Archive pour le Tag 'août'

Croissance économique –Moral des patrons : Tassement en août

Croissance–Moral des patrons : Tassement en août

 

Globalement, le moral des patrons se situe encore un bon niveau mais la dynamique commence à se tasser depuis l’été.

Dans le commerce de détail,  l’indicateur perd du terrain au mois d’août et perd  au total 5 points  passant de 114 à 109 alors qu’il avait atteint un pic en juin dernier.

Dans les services plus globalement, le climat des affaires perd 3 points pour passer de 111 à 108 points. Le moral des entrepreneurs demeure malgré tout à un haut niveau. La levée des barrières sanitaires et l’avancée de la vaccination ces dernières semaines ont permis à la plupart des entreprises dans le tertiaire de reprendre leur activité dans des conditions plus favorables.

Enfin dans l’industrie, le climat des affaires augmente légèrement (+1 point) pour passer de 109 à 110 points. Ce secteur, qui a été moins touché par la crise, doit faire face à des problème logistique et d’approvisionnement de certaines pièces.

« Cette baisse du climat des affaires était attendue » a expliqué l’économiste d’ING Charlotte de Montpellier en charge du suivi de la France interrogée par La Tribune.  »Le premier message à tirer de cet indicateur est que la reprise économique en France continue. Mais, plusieurs mois après le dernier confinement, la dynamique de la reprise économique commence à diminuer, notamment dans le secteur des services et dans celui du commerce de détail [...] Ce tassement peut d’abord s’expliquer par « un effet de base » important. Après avoir progressé très fortement pendant des mois, cette hausse ne peut pas se poursuivre à un tel rythme indéfiniment. La plupart des restrictions importantes sont désormais levées. Ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle, compte tenu de la hausse des mois précédents » ajoute-t-elle.

0 Réponses à “Économie–Moral des

Économie–Moral des patrons : Tassement en août

Économie–Moral des patrons : Tassement en août

 

Globalement, le moral des patrons se situe encore un bon niveau mais la dynamique commence à se tasser depuis l’été.

Dans le commerce de détail,  l’indicateur perd du terrain au mois d’août et perd  au total 5 points  passant de 114 à 109 alors qu’il avait atteint un pic en juin dernier.

Dans les services plus globalement, le climat des affaires perd 3 points pour passer de 111 à 108 points. Le moral des entrepreneurs demeure malgré tout à un haut niveau. La levée des barrières sanitaires et l’avancée de la vaccination ces dernières semaines ont permis à la plupart des entreprises dans le tertiaire de reprendre leur activité dans des conditions plus favorables.

Enfin dans l’industrie, le climat des affaires augmente légèrement (+1 point) pour passer de 109 à 110 points. Ce secteur, qui a été moins touché par la crise, doit faire face à des problème logistique et d’approvisionnement de certaines pièces.

« Cette baisse du climat des affaires était attendue » a expliqué l’économiste d’ING Charlotte de Montpellier en charge du suivi de la France interrogée par La Tribune.  »Le premier message à tirer de cet indicateur est que la reprise économique en France continue. Mais, plusieurs mois après le dernier confinement, la dynamique de la reprise économique commence à diminuer, notamment dans le secteur des services et dans celui du commerce de détail [...] Ce tassement peut d’abord s’expliquer par « un effet de base » important. Après avoir progressé très fortement pendant des mois, cette hausse ne peut pas se poursuivre à un tel rythme indéfiniment. La plupart des restrictions importantes sont désormais levées. Ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle, compte tenu de la hausse des mois précédents » ajoute-t-elle.

Moral des patrons : Tassement en août

Moral des patrons : Tassement en août

 

Dans le commerce de détail,  l’indicateur perd du terrain au mois d’août et perd  au total 5 points  passant de 114 à 109 alors qu’il avait atteint un pic en juin dernier.

Dans les services plus globalement, le climat des affaires perd 3 points pour passer de 111 à 108 points. Le moral des entrepreneurs demeure malgré tout à un haut niveau. La levée des barrières sanitaires et l’avancée de la vaccination ces dernières semaines ont permis à la plupart des entreprises dans le tertiaire de reprendre leur activité dans des conditions plus favorables.

Enfin dans l’industrie, le climat des affaires augmente légèrement (+1 point) pour passer de 109 à 110 points. Ce secteur, qui a été moins touché par la crise, doit faire face à des problème logistique et d’approvisionnement de certaines pièces.

« Cette baisse du climat des affaires était attendue » a expliqué l’économiste d’ING Charlotte de Montpellier en charge du suivi de la France interrogée par La Tribune.  »Le premier message à tirer de cet indicateur est que la reprise économique en France continue. Mais, plusieurs mois après le dernier confinement, la dynamique de la reprise économique commence à diminuer, notamment dans le secteur des services et dans celui du commerce de détail [...] Ce tassement peut d’abord s’expliquer par « un effet de base » important. Après avoir progressé très fortement pendant des mois, cette hausse ne peut pas se poursuivre à un tel rythme indéfiniment. La plupart des restrictions importantes sont désormais levées. Ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle, compte tenu de la hausse des mois précédents » ajoute-t-elle.

Afghanistan : retrait américain au 31 août confirmé

Afghanistan : retrait américain au 31 août confirmé

 

 

 

Le président Biden après avoir envisagé un départ après le 31 août Afghanistan est revenu sur ses propositions. Cela d’autant plus que les talibans menaçaient les États-Unis de représailles. Lors d’un sommet virtuel avec ses homologues du G7, le président des Etats-Unis a donc  opposé pour l’instant une fin de non-recevoir aux alliés de Washington. Les dirigeants européens notamment plaident avec insistance pour une prolongation de la présence militaire américaine, afin de laisser plus de temps aux évacuations d’Afghans jugés à risque dans leur propre pays depuis la prise du pouvoir par les talibans.

Objectif 50 millions de primo vaccinés fin août ?

  • Objectif 50 millions de primo vaccinés fin août ?

 

 

En raison sans doute de la période des vacances, le rythme des vaccinations se tasse. Du coup, on s’interroge sur la possibilité du pays à atteindre les 50 millions de primo vaccinés d’ici la fin du mois. «On est à 46,5 millions de primo-vaccinés, il nous manque 3,5 millions pour arriver à l’objectif», précise-t-on ce mardi au ministère de la Santé. Le ministère a admis qu’il y avait eu «un ralentissement» la semaine passée (du 9 août) avec 3,1 millions d’injections contre 3,5 millions la semaine précédente, dont 1,5 million de primo-injections. Selon le ministère, «il y a environ 100.000 rendez-vous de primo-injections pris chaque jour contre 150.000 au début du mois». 

Tenant compte de ce rythme, l’objectif de 50 millions pourrait n’être atteint qu’en septembre.

Météo août: pourrie tout le mois

Météo août:  pourrie tout le mois 

 

 

 

Les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de la météo de cet été. Une période avec des épisodes particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire.

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

L e temps ne devrait pas s’améliorer au mois d’août malgré quelques embellies la semaine prochaine. Il n’y aura pas de tendances de beau temps durable. Un pic de chaleur pourrait être atteint pour le 15 août.

Météo pourrie : jusqu’à fin août

Météo pourrie :  jusqu’à fin août

 

 

 

Pour des questions touristiques , les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de la météo de cet été. Une période avec des épisodes particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire.

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

L e temps ne devrait pas s’améliorer au mois d’août malgré quelques embellies la semaine prochaine. Il n’y aura pas de tendances de beau temps durable. Un pic de chaleur pourrait être atteint pour le 15 août.

Météo : l’été pourri va continuer jusqu’à fin août

Météo : l’été pourri va continuer jusqu’à fin août

 

 

 

Pour des questions touristiques , les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de la météo de cet été. Une période avec des épisodes particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

 Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire. 

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

L e temps ne devrait pas s’améliorer au mois d’août malgré quelques embellies la semaine prochaine. Il n’y aura pas de tendances de beau temps durable. Un pic de chaleur pourrait être atteint pour le 15 août.

COVID FRANCE 1er aôut: 19 600 nouveaux cas

COVID  FRANCE 1er  aôut: 19 600 nouveaux cas

Al, 19.600 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés en 24 heures, selon les chiffres de Santé publique France, soit un total de 6.146.619 cas confirmés depuis le début de l’épidémie.

Le taux de positivité, qui mesure le nombre de cas positifs par rapport au nombre de personnes testées, s’établit à 4,3 %.Les hôpitaux comptaient vendredi 7.581 malades du Covid-19 (7.409 samedi) avec 312 nouvelles admissions sur 24 heures, selon les chiffres de Santé publique France. Parmi ces malades, 1.139 sont pris en charge dans les services de soins critiques (contre 1.099 vendredi).

18 personnes ont succombé au Covid-19 dans les hôpitaux ces dernières 24 heures. Le bilan total fait état de 111.916 morts depuis le début de l’épidémie, dont 85.402 à l’hôpital. Ce vendredi, 41.673.008 personnes avaient reçu au moins une injection (soit 63% de la population totale). 35.400.285 personnes avaient un schéma vaccinal complet samedi (soit 52,5% de la population totale).

Tarifs électricité : plus 0, 50 % au 1er août

Tarifs électricité : plus 0, 50 % au 1er août

Discrètement mais de manière irréversible, les tarifs des services et de certains produits augmentent depuis le début de l’année sans que pour autant les revenus des Français suivent. Ainsi la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a proposé lundi une hausse de 0,48% TTC des tarifs réglementés de vente d’électricité en France pour les particuliers à compter du 1er août.

Elle propose également de relever de 0,38% les tarifs réservés aux professionnels.

« Cette évolution représente une hausse d’environ 4 euros/an sur la facture d’un client résidentiel et 6 euros/an pour un client professionnel », précise la CRE dans un communiqué.

Les ministres de l’Energie et de l’Economie ont la possibilité, dans un délai de trois mois, de s’opposer à la proposition de la CRE et de lui demander, le cas échéant, d’en formuler une nouvelle.

Crise : Les aides diminuées entre juin et août

Crise : Les aides diminuées entre juin et août

Les aides publiques aux entreprises des secteurs les plus affectés par la crise sanitaire seront maintenues mais diminuées entre juin et août, a détaillé Bercy lundi à l’AFP. Le fonds de solidarité, qui indemnise actuellement les entreprises du tourisme, de la culture, du sport, de l’événementiel et des secteurs connexes (listes S1 et S1 bis) à hauteur de 20% de leur chiffre d’affaires réalisé avant la crise, est maintenu pour ces trois mois.

Mais l’indemnisation sera limitée en juin à 40% de la perte de chiffre d’affaires, avec toujours un plafond d’indemnisation de 20% du CA. En juillet, elle sera ensuite limitée à 30% et en août à 20% de la perte de CA, toujours avec le même plafond. Il y aura aussi un seuil minimal de perte de CA pour pouvoir être indemnisé qui devrait être fixé à 10% mais n’a pas encore été définitivement arrêté, a encore indiqué le ministère de l’Économie. Par ailleurs, la prise en charge par l’État de la masse salariale des entreprises de ces secteurs passera de 20% actuellement à 15% pour les mois de juin, juillet et août.

Enfin, le reste à charge des employeurs de ces secteurs pour le chômage partiel sera maintenu à 0% en juin, puis passera à 15% en juillet et à 25% en août. Enfin, avec l’événementiel, des discussions se poursuivent pour compléter ce dispositif dans la mesure où ce secteur connaît une faible activité durant l’été, a-t-on expliqué à Bercy. Un projet de décret qui doit être présenté cette semaine par le gouvernement au Parlement prévoit une allocation supplémentaire de 6,7 milliards au fonds de solidarité, ainsi que 500 millions de plus pour le chômage partiel.

Les quelque 30 milliards d’euros disponibles pour 2021 ne seront donc pas suffisants, surtout pour le fonds de solidarité qui est devenu le dispositif de soutien le plus coûteux.

Électricité France: nouvelle hausse en août

Électricité  France: nouvelle hausse en août

 

 

Une nouvelle hausse discrète mais réelle, les  tarifs règlementés de l’électricité augmenteront de 1,54% TTC en moyenne le 1er août 2020, annonce vendredi le ministère de la Transition écologique dans un communiqué.

Cette hausse est conforme aux recommandations de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), autorité administrative indépendante qui détermine ces tarifs en fonction notamment de l’évolution des coûts de transport et distribution.

L’an dernier, les tarifs de l’électricité avaient connu une hausse historique de 5,9% au 1er juin puis de 1,23% en août. Cette année, ils avaient encore augmenté de 2,4% en février.

Electricité : nouvelle hausse de 1,23 % au 1er août

l’électricité : nouvelle hausse de 1,23 % 1er août

«La CRE propose aux ministres chargés de l’énergie et de l’économie une hausse des tarifs réglementés de vente d’électricité de 1,55 % TTC au 1er août 2020, qui prend en compte l’évolution des tarifs des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité», précise le régulateur. En France continentale, le tarif résidentiel («bleu») va progresser de 1,54 %, et celui pour les professionnels de 1,58 %.

Cette proposition de la CRE doit désormais être validée par Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, et Barbara Pompili, la nouvelle ministre de la Transition écologique.

En 2019, les tarifs réglementés de l’électricité avaient enregistré une hausse historique, avec un premier bond de 5,9 % le 1er juin, puis une seconde hausse de 1,23 % en août. Et l’année 2020 a déjà connu une première augmentation de 2,4 % en
février.

La potion finit par devenir bien amère pour les clients. Ces tarifs réglementés fixés par l’État concernent seulement EDF, l’opérateur historique, ainsi que les entreprises locales de distribution de quelques villes. La majorité des Français y restent toutefois attachés: 23,9 millions de sites résidentiels les utilisent, contre un peu plus de 9 millions qui ont souscrit aux tarifs fixés librement par les concurrents d’EDF ou par l’entreprise publique elle-même (qui a aussi des offres dites de marché). Plus de 72 % des Français sont donc concernés par la hausse proposée par la CRE pour le 1er août.

 

Créations d’entreprises : sans changement en août

Créations d’entreprises : sans changement  en août

 

Les créations sont stables en août même si sur un an elles ont progressé d’environ 15 %. À noter cependant qu’on le doit surtout au micro entreprise en hausse de 25 % depuis le début de l’année. Ce nombre de créations et toutefois à mettre en rapport avec le nombre de défaillances. À fin juin 2019 (dernier chiffre connu), le cumul sur 12 mois du nombre de défaillances s’élève à 53 538, soit une hausse de 1,5 % par rapport à juin 2018 . 

Le nombre de créations d’entreprises en France est resté quasi-stable en août à 67.985 contre 67.821 le mois précédent, selon les données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables publiées mardi par l’Insee.

En excluant les microentrepreneurs (ex-auto-entrepreneurs), les créations d’entreprises classiques ont enregistré une hausse de 1,3% sur le mois d’août, à 36.219.

Les seules immatriculations de microentrepreneurs se sont quant à elles repliées le mois dernier, affichant un recul de 0,9% après avoir augmenté de 0,4% en juillet, à 31.766.

Sur les trois mois à fin août, en données brutes, le nombre cumulé de créations d’entreprises a nettement augmenté par rapport à la même période un an plus tôt (+15,2%), avec une progression qui s’est manifestée quel que soit le type d’entreprises considéré, qu’il s’agisse des microentreprises (+22,6%), des entreprises individuelles classiques (+13,2%) ou des sociétés (+6,2%).

Sur un an, en données brutes, le nombre cumulé d’entreprises créées a bondi de 15,9% en août, alimenté par le dynamisme des immatriculations de microentrepreneurs (+25,9%) ainsi que par des progressions moins franches mais malgré tout conséquentes des créations d’entreprises individuelles hors microentrepreneurs (+9,8%) et de sociétés (+6,9%).

Selon l’Insee, le soutien aux entreprises est le secteur qui contribue le plus à l’amélioration générale, avec 25.800 créations supplémentaires, soit une contribution de 3,9 points sur les douze mois à fin août par rapport à la même période un an plus tôt.

En août, 47% des créations enregistrées au cours des douze mois précédents étaient des demandes d’immatriculation de microentrepreneurs, comme le mois précédent.

Marché automobile : grosse chute en août

Marché automobile : grosse chute en août

 

La chute du marché français d’automobiles est particulièrement importante en août avec un recul de14 %. Un recul qu’il convient de relativiser car le mois d’août 2018 avait enregistré, lui, une hausse exceptionnelle de 40 % liée à des problèmes de déstockage exceptionnel. La tendance générale est toutefois baissière puisque depuis le début d’année les immatriculations baissent de l’ordre de 3 %. Une baisse qui devrait être encore bien plus importante au plan de l’Europe où la tendance était a -3 % fin juillet Le marché automobile français s’est nettement contracté en août (-14,05%), victime d’un effet calendaire et surtout d’une base artificiellement élevée l’année précédente, selon les chiffres publiés dimanche par les constructeurs.

Selon ces données provisoires du Comité français des constructeurs automobiles (CCFA), 129.259 voitures particulières neuves ont été immatriculées dans l’Hexagone le mois dernier, qui a compté un jour ouvré de moins qu’août 2018: cela explique une partie du recul en pourcentage sur un an. Mais celui-ci est surtout dû au fait que la même période de l’an dernier avait été marquée par une hausse des immatriculations de pas moins de 40%, les constructeurs ayant alors écoulé en urgence leurs stocks en raison de la mise en place d’une nouvelle norme antipollution européenne.

Sur les huit premiers mois de l’année, la baisse des immatriculations n’atteint que 3,04% à 1,51 million d’unités.

Côté constructeurs, les français ont davantage décroché (-18,02%) que les étrangers (-9,68%) le mois dernier. Les marques tricolores restent néanmoins prophètes en leur pays, s’arrogeant 49,98% des volumes.

Le premier groupe français, PSA, avec Peugeot, Citroën, DS et Opel, a mieux résisté (-4,86%) que son concurrent le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine), dont les immatriculations se sont effondrées de 31,16%, là encore un retour de balancier après les +52,4% d’août 2018.

Parmi les marques françaises, seules les hauts de gamme DS et Alpine voient leurs immatriculations progresser en août sur un an, grâce à la montée en puissance de nouveaux modèles comme les 4×4 urbains DS7 et DS3 Crossback, ainsi que la «berlinette» Alpine A110.

Sur les huit premiers mois de l’année, PSA (+1,13%) affiche une bien meilleure forme que Renault (-7,87%).

Chine: tassement croissance des exportations et importations en août

Chine: tassement croissance des exportations et importations en août

 

Preuve du tassement de la croissance mondiale, la Chine enregistre une progression moins dynamique de son commerce international même si le solde demeure largemenet positif, environ 30 milliards. La Chine a vu en effet  ses exportations comme ses importations s’essouffler fortement en août, selon des chiffres officiels publiés samedi, au moment où son économie pâtit d’une demande morose et reste suspendue à la guerre commerciale exacerbée avec les Etats-Unis. Les exportations ont gonflé de 9,8% sur un an en août, très en-deçà de leur performance de juillet (+12,2%), tandis que les importations du géant asiatique grimpaient de 20%, après un bond de quelque 27% le mois précédent, ont précisé les douanes chinoises. L’excédent commercial du pays est resté stable à 27,9 milliards de dollars, peu ou prou au même niveau qu’en juillet.

Automobiles : hausse des ventes de 50% .

Automobiles : hausse des ventes de 50% de hausse 

Au 31 août, on estime le nombre de voitures neuves vendues à 150.000 contre environ 100.000 généralement. C’est certes moins que le mois de juillet (175.000) mais le mois d’août est réputé pour être le moins lucratif de l’année. Parmi les constructeurs qui profitent le plus de la bonne santé du marché, Renault tire son épingle du jeu avec des ventes en hausse de 115% à 17.131 voitures vendues, devant Peugeot (+17%, 10.169), Citroën (+33%, 7836). Viennent ensuite Dacia (+68%, 7556), Volkswagen (+7%, 5274), Toyota (+26%, 4569), Nissan (+94%, 4011), Audi (+17%, 2993), Ford (+21%, 2681) tandis que Fiat ferme le Top 10 (+70%, 2399). Enfin, à noter la belle progression des véhicules essence (+67%) qui ont représenté 54% de la demande au mois d’août. À l’inverse, le diesel est passé sous la barre des 40% (38,5%), quand les hybrides ont constitué 5,8% des ventes et les électriques 1,1%.

Juillet Août : Le retour des vieilles badernes à la télé

Juillet Août : Le retour des vieilles badernes à la télé

C est c’est la tradition en France, pendant les vacances les grands médias sont pratiquement en congé. Les principaux animateurs disparaissent des écrans pendant au moins deux mois. Pour combler le vide, on va chercher de jeunes présentateurs sur le banc des remplaçants et on va recruter dans le banc et l’arrière banc des vieilles badernes experts  en banalité. C’est l’occasion de revoir quelques personnalités d’un autre âge qui ont eu un moment ou à un autre leur heure de gloire médiatique. Certes l’âge n’est pas forcément un critère car certains à 80 ans et plus témoignent encore d’une grande pertinence d’analyse. Mais beaucoup ont lâché prise et n’ont pas effectué de travaux de recherche tout simplement de travaux intellectuels depuis des années voir des dizaines d’années. Du coup, leurs propos paraient un peu surréalistes ;  cela d’autant plus quand on les fait  intervenir dans des champs d’actualité qui leur sont inconnus. Peu importe, il s’agit de combler le vide estival.  Les experts sortent alors des lieux  de retraite, bredouillent des mots incompréhensibles sur tous thèmes, sur la canicule, sur l’économie, sur les transports, sur la politique et surtout sur la communication. Une raison à cela les vrais experts, eux, se font rémunérer et sont en vacances. Les pépés de Viennent gratuitement et sont disponibles à tout instant pour venir bafouiller quelques banalités datées,  sorte de cartes postales médiatiques adressées à leurs petits-enfants. C’est la France, le pays, l’économie et les médias sont en vacances pendant près de deux mois !

SNCF : Grève en juillet et août

SNCF : Grève en juillet  et août

 

Contrairement à ce qu’affirmé Pepy, le patron de la SNCF, le conflit pourrait bien continuer cet été. L’objectif sera de détendre le calendrier des grèves et de l’étaler sur juillet et août. Une sorte de prolongation de l’action déjà particulière de cette grève perlée. Un moyen d’économiser les forces et de maintenir la pression pendant encore longtemps. Une façon aussi d’occuper la scène médiatique puisque la bataille de com. utilisée par le gouvernemenet, les grands médias proches de la droite et les syndicats constitue une arme essentielle pour peser.   L’intersyndicale de la SNCF, qui se réunit mardi pour faire le point du mouvement social contre la réforme ferroviaire, pourrait en effet décider d’une prolongation de la grève entamée le 3 avril pendant les vacances d’été, a confirmé lundi un responsable de la CFDT, désormais sur une ligne dure. Le cinquième acte de la grève à la SNCF s’est ouvert dimanche soir pour deux jours, avec un trafic ferroviaire toujours perturbé. Selon la direction de l’entreprise publique, 17,45% des cheminots étaient en grève lundi à la mi-journée, contre 22,73% lors de la journée précédente. Le taux de grévistes reste toutefois élevé chez les conducteurs (62,6%). Il est de 48,7% chez les contrôleurs et de 24,4% chez les aiguilleurs. Deux TGV sur cinq circulaient lundi, de même que trois TER sur sept, trois Intercités sur dix et trois Transilien sur sept. Un train sur deux était en service à l’international, notamment trois Eurostar sur quatre. La grève contre la réforme de la SNCF se déroule théoriquement jusqu’au jeudi 28 juin, à raison de deux jours sur cinq, selon le calendrier arrêté par les syndicats représentatifs qui laissent toutefois entendre, CFDT y compris, que la grève pourrait empiéter sur juillet, voire août. “Il n’y aura pas de grève cet été parce que les cheminots sont des gens responsables”, a assuré dimanche le président du directoire de la SNCF, Guillaume Pepy, au “Grand Jury” RTL-LCI-Le Figaro, estimant que le mouvement “s’érod[ait] lentement”. “Il nous dit ‘la loi est votée, circulez y’a plus rien à voir’, sauf que la loi, il y a plein de choses qu’elle ne prévoit pas”, particulièrement sur les garanties sociales, a répliqué lundi sur LCI Rémi Aufrère-Privel, secrétaire général adjoint de la CFDT-Cheminots.

 

 

Les créations de microentreprises en repli en août

Les créations de microentreprises en repli en août

En août une baisse globale mais  due aux microentreprises lesquelles avaient fortement progressé en juillet. Les créations d’entreprises ont enregistré une baisse de 1% après avoir augmenté de 4,6% en juillet, en raison d’un recul des immatriculations d’autoentrepreneurs, a annoncé jeudi l’Insee. Au total, 50.358 entreprises ont été créées en août contre 50.889 en juillet, selon les données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables, précise l’institut national de statistiques dans un communiqué. Les immatriculations de « microentrepreneurs », terme employé par l’Insee pour désigner les « autoentrepreneurs », ont reculé de 3,8%, après une forte hausse le mois précédent (+10,8%). Les créations d’entreprises classiques ont pour leur part augmenté de 1%, après +0,5% en juillet. Au cours des trois derniers mois, le nombre cumulé d’entreprises créées a augmenté de 7,2% par rapport à la même période un an plus tôt. Les immatriculations de microentrepreneurs ont rebondi de 12,5% et celles de sociétés classiques de 6,4%.  »Le soutien aux entreprises et les transports sont les secteurs qui contribuent le plus à la hausse globale », précise l’organisme public dans son communiqué. Sur les douze derniers mois, le nombre cumulé d’entreprises créées continue de croître (+3,5%), aidé par les créations de sociétés (+5,4%) et dans une moindre mesure par les créations d’entreprises individuelles hors microentrepreneurs (+3,7%). Sur cette période, le nombre d’immatriculations de microentrepreneurs a quant à lui augmenté de 1,7%. Ce régime, entré en vigueur en 2009, permet aux salariés, chômeurs, retraités ou étudiants de développer une activité à titre principal ou complémentaire pour accroître leurs revenus, avec des démarches simplifiées et un régime fiscal avantageux. La loi Pinel, adoptée en 2014, y a apporté quelques modifications rendant le statut un peu plus contraignant.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol