Archive pour le Tag 'affaires'

Industrie: Nouvelle baisse du climat des affaires

Industrie: Nouvelle baisse du climat des affaires


En novembre. « Le solde d’opinion sur la production passée se replie et s’établit au-dessous de sa moyenne. Les perspectives générales de production dans le secteur sont de nouveau jugées moins favorables que le mois précédent », rapporte ainsi l’Insee dans sa dernière publication
.

À 101, l’indicateur qui synthétise le climat des affaires dans l’industrie perd deux points.

Le climat des affaires global du pays (industrie, service, commerce de gros…) est Cependant demeuré stable pour le troisième mois consécutif en novembre, à deux points au-dessus de sa moyenne de long terme.

Cette permanence cache donc des évolutions sectorielles contrastées : « La situation conjoncturelle se détériore quelque peu dans l’industrie, le bâtiment et les services par rapport à octobre, mais s’améliore dans le commerce de gros par rapport à septembre », détaille l’Insee. Dans le bâtiment ou les services, le ressenti des patrons se détériore mais demeure, à respectivement 103 et 104, à des niveaux historiquement élevés.
Au-delà de ces nuances sectorielles, l’enquête de l’Insee reflète l’optimisme des chefs d’entreprise français pour les prochains mois. Ces derniers ne semblent clairement pas croire en un scénario de net recul de l’économie en 2023, décrit par certains conjoncturistes. Ils partagent plutôt la conviction du FMI, qui a réévalué la croissance française à 0,75 % pour 2023.

La solidité du climat des affaires tend à conforter la politique du gouvernement. « La France a le niveau d’inflation le plus faible d’Europe grâce au bouclier tarifaire. Elle est le seul pays développé à avoir dépassé fin 2021 son niveau d’activité d’avant-crise », pouvait ainsi se féliciter récemment Bruno Le Maire. Cette confiance se lit dans le climat de l’emploi, qui reste extrêmement bien orienté, à 108.

Affaires politico-financières : la ministre de l’écologie engluée dans le pétrole familial et les paradis fiscaux

Affaires politico-financières : la ministre de l’écologie engluée dans le pétrole familial et les paradis fiscaux !

Comme ministre de la Transition énergétique, on fait mieux !. Non seulement Agnès Pannier-Runacher se caractérise par une grande incompétence mais en plus elle est impliquée dans une affaire de pétrole familial en plus localisée dans les paradis fiscaux.

On savait évidemment que la fameuse planification écologique du gouvernement était un véritable leurre car on ne constate ni planification ni véritable préoccupation environnementale significative. De là à confier le ministère de la transition énergétique a une personnalité compromise par ses intérêts pétroliers dans des paradis fiscaux, il y a un pas que Macron n’a pas hésité à franchir.

Le média d’investigation Disclose a rapporté, mardi 8 novembre, que les enfants de la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, étaient propriétaires d’une société basée sur des fonds domiciliés en partie dans des paradis fiscaux.. Ce patrimoine proviendrait de fonds spéculatifs, installés dans le Delaware, en Irlande et à Guernesey. Des fonds dans lesquels la société pétrolière Perenco, dont Jean-Michel Runacher ( Le père de la ministre) était alors un des responsables, détenait aussi des investissements.
Quatre des petits-enfants de Jean-Michel Runacher sont désormais les associés d’Arjunem. Parmi eux figurent les trois enfants d’Agnès Pannier-Runacher, qui étaient alors mineurs, et pour lesquels la ministre a signé en tant que représente légale.

Sollicitée par Disclose, l’association anticorruption Anticor dénonce « une situation de conflit d’intérêts » touchant Agnès Pannier-Runacher après la révélation de l’existence d’Arjunem. La Haute autorité à la transparence de la vie publique rappelle, elle, de manière générale, que « l’absence d’obligation déclarative ne dispense pas le responsable public de veiller à prévenir et faire cesser les situations de conflits d’intérêts qui naîtraient d’autres intérêts indirects détenus, tels que l’activité des enfants ou d’autres membres de la famille ».

Sondages politique Nupes : l’union de la gauche s’est discréditée avec les affaires

Sondages politique Nupes : l’union de la gauche s’est discréditée avec les affaires

Selon un sondage Odoxa et Backbone pour Le Figaro, le constat est sans appel. Pour 64% des Français, ces incidents internes ont «décrédibilisé l’ensemble» de cette alliance. Ils sont également une majorité à le penser chez les sympathisants de gauche (52%). Ces derniers sont par ailleurs 51% à se dire «personnellement choqués» par les épisodes de ces dernières semaines.
L
. 63% des Français considèrent que cette alliance ne se préoccupe pas «des grandes questions qui traversent la société» et 59% d’entre eux estiment que cette gauche unie «ne serait pas à la hauteur pour diriger la France». D’ailleurs, 42% des sondés jugent que la Nupes ne défend pas bien «les classes populaires». Une chute vertigineuse de onze points par rapport à juin 2022.

Forcément, les différents protagonistes apparaissent comme les plus abîmés. 47% des Français ont désormais une «mauvaise opinion» d’Adrien Quatennens. En retrait, le député LFI du Nord avait reconnu des actes de violence, dont une gifle, contre son épouse. Une enquête a été ouverte par le parquet de Lille.

Ils sont également 49% à avoir une mauvaise image de Sandrine Rousseau. Fin septembre, la députée écologiste a accusé Julien Bayou de «violences psychologiques» contre son ex-conjointe en direct à la télévision sans apporter de faits précis. 60% des Français considèrent que l’écologiste «a eu tort d’accuser sans preuve» son collègue. Cette position est partagée chez les sympathisants de gauche (66% pour ceux de LFI, 55% pour ceux d’EELV). Ironie de l’histoire pour celle qui fait de son engagement politique un combat féministe : 56% des femmes interrogées désapprouvent ses propos contre Julien Bayou. L’ex-secrétaire national d’EELV démissionnaire apparaît d’ailleurs comme plus préservé que sa collègue avec seulement 42% de «mauvaise opinion» (contre 49%).

En revanche, les partis politiques membres de la Nupes sont inégalement affectés. Europe Écologie-Les Verts perd dix points d’opinions favorables (40% contre 50% depuis 2019). La France Insoumise en perd seulement deux (26% contre 28 depuis 2020). Le Parti socialiste, jusqu’ici épargné par les affaires, gagne quant à lui huit points (32% contre 24% depuis 2019).
Une autre personnalité de gauche tire les marrons du feu : le communiste Fabien Roussel. L’ancien candidat à la présidentielle se hisse en personnalité de gauche préférée des Français avec 29% de «bonne opinion», au point de devancer Jean-Luc Mélenchon (22%). Chez les sympathisants de gauche, il se place juste après l’Insoumis (41% contre 49%).
Croissance : l’économie

Climat des affaires en baisse

 

 

Climat des affaires en baisse

Séquence directe de l’inflation, le climat des affaires s’est assombri en juin, selon l’Insee. Une dégradation qui s’explique avant tout par un moindre optimisme dans les secteurs du commerce de détail, des services et du bâtiment. A l’inverse, les chefs d’entreprise dans l’industrie sont un peu plus optimistes.

Selon l’Insee en effet, « le climat des affaires en France s’assombrit quelque peu » au mois de juin. L’indicateur calculé par les statisticiens publics pour synthétiser ce climat cède deux points. Et se retrouve à un niveau qui est proche de celui qui était le sien un an plus tôt. Le climat de l’emploi, lui, se dégrade encore pour le troisième mois consécutif.

Le détail des données publiées par l’Insee ce jeudi fait apparaître aussi que pour l’heure, l’impact de la crise internationale qui touche l’Hexagone n’est pas ressenti de la même manière par tous les chefs d’entreprise. Il coupe la France en deux : la relative confiance en l’avenir des patrons de l’industrie contraste en effet avec la morosité affichée de leurs confrères du commerce de détail, des services et aussi, dans une certaine mesure, de ceux du bâtiment.

Dans l’industrie, « tous les soldes d’opinion relatifs à la production (…) sont en hausse en juin », résume l’Insee . Et même les tensions inflationnistes semblent relativement moins pesantes :  le solde d’opinion sur l’évolution prévue des prix de vente qui avait atteint un niveau jugé « inédit » le mois précédent se replie un peu. Mais il « demeure très élevé », souligne l’Insee.

La situation est très différente dans les autres secteurs d’activité. C’est notamment dans le commerce de détail que les patrons broient du noir. « L’opinion des détaillants sur les perspectives d’activité pour les trois prochains mois se détériore : le solde relatif aux perspectives générales d’activité du secteur diminue et passe au-dessous de son niveau moyen. Les soldes d’opinion sur les intentions de commandes et les ventes prévues diminuent nettement eux aussi et s’éloignent de leur moyenne », explique l’Insee.

Côté prix, peu de changement en vue alors que l’inflation atteint ces derniers mois des niveaux inconnus depuis les années 1980 . Le solde d’opinion des chefs d’entreprises sur l’évolution des prix prévus « se replie légèrement mais reste à un très haut niveau », explique l’Insee. Ce qui risque bien de continuer à freiner la consommation, alors que les soldes d’été viennent de démarrer .

Royaume-Uni: Contesté Boris Johnson doit changer de ministre des affaires étrangères

Royaume-Uni: Contesté Boris Johnson doit changer de ministre des affaires étrangères

 

Un triple échec pour Boris Johnson dont la politique sanitaire est considérée comme une catastrophe par une majorité de Britanniques. Sur le plan économique, les promesses du brexit ne sont pas non plus tenues et les mécontents sont de plus en plus nombreux. Enfin Boris Johnson est contesté au sein même de sa majorité et même de son gouvernement. C

ertains proches envisagent même son éviction. Du coup Bori,s Johnson pour masquer les échecs du brexit  change de ministre. La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, va donc  devenir la négociatrice en chef de la Grande-Bretagne avec l’Union européenne concernant le protocole nord-irlandais à la suite de la démission du ministre du Brexit David Frost, a annoncé le cabinet du Premier ministre Boris Johnson, dimanche 19 décembre.

La Grande-Bretagne a officiellement quitté l’UE au début de l’année mais les deux parties mènent des discussions pour résoudre des difficultés sur les relations commerciales entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, province britannique qui partage une frontière terrestre avec l’Irlande, pays membre de l’Union. David Frost, l’un des principaux architectes de la politique de Boris Johnson sur le Brexit, a démissionné samedi en raison de désaccords sur la stratégie du gouvernement.

Celle qui va lui succéder a d’abord été contre le brexit avant de s’y rallier !

 

Sondage climat des affaires : plongeon en novembre

Sondage climat des affaires : plongeon en novembre

 

Selon  l’Insee publiée ce mardi 24 novembre, le climat des affaires en France a enregistré un plongeon spectaculaire au mois de novembre. la confiance des chefs d’entreprise, interrogés par l’organisme public entre le 28 octobre et le 19 novembre, s’érode sérieusement. Le durcissement des mesures de restriction avec la mise en oeuvre d’un couvre-feu, d’abord dans les grandes métropoles puis dans 54 départements, suivie de l’annonce d’un nouveau confinement pour au moins un mois par le président de la République ont miné les espoirs d’une reprise rapide de l’économie tricolore.

Avec les différentes annonces du vaccin qui se succèdent, les perspectives commencent à s’éclaircir. Il reste cependant de nombreux doutes et incertitudes sur la mise en place de ce vaccin, les délais d’application ou le consentement des populations. Lors d’une réunion avec des journalistes ce mardi 24 novembre, le chef économiste de Natixis Patrick Artus a présenté plusieurs scénarios. « Jusqu’à la fin du premier semestre 2021, l’économie devrait toujours être dominée par la situation épidémique « 

Climat des affaires : plongeon en novembre

Climat des affaires : plongeon en novembre

 

Selon  l’Insee publiée ce mardi 24 novembre, le climat des affaires en France a enregistré un plongeon spectaculaire au mois de novembre. la confiance des chefs d’entreprise, interrogés par l’organisme public entre le 28 octobre et le 19 novembre, s’érode sérieusement. Le durcissement des mesures de restriction avec la mise en oeuvre d’un couvre-feu, d’abord dans les grandes métropoles puis dans 54 départements, suivie de l’annonce d’un nouveau confinement pour au moins un mois par le président de la République ont miné les espoirs d’une reprise rapide de l’économie tricolore.

Avec les différentes annonces du vaccin qui se succèdent, les perspectives commencent à s’éclaircir. Il reste cependant de nombreux doutes et incertitudes sur la mise en place de ce vaccin, les délais d’application ou le consentement des populations. Lors d’une réunion avec des journalistes ce mardi 24 novembre, le chef économiste de Natixis Patrick Artus a présenté plusieurs scénarios. « Jusqu’à la fin du premier semestre 2021, l’économie devrait toujours être dominée par la situation épidémique « 

 

Climat des affaires : du mieux mais encore loin de la moyenne habituelle

Climat des affaires : du mieux mais encore loin de la moyenne habituelle

 

On constate un certain mieux concernant le climat des affaires cependant il paraît vraiment prématuré de faire preuve d’un optimisme forcé car on est encore loin de la moyenne habituelle. Par ailleurs l’amélioration constatée ces derniers temps constituent aussi un phénomène de reconstitution des stocks. Un phénomène qu’on ne retrouvera pas les mois prochains.

 

L’indicateur synthétique global du climat des affaires, qui inclut l’industrie manufacturière, les services, le bâtiment, le commerce de gros et le commerce de détail, a progressé de sept points ce mois-ci pour s’établir à 91, toujours largement inférieur à sa moyenne de long terme, fixée à 100.

Même si ce chiffre marque une nette amélioration par rapport au creux historique (53,4) enregistré en avril au plus fort de la crise sanitaire et du confinement, il reste encore largement en deçà “de son niveau relativement élevé d’avant confinement”, qui s’établissait autour de 105.

La hausse globale du mois d’août s’explique avant tout par la forte hausse de l’opinion des entreprises sur l’évolution de l’activité au cours des trois derniers mois, commune à tous les grands secteurs d’activité qui reflète “assez mécaniquement, la sortie du confinement”, note l’Insee.

A l’inverse, leur opinion sur leurs perspectives d’activité au cours des trois prochains mois se tasse légèrement en août dans la plupart des secteurs d’activité.

Mais ce tassement ne doit pas être surinterprété, souligne l’Insee en expliquant qu’”il traduit sans doute le fait qu’une partie non négligeable du rattrapage d’activité a déjà été effectuée, et ce assez rapidement”.

“La vitesse de ce rattrapage pourrait par conséquent être moindre dans les prochains mois”.

Les indicateurs synthétiques sectoriels du climat des affaires ont également connu une amélioration au cours du mois écoulé, notamment celui de l’industrie manufacturière (qui a bondi de 11 points à 93, alors que les économistes interrogés par Reuters l’attendaient en moyenne à 85), ou de celui des services, qui a progressé de six points, à 94.

Selon une enquête distincte sur les investissements dans l’industrie également publiée jeudi, les chefs d’entreprises de ce secteur ont de nouveau révisé en baisse leurs perspectives d’investissement pour 2020. Ils anticipent désormais de réduire leurs dépenses d’investissement de 11% en valeur cette année par rapport à 2019, ce qui représente une baisse de quatre points par rapport à leur précédente prévision, qui date d’avril dernier.

“Au total, la contraction anticipée est significative, mais elle reste à ce stade d’ampleur moindre que ce qui était anticipé pour l’année 2009”, au moment de la crise financière, précise l’Insee dans une note.

Climat des affaires : du mieux

 

Un redressement moins significatif qu’en juin mais une progression quand même du moral des patrons. On est cependant encore loin de la moyenne normale. En cause , surtout le fait que les ménages sont encore particulièrement inquiets des perspectives d’avenir ce qui pèse sur la consommation et donc sur la croissance. Pour preuve, l’augmentation toujours significative de l’épargne au détriment de la consommation. L’indicateur synthétique global du climat des affaires, qui inclut l’industrie manufacturière, les services, le bâtiment, le commerce de gros et le commerce de détail, a gagné sept points ce mois-ci pour s’établir à 85, toujours largement inférieur à sa moyenne de long terme (100).

Même si ce chiffre marque une nette amélioration par rapport au creux historique (53,4) enregistré en avril au plus fort de la crise sanitaire et du confinement, il reste nettement en deçà “de son niveau relativement élevé d’avant confinement (105)”, souligne l’Insee.

La hausse de juillet, moins marquée que la hausse record de 18 points enregistrée en juin – sans précédent depuis le début de cette série statistique en 1980 – a été alimentée à la fois par un regain d’optimisme des entreprises sur leurs perspectives d’activité dans la plupart des secteurs et par l’amorce d’un redressement de leur opinion sur leur activité des trois derniers mois.

Les indicateurs synthétiques du climat des affaires sectoriels ont également connu une amélioration au cours du mois écoulé, qu’il s’agisse de celui de l’industrie manufacturière (en hausse de quatre points à 82, alors que les économistes interrogés par Reuters l’attendaient en moyenne à 85), ou de celui des services, qui a bondi de 11 points pour atteindre 89.

Affaires Fillon : pression du parquet en France ? Impossible !

Affaires Fillon : pression  du parquet en France ? Impossible !

 

Devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale consacrée à «l’indépendance du pouvoir judiciaire», le 10 juin, Éliane Houlette a révélé avoir subi «la pression du parquet général» au début de l’affaire Fillon, en février 2017, selon des propos rapportés par Le Point. Aussitôt l’article paru, mardi dernier, François Fillon l’a envoyé par SMS à plusieurs soutiens, voyant là, «la confirmation des accusations qu’il avait portées à l’époque contre le pouvoir mais qu’il n’avait pas pu prouver», explique un proche. Des pressions du parquet sur des affaires politico-financières en France  mais quelle mauvaise foi ! ( certaines durent depuis 25 ans!)

France, le climat des affaires résiste ?

 

Le climat des affaires résisterait en France d’après l’INSEE. Le problème est que ces enquêtes de conjoncture ont été réalisées avant que l’épidémie ne se transforme en pandémie concernant aussi l’Iran, l’Europe dans l’Espagne , l’Autriche l’Italie notamment. Une prise reconnue officiellement à dimension mondiale au cours des deux dernier jours. Avant,  le climat des affaires calculé par l’institut national de la statistique et des études économiques (Insee) est resté stable entre décembre dernier et février à 105, soit au-dessus de sa moyenne de long terme (100). Cet indicateur, qui s’appuie sur des enquêtes de conjoncture, vise à donner une photographie du moral des chefs d’entreprise dans les grands secteurs économiques.

Les chiffres mis en ligne par l’organisme de statistiques ce mardi matin indiquent que le climat des affaires s’est légèrement amélioré, passant de 106 à 107 sur les deux premiers mois de l’année. Après avoir atteint un point bas en décembre 2018 à 101,8 au moment de la crise des « gilets jaunes », l’indice augmente régulièrement sauf à l’été 2019.  Dans le commerce de détail, les clignotants sont au vert malgré les craintes exprimées lors des mobilisations et les grèves contre la réforme des retraites. Après avoir chuté entre décembre et janvier, passant de 108 à 103,9, le climat des affaires se redresse pour s’établir à 104,8. Selon les chefs d’entreprise du secteur interrogés par l’Insee, « cette amélioration concerne essentiellement les perspectives générales d’activité, les intentions de commandes et les effectifs passés. À l’inverse, les soldes d’opinion sur les effectifs prévus et les ventes passées se dégradent », note l’institution. Dans l’industrie, le moral des entrepreneurs résiste également. Après avoir atteint un point bas en décembre à 98, le climat des affaires est remonté à 102 en janvier et se stabilise au même niveau en février. 

 

Allemagne climat des affaires: légère amélioration

Allemagne climat des affaires: légère  amélioration

 

L’enquête de L’Ifo a mesuré une légère amélioration climat des affaires en Allemagne qui permet d’espérer une très petite croissance en 2020 cependant sans doute inférieure à 1 %. Notons cependant que cette enquête a été effectuée avant qu’on ne prenne connaissance du développement du Coronavirus dans de nombreux pays dont l’Italie. L’indice du climat des affaires calculé par l’institut d’études économiques Ifo s’affiche à 96,1 contre 96,0 en janvier, chiffre révisé à la hausse après une estimation initiale à 95,9.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une baisse de l’indice pour le mois en cours, à 95,3.

“L’économie allemande apparaît épargnée par les développements entourant le coronavirus”, déclare dans un communiqué le président de l’Ifo, Clemens Fuest, qui maintient sa prévision d’une croissance de 0,2% du produit intérieur brut (PIB) de l’Allemagne au premier trimestre.

Affaires politico-financière; la justice complice pour 68 % des Français

Affaires politico-financière; la justice complice pour 68 % des Français

 

La justice est complice pour 68 % des Français; les sondés   considèrent qu’en général  la justice n’est pas assez sévère vis-à-vis des délits commis par les politiques dans un sondage Elabe BFM. 29% jugent que cette attitude est équilibrée et seuls 3% considèrent que la justice est au contraire trop sévère.

 

Quant aux médias et à leur traitement des personnalités politiques, 47% des personnes interrogées estiment également qu’ils manquent de sévérité envers la classe politique, 41% jugent qu’ils sont « juste ce qu’il faut » et 12%  pensent qu’ils sont trop durs à leur encontre.

Au vu des résultats de l’enquête Elabe, il semblerait que les Français traversent une crise de confiance envers les responsables politiques. Seule une personne interrogée sur six leur accorde sa confiance, soit 14%, et juste une personne sur quatre assure faire confiance aux médias. Le ratio est supérieur -un sur deux- pour les personnes faisant confiance à la justice.

Les individus constituant le panel représentatif ont également été interrogés vis-à-vis d’autres institutions, comme la police ou les syndicats de salariés. Quelque 73% des Français assurent faire confiance à la police, 46% aux dirigeants d’entreprise, 38% aux syndicats de salariés et seuls 9% aux partis politiques.

Dans le prolongement du peu de confiance que semblent accorder les Français aux responsables politiques, 65% d’entre eux, soit les deux tiers, estiment que la plupart de ces personnalités privilégient leur intérêt personnel face à l’intérêt général. Seulement 7% pensent l’inverse.

Sondage affaires politico-judiciaires : : la justice complice pour 68%

Sondage affaires politico-judiciaires : : la justice complice pour 68%

68 % des Français considèrent que la justice n’est pas assez sévère vis-à-vis des délits commis par les politiques dans un sondage Elabe BFM.

29% jugent que cette attitude est équilibrée et seuls 3% considèrent que la justice est au contraire trop sévère, d’après cette enquête, réalisée à l’occasion de la diffusion sur BFMTV ce mercredi à 20h45 de l’émission spéciale Politiques: vraiment coupables?, animée par Ruth Elkrief et Bruce Toussaint.

Quant aux médias et à leur traitement des personnalités politiques, 47% des personnes interrogées estiment également qu’ils manquent de sévérité envers la classe politique, 41% jugent qu’ils sont « juste ce qu’il faut » et 12%  pensent qu’ils sont trop durs à leur encontre.

Au vu des résultats de l’enquête Elabe, il semblerait que les Français traversent une crise de confiance envers les responsables politiques. Seule une personne interrogée sur six leur accorde sa confiance, soit 14%, et juste une personne sur quatre assure faire confiance aux médias. Le ratio est supérieur -un sur deux- pour les personnes faisant confiance à la justice.

Les individus constituant le panel représentatif ont également été interrogés vis-à-vis d’autres institutions, comme la police ou les syndicats de salariés. Quelque 73% des Français assurent faire confiance à la police, 46% aux dirigeants d’entreprise, 38% aux syndicats de salariés et seuls 9% aux partis politiques.

Dans le prolongement du peu de confiance que semblent accorder les Français aux responsables politiques, 65% d’entre eux, soit les deux tiers, estiment que la plupart de ces personnalités privilégient leur intérêt personnel face à l’intérêt général. Seulement 7% pensent l’inverse.

 

.Sondage mené sur un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par internet les 23 et 24 septembre 2019.

 

Croissance Industrie France : Le climat des affaires en baisse

Croissance Industrie France :  Le climat des affaires en baisse

 

Il  se confirme que la croissance a tendance à s’affaiblir encore avec une perspective de 1,2 % du PIB en 2019 et sans doute pas davantage voire moins en 2020. Les indicateurs du climat des affaires de septembre confirment cette évolution. Certes,  la France est moins affectée que d’autres par la faiblesse de la croissance des échanges internationaux du fait de la structure de son PIB ( les exportations françaises pèsent  moins que dans d’autres pays comme l’Allemagne le Japon). En France, c’est surtout la consommation des ménages qui supportent la croissance (55 %). Une consommation qui toutefois n’est pas à la hauteur de la croissance des revenus dont une partie est gelée sur les comptes épargne voir même dans les comptes courants en raison des incertitudes. Par ailleurs, les investissements connaissent une  tendance à la baisse. Si l’indicateur du climat des affaires se maintient au-dessus de sa moyenne générale long terme ( au-dessus de 100), par contre celui de l’industrie passe dans le rouge.  L’indicateur global du climat des affaires a légèrement reculé à 105 points contre 106 en septembre, Cet indicateur composite masque cependant des évolutions divergentes en fonction des secteurs, l’indice de l’industrie tombant ainsi à 99 contre 102 en septembre. Il n’avait pas connu un niveau aussi bas depuis mars 2015. L’indicateur poursuit sa baisse tendancielle depuis février 2018 selon les chiffres publiés l’organisme de statistiques ce mercredi 23 octobre. L’indicateur de l’industrie s’établit nettement en dessous du consensus, 102 points, établi sur la base de la moyenne des prévisions de 18 économistes interrogés par Reuters, qui s’échelonnaient entre 101 et 103. Les chefs d’entreprise industrielles interrogées par l’institut de statistiques soulignent un net recul des carnets de commande.

Jusqu’à présent, le secteur industriel a mieux résisté en France qu’en Allemagne, en raison de la moindre dépendance de l’Hexagone aux exportations, qui ont été pénalisées par les tensions commerciales internationales.

Alors que l’économie allemande est au bord de la récession en raison du coup de frein aux exportations, l’économie française a jusqu’à présent fait front, grâce à une demande intérieure soutenue notamment par les mesures de relance prises par le gouvernement pour tenter d’enrayer le mouvement de contestation des  »Gilets jaunes ».

 

En revanche, l’indicateur des services, qui est beaucoup moins exposé aux vicissitudes du commerce international que l’industrie, est resté stable à 106 points. Les chefs d’entreprise interrogés sont relativement confiants dans les perspectives générales. Ils prévoient notamment une hausse de la demande et des investissements. Dans ses dernières prévisions l’institut COE-Rexecode prévoit un léger ralentissement de la croissance entre 2018 et 2019 passant de 1,3% à 1,2%. L’économie devrait être principalement soutenue par la consommation des ménages alors que l’investissement privé et public devraient marquer le pas.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol