Archive pour le Tag 'aller'

Tribune de Marlène Schiappa « : Se rassembler sur une destination » !! ! Pour aller dans le mur ?

Tribune de Marlène Schiappa « : Se rassembler sur une destination » !! ! Pour aller dans le mur ?

 

L’appel de Marlène Schiappa, membre du gouvernement et responsable du « débat d’idées » à LREM vaut évidemment son pesant de moutarde. Elle montre à tout le moins le vide idéologique remplacée par la communication courtisane. Témoin par exemple  la conclusion : « se rassembler sur une destination »

 

 « En 2016, sous l’impulsion d’Emmanuel Macron, nous avons pris une part active à la recomposition politique de la France en nous engageant, comme beaucoup d’autres, au sein d’un mouvement nouveau : En marche. Avec les élections européennes, les Français ont renvoyé les partis traditionnels au-dessous de 10% et confirmé leur souhait de poursuivre cette recomposition. Le traditionnel clivage gauche-droite doit être dépassé pour une majorité de nos concitoyens, et cela ne date ni des européennes ni de la dernière présidentielle. Voilà des années que déçus et délaissés de la politique se prononcent en faveur de l’abstention ou des partis extrêmes.

‘Le réel cogne’, disait joliment Lacan. Notre réalité électorale en France cogne peut-être, mais elle est celle-là. De nombreux économistes l’ont d’ailleurs récemment démontré : la disparition du clivage droite-gauche précède l’élection, elle est fondée sur un nouvel axe autour de la notion de progrès.

Nous croyons fermement que la recomposition politique en cours doit ouvrir et non rétrécir, intégrer plutôt que rejeter. Si affirmer simplement ‘nous sommes de droite’ avait encore un sens, alors François-Xavier Bellamy aurait gagné les élections européennes. Si déclarer « nous sommes de gauche » suffisait à convaincre les électeurs de gauche, alors Raphaël Glucksmann aurait largement dépassé les 20%.

La recomposition politique ne doit pas être une reconstitution coalisée de ligues dissoutes de tout bord ou de boutiques politiciennes en faillite. Elle est bien plus ambitieuse que cela. Si chacun de nous s’est engagé dans La République en marche, ce n’est certainement pas pour réactiver les anciens clivages. C’est pour ouvrir la politique aux citoyens, pour engager la société civile aux responsabilités, pour développer des politiques publiques ancrées dans le réel, pour répondre concrètement aux grands enjeux du siècle, l’écologie, l’égalité, la transition digitale, et pour remettre l’humain au centre des décisions. En bref, pour penser et faire au service de la prochaine génération, plutôt qu’au service des prochaines élections.

Nous ne sommes pas ‘en même temps’ parce que nous additionnerions des gens de droite, de gauche et du centre, mais parce que chacun de nous se retrouve dans des valeurs qui ont longtemps été cataloguées comme telles.

Quand le principal parti de droite ne défend plus l’ordre public et cautionne les manifestations violentes, l’ordre public est-il encore un principe de droite? Quand le principal parti de gauche ne se réjouit pas de la baisse factuelle du taux de chômage, la défense des travailleurs est-elle encore un principe de gauche?

Défendre à la fois l’égalité et la liberté, vouloir en même temps plus de solidarité et plus de performance, sortir des dialectiques anciennes pour promouvoir l’émancipation et la lutte contre les inégalités de destin, telles sont nos obsessions. Et notre intuition est que la destination politique importe bien plus que l’origine.

La République en marche n’a pas vocation à diviser en courants mais à élargir. Que vous veniez de LR, d’EELV, du PS ou du Parti animaliste, tout ce qui nous intéresse, c’est : êtes-vous prêts à faire passer votre pays avant votre parti? Êtes-vous prêts à porter et défendre des idées, peu importe leur provenance, au service des Français?

Si oui, alors venez marcher avec nous. Nous ne serons pas d’accord sur tout : c’est ce qui fait (encore) la beauté du débat d’idées. Mais nous serons rassemblés sur une destination. »  !!!!!! (Le mur sans doute)

Droits voisins : «aller plus vite » !!! (Christophe Caron)

Droits voisins : «aller plus vite » !!! (Christophe Caron)

 

Christophe Caron, avocat,  dans uen interview à la Tribune, défend le corporatisme de la presse ( les grands médias) qui veulent récupérer une partie de la cagnotte des GAFA tout en faisant complètement l’impasse sur les atteintes à la libertés des autres producteurs d’infos qui forcément seront interdits de diffusion par les GAFA pour des questions techniques. Une manière aussi de soutenir artificiellement une grande presse de moins en moins crédible.

 

LA TRIBUNE – Le Parlement européen a voté ce mercredi une directive sur les droits d’auteur, qui ouvre la voie à un droit voisin pour la presse. Cela va obliger les Gafa à rémunérer les éditeurs pour les contenus qu’ils diffusent. Est-ce vraiment une bonne nouvelle pour les journaux ?

CHRISTOPHE CARON - C’est incontestablement une bonne nouvelle pour la presse. Rappelons qu’aujourd’hui, les journaux ne disposent que dans certains cas seulement du droit d’auteur des journalistes. Or, le texte voté ce mercredi acte le principe que, de façon certaine, la presse va bénéficier d’un droit voisin du droit d’auteur, c’est-à-dire d’un droit spécifique, qui lui sera propre.

Quels sont les outils juridiques qui seront, à terme, mobilisables par les éditeurs, et qui leur permettront, en clair, de récupérer une partie de la manne publicitaire qui leur échappe ?

Il y a plusieurs actions possibles. En premier lieu, un droit permet d’abord de conclure des contrats – c’est-à-dire des contrats de cessions ou de licences, par exemple. Le deuxième outil à la disposition de la presse, qui est extrêmement puissant, est l’action en justice pour contrefaçon. Cette action pour contrefaçon peut être sanctionnée par un tribunal civil. Mais elle peut également être sanctionnée au pénal. La troisième arme qui pourrait être mobilisable est la possibilité de recourir, pour les éditeurs de presse, à une gestion collective de leurs droits. Cela reviendrait à créer un organisme spécifique, un peu similaire à la SACEM [Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, ndlr] ou à la SACD [Société des auteurs et compositeurs dramatiques]. Celui-ci aurait la charge de gérer les droits des éditeurs de presse. C’est, dans ce cas, cet organisme qui conclurait des contrats avec un utilisateur comme Google, percevrait des redevances, et les redistribuerait, in fine, aux titulaires des droits. Mais j’évoque cette perspective au conditionnel. Car si le principe d’un droit voisin a été voté, nous n’en connaissons pas encore totalement les modalités. Si cette possibilité n’est pas précisée dans le texte final, ce sera aux États de décider de l’inclure – ou pas -, lors de la transposition de la directive européenne dans les droits nationaux.

Si vous évoquez cette possibilité, c’est parce qu’il y a une vraie réflexion à ce sujet ?

Effectivement. Si la SACEM et la SACD ont vu le jour, c’est bien parce que les titulaires de droits, les auteurs en l’occurrence, estimaient qu’ils seraient plus fort ensemble… On peut avoir cette même logique pour la presse. Reste que plusieurs cas de figure sont envisageables : il y a des cas où adhérer à un organisme de gestion collective est obligatoire, d’autres où ce n’est pas le cas… Tout dépendra, une fois encore, ce que dira le droit européen et de la manière dont il sera transposé par les 28 pays membres.

Les Gafa ne vont-ils pas se rebiffer ? En Espagne, à la suite de l’instauration d’un droit voisin, Google n’a pas hésité à fermer son service Google News dans ce pays, ce qui a porté préjudice à de nombreux médias…

Ce sont des craintes légitimes. Mais imagine-t-on Google claquer la porte à tous les titres de presse des 28 pays de l’UE ? Sur le fond, je pense que ce texte sur le droit voisin contribue à rééquilibrer un rapport de force entre les entreprises de presse et certains Gafa. Ils ont tous intérêt à travailler ensemble. Le but n’est pas de condamner les Gafa, de leur interdire l’accès à la presse, mais qu’il y ait simplement un meilleur partage de la valeur. Les Gafa ont besoin des médias, et réciproquement. Une bonne entente serait profitable à tous.

Après ce vote du Parlement européen, que va-t-il se passer ?

Aujourd’hui, nous disposons d’un texte qui n’est pas définitif. Il va se passer ce qu’on appelle le « trilogue ». Concrètement, des réunions informelles vont avoir lieu entre trois entités : la Commission, le Conseil de l’UE et le Parlement. Après débats, ils vont se mettre d’accord sur un texte final. Celui-ci sera, ensuite, voté une dernière fois au Parlement européen. Si le « oui » l’emporte encore – ce qui est le plus probable -, le texte deviendra une directive, laquelle sera transposable dans les droits nationaux. À mon avis, on peut espérer disposer d’une directive au printemps prochain. La transposition dans les droits nationaux se fait dans les deux années qui suivent. Autrement dit, nous aurons une loi française d’ici deux à trois ans, au minimum.

Étant donné les difficultés de la presse française, n’y a-t-il pas la possibilité d’instaurer ce droit voisin plus rapidement ?

La France peut très bien choisir, de son propre chef, d’aller plus vite. Une proposition de loi sur le droit voisin a d’ailleurs été portée par le député Patrick Mignola (Modem). Mais, Françoise Nyssen, la ministre de la Culture, a indiqué qu’elle préférait attendre la position de Bruxelles à ce sujet. Reste que la France peut très bien anticiper l’apparition du droit voisin, à travers une loi nationale, quitte à la modifier lorsque la directive européenne sera disponible. Cela relève d’un choix politique.

Pourquoi, d’après vous, les députés ont finalement approuvé le texte comprenant le droit voisin alors qu’ils l’avaient retoqué deux mois plus tôt ?

J’ai le sentiment que certains députés ont compris que certains arguments, très anxiogènes, qui étaient contre le droit voisin, n’étaient pas fondés en droit. On a dit, par exemple, que cela allait tuer les liens hypertextes… Or, c’est faux. Les liens hypertextes, dans le texte qui a été voté mercredi, ne sont pas concernés par le droit voisin. On a également dit qu’avec cette mesure, Wikipédia allait fermer, ce qui est encore faux. Certains députés s’en sont peut-être rendu compte…

Refus d’aller au sénat, Benalla soutenu par le gouvernement !

Refus d’aller au sénat, Benalla soutenu par le gouvernement !

 

Comme par hasard toute la journée d’hier, des membres du gouvernement ont soutenu le refus de Benalla de se présenter devant la commission du Sénat. Cela avec la même argumentation que l’avocat de Benalla qui considérait qu’il y avait double emploi entre l’enquête judiciaire et l’enquête parlementaire. On se demande bien pourquoi Benalla  la bénéficie d’un tel soutien des membres du gouvernement alors que l’enquête judiciaire porte sur des faits délictueux susceptibles de condamnation. La commission parlementaire du Sénat elle vise les défaillances du fonctionnement de l’État et non la responsabilité pénale ou civile de Benalla. Le gouvernement n’a pas à s’en mêler. Pourtant,  Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement qui considérait, mardi soir sur RTL, que Benalla n’a « pas à rendre compte à une commission parlementaire », ou Nicole Belloubet, ministre de la Justice, qui vient rappeler qu’il « ne doit pas à y avoir d’interférence entre les enquêtes »,

 

Hulot fait le bilan de son action : « ça pourrait aller mieux !

Hulot fait le bilan de son action : « ça pourrait aller mieux !

 

C’est en substance ce que dit Hulot en faisant son premier bilan d’activités annuel. Il est vrai qu’il a avalé de nombreuses couleuvres et que l’enflure du discours de la France est un peu en décalage avec la réalité concrète concernant de nombreux aspects comme la pollution, la biodiversité ou la qualité de vie tout simplement. Parmi les très grosses couleuvres, le renoncement à l’objectif -il est vrai utopique de passer la part de l’électricité à 50% au lieu de 75% actuellement en 2025. Hulot  devra habiller son renoncement avec une  grande dose hypocrisie et de démagogie lors de l’établissement des PPE (programmation énergétique). Donc pas de célébration pour cette première année d’activité.  « Célébrer, le mot est un peu fort. Il n’y a pas de quoi exulter », a lancé Nicolas Hulot, qui a insisté sur la hausse des émissions de gaz à effet de serre. « Les nouvelles ne sont pas bonnes à l’échelle de la planète. […] Elles ne sont pas bonnes non plus en France avec une hausse de 1,7% en 2017 par rapport à 2016″, a déclaré le ministre,   »C’est le signe que notre logiciel économique n’a pas tout à fait changé », a observé Nicolas Hulot, appelant à un « changement d’échelle » pour lutter contre le réchauffement climatique. « L’autosatisfaction dans ce ministère est une faute morale, n’attendez pas de moi de vous dire que tout va bien », avait d’ailleurs lancé en préambule le ministre. Nicolas Hulot a tenu à montrer les avancées, évoquant les « plans très concrets » mis en œuvre depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée, dans les domaines du logement, des transports, des énergies renouvelables, de l’économie circulaire… « On a tous les outils pour transformer notre société, c’est un problème de volonté collective et de souci de cohérence. […] Je suis là pour que l’exception devienne la norme », a déclaré le ministre qui – « petite parenthèse » – s’est lancé un petit message, paraphrasant Beaumarchais : « Sans la liberté de blâmer il n’est pas d’éloges flatteurs. Ça vaut pour moi de temps en temps. Sans la capacité de saluer le positif, il n’y a pas de critiques recevables. »Un bel exercice littéraire qui malheureusement ne veut rien dire car les cas où rien n’est positif sont loin d’être négligeables.

Climat: aller plus loin que l’Accord de Paris (Macron)

Climat aller plus loin que l’Accord de Paris (Macron)

 

 

Pour mettre  les Etats-Unis dans un embarras supplémentaire, le président de la république française en rajoute encore et déclare qu’il faut aller encore plus loin l’accord de Paris. Une manière de tenter de tordre le bras à Trump  lors de  la rencontre internationale qui se déroulera dans le cadre du G20 à Hambourg. Pas sûr cependant que ce volontarisme français soit apprécié par le président américain et le G20 pourrait bien aboutir un échec total dans le domaine du climat. À vouloir trop assurer son leadership sur cette question environnementale, la France met aussi dans l’embarras la chancelière allemande qui souhaitait un texte moins contraignant que celui proposé par la France. L’Accord de Paris sur le climat est une étape mais pas suffisante, a en effet déclaré jeudi Emmanuel Macron, souhaitant que la communauté internationale puisse aller plus loin, à quelques heures de l’ouverture du sommet du G20 à Hambourg. « L’Accord de Paris (…) est une étape mais elle n’est pas suffisante et donc nous devons, à plusieurs, continuer à avancer et à montrer, en termes de projets concrets, en termes de financement, notre capacité à aller plus loin », a dit le président français lors d’une déclaration avec le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, après un entretien à l’Elysée. Il a souhaité que l’Europe s’engage, ainsi que la communauté internationale, pour pouvoir « de manière très rapide » faire en sorte que de nouvelles annonces d’engagements concrets puissent être faites. Le président de la Banque mondiale a assuré de son côté que l’institution soutenait fermement l’Accord de Paris et œuvrerait pour aller plus loin à l’avenir. Depuis l’annonce du retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat, les chances d’aboutir à un texte commun fort au G20 sur cette question sont quasiment nulles. Avec sa déclaration très volontariste, le président français veut sans doute isoler encore un peu plus Trump et le mettre en contradiction y compris avec une partie de sa population. Mais cette exigence française hypothèque largement le compromis éventuel qui pouvait peut-être être espéré. La présidence allemande, qui avait fait du climat une priorité du sommet, va probablement être contrainte de revoir ses ambitions à la baisse.

Réforme code du travail :  » aller vite »( Edouard Philippe)

Réforme code du travail : «  aller vite »( Edouard Philippe)

 

Le Premier ministre Edouard Philippe déclare dans le JDD qu’il faudra aller très vite sur la réforme du code du travail. En cause,  le fait que le gouvernement  en dépit de concessions qui seront faites aux syndicats réformateurs notamment la CFDT  ne rencontrera qu’une opposition totale des syndicats corpos et gauchistes comme la CGT ou solidaire (sud) voire FO. Ces derniers n’ont qu’une envie en découdre avec ce gouvernement est très rapidement reconstituer un front social duplication du front de gauche des insoumis, des trotskistes et des marxistes du parti socialiste. Après la défaite de cette gauche dans les urnes on tentera d’instrumentaliser le mécontentement des salariés à des fins politiques. Pour éviter cela ou en cas pour limiter l’impact des mouvements sociaux lancés par l’extrême gauche, le gouvernement devra à la fois aller très vite mais aussi ouvrir des formes de cogestion associant largement les syndicats et restaurant un débat approfondi tant sur le terrain social économique.  Bref ce que demande la CFDT qui souhaite des formes de cogestion à l’allemande. Le Premier ministre Edouard Philippe s’explique dans un long entretien au JDD , son premier dans la presse, sur son agenda, ses réformes, sa méthode et sa relation avec Emmanuel Macron. Ses priorités pour les semaines à venir? « D’abord organiser le travail gouvernemental », avance-t-il, précisant qu’il présentera « une méthode de travail qui sera celle de ce gouvernement » lors du prochain Conseil des ministres jeudi. Et de réaffirmer que l’audit des finances publiques annoncé par le Président lors de sa campagne sera lancé « dans les prochains jours ». Et de fixer d’autres bornes dans son calendrier. « . « Je dis à tous : n’ayez pas peur. Nous avons l’occasion de dépasser quelque chose qui est bloqué », promet-il. « C’est une réforme majeure. Une bonne réforme est une réforme bien pensée, bien discutée, puis bien exécutée. La réforme du code du travail a été bien pensée. Nous allons désormais la discuter pour l’enrichir et l’expliquer (…). On ne s’engagera pas dans une réforme aussi puissante sans une phase de discussion avec les partenaires sociaux et le Parlement. Avec la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, nous aurons des rencontres bilatérales avec l’ensemble des organisations syndicales. Mais une fois que la discussion aura eu lieu, il faudra aller vite. On ne peut pas attendre deux ans pour achever cet exercice. Emmanuel Macron a entendu la colère des Français. Il sait aussi l’urgence de la transformation du pays.

Fillon : président de la république pour ne pas aller en prison

Fillon : président de la république pour ne pas aller en prison

 

Beaucoup d’observateurs, de politiques ou tout simplement de citoyens s’étonnent de l’entêtement de Fillon à maintenir sa candidature envers et contre tout alors que les chefs d’inculpation ne cessent de s’accumuler. Il y a non seulement le salaire fictif de son épouse (dont au début elle n’était même pas au courant !), Celui de ses enfants mais aussi le détournement de fonds destinés à des assistants parlementaires au Sénat. Il faut aussi ajouter à cela la rémunération de son épouse dans une société d’un ami milliardaire, société où là aussi personne ne l’a jamais vue. Enfin il faut ajouter les rémunérations occultes dont a bénéficié Fillon via sa société de conseil de 2F notamment en provenance d’Axa et même de l’étranger. Bref des détournements de fonds publics et des abus de biens sociaux. Sans parler des conditions d’attribution de la grand-croix de la Légion d’honneur à cet ami milliardaire si généreux. L’ensemble de ces faits font actuellement l’objet d’une enquête du parquet national financier dont François Fillon conteste par avance le rôle. Du coup, même mis en examen, Fillon a déclaré vouloir maintenir sa candidature. Un véritable suicide politique pour son parti et pour lui-même. Dans le cas même où il serait élu celui qui voulait incarner la rigueur ne disposerait d’aucune légitimité morale pour opérer les réformes dont pourtant certaines s’imposent. Dès lors  l’entêtement de François Fillon à aller jusqu’au bout de l’élection suscite de légitimes interrogations mêmes dans son propre camp où il a réussi jusque-là à imposer une quasi omerta. Inutile de chercher des raisons à ce maintien surréaliste de François Fillon comme candidat : il veut simplement éviter d’aller en prison. En effet s’il est élu ces différentes affaires seront traités dans 5 ou 10 ans dans le cadre de la cour de justice de la république qui jusqu’alors n’a pratiquement jamais condamné personne puisque composée de politique plus ou moins impliqués dans les scandales politiques ou financiers. En tout cas qui vivent  du système. On peut évidemment envisager différentes hypothèses quant à l’évolution juridique de l’affaire mais le mobile est clair pour Fillon: échapper à la justice, échapper à la prison.  Le Parquet national financier (PNF) décidera des suites à donner à l’enquête préliminaire. Si les charges persistent, la procureure Eliane Houlette aura le choix soit de délivrer une citation directe, provoquant un procès en correctionnelle, soit de confier la suite de l’enquête à des juges d’instruction, ouvrant la voie à d’éventuelles mises en examen. (…) « Depuis sa création il y a trois ans, la préférence du PNF va aux citations directes, sans passer par les juges d’instruction », analyse un avocat parisien. Selon plusieurs sources, le parquet général de Paris était favorable à l’ouverture d’une information judiciaire dès cette semaine. « Cela fait partie des discussions normales entre le parquet général et le PNF », nuance-t-on au parquet général, sans voir dans ce désaccord matière à conflit. Si Eliane Houlette n’a pas hésité à lancer cette enquête à moins de cent jours de l’élection, elle n’en a pas moins donné des consignes de fair-play. Les policiers ont proposé que les personnes entendues dans le cadre de l’enquête préliminaire soient assistées de leur avocat, ce qui n’est pas toujours le cas. Les enquêteurs de l’office anticorruption de Nanterre ont interrogé les époux Fillon dans les locaux de la PJ de Versailles, leur évitant micros et caméras. Enfin, ils ont eu pour consigne d’éviter les perquisitions avec gyrophares et les gardes à vue. « Le camp Fillon a bien tort de tirer à boulets rouges sur le PNF », analyse un juriste parisien, persuadé au contraire que la juridiction dirigée par Eliane Houlette fait pour l’heure « un sans-faute». Notons qu’. « Eliane Houlette ne connaît aucun homme politique, n’a jamais rencontré François Hollande et ne connaissait pas Christiane Taubira avant sa nomination. Elle est d’une indépendance totale », assure un juriste qui connaît bien la magistrate.

Brexit : Boris Johnson doit aller en enfer

Brexit : Boris Johnson doit aller en enfer

Ce  n’est pas l’avis  officiel de Cameron mais de son entourage,  Boris Johnson a joué à l’apprenti sorcier uniquement pour démolir Cameron lequel par parenthèse porte aussi une responsabilité dans ce référendum qu’il a proposé pour assurer sa propre réélection ;  en fait ni Boris Johnson, ni Cameron ne s’attendaient à ce résultat même si l’un a  milité pour le brexit, l’autre contre. Du coup c’est un peu la révolution au sein des conservateurs. Pour preuve de son inconséquence Boris Johnson demande maintenant de retarder les négociations du divorce avec l’union économique et souhaitent même que les relations commerciales avec l’Europe  ne soient pas modifiées. Une manière de s’excuser de sa position en faveur du break site en tout cas de la légitimer.  Le Royaume-Uni continuera à avoir accès au marché unique européen, estime le partisan du Brexit Boris Johnson, dans un article publié dimanche dans le Telegraph. L’ex-maire de Londres explique que la Grande-Bretagne peut désormais bâtir une relation fondée sur le libre échange et un partenariat « économique » avec l’Europe, plutôt que de faire partie d’un système politique fédéral, ajoutant que des accords commerciaux pourront être conclus avec les économies en croissance hors de l’UE. « L’économie est en de bonnes mains », poursuit-il. « La plupart des personnes raisonnables se rendent compte que le gouverneur de la Banque d’Angleterre Mark Carney a fait un travail superbe, et maintenant que le référendum est fini, il sera en mesure de continuer son travail sans être en première ligne politiquement. » Mais Mark Carney avait mis en garde les partisans du Brexit contre les conséquences économiques d’une sortie de l’Union. Boris Johnson dit en outre ne détecter aucun « appétit véritable » pour un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, en dépit des déclarations en faveur d’un nouveau scrutin de la première ministre écossaise Nicola Sturgeon. . Boris Johnson manœuvre évidemment pour prendre la tête du parti est remplacé Cameron comme premier ministre.  Mais, la fronde s’organise et ses détracteurs décochent leurs premières flèches. «Tu as tué notre premier ministre, on va te tuer», rumineraient les alliés de Cameron, selon The Sun. «Il est douloureux de constater que Boris et Gove  (son allié) n’ont aucun plan, aucune idée de ce qu’ils font. Ils ne s’attendaient pas à gagner», rapporte un proche du premier ministre, cité par The Sunday Telegraph. Theresa May, la ministre de l’Intérieur, s’impose de plus en plus comme l’arme anti-Boris. Principale rivale de l’ex-maire de Londres, elle s’est intelligemment tenue à distance de la campagne pour le Brexit et devrait entrer dans la course d’ici à la fin de semaine. Ses proches s’affairent actuellement à rallier les soutiens. David Cameron ne devrait soutenir aucun candidat, mais ses proches auraient une préférence pour May, qu’il craint, mais respecte. «Boris a sa place réservée en enfer (…) Nous devons nous mettre derrière Theresa, c’est elle l’adulte», estime un membre du premier cercle de Cameron, cité par le Times. Dans ce jeu du «tout sauf Boris», les proches du favori redoutent même un complot, qui viserait à changer les règles de l’élection du leader conservateur, en garantissant qu’un des deux candidats soit une femme. De quoi nuire à celui dont un des slogans de campagne était il y a quelques années: «votez tory, votre femme aura de plus gros seins.»

Loi travail : la CFDT menace d’aller dans la rue

Loi travail : la CFDT menace d’aller dans la rue

 

 

La CFDT a déclaré sur France Info qu’elle n’excluait pas d’aller dans la rue si les modifications qu’elle souhaite ne sont pas intégrées dans la loi travail. Or jusqu’à maintenant Manuel Valls n’a envisagé de modification qu’à la marge. Du coup il faudra qu’il recule bien davantage s’il veut éviter que la CFDT qui joue un rôle pivot parmi les organisations syndicales ne rejoigne le camp des contestataires systématiques. Considéré comme trop libérale par toutes les organisations syndicales mais aussi par le parlementaire de gauche, la loi travail devra être sérieusement amendée pour pouvoir être votée. Une loi par ailleurs juridiquement assez mal ficelée et qui se caractérise par un décalage entre la flexibilité accordée aux entreprises et la garantie aux salariés. Une loi cependant sans doute nécessaire mais qui aurait exigé une autre préparation, une autre concertation  et surtout une vision plus globale de la transformation du contrat et  des conditions de travail. Finalement davantage une loi de posture politique essentiellement destinée à redonner à Manuel Valls le leadership de la réforme, leadership très menacé par Emmanuel Macron. Lequel vient encore de mettre les pieds dans le plat à la veille du sommet entre Hollande et Cameron sur la question des migrants et du rôle  de la place financière de Londres. Un sujet qui éloigne de la loi mais qui montre qu’il y a bien concurrence entre les deux hommes en matière d’affichage réformiste. Ce qui explique sans doute la brutalité et les crispations de Manuel Valls sur la question de la loi travail   qu’il veut transformer en marqueur de sa gouvernance. Véronique Descacq de la CFDT est revenue sur les points de désaccord avec ce texte. « Ce qui nous fâche, ce n’est pas qu’on renvoit à la négociation d’entreprise la possibilité de mieux organiser car nous on pense que c’est dans les entreprises qu’on est le mieux à même de négocier les contreparties utiles pour les salariés. Ce qui nous fâche c’est que la loi fait mine de le faire. En cas d’accord, dans un certain nombre de cas (astreinte, forfait jour) l’employeur peut faire ce qu’il veut. Il ne sera donc pas incité à négocier. C’est ça qui met en colère la CFDT. C’est notamment ça qu’on veut faire retirer du projet de loi ». Selon la numéro deux de la CFDT, ce texte est « probablement influencé par une espèce de chantage. Notre pays a besoin de réforme et les réformes proposées par le patronat sont libérales. C’est ce qu’on reproche à ce projet de loi : il est trop libéral. La CFDT pense que le statu quo n’est pas possible avec cinq millions de chômeurs… mais il faut des réformes qui sécurisent le parcours des salariés et nous on pense que le dialogue social est la meilleure façon de le faire. » La CFDT a obtenu un rendez-vous avec Myriam El-Khomri lundi. « Il faut réécrire toute la partie sur le temps de travail pour qu’il n’y ait pas de recul par rapport au code du travail actuel et que toutes les modifications du droit actuel puissent se faire par la négociation et par accord majoritaire seulement. Il y a aussi un certain nombre de dispositions sur le licenciement économique qu’on veut revoir pour ne pas fragiliser les salariés et en particulier l’emploi en France. Et puis il y a évidemment le barème prud’homal qui doit être pour nous purement et simplement supprimé. » Cependant, la secrétaire générale adjointe de la CFDT a reconnu qu’il y a de bonnes choses dans ce texte. « La disposition sur le compte personnel d’activité pour lequel nous sommes très favorables parce que c’est une nouvelle façon de sécuriser des parcours des salariés. Ce sera le cas pour les professionnels autonomes comme les travailleurs du numérique. Ça c’est une bonne idée mais il n’y a pas suffisamment de droits attachés à ce dispositif. On pense qu’on peut faire mieux. » Contrairement à ce que dit le gouvernement, pour Véronique Descacq, « il ne s’agit pas seulement d’un manque de pédagogie…Il s’agit, à ce stade, d’une orientation trop libérale du projet de loi. On veut se mobiliser pour plus de sécurisation pour les salariés. » C’est la raison pour laquelle la CFDT « n’exclut pas de descendre dans la rue mais il faut d’abord attendre le rendez-vous de lundi ».

L’Insee met des lunettes roses : ça va aller mieux !

 

L’Insee met des lunettes roses : ça va aller mieux !

L’INSEE ne sait plus trop quoi faire pour plaire pouvoir politique dont il dépend. Du coup l’institut ne cesse de prévoir le bout du tunnel pour l’économie. Pour résumer après avoir été très malade la France serait en train de sortir de convalescence. Ce qui est sûr c’est qu’elle ne risque pas la surchauffe puisqu’en réalité INSEE ne prévoit que 0,1 % en plus par rapport aux prévisions initiales du gouvernement. Cette reprise en pente douce s’explique par une accélération des exportations, à la faveur de la baisse de l’euro et des ventes d’aéronautique, tant militaires que civiles, réalisées au début de l’année. Le commerce mondial pâtit certes du ralentissement chinois, mais il reste vigoureux entre pays développés et la France en profite. L’INSEE n’a sommes pendant pas intégré dans ses prévisions le tassement récent et très spectaculaire des ses exportations allemandes victimes elles aussi de la chute de croissance en Chine. Du coup la convalescence pourrait se prolonger encore durant toute l’année 2016. L’INSEE estime aussi que les Français bénéficient d’une faible inflation, leur pouvoir d’achat est trois fois moins amputé qu’en 2013 par les hausses d’impôts. La consommation s’accroît, donc. Malheureusement cette argumentation se fonde sur un indice des prix obsolète qui  fausse la mesure de l’évolution du pouvoir d’achat en francs constants. L’INSEE par contre  sans doute pas tort quand il constate une légère amélioration des résultats financiers des entreprises Les entreprises parviennent ainsi à dégager des moyens financiers plus importants. Leur taux de marge se redresse, à la faveur de la baisse du pétrole (pour moitié) et du Crédit d’impôt compétitivité emploi (pour l’autre moitié), estime l’Insee. Il atteindrait 31,5% de la valeur ajoutée, au plus haut depuis début 2011, après une dégringolade à 29,1% mi-2014. Par contre  INSEE se trompe encore en prévoyant une stabilisation du chômage car les entreprises n’ont pas suffisamment de certitudes pour procéder à des embauches et font face au pic de carnet de commandes avec l’intérim. L’activité économique pourrait être bien plus tonique si le secteur du bâtiment, toujours amorphe, ne plombait pas l’ambiance. Le marasme de la construction coûte 0,4 point de PIB, a calculé l’Insee. Autrement dit, si cette branche connaissait une conjoncture normale, la croissance de la France serait supérieure à 1,5%, le seuil, donc, à partir duquel le chômage a de fortes chances de baisser. « La faiblesse de l’investissement en construction explique le différentiel de croissance avec la zone euro », soulignent les statisticiens.

 

Lien:

  • site poèmes-chansons-théâtre de l’auteur

Immobilier : Maison individuelle » ça va aller » ( proverbe africain)

Immobilier : Maison individuelle » ça va aller » ( proverbe africain)

 

Cela fait des mois et des mois que les professionnels ne cessent de déverser un faux optimiste en considérant que demain, ça ira mieux. Il a d’abord fallu du temps pour qu’ils ad mettent l baise  des prix dans l’ancien et la baisse des transactions . Maintenant ils tablent toujours sur une reprise du neuf en 2015. « ca va aller » comme on n dit en Afrique sans trop y croire. Pourquoi cela irait-il mieux ? Le pouvoir d’achat n’évolue pas, le chômage atteint des record, la croissance est atone, les demandes de permis de construire diminuent. Oui mais les liquidités sont disponibles, les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi bas. Et alors la question centrale c’est la solvabilité des acquéreurs surtout des primo-accédants, une question structurelle. Les primo-accédants pour un très grand nombre sont exclus du marché. ( charges trop importantes, banques encore plus restrictives, foncier hors de prix, durée d’amortissement des prêts:  trop courts etc.).   »On a atteint le fond de la piscine. » Dit pourtant  Christian Louis-Victor, président de l’Union des maisons françaises, qualifie l’état de son secteur. « Le marché est en forte dépression. Pour la seule année 2014, nous enregistrons une baisse de 4% des ventes de maisons par rapport à 2013″. Soit un total de 99 000 ventes réalisées contre 102 600 en 2013. Un recul moins fort que les années précédentes (-16% en 2012, -19% en 2013). Ce qui montre que « le marché se stabilise à un niveau bas ».   En ce qui concerne les régions, le bilan est plus contrasté. La France est coupée en deux, selon l’UMF, avec un nord solide et un sud qui dévisse. « En Île-de-France, les ventes progressent de 9% », indique le président de l’Union. « Il faut bien entendu exclure la capitale et se focaliser sur l’est de la région francilienne. C’est une importante réserve de foncier. » Le bassin parisien, élargi selon le découpage de l’UMF, enregistre une baisse minime de 4%, soutenu par l’Orléanais (Eure-et-Loir, Loiret, Loir-et-Cher) : « La zone est très bien desservie par les transports en commun. Les particuliers font bâtir leurs maisons ici et travaillent en Île-de-France », précise-t-il. Et ailleurs ?    La situation se détériore en Languedoc, où les ventes chutent de 17% : « Les flux migratoires de la région parisienne et des territoires riches se sont taris. Ils étaient massivement composés d’actifs, bientôt en retraite, qui faisaient construire une résidence. On peut supposer que certains ont préféré partir au Portugal, où le cadre fiscal est plus avantageux », explique Christian Louis-Victor.  Les ventes en région Paca reculent également de 11%. Un résultat dû au coût du foncier, en hausse constante dans le secteur. Selon l’observatoire des statistiques du ministère de l’Écologie et du Développement Durable, le prix du terrain à bâtir est passé de 97 euros le m² en 2006 à 125 euros en 2013. « De quoi faire fuir les primo-accédants« , commente le président de l’UMF.  Mais depuis la fin de l’année 2014, la baisse ralentit. « En décembre, les particuliers ont réinvesti les points de vente, malgré le contexte économique difficile. Les annonces du Premier ministre sur le Logement en août dernier se font ressentir. » Le nouveau prêt à taux zéro y est pour beaucoup.  Côté perspectives, L’UMF anticipe sur une stabilisation voire une légère reprise des ventes (+2%) pour l’année 2015. « Mais tout dépendra du gouvernement », s’empresse d’ajouter le président de l’UMF, « la relance sera au rendez-vous si les aides publiques indispensables à l’accession, comme le PTZ ou encore l’APL, sont maintenues. Ces mécanismes de soutien sont minoritaires dans le neuf et représentent une faible part (2.5 milliards d’euros) du budget total dédié à la politique du logement (46 milliards en 2014) », estime Christian Louis-Victor.  En novembre dernier, le gouvernement avait annoncé qu’il comptait supprimer l’APL dans l’accession pour 2016 ( en tout cas il pourrait bien en modifier les conditions), alors que le dispositif profite actuellement à près de 500 000 ménages. Une décision qui fait écho à un récent rapport remettant en cause les aides au logement.

 

 

BCE : aller plus vite …dans le mur?

BCE : aller plus vite …dans le mur?

Pour Drahi,  il faut accélérer les réformes en clair, aller plus vite en matière d’austérité. L’activité s’écroule en zone euro mais Draghi(  la vois de l’Allemagne), persiste et signe. Certes les déficits ne sont pas la solution mais amortir en quelques ânnées. des dettes qui datent d’une trentaine d’années est pourtant suicidaire. Alors que la croissance s’évapore dans la zone euro sur fond de baisse des prix, la Banque centrale européenne n’a pas l’intention de baisser la garde, bien au contraire. En réunion à Jackson Hole avec les autres grands argentiers du monde, Mario Draghi a indiqué que la BCE, qui soutient déjà l’économie européenne à bout de bras, était prête à faire davantage en cas de besoin. Notamment en renforçant son dispositif pour stimuler le crédit bancaire, à travers le rachat de titres adossés à des prêts (ABS). Pour autant, le patron de la BCE a clairement mis les pays européens face à leurs responsabilités. «Aucun accommodement budgétaire ou monétaire ne peut compenser les réformes structurelles nécessaires dans la zone euro», a-t-il martelé, en précisant que «les mesures structurelles nationales (…) ne peuvent plus être reportées. Cet agenda de réformes couvre le marché du travail, les marchés de produits, ainsi que les actions de soutien à l’environnement des affaires», a-t-il précisé. Ces propos sonnent comme une réponse à la France, qui lui reproche de ne pas faire assez pour la croissance.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol