Archive pour le Tag 'Alcool'

Le retour de l’ alcool dans les stades : une loi pour les pinardiers ou le sport ?

Le retour de l’ alcool dans les stades : une loi pour les pinardiers ou le sport ?

 

 

Il faut vraiment se demander si certains députés de la république en marche ne sont pas tombés sur la tête en proposant le rétablissement de la vente d’alcool dans les stades. En réalité il s’agit surtout du football professionnel ou l’argent coule à flots mais est jeté par les fenêtres via les salaires déments des joueurs (jusqu’à plusieurs millions par mois). Faire de la France une  nation sportive en passant par l’autorisation de vendre de l’alcool dans les stades, voilà que proposent 72 députés de la république en marche. Une curieuse. Ce sont évidemment les supporters abrutis qui vont se réjouir en retrouvant l’ivresse de la bibine pour alimenter leur enthousiasme et même leurs débordements. Certes la loi comporte d’autres éléments pour favoriser la pratique sportive mais on peut vraiment s’interroger sur le bien-fondé de la vente d’alcool dans les stades, cela vise surtout les compétitions professionnelles. On se souvient en effet que cet alcool a quelquefois grandement favorisé de véritables drames humains en France comme à l’étranger. Sans doute cette initiative est-elle soutenue par le lobby des producteurs d’alcool. L’objectif est de permettre aux organisations sportives de trouver de nouvelles recettes annexes. Il est vrai que les budgets sont souvent dans des situations périlleuses. Reste qu’on  pourrait sans doute envisager un autre mode de financement pour aider au développement du sport ; par exemple,  une taxe sur l’alcool qui serait affectée au développement sportif. Non seulement l’initiative des 72 députés de la république en marche n’est pas heureuse mais elle est même irresponsable ; elle montre  s’il le fallait que certains élus entretiennent des liens avec des lobbys.

L’Association nationale de prévention en alcoologue et addictologie (Anpaa) a réagi le 6 août dénonçant dans un communiqué «le lobby alcoolier» derrière les députés. Selon l’association, «la consommation d’alcool est incompatible avec le sport car la promotion de l’alcool auprès des jeunes via les compétitions sportives, vise à banaliser la consommation générale, et en premier lieu celle des jeunes qui constituent la majorité du public».

 

Les trois députés ne sont pas les premiers à se saisir du sujet. En février dernier, Stéphane Viry avait déposé une proposition de loi dans ce sens. L’élu LR des Vosges, accompagné de 13 autres députés, avançait les mêmes arguments que ses confrères expliquant que la vente à l’intérieur des stades permettrait d’encadrer la consommation et «renforcer leurs recettes». «Il s’agit de faire en sorte que ceux qui s’alcoolisent beaucoup en moins de 10 minutes avant d’entrer dans le stade n’aient plus besoin de consommer de l’alcool fort de cette façon, mais puissent tranquillement boire une bière entre potes avant le match et à la mi-temps», expliquait Stéphane Viry à RTL. L’Anpaa avait alors réagi répliquant que les supporters étaient «capables de se retenir de boire pendant deux fois 45 minutes de football».

 

Alcool dans les stades : une loi pour les pinardiers ou le sport ?

Alcool dans les stades : une loi pour les pinardiers ou le sport ?

 

 

Faire de la France une  nation sportive en passant l’autorisation de vendre de l’alcool dans les stades. Une curieuse proposition de 72 députés de la république en marche, ce sont évidemment les supporters abrutis qui vont se réjouir en retrouvant l’ivresse de la bibine pour alimenter leur enthousiasme et même leurs débordements. Certes la loi comporte d’autres éléments pour favoriser la pratique sportive mais on peut vraiment s’interroger sur le bien-fondé de la vente d’alcool dans les stades, cela vise surtout les compétitions professionnelles. On se souvient en effet que cet alcool a quelquefois grandement favorisé de véritables drames humains en France comme à l’étranger. Sans doute cette initiative est-elle soutenue par le lobby des producteurs d’alcool. L’objectif est de permettre aux organisations sportives de trouver de nouvelles recettes annexes. Il est vrai que les budgets sont souvent dans des situations périlleuses. Reste qu’on  pourrait sans doute envisager un autre mode de financement pour aider au développement du sport ; par exemple,  une taxe sur l’alcool qui serait affectée au développement sportif. Non seulement l’initiative des 72 députés de la république en marche n’est pas heureuse mais elle est même irresponsable ; elle montre  s’il le fallait que certains élus entretiennent des liens avec des lobbys.

L’Association nationale de prévention en alcoologue et addictologie (Anpaa) a réagi le 6 août dénonçant dans un communiqué «le lobby alcoolier» derrière les députés. Selon l’association, «la consommation d’alcool est incompatible avec le sport car la promotion de l’alcool auprès des jeunes via les compétitions sportives, vise à banaliser la consommation générale, et en premier lieu celle des jeunes qui constituent la majorité du public».

Les trois députés ne sont pas les premiers à se saisir du sujet. En février dernier, Stéphane Viry avait déposé une proposition de loi dans ce sens. L’élu LR des Vosges, accompagné de 13 autres députés, avançait les mêmes arguments que ses confrères expliquant que la vente à l’intérieur des stades permettrait d’encadrer la consommation et «renforcer leurs recettes». «Il s’agit de faire en sorte que ceux qui s’alcoolisent beaucoup en moins de 10 minutes avant d’entrer dans le stade n’aient plus besoin de consommer de l’alcool fort de cette façon, mais puissent tranquillement boire une bière entre potes avant le match et à la mi-temps», expliquait Stéphane Viry à RTL. L’Anpaa avait alors réagi répliquant que les supporters étaient «capables de se retenir de boire pendant deux fois 45 minutes de football».

 

L’alcool : 40 000 morts par an

L’alcool : 40 000 morts par an

Encore 40  000 morts  par an  dus à l’alcool (16 000 décès par cancer, 9 900 par maladies cardiovasculaires, 6 800 par maladies digestives et 5 400 par accident ou suicide.)

La très grande majorité de ces décès (90%) « Sont liés à des consommations supérieures à 53 grammes par jour » d’alcool pur, soit plus de 5 unités d’alcool. Toutefois, « même à la dose relativement modérée de moins de 18 grammes d’alcool pur consommé par jour (moins de deux verres standards) (…) le risque global est augmenté », soulignent les auteurs de l’article. L’étude se fonde sur les consommations déclarées par un échantillon de 20 000 personnes, mais également sur les chiffres de vente d’alcool, les enquêtes déclaratives tendant à minimiser le nombre de verres pris.

Les précédentes estimations, fondées sur des chiffres de 2009, avaient évalué à 49 000 le nombre de décès dus à l’alcool, soit 9% du total. Cette baisse  »s’explique en grande partie par la diminution de la mortalité pour les causes liées à l’alcool et, dans une moindre mesure, par la baisse de la consommation, passée de 27 à 26 g d’alcool pur par jour sur cette même période », expliquent les auteurs de l’article.

 

L’alcool tue

L’alcool tue

Selon le Global Status Report on Alcohol and Health 2018 rédigé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les boissons alcoolisées sont à l’origine de 5,3% des décès dans le monde, selon le rapport. Elles s’avèrent encore plus dangereuses que le sida, la tuberculose et la violence réunis. La majorité des décès est due à des accidents de la route, des suicides et autres formes de violence (28%). Le reste s’explique par de multiples complications physiques comme des troubles digestifs (21%), des maladies cardiovasculaires (19%), des cancers, des troubles mentaux… En effet, d’après le rapport, plus de 200 pathologies sont liées à la consommation d’alcool. En plus de conséquences graves sur le long terme, ces boissons peuvent avoir des effets dramatiques au quotidien, surtout en cas de dépendance à l’alcool - à l’origine d’états dépressifs, psychotiques et paranoïaques. Près de 2,3 milliards de personnes boivent de l’alcool régulièrement à travers le monde. C’est l’Europe qui enregistre la plus grande consommation par habitant. Selon les derniers chiffres de World Health Statistics, les statistiques mondiales sur la santé réalisées par l’OMS, les Français âgés de 15 ans et plus ont consommé 12,6 litres d’alcool pur en 2016. Un résultat similaire à celui de la Bulgarie, de la Slovénie, de la Roumanie, du Portugal et de la Belgique.

 

 

Redécouverte de l’eau: le vin sans alcool !

Redécouverte de l’eau:  le  vin sans alcool !

Il y a avait déjà la bière sans alcool, maintenant c’est  le vin, bref la redécouverte de l’eau ou au mieux du jus de raisin.  Sans gluten, sans sucre, sans sel, sans graisse et sans calories et maintenant sans alcool, l’industrie alimentaire et viticole progresse à pas de géant. On va bientôt redécouvrir le pain sans mie (la galette du Sahel), la confiture sans sucre (la compote)  et peut-être même le fil à couper le beurre. Du vin sans sucre sans alcool est donc la nouvelle découverte, sans doute demain le vin sans vigne. Certes il faut évidemment condamner les excès dans tous les domaines mais tout est question d’équilibre et à force d’inventer des  ersatz de produits alimentaires on va finir par tuer le plaisir gastronomique. Aujourd’hui, Les Domaines Pierre Charvin ont  osé produire du vin sans alcool et le vendre en France. La start-up a vu le jour dans l’Hérault en 2010 à l’initiative de Mathilde Boulachin et Fabien Gross, deux entrepreneurs qui ne sont pas issus du sérail de la viticulture. En quelques années, cette marque s’est fait une belle place sur le marché du vin avec des produits innovants et originaux.  « Ces produits existent depuis longtemps, mais nous avons fait en sorte de les rendre plus accessibles aux consommateurs en créant un design et des gammes plus tendance », a expliqué Mathilde Boulachin à BFM Business.

Euro Interdiction de vente d’alcool : mesure insuffisante

Euro Interdiction de vente d’alcool : mesure insuffisante

 

 

Une mesure sans doute nécessaire mais bien insuffisante pour tenter de s’opposer à la folie des holigans  lesquels auront tout le temps nécessaire pour aller s’approvisionner dans les grands magasins. Contrairement à ce qui a été affirmé par le gouvernement, les mesures de sécurité sont loin d’être suffisantes aussi bien à l’intérieur des stades qu’à l’extérieur. De toute évidence on a oublié de mettre en place un plan anti holigans alors que ces derniers sont à peu près tous identifiés par la police dans leur pays et même souvent interdits de stade comme les hooligans anglais par exemple.  le gouvernement aurait dû prendre des mesures beaucoup plus radicales en amont d’abord pour interdire l’accès du territoire français à ces holigans, ensuite maintenant pour interdire le rassemblemenet de supporters  dans l’espace public hors des stades et des fans zones  à moins de risquer l’expulsion immédiate du territoire Le ministre français de l’Intérieur a demandé dimanche aux préfets concernés de « prendre toutes les mesures utiles » pour interdire la vente et la consommation d’alcool la veille et les jours des matches de l’Euro de football à la suite des violents incidents survenus à Marseille. Tout supporter interpellé par les forces de l’ordre pour son implication dans des incidents « pourra se voir notifier une interdiction de paraître » dans les villes-hôtes de la compétition qui se déroule jusqu’au 10 juillet, a annoncé Bernard Cazeneuve lors d’une conférence de presse à Paris. Des incidents entre supporters, notamment anglais et russes sur le Vieux-Port de Marseille, ont fait 35 blessés dans la cité phocéenne samedi, ainsi que neuf blessés à Nice. « Leurs agissements détournent les forces de l’ordre de leur mission première qui est de protéger le pays contre la menace terroriste », a déploré Bernard Cazeneuve, qui a demandé des sanctions contre les fédérations européennes concernées. « Tout supporter qui aura été interpellé à l’occasion d’incidents pourra se voir notifier une interdiction de paraître. Ces mesures pourront s’appliquer à toutes les villes hôtes et concerner les stades, les fan zones ou encore d’autres secteurs des agglomérations », a-t-il dit.

.

(Avec Reuters)

Une serveuse agressée pour avoir servi de l’alcool

Une serveuse agressée pour avoir servi de l’alcool

 

Le terrorisme sociétal maintenant avec cette agression ;  La serveuse d’un bar du centre de Nice (Alpes-Maritimes) a été violemment agressée par deux hommes lundi midi, au premier jour du mois du ramadan, parce qu’elle servait de l’alcool, selon une information de Nice-Matin. Des agresseurs sans doute fondamentalistes qui se trompent de siècle, de pays et de cibles. Des fondamentalistes qui mériteraient à l’évidence d’être exclus d’un pays démocratique dont il bafoue les valeurs républicaines. Il se trompe de pays, de civilisations et font preuve par ailleurs d’une la lâcheté lamentable en s’attaquant à une femme. De quoi en plus alimenter est racisme latent avec de tels actes barbares.  Cette jeune femme qui souffre d’un hématome important à l’arcade sourcilière, a porté plainte, tout comme le propriétaire de l’établissement situé rue Lamartine. Ce dernier a également porté plainte pour menaces : les mêmes suspects avaient déjà tenté, trois jours auparavant, de le dissuader de vendre des boissons alcoolisées pendant le mois de jeûne. Les images vidéo enregistrées par le bar montrent clairement les deux hommes, dont l’un serait un étranger en situation irrégulière, en train de menacer longuement la serveuse, avant de partir puis de revenir pour la gifler à l’intérieur du bar. La victime elle-même musulmane suit le ramadan. « Ce n’est pas parce que je sers de l’alcool que je n’accomplis pas mon devoir. Si je le fais, c’est parce que je suis serveuse, a-t-elle confié à l’Obs. En Tunisie, j’exerçais le même métier et je n’ai jamais eu le moindre problème. Je ne pensais pas qu’en France, pays de libertés, je puisse être agressée pour ça. »  En octobre 2014, dans le même quartier, trois hommes, dont le responsable d’un établissement halal baptisé La Nosra, fermé depuis par les services de la préfecture, s’en étaient pris à un boulanger à qui ils reprochaient de vendre des sandwiches au jambon et de ne pas être « un bon musulman ». Ils avaient été condamnés à six mois de prison avec sursis en janvier 2015.

 

(Avec le Parisien)

 

240 milliards le coût social de l’alcool et du tabac

240 milliards le coût social de l’alcool et du tabac

 

Une évaluation qui peut être discutée comme toutes les évaluations de coût socialec’est-à-dire qui essaye de chiffrer les conséquences directes mais aussi indirectes pour la société. L’évaluation d’une vie humaine en terme monétaire peut par ailleurs paraître réductrice. En tout cas une évaluation qui souligne l’importance du coût social de certaines addictions. Un chiffre qui donne le vertige. 240 milliards d’euros,  c’est la somme que coûte, chaque année, l’addiction au tabac et à l’alcool en France. Dans son rapport, l’économiste Pierre Kopp a pris en compte le coût des vies perdues : une vie humaine pour la collectivité, cela représente déjà 3 millions d’euros. Or chaque année en France, il y a 49.000 morts liées à l’alcool et 79.000 liées au tabac.   Les coûts correspondent aussi aux soins, aux hospitalisations et aux médicaments. En France, près de 2 millions de personnes sont ainsi suivies pour des pathologies dues à l’alcool et à la cigarette. Ces prises en charge coûtent à l’État 33 milliards d’euros, un chiffre astronomique en regard des 13 milliards d’euros que rapportent par exemple les taxes et les économies des retraites non versées. Il y a également les coûts pour les entreprises : absentéisme, arrêt maladie qui représente une perte de productivité substantielle. Autre poste de dépense, les campagnes de prévention et les consultations anti-tabac. Le rapport va jusqu’à prendre en compte la perte de qualité de vie chiffrée par l’OMS pour chaque maladie. C’est par exemple une perte de 75% pour un cancer du poumon pendant la période de traitement et de rémission.

Alcool : les Français champion du monde, vive le pinard !

Alcool : les Français champion du monde, vive le pinard !

 

Si l’économie française additionne plutôt les échecs depuis quelques années ( PIB, dette, chômage etc.) par contre elle peut s’enorgueillir d’être championne du monde pour la consommation de pinard et autres breuvages alcoolisés. Peut-être est-cela  le moyen de lutter contre le french bashing,  de redonner le moral et de relancer la croissance. . Une sorte de thérapie de portée économique  en quelque sorte. Du coup la vinasse pourraiat entrer dans la catégories des médicaments remboursée par la sécurité sociale. Une idée à creuser en tout cas ( comme le trou de la sécu) qui pourraiat faire l’objet du grand débat national et évidemment dune consultation approfondie des partenaires sociaux.  Les Français ont en effet  la plus grande consommation d’alcool parmi les 34 pays que compte l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) selon un rapport publié ce mardi. Cette consommation est tout de même en baisse depuis 30 ans. 12 litres d’alcool pur correspondent à environ 120 bouteilles de vin par habitant et par an. 20% de la population qui boit le plus, consomme plus de la moitié de la quantité totale d’alcool bue dans notre pays. Les femmes qui ont un niveau d’éducation élevé ont deux fois plus de risque d’avoir une consommation excessive d’alcool que celles qui ont un niveau d’éducation faible.

 

Alcool : 25% des décès sur les routes

Alcool : 25% des décès sur les routes

Selon l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), l’abus d’alcool est responsable de près d’un quart des quelque 30.000 morts enregistrés chaque année dans des accidents de la route au sein de l’Union européenne. Ce rapport est le fruit d’une étude menée de 2006 à 2011 dans 13 pays de l’UE.par ailleurs selon les pays l’alcool ( maintenant la drogue) et la vitesse ( parfois combinées) sont responsables de 50 à 75% des accidents.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol