Archive pour le Tag 'alignement'

Alignement du prix gasoil sur l’essence d’ici 2022

Alignement du prix gasoil  sur  l’essence d’ici 2022

Les deux tiers du par automobiles français sera concerné par l’alignement du prix du gasoil sur l’essence d’ici 2022. On peut donc prévoir une grande mutation de ce parc. D’ores et déjà les ventes de voitures neuves à  essence dépassent celles des moteurs des voitures à moteur diesel. Sur le marché de l’occasion les prix des voitures diesel devraient accuser une très nette baisse. Cette augmentation du gasoil sera progressive comme l’a annoncé Édouard Philippe lors de son allocution devant l’assemblée nationale. L’alignement devrait être réalisé d’ici la fin de la mandature.  Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, avait déjà  exprimé son souhait d’agir « assez rapidement » pour aligner la fiscalité du diesel, actuellement plus avantageuse, sur celle de l’essence, regrettant qu’une partie des Français aient été « incités pendant des années (…) à acheter des véhicules polluants ». En février, au Fonds mondial pour la nature (WWF), le candidat Emmanuel Macron avait déclaré : « durant le quinquennat, je fais la convergence totale entre le diesel et l’essence, donc chaque année j’augmente un peu la fiscalité sur le diesel (…) pour qu’elle rejoigne en fin de quinquennat celle sur l’essence ».  Les véhicules équipés de moteur diesel sont aussi critiqués notamment en raison des particules fines qu’ils émettent. Ces particules microscopiques, également produites par le chauffage domestique et l’industrie, pénètrent profondément dans le système respiratoire et provoquent, surtout chez les personnes fragiles, des affections respiratoires (bronchiolites, rhino-pharyngites, asthme, etc.) et une surmortalité chez les personnes souffrant de maladies respiratoires et cardiovasculaires. L’agence Santé publique France estime que la pollution aux particules entraîne 48.000 morts prématurées par an dans le pays, soit 9 % de l’ensemble des décès.

 

Macron 2017 : un bon alignement des planètes

Macron 2017 : un bon alignement des planètes

Le moins que l’on puisse dire c’est que Macron bénéficie d’un très bon alignement des planètes en ce moment. En effet, il y a d’abord Fillon qui patauge maintenant entre la radicalité annoncée lors de la primaire de la droite et les accommodements qu’il est bien contraint d’accepter pour tenter de séduire un électorat plus large.  Du coup, ses hésitations et ses reculs suscitent interrogations sur la réalité de sa détermination. En clair ses propositions assez brutales relatives à la Sécu, à la fiscalité et au nombre de fonctionnaires ont du mal à passer et son entourage passe son temps à arrondir les angles. L’opinion n’est pas dupe et les sondages montrent un sérieux effritement de l’intéressé dans la perspective de 2017. Du côté du front national, l’autre favori pour la qualification du second tour des présidentielles, Marine Le Pen a beaucoup de mal pour faire croire à la crédibilité de ses propositions économiques avec notamment le retour du franc et de l’écu sans parler de certaines divergences internes concernant certaines questions sociétales. Du coup, le plafond de verre se confirme pour le front national ; Marine Le Pen est assurée d’un bon soutien mais fait du surplace. Même chose chez Mélenchon qui fidèle à sa stratégie de rupture avec le capitalisme campe sur un programme crypto communiste. Mélenchon semble se scotcher autour de 13 %. Du côté du parti socialiste la catastrophe annoncée semble se confirmer car Valls  demeure empêtré entre son bilan et ses propositions nettement gauchisées. De ce fait Macron dispose d’un espace de plus en plus large au centre, à gauche mais aussi à droite, témoin sa très forte cote de popularité à 44 % qui le mettent en tête loin devant Fillon à 31 %. Certes il faut compter avec la veut la volatilité  de l’environnement politique car Macon va devenir maintenant la principale cible de la plupart des candidats.  Emmanuel Macron selon les scénarios des autres candidatures se situe désormais entre 18 et 24 pour cent. En clair, il peut envisager maintenant une éventuelle qualification pour le second tour des présidentielles. S’il se confirme que le parti socialiste pourrait enregistrer des primaires catastrophiques (avec seulement 1 million de participations voir moins), alors  la dynamique Macron pourra encore s’amplifier. Dans la perspective des législatives,  une hémorragie du parti socialiste vers Macron est même possible. On ne l’exclut d’ailleurs pas dans l’entourage de François Hollande qui lui-même pourrait alors apporter le petit soutien supplémentaire à Macron et en même temps régler ses comptes avec Valls qui l’a contraint au renoncement.

 

Perspectives économiques 2017 : un alignement des planètes moins favorables

 

Perspectives économiques 2017 : un alignement des planètes moins favorables

 

Bien qu’il soit toujours difficile d’esquisser des scénarios économiques même à court et moyen terme, il n’empêche que l’environnement risque d’être moins favorable en 2017 qu’en  2016,  année pourtant de croissance molle pour l’Europe et notamment la France. Premier élément mais pas le plus fondamental celui du redressement des matières premières en particulier du pétrole. Un pétrole qui était monté à 100 $ le baril et qui a chuté à 30 ou 40 mais qui se redresse lentement. Toutefois faute d deux dynamisme de l’activité internationale (notamment de la Chine), on peut penser que le prix du pétrole se stabilisera autour de 60 $ le baril ; une augmentation modeste mais cependant suffisante pour affecter les coûts de production. Second élément important celui-là, la fin sans doute des taux zéro. Le processus est enclenché aux États-Unis du fait de la bonne tenue économique et du redressement de l’emploi. La BCE va sans doute tenter de résister mais elle sera bien contrainte de modifier sa politique accommodante en matière de taux car nombre de pays européens ont besoin de ressources pour combler leurs déséquilibres budgétaires. Les taux pourraient remonter de 1 à 2 %. Une augmentation qui paraît faible mais qui est à mettre en relation avec une inflation qui demeurera encore insignifiante au cours de l’année 2017. Cette faible inflation demeurera par contre encore un atout pour la compétitivité. Autre élément à prendre en compte la baisse significative de l’euro qui a perdu une grande partie de sa valeur pour atteindre pratiquement la parité avec le dollar. Une sorte de dévaluation qui ne dit pas son nom mais qui permet de renforcer la compétitivité des exportations sans pour autant générer d’inflation excessive. Parmi les facteurs qui risquent de peser sur l’environnement économique : les changements politiques en cours en Europe et dans le monde. Au plan international,  les incertitudes viennent surtout de la politique du nouveau président américain qui a à peu près tout promis et son contraire. En Grande-Bretagne la question du brexit sera officiellement posée en 2017 et ses effets sont difficiles à mesurer tellement les hypothèses de sortie de l’union européenne sont encore floues et contradictoires. L’Allemagne et la France connaîtront des élections qui vont hypothéquer la confiance pendant une grande partie de l’année et paralyser un peu plus  l’Europe. Dernier sujet d’interrogation l’évolution du contenu des traités commerciaux internationaux passés et à venir. L’alignement des planètes en 2017 sera loin d’être aussi favorable qu’en 2016 même si l’Europe et la France ont été peu capables de valoriser cet environnement. Le plus à craindre c’est que les acteurs économiques devant ses différentes incertitudes choisissent encore l’attentisme en particulier en matière d’investissement déjà très faiblard en France. Dans cet environnement,  l’emploi évoluera peu aux dires mêmes des institutions officielles, pire il est probable qu’on préférera accentuer encore les emplois précaires par rapport au CDI d’autant qu’une réforme CDD CDI est attendue en milieu de 2017.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol