Archive pour le Tag 'anti'

Page 2 sur 2

Grèce : en attendant des enquêtes anti corruption contre l’Allemagne ?

Grèce : en attendant des enquêtes anti corruption contre l’Allemagne ?

 

Provisoirement et partiellement un plan à été décidé par l’union européenne pour sauver la Grèce. Pour autant ce plan est encore loin d’être finalisé. Une nouvelle crise n’est pas inenvisageable à terme. La Grèce pourrait alors ressortir un plan destiné à punir des entreprises allemandes jugées corrompues. Une hypothèse alors envisagée avant le récent plan de sauvetage. De fait, les entreprises allemandes ont largement profité de la Grèce depuis son adhésion au système monétaire européen. Si les grecs ont une responsabilité dans la dégradation économique et financière de leur pays les pays partenaires de la Grèce, notamment l’Allemagne, ont  profité des débouchés économiques dans ce pays depuis son adhésion à l’euro. Un plan d’urgence grec au cas où le pays aurait été contraint de rompre avec ses créanciers comprenait des mesures de nationalisation ainsi qu’une enquête anticorruption agressive ciblant des entreprises allemandes, a affirmé samedi un journal grec. Selon le quotidien Efimerida Ton Syntakton, le plan était conçu pour « accroître le coût de la rupture » pour les créanciers de la Grèce. « Dans le langage du basketball, le gouvernement comptait appliquer une pression défensive », a expliqué le quotidien. Le plan incluait la nationalisation de la société OPAP, détenant le monopole des jeux et privatisée en 2013, en plus des recettes de péage provenant des autoroutes et du plus grand pont du pays, a indiqué le journal citant des sources gouvernementales.   Athènes prévoyait également de s’atteler à la lutte contre la corruption, ciblant plusieurs sociétés allemandes actives en Grèce, comme Siemens, Lidl, Allianz, MAN et Hochtief.  Le gouvernement grec n’avait pas commenté l’information samedi. Le Premier ministre Alexis Tsiprasa déclaré vendredi au Parlement qu’il avait demandé à son ancien ministre des Finances, Yanis Varoufakis, de préparer un « plan de défense » au cas où la Grèce aurait été contrainte de quitter la zone euro sous la pression de ses créanciers les plus intransigeants, parmi lesquels l’Allemagne.

 

Une agence nationale anti-corruption ?

Une  agence nationale anti-corruption ?

Et uen agence de plus, une ; cette fois une agence anticorruption qui fera donc double emploi avec l’administration actuelle dune part, la justice d’autre part. La prochaine étape sera sans doute de créer uen observatoire de la corruption puis un conseil national anti corruption. De qui occuper quelques centaines de fonctionnaires ! Une nouvelle loi anti-corruption donnera les moyens au gouvernement français de contrôler les politiques des entreprises en la matière et de renforcer la protection des lanceurs d’alerte. Le ministre des Finances, Michel Sapin, qui en a présenté mercredi les grandes lignes en conseil des ministres, s’est comme objectif de renforcer la protection des lanceurs d’alerte et de rendre plus transparentes les relations entre les pouvoirs publics et les lobbyistes. Le projet de loi sur « la transparence de la vie économique » sera prêt d’ici la fin de l’année pour être débattu début 2016 au Parlement, précise Bercy dans un communiqué. Il prévoit notamment la création d’une agence nationale de détection et de prévention de la corruption pour contrôler les politiques mises en place par les entreprises. Dotée d’un pouvoir de sanctions, elle sera également chargée d’un rôle de prévention de la récidive. Sa création fait suite à une série de condamnations d’entreprises françaises à l’étranger, comme Alstom fin 2014 et surtout BNP Paribas, sévèrement sanctionnée outre-Atlantique pour avoir violé des embargos américains contre l’Iran, le Soudan et Cuba. L’automne dernier, l’OCDE avait jugé insuffisant l’arsenal français de lutte contre la corruption d’agents publics étrangers, issu notamment d’une première loi Sapin de 1993, et critiqué le peu d’empressement des autorités françaises à poursuivre les entreprises nationales qui s’en rendent coupables. La future agence devrait disposer des moyens de protéger les lanceurs d’alerte, les salariés dénonçant des actes répréhensibles commis par leur entreprise, en saisissant elle-même la justice s’ils hésitent à le faire en leur propre nom.  Cependant en l’état des pratiques internationales, on voit mal désormais comment on pourra vendre des Rafales ou de l’armement.

 

Grande Bretagne : manif anti-austérité

Grande Bretagne :  manif anti-austérité

Puiseurs milliers de manifestants pour protester contre la volonté du gouvernement réduire les dépenses sociales, y compris les pensions de retraite, de 12 milliards de livres (16,8 milliards d’euros) sur un budget annuel de 220 milliards de livres.. Des médias ont rapporté que le ministre des Finances, Osborne, avait été pressé par ses collègues du gouvernement conservateur réélu en mai dernier de limiter ces baisses de dépenses qui devraient peser le plus lourdement sur les travailleurs à faibles revenus. Le déficit budgétaire du Royaume-Uni représente un peu moins de 5% du produit intérieur brut, soit davantage que la plupart des autres économies des pays développés. Fort de la réélection des conservateurs aux législatives du 7 mai dernier, George Osborne vise un excédent budgétaire d’ici l’exercice fiscal 2018/2019, et entend obliger les futurs gouvernements à faire de même. Selon le Sunday Times, le gouvernement compte interdire les aides au logement aux moins de 25 ans ou encore réduire les crédits d’impôts accordés aux couples avec deux enfants. Samedi, plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont défilé de la Banque d’Angleterre, dans la City, au Parlement pour protester contre ces nouvelles coupes budgétaires, en les jugeant inutiles et de nature à creuser encore les inégalités.

Pétition anti secret des affaires : 300 000 signatures

Pétition anti  secret des affaires : 300 000 signatures

L’Europe a trouvé la martingale « démocratique », établir uen censure sur toutes les informations économiques. La pétition d’Elise Lucet contre un projet de directive européenne sur le secret des affaires fait cependant  des émules sur le web. Soutenue par le collectif « Informer n’est pas un délit », la pétition de la présentatrice de Cash Investigation sur France 2 a rassemblé, en à peine dix jours, plus de 275.000 signatures à travers l’Europe. L’un des records du site de pétitions en ligne Change.org. Lancée le 4 juin, elle réclame la suppression pure et simple de cette directive qui prévoit de lourdes sanctions en cas de divulgation de secrets des affaires y compris par les journalistes. Si une source ou un journaliste « viole » ce « secret des affaires », des sommes colossales pourraient lui être réclamées [...] On pourrait même assister à des peines de prison dans certains pays » clame Elise Lucet. La pétition a déjà recueilli 240.00 signatures en France et 30.000 en Belgique, Allemagne, Espagne et Royaume-Uni. Des versions locales ont été lancées dans ces trois derniers pays. Un appel contre la directive a aussi été lancé par les syndicats français, des syndicats européens, l’Association européenne des Droits de l’Homme et Julian Assange, fondateur de Wikileaks. Avant de poursuivre « notre métier consistant à révéler des informations d’intérêt public, il nous sera désormais impossible de vous informer sur des pans entiers de la vie économique, sociale et politique de nos pays », conclut-elle. La journaliste va plus loin en soulignant qu’avec cette directive, il y aurait eu peu de chances d’entendre un jour parler du « scandale financier de Luxleaks« , des « pesticides de Monsanto » ou encore du scandale du vaccin Gardasil. » En attendant que la requête d’Elise Lucet ne soit examinée demain par les députés Européens pour valider ou non ce texte, la pétition a été soutenue par un panel de personnalités : Edwy Plenel et Fabrice Arfi de Mediapart, Stéphanie Gibaud, ex-salariée d’UBS « lanceuse d’alerte » ou encore la député européenne Eva Joly.  Le 16 juin prochain, une commission de députés européens, la commission JURI, se réunira pour valider ou non ce texte.

 

Anti Crash : deux personnes dans le cockpit, il était temps !

Anti Crash : deux personnes dans le cockpit, il était temps !

 

 

On se demande pourquoi on n’a pas pensé plus tôt à mettre deux personnes dans le cockpit.  D’autant que pendant le vol, surtout sur longue distanc,e l’équipage ne sert pas à grand chose. L’avion est en pilotage automatique et les stewards le plus souvent tranquillement assis . L’Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a publié vendredi une recommandation sur la présence permanente de deux personnes dans le cockpit des avions de ligne, décision prise la veille par plusieurs compagnies. Le groupe Air France KLM a peu après indiqué qu’il allait lui aussi appliquer cette mesure.  La mesure se généralise. A son tour, le groupe Air France KLM a annoncé vendredi qu’il allait imposer la double présence dans le cockpit de ses avions. Cette décision fait suite à la publication par l’Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) d’une recommandation en ce sens après le crash de l’A320 mardi et les révélations concernant le copilote de la Germanwings. Ce texte « invite les opérateurs à entreprendre une étude de sécurité visant à assurer la présence d’au moins deux personnes autorisées dans le cockpit, ou à garantir un niveau de sécurité équivalent », a indiqué Air France KLM dans un communiqué. Aussi, « Air France et KLM prévoient de mettre en œuvre cette recommandation dans les meilleurs délais ». L’AESA a qualifié de « temporaire » cette mesure, « dans l’attente des résultats de l’enquête technique menée par le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français. » Elle est basée sur les informations actuellement disponibles sur le crash de l’A320 de la Germanwings dans les Alpes françaises mardi dernier, qui a fait 150 morts. Cette recommandation a été publiée après la décision de plusieurs compagnies aériennes européennes, mais aussi du Canada, d’appliquer cette disposition dès jeudi afin de prévenir une situation similaire à celle qui a conduit au crash de l’avion. A noter que la compagnie Air Corsica a indiqué vendredi que ses procédures de sécurité prévoyaient depuis 2011 cette présence de deux personnes dans le poste de pilotage. Jusque-là, l’Agence européenne de sécurité aérienne n’imposait pas cette mesure, mais préconisait simplement que les pilotes demeurent dans le cockpit tout au long du vol sauf en cas de besoin physiologique. Sur les vols long-courriers, le commandant de bord est assisté par deux copilotes, et deux au moins de ces trois personnes se trouvent en permanence dans le cockpit.

 

Manif anti austérité Valls

Manif anti austérité Valls

 

Pour « dire non à la politique d’austérité du gouvernement Valls ». Le collectif 3A organisait une trentaine de manifestations dans plusieurs villes, dont Paris, Toulouse, Bordeaux ou Strasbourg « contre le budget d’austérité inefficace », qui doit être voté mardi à l’Assemblée ; aussi contre la « répression accrue des mouvements sociaux, écologiques et citoyens », suite à la mort de Rémi Fraisse à Sivens (Tarn). Dans la capitale, le défilé entre la Place Denfert-Rochereau et l’Assemblée nationale a réuni entre 7 500, selon la préfecture de police, et 30 000 personnes, selon le collectif. Au total, « 100 000 personnes » étaient dans la rue en France, a affirmé le collectif. A Toulouse, plusieurs milliers de personnes ont défilé samedi derrière la banderole « Imposons un nouveau partage des richesses ». Les manifestants étaient « 2 600″, selon le décompte de la police, « 5 000 à 6 000″, selon la CGT. A Strasbourg, ils étaient 200, selon les organisateurs, et 300 à Bordeaux. Dans le cortège parisien, flottaient côte à côte les drapeaux du PG, du PCF ou du NPA. On apercevait les autocollants et pancartes de Nouvelle Donne, Ensemble, Gauche unitaire ou encore EELV. Des responsables d’associations féministes, de lutte contre le chômage, des syndicalistes de la CGT, Solidaires, FO, ou FSU étaient aussi présents, soit « une centaine d’organisations mobilisées », selon Eric Coquerel, coordinateur du parti de Gauche. « C’est la plus grande diversité politique syndicale et associative depuis l’élection de François Hollande, de ce côté de l’échiquier politique », s’est-il félicité. « A ceux qui veulent nous vendre à la finance, le peuple répond ‘résistance !’ », scandaient les manifestants en tête de cortège, aux côtés de nombreux élus, dont Jean-Luc Mélenchon (PG), Marie-George Buffet (PCF), Olivier Besancenot (NPA), Isabelle Attard (Nouvelle Donne), Clémentine Autain (Ensemble) ou Liem Hoang-Ngoc, ex-député européen PS représentant les « socialistes affligés ». « François Hollande doit comprendre qu’il n’est pas notre roi, il est juste notre élu », a lancé Jean-Luc Mélenchon. « On ne l’a pas élu pour ça ! », a-t-il poursuivi. « On ne l’a pas élu pour couper dans les dépenses publiques, couvrir des bavures policières, mépriser la vie des gens ordinaires et prétendre que c’est du courage, que de les amputer de ce qu’ils ont besoin tous les jours », a-t-il fustigé, ajoutant : « Ca suffit ! »

 

Manifestation anti austérité le 12 novembre à Paris

Manifestation  anti austérité  le 12 novembre à Paris

 

 Le parti de gauche (PG), le PCF, le NPA, Nouvelle Donne, Ensemble, Gauche unitaire, plusieurs membres d’Europe Ecologie Les Verts, des responsables d’associations féministes, de lutte contre le chômage, des syndicalistes (dont la CGT, Solidaires, FO et FSU) ont notamment signé l’appel à manifester. Cet appel se fait dans la lignée de la manifestation contre l’austérité du 12 avril dernier qui avait réuni entre 25 000 et 100 000 personnes à Paris.  «Ceux qui gouvernent n’ont aucune idée de ce que l’austérité fait subir comme galère», a déclaré ce mardi lors d’une conférence de presse de présentation de la manifestation Willy Pelletier, de la fondation Copernic, qui dénonce «une nouvelle noblesse d’État qui foule du pied ce pour quoi elle a été élue». «A partir du moment où l’Assemblée nationale n’a pas été capable de bloquer la politique du gouvernement, c’est au peuple de le faire», a renchérit Éric Coquerel du Parti de gauche. «Il faut une mobilisation très forte pour faire en sorte de faire dérailler la locomotive de Manuel Valls.» Pour Olivier Besancenot, du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), «c’est la contestation du peuple de gauche qui pense que ce gouvernement fait une politique de droite. (…) C’est une vraie bagarre politique qu’on souhaite mener jusqu’au bout, c’est-à-dire faire tomber le budget», a-t-il ajouté estimant que «la vraie fronde aura lieu dans la rue».  «Dans ce moment de crise, il n’y a pas de solution s’il n’y a pas de mobilisation populaire», estime Clémentine Autain pour Ensemble, composante du Front de gauche, déplorant l’absence de couverture médiatique pour annoncer la manifestation. «Nous sommes nombreux à avoir honte qu’un gouvernement mène au nom de la gauche une politique qui rende plus difficile la vie à un très grand nombre de gens. Le budget doit tomber, le gouvernement doit cesser.» Faisant partie de «la dizaine» de signataires d’EELV, Jérôme Gleizes juge que le gouvernement de Manuel Valls «nous amène droit dans la crise et dans un face-à-face entre la droite et le FN».

Réforme territoriale : Manif anti région à Strasbourg

Réforme territoriale : Manif anti région à Strasbourg

 L’Alsace a manifesté samedi contre le projet de super région avec la Lorraine et la Champagne-Ardennes, un espace jugé surdimensionné et incohérent. L’alsace est en effet à peu près la seule région ayant réellement une identité économique, et culturelle forte ( que les alsaciens ont payé cher) ;  la rattacher à d’autres territoires diluerait cette originalité. L’alsace deviendrait alors une simple région administrative sans réelle personnalité.  La plupart des élus locaux veulent  la création d’une seule collectivité alsacienne, qui réunirait le conseil régional et les conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Ce qui constituerait une vraie réforme, celle là car sans la suppression des départements la région demeurera une coquille vide et devra toujours doublon. Ce rassemblement festif était organisée par « L’Alsace, ma région », un collectif réunissant le conseil régional et les deux conseils généraux sous étiquette UMP, les partis de la droite et du centre, les chambres consulaires et plusieurs associations et organisations professionnelles. A quelques jours d’une seconde lecture du projet de loi au Sénat, cette manifestation a réuni 7.000 personnes selon la police, plus de 15.000 selon les organisateurs. « Ce qu’on est en train d’imaginer, c’est ce qu’on appelle ‘l’Alca’ (pour Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne) », a ironisé à la tribune le président du conseil régional, Philippe Richert. « Alca, plus personne ne saura ce que c’est, alors qu’aujourd’hui l’Alsace c’est une région qui est connue dans le monde entier », a-t-il poursuivi. « Notre projet n’est pas de nous opposer à la réforme, ce n’est pas un combat de fermeture mais c’est le combat de l’efficacité », avait-il expliqué avant la manifestation. Il juge ingérable un espace de 56.000 kilomètres carrés, « plus grand que la Suisse, plus grand que les Pays-Bas ».

 

Le Canada rejoint le front anti islamique

Le canada  rejoint le front anti islamique

 

Avec une extrême lenteur mais sûrement le front anti islamique se renforce avec le Canada ; Avec lenteur car les djihadistes continuent de progresser en particulier près de la frontière turque. Des turques, théoriquement dans la coalition anti djihadistes mais qui ne bougent pas et semblent régler des comptes avec les kurdes.  Les députés canadiens ont donc approuvé mardi l’envoi par le gouvernement canadien d’avions de chasse en Irak dans le cadre de la participation du Canada aux frappes aériennes dirigées par les Etats-Unis contre l’Etat islamique. L’autorisation, obtenue par 157 voix pour et 134 contre, a été accordée pour une durée de six mois. Le vote ne faisait pas de doute, le gouvernement conservateur disposant d’une majorité à la Chambre des communes.  Mais les deux principaux partis d’opposition avaient appelé à voter contre, estimant que le Premier ministre Stephen Harper n’avait pas donné suffisamment de précisions et risquait d’entraîner le pays dans une guerre longue. Stephen Harper a promis que le Canada ne déploierait pas de troupes au sol contre l’EI. Il a fait valoir que si l’organisation djihadiste n’était pas arrêtée, elle pourrait organiser des attentats dans le monde entier, y compris au Canada. Le groupe américain SITE, qui suit l’activité des groupes islamistes sur internet, a fait savoir mardi qu’un combattant appartenant vraisemblablement à l’EI avait appelé sur Twitter à l’organisation d’attentats au Canada. SITE indique que l’homme s’appelle Abou Khalid Al Canadi (Abou Khalid le Canadien), un patronyme qui laisse supposer que l’homme est Canadien.

 

Plan anti terroriste : c’est mal parti !

Plan anti terroriste : c’est mal parti !

 

Grosse bavure du plan anti terroriste qui a oublié d’arrêter trois terroristes potentiels à leur retour de Syrie. Une bavure qui démontre à l’évidence que les moyens ne sont pas à la hauteur de l’enjeu et que la démocratie fait preuve d’ amateurisme face aux barbares. En attendant les trois djihadistes supposés sont dans la nature !  Ratés à leur retour, ils n’avaient pas non plus été repérés à leur départ !  Le ministère de l’Intérieur a reconnu mardi soir avoir manqué à leur retour de Turquie trois djihadistes français présumés, dont le mari de Souad Merah. Dans l’après-midi, le même ministère avait pourtant annoncé leur arrestation à leur arrivée d’un séjour de plusieurs mois en Syrie, trois Français.  Le ministère de l’Intérieur a reconnu mardi soir dans un communiqué avoir manqué à leur retour de Turquie trois présumés jihadistes français parce qu’il n’avait pas été informé à temps d’un changement de destination de leur vol, les trois hommes étant arrivés à Marseille et non Orly. Confirmant une information du Point.fr et de BFMTV, le ministère de l’Intérieur avait pourtant indiqué mardi midi que trois jeunes français, arrêtés fin août en Turquie en provenance de Syrie, avaient été interpellés avant d’être mis en garde à vue au siège de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Problème : cette information n’était plus si sûre dès la fin d’après-midi mardi. Un individu se disant être Imad D., l’un des trois Français, a indiqué à plusieurs journalistes dans la soirée être toujours en liberté. Me Dunac, l’avocat de l’une d’elles, cité par i-Télé avait ainsi indiqué : « Ils sont arrivés en France et ont  passé la douane sans être inquiétés. » Selon le site Internet du Point, Imad D., 27 ans, Abdelwahed B., 29 ans, et Gael M., 24 ans, « ont séjourné quelques mois en Syrie ». Abdelwahed B. n’est autre que le mari de Souad Merah, la sœur de Mohamed Merah, qui avait tué sept personnes à Toulouse et Montauban, en pleine campagne présidentielle de 2012. En mai dernier, tout le clan Merah, mené par Souad, était parti en Syrie. Selon les informations du JDD, Sabri Essid, le « demi-frère » de Merah pourtant visé par une information judiciaire, et une petite dizaine de Toulousains avaient ainsi quitté la France.

 

Après les « sans culottes » les « Sans-Dents », nouveau mouvement anti-Hollande ?

Après les « sans culottes » les   »Sans-Dents », nouveau mouvement  anti-Hollande ?

les  «  sans dents »,  selon Valérie Trierweiler, François Hollande utiliserait cette expression pour désigner les pauvres, une expression de certains opposants au président. Un mépris supposé qui se retourne contre le président en ligne, au-delà des affinités politiques. Car cette expression est utilisée par divers opposant à Hollande aussi bien de la droite que ceux de la gauche déçus par sa politique. En fait des «  sans dents » proches des « sans culottes » qui remettent en cause l’oligarchie, un système politique et un mode de reproduction de ses élites.   »Merci pour ce moment », le livre de Valérie Trierweiler, sort ce jeudi. Quelques extraits ont déjà circulé, dont cette moquerie que François Hollande aurait adressé à son ancienne campagne au sujet de ses origines modestes. « Il s’est présenté comme l’homme qui n’aime pas les riches. En réalité, le président n’aime pas les pauvres. Lui, l’homme de gauche, dit en privé : les sans-dents, très fier de son trait d’humour ». Les «  sans dents sont révoltés, en tout cas écœurés par un président qui se voulait normal et qui ne l’est pas du tout. Sans doute Hollande a-t-il voulu d’une certaine manière prendre Mitterrand comme modèle. Un président lui aussi cynique mais avec une culture et un certain charisme. Du coup Hollande es t un ersatz de Mitterrand ; la vérité c’est que l’homme n’a pas de convictions, pas de projet et pas la dimension de l’emploi. Encore quelques mois il lui restera plus qu’à se démettre ou d’être chassé. Avec 15% encore de fidèles chez les français, la légitimité de sa fonction est largement remise en cause. Au delà du pamphlet de Trierweilller sur le comportement de Hollande, c’est surtout l’échec total de sa politique qui émarge de sa pratique. Surtout sur le chômage la où depuis le 12 septembre 2012, on attend vainement l’inversion tellement proclamée. Les « sans dents «  attendent !

Sida : découvertes d’ une protéine anti-VIH

Sida : découvertes d’ une protéine anti-VIH

 

Le Pr Barry O’Keefe parle d’une découverte « vraiment excitante ». Son équipe de chercheurs américains du National Cancer Institute a découvert une protéine capable de bloquer une infection au VIH, responsable du Sida, cachée dans des coraux du nord de l’Australie. Leurs travaux ont été présentés mardi au congrès Experimental Biology 2014, rapporte le site Pourquoi docteur. « Ces protéines sont très puissantes : elles peuvent bloquer des concentrations très élevées du virus dès la première étape de l’infection. Autrement dit, elles empêchent le VIH de pénétrer dans les lymphocytes T, cellules immunitaires que le virus détruit », décrypte le site spécialisé. Un « mécanisme d’action unique », s’enthousiasment les chercheurs. Cette protéine serait d’autant plus efficace qu’elle n’entrainerait pas de résistance du virus aux autres traitements existants. Les chercheurs imaginent déjà la mise au point de gels et de lubrifiants sexuels, qui permettraient aux femmes de se protéger. Reste maintenant à tester les protéines en laboratoire, pour déceler d’éventuels effets secondaires.

 

Manif anti Hollande

Manif anti Hollande

 

Pour la première fois depuis la déroute du PS aux municipales et le changement de gouvernement, la « gauche de la gauche » a fait entendre sa colère samedi après-midi dans les rues de Paris. Si, selon la police, les manifestants n’étaient que 25.000, le Front de gauche assure que 100.000 personnes ont défilé entre les places de la République et de la Nation. « Hollande ça suffit », était-il écrit sur une banderole recouvrant la statue de la place de la République, point de départ de cette nouvelle marche « contre l’austérité, pour l’égalité et le partage des richesses ». Invité d’honneur, le Grec Alexis Tsipras leader du Syriza, principal parti d’opposition grec. Ce dernier, candidat de la gauche radicale à la présidence de la Commission européenne, avait participé la veille au lancement de la campagne des européennes du Front de gauche, où il avait appelé à la « rupture des politiques d’austérité » et s’était étonné que « François Hollande, qui a été puni pour une politique de droite puisse faire une politique encore plus à droite ». Outre le Front de gauche, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), de nombreuses associations et plusieurs fédérations syndicales ont participé au cortège entre République et Nation. « C’est vraiment un front du peuple qui se constitue », a jugé Jean-Luc Mélenchon. « On a vu la claque que la gauche a prise aux élections municipales. Donc est-ce que la seule alternative c’est entre l’abstention et le vote à droite? », a renchéri la députée communiste Marie-George Buffet. Ni EELV ni l’aile gauche du Parti socialiste ne se sont associés à cette marche, mais un membre du Bureau national du PS, l’économiste Liêm Hoang Ngoc, était visible dans les premiers rangs. « Hollande s’est trompé de Premier ministre et nous impose un virage qui n’a pas été discuté. Il y a un grand trouble dans l’aile gauche du PS, il nous faut un congrès extraordinaire du parti. Beaucoup de parlementaires ont voté la confiance à Manuel Valls uniquement pour éviter la crise de régime », a assuré cet eurodéputé sortant. D’autres rassemblements ont également eu lieu en province. A Marseille, quelque 1.600 personnes ont défilé selon la préfecture de police.

Manif anti pacte de responsabilité : mobilisation très moyenne

Manif anti pacte de responsabilité : mobilisation très moyenne

 

Cette journée du « front du refus », dont les 140 cortèges ont été parfois clairsemés, a mobilisé 240.000 manifestants, selon la CGT.  Si quelques perturbations ont eu lieu dans le transport aérien, en particulier en province, la SNCF et la RATP ont fonctionné normalement.  Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a jugé cette mobilisation « très disparate ». « C’est avant tout contre le pacte de responsabilité », a-t-il dit, confirmant son souhait d’aller « vite ». « Les choses avancent, on est tout prêt de l’aboutissement sur les parties coût du travail et fiscalité », a-t-il déclaré lors d’une rencontre avec les agences de presse. Pour Jean-Claude Mailly, le leader de FO, cette mobilisation « constitue un avertissement pour les pouvoirs publics, tant vis-à-vis du pacte de responsabilité que sur les revendications et attentes en matière de salaires, d’emploi, de Sécurité sociale ». Thierry Lepaon, le secrétaire général de la CGT, reproche pour sa part au gouvernement de faire le jeu du Medef, la principale organisation patronale, et l’appelle à changer de cap. « Le président a renoncé au changement et tout le monde s’en rend compte », a-t-il dit. « Le renoncement renvoie au désespoir et risque de profiter au Front national ». A Paris, où Thierry Lepaon et Jean-Claude Mailly ont pris la tête du cortège, 60.000 personnes, selon les syndicats, et 10.000 d’après la police, ont défilé derrière une banderole proclamant « Non au pacte de responsabilité ». Environ 42.000 personnes selon les organisateurs et moins de 6.000 d’après la police, ont manifesté à Marseille.

 

Présidentielles : un referendum anti Sarkozy en 2012, un referendum anti Hollande en 2017

Présidentielles : Un referendum anti Sarkozy en 2012, un referendum anti Hollande en 2017

 

La démocratie va sans doute encore démontrer ses limites en 2017 comme en 2012 ; Hollande a cru être élu alors qu’en réalité l’élection de 2012 était un referendum anti Sarkozy. C’est Sarkozy qui était visé. Hollande a été élu par défaut (d’abord à cause de frasques de DSK, ensuite à cause du rejet de Sarko ) ° ; il n y a donc eu aucune adhésion au programme de Hollande, programme par ailleurs contradictoire, confus et démagogique. En 2017, ce sera aussi un referendum anti Hollande et  n’importe qui à droite pourra l’emporter contre lui. Ce sera bien encore le drame des limites de notre démocratie qui sanctionne mais en fait ne projette rien. Pour éviter que l’élection présidentielle ne se réduise à un vote sanction, il serait donc souhaitable d’enrichir le contenu de notre démocratie pendant l’exécution des mandats et notamment par des consultations type referendum. Malheureusement nos responsables actuels de tous bords craignent par dessus tout ce type de consultation. On objectera à juste titre qu’en France le vote sanction est une sorte de tradition depuis Mitterrand notamment. On ne vote pas pour un président, on se sert de l’élection pour rejeter le précédent.  Du coup on risque d’être pris au même piège en 2017 ; C’est donc le contenu de la démocratie participative qui doit être revu. Un démocratie participative qui n’est pas totalement absente grâce aux sondages quasi quotidiens et surtout au développement des réseaux sociaux et   internet qui permet d’être informé autrement que pas les médias classiques qui produisent tous de l’info de masse surgelée (pas étonnant que la presse écrite s’écroule et que les journaux télés aient aussi peu de credit°). Soyons clair les politiques en général  ne connaissent rien aux réalités économiques ,sociales, voire sociétales , c’est donc à la démocratie de fournir la direction  la stratégie aux responsables élus. Leur programme c’est évidemment  des appâts pour gogos ou militants déjà convaincus. Pas un outil de gouvernance !

Manif anti Tatcher

Manif anti Tatcher

 

Le maire de Londres, Boris Johnson, a mis en garde les manifestants contre d’éventuels débordements et a prévu un important dispositif policier pour encadrer le rassemblement. « Nous vivons dans une démocratie dans laquelle les gens ont le droit de manifester, de s’amuser et de faire ce qu’ils veulent », a-t-il déclaré sur la radio britannique LBC. « Ce qu’ils ne peuvent pas faire, je pense, c’est d’utiliser la mort d’une personne âgée pour lancer une émeute, une rixe ou ce genre de choses. Donc nous nous préparons à faire face à ça », a-t-il ajouté.  Plus de 1.500 personnes ont annoncé sur Facebook leur participation à cette célébration décrite comme « la fête de toute une vie » qui doit débuter à 18H00 (17H00 GMT) à Trafalgar Square.  Cette célèbre place, en plein coeur de la capitale britannique, a été le haut lieu des affrontements entre manifestants et policiers sur la « Poll tax », l’impôt qui avait fait chuter Margaret Thatcher en 1990 après onze années au pouvoir. Une délégation de mineurs de Durham (nord-est de l’Angleterre) doit également faire le déplacement pour participer à l’événement.  Selon le Daily Telegraph, certains des 50.000 supporteurs de football attendus dans la capitale pour le match opposant Wigan à Millwall en demi-finale de la coupe d’Angleterre au stade de Wembley (dans le nord-ouest de Londres) samedi, auraient, eux, décidé d’en découdre après le match qui doit se terminer à 19H00 (18H00 GMT). Certains de ces fans auraient posté des messages belliqueux sur le réseau social Twitter, étroitement surveillé par la police.  Ce rassemblement intervient à quatre jours des funérailles de l’ex-Premier ministre, auxquelles assisteront la reine Elizabeth II et près de 2.000 invités parmi lesquels nombre de personnalités politiques internationales.  Tous les anciens Premiers ministres britanniques encore vivants, Tony Blair, Gordon Brown ainsi que John Major, ont confirmé leur présence. Le Premier ministre David Cameron devrait lire un extrait de l’Evangile selon Jean, l’une des dernières volontés émises par Margaret Thatcher. Il s’agit du verset 14.1: « Que votre coeur ne se trouble pas. Ayez foi en Dieu : ayez aussi foi en moi. »
  

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol