Archive pour le Tag 'ans'

Page 2 sur 17

Société France: Crise démographique sans précédent depuis 80 ans

Société France: Crise démographique sans précédent depuis 80 ans

Jusque-là, c’était l’atout principal de la France en Europe à savoir une démographie dynamique permettant à terme d’assurer la prospérité du pays et l’équilibre des comptes. Les facteurs explicatifs de la baisse de la démographie ne sont pas nouveaux et concernent l’ensemble de la planète surtout dans les pays développés. En cause , les différentes conceptions du couple et leurs évolutions rapides, l’accès des femmes et notamment aux postes de responsabilité, les incertitudes quant à l’avenir économique des enfants. Surtout des changements de civilisation et de mode de vie. Enfin une politique de natalité insuffisamment valorisée et soutenue.

Un recul de 6,8% (45.000 naissances de moins) sur les onze premiers mois de 2023 par rapport à la même période de 2022… année pourtant historiquement faible. En effet, sur l’ensemble de l’année 2022, 726.000 bébés ont vu le jour, soit le plus faible nombre sur un an depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Cette année-là, on a observé un recul des naissances dans toutes les régions françaises, sauf à Mayotte et en Corse.

En novembre 2023, 1.877 bébés sont nés en moyenne par jour. C’est 5,1 % de moins qu’en novembre 2022. Il s’agit du 17e mois consécutif de baisse par rapport au même mois un an auparavant. Une dynamique qui n’a rien de récent. Depuis 2011, le nombre de naissances a, en effet, reculé chaque année en France, à l’exception de 2021, qui a connu un léger rebond après les confinements liés au Covid-19.

Prix Assurances: Plus 20 % en deux ans !

Prix Assurances: Plus 20 % deux ans !

Pendant que le ministre les finances ne cesse d’affirmer que l’inflation est maîtrisée et même que les prix commencent à diminuer par contre on enregistre une augmentation de significative du coût de nombreux services et produits. Ce sera notamment le cas pour les assurances qui seront autorisées à augmenter de l’ordre de 20 % en deux ans au motif de dégâts naturels.

Cette hausse générale, applicable au 1er janvier 2025, viserait à remettre à flot un système en déficit depuis 2015 en raison de l’augmentation des catastrophes naturelles. Notons que si ce risque est un déficit, avec la péréquation sur les autres risques on ne compte pas encore d’assurance en déficit ! Aussi, la hausse des primes était demandée par les professionnels depuis plusieurs mois.

Réseaux sociaux : une application de rencontres pour les 10–21 ans….. et bientôt en maternelle ?

Réseaux sociaux : une application de rencontres pour les 10–21 ans….. et bientôt en maternelle ?

L’application Ophenya invite les très jeunes internautes à s’inscrire à une application baptisée « Crush » permettant de trouver l’amour, dès le plus jeune âge ! De quoi se demander si un opportuniste sans trop de scrupules ne va pas bientôt lancer une application de rencontres pour les maternelles ! Bref une application dans l’air du temps, idiote et dangereuse.

« Trouve ton crush (« coup de cœur », ndlr) en secret ». Sur l’App Store et le Google Play Store, une application baptisée « Crush » s’est fait une place avec ce slogan, en quelques heures, dans les classements des applis les plus populaires. Un engouement directement lié à la promotion commerciale par l’influenceuse Ophenya, suivie par près de 5 millions de personnes sur Tiktok, et 800.000 sur Instagram.

Ophenya invite tous ses abonnés à installer l’application au plus vite. Elle évoque la possibilité de créer des sondages concernant ses camarades de classe, par exemple pour savoir qui a des vues sur soi en toute discrétion.

« Tu vas sur Crush et tu réponds à des sondages anonymes sur des gens de ta classe… Évidemment des sondages un peu… » insinue Marc, le créateur de l’application, évoquant indirectement la présence de jeux de séduction dans l’application.

Rapidement, de nombreuses réactions négatives se sont multipliées sur les réseaux sociaux, évoquant les risques inhérents à une application dédiée aux « 10-21 ans ». Sur Tiktok, d’autres créateurs de contenus ont multiplié les vidéos critiquant la publicité diffusée par Ophenya.

Plusieurs autres éléments doivent inciter à la prudence: dès la création du compte – sans vérification que l’âge renseigné soit le bon, l’internaute est contraint d’accepter d’être géolocalisé, et invité à transmettre l’ensemble des contacts de son carnet d’adresse. Des données personnelles particulièrement sensibles, lorsqu’il s’agit de mineurs.

Parmi les critiques récurrentes figure également la présence d’achats intégrés à l’application Crush, qui invite ses très jeunes utilisateurs à payer pour savoir « qui l’admire en secret » pour la somme de 3,99 euros par semaine. Soit 12 euros par mois, avec un renouvellement automatique.

Objectif gouvernemental voitures électriques: 50% dans quatre ans: l’utopie!

Objectif gouvernemental voitures électriques: 50% dans quatre ans: l’utopie!

Comme souvent, le gouvernement annonce un objectif économique dont il ne maîtrise pas les données à savoir un pourcentage de voiture électrique de 50 % d’ici 2027 et 400.000 d’ici 2030, soit une multiplication par quatre en 7 ans.

Pour atteindre l’objectif de vente, il faudra augmenter le nombre de bornes de recharge, notamment rapide, de façon considérable. Le gouvernement table sur 400.000 d’ici 2030, soit une multiplication par quatre en 7 ans.

Comme si l’industrie française était capable de réaliser un tel objectif alors que la quasi-totalité des voitures électriques sont soit totalement soit en partie construite à l’étranger actuellement. Et celles qui sont construites partiellement en France sont loin d’être compétitives.

Théoriquement, les ventes de voitures thermiques neuves seront interdites en 2035 et le secteur des transports s’est engagé à la neutralité carbone d’ici à 2050 en Europe.

Mais réellement la part des ventes en électrique atteignait à peine les 15 % en France et 8 % pour l’hybride rechargeable.

En outre, les commandes actuelles ne sont pas au beau fixe. En cause évidemment le manque de compétitivité et la charge financière trop lourde pour

Mais aussi un prix des véhicules électriques encore bien au-dessus de leurs équivalents thermiques. « Sur la seule force du marché actuel, vous n’avez aucune raison d’aller vers l’électrique », affirme Julien Pillot, économiste et enseignant-chercheur à l’INSEEC. C’est pourquoi il faut veiller à alimenter la demande en continuant et en prolongeant les dispositifs d’aide à l’achat de véhicule neuf électrique.

Le levier principal du gouvernement et d’agir sur les bonus comme si c’était le rôle d’un État de participer au financement des voitures surtout en l’état catastrophique du budget et du déficit.

Le problème n’est pas cependant une question de demande mais insuffisante et beaucoup trop chère.

Conséquence les objectifs ne seront pas tenus et la voiture thermique va pouvoir rouler encore des dizaines d’années après 2035.

L’industrie automobile rejoint le gouvernement dans ses pronostics optimistes. L’objectif est davantage d’obtenir des réductions de fiscalité et des aides que de se préoccuper réellement de l’environnement. Notons par ailleurs une grande partie de l’industrie française a été liquidée avec les délocalisations.

Pouvoir d’achat : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro

Pouvoir d’achat : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro

L’inflation a des effets anti redistributif vis-à-vis des salariés car si les rémunérations augmentent en monnaie constante la progression est inférieure à l’inflation. Ainsi les salaires réels sont-ils bloqués depuis quatre ans d’après l’OFCE.

La crise du coût de la vie est aussi celle de la valeur travail. Entre la fin 2019 et la fin 2024, les salaires réels – c’est-à-dire la rémunération après prise en compte de l’inflation – n’ont pas progressé dans les grands pays de la zone euro, selon les prévisions de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

La situation est différente aux Etats-Unis, où les travailleurs voient leur salaire augmenter malgré la hausse des prix. L’économie américaine a en effet été beaucoup plus dynamique que l’économie européenne depuis la fin de la pandémie de Covid.

Immobilier : un taux d’usure qui fait doubler le montant de l’endettement en 10 ans

Immobilier : un taux d’usure qui fait doubler le montant de l’endettement en 10 ans

Le taux usure au-delà duquel pour l’instant des banques ne peuvent traiter va mécaniquement s’il est appliqué faire doubler le montant de l’endettement en disant. En clair avec l’inflation toujours galopante entre parenthèse environ 5 % sur un an) les taux d’intérêt augmentent et la somme réellement empruntée diminue. Ainsi un candidat à l’accession à la propriété qui pouvait emprunter 200 000 € devra se contenter de 150 000 € avec les charges nouvelles d’intérêt. Conséquence aussi les champs d’insolvabilité des futurs emprunteurs ne cessent de se réduire au point que l’accession à la propriété ne sera désormais possible que pour les cadres. Pour redonner une certaine solvabilité et relancer le logement, il faudrait que les prix diminuent de 25 % !

Le taux d’usure continue son inexorable ascension et se rapproche désormais des 6 %. Ce taux plafond au-delà duquel les banques n’ont pas le droit de prêter est fixé à 5,8 % à partir du 1er octobre pour un crédit immobilier sur 20 ans et plus, selon les données publiées au « Journal Officiel » ce vendredi. Une hausse spectaculaire puisqu’il était encore à 3,57 % en janvier et qu’il n’a passé les 5 % que cet été .

Ecologie-Glyphosate : Autorisation prolongée de 10 ans

Ecologie-Glyphosate : Autorisation prolongée de 10 ans

La gestion de l’interdiction puis des autorisations du glyphosate tourne au ridicule. Après avoir été longtemps condamné, ce produit fait l’objet d’autorisations successives de la part de l’union européenne. La prochaine devrait durer 10 ans.

Le glyphosate, la substance active de plusieurs herbicides – dont le célèbre Roundup de Monsanto, très largement utilisé dans le monde – avait été classé en 2015 comme un «cancérogène probable» pour les humains par le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé. À l’inverse, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a jugé l’an dernier que les preuves scientifiques disponibles ne permettaient pas de classer le glyphosate comme cancérogène.

L’autorisation actuelle du glyphosate dans l’UE, renouvelée en 2017 pour cinq ans, expirait le 15 décembre 2022, mais a été prolongée d’un an dans l’attente d’une évaluation scientifique sur l’herbicide. Début juillet, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait finalement publié son rapport, indiquant ne pas avoir identifié de «domaine de préoccupation critique» chez les humains, les animaux et l’environnement susceptible d’empêcher son autorisation.

Environnement-Glyphosate : Autorisation prolongée de 10 ans

Environnement-Glyphosate : Autorisation prolongée de 10 ans

La gestion de l’interdiction puis des autorisations du glyphosate tourne au ridicule. Après avoir été longtemps condamné, ce produit fait l’objet d’autorisations successives de la part de l’union européenne. La prochaine devrait durer 10 ans.

Le glyphosate, la substance active de plusieurs herbicides – dont le célèbre Roundup de Monsanto, très largement utilisé dans le monde – avait été classé en 2015 comme un «cancérogène probable» pour les humains par le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé. À l’inverse, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a jugé l’an dernier que les preuves scientifiques disponibles ne permettaient pas de classer le glyphosate comme cancérogène.

L’autorisation actuelle du glyphosate dans l’UE, renouvelée en 2017 pour cinq ans, expirait le 15 décembre 2022, mais a été prolongée d’un an dans l’attente d’une évaluation scientifique sur l’herbicide. Début juillet, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait finalement publié son rapport, indiquant ne pas avoir identifié de «domaine de préoccupation critique» chez les humains, les animaux et l’environnement susceptible d’empêcher son autorisation.

Glyphosate : Autorisation prolongée de 10 ans

Glyphosate : Autorisation prolongée de 10 ans

La gestion de l’interdiction puis des autorisations du glyphosate tourne au ridicule. Après avoir été longtemps condamné, ce produit fait l’objet d’autorisations successives de la part de l’union européenne. La prochaine devrait durer 10 ans.

Le glyphosate, la substance active de plusieurs herbicides – dont le célèbre Roundup de Monsanto, très largement utilisé dans le monde – avait été classé en 2015 comme un «cancérogène probable» pour les humains par le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé. À l’inverse, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a jugé l’an dernier que les preuves scientifiques disponibles ne permettaient pas de classer le glyphosate comme cancérogène.

L’autorisation actuelle du glyphosate dans l’UE, renouvelée en 2017 pour cinq ans, expirait le 15 décembre 2022, mais a été prolongée d’un an dans l’attente d’une évaluation scientifique sur l’herbicide. Début juillet, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait finalement publié son rapport, indiquant ne pas avoir identifié de «domaine de préoccupation critique» chez les humains, les animaux et l’environnement susceptible d’empêcher son autorisation.

Salaire : Stellantis propose 21 % d’augmentation sur quatre ans aux États-Unis

Salaire : Stellantis propose 21 % d’augmentation sur quatre ans aux États-Unis

Stellantis propose désormais une hausse des salaire de « près de 21% » sur la durée de la nouvelle convention collective, soit quatre ans, contre 14,5% il y a encore une semaine. C’est encore loin cependant des 40% réclamés par l’UAW. General Motors et Ford proposent de leur côté de relever les salaires de 20% sur la période.

Le mouvement pourrait même prendre de l’ampleur, a prévenu dimanche le syndicat , si « de meilleures propositions ne sont pas faites ». «Cela fait des décennies qu’on est laissé à la traîne», a ajouté Shawn Fain,le président de l’UAW.

Stellantis par ailleurs pourraient être affecté par de fortes restructurations se traduisant des ventes ou des fermetures de 18 sites, dont des usines et des dépôts de stockage, sur un total de 35 usines et centres de dépôts ou de distribution de pièces aux Etats-Unis.

BCE : Hausse des taux au plus haut depuis 25 ans

BCE : Hausse des taux au plus haut depuis 25 ans


Comme c’était prévisible la banque centrale européenne a bien été contrainte de procéder à un nouveau relèvement des taux pour lutter contre l’inflation qui persiste au-delà des 5 % dans l’union européenne. En raison aussi de la nécessité de suivre la stratégie de la banque fédérale américaine. Et cela pour ne pas affaiblir davantage l’euro

La question se pose évidemment de savoir si cette stratégie de resserrement monétaire va ou non continuer. Difficile de dire tout dépendra de l’évolution de l’inflation et en particulier des prix de l’énergie actuellement encore un très haut niveau.

Concrètement pour les emprunteurs cela se devrait se traduire d’ici la fin d’année par dépôt d’emprunt de l’ordre de 5 %. De quoi peser négativement sur l’ensemble de l’économie en particulier dans l’immobilier. Sans parler évidemment des atteintes au pouvoir d’achat qui se répercutent sur la consommation et la croissance.

Il est trop tôt pour dire si les taux d’intérêt de la Banque centrale européenne ont atteint leur pic, a déclaré jeudi Christine Lagarde, présidente de la BCE, après l’annonce d’une dixième hausse consécutive destinée à combattre l’inflation. «Nous ne pouvons pas dire que nous avons atteint le pic», a déclaré Christine Lagarde à la presse.
La BCE a choisi de maintenir le cap, quatorze mois après avoir lancé le cycle de relèvement des taux le plus rapide et ample de son histoire, de 4,50 points de pourcentage à ce jour. Une décision qu’elle justifie en affirmant que «si l’inflation continue de ralentir, elle devrait toujours rester trop forte pendant une trop longue période». La BCE a d’ailleurs relevé jeudi ses prévisions d’inflation pour les années 2023 et 2024, en raison de l’impact des prix de l’énergie.

Les nouvelles projections macroéconomiques de l’institution monétaire prévoient une hausse des prix de 5,6% en 2023, puis 3,2% en 2024 et 2,1% en 2025, se rapprochant de l’objectif à moyen terme de 2,0%.

Croissance Allemagne : toujours ans le rouge

Croissance Allemagne : toujours ans le rouge

L’Allemagne a effet connu une croissance nulle au deuxième trimestre 2023, après deux trimestres de repli de son PIB. La tendance devrait d’ailleurs se poursuivre. Le troisième trimestre devrait connaître une chute du PIB.

Comme en mai et en juin, la production industrielle a baissé en juillet en Allemagne. Elle a reculé de 0,8% sur un mois, en données corrigées des variations saisonnières et de calendrier, a indiqué l’office de statistique Destatis, dans un communiqué publié, ce jeudi 7 septembre.

Pilier de la première économie européenne, l’industrie allemande souffre depuis plusieurs mois. Elle est plombée par une nette chute de la demande intérieure, en raison de l’inflation toujours élevée (+6,1% sur un an en août), et par les hausses de taux d’intérêt menées tambour battant par la Banque centrale européenne (BCE).

Elle est aussi affectée par les prix de l’énergie qui restent relativement élevés. Certaines activités industrielles les plus énergivores, comme la chimie, peinent donc à retrouver leur niveau de production précédant la guerre en Ukraine. Les branches les plus consommatrices d’énergie ont ainsi produit 11,4% de moins en juillet sur un an, selon Destatis.

Les exportations, essentielles pour le secteur, sont moins dynamiques sur fond de ralentissement de la demande en produits allemands en Chine et aux États-Unis, deux marchés cruciaux pour le secteur.

Nucléaire : centrales prolongées au-delà de 40 ans

Nucléaire : centrales prolongées au-delà de 40 ans

L’autorité de sûreté nucléaire après examen va prolonger les centrales françaises au-delà de 40 ans. La première qui bénéficie de cette nouvelle durée de vie est celle de Tricastin.

Ce réacteur « est le premier réacteur du parc nucléaire français sur lequel l’ASN prend position à l’issue de son quatrième réexamen périodique, soit après environ 40 années de fonctionnement », souligne l’autorité dans un avis publié le 10 août dernier.

Cette décision est d’autant plus inédite qu’en France, l’ASN est soumise à un règlement qui ne permet pas d’acter rapidement la prolongation des réacteurs à 60 ans ou au-delà. A titre d’exemple aux Etats-Unis, les licences d’exploitation courent parfois jusqu’à 80 ans.

Actuellement, les réacteurs nucléaires français ne sont associés à aucune durée de vie. Toutefois, les calculs de sûreté sur les composants ont été réalisés pour 40 ans. Dès lors, la prolongation de leur fonctionnement au-delà de cette échéance est conditionnée à un réexamen de contrôle, qui a lieu tous les dix ans .

Cette prolongation a été rendue possible par les travaux entrepris par EDF dans le cadre de son programme « Grand carénage ». Mené depuis 2014 pour rénover le parc nucléaire français et augmenter le niveau de sûreté des réacteurs, il doit aussi permettre, à terme, la poursuite de leur exploitation significativement au-delà de 40 ans. Son coût est évalué à 66 milliards d’euros.

Alimentaire: pas encore de baisse de prix mais 20% sur 2 ans

Alimentaire: pas Encore de baisse de prix mais 20% sur 2 ans

Le gouvernement et les distributeurs entretiennent la confusion entre baisse de prix et ralentissement de l’inflation. Dans les faits il y a pratiquement pas de baisse de prix mais un net tassement de l’inflation étend entendu que les inflations précédentes se cumulent. La baisse de 0,1 % constaté est tout à fée relative puisqu’elle ne s’applique qu’à une partie seulement des produits vendus.
En juin, l’institut Circana aurait mesuré une première cassure dans le cycle de hausse de 16 mois consécutifs. Les prix des produits de grande consommation ont légèrement reflué de 0,1% sur un mois et cela concerne 35% des produits vendus en magasin, principalement les boissons (-0,2% en juin) et les produits d’entretien et d’hygiène (-0,4%).

Une décrue légère que l’institut explique principalement par les effets positifs du trimestre anti-inflation mis en place dans la majorité des enseignes. Et qu’il faut tempérer par la hausse des prix sur un an qui s’établit toujours à 15% (16% le mois précédent) et à 20,7% sur deux ans.

Les marques optent pour des promotions – par nature temporaires – plutôt que des renégociations à la baisse qui les engageraient sur la durée.

À date, quasiment aucune grande marque n’a renégocié ses tarifs selon les distributeurs. Michel-Edouard Leclerc appelle d’ailleurs ce mercredi le gouvernement à changer la loi pour les y contraindre.

« Bruno, il faut y aller, il ne faut pas simplement s’agiter, il faut prendre l’arrêté », a appelé le distributeur ce matin sur France Info qui espère que le ministre de l’Economie mettra fin à l’encadrement des périodes de négociation qui n’ont lieu que durant deux mois dans l’année.

Un nouveau gadget: le« plan d’épargne avenir climat » pour les moins de 18 ans

Un nouveau gadget: le« plan d’épargne avenir climat » pour les moins de 18 ans

Encore un nouveau gadget dans le cadre de la présentation de la loi industrie verte, prévue mardi en Conseil des ministres : la création d’un nouveau plan d’épargne, réservé aux jeunes jusqu’à leur majorité. En fait, un plan d’épargne qui sera alimenté par les parents mais bloqué jusqu’au 18 ans des enfants. Une nouvelle manière de geler l’épargne.

« L’industrie demande beaucoup de capital. Il y a beaucoup d’investissements publics, mais il faut aussi que l’épargne privée soit mobilisée », a insisté le ministre de l’Economie lundi matin sur BFMTV. Il a confirmé la création d’un « plan d’épargne avenir climat », qui pourra être ouvert par les parents, dès la naissance d’un enfant et jusqu’à ses 18 ans.

Les fonds seront bloqués jusqu’à la majorité de l’enfant (sauf accident de la vie), avec une possible garantie en capital à la sortie, ce qui permettra de financer des projets de long terme, a expliqué Bruno Le Maire. La rémunération de ce plan d’épargne sera « sans doute plus attractive que celle du Livret A », a-t-il indiqué. Elle ne sera pas fixée réglementairement, mais dépendra du rendement des investissements, précise-t-on à Bercy. Un rendement qui devrait être attractif.

Ce nouveau plan d’épargne, qui pourra être distribué par les banques et les assureurs, portera « surtout, des conditions fiscales exceptionnelles », a insisté Bruno Le Maire : aucune fiscalité ni cotisation au moment du déblocage des fonds. Son plafond sera aligné sur celui du Livret A, soit 23.000 euros.

12345...17



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol