Archive pour le Tag 'Alstom'

Page 6 sur 6

Alstom va devenir américain….et disparaître ?

Alstom va devenir américain….et disparaître ?

Exemple typique du processus de désindustrialisation, Alstom fleuron de l’industrie française risque de passer sous les couleurs américaines et peut –être à terme de disparaitre. Une entreprise pourtant largement soutenue pas l’Etat et surtout par les commandes de centrales électriques de  matériel ferroviaire (notamment TGV)  et les chantiers navals en son temps. Quand GE aura récupérer les clients et la technologie d’Alstom, il est prévisible que le dégraissage va s’amorcer peut-être pour finir comme nombre d’autres industries. General Electric, le plus grand groupe industriel américain, aurait déjà approché le gouvernement français pour sonder sa position dans le cas de son rachat d’Alstom. Ce conglomérat serait prêt à payer plus de 13 milliards de dollars pour ce fleuron de l’industrie française, soit quelque 25% de plus que sa valeur boursière. Selon la presse américaine, GE aurait déjà obtenu le soutien de Bouygues, actionnaire d’Alstom à hauteur de quelque 25%. Il s’agirait de la plus grosse acquisition pour General Electric depuis sa tentative de rachat de la compagnie Honeywell. GE est déjà leader dans les moteurs d’avion, les locomotives, la génération électrique et les équipements médicaux.  Des « rumeurs totalement infondées » ? Des informations qualifiées de  »rumeurs totalement infondées » par une porte-parole de l’industriel français. Et dans un communiqué publié ce jeudi matin, le groupe assure « qu’il n’est informé d’aucun projet d’offre publique visant son capital ».  Mais selon Bloomberg, un accord entre les deux parties pourrait être annoncé dès la semaine prochaine. Selon son service de communication, Alstom emploie 93.000 personnes dans une centaine de pays, a réalisé un chiffre d’affaires de 20 milliards d’euros et enregistré pour près de 24 milliards d’euros de commandes en 2012/13.

 

Alstom : nouveau dégraissage d’effectifs

Alstom : nouveau dégraissage d’effectifs

Suppression de 362 postes en France et en Espagne dans sa branche transport qui fabrique des TGV, des trams, des trains régionaux et des systèmes de signalisation. Ce nouveau coup de rabot s’ajoute aux 1 300 suppressions - dans l’ensemble du groupe - déjà annoncées en novembre par Patrick Kron, le PDG du groupe Alstom. Dans l’Hexagone, 182 postes au siège de Saint-Ouen sont menacés. Mais aucun ne concerne les sites industriels de l’activité transport en France (La Rochelle, Reichshoffen, Belfort…). La fabrication des «Régiolis», ces trains commandés par les régions pour leurs lignes de TER, continue à un rythme soutenu de neuf trains par mois en ce moment. Quatre régions (Aquitaine, Alsace, Lorraine, Picardie) devraient mettre en service leurs nouveaux TER la semaine prochaine. «Nous pouvons réguler la charge de travail grâce à un accord de flexibilité», précise une porte-parole. Selon la direction de l’entreprise, ces nouvelles suppressions au siège sont la conséquence d’une réorganisation de la branche en sept ­régions qui rendent inutiles des ­dizaines de postes dans les «fonctions support», la direction financière, les ressources humaines, la comptabilité. Selon les syndicats, la direction d’Alstom prévoit, d’ici à la fin de l’année, de faire appel aux départs volontaires et dans un deuxième temps de recourir à des licenciements si le nombre de candidats au départ n’est pas suffisant. Les syndicalistes pointent des départs plus insidieux de cadres «poussés à quitter l’entreprise» parce que leur avenir n’est pas assuré. Au total, Alstom totalise 93.000 personnes en France dont 18.000 en France. Dans l’Hexagone, Alstom Transport compte 8900 personnes.  Les 180 départs programmés en Espagne reflètent en revanche les difficultés d’Alstom Transport sur ce marché. Le constructeur français emploie 560 personnes de l’autre côté des Pyrénées et souffre du manque de commandes de métro ou de trains régionaux, ainsi que de la concurrence des deux constructeurs domestiques, CAF et Talgo. Il y a trois ans, le groupe avait déjà réajusté les effectifs de sa branche transport en réduisant les effectifs de 1380 postes. La branche transport d’Alstom devrait dans les prochains mois prendre un nouveau virage. En novembre dernier, Patrick Kron a annoncé qu’il allait céder une part minoritaire de cette activité. Le scénario le plus probable est une l’introduction en Bourse.

 

Alstom : 1.300 postes menacés

Alstom : 1.300 postes menacés

Encore un plan social, celui d’Alstom qui a annoncé, ce mercredi 6 novembre, une « accélération » de ses économies. 1.300 postes devraient être supprimés essentiellement en Europe, a annoncé Patrick Krong, le pdg du groupe. »Nous accélérons notre plan de performance et anticipons la génération progressive d’1,5 milliard d’euros d’économies de coûts par an à l’horizon d’avril 2016″, poursuit-il, avec des charges de restructuration évaluées entre 150 et 200 millions d’euros par an. Afin de « retrouver de la mobilité stratégique », Alstom a « lancé un programme de cession d’actifs visant à générer 1 à 2 milliards d’euros par la cession envisagée d’une participation minoritaire dans Alstom Transport et la vente d’actifs non-stratégiques », indique son patron Patrick Kron. En revanche, le groupe n’envisage pas d’augmentation de capital, parce qu’il n’en a pas besoin, selon son PDG. Alstom justifie ce « plan d’action global » par un « scénario de faible croissance » qui se matérialise sur ses marchés avec notamment « une croissance de certains marchés (qui) se révèle plus faible qu’anticipé il y a 18 mois ». Cette activité morose se traduit dans les commandes, qui affichaient à fin septembre une chute de 22% par rapport à la même période l’an dernier. Au cours de son premier semestre décalé (mars-septembre), le constructeur français de centrales, d’équipements électriques et de matériel ferroviaire a vu son bénéfice net reculer de 3% à 375 millions d’euros, tandis que le chiffre d’affaires est resté stable à 9,73 milliards, indique-t-il dans un communiqué. Soit des résultats légèrement meilleurs qu’attendu.

 

Rachat de Translohr par Alstom

Rachat de Translohr par Alstom

Le directeur commercial de Lohr, Jean-François Argence, a expliqué vendredi matin à l’AFP que « les discussions sont en bonne voie, ça va dans le bon sens, mais ce (vendredi) matin, rien n’est signé ».  Alstom a simplement précisé que « les discussions se poursuivent », tandis que le FSI a fait savoir qu’il « est aligné avec Alstom dans une volonté de faire aboutir les discussions en cours ».  Le montage prévoit la reprise de Translohr, qui emploie 200 personnes, ainsi qu’une partie des activités immobilières du groupe Lohr, qui compte au total 941 salariés.  Alstom et le FSI, bras financier de l’Etat, devraient débourser 35 millions d’euros pour une participation respective de 51% et 49% de Translohr, qui est actuellement l’unique fabricant de tramways sur pneus au monde. Ils devront également abonder un fonds de roulement de « plusieurs dizaines de millions d’euros pour combler la trésorerie négative ».  Sa maison-mère avait fait savoir en décembre qu’elle voulait céder une partie du capital de sa division tramway pour renflouer sa trésorerie. Elle avait alors obtenu de ses banques un délai de six mois pour rembourser un prêt de 50 millions d’euros qui arrivait à échéance, expliquait le président-fondateur Robert Lohr à l’époque.  Selon les syndicats, le groupe est asphyxié par une dette totale comprise entre 90 et 100 millions d’euros.  Plusieurs centaines de salariés du groupe ont manifesté jeudi à Strasbourg devant la préfecture de la région, pour demander que les pouvoirs publics soutiennent leur entreprise en difficulté.  Le duo Alstom/FSI avait annoncé le 10 avril qu’il envisageait de racheter 85% du capital de Translohr, pour « un montant de 60 millions d’euros ».  Mais la semaine dernière, les deux partenaires ont déposé une offre ferme d’un montant « substantiellement » inférieur, pour 100% du capital, car « la situation commerciale et financière de Translohr est apparue beaucoup plus difficile qu’indiqué par son vendeur », ont-ils alors justifié.

 

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol