Archive pour le Tag 'affirme'

Le FMI affirme sa « pleine confiance » à Lagarde

Le FMI affirme sa « pleine confiance » à Lagarde

 

Le FMI est en bonne main et Christine Lagarde est confirmée en dépit de la décision de la cour de justice de la république qui a acté la négligence coupable de 400 millions dans l’affaire Tapie. De quoi quand même s’inquiéter quant aux  compétences du FMI en charge notamment de la gestion financière mondiale. Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé sa « pleine confiance » à sa directrice générale, Christine Lagarde, malgré le jugement de Paris l’ayant reconnu coupable de « négligence » dans l’affaire Tapie-Crédit Lyonnais. Le conseil d’administration du FMI, qui représente ses 189 Etats membres, « réaffirme sa pleine confiance dans la capacité de la directrice générale de continuer d’assumer ses fonctions efficacement », indique un communiqué. Arrivée à la tête du Fonds en 2011, Mme Lagarde a été reconduite en juillet pour un second mandat de 5 ans. L’ancienne ministre française de l’Economie (2007-2011) a été jugée coupable de négligences ce lundi pour son rôle dans l’arbitrage rendu en 2008 en faveur de l’homme d’affaires Bernard Tapie dans son litige avec le Crédit Lyonnais. Elle a toutefois été dispensée de peine. Le conseil d’administration du FMI, qui avait apporté son soutien à Mme Lagarde tout au long de la procédure, a assuré avoir pris en compte « tous les éléments pertinents » pour prendre sa décision, notamment « le fantastique leadership de la directrice générale et l’important et respect et confiance qu’elle inspire sur le globe ». L’organe de direction du FMI, qui a nommé Mme Lagarde à son poste et avait la possibilité de la destituer, se dit par ailleurs prêt « à continuer à travailler (avec elle) pour s’attaquer aux difficiles défis auxquels l’économie mondiale fait face ». Christine pourra conserver son poste, elle a en outre reçu le soutien des Etats-Unis.

Sarkozy affirme sa ligne droitière en resserrant sa ligne autour des crétins

Sarkozy affirme sa ligne droitière en resserrant sa ligne autour des crétins

 

Une erreur de casting à déclaré l’inénarrable Morano à propos de NKM écartée  sans ménagement de la direction du parti par Sarkozy. Pour Morano on ne peut pas parler d’erreur de casting mais plus vraisemblablement d’erreur de la nature tellement son outrance et sa vulgarité constituent  ses caractéristiques premières. En réalité Sarkozy resserre sa direction essentiellement autour de gens  qui lui ressemblent, pour l’essentiel des crétins, des arrivistes et des fanatiques. Évidemment des profils peu compatibles avec des personnages comme Lemaire, NKM ou encore Raffarin sans parler de Juppé ou de Fillon pas forcément d’accord sur tout mais qui ont au moins le mérite de faire un effort de réflexion. Ce qui n’est pas le cas de Sarkozy, bête de scène mais dont les prestations ressemblent davantage à celle d’humoristes spécialisés dans le start-up qu’a  des discours de responsables politiques cohérents et responsables. Inutile de tourner autour du pot Sarkozy ne se caractérise pas par une grande intelligence,  il va donc s’entourer d’hommes et de femmes qui lui ressemblent à la fois limités intellectuellement mais animés d’un appétit sans limite pour le pouvoir au risque de toutes les contradictions. À cet égard on devrait bientôt voir réapparaître Morano ou Rachida Dati dans l’organigramme. On objectera sans doute à juste titre que l’intelligence n’est pas non plus la qualité première des autres rivaux de Sarkozy aussi bien à gauche qu’à l’extrême droite. Il se pourrait même bien qu’au premier tour des présidentielles le choix se résume à trois marchands d’enclume à la sauvette : Hollande, Le Pen ou Sarkozy,  tous les trois forts en gueule mais qui n’affichent  guère de grande qualité intellectuelle et de grand bagage culturel. Sans parler du décalage entre les discours de camelot et la pratique prévisible et déjà constatée. Nicolas Sarkozy a officiellement écarté mardi Nathalie Kosciusko-Morizet de la direction des Républicains, une sanction envers une dissidente encombrante autant que la confirmation de la stratégie « droitière » de l’ancien président pour 2017. Le président des Républicains avait annoncé lundi, au lendemain des régionales, une refonte de l’organigramme du parti début janvier, mais les prises de position médiatiques de sa numéro deux ont semble-t-il hâté la décision. La députée de l’Essonne avait notamment critiqué encore dimanche soir le choix du « ni ni » (ni désistement, ni fusion avec les listes PS au second tour) prôné par Nicolas Sarkozy. Avant l’annonce de son remplacement, Nathalie Kosciusko-Morizet avait assuré mardi matin sur France Info qu’elle « se battrait à l’intérieur de [s]a famille politique » pour faire partager sa ligne, plus centriste. Le camp des « visionnaires » contre celui des « réactionnaires », a-t-elle souligné en évoquant une possible candidature à la primaire de la droite et du centre en 2016.

Heures sup. : « pas de retour à la défiscalisation » » affirme Bruno Le Roux

Heures sup. : « pas de retour à la défiscalisation » » affirme Bruno Le Roux

A peine dogmatique, Le Roux referme le dossier des heures sup. Les petits salaires apprécieront ! Alors que le débat a été lancé à gauche au sujet de la défiscalisation des heures supplémentaires, le président du groupe PS à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a assuré, ce mardi 3 septembre, sur RFI qu’il « n’est pas question aujourd’hui, au moment où nous sommes engagés dans l’inversion de la courbe du chômage, de revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires« . En août, le porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Thierry Mandon avait avoué à demi-mot que la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires était une erreur. Après son retour au pouvoir en 2012, la gauche avait annulé une partie du dispositif de défiscalisation des heures supplémentaires. « Il peut y avoir des analyses sur ce que nous avons fait, les conséquences sur les plus petits salaires, la perte de pouvoir d’achat », a fait valoir le chef de file des députés PS. Mais « il faut avoir en tête ce que cela générait au sein des entreprises: quand une entreprise allait bien, elle n’embauchait pas, elle faisait faire des heures supplémentaires« , a souligné Bruno Le Roux.

 

Taxe à 75% : le foot concerné, affirme Matignon

Taxe à 75% : le foot concerné, affirme Matignon

Dans Le Parisien mardi, le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, affirme que cette taxe, mesure emblématique du programme de François Hollande, ne concernerait pas les clubs de football.   »Le Premier ministre, à qui j’ai posé la question, a été clair: seules les grandes entreprises seront taxées. Or les clubs professionnels sont considérés comme des PME, donc ils ne seront pas touchés par la taxe à 75% », ajoutait M. Le Graët.   »Le Premier ministre a rencontré M. Le Graët en décembre, avant que le Conseil constitutionnel n’invalide le premier dispositif », a précisé de son côté Matignon à l’AFP. « Ils n’ont eu aucun contact depuis », assurent les services de M. Ayrault.  Selon Matignon, « le nouveau dispositif concernera toutes les entreprises qui versent des salaires au-dessus d’un million d’euros », dont les clubs de football.  Cette taxe à 75% sur les salaires supérieurs à 1 million d’euros par an devait initialement être payée directement par les salariés concernés.  Fleur Pellerin, la ministre chargée de l’Innovation, des PME et de l’Economie numérique a de son côté souligné que la taxe à 75% concernait tous les salariés, mardi matin sur France Inter.   »L’assurance qui a été donnée c’est que seuls les salariés seront concernés, donc tous ceux qui ne sont pas salariés ne seront pas concernés. Les autres, ceux qui sont salariés, seront concernés », a-t-elle précisé.  Interrogée sur les déclarations de Noël Le Graët, la ministre a estimé que les clubs de foot étaient « un peu au-dessus du chiffre d’affaires qui correspond à la définition des PME ».   »Les artistes non salariés ou les sportifs non salariés ne sont pas concernés », a-t-elle précisé.

 

Europe : Sortie de crise de la dette en 2013 affirme Standard and Poor’s ; du pipeau !

Europe : Sortie de crise de la dette en 2013 affirme Standard and Poor’s ; du  pipeau !

SP  faiat des prévisions financières et pense que la crise de la dette pourrait se terminer en 2013 en Europe ; première observation, SP ne connait rien en économie et est essentiellement compétente en matière de finances , ce qui n’est pas tout à fait la même chose ; seconde observation, la prévision est aussi un métier et dans ce domaine les agences en général se sont toujours plantées  sur les grands événements en particulier sur la crise de 2009 ; elles se plantent aussi sur la situation européenne en 2013 ( car l’avenir de la dette dépend de la croissance)  Mieux vaudrait que les agences  se concerne sur l’analyse financière actuelle en faisant preuve de la meilleure pertinence technique possible ( exemple : on se demande ce qui justifie encore la note de la Grande Bretagne voire des Etats Unis !)   »Cette année pourrait être décisive pour déterminer si la zone euro peut émerger de ses problèmes liés aux dettes souveraines », écrit l’agence de notation dans ce document intitulé « La crise de la dette en zone euro: 2013 pourrait être une année charnière ».   »Néanmoins, nous croyons que la confiance des investisseurs ne reviendra que si les États membres poursuivent le rééquilibrage de leurs économies, à la fois en stabilisant structurellement les dettes publiques et en réduisant davantage les déficits extérieurs », selon Moritz Kraemer, analyste crédit chez Standard & Poors.  Ces objectifs sont difficiles mais peuvent être atteints, poursuit l’agence de notation qui met toutefois en garde contre les risques qui perdurent et justifient selon elle le maintien de perspectives négatives sur une bonne partie des notes des pays de la zone euro.  Standard & Poors est la seule agence qui ait retiré leur triple A, la meilleure note possible, aux Etats-Unis durant l’été 2011. C’est également elle qui la première a dégradé la note souveraine de la France, la rétrogradant en janvier 2012 d’un cran (de AAA à AA+), suivie à l’automne dernier par sa concurrente Moody’s (de Aaa à Aa1).  L’Europe pourrait commencer à sortir de la crise des dettes souveraines en 2013, a affirmé l’agence de notation StandCdans une analyse publiée mercredi.   »Cette année pourrait être décisive pour déterminer si la zone euro peut émerger de ses problèmes liés aux dettes souveraines », écrit l’agence de notation dans ce document intitulé « La crise de la dette en zone euro: 2013 pourrait être une année charnière ». « Néanmoins, nous croyons que la confiance des investisseurs ne reviendra que si les États membres poursuivent le rééquilibrage de leurs économies, à la fois en stabilisant structurellement les dettes publiques et en réduisant davantage les déficits extérieurs », selon Moritz Kraemer, analyste crédit chez Standard & Poors.  Ces objectifs sont difficiles mais peuvent être atteints, poursuit l’agence de notation qui met toutefois en garde contre les risques qui perdurent et justifient selon elle le maintien de perspectives négatives sur une bonne partie des notes des pays de la zone euro.  Standard & Poors est la seule agence qui ait retiré leur triple A, la meilleure note possible, aux Etats-Unis durant l’été 2011. C’est également elle qui la première a dégradé la note souveraine de la France, la rétrogradant en janvier 2012 d’un cran (de AAA à AA+), suivie à l’automne dernier par sa concurrente Moody’s (de Aaa à Aa1).

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol