Archive pour le Tag 'agées'

Un rapport préconise de taxer davantage les personnes âgées

Un rapport préconise de taxer davantage les personnes âgées

L’organisme France stratégie sorte de think thank au  statut hybride, placé sous l’autorité du premier ministre, se livre régulièrement à des l exercices de prospective assez douteux et approximatifs ;  c’est ainsi que cette fois il propose ni ni plus ni moins de taxer les personnes âgées en constatant bien naïvement que les dépenses de protection sociale bénéficient davantage aux anciens qu’aux jeunes. Aussi naïvement il constate les différences de patrimoine. . Certes on ne peut nier les difficultés que rencontre la jeunesse pour s’insérer professionnellement et les risques de  précarité. Pour autant pour faire des comparaisons pertinentes encore faudrait-il prendre en compte le temps de travail actuel et le temps de travail qui était celui des retraités (un temps de travail presque le double du temps de travail actuel).  Sans parler d’autres conditions sociales comme l’assurance chômage créée seulement en 1958  Dans une note publiée jeudi, intitulée «Jeunesse, vieillissement, quelles politiques?», les données recueillies mettent en lumière un différentiel important entre les dépenses de protection sociale consacrées aux plus de 60 ans et celles allouées aux moins de 25 ans. Alors que le taux de pauvreté frappe plus durement les plus jeunes (23,3% pour les 18-24 ans en 2012, contre 8,3% pour les plus de 60 ans), les dépenses de protection sociale et d’éducation s’élèvent à 17,2% du PIB en 2011 pour les plus de 60 ans contre 8% seulement pour les moins de 25 ans. «Les jeunes sont écartés de la protection sociale de droit commun dans les faits, puisqu’ils sont moins souvent indemnisés par l’assurance chômage pour des montants plus faibles et des durées plus courtes, comme en droit, puisqu’ils n’ont pas accès au RSA et sont pris en charge par des dispositifs dédiés», pointent les experts de France Stratégie. Ce phénomène tend ainsi à perpétuer les inégalités sociales. «L’accompagnement des transitions vers l’âge adulte reste du principal ressort des solidarités familiales.» Autrement dit, les ressources d’un jeune de moins de 25 ans dépendent surtout de son entourage et donc de son milieu social, quand la personne âgée sera davantage prise en charge par les pouvoirs publics. «C’est un nouvel âge de la vie que les responsables ont du mal à prendre en compte», commente-t-on dans l’entourage de Patrick Kanner, ministre de la Jeunesse, en rappelant que le dispositif de la prime d’activité pour les travailleurs précaires est la «première politique ciblée de droit commun pour les personnes de plus de 18 ans». Mais compte tenu de la tendance démographique et de la pyramide des âges en France, les dépenses consacrées aux plus âgés, notamment dans le domaine de la santé, devraient continuer à progresser. La note va plus loin en proposant des pistes pour résorber ces «arbitrages collectifs défavorables aux jeunes». En plus d’imaginer de nouveaux dispositifs en faveur des jeunes, les auteurs suggèrent de taxer davantage les séniors. «Il est possible de chercher à réorienter le modèle social français vers des dépenses permettant d’accroître notre capacité à financer les charges liées au vieillissement: c’est la piste explorée par la stratégie d’investissement social notamment dans l’éducation-formation et par le ‘vieillissement actif’ qui vise à prolonger la contribution des seniors à la société», écrivent-ils. Le patrimoine et les revenus financiers, détenus dans une plus large proportion par les plus vieux, sont également dans leur viseur: l’idée d’un «transfert du financement des dépenses sociales vers d’autres assiettes détenues par les plus âgés», est également évoquée.

 

(Avec le Figaro éco)

Personnes âgées aux revenus modestes : exonérées d’impôts locaux

Personnes âgées aux revenus modestes : exonérées d’impôts locaux

 

Le ministre des Finances, Michel Sapin, et le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert, ont fait voté par l’Assemblée nationale ce 12 décembre un amendement au projet de loi de finances 2016, prévoyant le maintien (ou le prolongement) de l’exonération des impôts locaux pour environ 600.000 personnes. Dans le détail, il est prévu, pour les personnes qui en étaient exonérées en 2014, le maintien de ces exonérations d’impôts locaux et de contribution à l’audiovisuel public pour 2015 et 2016. Le gouvernement entend aussi les maintenir au-delà, en cas de revenus inchangés. « Pour 2015, et avec un effet rétroactif, parfaitement légitime, légal et constitutionnel », le ministre des Finances a rappelé que « ceux qui ont reçu un avis de payer alors qu’ils en ont été exonérés l’année dernière seront exonérés »…. Il n’est donc pas nécessaire de payer pour les personnes concernées. « Ceux qui sont exonérés en 2015 et 2016 continueront à le rester au-delà, sous réserve que leur revenu ne dépasse pas un nouveau plafond, qui correspondra à une part et demi d’aujourd’hui », a précisé pour sa part Christian Eckert. alt=skip class= »adslvr_clickable » v:shapes= »cross_skip_134381″> Enfin, pour des contribuables exonérés de fiscalité locale en 2015 et 2016 mais pouvant se retrouver par un changement de situation (hausse de revenus, etc.) soumis à la taxe foncière, la taxe d’habitation ou la redevance, il est désormais prévu le maintien des exonérations pendant deux ans, 2015 et 2016, puis les années suivantes le bénéfice d’abattements décroissants. Ces foyers fiscaux-là paieront ainsi 33% de leurs taxes la troisième année, 66% la quatrième et ne seront redevables de l’impôt « plein » qu’au bout de 5 années, selon Bercy. L’Etat devra compenser aux collectivités locales 400 millions d’euros en 2015 et 260 millions d’euros en 2016 sous l’effet de l’ensemble du dispositif, selon les données de Bercy.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol