Archive pour le Tag 'Airlines'

American Airlines: 19 000 licenciements de plus

American Airlines:  19 000 licenciements de plus

 

En dépit d’une aide de plus de 20 milliards d’euros American Airlines envisage de licencier 19 000 salariés de plus soit au total 40 000 en moins. American Airlines a annoncé mardi qu’elle pourrait licencier 19.000 personnes en octobre si les pouvoirs publics ne prolongent pas le mécanisme d’aide au financement des salaires dont bénéficie le secteur du transport aérien.

Les compagnies aériennes américaines ont reçu en mars 25 milliards de dollars (21,17 milliards d’euros) de l’Etat fédéral, afin d’assurer le paiement des salaires et de préserver l’emploi jusqu’à fin septembre.

Alors que ces aides s’épuisent et que le marché reste sinistré, les compagnies et les syndicats du secteur tentent d’obtenir de Washington 25 milliards de dollars supplémentaires mais les discussions sont au point mort.

En prenant en compte les départs volontaires et les congés sans solde, les effectifs d’American Airlines pourraient tomber à 100.000 personnes en octobre contre 140.000 avant la crise.

“En bref, l’équipage d’American comptera au moins 40.000 employés de moins le 1er octobre que lorsque l’épidémie a commencé,” ont déclaré le directeur général Doug Parker et le président Robert Isom dans un mémo adressé aux employés que Reuters a pu lire.

D’après eux, le seul moyen d’éviter les départs contraints est le prolongement du plan de soutien au financement des salaires.

Les suppressions de postes supplémentaires envisagées concernent 17.500 salariés syndiqués, parmi lesquels 1.600 pilotes et 8.100 membres du personnel navigant commercial, ainsi que 1.500 postes d’encadrement.

En se basant sur la demande actuelle, le groupe envisage pour le quatrième trimestre moins de 50% de son offre de vols habituelle, et un quart seulement pour les vols internationaux, ont précisé les deux dirigeants.

A Wall Street, l’action American Airlines perdait plus de 3% à la mi-journée, entraînant dans sa chute d’autres compagnies aériennes.

Un Boeing d’Ukraine Airlines victime d’ un tir accidentel iranien !!!

Un Boeing d’Ukraine Airlines victime d’ un tir accidentel iranien !!!

 

 

La folie de la dictature islamique iranienne n’a sans doute pas de limite. Comment en effet pourrait-on justifier ce tir de missile qui a détruit un avion de ligne après le décollage du Boeing 737 d’Ukraine Airlines de l’aéroport Imam-Khomeini. Même si le caractère accidentel de ce tir est envisagé par les États-Unis ou le Canada, reste le geste invraisemblable et fou de ce qui ressemble à un acte incontrôlé de représailles de la part d’une des cliques religieuses qui dirigent le pays. Sans doute aussi les mêmes qui avaient tiré par hasard sur des tankers récemment dans le détroit Dortmuz.

Heureusement les occidentaux semblent faire preuve d’une meilleure maîtrise de leur nefs. D’une certaine façon, les religieux  iraniens sont condamnés à une fuite en avant pour alimenter un nationalisme qui permet de cacher la crise économique et sociale sans précédent dans le pays.

Lors d’une conférence de presse à Ottawa, le chef du gouvernement canadien, Justin Trudeau, a repris à son compte la piste d’un tir de missile sol-air, “une possibilité très claire” selon lui, sur la foi “d’informations de sources multiples” provenant des alliés du Canada et de ses propres services de renseignement. Selon Justin Trudeau, ce tir, s’il a bien eu lieu, a pu être effectué de façon “involontaire”. Le Canada, qui comptait plusieurs ressortissants dans l’avion accidenté, demande désormais une enquête internationale “complète” et “approfondie”.

Donald Trump, qui s’est exprimé devant des journalistes à la Maison blanche, a également semblé donner du crédit à cette hypothèse, tout en restant évasif. “Quelqu’un a pu commettre une erreur”, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il nourrissait des “soupçons”. L’accident s’est produit quelques heures seulement après des tirs de missiles de l’armée iranienne sur des bases militaires abritant des soldats américains en Irak, des frappes menées en représailles à l’assassinat ciblé, la semaine dernière, du général Qassem Soleimani, l’un des personnages les plus influents de la République islamique.

Selon deux sources américaines, Washington penche pour l’hypothèse d’un tir ayant atteint le Boeing par erreur. A Téhéran, le responsable de l’aviation civile, Ali Abedzadeh, a balayé ce scénario, jugeant “scientifiquement impossible qu’un missile ait touché l’avion ukrainien”, selon des propos rapportés par l’agence de presse semi-officielle Isna. Notons que les mêmes dénégations avaient été avancées concernant les tirs contre des temps Care dans le détroit d’hormones.

L’appareil était déjà en flammes avant de s’écraser, selon un rapport préliminaire communiqué jeudi par l’aviation civile iranienne, qui cite des témoins au sol et dans un autre avion ayant survolé la zone à une haute altitude. L’avion, vieux de trois ans et dont le dernier contrôle technique datait de lundi, s’est écrasé six minutes après son décollage, près de la localité de Sabashahr, au sud-ouest de Téhéran.

Il a rencontré un problème technique peu après son envol de l’aéroport international de Téhéran et a commencé à se diriger vers un aéroport proche avant de s’écraser, selon le rapport de l’aviation civile, qui ne précise pas la nature de l’avarie. D’après les autorités ukrainiennes, il y avait à bord 82 Iraniens, 63 Canadiens et 11 Ukrainiens.

Vol MH17: Malaysia Airlines vers la faillite ?

Vol MH17: Malaysia Airlines vers la faillite ?

Le drame du vol MH17 déstabilise un peu plus la Malaysia Airlines. La perte, jeudi 17 juillet, d’un Boeing 777 intervient moins de six mois après la disparition d’un autre appareil de la compagnie en plein vol. Ces deux catastrophes pourraient entraîner la faillite de la compagnie malaisienne. La Malaysia Airlines est en pleine zone de turbulences. Bien qu’elle était bénéficiaires en 2010, la situation s’est très vite retournée. La compagnie a perdu près de 260 millions d’euros l’an dernier. Comme les autres acteurs du secteur elle doit faire face à la hausse du pétrole. Mais le carburant n’explique pas à lui seul la perte de compétitivité.  La direction de la Malaysia Airlines doit faire face à un cocktail détonnant: des sureffectifs, des syndicats hostiles à tout changement et un actionnaire, l’Etat, qui interfère dans la gestion de la compagnie. Ces deux catastrophes en moins de six mois risquent donc de compliquer la situation. Depuis la disparition du vol MH370 en plein océan, en mars dernier, de nombreux agents de voyages malaisiens se sont orientés vers d’autres transporteurs. Le drame de jeudi devrait amplifier le mouvement de défiance des voyageurs.

 

Le Boeing 777 du vol MH370 de Malaysia Airlines dévié ?

 

Le Boeing 777 du vol MH370 de Malaysia Airlines dévié ?

Le Boeing 777 du vol MH370 de Malaysia Airlines, introuvable depuis une semaine, a sans doute été délibérément dévié de sa trajectoire, a indiqué samedi le Premier ministre malaisien. Peu après la révélation par Najib Razak des dernières conclusions de l’enquête en cours, la police s’est présentée au domicile du pilote de l’avion disparu pour une perquisition. Le Premier ministre malaisien, qui donnait sa première conférence de presse depuis la disparition du Boeing 777-200ER samedi dernier, a confirmé les informations de presse selon lesquelles les enquêteurs estiment que quelqu’un, l’un des pilotes ou une autre personne à bord, a éteint les systèmes de communication de l’avion et lui a fait prendre la direction de l’ouest, alors que sa destination était Pékin. « Au vu de ce dernier développement, les autorités malaisiennes ont recentré leur enquête sur l’équipage et les passagers à bord », a déclaré Najib Razak. « Malgré les informations de presse faisant état d’un détournement de l’avion, je souhaite être très clair : nous continuons à enquêter sur toutes les possibilités concernant ce qui a fait dévier le MH370 de sa route », a-t-il ajouté. Les opérations de recherches maritimes et aériennes organisées par une dizaine de pays au large du golfe de Thaïlande, en mer de Chine méridionale et jusqu’à l’est de la Malaisie ont été immédiatement annulées. Le Boeing 777 de Malaysia Airlines, avec 239 personnes à bord, a disparu des écrans radars civils samedi dernier à 01h22 du matin au large de la côte est de Malaisie, moins d’une heure après son décollage de Kuala Lumpur. Selon Najib Razak, de nouvelles données montrent que la dernière communication entre l’avion disparu et les satellites a eu lieu à 08h11 du matin heure malaisienne, soit près de sept heures après qu’il eut fait demi-tour et traversé la péninsule malaisienne. Les données n’ont pas montré si l’avion volait encore ni sa localisation à ce moment-là, ce qui laisse une liste importante de possibilités. Sept heures de vols supplémentaires ont sans doute mené l’avion à la limite de ses réserves en carburant. Le Boeing 777-200ER peut parcourir jusqu’à 14.305 km. Des données satellites ont confirmé que l’appareil non identifié qui est à un moment apparu sur un écran radar militaire au large de la côte ouest de la Malaisie avant d’en disparaître à 02h15 était le vol MH370. « Jusqu’au moment où il a quitté la couverture radar militaire (…), ces mouvements correspondent à une action délibérée par quelqu’un à bord de l’avion », a indiqué Najib Razak. Selon le Premier ministre malaisien, l’analyse des dernières communications de l’avion avec les satellites le plaçait dans l’un des deux couloirs suivants : un couloir nord allant du nord de la Thaïlande à la frontière du Kazakhstan et du Turkménistan, ou un couloir sud allant de l’Indonésie au sud de l’océan Indien. La Chine – environ deux tiers des passagers de l’avion étaient de nationalité chinoise – a exprimé son mécontentement samedi et fait savoir qu’elle voulait des informations plus précises. Elle a indiqué qu’elle allait envoyer une équipe technique en Malaisie pour participer à l’enquête.  L’agence Chine nouvelle a qualifié les détails donnés par le Premier ministre malaisien de « tardifs ». Auparavant, une source américaine avait indiqué que le vol MH370 était peut-être tombé en panne de carburant au-dessus de l’océan Indien, avant de s’y abîmer, au vu des données électroniques reçues du Boeing 777. La source a précisé que les impulsions envoyées par l’avion à des satellites pouvaient aussi laisser penser que l’appareil a continué à voler vers l’Inde, mais elle a présenté cette éventualité comme moins probable qu’une chute dans l’océan.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol