Archive pour le Tag 'Allemagne'

Page 5 sur 21

Croissance Allemagne : forte chute de la production industrielle

Croissance Allemagne : forte chute de la production industrielle

Après une quasi-stagnation en février (+0,3%), la production industrielle allemande a chuté de 9,2% en mars sur un mois, ce qui représente « la plus forte diminution depuis le début de la série en janvier 1991″, selon l’institut.

Cette statistique déjoue les pronostics des analystes sondés par le fournisseur de services financiers Factset, qui comptaient sur une baisse de 5%.

Coronavirus Allemagne : 94 décès en 24 heures

Coronavirus Allemagne : 94 décès en 24 heures

Le nombre de cas de contamination confirmés au coronavirus en Allemagne a grimpé à 161.703, selon les données publiées samedi par l’Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses.

L’épidémie de COVID-19 a causé 94 décès supplémentaires, portant à 6575 le nombre de morts dans le pays.

Coronavirus Allemagne : une chute de 20 % du PIB

Coronavirus Allemagne : une chute de 20 % du PIB

 

L’Institut IFO, le plus grand institut économique d’Allemagne, envisage jusqu’à une baisse de 60 % de l’activité pendant deux mois dans ses scénarios les plus pessimistes et jusqu’à une baisse de 20 % du PIB. Une véritable catastrophe qui pourrait coûter plus de 700 milliards d’euros. Les conséquences seront en effet très dures pour l’Allemagne dans l’économie repose surtout sur ses exportations notamment de machine-outis et d’automobiles. Or pour l’instant, le commerce international est fortement affecté du fait de la paralysie d’une partie du transport aussi de la fermeture des frontières en tout cas de la difficulté à les franchir pour les marchandises. « Les coûts éclipseront sans doute tout ce que nous connaissons des crises économiques et des catastrophes naturelles de ces dernières décennies en Allemagne », a prévenu lundi Clemens Fuest, le très écouté président de l’institut de prévision Ifo. « Suivant le scénario, les activités économiques se contracteront de 7,2 % à 20,6 %, ce qui correspond à un coût global de 255 à 729 milliards d’euros », a-t-il calculé.

Alors que la France attend l’annonce imminente de la prolongation de la période de confinement, « le coût d’un arrêt partiel de l’économie pendant deux mois se situera entre 255 et 495 milliards d’euros suivant le scénario », a calculé l’économiste. La performance économique se réduirait alors de 7,2 % à 11,2 %. Mais il parle ici du meilleur des scénarios, qui prévoit une baisse à 60 % de l’activité pendant deux mois suivie d’une remontée à 80 % au cours du troisième mois puis un retour à 100 % au cours du quatrième mois.

« Cependant, si l’arrêt partiel de l’économie durait trois mois, les coûts grimperaient jusqu’à un chiffre compris entre 354 et 729 milliards d’euros, soit une perte de croissance de 10,0 à 20,6 points de pourcentage », a poursuivi Clement Fuest. Et chaque prolongation d’un à deux mois ajouterait des coûts de 230 milliards d’euros. Dans le pire des scénarios L’Institut prévoit la suppression d’un, 8 millions d’emplois. On est loin évidemment des conséquences envisagées en France puisque officiellement le ministre de l’économie Bruno Lemaire limite l’impact à un ou 2 % sur le PIB . Une prévision complètement irréaliste voire irresponsable.

Allemagne: fermeture de la frontière avec la France

Allemagne: fermeture de la frontière avec la France

 

l’Allemagne va prendre une mesure que la France n’a pas même évoquée jusque-là. En effet, l’Allemagne va mettre en place des contrôles très renforcés, lundi à partir de 8h locales (7h), à ses frontières avec la France, la Suisse et l’Autriche et seuls les travailleurs transfrontaliers et les transports de marchandises seront autorisés à passer, a indiqué à l’AFP une source gouvernementale à Berlin, confirmant des informations du quotidien Bild.

Bien obligée, la France qui ne veut pas paraître soumise à l’Allemagne a pris des mesures équivalentes pour les passages outre-Rhin. La France  officiellement annoncé une mesure similaire: elle va renforcer les contrôles à sa frontière avec l’Allemagne et « limiter les traversées de la frontière au strict nécessaire, en laissant passer les personnes transfrontalières et le transport de marchandises », a indiqué le ministère français de l’Intérieur.

Pour se dédouaner de son immobilisme, le ministère des affaires étrangères affirme que les mesures de contrôle ont été prises de manière concertée, ce qui est inexact. Notons par ailleurs que le contrôle frontières par l’Allemagne concerne seulement la France pour l’instant La mesure a été décidée par le gouvernement fédéral de la chancelière Angela Merkel et les dirigeants des trois Etats régionaux allemands concernés, le Bade-Wurtemberg, la Bavière et la Sarre. Elle ne concerne pas à ce stade les autres pays frontaliers de l’Allemagne, jugés à ce stade moins problématiques concernant la propagation du virus. Parmi ces autres pays, la Pologne, la République tchèque ou le Danemark ont toutefois déjà fermé leurs frontières avec leurs voisins ou introduit de fortes restrictions.

Coronavirus Allemagne : plus 100 infectés samedi 800 en tout

Coronavirus Allemagne : plus 100 infectés samedi 800 en tout

 

 

L’Allemagne comme d’autres pays connaît une nette accélération du nombre de personnes infectées. Le nombre de cas de contamination avérés au nouveau coronavirus en Allemagne a bondi de plus de 100 samedi, pour atteindre 795 personnes en milieu d’après-midi.

L’Allemagne comptait samedi dans la matinée 684 cas confirmés de contamination au coronavirus, selon l’institut Robert Koch, avec des foyers épidémiques importants dans l’ouest et le sud du pays.

Le total est bien plus de dix fois supérieur à ce qu’il était il y a une semaine. L’Allemagne recensait 66 cas le 29 février.

La première économie de la zone euro, et le pays le plus peuplé d’Europe occidentale, est le deuxième pays du continent après l’Italie pour le nombre de cas de contamination enregistrés.

Jusqu’à présent, aucun décès lié au coronavirus n’a été signalé en Allemagne.

Coronavirus Allemagne: 109 qu’un nouveau, 349 en tout

Coronavirus Allemagne: 109 qu’un nouveau, 349 en tout

 

Comme dans nombreux pays, comme en France, la contamination s’amplifie en Allemagne. Cent-neuf nouvelles infections dues au coronavirus ont été confirmées au cours des 24 dernières heures en Allemagne, où le total est désormais de 349 cas, a fait savoir jeudi l’Institut Robert-Koch.

Un seul des seize Lander est épargné et celui de Rhénanie du Nord-Westphalie, qui est le plus peuplé, est aussi le plus touché avec 175 cas, précise-t-il.

Allemagne climat des affaires: légère amélioration

Allemagne climat des affaires: légère  amélioration

 

L’enquête de L’Ifo a mesuré une légère amélioration climat des affaires en Allemagne qui permet d’espérer une très petite croissance en 2020 cependant sans doute inférieure à 1 %. Notons cependant que cette enquête a été effectuée avant qu’on ne prenne connaissance du développement du Coronavirus dans de nombreux pays dont l’Italie. L’indice du climat des affaires calculé par l’institut d’études économiques Ifo s’affiche à 96,1 contre 96,0 en janvier, chiffre révisé à la hausse après une estimation initiale à 95,9.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une baisse de l’indice pour le mois en cours, à 95,3.

“L’économie allemande apparaît épargnée par les développements entourant le coronavirus”, déclare dans un communiqué le président de l’Ifo, Clemens Fuest, qui maintient sa prévision d’une croissance de 0,2% du produit intérieur brut (PIB) de l’Allemagne au premier trimestre.

Syrie : un sommet enfin entre Russie France, Turquie et Allemagne

Syrie : un sommet enfin entre Russie France, Turquie et Allemagne

 

Une avancée significative avec la perspective d’une rencontre envisagée par la Russie avec la Turquie, l’Allemagne et la France. Il est clair que la situation devient de plus en plus explosive dans certaines zones de la Syrie victime de la concurrence guerrière de grands pays alors que le terrorisme n’est pas encore maîtrisé. Une situation invivable notamment dans la  province syrienne d’Idlib . Parallèlement, la Turquie qui s’est aussi invitée dans un conflit complexe demande une aide humanitaire des populations complètement coincées et isolées. La Russie envisage cependant l’organisation d’un sommet sur la Syrie avec la Turquie, la France et l’Allemagne, a déclaré vendredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel se sont entretenus par téléphone jeudi avec le président russe Vladimir Poutine pour lui demander de contribuer à faire cesser les combats dans la province syrienne d’Idlib, où ils craignent une grave crise humanitaire.

“L’éventualité d’organiser un sommet est en cours de discussion. Il n’y a aucune décision ferme à ce sujet pour l’instant. (Mais) si les quatre dirigeants le jugent nécessaire, nous n’excluons pas la possibilité d’une telle rencontre”, a dit Dmitri Peskov à la presse.

Croissance Allemagne : chute de la production industrielle en décembre

Croissance Allemagne : chute de la production industrielle en décembre

 

 

La production industrielle allemande a enregistré en décembre une baisse encore plus importante qu’en France en décembre ( -2,8 % en décembre pour la France). La production industrielle allemande a en effet chuté de 3,5% sur le dernier mois de 2019, sa plus forte contraction depuis janvier 2009, alors que le consensus attendait un recul de 0,2%, montrent les chiffres publiés vendredi par Destatis, l’office allemand de la statistique.

Les données de novembre ont été révisées pour montrer une augmentation de 1,2% contre une estimation initiale de +1,1%.

Une statistique distincte également publiée vendredi montre que les exportations ajustées ont augmenté de 0,1% et que les importations ont reculé de 0,7%, toujours pour le mois de décembre.

Allemagne : La 5G chinoise contre des voitures allemandes ?

Allemagne : La 5G chinoise contre des voitures allemandes ?

Il se joue actuellement en Allemagne une bataille assez sulfureuse concernant l’utilisation de la technologie chinoise 5G de Huawei. En fait,  si certains en Allemagne se montrent favorables au développement de cette technologie, c’est officiellement pour  que le pays ne prenne pas de retard quant au développement de la dernière norme de communication par mobile. Une norme qui permettra de nombreuses applications. On sait que les États-Unis ont mis en demeure l’Europe de refuser cette technologie chinoise  pernicieuse  qui permet notamment de récupérer de précieuses informations d’ordre commercial mais aussi personnel. Ce que craint surtout l’Allemagne qui sait que l’opposition au développement de la technologie chinoise entraînera  des représailles sur ses ventes d’automobiles déjà fortement atteintes par le ralentissement de la puissance asiatique. L’Europe s’efforce de trouver un compromis et de  surmonter les contradictions de l’Allemagne voire  d’autres, cela avec  des critères de sécurité très contraignants qui permettent  de mettre en concurrence l’opérateur Huawei avec d’autres notamment européens.

Dans un discours qu’il prononcera dimanche après-midi à Munich, dans le cadre de la conférence DLD (Digital Life Design), l’ancien ministre français des Finances soulignera que la mise en place de réseaux de téléphonie mobile de cinquième génération exigera des normes de sécurité plus sévères que pour les précédentes générations.

“La mise en place de conditions de sécurité plus strictes n’engendrera pas de retards dans le développement de la 5G en Europe”, dira Thierry Breton, selon le texte du discours que Reuters a pu consulter par avance. “L’Europe, y compris l’Allemagne bien sûr, est sur les rails. Nous ne sommes pas en retard en Europe dans le déploiement de la 5G”, fera-t-il valoir.

Ces propos de Thierry Breton interviennent en plein débat sur le rôle que doit jouer l’équipementier chinois Huawei dans le développement de la 5G et contredisent ceux du ministre allemand de l’Intérieur Horst Seehofer, qui a estimé cette semaine que la mise à l’écart de Huawei retarderait de cinq à dix ans l’installation de la 5G en Allemagne.

“Je ne vois pas comment nous pourrons mettre en place la 5G en Allemagne sans la participation de Huawei”, a déclaré Seehofer dans les colonnes du Frankfurter Allgemeine Zeitung. Thierry Breton, qui est à la tête d’un vaste portefeuille à la Commission (marché intérieur, politique industrielle, numérique, défense, espace), invite au contraire l’Europe à préserver sa “souveraineté technologique” en développant des solutions alternatives à la Chine ou aux Etats-Unis dans les domaines stratégiques.

A Munich, le commissaire au Marché intérieur n’appellera pas à l’exclusion de Huawei: “Toute entreprise, européenne ou non, sera la bienvenue tant qu’elle respecte les règles européennes. Nous ne construirons pas une forteresse européenne.” Mais sa défense des intérêts européens devrait sonner agréablement à l’oreille des concurrents européens de Huawei tels que Nokia ou Ericsson.

Les conservateurs allemands se divisent actuellement sur une proposition des sociaux-démocrates, leurs partenaires de coalition, qui reviendrait à bannir Huawei du développement de la 5G en Allemagne. L’ambassadeur de Chine à Berlin, Ken Wu, a en outre laissé entendre le mois dernier que Pékin pourrait se livrer à des représailles en cas d’exclusion de Huawei, en visant notamment les millions d’automobiles vendus en Chine par les constructeurs allemands.

Dans un entretien récent à l’hebdomadaire « The Economist », Emmanuel Macron a notamment indiqué que la France et l’Europe ne devaient pas perdre la main sur les réseaux télécoms en offrant un boulevard aux technologies chinoises : « Pendant des années, on a délégué aux opérateurs de télécommunications des choix souverains, des sujets d’intérêt qui ne peuvent être gérés par des entreprises ». Sans le citer, le chef de l’État fait ici référence au géant chinois Huawei, qui a pris, ces dernières années, une place importante dans les réseaux mondiaux.

 

En Allemagne, une taxe carbone symbolique et inutile

En Allemagne, une taxe  carbone symbolique et inutile

Pour faire plaisir aux écolos bobos, l’Allemagne va augmenter la pris du carbone. mais une augmentation  complètement symbolique et eu demeurant inefficace tant qu’on ne propose  pas d’offre alternative surtout pour le transport et le chauffage. En fait , c’est de la fiscalité qui s’ajoute à la fiscalité. Il est clair que la véritable transition énergétique passe par une évolution des normes , l’émergence de technologies nouvelles et une régulation qui ne repose pas exclusivement sur les aspects monétaires. Initialement prévu à 10 euros par tonne, ce prix de l’émission de CO2 sera finalement fixé à 25 euros par tonne à partir du 1er janvier 2021, selon l’accord négocié dans la nuit de dimanche à lundi par le gouvernement et les Länder allemands, et annoncé lundi par le ministère de l’Environnement.

Ce système destiné à compléter le marché européen du carbone, point clé du projet de loi climat présenté par la chancelière en septembre, devrait entraîner une hausse de 7 à 8 centimes par litre du prix du carburant.

Le prix de ces émissions de CO2 passera ensuite à 30 euros en 2022, puis 55 euros en 2025, date à laquelle ces permis d’émission nationaux devraient s’intégrer à un système européen élargi, à un prix compris entre 55 et 65 euros.

La mesure comble un vide car le périmètre actuel du marché européen du carbone ne couvre qu’une moitié des émissions de CO2 environ: les seuls secteurs pris en compte sont l’industrie lourde ou l’énergie, laissant de côté le bâtiment ou les transports. Les recettes de ces hausses de prix doivent financer une baisse de la taxe EEG de soutien aux énergies renouvelables payée par les contribuables allemands.

L’accord a toutefois été critiqué par l’industrie allemande, qui y voit une menace pour la compétitivité du pays. « L’augmentation du prix du CO2 menace de détériorer drastiquement la compétitivité », a fustigé dans un communiqué Holger Lösch, directeur adjoint de la fédération de l’industrie (BDI), demandant « une compensation » pour les « nombreuses » entreprises qui « seraient désavantagés par rapport à la concurrence internationale ».

Perspective économique Allemagne : le malade de l’Europe ?

Perspective Allemagne : le malade de l’Europe ?

 

 

Si l’on s’en tient à l’orthodoxie financière, l’Allemagne est  sans doute le pays qui présente le meilleur bilan. Elle dispose notamment d’une énorme marge budgétaire. Cependant pour l’avenir,  la tendance économique est inquiétante car sa croissance est en train de s’écrouler. Elle pourrait se limiter à une augmentation du PIB d’à peine   0,5 % seulement en 2019 et tutoyer la récession en  2020. En cause, évidemment la structure de l’économie allemande qui repose surtout sur son énorme capacité d’exportation notamment de machine-outils et d’automobiles. Le problème,  c’est que le commerce international s’est  notamment notoirement réduit et les exportations allemandes avec notamment en direction de la Chine. Ce tassement économique de l’Allemagne pèse lourdement sur l’ensemble de la zone euro. C’est pourquoi nombreux d’institutions et d’autres pays incitent l’Allemagne à utiliser ses marges budgétaires pour relancer l’économie. Pour l’instant l’Allemagne refuse de déroger à sa discipline budgétaire mais elle a convenu qu’elle pourrait emprunter via de nouvelles institutions notamment pour financer la transition énergétique et moderniser des infrastructures qui en ont bien besoin. Notons que c’est la technique déjà utilisée par la France quand elle cantonne des déficits par exemple à EDF ou encore à la SNCF (ce qui malheureusement ne suffit pas pour respecter les objectifs de réduction de déficit et de dette). L’Allemagne est donc  pressée par les autres pays de la zone euro d’investir davantage pour relancer l’économie, sinon ce pays pourrait faire plonger  l’Europe dans la crise économique et financière.

Terrorisme France, Allemagne, Grande Bretagne : le retour des fous de Dieu

Terrorisme  France, Allemagne, Grande Bretagne : le retour des fous de Dieu

 

 

En peu de jours trois  attentats ont été commis en France, en Allemagne et en Grande Bretagne ; Des attentats de nature terroriste commis le plus souvent par des radicalisés, souvent aigris et un peu déséquilibrés. Difficile dans ces conditions de lutter contre cette forme de terrorisme de nature plutôt individuelle  même si Daech en revendique ensuite la responsabilité. Les villes sont pleines de fous de différents genres, comment distinguer ceux qui ont des intentions criminelles pour prouver leur radicalisme ? Cinq personnes ont encore été blessées vendredi lors d’une attaque commise à l’arme blanche dans un centre commercial de Manchester et pour laquelle un suspect

“A première vue, toutes les pistes sont envisagées pour tenter d’établir les motivations de ce terrible incident”, a déclaré la police de l’agglomération de Manchester.

“Etant donné la localisation de cet incident et sa nature, des agents de la police antiterroriste mènent l’enquête” a dit la police. En mai 2017, un attentat suicide avait fait 22 morts à Manchester à la fin d’un concert de la chanteuse Ariana Grande. En Allemagne, attaque antisémite dans une synagogue a fait deux morts.

 

Dans une  vidéo de 35 minutes, l’auteur  affirme notamment que « l’Holocauste n’a jamais existé » et considère que les Juifs sont à l’origine de tous les problèmes, selon SITE qui dresse un parallèle avec une vidéo similaire filmée par l’auteur de l’attentat de Christchurch en Nouvelle-Zélande contre deux mosquées en mars dernier.

 

Jean-Charles Brisard, président du Centre d’analyse du terrorisme, est revenu vendredi au micro d’Europe 1 sur les récentes attaques commises en Europe, en insistant sur la forme, relativement nouvelle, que prend aujourd’hui le terrorisme en France et à l’étranger.

« Plus de 50% des individus qui sont passés à l’acte en France, depuis 2013, étaient inconnus des fichiers des services de renseignements », souligne-t-il.  »Le système est perfectible. On doit adapter nos dispositifs à la réalité du terrorisme tel qu’il s’exprime aujourd’hui et depuis plusieurs années maintenant : un terrorisme diffus, local et extrêmement difficile à prévoir, à anticiper et à prévenir. »

Allemagne: la croissance plonge

Allemagne: la croissance plonge

 

 

Les principaux instituts économiques  d’Allemagne confirment que la perspective d’une croissance de 0,8 % prévus en avril est illusoire. Comme on s’y attendait la croissance aura du mal à atteindre 0,5 % en 2019. De la même manière, on a révisé nettement à la baisse les perspectives pour 2020 avec une prévision autour de 1 %. C’est une très mauvaise nouvelle pour la zone euro quand on fait que l’Allemagne constitue le moteur de la dynamique européenne. Les facteurs explicatifs sont nombreux. Il y a sans doute d’abord le fait que l’économie mondiale s’inscrit dans un cycle baissier dont on ne sortira sans doute pas avant plusieurs années. Il faudra se contenter dans les pays développés d’une croissance entre 1et 1.5 % pour les meilleurs. Ensuite cette évolution de l’activité allemande tient à la structure de l’économie qui est essentiellement fondée sur la très forte capacité de l’Allemagne à exporter notamment des machines-outils et des automobiles. Parmi les principaux clients de l’Allemagne, il y a les États-Unis et la Chine. Or la Chine a enregistré la cinquième baisse consécutive ce mois-ci de son activité manufacturière.

D’une façon générale, son industrie a moins besoin de machines. Par ailleurs, le pouvoir des d’achat des chinois est  en berne et affecte  la vente de voitures d’origine allemande. L’Allemagne est aussi affrontée à de graves menaces commerciales de la part des États-Unis vis-à-vis des exportations automobiles. L’orthodoxie financière de l’Allemagne est aussi en cause. Certes on ne peut reprocher un pays une rigueur de gestion mais cette rigueur devient excessive quand elle tue l’économie. Depuis des années l’Allemagne se refuse en effet à utiliser ses excellents budgétaires pour un vrai plan de relance notamment en direction d’infrastructures devenues de plus en plus vétuste. C’est le modèle économique de l’Allemagne qui est en cause et qui devra, comme d’autres sans doute en raison des modifications du commerce international, recentrer une partie de son économie sur la consommation. Cette situation de l’Allemagne principal partenaire de la France ne sera pas sans conséquences sur l’activité générale en France. Comme l’Allemagne la France pourrait bien se contenter d’une croissance de 1 % en 2020

En Allemagne, les instituts tablent donc  pour 2020 sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 1,1%, contre 1,8% prévu il y a six mois.

Pour 2021, ils prédisent une expansion de 1,4%.

Allemagne–Climat : 100 milliards d’investissements en 10 ans

Allemagne–Climat : 100 milliards d’investissements en 10 ans

Au moment où près de 100 000 manifestants se sont réunis à Berlin dans le cadre de la défense du climat, la coalition gouvernementale a décidé un vaste plan de 100 milliards sur 10 ans articulant des objectifs environnementaux et des objectifs sociaux. Un investissement socio-écologique  où la pression de la rue n’est pas étrangère mais qui correspond aussi à la nécessité pour l’Allemagne de doper sa consommation et ses investissements pour relancer une économie particulièrement atone. La croissance pourrait en effet être limitée à 0,5 % cette année et le PIB pourrait frôler la récession en 2020 du fait en particulier de l’écroulement des exportations. L’annonce intervient alors que des dizaines de milliers de manifestants, 80.000 selon les organisateurs, s’étaient rassemblés à Berlin à l’emblématique Porte de Brandebourg, en ce jour d’un mouvement mondial de grève pour la défense du climat. La mobilisation devrait être particulièrement bien suivie en Allemagne, où les écologistes ont le vent en poupe et enchaînent les succès électoraux.

 

Au total, des manifestations doivent avoir lieu dans 575 villes allemandes, «du jamais vu», a estimé la porte-parole allemande du mouvement FridaysforFuture, Luisa Neubauer dans un tweet.

Selon le projet d’accord en discussion, des investissements d’«un montant à trois chiffres en milliards d’euros», soit au moins 100 milliards d’euros, sont prévus d’ici à 2030. Les partis se sont particulièrement disputés sur son financement, rendu extrêmement compliqué par le fait que le gouvernement refuse de contracter de nouvelles dettes, conformément à sa politique d’orthodoxie budgétaire du «Schwarze Null». Ceci étant, la problématique pourrait être contournée avec la création d’institutions spécifiques hors budget dont les emprunts et les déficits éventuels ne viendraient pas obérer les comptes officiels de l’Allemagne.

Les négociations achoppaient en particulier sur un modèle de tarification des émissions de CO2, où l’essence, le diesel, le gaz de chauffage ou le fioul pourraient être intégrés dans un marché national de certificats et voir leur prix monter, d’environ 11 centimes par exemple pour le litre de diesel.

 

Question centrale: où fixer le curseur pour à la fois avoir un prix suffisamment élevé afin d’inciter les consommateurs à opter pour les solutions les moins polluantes, mais en même temps ne pas provoquer de levée de bouclier de l’opinion, à l’exemple du mouvement des gilets jaunes en France ? Il est question dans les discussions de prix plancher et plafond sur ce marché. Concrètement, la stratégie du gouvernement comprend aussi une panoplie de mesures destinées à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l’énergie, le bâtiment, l’agriculture, l’industrie et les transports. Cela va de la promotion des transports publics et des trains, à l’augmentation du prix des voyages en avion en Allemagne, ou à diverses subventions pour le développement des voitures électriques ou pour des chauffages individuels efficaces et propres.

 

Economie Allemagne : le malade de l’Europe ?

Economie Allemagne : le malade de l’Europe ?

 

 

Si l’on s’en tient à l’orthodoxie financière, l’Allemagne est  sans doute le pays qui présente le meilleur bilan. Elle dispose notamment d’une énorme marge budgétaire. Cependant pour l’avenir,  la tendance économique est inquiétante car sa croissance est en train de s’écrouler. Elle pourrait se limiter à une augmentation du PIB de 0,5 % seulement en 2019 et tutoyer la récession en  2020. En cause, évidemment la structure de l’économie allemande qui repose surtout sur son énorme capacité d’exportation notamment de machine-outils et d’automobiles. Le problème,  c’est que le commerce international s’est  notamment notoirement réduit et les exportations allemandes avec notamment en direction de la Chine. Ce tassement économique de l’Allemagne pèse lourdement sur l’ensemble de la zone euro. C’est pourquoi nombreux d’institutions et d’autres pays incitent l’Allemagne à utiliser ses marges budgétaires pour relancer l’économie. Pour l’instant l’Allemagne refuse de déroger à sa discipline budgétaire mais elle a convenu qu’elle pourrait emprunter via de nouvelles institutions notamment pour financer la transition énergétique et moderniser des infrastructures qui en ont bien besoin. Notons que c’est la technique déjà utilisée par la France quand elle cantonne des déficits par exemple à EDF ou encore à la SNCF (ce qui malheureusement ne suffit pas pour respecter les objectifs de réduction de déficit et de dette). L’Allemagne est donc  pressée par les autres pays de la zone euro d’investir davantage pour relancer l’économie européenne, avec un message très clair émis vendredi par Mario Centeno, président de l’Eurogroupe, après une réunion des 19 à Helsinki. « Les pays qui disposent d’une marge budgétaire devraient l’utiliser pour contrer le ralentissement de l’économie », a dit le ministre portugais des Finances.

Il n’a pas nommé directement Berlin, mais il répondait à une question sur l’Allemagne, alors que les appels du pied se multiplient à l’attention de la première économie de la zone euro.

Jeudi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, qui avait annoncé au préalable un vaste cocktail de mesures anti-crise pour les 19 Etats de l’euro, avait lui aussi exhorté « les pays avec de la marge budgétaire » à investir.

Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovkis a abondé dans son sens vendredi à Helsinki: « la politique monétaire ne peut pas tout faire. Nous invitons les pays avec une marge budgétaire à l’utiliser pour soutenir l’économie ». Quant à l’Allemand Olaf Scholz,  il reste droit dans ses bottes et a prévu un équilibre budgétaire pour 2020.

Allemagne : Des milliers de manifestants à vélo contre l’automobile

Allemagne : Des milliers de manifestants à vélo contre l’automobile

 

Des milliers d’opposants aux voitures et à la pollution qu’elles engendrent ont défilé samedi à vélo à Francfort à l’occasion du salon international l’automobile, signe que même en Allemagne l’automobile n’est plus une vache sacrée. Entre 15.000 et 25.000 manifestants, selon la police et les organisateurs, ont réclamé en début d’après-midi une « révolution des transports », point culminant de la contestation d’une ampleur inédite. La plupart d’entre eux ont rallié le parc des expositions à vélo depuis plusieurs villes de la région, empruntant deux tronçons d’autoroutes fermés aux voitures pour l’occasion.

« Le salon de l’automobile représente le siècle passé », explique Christoph Bautz, directeur du groupe Campact, qui a co-organisé la manifestation. Il poursuit: « Nous voulons que l’avenir appartienne aux bus, aux trains et aux vélos – on n’en veut plus de ces gros SUV et voitures qui consomment beaucoup! »

La « génération climat » prend pour cible une branche fragilisée depuis l’éclatement en 2015 du scandale des moteurs diesel truqués chez Volkswagen, et le salon de Francfort cristallise les critiques adressées à ce secteur au moment où l’urgence climatique s’invite dans le débat public.

« L’industrie automobile est sous pression, elle n’a plus le soutien de la société comme il y a quelques années, car elle a raté des évolutions », explique Tina Velo, porte-parole sous pseudonyme du collectif « Sand im Getriebe » (« Du sable dans les rouages »), qui tentera dimanche de bloquer le salon.

Cette combinaison d’actions légales et illégales caractérise le mouvement de défense du climat qui progresse depuis des mois en Europe, et prend désormais pour cible une industrie longtemps intouchable par son importance pour l’économie allemande.

« L’industrie automobile n’a toujours pas compris la crise du climat », a déclaré Benjamin Stephan, militant de l’ONG. « Les constructeurs doivent en finir avec ces chars d’assaut urbains et arrêter les moteurs à combustion ».

Allemagne : le malade de l’Europe ?

Allemagne : le malade de l’Europe ?

 

 

Si l’on s’en tient à l’orthodoxie financière, l’Allemagne est  sans doute le pays qui présente le meilleur bilan. Elle dispose notamment d’une énorme marge budgétaire. Cependant pour l’avenir,  la tendance économique est inquiétante car sa croissance est en train de s’écrouler. Elle pourrait se limiter à une augmentation du PIB de 0,5 % seulement en 2019 et tutoyer la récession en  2020. En cause, évidemment la structure de l’économie allemande qui repose surtout sur son énorme capacité d’exportation notamment de machine-outils et d’automobiles. Le problème,  c’est que le commerce international s’est  notamment notoirement réduit et les exportations allemandes avec notamment en direction de la Chine. Ce tassement économique de l’Allemagne pèse lourdement sur l’ensemble de la zone euro. C’est pourquoi nombreux d’institutions et d’autres pays incitent l’Allemagne à utiliser ses marges budgétaires pour relancer l’économie. Pour l’instant l’Allemagne refuse de déroger à sa discipline budgétaire mais elle a convenu qu’elle pourrait emprunter via de nouvelles institutions notamment pour financer la transition énergétique et moderniser des infrastructures qui en ont bien besoin. Notons que c’est la technique déjà utilisée par la France quand elle cantonne des déficits par exemple à EDF ou encore à la SNCF (ce qui malheureusement ne suffit pas pour respecter les objectifs de réduction de déficit et de dette). L’Allemagne est donc  pressée par les autres pays de la zone euro d’investir davantage pour relancer l’économie européenne, avec un message très clair émis vendredi par Mario Centeno, président de l’Eurogroupe, après une réunion des 19 à Helsinki. « Les pays qui disposent d’une marge budgétaire devraient l’utiliser pour contrer le ralentissement de l’économie », a dit le ministre portugais des Finances.

Il n’a pas nommé directement Berlin, mais il répondait à une question sur l’Allemagne, alors que les appels du pied se multiplient à l’attention de la première économie de la zone euro.

Jeudi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, qui avait annoncé au préalable un vaste cocktail de mesures anti-crise pour les 19 Etats de l’euro, avait lui aussi exhorté « les pays avec de la marge budgétaire » à investir.

Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovkis a abondé dans son sens vendredi à Helsinki: « la politique monétaire ne peut pas tout faire. Nous invitons les pays avec une marge budgétaire à l’utiliser pour soutenir l’économie ». Quant à l’Allemand Olaf Scholz,  il reste droit dans ses bottes et a prévu un équilibre budgétaire pour 2020.

 

Montée de l’extrême droite dans l’ex Allemagne de l’Est

Montée de l’extrême droite dans l’ex Allemagne de l’Est

 

La montée des populismes et des partis extrêmes se confirme un peu partout ;  même l’Allemagne pourtant réputée pour sa stabilité politique ne fait pas exception. Plusieurs raisons à cela. La baisse tendancielle des partis conservateurs comme sociaux-démocrates d’abord qu’on rend responsables d’une baisse inquiétante de la croissance. Un phénomène qui n’est pas seulement conjoncturel mais aussi structurel car c’est le modèle allemand qui est en cause. Un modèle trop orienté vers l’industrie et l’exportation alors  que les tensions internationale affectent de manière significative les échanges. La seconde raison est liée à l’usure de l’alliance entre conservateurs et sociaux-démocrates au gouvernement, un phénomène classique. Il y a aussi, comme partout, contestation du système par les populistes. Il faut aussi prendre en compte les réactions à la politique d’immigration menée par Angela Merkel. D’où la montée de l’AFD parti qui  a enregistré dimanche les meilleures performances électorales de son histoire sans parvenir néanmoins à remporter les deux régions de la Saxe et du Brandebourg. Celles-ci faisaient hier l’objet d’un scrutin local lourd de conséquences pour l’avenir politique du pays. Selon les premiers sondages de la première chaîne ARD, cette formation – qui surfe sur le fort sentiment anti-immigrés prévalant dans l’est de l’Allemagne – a respectivement obtenu 27,5 % et 22,8 % des voix, soit des scores en progression respective de 18 et 10 points. Son porte-parole, Alexander Gauland, s’est dit «très heureux» tout en regrettant que son parti ne soit «pas devenu la première force» en ex-RDA.

En Saxe, par rapport au dernier scrutin de 2014, la CDU d’Angela Merkel, qui dirige actuellement le gouvernement régional, conserve sa première place tout en accusant un net recul de 7 points. Dans le Brandebourg, son allié social-démocrate SPD au sein de la coalition fédérale, qui tient les manettes du Land depuis 30 ans, remporte également le scrutin, en baisse pour sa part de 4 points.

Aux côtés de l’AfD, les Verts sont le seul parti à améliorer leur score – d’environ trois points – remportant 9 % et 10 % des voix en Saxe et dans le Brandebourg.

 

 

Retour de l’impôt sur la fortune……. en Allemagne ?

Retour de l’impôt sur la fortune……. en Allemagne ?

Comme les socialistes français, les sociaux démocrates allemands réclament le retour de l’impôt sur la fortune. Un impôt symbolique qu’on peut agiter en période électorale. En Allemagne on est entré dans une période électorale agitée d’une part pour prendre la tête d’un parti social démocrate, le SPD,  en perte de vitesse, d’autre part le remplacement de  Merkel chez  les conservateurs. Encore une fois cet impôt est très symbolique. Ainsi son produit en Allemagne rapporterait moins de 10 milliards, peut-être cinq seulement. En France son produit était d’un peu plus de 3 milliards alors que dans le même temps on va distribuer 200 milliards de dividendes sur un an presque le record du monde (proportionnellement). En Allemagne, le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, soutient le projet d’impôt sur la fortune que sa formation politique, le Parti social-démocrate (SPD), propose de mettre en œuvre, rapporte le quotidien économique Handelsblatt ce week-end dans son édition en ligne. Plusieurs dirigeants du SPD, partenaire minoritaire de la « Grande coalition » au pouvoir, doivent se réunir ce lundi 26 août pour discuter du projet développé par un groupe de travail dirigé par le député SPD de Hesse, Thorsten Schäfer-Gümbel.

Cette taxe pourrait rapporter 10 milliards d’euros par an, selon ses promoteurs. L’ISF allemand a été suspendu par la Cour constitutionnelle de Karlsruhe par une décision de 1995. La haute juridiction allemande exigeait l’uniformisation des taux d’imposition appliqués aux biens immobiliers et mobiliers, au nom du principe d’égalité, ce que les gouvernements successifs n’ont jamais entrepris.

« J’ai travaillé étroitement avec le groupe de travail SPD et je soutiens le résultat pour suivre le modèle suisse », a déclaré au journal Olaf Scholz, qui est candidat à la direction du SPD.

La Suisse est l’un des rares pays développés à appliquer encore un impôt sur la fortune.

Selon le Handelsblatt, Andreas Jung, le vice-président du groupe CDU-CSU au Bundestag, a déclaré que la CDU de la chancelière Angela Merkel était opposée à cette initiative.

« Dans une économie en ralentissement, cela représente une charge énorme pour les moyennes entreprises et l’emploi. C’est exactement le mauvais signal », a déclaré dimanche le président de la CSU, Markus Söder, à l’agence de presse allemande DPA.

Les déclarations d’Olaf Scholz interviennent alors que l’Allemagne s’apprête à supprimer partiellement le « Soli », un impôt de solidarité introduit au moment de la réunification des deux Allemagnes en 1990 pour financer la remise à niveau économique des Länder de l’Est. Cet impôt a rapporté près de 19 milliards d’euros en 2018. Le gouvernement d’Angela Merkel a annoncé mercredi que 90% des contribuables payant actuellement le Soli en seraient exemptés à partir de 2021. Les conservateurs envisagent la suppression totale du Soli par étapes d’ici à 2026.

1...34567...21



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol