Archive pour le Tag 'alliance'

Page 2 sur 2

Macron écrase la belle alliance du PS

Macron écrase la belle alliance du PS  

 

Près de 15 000 personnes au meeting de Macron et seulement 2000 personnes pour le dernier meeting de la belle Alliance du PS, Emmanuel Macron a fait samedi une démonstration de force en organisant un meeting géant à Paris, où il a déroulé son programme de « candidat du travail ».  Macron a aussi marqué sa différence en se présentant  en opposition aux candidats du renoncement qui face à la numérisation et à la robotisation proposent un revenu universel pour le  chômage qu’il considère comme inévitable. Macro veut redynamiser l’économie, lui redonner davantage de compétitivité et faire de la formation l’outil de requalification des salariés victimes des restructurations et la modernisation. Un meeting qui marque sa différence surtout avec Valls et le parti socialiste. Macro n’a pas épargné non plus Fillon auquel il a surtout reproché sa réforme de la sécurité sociale qui vise à ne rembourser que les pathologies lourdes. Pour autant Macron qui veut préserver le système social veut aussi en modifier les conditions de financement notamment en reportant sur la CSG l’allégement des charges qui pèsent sur les salariés en matière de couverture sociale.  L’ancien ministre de François Hollande, qui a refusé de participer à la primaire organisée par le PS, s’est présenté comme le rassembleur d’un vaste courant progressiste avec son mouvement En marche! qui compte selon lui 120.000 adhérents. »Je suis le candidat du travail », a-t-il dit en refusant l’idée selon laquelle la robotisation en sonnerait le glas. Il propose de continuer à réduire le coût du travail pour les entreprises mais le crédit d’impôt compétitivité-emploi (Cice), créé sous le quinquennat en cours pour améliorer la compétitivité des entreprises, sera transformé en allègement pérenne de 6 points pour toutes les entreprises. La durée légale du temps de travail resterait de 35 heures, mais les modalités d’application seraient fixées par des négociations de branches ou d’entreprises.  Il a réaffirmé sa proposition de remplacer les cotisations d’assurance chômage et maladie des salariés par une hausse de la contribution sociale généralisée, à l’assiette plus large, pour augmenter leur pouvoir d’achat — un couple de salariés au Smic gagnerait 500 euros nets de plus chaque année. Cette mesure sera financée par une hausse de la CSG limitée à 1,7 point, y compris sur les revenus du capital et pour les retraités les plus aisés. Seuls les 40% de retraités les plus modestes et les chômeurs seront épargnés par cette hausse. Emmanuel Macron, qui propose de transférer la gestion de l’assurance chômage des partenaires sociaux à l’Etat, a également pris le contrepied du candidat de la droite, François Fillon, en matière de protection sociale, en particulier dans le domaine de la santé, où il refuse tout déremboursement. Il a aussi fait l’éloge des fonctionnaires, dont François Fillon veut réduire le nombre de 500.000 : il embaucherait ainsi 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires de 2017 à 2020. L’ancien ministre entend que les entreprises qui licencient plus que les autres ou qui recourent excessivement aux contrats courts se voient imposer un malus tandis que celles qui privilégient l’emploi durable bénéficieraient d’un bonus. La protection de l’assurance chômage sera étendue à tous, notamment aux indépendants, aux artisans, aux petits commerçants, aux autoentrepreneurs qui n’en bénéficient pas. Les salariés qui démissionnent auront le droit de bénéficier de la protection de l’assurance chômage dans la limite d’une fois tous les cinq ans pour éviter les abus. »Vous avez vu le monde qui est ici ? Qui aujourd’hui est capable de rassembler une force aussi grande ? a conclu Macron.

La « Belle alliance populaire » du PS avec qui ? Personne

La « Belle alliance populaire » du PS avec qui ? Personne

 

L’enflure sémantique de la « belle alliance populaire » du PS cache malheureusement une réalité cruelle : aucune alliance n’est prévue et même possible avec les autres courants de la gauche. On sait que Mélenchon ne renoncera pas et pour l’instant les sondages lui attribuent un score supérieur à celui du futur candidat du PS. Les communistes jadis alliés au PS ont de leur côté déclaré soutenir Mélenchon ;  le courant social démocrate sera représenté, lui, par Emmanuel Macron qui peut se réjouir d’atteindre déjà aujourd’hui près de 15 % des voix pour la présidentielle.  Les autres petits partis ne représentent pas grand-chose à gauche, en outre ils ont décidé de se présenter indépendamment du PS. C’est le cas pour les radicaux de gauche avec Sylvia Pinel, c’est le cas évidemment des partis d’extrême gauche qui traditionnellement présenteront un candidat trotskiste. L’alliance ne sera donc pas ni belle, ni populaire. Dans l’hypothèse assez invraisemblable où elle se réaliserait de toute manière elle ne pourrait dépasser un score de 40 %. L’enjeu aujourd’hui ne concerne pas l’élection présidentielle perdue par avance par la gauche mais les élections législatives qui pourraient faire disparaître certains partis, en faire éclater d’autres. Pour le PS qui se joue aujourd’hui c’est sa survie même

 

Poutine et Erdogan : l’alliance de deux autocrates contestés et contestables

Poutine et Erdogan : l’alliance de deux autocrates contestés et contestables

 

 

Ennemis hier,  les deux chefs d’État se sont réconciliés sur le dos de l’Occident. Ils ont en commun une conception relativement étroite de la démocratie et des méthodes musclées pour renforcer leur pouvoir. Reste qu’il faudra clarifier leurs positions respectives sur le délicat dossier du Moyen-Orient et particulièrement en Syrie. Erdogan ne se fait sans doute plus d’illusions sur une hypothétique adhésion à l’union économique européenne et recherche ailleurs des alliés susceptibles de soutenir une économie en difficulté comme celle de la Russie d’ailleurs. Poutine est par ailleurs satisfait de la possibilité qui s’ouvre pour rompre les liens entre la Turquie et l’OTAN. La Russie et la Turquie ont donc fait un grand pas dans la normalisation de leurs relations, mardi, leurs deux présidents annonçant une relance de projets dans les domaines du commerce et de l’énergie. La venue du président Recep Tayyip Erdogan à Saint-Pétersbourg illustrait une volonté de rapprochement entre Ankara et Moscou après neuf mois de crise diplomatique liée au conflit syrien alors que les purges qui ont suivi le putsch manqué du 15 juillet ont jeté un froid sur les relations de la Turquie avec l’Europe et les Etats-Unis. Il s’agissait de la première visite à l’étranger du président turc depuis le coup d’Etat manqué. En accueillant le président Erdogan dans un palais de la Russie tsariste, Vladimir Poutine a affiché sa volonté de rétablir des relations solides avec son ancien partenaire commercial et promis de lever progressivement les sanctions économiques imposées à la Turquie après la destruction par Ankara d’un bombardier russe près de la frontière syrienne en novembre. Le président russe a affirmé que les deux pays devaient retrouver les mêmes relations qu’avant la crise. « Voulons-nous un rétablissement de tout l’éventail des relations ? Oui et nous y parviendrons », a déclaré Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse commune avec Recep Tayyip Erdogan. « La vie change vite ». Les deux pays se sont mis d’accord pour discuter plus longuement de la guerre en Syrie et chercher ensemble des solutions, alors que Moscou soutient le président Bachar al Assad, contrairement à Ankara. (Avec Reuters)

L’Alliance du Pacifique : surtout ne pas suivre l’exemple du brexit

L’Alliance du Pacifique : surtout ne pas suivre l’exemple du brexit

 

 

 

Au moment où certains pays de la vieille Europe se noient dans leurs problèmes existentiels nationalistes, la jeune alliance du Pacifique, elle, entend surtout ne pas s’inspirer du brexit et réaffirme au contraire la nécessité d’une plus grande intégration. En termes de développement économique tout d’abord, l’Alliance du Pacifique est la sixième économie mondiale , un bloc de plus de 230 millions de personnes, et plus de 36 % du PIB de l’Amérique avec des pays présentant un taux de croissance moyen de plus de 5% par an ainsi qu’une classe moyenne en plein essor, toujours plus exigeante en matière de biens et de services de qualité. Par ailleurs, le bloc est le septième récipiendaire d’IDE (Investissements Directs Étrangers) au monde, recueillant près de 4% des investissements. Et parmi les pays de l’alliance, 4  des 5 pays d’Amérique latine dans lesquels il est le plus facile de faire des affaires. L’Alliance du Pacifique, qui regroupe Chili, Colombie, Pérou et Mexique, qui a ouvert vendredi son sommet à Puerto Varas au Chili, vise à plus d’intégration. « Malgré certains fantômes de la désintégration suscités par le dénommé Brexit, le monde tend à s’organiser en grands blocs », a affirmé la présidente chilienne, Michelle Bachelet, dans son discours inaugural, face à ses homologues colombien, Juan Manuel Santos, péruvien, Ollanta Humala, et mexicain, Enrique Peña Nieto. Créée il y a cinq ans, l’Alliance du Pacifique représente actuellement 52% des échanges commerciaux et 36% du PIB de l’Amérique latine. En prenant leur production totale, les quatre nations constituent la sixième économie du monde. Son but est d’avancer progressivement vers la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes entre ces pays.

Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi : bientôt numéro un mondial ?

Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi : bientôt numéro un mondial ?

Dans un article de challenges on apprend la prise de participation de Nissan chez Mitsubishi. Du coup l’alliance Renault, Nissan Mitsubishi pourrait bien devenir numéro un mondial en tout cas talonner sérieusement Volkswagen et Toyota. Carlos Ghosn a en effet annoncé ce jeudi le renforcement de l’Alliance franco-japonaise en prenant 34% de son concurrent japonais Mitsubishi Motors (MMC) en détresse. Et ce, pour 237 milliards de yens (1,9 milliard d’euros). L’opération prévoit que MMC émettra des actions nouvelles destinées à Nissan, qui contrôlera désormais le constructeur, au vu du droit boursier japonais. L’Alliance Renault-Nissan, qui a vendu 8,53 millions de véhicules l’an dernier (+1%), pèsera avec MMC autour de 9,5 millions, se rapprochant ainsi des ténors Toyota et Volkswagen (autour de 10 millions chacun) qui se disputent la première place mondiale et de l’américain GM. « Nous avons toujours dit que nous avions l’ambition d’être dans le Top 3″, a rappelé Carlos Ghosn ce jeudi dans une conférence de presse à Yokohama. C’est donc une nouvelle opportunité qu’a saisie Carlos Ghosn de renforcer l’Alliance Renault-Nissan, laquelle contrôle également le premier constructeur auto russe Avtovaz (Lada). Renault détient 43,4% de Nissan, qui détient à son tour 15% (sans droits de vote) de son actionnaire tricolore. Depuis 2010, l’Alliance est liée à l’allemand Daimler (Mercedes), qui possède 3,1% de Renault et Nissan. Ces deux derniers possèdent à leur tour 1,55% chacun du consortium de Stuttgart. Les deux partenaires resteront bien « séparés », a insisté Carlos Ghosn. Comme Renault et Nissan depuis leur rapprochement en 1999. Nissan pourra toutefois nommer le tiers des membres du conseil d’administration de Mitsubishi Motors, qui serait également présidé par un responsable du partenaire nippon de Renault.  Mitsubishi Heavy Industries, Mitsubishi Corp et Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ, sociétés de la galaxie Mitsubishi qui détenaient 34% du capital de MMC avant la transaction, n’en auront plus que  22%. « Nous envisagions de renforcer notre collaboration depuis un certain temps, et, sur ce, la crise est survenue, accélérant les choses », explique Carlos Ghosn. Les deux firmes japonaises étaient déjà partenaires. MMC fournit ainsi des « midgets » (mini-véhicules fiscalement favorisés dans l’archipel) à Nissan. C’est d’ailleurs ce dernier qui a découvert, sur ces véhicules, le scandale sur la pollution qui a mis le feu aux poudres, plongeant MMC dans une nouvelle crise. Après avoir été au bord du gouffre  au début des années 2000 à cause de rappels non effectués en violation de la législation nippone, MMC s’était allié à Daimler-Chrysler, lequel avait pris une participation de contrôle. Mais, en difficulté lui-même, le consortium germano-américain avait ensuite laissé tomber le japonais, sauvé in extremis par les firmes partenaires de la nébuleuse Mitsubishi. Trop petit, trop spécialisé dans les mini-véhicules et les 4×4, MMC s’était alors associé industriellement à PSA, à qui il a longtemps fourni des modèles électriques (Peugeot Ion, Citroën C-Zéro) et des « SUV » (Peugeot 4007 puis 4008, Citroën C-Crosser puis Aircross). Des négociations s’étaient déroulées au tout début de la décennie pour une alliance capitalistique. Mais, PSA n’avait pas les moyens de prendre une telle participation. Et MMC s’est retrouvé tout seul, parvenant cependant à survivre grâce à des économies sur les investissements. Et puis, le 20 avril dernier, patatras. MMC avouait qu’il avait menti sur les consommations de quatre de ses mini-véhicules vendus au Japon, deux de ces véhicules étant commercialisés sous la marque Nissan.  Cette tricherie a…fait fondre la capitalisation boursière de MMC de 45%! Il est vrai que les analystes estiment le coût d’indemnisation des clients MMC à  800-900 millions d’euros. MMC apportera essentiellement à Nissan son implantation dans le sud-est asiatique (où son compatriote est faible) et son expertise dans les « midgets ». Carlos Ghosn, a précisé que les deux constructeurs partageraient des technologies et pourraient dégager des « milliards » de synergies en coordonnant leurs achats, l’utilisation des sites industriels et en coopérant dans les marchés en croissance. « Tout le monde y gagnera », a assuré le double PDG.

(Challenges)

Alliance TF1-Orange et Bouygues : un bouleversement dans les télécoms et l’audiovisuel

Alliance TF1-Orange et Bouygues : un bouleversement dans les télécoms et l’audiovisuel

 

L’accord passé entre Bouygues et Orange va modifier de façon assez fondamentale tant  le paysage des télécoms que celui de l’audiovisuel. Cette restructuration a été peu analysée par les grands médias puisque la plupart des journalistes sont en vacances pendant la trêve des confiseurs. Première conséquence,  le rachat de Bouygues Telecom par Orange va permettre à Bouygues de sortir d’une situation commercialement et surtout financièrement très délicate pour l’opérateur télécom. Cela risque aussi de freiner la concurrence acharnée que se livrent  les quatre opérateurs français et la régulation va s’en trouver largement modifiée.  Seconde conséquence, TF1  va pouvoir sortir la tête de l’eau en termes d’audience en accédant à un réseau beaucoup plus large d’auditeurs (nombre d’émissions télévisées sont regardés sur des iPhones et autres tablettes). Cette opération se produit aussi au moment où LCI propriétaire de propriété de TF1 va être diffusé sur la TNT ouvrant ainsi sur une cible beaucoup plus large. Il s’agit d’une première coopération qui pourrait ouvrir sur une intégration beaucoup plus importante.  Les deux opérateurs ont signé pendant les fêtes un accord de confidentialité qui lance officiellement leurs négociations. Pendant les fêtes, les discussions entre Orange et Bouygues Télécom se sont accélérées. Selon plusieurs sources, les deux opérateurs mobiles ont signé la veille de Noël un accord de confidentialité pour entamer leurs négociations. Le rachat de Bouygues Télécom par Orange se ferait pour 10 milliards d’euros dont environ 2 milliards d’euros en cash et 8 milliards payés en actions Orange. Bouygues deviendrait ainsi le deuxième actionnaire de l’opérateur historique à hauteur de 15%, derrière l’Etat. Martin Bouygues souhaite deux sièges d’administrateurs chez Orange dont un qu’il occuperait. Ultérieurement pourrait en fait se constituer un énorme groupe télécom et télévisuel. Pour obtenir l’accord de l’autorité de la concurrence, SFR sans doute comme Orange devront se défaire de quelques activités vraisemblablement au profit de Free. D’après le Canard enchaîné cette opération serait largement soutenue par le gouvernement qui voit là  une opportunité de peser sur la politique éditoriale de TF1 puisque l’État est le premier actionnaire d’Orange. Une manière aussi de contrebalancer l’influence de BFM considéré comme peu favorable au pouvoir actuel. De ce point de vue l’autorisation donnée à LCI d’être diffusé sur la TNT n’est sans doute pas à hasard mais s’inscrit dans cette vaste redistribution des cartes dans le paysage télévisuel et des télécoms.

Nissan va imposer une autre alliance à Renault

Nissan va imposer une autre alliance à Renault

 

Le bras de fer continue  entre Renault et Nissan. Nissan qui veut imposer une autre alliance entre les deux constructeurs. L’objectif est de parvenir à un poids plus significatif de Nissan dans cette alliance. Nissan qui reconnaît que la société nipponne a été redressée grâce à Renault mais dont la production est aujourd’hui trois fois supérieure à celle du constructeur français. D’une manière ou d’une autre l’État français devra diminuer sa participation dans le conglomérat. Cette stratégie de ré équilibrage des pouvoirs est soutenue par le PDG Carlos gone. Mais l’enjeu pour l’État français c’est de s’assurer que les lieux de production et les structures de décision resteront en France. Le conseil d’administration de Nissan, réuni lundi au Japon, fixera donc plusieurs conditions « non négociables » pour rééquilibrer le rapport de force au sein de l’alliance avec Renault, rapporte le Journal du Dimanche. Selon le JDD, le constructeur japonais, qui ne dispose d’aucun droit de vote chez Renault malgré ses 15% au capital du français, va « exiger que cette anomalie soit corrigée » et pourrait même « revendiquer les fameux droits de vote double » que l’application de la loi Florange au sein du groupe français va accorder aux actionnaires de long terme dès 2016. Nissan va en outre demander que l’Etat français redescende à 15% du capital comme il s’y était engagé après avoir pris environ 4% supplémentaires au printemps pour faire adopter les droits de vote double. « La vente du bloc de plus de 4% qu’il a acquis se révèle plus compliquée que prévu », croit savoir le journal. Les Japonais seraient en revanche prêts à accepter le principe de droits de vote double, qui permettra à l’Etat français de concentrer 28% des droits de vote avec seulement 15% du capital, ajoute-t-il. Mais ils demanderont une révision de l’accord Rama, qui régit l’alliance depuis 2002 et qui est désormais jugé caduc par la partie japonaise. « Nous savons très bien que l’alliance a été conclue à un moment où Nissan était en crise et qu’elle a participé à son redressement. Mais aujourd’hui, sur les 8,5 millions de voitures vendues par l’alliance, moins de trois millions sont produites par Renault », fait valoir une source japonaise citée par le JDD. Les administrateurs de Renault examineront la proposition de Nissan lors d’une réunion en décembre, ajoute le journal qui insiste également sur le soutien « indéfectible » du conseil d’administration du constructeur nippon à Carlos Ghosn. Celui-ci présidera le conseil d’administration de lundi à Yokohama, le fief de Nissan près de Tokyo. Renault détient 43,4% du capital de Nissan et Emmanuel Macron a réaffirmé mercredi dernier que l’Etat français n’accepterait aucun changement dans la structure de l’alliance.

Alliance possible avec les forces syriennes (Fabius)

Alliance possible avec les forces syriennes (Fabius)

Le changement complet de stratégie de la France pour lutter contre l’État islamique se confirme avec la possibilité d’une alliance avec les forces syriennes. « Les forces au sol ne peuvent pas être les nôtres parce que ce serait complètement contre-productif », a dit Fabius. « Mais des forces au sol doivent être à la fois des forces syriennes de l’Armée libre, des forces arabes et pourquoi pas des forces du régime (syrien) et des Kurdes, également. » Après cette déclaration Fabius à tenter un rétro pédalage qui ne peut cependant dissimuler le changement à 180° de la stratégie militaire française. En clair le départ de Bachar El-Assad n’est plus la priorité numéro un, c’est la lutte contre l’État islamique qui devient l’objectif premier. Du coup  Laurent Fabius a été contraint vendredi de clarifier la position française quant à une éventuelle coopération avec les forces syriennes dans la lutte contre l’Etat islamique, après des déclarations ambiguës perçues comme une volte-face de Paris.   »La coopération de toutes les forces syriennes, y compris de l’armée syrienne, contre Daech est évidemment souhaitable mais, comme je l’ai dit avec constance, elle ne sera envisageable que dans le cadre d’une transition politique crédible », écrit le chef de la diplomatie française dans un communiqué. « C’est l’objectif que nous poursuivons avec détermination. » « La coopération de tous contre Daech est notre principal objectif », ajoute-t-il. « C’est le sens des démarches diplomatiques entreprises depuis les attentats de Paris ».  Dans la matinée, il avait évoqué sur RTL une possible alliance avec l’armée syrienne dans la lutte contre l’organisation djihadiste, qui a revendiqué les attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis.   »Pour nous (…) c’est une question d’efficacité », a déclaré Laurent Fabius. « Nous ne disons pas que cela doit intervenir dès le début, aujourd’hui, mais nous disons que, à la fin (…), M. Bachar ne peut pas être l’avenir de son peuple. »

Avion russe abattu par la Turquie : un mauvais coup porté à l’alliance internationale contre l’EI

Avion russe abattu par la Turquie : un mauvais coup porté à l’alliance internationale contre l’EI

 

 

Cet événement met en lumière les contradictions de l’alliance unique internationale que souhaite Hollande pour combattre l’État islamique. Il faut bien reconnaître que la Turquie comme la Russie  joue avec le feu. La Russie en effet n’est pas très claire quant à ses objectif, certes elle combat maintenant l’État islamique mais aussi les rebelles syriens opposés à Bachar El-Assad. La présence de cet avion russe près de la frontière turque en témoigne. De son côté la Turquie tout en affirmant sa volonté de combattre aussi l’État islamique n’a pas complètement coupé les ponts avec certaines composantes de cette organisation. Pour preuve elle fait preuve elle témoigne d’un très grand laxisme en autorisant la circulation des biens et des personnes en provenance ou vers l’État islamique. Elle facilite le commerce de l’État islamique notamment l’exportation de son pétrole. Hollande aura bien du mal à constituer cette alliance globale avec ce dernier incident. D’autant plus que les États-Unis sont toujours aussi réticents à coopérer avec la Russie et Bachar El-Assad. L’armée de l’air turque a donc abattu mardi un chasseur-bombardier russe à proximité de la frontière syrienne après lui avoir adressé, affirme Ankara, une série d’avertissements pour violation de l’espace aérien. Moscou conteste cette version et assure que cet incident aura de « graves conséquences ». C’est le premier événement de ce type depuis le 30 septembre, date à laquelle l’aviation russe est intervenue en Syrie, où la coalition formée par les Etats-Unis pour combattre les djihadistes de l’Etat islamique opère depuis l’été 2014.Jamais depuis les années 1950 les forces armées d’un pays de l’Otan, dont la Turquie occupe le flanc sud-est, n’avaient abattu un avion russe ou soviétique. « Nous ne tolérerons jamais des crimes comme celui qui a été commis aujourd’hui », a réagi le président russe Vladimir Poutine. Son homologue turc Tayyip Recep Erdogan, appuyé par ses alliés de l’Otan, a réaffirmé pour sa part « le droit de la Turquie à défendre ses frontières ». Cet incident devrait peser sur les initiatives en cours pour tenter d’édifier un front uni face à la menace posée par l’Etat islamique (EI). A Washington, Barack Obama et François Hollande ont mis en garde contre un risque de surenchère. « Toute escalade (…) serait extrêmement dommageable par rapport à la seule cause qui convienne, qui est de lutter contre le terrorisme et contre Daech », a dit le président français, qui se rendra jeudi à Moscou.

Syrie : Merkel pour une alliance avec Assad

Syrie : Merkel pour une alliance avec  Assad

La France risque d’être de plus en plus isolée dans sa stratégie vis-à-vis de l’État islamique. Elle se refuse en effet à toute alliance avec Bachar El-Assad et fait de son départ une condition préalable à sa participation à une coalition internationale. L’Allemagne plus pragmatique, elle, a décidé de se rapprocher d’Assad. Ce que font aussi les États-Unis qui tentent de réunir dans une même coalition les pays arabes concernés, l’Iran, la Russie mais aussi Bachar El Assad. Ce n’est sans doute pas un hasard si la France a décidé d’opérations aériennes sur la Syrie (pour l’instant de reconnaissance) c’est en quelque sorte la conséquence de son isolement diplomatique actuel sur une question pourtant essentielle en effet on sait très bien que sans coalition internationale impliquant des pays intéressés de près la  lutte contre l’État islamique est illusoire notamment si elle se limite à des instants d’invention aérienne…. surtout de reconnaissance ! La Syrie revêt donc un enjeu géopolitique majeur dans la crise migratoire que traverse actuellement l’Europe entière. Inévitablement, les dirigeants des pays membres ont eu à répondre à quelques questions sur le conflit qui mine le pays depuis 2011. Face à l’afflux de réfugiés qui fuient chaque jour la Syrie, Angela Merkel a clairement affiché la volonté d’ouvrir le dialogue avec Bachar al-Assad afin de trouver une solution.    »Il faut parler avec de nombreux acteurs, et cela implique (Bachar al) Assad, mais il y en a d’autres. Il faut parler « non seulement avec les Etats-Unis, la Russie, mais aussi avec les partenaires régionaux importants, l’Iran, des pays sunnites comme l’Arabie saoudite », a ainsi déclaré la chancelière allemande. De son côté, François Hollande a pour sa part répété que la transition ne pouvait avoir lieu sans un départ du président syrien qui officie depuis 2000.  »L’avenir de la Syrie ne peut pas passer par Bachar al-Assad. Il ne peut y avoir de transition réussie qu’avec son départ« , a déclaré le président français.

Alstom: alliance avec GE mais pas de dépeçage

Alstom: alliance avec GE mais pas de dépeçage

Montebourg a fait savoir que l’Etat français se prononçait en faveur d’une alliance avec General Electric dans le dossier Alstom, ce vendredi 20 juin.  Lors d’une conférence de presse à Bercy, le ministre a indiqué avoir envoyé une lettre d’intention au patron de GE, Jeff Immelt, lui précisant les conditions de cette alliance. Il a également prévenu qu’il y aurait des « pénalités »  si les engagements de GE sur l’emploi -à savoir la création de 1.000 emplois en trois ans- n’étaient pas tenus.  Arnaud Montebourg a surtout confirmé que l’Etat entrerait bien au capital du groupe français, à hauteur d’environ 20%. Il rachètera en fait les deux tiers de la part de Bouygues, qui s’élève à 29,4%. L’Etat deviendra ainsi le principal actionnaire d’Alstom. Une mesure que plébiscite le premier syndicat du groupe, la CFE-CGC. Elle a jugé l’entrée au capital de l’Etat « rassurante », ce vendredi soir. « Il ne fait aucun doute maintenant que le conseil d’administration choisira General Electric », a déclaré à l’AFP Claude Mandart, délégué central CFE-CGC de la branche Transport.  Pour le délégué, « l’intérêt de l’intervention du gouvernement et de l’ensemble des organisations syndicales a été de mettre la pression sur GE, et aussi Siemens, de façon à avoir des offres qui montent en qualité ». Sans cela, Alstom aurait été « coupé en deux, réduit à son activité ferroviaire », a-t-il ajouté.

Berlin pour une alliance Siemens Alstom

Berlin pour une alliance  Siemens Alstom

Siemens, qui avait raté une première tentative avec Alstom voici une dizaine d’années en raison de l’opposition du gouvernement français à l’époque, serait prêt à échanger la moitié de sa division ferroviaire plus du cash contre la division turbines électriques du groupe français. Le ministère allemand de l’Economie s’est dit convaincu qu’un rapprochement entre Siemens et Alstom serait une belle opportunité aussi bien pour l’Allemagne que pour la France. « Une reprise partielle représente d’importantes opportunités aussi bien pour l’Allemagne que pour la France, que ce soit d’un point de vue industriel ou politique », a dit un porte-parole du ministère. « Nous pensons qu’il est pertinent de faire son possible pour la coopération avec la France dans le domaine de l’énergie ». Le ministre, Sigma Gabriel, est en contact étroit avec toutes les parties concernées et tient la chancelière Angela Merkel informée de la progression des discussions, a ajouté le porte-parole, se refusant toutefois à dire si Paris avait sollicité une intervention de Berlin. Une source gouvernementale a par ailleurs dit à Reuters que Siemens avait informé ce week-end des hauts fonctionnaires à Berlin de son intérêt pour Alstom et que des discussions avaient également pris place entre Berlin et Paris. « Du point de vue français, Siemens est un moindre mal », dit-on. « Cela montre combien les choses sont devenues difficiles pour l’industrie française dans son ensemble ». General Electric a, selon des sources proches du dossier, proposé à Alstom de lui racheter sa branche énergie pour 13 milliards de dollars environ (9,4 milliards d’euros). Siemens s’est dit prêt « à échanger sur les questions stratégiques soulevées par une coopération future » avec le groupe français, qui subit de plein fouet la crise européenne du secteur de l’électricité et du marché des nouvelles centrales. Le conseil de surveillance de Siemens discutera mardi lors d’une réunion extraordinaire d’un éventuel accord avec Alstom, a-t-on appris lundi auprès de trois sources proches du dossier. Le groupe allemand a fait savoir qu’il déciderait lundi, à l’issue d’une rencontre de son président du directoire, Joe Kaeser, avec le président François Hollande, s’il y avait lieu de faire une offre sur son concurrent français. Siemens doit par ailleurs dévoiler le 7 mai une nouvelle stratégie comportant des milliers de suppressions d’emplois, rapporte lundi Manager Magazin Online, citant plusieurs responsables du conglomérat industriel allemand. L’hebdomadaire ajoute que Siemens annoncera également une acquisition dans le secteur de l’énergie pour au moins un milliard d’euros, achat distinct d’un éventuel accord avec Alstom. Vers 14h15 GMT, le titre Siemens recule de 2,15% à 93,91 euros, accusant la plus forte baisse de l’indice Euro Stoxx 50. La cotation d’Alstom est suspendue depuis vendredi matin à Paris.

 

Alstom : Bercy pour une alliance avec Siemens

Alstom : Bercy pour une alliance avec Siemens

Le projet préparé par Alstom et GE  a fortement déplu à Arnaud Montebourg, sans que l’on sache ce qui l’irrite le plus: la perspective de voir la branche énergie d’Alstom passer sous pavillon étranger ou le fait d’en avoir été informé à la dernière minute. «On a appris vendredi soir que c’était plié, confie un proche du ministre, quand Clara Gaymard (qui représente l’américain en France) nous a prévenus que General Electric avait déposé une offre et qu’Alstom allait l’accepter dimanche.» Les équipes d’Arnaud Montebourg et l’Agence des participations de l’État, qui planchent depuis des mois sur l’avenir d’Alstom, ont réactivé jeudi en urgence la piste d’un échange d’actifs avec Siemens. Joe Kaeser, le PDG du groupe allemand, avait rencontré Patrick Kron à ce sujet le 10 février. Le patron d’Alstom lui avait alors signifié une fin de non-recevoir. Dans un courrier transmis dimanche à l’aube aux administrateurs d’Alstom, Joe Kaeser juge que c’est désormais «le bon moment de réitérer et de détailler la proposition de Siemens en vue d’une potentielle transaction avec Alstom». Dans sa déclaration d’intention, qui n’est pas une offre ferme, Siemens propose de reprendre l’activité énergie d’Alstom, qu’il évalue de 10 à 11 milliards d’euros. De plus, l’allemand offre au français une part importante de sa division ferroviaire, avec ses trains à grande vitesse ICE (avec un carnet de commandes de 5,4 milliards d’euros) et ses locomotives (2 milliards de commandes). À ce stade, Siemens ne propose pas ses rentables rames de métro. Selon Joe Kaeser, ce schéma est «une opportunité unique de bâtir deux géants européens, chacun leader mondial»: l’un français dans le transport (Alstom, qui possède déjà le TGV), l’autre allemand dans l’énergie (Siemens). Tenant compte des exigences d’Arnaud Montebourg, Siemens estime que ces rapprochements n’auront pas d’impact social et s’engage à ne pas faire de licenciement pendant trois ans. Le groupe promet d’établir le siège de sa division vapeur en France, où il transférerait une part significative du siège de son activité transmission. Enfin, il se dit prêt à envisager la rétrocession des actifs nucléaires d’Alstom, afin de sécuriser les intérêts de la France. «Une opportunité unique de bâtir deux géants européens, chacun leader mondial» Joe Kaeser, patron de Siemens  Fort de cette offre de dernière minute, le ministre de l’Économie a annulé le rendez-vous prévu dimanche avec Jeff Immelt, le PDG de General Electric. Surtout, il lui a fait parvenir un courrier qui a tout d’un rappel à l’ordre. Arnaud Montebourg lui signifie sa surprise d’avoir été mis devant le fait accompli et lui rappelle que les projets d’acquisition d’actifs dans le secteur de l’énergie, en particulier lorsqu’ils sont liés à l’industrie nucléaire, sont soumis aux autorités françaises (à l’instar du CFIUS aux États-Unis). Rappelant qu’il est en son pouvoir de les refuser ou d’y poser des conditions, Montebourg conseille à Immelt d’engager des discussions avec lui avant toute annonce officielle d’un projet de transaction. Le ministre de l’Économie met aussi la pression sur les administrateurs d’Alstom, estimant que l’offre de General Electric contrevient aux règles boursières protégeant les actionnaires minoritaires: «Je suppose que les administrateurs d’Alstom seront particulièrement prudents dans l’exercice de leurs obligations fiduciaires dans un contexte si sensible», écrit-il. S’il a réussi à gagner un peu de temps avec ce courrier, Arnaud Montebourg préfère ne pas insulter pas l’avenir avec General Electric. Le gouvernement se dit prêt à examiner les deux projets et «à y participer financièrement», en restant vigilant au maintien de l’excellence et de l’indépendance de la filière nucléaire française. «GE et Alstom ont leur calendrier qui est celui d’actionnaires, mais le gouvernement français a le sien qui est celui de la souveraineté économique, assure Arnaud Montebourg. C’est pourquoi le gouvernement souhaite disposer du temps nécessaire à un examen sérieux des propositions. Faut-il rappeler qu’Alstom vit notamment de la commande publique et du soutien de l’État à l’exportation.» Le dossier est désormais traité au plus haut niveau de l’État. François Hollande a réuni sur le sujet dimanche soir à l’Élysée rien moins que le premier ministre, Manuel Valls, Ségolène Royal et Arnaud Montebourg. Le président Hollande a prévu de recevoir lundi Jeff Immelt, en présence du ministre de l’Économie. La balle reste toutefois dans le camp du conseil d’administration d’Alstom, qui a choisi HSBC comme banque conseil et désigné un comité ad hoc composé de cinq de ses membres, présidé par James W. Leng. Voudront-ils prendre une décision mardi soir, quitte à fâcher le gouvernement en donnant l’impression de passer en force, alors que Siemens risque de ne pas avoir eu le temps de formaliser son offre? Sont-ils au contraire prêts à patienter plusieurs semaines, si le groupe General Electric prolonge son offre, comme il en a le projet? Les deux jours qui viennent permettront au gouvernement d’accentuer la pression sur Alstom, son PDG et son principal actionnaire, le groupe Bouygues. Et surtout, de faire monter les enchères entre les deux candidats, que ce soit sur le montant de l’offre en cash ou les promesses en termes d’emplois et de transfert de centres de décision en France. Pour emporter l’affaire, chaque partie tentera de décrédibiliser le camp adverse ou de se donner le beau rôle. Chez Alstom, on assure ainsi que l’ICE est une technologie déclinante, et que son apport n’aurait aucun intérêt, sauf à réveiller les autorités de la concurrence. Du côté de General Electric, interpellé sur le caractère stratégique des activités nucléaires d’Alstom, on rappelle que le groupe américain fournit les turbines des sous-marins d’attaque français et que ces contrats avec la DGA et la DCNS ne posent pas de problème.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol