Archive pour le Tag 'Air-France'

Page 10 sur 10

« Air France est à l’abri d’une OPA » ; pas sûr !

« Air France est à l’abri d’une OPA » ; pas sûr !

 

 

Le patron d’Air France affirme qu’Air-France est à labri d’une OPA ; pas sûr d’une part du fait de l’endettement, d’autre part Air France-KLM (dont Air France est une filiale, comme KLM) est juridiquement opéable. En outre le siège d’Air France KLM pourrait très bien être transféré un jour aux Pays-Bas ou même en Irlande. Alors qu’Air France se dirige vers une cinquième année consécutive de pertes d’exploitation, certains sénateurs ont demandé à Alexandre de Juniac, son PDG, si ces difficultés n’exposaient pas la compagnie à une OPA.  Alors qu’Air France se dirige en 2012 vers une cinquième année de pertes consécutive avec une perte d’exploitation cumulée autour de 2 milliards d’euros, certains sénateurs ont posé la question au PDG de la compagnie Alexandre de Juniac mercredi lors de son audition au Sénat : Air France est-elle à la merci d’une OPA ? La question était mal posée à l’évidence dans la mesure où c’est Air France-KLM qui est en effet coté en bourse, le groupe Air France n’étant qu’une filiale d’Air France-KLM au même titre que KLM. Pour autant, Alexandre de Juniac a répondu. « Non, nous ne risquons pas une OPA », a-t-il répondu fermement. Ce dernier a argumenté en trois points. « En termes juridiques, une OPA lancée par des intérêts non européens est impossible car ils ne pourraient pas prendre plus de 50% du capital ». Ensuite, Alexandre de Juniac a estimé qu’Air France (il aurait pu dire Air France-KLM) au regard de ses difficultés n’est pas assez attractive. Un peu plus tôt au cours de l’audition, il avait rappelé les 6,5 milliards d’euros de dette à fin 2011 (et même 11 milliards en rajoutant les leasing d’avions) pour des fonds propres de 5 milliards. Enfin, il rappelle qu’il n’existe pas d’exemple d’OPA hostile dans le transport aérien en raison du rôle encore très important que jouent les Etats dans ce secteur, même s’ils ne sont plus majoritaires. « Nous sommes à l’abri ». Pour autant, la présence de l’Etat irlandais dans le capital d’Aer Lingus n’a pas empêché Ryanair de lancer une OPA. Et si celle-ci est toujours bloquée, ce n’est pas en raison du refus du Gouvernement irlandais mais par celui de Bruxelles qui juge que cette fusion poserait de sérieux problèmes de concurrence en Irlande.

Air France : plan de redressement

Air France : plan de redressement

Si aucune mesure n’est prise, la direction prévoit qu’il « demeurerait un sureffectif de 500 à 600 hôtesses et stewards » après 2014 parmi les personnels navigants commerciaux (PNC), a indiqué un porte-parole à l’AFP.  En conséquence, la compagnie est « prête à envisager de proposer des mesures de cessation temporaire ou définitive d’activité, sur une base volontaire », a-t-il ajouté, hypothèse qui a toujours été écartée jusqu’ici.  Mais la direction exige en préalable la signature d’un accord avec les hôtesses et stewards « pour accompagner la mise en oeuvre des 20% de gain d’efficacité économique » prévus dans le cadre du plan Transform 2015 de restructuration de la compagnie.  Cette piste est avancée par la direction alors que les négociations avec les PNC pour l’approbation de ce plan ont repris la semaine dernière, quatre mois après le refus de leurs syndicats de valider ce plan.  Transform 2015 prévoit la suppression de 5.122 postes équivalents temps-plein à fin 2013, sans départs contraints, dont 2.767 parmi les salariés au sol. Il se donne également pour objectif de parvenir à deux milliards d’économie en trois ans ainsi qu’une refonte du réseau moyen courrier et de l’offre long courrier de la compagnie.  Il y a environ 15.000 PNC chez Air France.  Contrairement aux pilotes et aux personnels au sol, les hôtesses et stewards constituent la seule catégorie de personnel qui n’a pas validé ce plan, qui prévoit un gain de productivité de l’ordre de 20%.  Selon le porte-parole d’Air France, le PDG Alexandre de Juniac a tenu une webconférence en direct vendredi destinée aux PNC au cours de laquelle il a indiqué qu’ »une des contreparties à la signature d’un accord pourrait être des mesures d’aides au départ volontaire ».   »Ces incitations ciblées permettraient de réduire un sureffectif qui s’avère plus significatif et plus durable que lors des premières projections faites l’an passé », a-t-il poursuivi.  Le PDG a insisté sur le fait que ceci est « à l’image de ce qui a été fait avec les pilotes et les personnels au sol et dans le respect du principe d’équité au coeur de la philosophie du plan Transform 2015″.  Interrogés par l’AFP, les syndicats se sont montrés ouverts aux discussions tout en insistant sur les limites à ne pas franchir.

 

Grève à Air France pour la Toussaint

Grève à Air France pour  la Toussaint

 

 

La CGT Air France a appelé à la grève de l’ensemble des salariés de la compagnie, pour le 26 octobre 2012, veille des vacances de la Toussaint.   Ce pourrait bien être la pagaille dans les transports quelques jours avant les vacances de la Toussaint. La CGT Air France a appelé, mardi 16 octobre, l’ensemble des salariés de l’entreprise à la grève à partir du vendredi 26, soit la veille du début officiel des vacances. Objectif : dénoncer le maintien de la loi Diard encadrant le droit de grève et le plan de restructuration Transform 2015. Ce dernier prévoit notamment plus de 5 000 suppressions de postes. Alors que les autres syndicats d’Air France (CFDT, CFE-CGC et FO) ont signé ce projet début juillet, la CGT s’y est toujours opposée. Le syndicat prévoit même d’étendre le mouvement au-delà du premier week-end des vacances. La veille, c’est sur les rails que le trafic pourrait être perturbé. La CFDT Cheminots a en effet appelé à une journée de mobilisation à la SNCF. Le syndicat entend protester contre la politique salariale de la direction et la précarisation de l’emploi. Selon lui, les propositions de la SNCF limitant l’augmentation générale des salaires à 0,5% au 1er septembre « ne sont pas de nature à garantir le pouvoir d’achat des cheminots ».

 

 

Le cours du pétrole plombe les comptes d’Air France

Le cours du pétrole plombe les comptes d’Air France

 

Le plan de redressement d’Air France-KLM est menacé par le niveau actuel des cours du pétrole, rapporte jeudi latribune.fr ajoutant que de nouvelles mesures de baisses de coûts et d’augmentation des recettes semblent inévitables pour maintenir les objectifs de réduction de la dette. Selon le site internet, le plan de redressement du groupe annoncé en janvier se base sur un prix moyen du baril de Brent de 98 dollars. Or, ce dernier s’est négocié au-dessus de 120 dollars entre mi-février et mi-avril, clôturant mercredi à 117,97 dollars. Constatant en décembre que l’estimation du baril à 98 dollars était imprudente, le groupe a prévu un matelas de 300 à 400 millions d’euros pour faire face à l’aléa carburant, précise latribune.fr soulignant que cela risque d’être insuffisant. « C’est vrai que le carburant rend le plan tendu sur le volet des dépenses. Il va sûrement falloir trouver les moyens pour mieux tenir la réalisation des prévisions 2012″, a indiqué une source informée à latribune.fr, citant une autre source expliquant qu’il est « hors de question » que le groupe n’atteigne pas les objectifs fixés dans le budget. Air France n’a pas souhaité faire de commentaires. Air France-KLM s’est engagé début mars à stabiliser sa dette nette à 6,5 milliards d’euros cette année.

1...678910



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol