Archive pour le Tag 'Aglietta)'

Face à la catastrophe climatique: un changement radical du capitalisme est indispensable Michel Aglietta, économiste

Face à la catastrophe climatique: un changement radical du capitalisme est indispensable Michel Aglietta, économiste

L’économiste Michel Aglietta, conseiller scientifique au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cepii), suggère un changement profond du capitalisme,  actuellement incompatible avec la  problématique environnementale.

« Le changement climatique et la destruction des écosystèmes sont une catastrophe d’un type nouveau. Le potentiel de destruction est irréversible s’il se produit. Il peut être prévenu, mais pas enrayé », a-t-il expliqué, mercredi, à l’occasion de la présentation de l’ouvrage Capitalisme, le temps des ruptures (Odile Jacob, 2019, 33 euros), dont il a dirigé la rédaction. Pour Michel Aglietta, ce danger se distingue des crises financières, qui peuvent être catastrophiques, mais dont les effets peuvent être atténués par la puissance publique et les banques centrales. En revanche, si la température moyenne sur la planète grimpe de quatre degrés d’ici à 2100, soit la trajectoire actuelle, « les difficultés dureront des siècles », alerte l’économiste.

Investir dans la durée. Il recommande donc un « catastrophisme éclairé », concept théorisé par l’économiste Jean-Pierre Dupuy dans un livre éponyme en 2002. L’idée est que les responsables au pouvoir mèneront une politique d’investissement public sur la durée, seulement si on se persuade que la catastrophe va se produire. Michel Aglietta veut un « Green new deal », une nouvelle donne verte, un vaste plan d’investissement public dans la transition écologique.

Mais selon lui, la théorie économique actuelle n’encourage pas cet investissement dans la durée, pour trois raisons. D’abord à cause de la financiarisation de l’économie, qui implique une pression du court terme. Ensuite, parce qu’on laisse entendre qu’il suffit de fixer un prix au carbone pour que les acteurs privés changent leur comportement et se « verdissent ​», alors que cela ne suffit pas. Enfin, car « ​l’adhésion des citoyens ne va pas de soi, parce que la survie future de la civilisation n’est pas incluse dans les préférences individuelles ​».

Il s’oppose ainsi à l’idée que l’économie de marché peut mener au bien-être social considéré comme un équilibre optimal entre les utilités individuelles. Ce « ​principe utilitariste ne peut faire société ​», estime Michel Aglietta, qui recommande un nouveau contrat social consistant à satisfaire le bien-être de la génération présente sans mettre en péril celui des générations futures.

Dogmes.« ​La théorie économique a peu bougé depuis la crise financière, renchérit Thomas Brand, responsable de l’observatoire Macroéconomie au Cepremap (Centre pour la recherche économique et ses applications). Nous n’avons pas les outils, les modèles macroéconomiques pour traiter de problèmes essentiels aujourd’hui. ​»

Dans un article paru cette semaine dans la revue américaine The New York Review of Books, l’économiste américain David Graeber, l’un des initiateurs du mouvement Occupy Wall Street, écrit qu’il faudrait « ​regarder l’histoire des religions pour trouver des dogmes ayant eu autant de succès et d’autorité intellectuelle que les théories économiques traditionnelles ​».

Certes complexes, ces discussions montrent que les chercheurs s’interrogent sur la trop lente adaptation des économies au changement climatique, au point de peut-être donner naissance à de nouvelles théories. »

 

Détruire ou réformer le capitalisme ? ( l’économiste Michel Aglietta)

Détruire ou réformer le capitalisme ? ( l’économiste Michel Aglietta)

 

 

Détruire ou réformer le capitalisme  s’interroge l’économiste Michel Aglietta, professeur émérite de l’université Paris-Nanterre, conseiller scientifique au CEPII et à France Stratégie . ( La Tribune)

 

« Cette question révèle l’angoisse de notre temps. Le capitalisme financiarisé, qui s’est généralisé en occident depuis quarante ans sous le régime politique néo-libéral, est critiqué pour l’énorme concentration de la richesse et du pouvoir et pour les maux qu’elle a engendrés : fléchissement de l’investissement productif et des progrès de productivité, accroissement intolérable des inégalités, prolifération de la pauvreté, éclatement du contrat de travail, détérioration des ressources naturelles et aggravation de la dérive climatique. La qualité de la croissance est mise en cause par la fragmentation de la société, par les obstacles à la mobilité sociale et par les inquiétudes écologiques.

C’est pourquoi il est question de ruptures. Il s’agit des mutations à entreprendre pour pouvoir fonder l’évolution des sociétés au cours de ce siècle sur une croissance inclusive et soutenable. C’est une forme de développement incorporant les contraintes écologiques et poursuivant l’équité sociale.

Elle pose donc le problème du choix social parce que le bien-être social n’est pas l’agrégation des préférences individuelles. Il implique un principe éthique de justice sociale dont le fondement est la disposition par tous les citoyens de ressources matérielles, éducatives et institutionnelles (au premier chef les services de santé) dans un environnement sain. La privation de ces biens communs conduit aux inégalités inacceptables, parce qu’elle est privation de liberté réelle.

Il s’ensuit qu’un régime de croissance soutenable et autoentretenu englobe quatre propositions formant un cercle vertueux.

Celle-ci implique le plein emploi, des salaires décents et une protection sociale préservée. Ces objectifs de politique économique requièrent la transformation des structures de production dans le sens d’une économie circulaire rétablissant une complémentarité urbaine rurale sur les territoires. Une économie circulaire ne peut être atteinte sans transition écologique.

La difficulté de cette transformation est qu’elle doit être à la fois comportementale, technologique et spatiale. Cette mutation multidimensionnelle exige des États stratèges avec des vues de long terme pour conduire les politiques d’infrastructures, remodeler la fiscalité, encadrer les marchés immobiliers, réorganiser la recherche et la formation, valoriser les complémentarités territoriales. Ces États stratèges ne pourront réussir sans décentraliser les pouvoirs aux collectivités locales et à des collectifs citoyens pour promouvoir une démocratie participative.

Se pose alors le problème de la régulation de cette croissance inclusive et soutenable qui fait retour sur la question initiale.

Posée autrement, la question devient : le capitalisme est-il compatible avec les limites écologiques ? Les conséquences sociales dans le monde entier peuvent être très lourdes si la survie des générations futures dépend d’une révolution sociale et politique qui fasse « table rase ».

On peut avoir une autre perspective. Certes le capitalisme financiarisé doit disparaître en tant que régime de croissance. Mais en est-il de même du capitalisme en général ? Le capitalisme a connu dans l’histoire des régimes de croissance séparés par des époques de rupture, où les sociétés se transforment pour inventer de nouvelles institutions capables d’organiser de nouveaux modes de régulation socio-économique.

Ne pourrait-on pas voir émerger un mode de régulation socio-écologique ? »




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol