équipage ! »

« Si le dévoilement de la vie privée est toléré, la vie de chaque citoyen va devenir un enfer », juge encore Richard Ferrand qui appelle à ne pas confondre « transparence et voyeurisme, prélude à une forme d’inquisition ». « À ce rythme, qui prendra le risque de la vie publique si elle devient l’antichambre du lynchage permanent ? », demande-t-il.

Richard Ferrand a raison et ce n’est pas la première fois qu’ il s’inquiète de cette transparence qui pourrait menacer les élus. Richard Ferrand connaît un rayon en matière de transparence. Richard Ferrand a en effet largement utilisé son double statut de dirigeant des Mutuelles de Bretagne et d’élu pour directement et indirectement se remplir les poches. L’affaire la plus scandaleuse  concerne un contrat de location d’un local par les Mutuelles de Bretagne à la compagne de Ferrand alors  que cette dernière ne possédait pas encore ce local. Grâce à de généreuses conditions de location de ce local, la compagne de Ferrand a pu réaliser un petit profit de l’ordre de 800 000 €. Le détail de ces opérations est rappelé ci-après à partir d’une information tirée de Wikipédia. Toute la famille Ferrand a bénéficié des largesses mutuelles de Bretagne : son ancienne femme, ensuite sa compagne et lui-même. La justice de Brest avait enterré l’affaire considérant qu’il s’agissait d’une affaire privée et que les délais d’instruction étaient dépassés. Comme le dossier a été dépaysé à Lille, les nouveaux juges ont porté un autre regard sur ses affaires en mettant en examen Richard Ferrand. Ces nouveaux juges connaissent évidemment le contexte politique particulièrement délicat qui entoure cette affaire et s’ils ont mis en examen Richard Ferrand s’est qu’il dispose d’éléments nouveaux. Tout cela révèle que les bonnes vieilles pratiques provinciales de la IVe République ne sont pas mortes avec des relations plus ou moins sulfureuses  entre les élus politiques,  le monde économique et la justice.  Bref le nouveau monde promis par macro et bien mort-né surtout si on n’y ajoute les autres affaires concernant par exemple le MoDem et Bayrou, Benalla, de Rugy, le secrétaire de l’Élysée, Macron lui-même avec les conditions de financement de sa campagne. On pourrait ajouter les lenteurs de la justice concernant aussi bien les affaires de Sarkozy que celle de tapie vis-à-vis desquels le pouvoir semble manifester une grande bienveillance. Bref, il n’y a pas de Nouveau Monde dans la république en marche mais plutôt la résurgence de pratiques caractérisées par la confusion des intérêts entre le monde politique, le monde économique et l’État.

 

Le résumé de l’affaire dans Wikipédia :

 

 

En mai 2017, Le Canard enchaînéLe Monde et Mediapart révèlent que les Mutuelles de Bretagne (MDB) ont été subventionnées à hauteur de 55 000 euros par de l’argent public99 lorsque Richard Ferrand les dirigeait dans les années 2010. Selon eux, son ex-femme Françoise Coustal, artiste plasticienne, a facturé aux Mutuelles de Bretagne des travaux d’aménagement d’un Ehpad, situé à Guilers, qui a bénéficié d’une subvention de 1,66 million d’euros100 du Conseil départemental du Finistère, dont Richard Ferrand était alors vice-président. Les Mutuelles de Bretagne ont ensuite fait effectuer d’autres travaux, pour 184 000 euros, dans un local appartenant à l’avocate Sandrine Doucen, sa compagne et mère de sa fille101, qui a par ailleurs facturé régulièrement aux Mutuelles de Bretagne des services de conseil juridique. Plus anecdotiquement, selon ces mêmes médias, Richard Ferrand a, une fois élu député en juin 2012, conservé un poste de chargé de mission des Mutuelles de Bretagne, rémunéré 1 250 euros102 par mois ou 1 547 euros par mois, selon les sources, et embauché comme assistant parlementaire Hervé Clabon, compagnon de son ex-adjointe puis son fils101. Ces révélations ont déclenché une polémique nationale, le Front national demandant sa démission du gouvernement, LR la saisie du Parquet national financier, et le 1er secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis à l’exécutif de s’exprimer103. Le 1er juin 2017, Éric Mathais, procureur de la République de Brest, ouvre une enquête préliminaire, confiée à la police judiciaire de Rennes104.

Richard Ferrand affirmera qu’il n’était « jamais intervenu pour qu’elle obtienne un quelconque contrat » et que « la première fois que les Mutuelles ont fait appel à ses prestations, c’était en 2002, donc 8 ans après notre divorce »105.

Appel d’offres attribué par les Mutuelles de Bretagne à sa compagne[modifier | modifier le code]

Le 23 décembre 2010106, Richard Ferrand signe un compromis de vente avec une clause suspensive en cas de non-location ultérieure par les Mutuelles de Bretagne107, pour un local de 379 m2108, 2 rue George-Sand à Brest109.

Le 25 janvier 2011, le conseil d’administration des Mutuelles de Bretagne choisit à l’unanimité la proposition de la Saca, une SCI qui « n’a pas encore d’existence légale » et « n’est même pas encore propriétaire des surfaces qu’elle propose » comme le rappelle Le Canard enchaîné110. Sur le procès-verbal de la réunion du conseil d’administration à aucun moment n’est mentionné le nom de Sandrine Doucen110.

Sandrine Doucen crée le 28 mars 2011 la Saca, une SCI, dont elle détient 99 % des parts111.

Le 1er juillet 2011110, la SCI la Saca achète 402 000 € frais de notaire inclus108, grâce à un crédit remboursable sur quinze ans du Crédit agricole qui finance intégralement l’achat, sans aucun apport, ayant selon Le Canard enchaîné un « traitement réservé aux acquéreurs qui disposent d’un locataire dont les revenus sont garantis ». Revenus garantis par les 42 000 € de loyers annuels versés par les Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand est le directeur général.

Les Mutuelles de Bretagne effectuent peu après, sans contrepartie, pour 184 000 euros de travaux dans le local acheté par Sandrine Doucen. Quelques années plus tard, la SCI de Sandrine Doucen est valorisée, lors d’une transaction, à 3 000 fois le montant du capital initial de 100 € soit 300 000 €112. Selon Le Canard enchaîné, l’avocate Sandrine Doucen a par ailleurs facturé des conseils juridiques aux Mutuelles de Bretagne en matière de gestion des ressources humaines.

Selon la défense de Richard Ferrand, l’opération n’a « rien d’illégal »113,114 : la démarche « respectait la procédure »[réf. nécessaire] et l’entreprise de sa compagne offrait « le meilleur prix » parmi les réponses .

5 décembre Retraites : la CFDT-Cheminots appelle à la grève

5 décembre Retraites : la CFDT-Cheminots appelle à la grève

Il est clair que la CFDT-cheminots était dans une position intenable coincée entre l’orientation de la confédération qui approuve une réforme systémique ( mais pas paramétrique) et le gouvernement qui n’a pas fait la moindre ouverture. Rappelons que l’année dernière une important réforme est intervenue à la SNCF se traduisant en particulier par la suppression du statut pour les nouveaux embauchés. Mais un statut qui ne serait pas remis en cause pour les salariés actuels de l’entreprise. En fait, avec la réforme des retraites, cet engagement du gouvernement est totalement contradictoire. À tout le moins on aurait pu s’attendre à une négociation qui permette de concilier l’engagement précédent du gouvernement vis-à-vis des cheminots et son orientation générale à l’égard des retraites.

 

Il est possible que le gouvernement veuille mesurer le rapport de force avant de faire actuelle concession. Le problème, c’est qu’il risque d’amplifier le mécontentement et la mobilisation en fermant la porte à tout compromis. L’engagement de la CFDT-cheminots dans la grève pourrait bien constituer un point de basculement dans la lutte qui oppose maintenant les syndicats gouvernement. Rappelons par ailleurs que la CFDT au plan confédéral est le premier syndicat de France.

 

La CFDT-Cheminots, qui avait déposé un préavis de grève pour obtenir « des engagements clairs » du gouvernement, a donc appelé lundi 2 décembre « tous les cheminots à se mettre en grève reconductible » le 5 décembre, faute d’avoir obtenu des réponses de l’exécutif, a-t-elle annoncé ce lundi. Le syndicat appelle les salariés de la SNCF à « montrer au gouvernement leur détermination à défendre les spécificités de [leurs] métiers ».

La CFDT-Cheminots estime que le gouvernement « veut jauger le niveau de mobilisation des cheminots pour mesurer le rapport de force au lieu de mettre ses propositions sur la table ». « Montrons-lui notre détermination » en partant en  »grève reconductible« , ajoute le syndicat à l’adresse des salariés de la SNCF.

« Avant de se poser la question de faire la grève ou pas, il faut d’abord voir ce qu’on a sur la table. La @cfdtcheminots ne demande pas le maintient d’un privilège mais au moins d’avoir une proposition sur la table pour que la discussion démarre »@fredericseve #LeTelSonne

— CFDT (@CFDT) December 2, 2019

Représentant plus de 18% des conducteurs de train, la CFDT-Cheminots demande notamment au gouvernement de respecter « l’engagement pris en 2018″ lors du vote de la réforme ferroviaire, où « la contrepartie » à l’arrêt des embauches au statut de cheminot (à partir du 1er janvier 2020) « était le maintien des droits » du régime spécial de retraite des cheminots.

 

Favorable à une réforme  »systémique » des retraites, la fédération CFDT des cheminots rappelle qu’elle soutient les revendications de sa confédération : « un système basé sur la solidarité et le maintien de l’âge de départ à la retraite » à 62 ans.

Les trois autres syndicats représentatifs de la SNCF – CGT-Cheminots, Unsa ferroviaire et SUD-Rail – ont déposé ensemble un préavis de grève reconductible pour jeudi, journée de grève nationale interprofessionnelle contre la réforme des retraites à l’appel de la CGT, FO, Solidaires et la FSU

Après l’été catastrophe, Macron appelle le gouvernement à la résistance

Après l’été catastrophe, Macron appelle le gouvernement à la résistance

 

 

 

Politique de communication oblige, Macon a autorisé les caméras pendant son introduction au conseil des ministres. L’objectif était d’inviter  le gouvernement à tenir face aux défis à venir et en dépit d’un été catastrophe. Une sorte d’appel à la résistance pour un gouvernement acculé non seulement par les affaires mais dont les résultats économiques et sociaux ne sont pas au rendez-vous. Témoin le chômage qui commence à progresser et la croissance qui se tasse très sérieusement et davantage encore que la moyenne européenne est bien loin derrière l’Allemagne. Bref la réforme par la loi voulue par Macon montre toutes ses limites. Le gouvernement ne cesse d’empiler les révolutions réglementaires et les orientations contradictoires. Du coup il a cassé la croissance, en même temps il a contribué largement à déstabiliser encore un peu plus les équilibres financiers. Du coup Macon décale dans le temps la perspective, il déclare agir pour le futur et non pour l’immédiat. Le problème c’est que Macon a perdu la confiance des Français et qu’il n’est plus soutenu que par moins de 25 % de l’opinion selon l’enquête de YouGov du jeudi 6 septembre. Macron  perd 4 points d’opinions favorables sur son action à 23% par rapport au mois précédent, son « plus faible score de popularité depuis son élection », “Avec une difficulté qui va avec ces grandes transformations qui est que rien de ce que nous entreprenons depuis quinze mois n’est fait pour l’immédiat, sur la pression de l’immédiat”, a-t-il souligné. “Rien n’est fait pour simplement donner plus d’argent à l’un tout de suite ou régler des problèmes – qui ne sont pas réglés parfois depuis des décennies – de manière facile, c’est pour ça que dans ces périodes il faut tenir, expliquer et avec force mener ce combat”.

STX France: Macron appelle à réviser l’actionnariat

STX France: Macron appelle à réviser l’ actionnariat

 

Macro veut revoir la composition de l’actionnariat de STX France pour permettre à l’entreprise de conserver un plan de charge durable. Le groupe italien Fincantieri avait annoncé le 19 mai la signature d’un accord portant sur l’acquisition de 66,66% du capital de STX France, propriétaire des chantiers navals de Saint-Nazaire, pour 79,5 millions d’euros. Selon le projet conclu avec le gouvernement en avril dernier, Fincantieri reprendrait 48% des chantiers navals, l’Etat français conserverait ses 33% et le constructeur militaire public français DCNS entrerait au capital à hauteur de 12%. Le complément serait apporté par la Fundazione CR Trieste. Le secrétaire d’Etat à l’Industrie de l’époque, Christophe Sirugue, avait évoqué des engagements contenus dans l’accord, notamment « à ne pas supprimer d’emplois dans les cinq ans qui viennent ». En clair au-delà cela aurait la porte à une réduction des effectifs. Lors d’une visite sur les chantiers en avril, le président du groupe italien Giuseppe Bono s’était voulu rassurant face aux inquiétudes exprimées par les salariés, concernant les postes en doublon. « En tant qu’Italiens, nous n’avons pas une âme colonialiste et nous sommes venus ici et avons réalisé cette opération parce que nous pensons qu’ensemble nous pouvons augmenter la valeur de nos entreprises », avait-il dit. « Le modèle de gouvernance, le management du chantier de Saint-Nazaire auquel nous renouvelons toute notre confiance, sera autonome pour gérer le chantier ».

Hortefeux appelle Fillon et Le Maire à la « reconnaissance »….du ventre !

Hortefeux appelle Fillon et Le Maire à la « reconnaissance »….du ventre !

 

Après François Hollande le fidèle des fidèles de Sarkozy appelle lui aussi à la reconnaissance du ventre. Un message qui s’adresse en particulier aux deux principaux rivaux de l’ancien président de la république à savoir Bruno Lemaire et François Fillon. Il est clair que cet appel à la reconnaissance de la part de Brice Hortefeux qui n’a pas inventé la lune, ni la nuance,  traduit quand même une certaine conception du mode de reproduction politique. François Hollande lors de son allocution télévisée sur France 2 avait déclaré à propos d’Emmanuel Macron « il sait ce qu’il me doit ». En d’autres termes le pouvoir divin du monarque républicain s’impose aux courtisans qui ont fait l’objet de distinctions royales. Brice Hortefeux, fidèle de Nicolas Sarkozy, a dénoncé dimanche les critiques redoublées de François Fillon et Bruno Le Maire à l’endroit de l’ancien chef de l’Etat, jugeant que la rupture dont ils se revendiquent ne les exemptait pas de reconnaissance. Le 12 avril dernier, lors d’une réunion publique dans le Val-de-Marne, Nicolas Sarkozy, qui devrait se déclarer en septembre pour la primaire des 20 et 27 novembre, avait invité à « privilégier toujours ceux qui rassemblent à ceux qui divisent » et appelé à « un peu plus d’esprit collectif ». Une pique visant particulièrement son ancien Premier ministre, François Fillon, aujourd’hui l’un de ses rivaux pour l’investiture présidentielle à droite, qui a récemment estimé dans une interview au Monde qu’il serait « très difficile » pour Nicolas Sarkozy de se représenter. « Nicolas Sarkozy a toujours dit lui-même que les Français étaient régicides et, quand on a coupé la tête du roi, c’est dur de la remettre sur ses épaules… », avait-il justifié. « Je me demande si la vraie modernité, ce n’est pas la reconnaissance à l’égard de celui qui vous a nommé et avec qui vous a travaillé en confiance », a répliqué dimanche Brice Hortefeux au « Grand Rendez-vous » Europe 1-Le Monde-iTELE. « Si le vrai courage, ce n’est pas d’assumer une fidélité à l’égard de celui qui vous a confié les plus hautes responsabilités de l’Etat », a-t-il ajouté.

(Avec Reuters)

Migrants : Paris appelle Rome à respecter la législation et Londres gronde Paris

Migrants : Paris appelle Rome à respecter la législation et Londres gronde Paris 

 

C’est le  chien qui se mord la queue, L’’italie croule sous l’arrivée des migrants dont l’Europe ne veut  pas.  L’Italie veut ouvrir se frontières vers l’Europe. La France proteste. Mais quand la France menace d’ouvrir ses frontières c’est la Grande Bretagne qui proteste. Bref une histoire de fous. On arrête les migrants, on les met dans des centres d’accueil ( dans le meilleur des cas), on occupe la bureaucratie pour gagner du temps(  il faut se rendre dans services immigration des préfectures pour comprendre !). de toute manière on ne peut renvoyer les migrants dans les pays en guerre et on ne veut pas non plus les régulariser. En clair on institutionnalise la clandestinité. La France a en effet appelé lundi l’Italie à respecter la législation en matière d’accueil des migrants et à accepter la mise en place de « centres d’attente », à l’heure où plusieurs dizaines de migrants sont massés à la frontière franco-italienne.  Le président du Conseil italien Matteo Renzi a réclamé ce week-end une modification des règles du droit d’asile en Europe et a une nouvelle fois reproché à ses partenaires européens d’avoir abandonné l’Italie face à l’afflux de migrants.  Avec 171.000 migrants débarqués sur ses rives l’an dernier, l’Italie est la principale porte d’entrée de l’immigration irrégulière en Europe, notamment en provenance d’Afrique.   »Il faut que l’Italie accepte que l’Union européenne mette en place ce qu’on appelle les « hotspots », les centres d’accueil où on distingue les migrants économiques irréguliers des demandeurs d’asile », a déclaré le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve sur BFM TV et RMC. « Il faut que l’Italie l’accepte parce que sinon la solidarité ne pourra pas marcher ».   »Il faut que ces migrants soient enregistrés, que leurs empreintes digitales soient prises et ensuite nous répartirons (les migrants entre les Etats membres NDLR), parce que nous sommes favorables à cela en terme de solidarité », a-t-il ajouté. ( une répartition pour 30 000 quand il y en aura 500 000 cette année ! Ndlr).  La commission européenne a présenté en mai sa nouvelle stratégie pour l’immigration, qui prévoit notamment une meilleure répartition des réfugiés entre les Etats membres.  Début juin, Paris et Berlin se sont dits prêts à examiner la proposition de la Commission européenne sur l’accueil des demandeurs d’asile à condition que ce dispositif soit « temporaire et exceptionnel » et obéisse à « une clé de répartition agréée et équitable ».   »Il y a la nécessité de faire respecter les règles de Dublin », a déclaré Bernard Cazeneuve. Cette législation contraint les migrants à faire leur demande d’asile dans le premier pays d’entrée lorsqu’ils arrivent sur le territoire de l’Union européenne.

 

Gaza : Hollande appelle à un cessez-le feu …dans le désert

Gaza : Hollande appelle à un cessez-le feu …dans le désert

 

Il a raison Hollande de  demander un cessez le feu d’urgence mais c’est un appel qui aura autant de résonance que celui que pourrait lancer mon concierge. Il ya longtemps que la France ne pèse plus au Proche-Orient et particulièrement dans le conflit entre israéliens et palestiniens. En cause la position trop fluctuante de la France qui pendant un temps était très en faveur de la Palestine (du temps de Chirac notamment) puis progressivement s’est plutôt alignée sur Israël (et ne particulier depuis Hollande). Du coup, la France est discréditée dans les deux camps. Aujourd’hui ceux qui pèsent encore dans ce conflit à la fois dramatique et ingérable c’est bien sûr les Etats –unis, l’Egypte et certains autres pays arabes et ou musulmans ; ne parlons pas de l’Europe qui sur ce sujet comme sur d’autres n’ pas de politique étrangère. (Une politique étrangère qui n’intéresse pas l’Allemagne). Certes l’Europe intervient quand même un peu  mais n’est pas déterminante dans la gestion du tel conflit. « Tous nos efforts doivent être tendus pour imposer, aujourd’hui plus que jamais le cessez-le feu à Gaza et en finir avec les souffrances des populations civiles« , a affirmé le président de la République sur le site du Hartmannswillerkopf , lieu symbolique de la violence des affrontements de la Première Guerre mondiale, entre Français et Allemands. Et c’est cette réconciliation qu’il a donnée en exemple.   »L’histoire de la France et de l’Allemagne démontre que la volonté peut toujours triompher de la fatalité » (François Hollande) qui désespèrent du processus de paix au Proche-Orient, quel plus beau message pouvons nous délivrer que celui d’aujourd’hui. L’histoire de la France et de l’Allemagne démontre que la volonté peut toujours triompher de la fatalité. Et que des peuples qui ont été regardés comme des ennemis héréditaires peuvent en quelques années se réconcilier. Voilà l’image que nous devons donner pour tous les peuples qui s’interrogent sur l’avenir. Et qui s’affrontent encore aujourd’hui » . 

 

 

Centrafrique: Hollande appelle au secours

Centrafrique:  Hollande appelle au secours

 

Hollande  (et surtout l France) s’enfonce dangereusement dans le bourbier centrafricain qui oppose des chrétiens, musulmans, milices, extrémistes et bandes mafieuses. Hollande a voulu réalisé un coup médiatique (après celui du Mail) ; cette fois il s’est lourdement trompé car la situation en Centrafrique est autrement plus complexe que celle du Mali (où tout n’est cependant pas réglé dans le nord°) ; 1600 soldats français c’est évidemment ridicule pour mettre fin au conflit (soit dix soldat en moyenne pour l’équivalent de la surface d’un département français). Il en faudrait dix fois plus et surtout sous l’égide et de l’Europe et de l’ONU. Seulement voilà Hollande a voulu agir seul pour montrer ses muscles, quelques semaines après l’intervention, la présence de la France est contestée et surtout inopérante. Hollande sait que Merkel et d’autres ne veulent pas entendre parler de la Centrafrique alors il se tourne vers l’ONU ! Au cours d’un entretien téléphonique avec Ban Ki-moon, François Hollande a souhaité que « les Nations unies jouent un rôle plus important encore dans la période de transition en Centrafrique », après l’avoir remercié « pour l’action déployée par les Nations unies en vue de renforcer » la force africaine sur place, la Misca. Lors du vote du Conseil de sécurité de l’ONU donnant mandat à la France pour intervenir en Centrafrique, le 5 décembre, la résolution envisageait la transformation de la Misca en force de maintien de la paix de l’ONU, mais à condition que le Conseil donne son feu vert. De source proche du président français, on rappelle que le secrétaire général de l’ONU doit rédiger « au plus tard » dans les trois mois un rapport sur la transformation éventuelle de la Misca en une opération de maintien de la paix des Nations unies. Interrogé sur la radio RTL, l’archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, a réitiré vendredi son appel à l’envoi urgent de Casques bleus.  »Je demande à ce que les forces onusiennes puissent être déployées pour aider l’armée française qui est là et qui fait ce qu’il faut faire, mais les limites, nous les voyons chaque jour avec le déplacement massif de gens qui quittent les quartiers et qui vont dans un autre quartier, ou bien encore avec les éléments incontrôlés qui tirent et qui tuent ou qui empêchent les autres de se déplacer », a-t-il dit.

 

Désir appelle à l’offensive ; on craint le pire !

Désir appelle « à l’offensive ; on craint le pire !

 

C’est la guerre, il va falloir ressortir les casques lourds. Un véritable appel à la révolution de Harlem Désir » ! Comme d’habitude un tissu de platitudes. J’appelle à une mobilisation générale en cette rentrée de la gauche, j’appelle la gauche à l’offensive, offensive contre le chômage, contre la résignation, contre la droite et l’extrême droite » en vue des élections municipales de mars 2014, a lancé M. Désir. « Ce sera le sens du message que je porterai à La Rochelle », lors de l’université d’été du PS (23 au 25 août).  La polémique Valls/Taubira? « C’est un débat dépassé. Le débat central en cette rentrée, c’est la mobilisation pour l’emploi. Pour ce qui est de la sécurité, la gauche, depuis longtemps, a dépassé le clivage entre le laxisme et le répressif », a-t-il assuré, dénonçant de nouveau « l’échec de la droite » en matière de sécurité « et des gadgets Sarkozy, comme les peines planchers, qui n’ont apporté aucun résultat ».  A propos de la réforme pénale à venir, qui fait l’objet de cette polémique entre les ministres de l’Intérieur et de la Justice, Harlem Désir a prôné « une individualisation des sanctions » pour permettre « un meilleur suivi et de sanctionner plus précocement, plus rapidement, dès les premiers faits criminels ».  Valls et Christiane Taubira sont « deux grandes personnalités (…) Nous avons besoin des deux, besoin qu’ils travaillent ensemble et c’est ce qu’ils vont faire. Il n’y a qu’une ligne pour la politique de sécurité du gouvernement qui nécessite que la police et la justice travaillent ensemble »‘, a-t-il insisté.  Interrogé sur les propos de François Delapierre, secrétaire national du Parti de Gauche, voyant en Manuel Valls « l’extrême droite du mouvement socialiste », M. Désir a commenté: « c’est surtout de l’extrême bêtise ».   »Il faut faire attention à l’extrême division à gauche (…), ça serait un boulevard pour Copé et Le Pen aux prochaines élections municipales », a-t-il dit.  La Rochelle, « moment très utile de formation, de réflexion sur les grands enjeux de la France », « sera le lancement de la mobilisation pour les élections municipales et le rassemblement de l’ensemble des socialistes en soutien à l’action du président de la République ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol