Archive pour le Tag 'ans'

Page 11 sur 11

Sondage retraites : départ sans doute après 62 ans pour 71% des Français

Sondage retraites : départ sans doute après 62 ans pour 71% des Français

Paradoxe les Français veulent partir avant 62 ans mais ils n’y croient pas. Un paradoxe apparent car il est clair qu’en létat de équilibre des caisses de retraites même l’âge de 62 ans sera auusi remis en cause avant 20 ans voire bien avant. Il sera a priori difficile de toucher à l’âge légal de départ à la retraite. Selon une étude ICMA Group pour le groupe de ressources humaines Randstad publiée ce lundi 22 septembre, les Français souhaitent en majorité partir avant 62 ans, soit l’âge légal pour les personnes nées après 1955, depuis la réforme de 2010.  Selon les résultats de cette enquête, 54% des personnes interrogées souhaitent partir entre 60 et 62 ans et une large majorité (84,2%) ne veut pas travailler au-delà de 62 ans.  Toutefois, moins d’un quart d’entre elles (23,4%) pensent qu’elles pourront effectivement prendre leur retraite entre 60 et 62 ans.  La plupart (71,7%) estiment qu’elles devront travailler après 62 ans. Près d’un tiers des Français (29,5%) jugent même qu’ils devront poursuivre leur activité au-delà de 65 ans.  Enfin, les femmes sont 74,3% à penser devoir travailler jusqu’à 63 ans et plus contre seulement 69% des hommes.  Cette étude a été réalisée en ligne auprès d’un panel de 6.000 personnes âgées de 18 à 65 ans, représentatif de la population française, en novembre 2013.

 

Macron n’est plus au PS depuis 5 ans

Macron n’est plus au PS depuis 5 ans

 

Cela fait 5 ans que Macron, nouveau ministre de l’économie,  n’est plus au PS, ce qui n’est pas une raison pour être exclu de l’oligarchie socialiste des énarques. Peut-être est-il  même compétent, ce qui là serait un motif sérieux d’éviction ! De toute manière le gouvernement est essentiellement composé de hauts fonctionnaires (13 sur 18 ministres)  et d’apparatchiks) et l’appartenance à un parti dit socialiste a peu d’importance dans le cadre d’une politique social-libérale confuse et contradictoire.  N’en déplaise donc à tous ceux qui, à gauche, lui tapent dessus depuis sa nomination comme ministre de l’Economie, Emmanuel Macron est bien socialiste. Le responsable des fédérations au PS, Alain Fontanel, l’a confirmé vendredi.   »Il a adhéré en 2006″. « Emmanuel Macron est dans les fichiers du PS. Il a adhéré en 2006, à la fédération de Paris. Il a été membre actif jusqu’en 2009″, a-t-il déclaré. Toutefois, l’ancien banquier n’est plus à jour de cotisation depuis cinq ans. Alain Fontanel a également ajouté qu’avant de prendre sa carte, l’actuel ministre de l’Economie avait été « en contacts étroits avec des élus et des militants de la fédération du Pas-de-Calais ». Et il a aussi « collaboré à la Fondation Jean Jaurès, à partir de 2006″. Ou comment décerner un brevet de socialiste à un homme critiqué sur sa gauche.

 

Hollande : 60 ans, bientôt la retraite ?

Hollande : 60 ans, bientôt la retraite ?

 

Il s’y attendait à ce sarcasme, Hollande a donc décidé de fêter discrètement son anniversaire. Le chantre de la retraite à 60 ans devrait en effet quand même y penser car avec son taux de popularité dans les chaussettes la reconversion va s’imposer. Hollande évidemment ne sera pas qualifier pour le second tour en 2017 et ce sera même pire que Jospin. Il n’est pas sur non plus qu’il puisse être candidat enfin on ne peut non plus exclure qu’il ne puisse finir son mandat tellement les résultats économiques et sociaux sont catastrophiques. Hollande aura échoué sur tous les plans. 0 60 ans Hollande devrait donc sérieusement penser à la retraite même si elle n’est guère méritée. Pour éviter les médias, cap vers le sud. Mardi, pour souffler ses bougies, François Hollande ne sera pas à La Lanterne, à Versailles, mais « dans le Sud-est », a indiqué lundi l’Elysée. Un anniversaire que le Président passe « en petit comité », en famille.  Mardi, François Hollande fête ses 60 ans. Et alors qu’il passait ses quelques jours de vacances dans la résidence de La Lanterne, à Versailles, le chef de l’Etat a décidé de mettre le cap plus au sud. Dans un autre lieu situé « dans le Sud-Est », a simplement fait savoir l’Elysée lundi. C’est là qu’il soufflera ses 60 bougies, « en petit comité » – en compagnie de ses quatre enfants Thomas, Clémence, Julien et Flora – et hors la présence de tout ministre, a encore confié la présidence. Selon un proche du chef de l’Etat, ce n’est ni dans la villa qu’il possède à Mougins (Alpes-Maritimes), ni auprès de son père, à Cannes. Toutes les hypothèses sont donc permises. Sauf une : celle d’un séjour au Fort de Brégançon (Var) où il avait passé ses premières vacances estivales en tant que Président, en 2012, avec sa compagne d’alors, Valérie Trierweiler. De plus, le Fort est ouvert au public tout l’été.

Sondage entreprises : pas de reprise avant 2 ans

Sondage entreprises : pas de reprise avant 2 ans

 

Les chefs d’entreprises sont pessimiste autant sur les embauches et que sur la reprise de l’activité. Ils le sont pourtant moins que l’année dernière. C’est qui ressort d’un sondage Ipsos pour le Cesi et Le Figaro, qui révèle que seul un chef d’entreprise sur quatre (26%) se dit optimiste sur la capacité de son entreprise à embaucher. Réalisé annuellement, ce sondage laisse toutefois apparaître une légère amélioration : en 2013, les employeurs étaient encore moins nombreux (16%) à se dire optimistes sur leurs capacités à recruter. Ils apparaissent aussi plus confiants à l’égard du maintien de l’emploi dans leur entreprise: 68%, soit 9 points de plus que l’année dernière.  Pourtant, les patrons interrogés ne tablent pas sur une reprise rapide de l’activité: ils pensent en moyenne qu’il faudra attendre 25 mois pour qu’elle intervienne. En 2013, ils estimaient devoir attendre 31 mois. Les salariés, eux, sont un peu plus confiants: ils pensent, comme en 2013, que la reprise pourrait se concrétiser d’ici 11 mois. Alors que le gouvernement s’est fixé comme objectif 500.000 alternants à l’horizon 2017, seuls 12% des chefs d’entreprise ont l’intention d’avoir davantage recours à des personnes en alternance. 31% pensent moins y recourir, et 53% « ni plus ni moins ». Plus de la moitié d’entre eux en ont pourtant une bonne image (54%). Chez les salariés, l’alternance a encore meilleure presse, avec 77% d’opinions positives. Pour augmenter le recours à l’alternance, chefs d’entreprises comme salariés citent en premier lieu la mise en place de mesures plus incitatives financièrement, comme des exonérations de charges (60% des patrons et 53% des salariés). En 2013, le nombre de jeunes entrés en apprentissage dans la filière dans le secteur marchand a reculé de près de 8%, à 273.094.

 

« Hollande ne peut pas durer trois ans » (Bayrou)

« Hollande ne peut pas durer trois ans » (Bayrou)

« Durant la campagne, je faisais deux fois par semaine le point pour savoir si on était dans les clous » des comptes de campagne, a expliqué François Bayrou, revenant sur les affirmations de Jérôme Lavrilleux, l’ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, selon lesquelles des meetings ont été indûment facturés à l’UMP et non aux comptes de campagne.  « Monsieur Lavrilleux qui était très bouleversé, sur BFMTV, a expliqué que l’on ne peut pas faire campagne avec 22 millions. C’est faux. Je peux vous le garantir… Moi, j’en ai fait plusieurs, avec 6 millions, et qui ont failli l’emporter… »  « Il va y avoir un coup de foudre » d’ici la fin du mandat de François Hollande, a prédit François Bayrou. « Je ne devrais pas le dire, mais je vais le dire quand même: on ne peut pas durer trois ans dans la situation où on se trouve », a-t-il lâché. « Le système politique français ne peut supporter d’avoir au pouvoir des hommes politiques qui n’ont plus la confiance du peuple », a encore martelé le président du MoDem. Puis, François Bayrou a poursuivi sa charge contre le président de la République: « L’allocution télévisée de François Hollande était calamiteuse », au soir des élections européennes. « Parler pour ne rien dire, avec des mots épuisés et une manière de ne pas savoir s’adresser à ses concitoyens avec les mots qui sont les mots de la vie, des mots pour montrer pas seulement qu’on les entend, mais qu’on les conduit », a jugé le maire centriste de Pau, qui avait voté pour François Hollande au second tour de la présidentielle de 2012

Inégalités : appauvrissement des classes moyennes depuis 30 ans

Inégalités : appauvrissement des classes moyennes depuis 30 ans

 

Dans certains pays riches comme les Etats-Unis, la France, le Canada ou l’Autriche, la montée des inégalités depuis trente ans pèse sur les classes moyennes qui récoltent de moins en moins les fruits de la croissance, souligne un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publié lundi. Intitulé «Rendre la croissance plus inclusive», l’OCDE rappelle que depuis le début des années 1980, les bénéfices de la croissance ont été captés de façon disproportionnée par les plus hauts revenus. «Dans les pays de l’OCDE en 2010, le revenu moyen des 10 % les plus riches de la population était 9,5 fois supérieur à celui des 10 % les plus pauvres, alors qu’il n’était que 7 fois supérieur il y a 25 ans», signalent les auteurs, confirmant les inquiétudes du Forum économique mondial qui tirait déjà la sonnette d’alarme en début d’année. A en croire les conclusions de l’OCDE, cette tendance s’accentue aux États-Unis, en Autriche, en Australie, au Canada et en France. Située entre les 20% les plus riches et les 20% les plus pauvres, la classe moyenne capte moins les bénéfices de la croissance et voit la part de ses revenus «baisser au fil des années». En France, ce phénomène s’explique par «un système de redistribution moins progressif avec un poids plus élevé de la fiscalité sur les classes moyennes», détaille Lamia Kamal-Chaoui, un des auteurs du rapport. Autre explication: la polarisation du marché du travail. «Il s’agit du déplacement des emplois moyennement qualifiés vers des occupations à la fois plus qualifiées (par exemple en R&D, design, management) et plus faiblement qualifiées (par exemple dans la vente au détail), détaille Alain de Serres, également économiste à l’OCDE. Ce déplacement peut être le résultat du développement technologique qui profite davantage à la création d’emplois hautement qualifiés, combinée à la délocalisation de certaines activités manufacturières». Il est clair que leur pouvoir d’achat a augmenté moins vite que celui des bas et hauts revenus sur les trente dernières années.

Corse : 5 ans de résidence avant d’acheter !!

Corse : 5 ans de résidence avant d’acheter !!  

L’Assemblée de Corse s’est encore manifesté par son originalité et son irresponsabilité en imposant d’être résidanat pendant 5 ans avant ‘acheter une bien immobilier. Certes les prix flambent en Corse et depuis longtemps. Pour autant on ne pourra éviter les prête-noms ; par ailleurs et surtout cette loi votée par l’assemblée corse n’a aucune chance d’être reconnue ni par le parlement, ni par le conseil d4tat, ni par le conseil constitutionnel. C’est purement une décision populiste. Il faudra avoir vécu au moins 5 ans pour acheter une maison ou un appartement sur l’île de beauté.   Le but des soutiens du « statut de résidence permanent » est de lutter contre la flambée des prix dans l’immobilier, et favoriser l’accès au logement chez les jeunes. Il est temps que les prix reviennent à la normale Jean-Philippe Antolini, nationaliste « Il suffit de regarder le nombre d’assassinats en Corse liés au BTP pour se rendre compte qu’il est temps que les prix reviennent à la normale », explique au micro de RTL Jean-Philippe Antolini, militant nationaliste. Pour lui, « ce sont des mesures très urgentes pour que les jeunes Corses puissent avoir accès au logement, ce qui n’est pas le cas actuellement. » Il y a 20 ans, un jeune couple n’avait aucune difficulté à se loger à Bastia ou Calvi, par exemple. Mais maintenant, c’est un parcours du combattant. Pour acheter un appartement à Ajaccio, ville de 50.000 habitants, il faut compter 3.500 voire 4.000 euros le mètre carré. Cela est comparable avec une grande métropole comme Strasbourg ou Grenoble. Mais la décision adoptée vendredi n’a que très peu de chances d’être un jour effective. Car pour cela, il faudrait modifier en profondeur la constitution, avec une réunion du Congrès. Un non-sens politiqueCamille de Rocca Serra, UMP Pour le député UMP de Corse du Sud Camille de Rocca Serra, « c’est un non-sens politique ». Il affirme que ce statut est « contraire à tous les fondamentaux de la République et à la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen. »

Valls: 50 milliards d’économies sur trois ans, il manque 50 milliards !

Valls:  50 milliards d’économies sur trois ans, il manque 50 milliards !  

 

 

 

Valls a fait sans doute une erreur d’addition car les 50 milliards d’économies promises d’ici 2017 ne suffiront pas. Il a sans doute oublié les 50 milliards, nécessaires pour atteindre les équilibres budgétaires promis à Bruxelles et le financement de nombre de nouvelles mesures. Une erreur d’autant plus grave que les 50 milliards déjà annoncés par Hollande ne sont pas du tout détaillés. 19 milliards pour l’Etat, 10 milliards pour la sécu et 10 milliards pour les collectivités. Pour l’Etat c’est peut-être  possible (et nécessaire) avec beaucoup de volontarisme. Pour la sécu, c’est plus problématique.car il y avait déjà 12.5 milliards de déficit en 2013 ; idem pour les collectivités plombés par leur dette.  Le Premier ministre Manuel Valls a pourtant affirmé mardi qu’il fallait poursuivre le redressement des comptes publics « tout au long du quinquennat » et confirmé l’objectif de réduire de 50 milliards d’euros la dépense publique de 2015 à 2017. Enfin le coût de la dette publique va dépasser à 50 milliards et cela est incontournable car sans emprunt pas de budget. « Je suis dans le respect de nos engagements, pour le sérieux budgétaire, pas pour l’austérité », a-t-il déclaré dans sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale.  Expliquant néanmoins ne pas vouloir « casser la croissance », il a proposé un « changement de rythme pour éviter tout recours à l’impôt et financer le redressement de notre économie ».  Pour cela, a-t-il confirmé, 50 milliards d’euros seront économisés sur la dépense publique, un « effort (qui) sera partagé par tous ».   »L’Etat et ses agences en prendront la plus grande part, 19 milliards d’euros; 10 milliards proviendront de l’assurance maladie et 10 milliards supplémentaires des collectivités locales », a-t-il détaillé. Et « le reste viendra d’une plus grande justice, d’une mise en cohérence et d’une meilleure lisibilité de notre système de prestations », a-t-il déclaré, sans davantage de détails.

//

1...7891011



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol