Archive pour le Tag 'améliorer'

Travailler plus pour améliorer la productivité et la croissance (Jean-Hervé Lorenzi)

Travailler plus pour améliorer la productivité et la croissance (Jean-Hervé Lorenzi)

Ce mercredi sort le dernier ouvrage de Jean-Hervé Lorenzi, fondateur du cercle des économistes, La grande rupture, coécrit avec Alain Villemeur. Le sous-titre, comme une réponse aux derniers livres de Philippe Aghion et de Patrick Artus, appelle à « réconcilier Keynes et Schumpeter ». Interview dans l’Opinion.

 

La crise n’a-t-elle pas signé une victoire par KO de Keynes sur Schumpeter ?

Je ne le pense pas. Les économistes qui inspirent les politiques publiques ont parfois tendance à ne voir qu’une moitié du problème en opposant l’offre et la demande. C’est une erreur. Se concentrer uniquement sur le soutien à demande quand 80 % des biens sont importés n’a pas de sens, tout comme penser que l’offre peut déterminer la trajectoire économique mondiale, européenne et française de manière déterminante est une vue de l’esprit. L’innovation ne peut régler seule tous les problèmes du monde. Soutien à l’offre, soutien à la demande, les deux sont nécessaires aujourd’hui.

N’a-t-on pas trop dépensé pendant la crise, notamment du côté des dépenses courantes (hors Covid) qui vont augmenter deux fois plus cette année (+41 milliards) que l’année dernière (+19 milliards) ?

La gestion opérationnelle de la crise a été un succès. Les prêts garantis par l’Etat, l’activité partielle et le fonds de solidarité ont été très vite mis en place. Les 7 milliards de garanties publiques du fonds de sortie de crise annoncé il y a peu sont une bonne idée. La sortie du quoi qu’il en coûte à compter du 1er septembre, c’est le bon timing. Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a bien fait les choses.

Dans quel état l’économie française va-t-elle ressortir de cette crise ?

Après une reprise très forte dans les prochains mois, nous allons nous heurter à une trajectoire économique contrainte et en réalité très largement prédéterminée par ce qui existait avant la crise. Trois raisons à cela : la démographie qui va peser sur les finances publiques et la capacité à innover. La répartition des revenus du patrimoine et les questions de bipolarisation du marché du travail. Une trop grande partie de la population dispose d’une capacité trop faible de consommer. Et de faibles perspectives de gains de productivité comme l’avait déjà soulevé Robert Solow il y a vingt ans du fait du vieillissement de la population et du développement des services, peu propices aux gains de productivité. Ces trois éléments s’articulent complètement les uns avec les autres et vont peser de manière très forte sur la croissance à moyen terme. Ni Keynes ni Schumpeter à eux seuls ne pourront résoudre ces interrogations.

«L’épargne massive disponible est chez nous détenue par les plus âgés qui ne prendront pas de risque. Il faudra donc mettre en place une forme de garantie collective sur les investissements risqués»

Vous craignez une stagnation séculaire ?

Séculaire, je n’en sais rien, par contre ces trois phénomènes menacent de ralentir l’économie mondiale dans les cinq à dix années à venir. Or, ce ralentissement ne sera pas tenable socialement. J’ajoute pour compléter ce cadre que je ne crois pas à une hausse rapide des taux d’intérêt parce que l’épargne demeure largement supérieure à l’investissement et qu’il existe encore d’importants réservoirs de main-d’œuvre peu onéreuse. Les seuls éléments qui pousseront à un peu d’inflation seront l’augmentation des coûts de production complémentaires liés à l’environnement et à quelques relocalisations. Mais aucune banque centrale ne prendra le risque de mettre en péril la solvabilité d’un pays.

S’il y a une contrainte qui a explosé, c’est bien la contrainte financière avec les milliers de milliards d’euros déversés par la Banque centrale européenne et la suspension du pacte de stabilité. C’est bien la preuve que la crise va tout de même bousculer certains équilibres…

La crise va modifier des équilibres sur deux points. Poussé par les évènements, le premier sera le réajustement des disparités de patrimoine et de revenus. Non pas par la fiscalité mais par des transferts de revenus entre générations. Si fiscalité il devait y avoir, elle sera sur les patrimoines, pas sur les revenus. Le deuxième aspect, c’est le fait que l’épargne massive qui est disponible qui chez nous est détenue par les plus âgés qui ne prendront pas de risque. Et donc, il faudra mettre en place une forme de garantie collective sur les investissements risqués, comme ce qui a été récemment fait avec le fonds de sortie de crise de 20 milliards d’euros des assureurs et professionnels du capital-investissement, dont les 7 premiers milliards sont garantis par l’Etat. Dans un monde de contrats, de risques et socialement déséquilibré, je pense que le mot « garantie » est promis à bel avenir.

Comment faire circuler davantage le capital entre générations ?

Ce n’est pas très compliqué. Il faut mettre en place une mesure massive d’incitation à la transmission par les donations. Quarante-cinq années d’expérience professionnelle en cabinets ministériels comme en tant qu’économiste, m’ont appris que rien n’est pire que les mesures homéopathiques. Cela ne sert à rien, hormis arroser le sable. Les mesures qui seront prises à l’avenir, pour être efficaces, devront être massives.

Les critiques diront qu’on ne fera que reproduire les inégalités d’une génération à l’autre…

Le pendant de cette mesure doit être une mesure temporaire permettant de redistribuer, comme une taxation des plus-values à court terme par exemple. On n’y échappera pas au vu de l’explosion des marchés financiers et des marchés immobiliers.

«L’ISF a inscrit dans le temps une forme de condamnation du patrimoine. C’est la vision de Thomas Piketty, pas la mienne. On doit par contre revoir la répartition entre les profits et les salaires en opérant un transfert d’une cinquantaine de milliards d’euros des premiers vers les seconds»

Vous appelez à rétablir l’ISF ?

L’ISF a inscrit dans le temps une forme de condamnation du patrimoine. C’est la vision de Thomas Piketty, pas la mienne. On doit par contre revoir la répartition entre les profits et les salaires en opérant un transfert d’une cinquantaine de milliards d’euros des premiers vers les seconds. Il suffit pour cela de passer la part des profits de 32 % à 29 %. Ce n’est pas la fin du monde ! On ne peut pas continuer à payer nos chercheurs aussi peu et s’étonner que les meilleurs partent tous aux Etats-Unis.

Ça veut aussi dire faire des économies ailleurs…

Absolument. Comment se fait-il qu’à budget équivalent, dans le primaire et le secondaire, l’Allemagne arrive à payer ses enseignants 40 % de plus que nous ? Il y a peut-être quelques réformes à mener. Claude Allègre avait raison : il faut secouer le mammouth.

La campagne présidentielle démarre. Pour nourrir le débat, vous proposez « un nouveau monde fondé sur six répartitions ». De quoi s’agit-il ?

Pour affronter les grands défis à venir avec une société apaisée, il va falloir réajuster les curseurs de six grandes répartitions : entre salaires et profits comme je viens de l’indiquer, mais aussi la répartition intergénérationnelle des salaires entre jeunes et vieux, la répartition à l’intérieur des investissements entre créations et destruction d’emploi, la répartition au sein de l’épargne entre actifs risqués et actifs sûrs. Il va aussi falloir rééquilibrer les dépenses entre protection sociale et formation, c’est-à-dire diminuer les dépenses de retraites de deux points de PIB pour les réallouer à l’éducation, et enfin répartir les emplois selon les qualifications.

Beaucoup tourne autour du travail finalement…

Aujourd’hui, nous travaillons chaque année 10 % de moins que nos voisins. Il va falloir travailler un peu plus ! Profitons de l’opportunité de la crise pour en parler en mettant tout sur la table : temps de travail annuel et tout au long de la vie, mais aussi pénibilité, télétravail, rémunérations… Les six répartitions couvrent à peu près tous les champs, c’est une l’occasion de tout mettre à plat et de réfléchir à ce que veut vraiment la société française. Ne nous contentons pas seulement de revenir au niveau de croissance de la fin 2019.

Y aura-t-il un deuxième plan de relance ?

Je pense qu’il aura lieu en février. Le quantum de 40 milliards avancé par Jean Pisani-Ferry et Olivier Blanchard est raisonnable. Ce deuxième plan doit être axé sur la formation et la qualification. Il faut moderniser l’éducation nationale, monter en compétences. Avec une contrepartie qui soit aussi un niveau minimum de revenu, pourquoi pas la mise en place d’un revenu universel. L’extrême pauvreté qui frappe certains n’est pas acceptable dans un pays riche comme le nôtre.

Dépenses de santé : Améliorer le rendement des soins

Dépenses de santé : Améliorer le rendement des soins 

TRIBUNE

Samantha Jérusalmy, Partner chez Elaia et Jean-David Zeitoun Docteur en médecine, docteur en épidémiologie clinique et entrepreneur proposent un moindre gaspillage et le recours à l’intelligence artificielle dans une tribune au « Monde ».

Tribune.

 

Les dépenses de santé suivent une loi des rendements décroissants. Les Etats dépensent toujours plus d’argent pour des gains de longévité de plus en plus imperceptibles. La tendance historique est nette. C’est vers 1750 que la santé humaine a commencé à s’améliorer, alors que l’espérance de vie en France se situait entre 25 et 30 ans. Les progrès reposaient sur le traitement public des villes et la désinfection de l’environnement, la nutrition et la vaccination. Ce sont les petits humains qui en ont surtout profité, puisque la mortalité infantile a massivement baissé.

La rentabilité de ces mesures de santé publique était majeure. Elles ont poussé l’espérance de vie pendant deux siècles. Au début des années 1950, la longévité moyenne était passée à environ 65 ans. Les enfants ne mouraient presque plus et les pays industriels se retrouvaient avec des adultes qui pouvaient tomber malades. On a commencé à atténuer les maladies cardiovasculaires, dont la mortalité a baissé de façon inattendue dès les années 1960. La moitié de l’amélioration venait de la prévention et de l’éducation, l’autre moitié du traitement des infarctus. Les coûts avaient augmenté mais restaient abordables et absorbables.

Aujourd’hui, nous dépensons plus d’argent contre les cancers et encore plus contre les maladies rares. Cet argent n’est pas perdu, car, là aussi, nous progressons, mais le rendement des dépenses devient médiocre.

Deux phénomènes expliquent cette baisse de rendement.

Premièrement, l’espérance de vie est élevée et la marge se réduit. Les gains les plus faciles ont déjà été faits. On parle d’entropie de la table de mortalité. L’entropie est une fonction qui explique que plus un système évolue et moins il est capable d’évoluer, car l’énergie se disperse. Gagner un an d’espérance de vie est plus difficile à 83 ans qu’à 80 ans.

Deuxièmement, les technologies médicales coûtent de plus en plus cher à développer. La croissance économique nous avait à peu près permis de supporter ces conditions, et ce, d’autant que d’autres industries fonctionnent à rendement croissant. En schématisant, nous payons moins cher nos ordinateurs, ce qui nous autorise à investir plus pour notre santé.

Améliorer le pouvoir d’achat (Joël Giraud, le rapporteur général du budget)

Améliorer  le pouvoir d’achat (Joël Giraud, le rapporteur général du budget)

Joël Giraud, le rapporteur général du budget à l’Assemblée, Joël Giraud, a jeté un pavé dans la marre  en estimant que le redressement des finances publiques liées à la croissance devait profiter au pouvoir d’achat des Français. Le contraire de ce qu’affirme le gouvernemenet qui veut affecter cette cagnotte au désendettement.  Joël Giraud est sans doute conscient qu’il commence à devenir urgent de rééquilibrer les dimensions financières et sociales de la politique de Macron. De fait il existe bien uen cagnotte avec une croissance qui a atteint 2% quand on attendait 1.4 à 1.5% en 2017 et 2018 sera au moins aussi dynamique. Macron devra sans doute faire un geste car son image de président des riches affecte sérieusement sa popularité qui est en train de plonger. Si sa politique extérieure est plébiscitée par contre  sa politique économique intérieure est en ce moment de plus en plus contestée. En clair, sa politique sociale est perçue comme nettement insuffisante.  Dans une interview au journal Les Echos, le député membre du Parti radical de gauche (PRG) et de la majorité présidentielle estime jeudi qu’il existe bien une cagnotte: “La réponse est oui, même si je préfère parler de ‘bonne fortune’”, dit-il. Le mois dernier, le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a martelé l’absence de toute “cagnotte” budgétaire, à l’heure où le gouvernement est confronté à une offensive sur les conséquences de sa politique sur le pouvoir d’achat des Français. “Je crois que nous pouvons redistribuer une partie de cette ‘bonne fortune’, quoique limitée, car il faut rester crédible sur la scène européenne. Disons que nous pourrions consacrer 80% au désendettement et 20% à des mesures d’urgence”, juge Joël Giraud, évoquant les Ehpad et les territoires fragilisés par la désindustrialisation. “Les Français ne croient plus aux promesses de gain de pouvoir d’achat”, estime-t-il, appelant de ses vœux un bilan de l’impact des mesures votées (fin de la taxe d’habitation, hausse de la CSG, baisse des cotisations salariales) afin d’identifier ceux qui “perdent avec nos réformes, alors que ce n’était pas prévu.” “Ensuite, il sera bien temps de voir si un effort sur les minima sociaux est nécessaire”, ajoute-t-il. Le déficit du budget de l’Etat pour 2017 est ressorti à 67,8 milliards d’euros, un montant plus faible que prévu (69,3 milliards) par la précédente majorité et nettement en deçà des 74,1 milliards attendus par le gouvernement dans le collectif budgétaire de fin d’année, sous l’effet d’une activité dynamique qui a dopé les recettes fiscales en fin d’année. Bruno Le Maire a rappelé le mois dernier la règle établie par le Premier ministre Edouard Philippe : les recettes fiscales supplémentaires générées par la croissance plus forte que prévu seront “principalement consacrées au désendettement”.

EDF: un prolongement des centrales qui va aussi améliorer les comptes

P

EDF un prolongement des centrales qui va aussi améliorer les comptes

Avec la probable décision de prolonger la durée de vie des centrales d’une dizaine d’années, mécaniquement sur le plan comptable on va aussi allonger la durée d’amortissement de ces installations. Du coup la situation financière très délicate de l’entreprise va s’en trouver améliorer. Il faut cependant intégrer le coût de prolongement des centrales et l’opération grand carénage dont le montant pourrait se situer entre 50 et 100 milliards. Aussi intégrer les coûts d’enfouissement des déchets dont le montant pourrait atteindre 50 milliards. De ce point de vue l’augmentation de capital de 4 milliards annoncés par le gouvernement ne suffira pas. EDF sera donc condamnée à recourir massivement à l’emprunt alors  que l’entreprise traîne déjà une dette de 40 milliards, l’équation financière est donc loin d’être résolue même si l’Etat abandonne pendant encore plusieurs années les dividendes attendus  de l’entreprise. EDF va donc intégrer dès cette année dans ses comptes le scénario d’un prolongement de la durée de vie de ses centrales nucléaires françaises au-delà de 40 ans, a déclaré le PDG du groupe, Jean-Bernard Lévy, dans une interview parue samedi. L’enjeu est considérable pour l’électricien public, qui traverse une zone de turbulences financières, dans la mesure où un amortissement de son parc nucléaire français sur une durée plus longue aurait pour effet mécanique d’améliorer ses comptes. « D’ici l’arrêté de nos comptes semestriels, nous tirerons les conséquences comptables de notre intention de prolonger la durée de vie de nos centrales existantes, au-delà de 40 ans, et dans le respect des exigences de sûreté », a affirmé Jean-Bernard Lévy au Figaro. La ministre de l’Energie, Ségolène Royal, s’était dite prête, fin février, à donner son feu vert à un prolongement de l0 ans de la durée de vie des centrales, sous réserve d’un avis favorable de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). L’ASN devrait se prononcer sur la question d’ici 2018 ou 2019. EDF peut anticiper cet avis comme il l’avait fait en 2003 en allongeant l’amortissement de ses réacteurs de 30 à 40 ans. L’accord de principe de l’autorité n’était intervenu qu’en 2009.bLe groupe a annoncé vendredi une série de mesures pour renforcer sa structure financière, dont une augmentation de capital de quatre milliards d’euros, financée aux trois quarts par l’Etat, actionnaire à 85%.Ces décisions ont été dévoilées à l’issue d’un conseil d’administration qui a également reporté la décision de mener à bien un investissement de 23 milliards d’euros dans le projet d’EPR britannique d’Hinkley Point

(Avec Reuters)

Dictée à l’école : « une évaluation positive » pour améliorer les notes…. On rêve !

Dictée à l’école : « une évaluation positive » pour améliorer les notes…. On rêve !

.

Il fallait y penser. Pour améliorer les notes en orthographe on va changer le barème : « l’évaluation positive » ; Encore une idée « pédagogique » géniale pour masquer la situation catastrophique dans le domaine de l’écriture. En bref, on change le thermomètre. À peine installé, le nouveau ministre de l’Education nationale Benoît Hamon devra s’attaquer à un chantier de taille : l’orthographe. François Hollande en a fait une priorité pour l’Ecole, inscrite dans la loi pour sa refondation : faire évoluer les évaluations.  Pour ce faire, le gouvernement souhaite bouleverser la méthode éducative. « Privilégier une évaluation positive, simple et lisible, valorisant les progrès, encourageant les initiatives et compréhensible par les familles », dit l’article de la loi du 8 juillet 2013. Selon nos informations, un pas vient d’être fait en ce sens pour un exercice emblématique : la dictée. L’Education vient de mettre à disposition des professeurs un outil pour revoir la notation de cet exercice si cher à Bernard Pivot. Il s’agit d’un barème, pour une « évaluation positive ». Le ministère écrit que « la dictée fait le plus souvent l’objet d’une évaluation descendante : par rapport au texte source, l’enseignant décompte, en négatif, les erreurs commises. Cette pratique, décourageante pour l’élève, ne permet pas pour autant de bien cerner quelles sont ses difficultés orthographiques et quels remèdes y apporter. » Ce barème graduel a déjà été expérimenté sur 1.500 copies du dernier brevet des collèges, dans les académies de Poitiers et Créteil. Trois groupes d’erreurs ont été constitués : accord groupe nominal, accord groupe verbal, et orthographe lexicale.  En corrigeant, le professeur repère les réussites comme les erreurs, et peut ainsi mieux cibler les difficultés de l’élève. Les enfants pourront ainsi être encouragés sur certains points positifs de leur copie.  L’expérimentation n’a pas – pour l’instant – vocation à être généralisée et imposée mais les professeurs du primaire et du collège sont incités à utiliser ce barème. Les premiers résultats ont par ailleurs montré que l’augmentation des notes était toute relative.

 

Une urgence : améliorer les connaissances en calcul à l’école et dans les partis politiques

Une urgence : améliorer les connaissances en calcul à l’école et dans les partis politiques

 

A en juger par l’état des connaissances, un plan national devrait  être lancé pour améliorer le savoir en calcul. Désormais,  la primarisation n’affecte pas seulement le secondaire mais l’enseignement supérieur (la preuve on donne des cours orthographe dans des universités !) ; la plupart des responsables politiques pourtant diplômés de l’enseignement  supérieur peinent à faire des additions, surtout lorsqu’il s’agit de compter les voix des électeurs. On ne peut faire de procès spécifiques à l’UMP, les congrès du PS avaient donné l’exemple. En outre,  les faiblesses des savoirs concernent d’autres matières comme le français. La preuve, Hollande à propos du mariage homo vient de confondre liberté de conscience, clause de conscience, égalité et principes républicains. Pas étonnant, à l’ENA aussi, on se contente d’effleurer les matières de base pour privilégier la dialectique du vendeur d’aspirateurs. Un chercheur expert en enseignement s’interrogeait récemment de manière assez ésotérique sur la pédagogie  « faut-il privilégier le ludique ou le symbolique  » pour améliorer les connaissances de base ?  ; réponse : Il y a plus de 50 ans, on utilisait le lyrique en chantant les tables de multiplication ; à dix ans tout le monde savait écrire et compter. Pas étonnant que la France ait laissé dériver son endettement, la génération politique actuelle a vraiment des problèmes relationnels avec les additions mais aussi avec la langue française  et la démocratie.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol