Archive pour le Tag 'ampleur'

Quatrième vague de Covid-19: Quelle ampleur ?

 

Quatrième vague de Covid-19: Quelle ampleur ?

     

Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille, et Jérémie Guedj, chercheur à l’Inserm, passent au crible le variant delta, responsable de la quatrième vague de Covid-19 S’inquiètent de la vitesse de propagation de la quatrième vague Covid ( dans l’Opinion )

 

On compte en moyenne 19 000 cas positifs au Covid-19 chaque jour, en hausse d’environ 90 % sur une semaine. Les admissions en soins critiques augmentent de 73 % par rapport à la semaine dernière.Les experts considèrent à juste titre que la vaccination et les mesures barrières situent les meilleurs moyens de lutter contre le virus.. Reste que cette réflexion demeure pour l’instant pertinente pour les pays développés. En effet, il faudra au moins plusieurs années pour vacciner l’ensemble de la population mondiale. Actuellement seulement 20% de  de la population sont vaccinés dans les pays pauvres. Un temps largement suffisant pour développer de nouveaux variants encore plus contaminants qui viendront y compris y compris dans les pays développés.

 

« Si on continue à se vacciner au rythme où on se vaccine, les simulations et les modélisations de l’institut Pasteur à Paris montrent que finalement, la crainte que l’on avait d’atteindre d’ici trois semaines 4 000 hospitalisations quotidiennes pourrait tomber aux alentours de 2 500 et que si en plus un certain nombre de mesures barrières comme le pass sanitaire sont bien respectées, on pourrait espérer 2 000 », explique à l’Opinion Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille.

Particulièrement forte, la quatrième vague s’explique par la présence du variant delta qui représente désormais 90% des cas, selon le site CovidTracker.

« Il se répand très vite mais il ne semble pas être plus virulent, c’est-à-dire entraîner des formes beaucoup plus graves que ce que l’on connaît jusqu’à présent, analyse Philippe Amouyel. Il entraîne des formes graves, la vaccination protège notamment contre ces formes graves, mais pour l’instant, pas apparemment de différence avec le variant alpha (britannique) si ce n’est cette contamination beaucoup plus grande qui amène bien sûr plus de gens en hospitalisation à un certain moment. »

Selon une étude chinoise publiée sur le site de la revue Nature, les personnes infectées par le variant delta auraient une charge virale jusqu’à 1 260 fois supérieure à celle des personnes infectées par la souche d’origine.

Une donnée reprise par le ministre de la Santé Olivier Véran au Sénat le 22 juillet : « La charge virale, c’est-à-dire la capacité, une fois que vous êtes infecté, à projeter vous même du virus serait 1 000 fois supérieure avec le variant delta qu’avec les variants précédents. »

« Les vaccins ARN (Pfizer, Moderna) en particulier, ont une très bonne efficacité, rappelle Jérémie Guedj de l’Inserm. En premier lieu contre les formes graves, c’est-à-dire l’hospitalisation. Mais ils ont même une efficacité contre les formes juste symptomatiques et ils gardent une efficacité extrêmement importante contre les infections asymptomatiques. Et là, si on revient à nos histoires de charge virale, une des raisons pour lesquelles ils marchent si bien, c’est que même un individu qui est infecté quand il est vacciné, sa charge virale, sa quantité de virus, va être nettement plus faible qu’un individu qui aurait été infecté mais qui ne serait pas vacciné.Et on estime que des individus vaccinés mais infectés vont avoir un risque de transmission qui va diminuer de 50% par rapport à un individu qui serait infecté mais non vacciné. Et donc ça  à avoir une infection moins symptomatique, une infection qui va être plus rapidement éliminée par l’organisme et qui va éviter d’aller vers tout cet emballement du système immunitaire qui peut aboutir, dans ces formes graves, à l’hospitalisation. »

Géants du numérique : les Etas-Unis veulent un accord mondial, mais de quelle ampleur

Géants du numérique : les Etas-Unis veulent un accord mondial,

mais de quelle ampleur ?

 

Les Etats unis soutiennent l’idée d’un  accord mondial actuellement en discussion sur les géants du numérique à l’OCDE. Le problème est de savoir quelle en sera l’ampleur car les soit surtout visées sont essentiellement américaines (plus certaines chinoises).

 

La taxation pourrait être assez symbolique pour ne pas remettre en cause l’hégémonie américaine dans ce domaine.

Dans un communiqué, le département américain du Trésor a indiqué que Janet Yellen avait souligné le soutien des Etats-Unis pour une reprise économique solide et présenté les projets de l’administration de Joe Biden pour appuyer l’emploi et les investissements aux Etats-Unis.

En janvier, le ministère français de l’Economie avait fait état d’une précédente discussion entre Bruno Le Maire et Janet Yellen lors de laquelle les deux représentants étaient convenus de la nécessité de trouver des solutions multilatérales en matière de taxation des entreprises multinationales.

Syrie-Irak : Hollande pour une action d’ampleur mais laquelle ?

Syrie-Irak : Hollande pour  une action d’ampleur  mais laquelle ?

Hollande prend déjà conscience des limites du futur plan européen concernant l’accueil des réfugiés et réclame une action d’ampleur pour limiter cet exode. De ce point de vue la décision de la France d’effectuer des opérations de reconnaissance aérienne en Syrie voir quelques frappes paraît assez désuète et inadapté aux enjeux si l’on en juge déjà par le résultat des  opérations aériennes effectuées en Irak qui n’ont pas empêché l’État islamique d’étendre son territoire. Or la stratégie internationale consiste pour l’instant à se limiter à des frappes aériennes chaque grand pays considérant qu’il serait dangereux et inopportun d’envoyer des troupes au sol. En outre ces frappes sont laissés à l’initiative de chaque État puisque l’alliance internationale est à la fois limitée et relativement virtuelle. C’est pourtant une véritable armée qu’il faut constituer car il faudra environ 150 000 hommes formés équipés et motivés pour abattre l’État islamique. C’est une nécessité  pour mettre fin à la barbarie de l’État islamique. Mais pour l’instant par peur des réactions de leur population les responsables des grands pays développés font preuve d’une certaine prudence voire d’une certaine hypocrisie vis-à-vis des moyens nécessaires à engager car il s’agira d’une guerre d’ampleur. Or pour l’instant l’Europe se limite aux aspects humanitaires. Pourtant  l’exode des populations fuyant la Syrie et l’Irak ne cessera qu’avec une « action d’ampleur » et un soutien aux pays voisins qui les accueillent, a reconnu  mardi François Hollande. Le président a ouvert à Paris une conférence internationale sur les victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient, co-organisée par la France et la Jordanie. « L’urgence, elle est humanitaire », a déclaré François Hollande, évoquant la situation dans les camps de réfugiés en Turquie, au Liban, en Irak et en Jordanie.   »Si nous n’aidons pas plus les pays qui accueillent, si nous ne soutenons pas davantage les familles qui sont dans ces camps de réfugiés ou dispersées dans les pays voisins, alors non seulement il y aura des drames (…) mais il y aura cet exode, cet exode qui ne cessera pas s’il n’y a pas une action d’ampleur », a-t-il ajouté.  Un « plan d’action » a été adopté à l’issue de cette conférence.  Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a annoncé à la fin de la conférence un nouvel effort financier de la France pour soutenir le Liban, la Jordanie, la Turquie et l’Irak qui supportent le poids des réfugiés.  Paris leur a déjà consacré près de 100 millions d’euros et 25 millions supplémentaires financeront (à hauteur de 10 millions) un fonds d’urgence qui se concentrera sur des projets, comme des logements à Erbil, dans le Kurdistan irakien, et les camps dans les pays voisins de la Syrie pour 15 millions. « Nous ne laisserons pas la diversité millénaire du Moyen-Orient disparaître sans réagir, » a déclaré Laurent Fabius a l’issue d’un point de presse avec son homologue jordanien.

 

Consommation des ménages : après la baisse de juillet, hausse de même ampleur en août

Consommation des ménages : après la baisse de juillet, hausse de même ampleur en août

 

Finalement en août la consommation des ménages retrouve son niveau de juillet. Sans doute un effet du mauvais temps  de juillet qui avait pesé sur les dépenses de  vacances  (dépense alimentaires et carburant)..  Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, la consommation des ménages a été portée par un rebond des dépenses alimentaires, qui avaient baissé en juillet.  Les dépenses de consommation des ménages en biens ont progressé de 0,7% en août en France, effaçant une baisse de même ampleur en juillet, a annoncé mardi l’Insee. L’institut a dans le même temps révisé à +0,8% le chiffre de juin contre +0,9% annoncé précédemment. « Le repli de la dépense en produits alimentaires contribue principalement à la baisse d’ensemble en juillet. La hausse du mois d’août est imputable à un rebond des dépenses alimentaires, en énergie et en biens fabriqués divers », a indiqué l’Institut national de la statistique et des études économiques dans un communiqué.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol