Archive pour le Tag '… années'

Page 2 sur 2

Des milliers d’années pour rétablir les écosystèmes marins

Des milliers d’années pour rétablir les écosystèmes marins

D’après article des Echos, les écosystèmes océaniques altérés par le rapide changement climatique pourraient avoir besoin de plusieurs milliers d’années pour se remettre du réchauffement, selon une étude effectuée sur des fossiles de coquillages dans les fonds marins menée par des scientifiques américains. Ces travaux, dirigés par l’écologiste marine Sarah Moffitt, de l’Université de Californie à Davis, montrent que le réchauffement climatique et la désoxygénation des eaux de l’océan qu’il provoque peut très rapidement modifier l’écologie de ce milieu. La récupération peut alors prendre des milliers d’années, pas seulement des siècles comme on le pensait jusqu’alors, concluent ces chercheurs. Leur étude paraît dans les Comptes rendus de l’académie américaine des sciences ( PNAS ). Ces scientifiques ont analysé plus de 5.400 fossiles d’invertébrés, allant des oursins aux palourdes, dans une carotte de sédiments prélevée au large de Santa Barbara, en Californie. Cette carotte de dix mètres de longueur couvre une période remontant de 3.400 à 16.100 ans, ouvrant des fenêtres sur ce qui s’est passé dans les écosystèmes marins avant, pendant et après la dernière grande période de glaciation allant d’il y a 110.000 à 10.000 ans. La déglaciation a été une période de réchauffement rapide du climat et de fonte des glaces polaires avec la formation de zones étendues dans l’océan dans lesquelles les niveaux d’oxygène de l’eau étaient plus faibles. Les études précédentes des carottes sédimentaires des fonds marins se concentraient essentiellement sur des organismes unicellulaires appelés foraminifères et peu sur les formes de vie multicellulaires comme les invertébrés, précisent les auteurs. L’analyse des différentes couches de cette carotte de sédiments marin montre qu’avant le réchauffement des écosystèmes abondants et divers vivaient dans les fonds marins, dont les eaux étaient bien oxygénées. Ensuite, ces chercheurs ont observé une période de réchauffement et de perte d’oxygène dans les océans, suivie par une réduction rapide de la diversité. Les fossiles ont quasiment disparu dans cette partie de la carotte sédimentaire qui correspond à un appauvrissement des eaux de l’océan en oxygène. Les scientifiques ont calculé que les niveaux d’oxygène dans les océans ont diminué dans des proportions limitées, de 0,5 à 1,5 millilitre par litre d’eau en moins d’un siècle. Cela montre que même de petits changements peuvent avoir des effets drastiques sur les écosystèmes des fonds marins. Ces résultats suggèrent que le changement climatique de la planète pourrait provoquer des effets similaires sur les écosystèmes, qui auront besoin de millénaires pour récupérer. « Ce phénomène observé dans le passé nous montre combien les écosystèmes sont sensibles aux changements du climat terrestre avec des conséquences pour des millénaires », souligne Sarah Moffitt. « C’est une réalité à laquelle nous devons nous confronter en tant que scientifiques mais aussi comme citoyens qui se préoccupent de l’environnement », ajoute-t-elle. Une recherche publiée en 2014 dans Global Change Biology montrait que le réchauffement climatique contribue bien à la formation de zones mortes dans les océans, les lacs et rivières. Les auteurs en ont dénombré 476 autour desquelles, selon leurs modèles informatiques, la température devrait augmenter d’un peu plus de deux degrés au cours des prochaines décennies.

 

 

Loi Macron : « Ramassis de vieilles idées des années 80» (Duflot)

Loi Macron : « Ramassis de vieilles idées des années 80» (Duflot)

 

 

Pour Cécile Duflot la loi Macron est un fourre-tout, un ramassis de villes idées des années 80. Elle n’a pas tort car c’est effectivement un inventaire à la Prévert sorti des vides greniers des ministères et de Bercy. Sur le fond, c’est clairement inspiré du social libéralisme. Même si passer de 7 à 12  jours de travail le dimanche dans certains cas ne peut par exemple constituer une révolution économique. La loi Macron n’est évidemment pas à la hauteur de l’enjeu et comme d’habitude chez Hollande pleine de contradictions. . Cécile Duflot estime qu’il faut refuser ce « tour de passe-passe idéologique ». « Non, la loi Macron n’est pas moderne. Elle est même d’un certain point de vue un grand bond en arrière, une occasion manquée de changer de modèle ».  « Beaucoup de critiques, souvent justes, ont ainsi pointé les risques sociaux du texte. Mais chose peu dite, ce projet de loi peut également marquer un net recul écologique du quinquennat » et « vient fragiliser le modèle environnemental français, déjà en retard », affirme-t-elle. L’ancienne ministre du Logement accuse le gouvernement de « passage en force » en proposant dans le texte « d’alléger par ordonnances toutes les mesures du code de l’environnement qui viendraient soi-disant gêner l’activité et la croissance ». « En prônant le transport par car », ajoute-t-elle, le projet de loi Macron « va renforcer le transport routier, premier facteur d’émissions de gaz à effet de serre » et « organise la concurrence entre le rail et la route ».  Outre la « cécité écologique », Cécile Duflot pointe aussi « un renoncement social » avec l’extension du travail du dimanche, « véritable régression et menace pour la cohésion sociale ». « En facilitant le licenciement et en affaiblissant le code du travail, cette loi prend le risque à court terme d’accroître le chômage » et « en matière de logement, elle encourage les pratiques spéculatives de ‘la vente à la découpe’ qui menace les locataires aux faibles revenus », accuse-t-elle encore. « Au final, le texte baptisé loi pour l’activité et la croissance, porté par Emmanuel Macron, est en fait un catalogue fourre-tout de vieilles idées des années 1980 enfouies dans les cartons de Bercy. Leur prétendue modernité est un recul », juge Duflot. « C’est pourquoi mettre en échec cette loi est un devoir pour tous ceux qui ont encore de l’espoir et veulent inventer le siècle qui vient. Parce que parfois le sursaut se fonde d’abord sur un refus », insiste-t-elle.

 

En promettant encore des années de sacrifice Valls fusille Hollande

En promettant encore des années de sacrifice Valls fusille Hollande

 

 

Il ne faut pas s’y tromper derrière le loyalisme apparent de Valls vis-à-vis de Hollande, il y a déjà la posture du futur candidat pour 2022. En fait Valls avec sa déclaration promettant encore des années de sacrifice fusille Hollande. Cela signifie que les efforts actuels n’ont pas porté leurs fruits, qu’il faudra en faire d’autres et qu’il n’y a rien à attendre d’ici 2017. Comme la plupart des chroniqueurs des grands médias sont en vacances, on s’est contenté ici ou là de reprendre sans commentaire des propos de Valls pourtant bien ambigus. Les efforts devront même aller au-delà des2 ou3 années qui viennent déclare-t-il. En fait Valls a délibérément pris la posture d’un Clémenceau d’opérette (en réalité il n’a fait qu’appliquer la politique de Hollande), il veut laisser dans l’opinion une image d’autorité, de lucidité et de courage. Et pour cela n’hésite pas en creux à fusiller Hollande. Valls sait que Ni Hollande, ni la gauche ne pourra obtenir la victoire ne 2017. Il sait aussi que le successeur de Hollande deviendra également assez vite impopulaire compte tenu des réformes à engager. Tout cela n’est pas faux mais c’est l’opportunité d’une telle déclaration qui peut nourrir de sérieuses suspicions quant à sa fidélité à Hollande. Il parait de plus en plus en plus vraisemblable qu’après la débâcle électorale aux départementales et aux régionales, il faudra changer de Premier Ministre. Et Valls  en tire des conséquences en matière de gestion de son image. Manuel Valls prévient que la France devra faire des efforts pendant des années pour être plus forte.  Valls : « Je ne veux pas dire aux Français que d’ici deux à trois ans nous en aurons fini avec les sacrifices », déclare le Premier ministre né à Barcelone au journal conservateur qui le présente comme « l’Espagnol qui veut changer la France ».   »Nous devons faire des efforts pendant des années pour que la France soit plus forte, pour que ses entreprises soient plus compétitives et pour que son secteur public soit plus efficace, avec moins de coûts et moins d’impôts », explique-t-il dans une interview longue de trois pages. Manuel Valls dit espérer un retour de la croissance dans les prochains mois, et « qu’avec plus de croissance, il y aura bien sûr plus de travail et qu’on pourra augmenter les salaires ». « Mais l’effort pour parvenir à un État plus efficace, plus stratégique mais avec moins de coûts, devra continuer. Si d’ici deux ou trois ans nous avons plus de croissance et nous cessons nos efforts pour réduire la dépense publique, nous perdrons ce que nous aurons acquis ». Une évidence économique mais politiquement  s qui paraît bien suspecte !

Des sacrifices pendant plusieurs années années !! (Valls)

Des sacrifices pendant plusieurs années  années !! (Valls)

 

On peut se demander si Valls ne poursuit pas une stratégie très personnelle avec cette déclaration relative aux efforts que les Français devront encore faire pendant plusieurs années. C’est aussi l’aveu qu’il n’y aura pas de résultats avant la fin du quinquennat de Hollande.  A moins comme c’est possible qu’il se prépare à quitter le gouvernement après les débâcles électorales tant aux départementales qu’au régionales. Il voudrait alors laisser l’image de l ‘comme clairvoyant, courageux et qui parle vrai. Cela en attendant les élections de 2022 car il ne se fait aucune illusion sur les chances de Hollande et de la gauche pour 2017. Un discours en tout cas pour le moins curieux d’autant qu’il a été prononcé à l’étranger. Pas vraiment de quoi faciliter la tâche d’un Hollande qui veut lui, au contraire insuffler nu peu d’optimisme dans le pays en particulier à l’occasion de son allocution .de fin d’année.  Sans une interview au  journal espagnol El Mundo, admet que plusieurs années d’efforts seront nécessaires pour redresser l’économie française. « Je ne veux pas dire aux Français que dans deux à trois ans les sacrifices seront terminés« , dit le Premier ministre, qui confirme son ambition de rendre les entreprises françaises plus compétitives et l’administration moins dépensière et plus efficace. Interrogé sur la fronde qui agite l’aile gauche du Parti socialiste au pouvoir, Manuel Valls assure n’être intéressé que par l’efficacité de sa politique, jugée trop libérale par les frondeurs. « Je ne me lève pas chaque matin en me demandant si je suis de gauche ou si je suis socialiste. Ce que je me demande chaque matin c’est si ma politique est efficace« , dit-il. Une manière pour lui de se replacer au centre (toujours dans la perspective de 2017). Pour rééquilibrer son discours et sans doute ne pas Valls fait toutefois part de ses espérances (sans doute pour ne pas trop contrarier Hollande)  avec un retour de la croissance en France dans quelques mois, alors que le gouvernement français est sévèrement critiqué après l’annonce d’un nouveau nombre record de chômeurs à la veille de Noël.  »Ce que j’attends et ce que je peux dire aux Français, c’est que dans les prochains mois, la croissance sera de nouveau là« , dit le Premier ministre dans cette interview publiée lundi. Le gouvernement français espère que la croissance économique atteindra 1,0% en 2015, ce qui est jugé insuffisant par les économistes pour faire baisser le chômage.

Chômage : la France « à deux doigts » (Sapin) … années ou décennies ? ‘

Chômage : la France « à deux doigts, » (Sapin) … années ou décennies ? ‘

 

Il est sympa Sapin ,en tout cas pas aussi antipathique que d’autres , mais aussi nul quand il affirme qu’on est à « deux doigts » d’inverser la courbe du chômage ; d’abord une expression d’analyse statistique qui n’a aucun sens politique, l’objectif n’étant pas d’inverser la courbe mais de résoudre le chômage (exception faite du chômage résiduel qu’on chiffre au plus à 500 000). Ensuite, il ment et Hollande a pris soin de ne même plus retenir cet objectif pour 2014. Enfin sur le plan temporel, quelle valeur doit donner à l’expression «  deux doigts » ? Quelques  jours ou mois comme il dit ou quelques années ou décennies. Hollande et Sapin étaient peut être à deux doigts de traiter le chômage et ils seront à deux gros doigt de gagner les prochaines élections.  Donc Si l’inversion de la courbe du chômage ne s’est pas produite en 2013, elle ne saurait tarder selon le ministre du Travail. Tout en refusant de fixer un objectif pour 2014, Michel Sapin a promis sur France Inter ce mardi 28 janvier que la courbe s’inverserait bientôt. « Nous n’avons pas atteint l’objectif. La courbe globale du chômage ne s’est pas inversée. Nous sommes à deux doigts de le faire », a-t-il assuré. Récusant le terme de « pari raté » utilisé par le journaliste qui l’interrogeait, il a estimé que l’inversion de la courbe du chômage était plutôt un « objectif mobilisateur ».  « Est-ce que c’est le moment de baisser les bras? Non. C’est le moment au contraire de renforcer nos politiques, d’accélérer tous les moteurs. C’est aussi la question de la création d’emplois dans les entreprises » qui est « évidemment ce qui a manqué en 2013″, a ajouté Michel Sapin.  « Cet objectif est atteignable. Nous sommes à deux doigts (…) à quelques jours peut-être, à quelques mois, à deux doigts » d’inverser la courbe, a insisté le ministre. Interrogé sur la réaction du président de l’UMP, Jean-François Copé, qui a réclamé la démission de Michel Sapin dès lors que l’inversion de la courbe ne s’était pas produite, le ministre du Travail a répondu: « ça, c’est le degré zéro de la politique qui est tout à fait à l’image de Jean-François Copé ».

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol