Archive pour le Tag 'alerte'

Coronavirus Espagne : alerte, 20.000 nouveaux cas

Coronavirus Espagne : alerte, 20.000 nouveaux cas

 

L’Espagne est devenue mercredi le premier pays d’Europe occidentale à dépasser le million d’infections au COVID-19, un chiffre qui a doublé en six semaines seulement, malgré l’introduction de mesures de plus en plus strictes afin de contrôler la deuxième vague de l’épidémie.

 

Le nombre de cas confirmés de coronavirus en Espagne s’élève vendredi à 1.046.132, soit 19.851 nouvelles infections par rapport à jeudi, selon les dernières données officielles du ministère de la Santé.

 

Le nombre de décès incombant au virus dans le pays au cours des sept derniers jours s’élève à 655, contre 570 jeudi, pour un total de 34.752 depuis l’apparition du virus.

Covid-19: de nouveaux départements en alerte maximale

Covid-19: de nouveaux départements en alerte maximale

D’après le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le Premier ministre devrait annoncer jeudi l’état d’urgence maximale dans plusieurs nouveaux départements. Par ailleurs,  l’état d’urgence qui est en vigueur jusqu’au 16 novembre devrait être prolongé jusqu’au 16 février après débat au Parlement. Jusqu’au 1er avril le gouvernement pourra toujours  prendre des mesures restrictives relatives à la circulation, au rassemblement et à l’ouverture des établissements.

Le texte habilite aussi le gouvernement à prendre un certain nombre d’ordonnances jusqu’au 1er avril 2021, essentiellement en matière d’emploi et du Code du travail. Il ouvre notamment la possibilité à l’exécutif de prolonger le dispositif d’activité partielle au-delà du 31 décembre 2020, avec une indemnisation totale pour les secteurs les plus touchés par la crise.

Des adaptations législatives sont enfin prévues avec le déploiement des tests rapides antigéniques, qui permettent d’obtenir des résultats en 15-20 minutes.

 

Coronavirus : Lyon et Lille aussi en alerte maximale

Coronavirus : Lyon et Lille aussi en alerte maximale

 

Le taux d’incidence dépassant les 250 % 1000 habitants, Lyon Lille rejoigne Paris et Marseille dans la catégorie de l’alerte maximale. Le détail des mesures restrictives seraarrêté par les préfets mais des établissements recevant du public seront fermés en particulier les bars.

 

Inversement on a enregistré des améliorations de la situation dans les villes de Marseille Rennes Bordeaux et Nice. Pour l’instant,  le ministre toujours aussi hésitant ne veut pas prendre des mesures restrictives concernant la mobilité et promet que les familles pourront passer un Noël de manière traditionnelle.

Coronavirus Europe: alerte de l’OMS

Coronavirus Europe: alerte de l’OMS

 

 

 

Le directeur régional Europe de l’OMS (ce qui représente 53 pays) Hans Kluge a déclaré que « les chiffres de septembre devraient tous nous alarmer ». Il a souligné que le nombre de cas recensés chaque semaine excède désormais les chiffres hebdomadaires de mars, lorsque l’épidémie a touché de plein fouet le continent pour la première fois. « La semaine dernière, le décompte hebdomadaire dépassait 300 000 patients », a-t-il indiqué.

La moitié des pays européens ont noté une augmentation de plus de 10% des cas durant les deux dernières semaines, selon Hans Kluge, et parmi ceux-ci, sept pays ont vu le nombre de nouveaux cas recensés augmenter de plus du double durant la même période.

Le directeur régional Europe de l’OMS (ce qui représente 53 pays) Hans Kluge a déclaré que « les chiffres de septembre devraient tous nous alarmer ». Il a souligné que le nombre de cas recensés chaque semaine excède désormais les chiffres hebdomadaires de mars, lorsque l’épidémie a touché de plein fouet le continent pour la première fois. « La semaine dernière, le décompte hebdomadaire dépassait 300 000 patients », a-t-il indiqué.

La moitié des pays européens ont noté une augmentation de plus de 10% des cas durant les deux dernières semaines, selon Hans Kluge, et parmi ceux-ci, sept pays ont vu le nombre de nouveaux cas recensés augmenter de plus du double durant la même période.

CORONAVIRUS France : nouvelle alerte avec 10.000 NOUVEAUX CAS EN 24 HEURES

CORONAVIRUS France : nouvelle alerte avec 10.000 NOUVEAUX CAS EN 24 HEURES

 

On est loin évidemment heureusement du pic de mars en raison des mesures de protection  , reste que le nombre de contaminés ne cesse de progresser de manière dangereuse surtout à la veille de l’apparition de la grippe classique qui forcément va affecter les défenses humanitaires des personnes les plus fragiles.

10.000 nouveaux cas en 24 heures, annonce Santé Publique France dans son bulletin quotidien. À 14 heures, il y avait 10.561 personnes testées positives au coronavirus en plus, par rapport à vendredi.

Santé Publique France fait état de 17 morts supplémentaires en 24 heures, portant à 30.910 le nombre de personnes mortes depuis le début de l’épidémie.

Sur l’ensemble du territoire, 772 clusters sont « en cours d’investigation », dont 100 en Ehpad. C’est 86 de plus par rapport à la veille.

Devant la “dégradation manifeste” de la situation concernant l’épidémie liée au coronavirus en France, le Premier ministre Jean Castex a annoncé une série de mesures, dont un renforcement des tests de dépistage et la réduction de la période d’isolement, tout en refusant de revenir à un confinement généralisé de la population.

Coronavirus : alerte dans la Sarthe

Coronavirus : alerte dans la Sarthe

Inquiétude dans la Sarthe le seuil d’alerte est dépassé. Un département qui pourrait bien avoir été davantage contaminé par son voisin de la Mayenne. Avec 52,5 cas testés positifs pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours, le taux d’incidence est en nette hausse par rapport au 11 août où il s’établissait à 32 cas pour 100.000 habitants dans le département.

Le seuil d’alerte est fixé à 50 cas pour 100.000 habitants par semaine. Ce taux est de 19,5 en moyenne au niveau régional et de 21,6 dans le département voisin de la Mayenne, qui avait connu en début d’été un regain d’épidémie. L’ARS ne commente pas ces chiffres dans son bulletin d’information Covid-19. Ce mardi matin, l’ARS avait cependant annoncé la poursuite d’une campagne de dépistage gratuit au Mans jusqu’au 21 août.

«Les taux d’incidence et de positivité indiquent que le virus circule activement. Une vigilance accrue s’impose en Sarthe, et sur la ville du Mans. L’enjeu est d’éviter une nouvelle vague épidémique, en réduisant la circulation virale et ainsi la pression épidémique», écrivaient dans un communiqué l’ARS, la ville du Mans et la préfecture.Le taux de positivité des tests s’élève à 5,3% dans la Sarthe, contre 3% au niveau national.

Coronavirus France : 30.120 morts en France, selon la DGS et alerte à la contamination

Coronavirus France : 30.120 morts en France, selon la DGS et alerte  à la contamination

30.120 morts en France, a annoncé mercredi la Direction générale de la santé (DGS).

Les hôpitaux français soignent actuellement 6.915 personnes pour une contamination au COVID-19, dont 482 dans leurs services de réanimation, ajoute-t-elle dans un communiqué. Phénomène inquiétant on constate une tendance à la reconquête de la reconquête de la  contamination du fait du laxisme général tapait un peu partout

Covid-19 France : alerte aux dérives

Covid-19 France : alerte aux dérives

Franck Chauvin préside le Haut conseil de la santé publique, c’est-à-dire l’organisme permanent chargé d’apporter une aide à la décision au ministre de la Santé. Ce professeur de santé publique à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne, qui est également membre du conseil scientifique (une structure non pérenne, créée en mars) appelle la population à porter un masque dans les lieux clos et mal aérés. A respecter les gestes barrières. Et à se faire tester au moindre mal de gorge ou rhume débutant.

Le Haut conseil de la santé publique vient de publier un nouvel avis sur la rentrée. Pensez-vous que l’école pourra reprendre en septembre comme avant?
L’école doit reprendre bien sûr. Et elle doit adapter son niveau de protection à l’épidémie. Nous venons de faire des recommandations pour le niveau de risque le plus faible en période épidémique c’est-à-dire lorsque nous avons des preuves que le virus circule même faiblement. De cette « doctrine sanitaire » dépendront, je pense, les instructions qui pourront être données aux écoles. Quelles mesures seront en vigueur à la rentrée? Cela dépendra essentiellement de nos comportements pendant les vacances.

Pourquoi le Conseil scientifique a-t-il multiplié les appels à la prudence en fin de semaine dernière? Faut-il s’inquiéter d’une reprise de l’épidémie?
Nous avons décidé de prendre la parole d’abord pour des raisons conjoncturelles : nous sortons formellement de l’état d’urgence ; le pont du 14 juillet et les vacances vont conduire à des brassages importants de populations. Or on sait que c’est toujours un facteur de risque dans les épidémies.

Les consultations chez SOS Médecins pour des suspicions de Covid-19 ont augmenté de plus de 40% la semaine dernière en métropole

Depuis le déconfinement, le niveau de risque semblait faible. Quels signaux vous conduisent à inviter les Français à la prudence?
Plusieurs indicateurs épidémiologiques sont passés, ces derniers jours, du vert à l’orange. Le désormais fameux R0, c’est-à-dire le nombre de personnes contaminées par un malade, n’est pas le meilleur indicateur en ce moment car le nombre de cas positifs reste faible. Du coup, il suffit d’une petite variation du nombre de cas pour voir s’envoler ce pourcentage. Mais il a augmenté ces derniers jours et a dépassé 1. Le taux de positivité (proportion de tests positifs sur le total de tests réalisés) croît lui aussi. Et si les hospitalisations restent stables, les consultations chez SOS Médecins pour des suspicions de Covid-19 ont augmenté de plus de 40% la semaine dernière en métropole. Ce n’est forcément inquiétant en soi car certains biais de comportement peuvent inciter à appeler un médecin – désir de se faire tester avant un départ en vacances par exemple – mais ces chiffres doivent conduire à une certaine vigilance. Certes pour l’instant, on ne peut pas parler d’une circulation intense du virus et on reste dans le scénario 1 sur les quatre décrits par le Conseil scientifique, c’est-à-dire dans l’hypothèse la plus favorable d’une épidémie maîtrisée, mais ça s’accélère dans certaines zones, comme en Mayenne.

Ce département connaît-il une flambée épidémique?
Depuis le déconfinement, 350 foyers épidémiques ont été repérés. En fin de semaine, 80 donnaient toujours lieu à des investigations. Rien que vendredi, 11 nouveaux clusters sont apparus sous les radars. Des contaminations de groupe ont été repérées ces dernières semaines dans des Ehpad, des foyers d’hébergement, des lieux de vie collectifs ce qui est logique mais on commence à revoir, comme en mars, des infections à l’intérieur de foyers familiaux et de groupes amicaux, à la faveur d’un mariage ou d’un baptême. Ça signifie que le virus circule et donc qu’il faut être prudent. En Mayenne, où 7 clusters ont été mis en évidence, il y a un risque d’évoluer vers des clusters dits critiques. Le virus semble y circuler à bas bruit, il se répand sans qu’on s’en aperçoive, ce qui est l’un des « cauchemars » que nous avions envisagé comme notre troisième scénario. On n’arrive plus à savoir qui a contaminé qui ; on ne parvient plus à remonter la chaîne des cas contacts. Le contrôle de la situation pourrait nous échapper.

En Mayenne, c’est une course contre la montre qui s’engage

Comment reprendre le contrôle?
Un dépistage massif est lancé cette semaine en Mayenne. Il faut tester, tester et tester encore. Dans ce département, c’est une course contre la montre qui s’engage. On a désormais les capacités de tests suffisantes mais il peut y avoir un obstacle si les personnes ayant des symptômes ou en contact avec des gens positifs ne vont pas faire suffisamment se faire diagnostiquer. On ne peut pas forcer les gens à le faire. La suite ne dépend que de nous, et de nos comportements dépendra l’état du pays à la rentrée ou même pendant les vacances. Quand on a un signe, il faut aller se faire tester. Au moindre rhume, mal de gorge ou fièvre mais aussi si on rencontre des troubles digestifs. Le système de surveillance ne peut fonctionner que si tous les Français comprennent que se faire tester est la meilleure manière de lutter contre l’épidémie.

Un reconfinement localisé comme en Catalogne ou à Berlin est-il nécessaire en Mayenne?
Si les comportements de la population ne permettent pas de casser les chaînes de contamination, si le dépistage et les tests ne sont pas assez nombreux, il faudra sans doute à nouveau réduire les déplacements. C’est l’unique autre moyen de casser les chaînes. C’est surtout une méthode ancestrale, archaïque, celle du cordon sanitaire, à laquelle je préfère de beaucoup les tests et la mise en quarantaine des personnes positives.

Un reconfinement général est-il envisageable?
Il y a fort peu de chance. Le territoire est désormais quadrillé ; les capacités de tester sont importantes. Toutes les autorités sanitaires veillent.

Dans une pièce confinée, les gouttelettes perdent leur eau à cause de la ventilation et la particule virale continue de flotter dans l’atmosphère

Le Conseil scientifique a rappelé l’importance des gestes barrière, êtes-vous favorable à l’extension de l’obligation du port du masque à tous les lieux clos réclamé par de nombreux médecins?
Moi qui suis stéphanois et lyonnais, je prends souvent le TGV et je constate que tous les voyageurs portent un masque. Dans le métro, les gens le mettent aussi. Mais nous sommes tous gênés de voir des personnes circuler sans dans des lieux fermés, dans lesquels la densité de population est importante et la ventilation insuffisante. Certains commerces, certains bureaux sont des lieux à risque. Pour le moment, on préfère essayer de convaincre les gens de se protéger dans ces lieux-là plutôt que de prôner la contrainte. Mais si l’épidémie reprend, la question se posera.

Certains doutent encore de l’utilité du masque. Y-a-t-il des études scientifiques prouvant son efficacité?
Aucune étude contrôlée ou épidémiologique n’a encore jamais prouvé qu’une population masquée était mieux protégée qu’un groupe identique sans masque mais les indices sur son utilité s’accumulent. Nous venons d’apprendre que les gouttelettes émises en toussant et en parlant ne constituent pas le seul moyen de contamination. L’air ambiant pourrait lui aussi être contaminant, comme pour la rougeole. Dans une pièce confinée, les gouttelettes perdent leur eau à cause de la ventilation et la particule virale continue de flotter dans l’atmosphère. Même si le Haut conseil à la santé publique avait alerté dès le mois d’avril sur les risques liés à la climatisation, en mars, au début de l’épidémie, cette transmission aérienne n’était pas du tout établie. La recherche a fait des pas gigantesques. Nous savons aussi désormais qu’environ 30% des personnes contaminées ne présentent aucun symptôme tout en ayant une charge virale à peu près équivalente à celle des malades. Ceci conduit aussi à prôner le port du masque.

La possibilité d’une transmission aérienne explique-t-elle la volte-face des autorités de santé, qui, au début de l’épidémie, ne prônaient pas l’usage du masque?
Comme l’hygiène des mains et la distanciation sociale, le masque est désormais au cœur de la stratégie de prévention. En le portant, on se protège un peu mais surtout on protège les autres. Et si tout le monde s’y met, nous serons tous protégés.

StopCovid : alerte aux libertés

 StopCovid : alerte aux libertés

 

La grande question qui est posée avec un dispositif de traçage numérique, c’est d’une part l’utilisation qui pourra en être faite et la conservation des données. Il est clair qu’en suivant régulièrement un abonné on pourra au-delà de l’aspect sanitaire suivre son comportement, ses habitudes, ses sensibilités et son profil psychologique, économique et politique. Bref une sorte de suivi à la chinoise qui  pourrait être évitée grâce à l’anonymat. Reste que les données globales seront très utiles à des fins économiques, politiques voire au-delà. La CNIL appelle donc à la vigilance sur le projet gouvernemental d’application de traçage numérique en France, baptisé « StopCovid », même si ce dernier lui paraît pour l’heure « conforme au Règlement général sur la protection des données (RGPD) si certaines conditions sont respectées ». Saisie par le secrétaire d’Etat au numérique Cédric O, la Commission nationale informatique et libertés se félicite « qu’un certain nombre de garanties (sur la protection de la vie privée) soi(en)t apportées par le projet du gouvernement, notamment l’utilisation de pseudonymes », dans un avis publié dimanche.

 

Elle « appelle cependant à la vigilance » et « souligne que l’application ne peut être déployée que si son utilité est suffisamment avérée » contre l’épidémie de coronavirus « et si elle est intégrée dans une stratégie sanitaire globale ». Dans une interview au Journal du Dimanche, Cédric O répond par l’affirmative à la question de l’utilité de cet instrument de suivi de contacts dont le téléchargement et l’utilisation reposeraient sur une démarche volontaire.

« Biodiversité :la nouvelle alerte du coronavirus » (Sébastien Moncorps)

« Biodiversité :la nouvelle alerte du coronavirus » (Sébastien Moncorps)

 

Sébastien Moncorps, directeur du comité français de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), alerte sur les conséquences des bouleversements de la biodiversité (dans la Tribune).

 

« Le Congrès mondial de la nature l’UICN qui devait se tenir en juin 2020 à Marseille vient d’être officiellement reporté du 7 au 15 janvier 2021. Cet événement rassemblera toute la communauté internationale de la conservation de la nature pour relancer la mobilisation en faveur de la biodiversité et enrayer son déclin alarmant. Les 1.300 organisations membres de l’Union Internationale pour la conservation de la nature, son réseau de plus de 15.000 experts, ainsi que de nombreux autres acteurs (Etats, agences de l’ONU, associations, institutions scientifiques, entreprises, collectivités…) y sont attendus pour débattre des enjeux et proposer des solutions.

Le congrès sera suivi de la COP15 Biodiversité en Chine, dont le report a également été annoncé, qui va dresser le bilan des actions engagées sur les 10 dernières années et adopter le nouveau cadre mondial de la biodiversité pour les 10 prochaines. Ces deux événements internationaux, en France et en Chine, sont une opportunité exceptionnelle de fixer un cap ambitieux et des mesures opérationnelles pour protéger la nature.

Avec la crise sanitaire actuelle, un risque de démobilisation sur les enjeux de biodiversité pourrait arriver et les reléguer en arrière-plan des priorités internationales et nationales. Cependant le Congrès mondial de l’UICN et la COP15 sont plus que jamais nécessaires pour agir pour une planète plus saine et plus durable!

L’épidémie mondiale du Covid-19 trouve en effet son origine dans les pressions que nous exerçons sur la biodiversité. Le virus a émergé depuis un marché de Wuhan en Chine en mettant en contact des animaux sauvages, des animaux domestiques et la population humaine. Il est vraisemblablement issu d’une recombinaison virale impliquant plusieurs hôtes sauvages, parmi lesquels des chauves-souris et des pangolins. Il illustre les dangers de la surexploitation des espèces sauvages, considérée comme la 2e grande cause de disparition de la biodiversité dans le monde, à la fois pour la survie des espèces elles-mêmes et pour les humains.

Toutes les espèces de pangolins (4 asiatiques et 4 africaines) figurent dans la liste rouge des espèces menacées de l’UICN et font l’objet d’un braconnage et d’un trafic intenses malgré leur inscription à l’annexe 1 de la convention de Washington (CITES) interdisant leur commerce international. On estime que plus de 200.000 individus sont braconnés chaque année dans le monde.

C’est une nouvelle alerte sur le lien entre crise de la biodiversité et crise sanitaire

C’est une nouvelle alerte, ici sans précédent, sur le lien entre crise de la biodiversité et crise sanitaire puisque de précédentes épidémies (Ebola, le SRAS ou la grippe aviaire) avaient aussi trouvé leur origine dans les atteintes à la biodiversité. La dégradation des milieux naturels et le trafic illégal favorisent les contacts avec les espèces sauvages, et donc la transmission de pathogènes aux humains, et déstabilisent le fonctionnement des écosystèmes. La mondialisation de nos échanges et les élevages intensifs accentuent aussi les risques d’apparition et de propagation de maladies.

A l’inverse, des écosystèmes préservés et diversifiés permettent d’avoir un système plus résilient et plus régulé. L’Evaluation des écosystèmes pour le Millénaire publié en 2005 par l’ONU indiquait déjà que l’érosion des écosystèmes pourrait entraîner une augmentation des maladies existantes ainsi qu’un risque accru de nouvelles maladies émergentes. Il montrait aussi tous les services que nous rendent les écosystèmes pour notre santé, la régulation du climat, la pollinisation des cultures et bien d’autres.

Il faudra tirer les conséquences de cette crise en intégrant pleinement ses liens avec la dégradation de la nature. La mobilisation engagée pour la protection de la biodiversité en 2020 doit donc impérativement se poursuivre car elle est indispensable au bien-être humain et à une planète plus durable. »

 

Hiver trop doux : Alerte pour les plantes

Hiver trop doux : Alerte pour les plantes

 

 

L’hiver n’a pratiquement pas commencé, juste une journée ou deux journées de gel  par-ci par là. En moyenne la température est presque printanière. Du coup, la végétation est en avance d’ au moins un mois. Déjà les bourgeons  de certaines fleurs ou d’arbres fruitiers  éclatent ou sont  son prêts de le faire. Le risque c’est évidemment comme ces dernières années que des gelées tardives viennent tuer ces floraisons.

Sans périodes de fortes gelées, les parasites et les ravageurs des végétaux sont toujours au jardin. C’est le cas des pucerons notamment qui se développent dès lors que la température est supérieur à 4°C (en moyenne), certaines espèces peuvent donc se maintenir sur leur hôte, voir se développer tant qu’il n’y a pas de gel. Idem en ce qui concerne les maladies cryptogamiques, les hivers doux favorisent le développement de certains champignons nuisibles aux plantes. Il faudra donc s’attendre à un printemps avec de l’oïdium. Ainsi, les hivers doux représentent un risque accru pour les cultures, notamment pour les plantes potagères et florales.

Pour certaines graines, la phase de dormance est stoppée par des températures douces, elles germent dès à présent (les “mauvaises herbes” entre autres). Et pour d’autres, elles ne peuvent germer que si elles ont connu une période de froid intense. Or, si un vrai hiver ne s’annonce pas, ces graines resteront malheureusement en dormance pour l’année entière.

De nombreux végétaux bourgeonnent précocement, avec un certain nombre de risques par la suite. En effet, en cas de gelées tardives ou brutales…les floraisons seront compromises. Au jardin d’ornement, si la douceur des températures est suivi d’un refroidissement subit, le gel peut provoquer un éclatement de l’écorce. Au printemps, lorsque la croissance est rapide, la fente peut alors s’allonger sur toute la longueur du tronc, c’est ce que l’on appelle la gélivure. Généralement, elle n’entraîne pas la mort de l’arbre, mais elles peuvent l’affaiblir et rendre sa structure plus fragile. Elle peut aussi être une porte d’entrée pour les insectes et les maladies fongiques.

Les températures clémentes durant la période hivernale permettent malheureusement aux plantes adventices de se développer rapidement que ce soit pas leurs rhizomes ou par leurs graines. Habituellement, elles germent avec l’arrivée des beaux jours vers le mois de mars… mais cette année la germination intervient dès décembre puisque la phase de dormance des graines est levée par le beau temps et les températures exceptionnellement douces. Il faudra donc prévoir un peu plus de désherbage manuel au printemps et de manière plus précoce encore !

Alerte sur la croissance mondiale la plus faible en dix ans

Alerte sur la  croissance mondiale la plus faible en dix ans

Sans doute pour ne pas désespérer Billancourt et surtout la bourse l’OCDE acte le fait que la croissance économique mondiale va encore chuter en 2019 et 2020 mais que la reprise pourrait intervenir en 2021. Un optimisme qui ne repose strictement rien dans la mesure où les facteurs explicatifs du ralentissement actuel sont liés non seulement à des éléments conjoncturels mais aussi à des facteurs structurels qui touchent toutes les zones économiques. La plus touchée est sans doute, la Chine dont la croissance est très affaiblie par le ralentissement des échanges mondiaux qui malheureusement n’est pas compensée suffisamment par une reprise de la consommation intérieure et par les d’investissements. la chine aussi affrontée  à une crise de l’endettement sans précédent qui globalement représente à peu près 300 % de son PIB. Les États-Unis vont voir aussi la croissance réduite de moitié en raison notamment des droits de douane concernant aussi bien la Chine que d’autres zones comme l’Europe. Cette dernière région est particulièrement affaiblie par le tassement de l’activité en Allemagne dont les exportations s’écroulent. Pour éviter la crise, les banques centrales ont  déversé des liquidités partout augmentant les risques de  bulles : obligataires, immobilières et mobilières. Le décalage entre l’économie réelle et la valeur des monnaies  a rarement été aussi important. Un réajustement se fera nécessairement le moment venu et se traduira par un écoulement de la valeur des monnaies. Comme en septembre dernier, l’OCDE s’inquiète donc des tergiversations des gouvernements face à la réponse à apporter aux défis actuels, du changement climatique à la digitalisation de leurs économies en passant par le nouvel ordre mondial qui a émergé après la chute du communisme.

“Ce serait une erreur politique de considérer ces changements comme des facteurs temporaires qui peuvent être résolus avec une politique monétaire ou fiscale”, écrit Laurence Boone, chef économiste de l’OCDE dans le rapport. “En l’absence d’orientations politiques claires” sur ces défis, “l’incertitude persistera” et les perspectives de croissance en seront affectées.

Dans le détail, l’OCDE prévoit une croissance économique de 2,3% cette année – contre 2,4% prévu précédemment – aux Etats-Unis, et de 6,2% – contre 6,1% évoqué en septembre – pour la Chine. Les tensions commerciales devraient toutefois ralentir la croissance de la deuxième économie mondiale en 2020 et 2021, avec respectivement 5,7% et 5,5%.

Pour la zone euro, l’OCDE table sur une croissance de 1,2% en 2019, de 1,1% en 2020 et de 1,2% en 2021. La relance par la Banque centrale européenne (BCE) de son programme d’achat d’actifs n’aura qu’un impact limité si les pays de la zone euro ne se mobilisent pas davantage pour relancer les investissements, prévient l’institution.

Pour la France, l’OCDE reste sur ses prévisions de septembre, avec une croissance de 1,3% en 2019 et de 1,2% en 2020. En revanche, elle revoit à la hausse celles concernant le Royaume-Uni, à 1,2% en 2019 (contre 1% en septembre), 1% en 2020 (contre 0,9%) et 1,2% en 2021. Des prévisions pour 2021, voir 2020 assez hypothétiques et destinés à rassurer les acteurs économiques et les gouvernements.

Alerte suppression Wanadoo (Orange)

Alerte suppression Wanadoo (Orange)

 

Wanadoo est une ancienne messagerie de France Télécom, une entreprise reprise par Orange. Orange qui a imposé sa messagerie tout en assurant la continuité de Wanadoo. Mais avec une certaine réticence au point maintenant d’organiser progressivement la fin de Wanadoo. On sait qu’en cas de perte d’un mot de passe de messagerie, il est possible de le récupérer ou den créer un autre  après demande au gestionnaire de cette messagerie. Ce que fait Orange pour les adresses Mel  « Orange » mais pas pour Wanadoo. Dans beaucoup de cas, les mots de passe sont enregistrés dans les ordinateurs. Il arrive que le disque dur tombe en panne et/ou  que toutes les données disparaissent ; Du coup les mots de passe avec. Or Orange se refuse à réactiver un nouveau mot de passe pour Wanadoo et en profite  pour supprimer le compte dont la gestion n’est consentie que gratuitement. Une curieuse conception de la politique commerciale. On comprend qu’une société fasse évoluer sa gamme de produits, en supprime certains, en créent d’autres mais la moindre des choses est d’aviser les clients avant de fermer brutalement le service. On se demande si Orange n’a pas conserver ses reflexes d’administration en considérant les abonnés comme des usagers captifs et non comme des clients. En tout cas, autant prévenir les vieux utilisateurs de Wanadoo, un jour le compte risque d’être fermé sans préavis ; et avec disparaissent évidemment toutes les adresse des correspondants ! Merci à Orange pour ce respect très approximatif des obligations commerciales. Sans parler des lignes téléphoniques physiques (qu’Orange est supposé entretenir) dont les fils tiennent de nombreux poteaux endommagés !

Alerte Wanadoo (Orange)

Alerte Wanadoo (Orange)

 

Wanadoo est une ancienne messagerie de France Télécom, une entreprise reprise par Orange. Orange qui a imposé sa messagerie tout en assurant la continuité de Wanadoo. Mais avec une certaine réticence au point maintenant d’organiser progressivement la fin de Wanadoo. On sait qu’en cas de perte d’un mot de passe de messagerie, il est possible de le récupérer ou d’en créer un autre  après demande au gestionnaire de cette messagerie. Ce que fait Orange pour les adresses Mel  « Orange » mais pas pour Wanadoo. Dans beaucoup de cas, les mots de passe sont enregistrés dans les ordinateurs. Il arrive que le disque dur tombe en panne et/ou  que toutes les données disparaissent ; Du coup les mots de passe avec. Or Orange se refuse à réactiver un nouveau mot de passe pour Wanadoo et en profite  pour supprimer le compte dont la gestion n’est consentie que gratuitement. Une curieuse conception de la politique commerciale. On comprend qu’une société fasse évoluer sa gamme de produits, en supprime certains, en créent d’autres mais la moindre des choses est d’aviser les clients avant de fermer brutalement le service. On se demande si Orange n’a pas conserver ses réflexes d’administration en considérant les abonnés comme des usagers captifs et non comme des clients. En tout cas, autant prévenir les vieux utilisateurs de Wanadoo, un jour le compte risque d’être fermé sans préavis ; et avec disparaissent évidemment toutes les adresse des correspondants ! Merci à Orange pour ce respect très approximatif des obligations commerciales. Sans parler des lignes téléphoniques physiques (qu’Orange est supposé entretenir) dont les fils tiennent de nombreux poteaux endommagés !

 

Alerte aussi sur la forêt européenne (Philippe Gourmain, expert forestier)

Alerte aussi sur la forêt européenne  (Philippe Gourmain, expert forestier)

 

Philippe Gourmain, expert forestier s’inquiète de l’évolution des forêts en France et en Europe sous l’effet notamment du climat. (Tribune au Monde)

L’Etat s’émeut des incendies en Sibérie et en Amazonie, mais devrait surtout agir pour aider les forêts françaises à faire face aux conséquences du changement climatique, estime l’expert forestier Philippe Gourmain.

Tribune. 

« Les forestiers sont habitués aux grandes crises qui frappent les forêts du pays tous les dix ans environ. Les tempêtes de 1987 en Bretagne, de 1999 sur les deux tiers du pays et de 2009 en Aquitaine sont encore dans les esprits. A chaque fois, les quantités impressionnantes d’arbres à terre avaient entraîné l’effondrement des cours du bois. Seules des aides massives avaient permis de reconstituer les surfaces détruites. L’Etat avait investi 900 millions d’euros après la tempête de 1999, 500 millions après celle de 2009.

Depuis deux saisons, c’est un autre phénomène qui touche les forêts : sous l’effet de sécheresses successives, de plusieurs épisodes de canicule et des attaques d’insectes, épicéas, sapins, hêtres, pins sylvestres d’un grand quart nord-est dépérissent. D’ores et déjà, l’Office national des forêts, qui gère les forêts publiques, estime que 60 000 ha sont sinistrés. Si on y ajoute les surfaces de la forêt privée – plus difficiles à estimer en raison d’un grand morcellement –, on dépasse les 100 000 ha, l’équivalent de 20 % d’un département français. Avec une valeur qui est passée de 60 à 15 €/m³ en moyenne pour l’épicéa, cela représente une perte financière considérable pour les communes forestières, l’Etat propriétaire des forêts domaniales et les propriétaires privés qui n’auront pas les moyens de reconstituer les parcelles détruites.

Ce qui frappe dans cette crise, c’est sa durée interminable, son caractère global, qui touche autant les feuillus que les résineux, et sa dimension européenne, des Balkans à la Scandinavie. Les pertes cumulées en Europe dépassent largement les 100 millions de m³, correspondant approximativement à une année de croissance de l’ensemble de la forêt française.

Il faut se rendre à l’évidence : la plupart de nos essences forestières ne sont plus adaptées au changement climatique. Comme l’annonçaient il y a plus de quinze ans les chercheurs de l’INRA, les aires de répartition d’essences comme le hêtre ou le chêne pédonculé vont se réduire, confinant les survivants en altitude dans des versants Nord ou dans des fonds de vallée très frais. Les espèces végétales sont cependant capables d’adaptation, voire de migration.

On peut espérer qu’au sein des communautés végétales, la sélection naturelle fasse émerger des individus plus résistants.

Après la dernière glaciation, les chênes ont profité du recul des glaces pour coloniser la France en 2 000 ans, soit un déplacement d’environ 500 m par an. On peut espérer qu’au sein des communautés végétales, la sélection naturelle fasse émerger des individus plus résistants. Mais le phénomène est d’une telle violence que les mécanismes naturels d’adaptation ne suffiront pas. Nous devons donc nous préparer à plusieurs décennies de « grand remplacement végétal », avec un changement profond de nos paysages forestiers. »

Alerte sur les océans et les glaciers (GIEC)

Alerte  sur les océans et les glaciers (GIEC)

Il est probable que nombre de climato- sceptiques qui ont notamment déversé des tombereaux d’injures sur Greta Thunberg  après son intervention à l’ONU vont encore contester la nouvelle alerte du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) à propos de la montée des océans et de la fonte des glaciers. Une conséquence directe du réchauffement climatique et qui entraînera une croissance notable des inondations et autres tempêtes et cyclones sans parler de la disparition pure et simple de certaines îles et de certaines zones du littoral. Si rien n’est fait pour réduire les émissions de CO2 et lutter contre le réchauffement, le futur des océans tel que le décrit le rapport du Giec s’annonce apocalyptique, selon les informations qui ont fuité dans l’AFP et selon un nouveau rapport de synthèse sur la Terre, publié lundi par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et des experts internationaux.

Les océans jouent un rôle majeur dans la machine climatique. Ils sont une sorte de pompe à carbone, en captant 30 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone par an, ce qui augmente leur acidité, avec des impacts sur les écosystèmes marins. Ces derniers sont également affectés par des zones moins riches en oxygène, notamment à cause du réchauffement des eaux de surface (qui réduit le taux de dilution de l’oxygène). De plus, les océans servent de climatiseurs, en captant chaque année environ 90 % du surplus d’énergie lié aux activités humaines.

 

En contrepartie, ils se réchauffent à des niveaux inquiétants. «La teneur en chaleur des océans entre 0 et 700 mètres de profondeur atteint un pic sans précédent en 2018, 2017 et 2015 affichant respectivement les deuxième et troisième valeurs les plus élevées», note le rapport «United Science» de l’OMM. La hausse du niveau des mers s’accélère à cause de la fonte plus rapide des pôles et des glaciers de montagne, dont le rôle est devenu prépondérant sur l’expansion thermique de l’eau. Entre mai 2014 et mai 2019, le niveau des mers est monté de 5 mm/an, contre 4 mm/an pour la décennie 2007-2016, 3,2 mm/an depuis 1993 et 1,4 mm/an entre 1900 et 1990. Au siècle prochain, dans le scénario le plus alarmiste, mais pas forcément le plus probable, «les hausses pourraient dépasser plusieurs centimètres par an», selon une fuite du rapport du Giec divulguée par l’AFP.

 

Déjà, la fonte des glaces s’accélère. Entre 2015 et 2018, l’étendue moyenne de la banquise arctique, à son niveau minimum, observée en septembre, est largement «inférieure à la moyenne de 1981-2010», note l’OMM. De son côté, le Giec doit préciser cette étendue à plus long terme, selon la hausse de la température. La disparition estivale probable de la banquise arctique est déjà anticipée à la fin du siècle, par deux nouveaux modèles français, même si le thermomètre grimpe seulement de 2 °C. L’Antarctique suit également une évolution préoccupante: une perte de masse glaciaire de 252 milliards de tonnes par an entre 2009 et 2017, multipliée par six par rapport à la période 1979-1990, selon l’OMM. Par ailleurs, la superficie du pergélisol (ou permafrost), qui renferme autant de CO2 qu’il y en a dans l’atmosphère, pourrait se réduire dans des proportions comprises entre 10 % et 90 % vers la fin du siècle!

Avec cette hausse accélérée du niveau des mers, le Giec devrait indiquer que 280 millions de personnes seraient déplacées, a révélé l’AFP, si le réchauffement est limité à 2 °C, qui entraînerait une hausse cumulée de 0,5 mètre du niveau des mers. Par ailleurs, les populations vulnérables, qui habitent près des côtes, pourraient être d’un milliard de personnes en 2050, contre 600 millions actuellement. Aggravé par des pluies diluviennes qui provoquent des inondations, il y aurait un risque accru de submersion. Ce sera le cas notamment de 20 % de la superficie du Bangladesh, qui compte 30 millions d’individus.

L’impact des catastrophes climatiques s’aggrave. Comme sur terre, les vagues de chaleur océaniques deviendront plus fréquentes. Cette température plus élevée, conjuguée à la hausse du niveau des océans, va renforcer les effets dévastateurs des cyclones. Ils pourront s’enfoncer davantage à l’intérieur des terres et deviendraient plus intenses, à cause de la hausse des températures de l’air et de l’eau. Ce sont les tempêtes, les cyclones tropicaux et les inondations qui ont «causé les pertes économiques les plus importantes», note l’OMM. L’ouragan Harvey, en 2017, avait entraîné 125 milliards de dollars de dommages aux États-Unis. Dans l’océan Indien, «le Mozambique a été frappé par deux cyclones tropicaux, d’une violence sans précédent», en mars et avril 2019. Le bilan en vies humaines est également catastrophique, notamment aux Caraïbes, avec le récent ouragan Dorian.

Les solutions les plus efficaces pour lutter contre ces effets dévastateurs restent celles qui permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il faudra tripler les ambitions des pays pour limiter le réchauffement à 2 °C par rapport à la période préindustrielle et les quintupler pour tenir sous 1,5 °C, rappelle l’OMM.

 

Etats-Unis : alerte sur la croissance avec la baisse de l’activité manufacturière

Etats-Unis : alerte sur la croissance avec  la baisse de l’activité  manufacturière

 

 

Du fait de l’atonie du commerce international, à peu près tous les pays sont confrontés aux mêmes problèmes à savoir la diminution de l’activité manufacturière. C’est vrai depuis des mois pour la Chine par exemple, c’est vrai l’Allemagne et c’est vrai depuis août pour les États-Unis. Chaque pays espère donc que la consommation et les investissements prendront le relais de l’insuffisance des exportations. Rien n’est sûr dans ce domaine compte tenu de l’incertitude qui nourrit l’avenir économique. Phénomène nouveau, la croissance de l’activité manufacturière aux Etats-Unis s’est contractée en août pour la première fois depuis 2016, dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale et de montée des tensions commerciales. Nombre d’experts envisage la récession pour les États-Unis en 2021. Une récession forcément contagieuse compte tenu déjà des croissances actuelles insignifiantes.

Ces chiffres américains tranchent avec ceux publiés la semaine dernière sur la consommation des ménages, qui suggéraient que l’économie, certes en ralentissement, résistait plutôt bien à l’impact des tensions commerciales avec la Chine. “Avec l’industrie manufacturière qui commence maintenant à se contracter, il est d’autant plus important que les ménages continuent de dépenser”, résume Joel Naroff, chef économiste de Naroff Economic Advisors.

L’indice ISM du secteur manufacturier est ressorti en baisse à 49,1 pour août, son plus bas niveau depuis janvier 2016, contre 51,2 en juillet. Les économistes interrogés par Reuters attendaient un léger recul à 51,1.

En recul pour le cinquième mois consécutif, l’indice passe pour la première fois depuis août 2016 sous le seuil de 50, marquant une contraction dans le secteur manufacturier, qui représente environ 12% de l’économie américaine.

L’ISM évoque “une baisse notable de la confiance des entreprises”, ajoutant que “le commerce international reste le problème le plus important, comme le montre la forte contraction des nouvelles commandes à l’export”.

Le sous-indice des commandes nouvelles dans leur ensemble a reculé à 47,2 en août, au plus bas depuis juin 2012, contre 50,8 en juillet.

Celui de l’emploi a baissé à 47,4 en août, à son plus bas niveau depuis mars 2016, contre 51,7 en juillet, un chiffre qui fait craindre une diminution des effectifs du secteur industriel en août.

En juillet, les entreprises manufacturières ont déjà réduit les horaires de travail, faisant tomber l’horaire hebdomadaire moyen à son plus bas niveau depuis novembre 2011, et elles ont diminué les volumes d’heures supplémentaires.

Le rapport mensuel sur l’emploi du département du Travail doit être publié vendredi.

“L’enquête (de l’ISM) constitue un avertissement sur le fait que l’incertitude autour des droits de douane et du commerce international continue de peser sur l’activité manufacturière et que cette incertitude est un risque de plus en plus important pour la croissance”, souligne John Ryding, chef économiste de RDQ Economics.

Alerte sur la pénurie de médicaments

Alerte sur la pénurie de médicaments

 

Une alerte vient d’être lancée par des médecins et des professeurs hospitaliers qui craignent une grave crise par manque de médicaments. Une crise dont l’ampleur serait 20 fois supérieure à celles de 2008. Ces pénuries concernent « des médicaments du cancer, des antibiotiques, des corticoïdes, des vaccins, des traitements de l’hypertension, des maladies cardiaques, du système nerveux… ».

 
La première raison est simple, la production pharmaceutique a été délocalisée à hauteur de 80 % en Asie surtout  en Chine et en Inde. En dix ans, la pénurie de médicaments en France a été multipliée par 10, une situation particulièrement scandaleuse quand on sait que la rentabilité  des laboratoires pharmaceutiques figure parmi les plus juteuses au plan financier. Mais pour accroître encore les rendements financiers, on a éclaté les processus de production de sorte que les médicaments (comme par exemple l’automobile) traversent souvent plusieurs pays très éloignés avant de rejoindre les pharmacies. La production a surtout été relocalisée en Asie et le reconditionnement dans des pays à faible coût fiscal et social. Comme dans nombre de secteurs économiques (encore l’exemple de l’automobile) pour des questions financières, la production est à flux tendu. En clair les stocks sont réduits au minimum et à la moindre évolution de la demande, ces stocks ne sont plus suffisants. Autre facteur explicatif, le fait que les laboratoires et les distributeurs préfèrent vendre les médicaments à l’étranger car les prix en France contrôlée par la sécurité sociale sont jugés trop faibles. Les médicaments sont donc d’abord vendus dans les pays où ils rapportent le plus. En plus de la délocalisation, les laboratoires ce concentrent aussi sur des médicaments nouveaux qui rapportent davantage. Bref les conséquences de la mondialisation aussi de la course au profit. Le plan de la ministre de la santé paraît particulièrement insuffisant pour répondre à la crise actuelle. Elle  d’abord de mettre davantage de transparence dans la distribution, de «remplacer le médicament indisponible initialement prescrit par un autre médicament», lorsque la pénurie concerne un «médicament d’intérêt thérapeutique majeur». Mais il y a déjà longtemps que les pharmaciens procèdent ainsi. La ministre propose aussi des achats coupés au plan européen notamment pour les vaccins. Un comité sera chargé de suivre l’évolution de cette question.

 

 

La sécheresse, alerte dans 64 départements : du pipeau

La sécheresse, alerte dans 64 départements : du pipeau

64 départements sont visés par des mesures de restrictions d’eau.  21 sont en situation de crise entraînant l’arrêt des prélèvements d’eau non prioritaires, y compris des prélèvements à des fins agricoles. Sur le terrain, en plein midi cela n’empêche pas d’arroser les maïs et même les prés. Par exemple dans le Maine et Loire, départements classé en zone rouge où le Louet bras de la Loire est pratiquement à sec. Par ailleurs, 16 départements sont placés en alerte renforcée (orange) et 27 en alerte jaune, et 121 arrêtés préfectoraux incitent à faire des économies d’eau.  Face à la sécheresse la France a mis en place un plan sophistiqué de lutte pour économiser l’eau. Il existe quatre niveaux de vigilance. Mais même dans les zones concernées par la plus haute vigilance zone dite rouge le plan de lutte contre la sécheresse apparaît à la fois dérisoire et non respectée. Dans ces zones dites rouges on peut toujours voir de nuit comme de jour des canons à eau arrosée des cultures souvent d’ailleurs en pure perte. En effet de jour 80% de cette eau s’évaporent aussitôt. Dans nombre de ces régions la culture de maïs très gourmande en eau est complètement inappropriée au climat. Des millions de tonnes d’eau sont ainsi gaspillés et l’interdiction de laver des voitures en comparaison paraît particulièrement désuète. La canicule fait encore des ravages.

Les départements du sud et de la Loire sont particulièrement touchés par cette période de sécheresse. Mais la sécheresse s’étend globalement sur l’ensemble du territoire. « Depuis juillet 2018, la pluviométrie sur la France est marquée par un déficit qui perdure notamment sur les régions du Grand-Est, de la Bourgogne-Franche-Comté ainsi qu’en Auvergne », indique Météo-France dans un bulletin. Si l’humidité des sols superficiels était proche de la normale jusqu’à juin, la canicule fin juin a contribué à assécher les sols. Depuis, « on reste dans des températures relativement élevées avec du vent, ce qui favorise l’évapo-transpiration », explique le Météo-France. Selon l’indicateur de sécheresse de Météo-France, calculé depuis 1958, « on est en septième position des années les plus sèches », après des années de sécheresse historiques comme 1976 et 2003.

 

Croissance zone euro : alerte

Croissance zone euro : alerte

La croissance allemande dans le rouge au troisième trimestre et qui s’affaisse en zone euro. (La plus faible en 4 ans) Pour les pays de la zone euro, les perspectives économiques s’assombrissent à quelques mois des élections européennes. L’incapacité de l’union à réduire les déséquilibres macroéconomiques entre les pays pourrait encore menacer l’avenir politique et économique du Vieux Continent déjà affaibli par la montée des populismes et des divisions toujours plus visibles. . Selon les enquêtes menées par le cabinet Markit, le secteur manufacturier affiche ses plus faibles performances depuis près de quatre ans. Et ces difficultés pourraient s’amplifier durant le dernier trimestre 2018. « Au vu des dernières données de l’enquête, le secteur manufacturier pourrait glisser en zone de contraction d’ici la fin de l’année, à moins d’un regain de croissance au cours des prochains mois. La tendance est toutefois fermement orientée à la baisse pour la fin du trimestre, le volume du travail en cours diminuant pour le deuxième mois consécutif et les perspectives d’activité se repliant à un plus bas de près de six ans, » expliquait Chris Williamson le 2 novembre.  Du côté des services, les chiffres ne sont guère rassurants. Les résultats dévoilés dans le communiqué signalent que l’indice composite, qui mesure l’activité des services, est en repli par rapport à son niveau de septembre (53,7 contre 54,7 au mois dernier). Conclusion, au repli des exportations notamment allemandes, il faut ajouter le net tassement de l’industrie et aussi l’atonie des services. Bref un quatrième trimestre sans doute décevant qui aura du mal à faire atteindre 2% de croissance en zone euro en 2018 et fait douter des 1.8% prévis en 2019.

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol