Archive pour le Tag 'admet'

Trump admet des liens avec la Russie pendant la campagne électorale

Trump admet des liens avec la Russie pendant la campagne électorale

Changement de stratégie pour Trump qui avait toujours nié l’existence de relations avec la Russie pendant la dernière campagne électorale. Pire,  il avait même affirmé que cette affaire était une pure invention des médias mais aussi des services de contre-espionnage comme la CIA. Malheureusement pour lui le travail du procureur Mueller ne cesse de resserrer le filet autour du président américain. D’où les critiques véhémentes de Trump  à l’égard du procureur mais Trump  a bien été obligé d’admettre dimanche que son fils avait rencontré une avocate russe « pour obtenir des informations » sur son opposante à la présidentielle de 2016, Hillary Clinton, qualifiant de « totalement légal » un rendez-vous pourtant dénoncé comme l’indice d’une tentative de collusion avec Moscou. Dans un tweet, le président américain épingle sa cible favorite, les médias généralistes qualifiés de « fausses informations »: « Les ‘Fake News’ rapportent, une pure invention, que je suis inquiet à propos de la réunion que mon merveilleux fils, Donald, a eu à la Trump Tower » en juin 2016.

Tapie admet avoir fait du lobbying ! c’est pas vrai !

Tapie admet avoir fait du lobbying ! c’est pas vrai !

 

Qui l’eut cru ? Bernard Tapie a reconnu mardi avoir écrit dès 2004 à des décideurs politiques pour plaider sa cause dans son conflit avec le Crédit lyonnais, précisant s’être adressé à tous les ministres des Finances de droite comme de gauche. « J’ai fait du lobbying parce que j’ai été volé et que je trouvais désespérant d’être dans la situation dans laquelle on m’avait mis », a-t-il dit sur Europe 1. L’homme d’affaires a jugé « plutôt sain » de s’adresser à des responsables par courrier plutôt que « d’obtenir des rendez-vous clandestins ». Selon Le Monde, daté de mardi, les policiers enquêtant sur les soupçons d’escroquerie en bande organisée à propos de l’arbitrage qui lui a accordé 403 millions d’euros en 2008 ont saisi au moins dix courriers. Ces lettres étaient adressées notamment à un conseiller justice de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, à Brice Hortefeux, ministre proche de l’ancien président ou à Claude Guéant, secrétaire général de la présidence jusqu’en 2011. Un juge appelé à trancher sur l’opportunité de verser ces pièces au dossier a estimé, selon Le Monde, que ces « notes » montrent l’activisme de l’homme d’affaires « alors qu’il a prétendu n’avoir fait aucune intervention politique ». Le magistrat a également estimé que ces courriers révélaient « la préparation minutieuse de la décision d’arbitrage largement anticipée par M. Tapie », en particulier son souci d’obtenir un traitement fiscal de faveur. Bernard Tapie affirme qu’il s’agit d’un simple lobbying et qu’il a agi de même auprès des anciens ministres des Finances socialistes Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius. « Je l’ai fait (…) en leur disant: ‘il s’est passé, sous la direction générales des finances, un scandale unique : une banque qui appartenait à l’Etat a volé son client de plus du double de ce qu’elle aurait du encaisser’ ». L’homme d’affaires, mis en examen pour escroquerie en bande organisée avec cinq autres personnes, a également dénoncé une opération visant à déstabiliser les trois arbitres qui lui ont donné raison.

 

Politique d’Austérité : le FMI admet ses erreurs de calculs mais les autres ?

Politique d’Austérité : le FMI admet ses erreurs de calculs mais  les autres ?

Le drame de l’économie c’est que ce n’est pas une science exacte et que cette discipline contient autant d’idéologie que de méthodologie. Autant de prétention scientiste aussi car dans une période aussi difficile  que la notre, peu sont capables d’appréhender  la complexité de la problématique. Dès lors on tente d’appliquer les vielles recettes à des problèmes nouveaux. En  gros on prolonge des tendances ou alors on construit des modèles inadaptés à la situation. Olivier Blanchard, un Français chef économiste au FMI, et Daniel Leigh, économiste dans la même institution admettent que le FMI s’est trompé sur les conséquences néfastes de l’austérité sur la croissance Selon eux, l’utilisation d’un mauvais coefficient de calcul a débouché sur une sous-estimation des effets négatifs de l’austérité en Europe.  Les deux économistes détaillent leur thèse dans un article publié le 3 janvier sur le site du FMI, mais dans une rubrique où les textes ne représentent pas la position officielle de l’organisation. «Nous démontrons que, dans les économies développées, une plus forte consolidation fiscale est allée de concert avec une croissance plus faible que prévu, écrivent-ils. Une explication naturelle est que les multiplicateurs fiscaux étaient nettement plus haut que ce que les prévisions estimaient implicitement.»  Le «multiplicateur» en question est le coefficient reliant l’évolution des dépenses publiques (ou des impôts) au taux de croissance de l’économie. Lorsque ce coefficient est de 0,5, par exemple, cela signifie qu’un point de dépense publique en moins, ou d’impôt en plus, entraîne une baisse de 0,5 point de l’activité. «Il y a deux façons de le calculer, explique Xavier Timbeau, économiste à l’OFCE. Soit en faisant de l’analyse historique, en regardant les liens passés entre les politiques budgétaires et l’activité ; soit en construisant un modèle économique et en étudiant les relations entre ses différents composants. Dans les deux cas, ce ne sont pas des modèles neutres : leur construction comporte toujours une part d’a priori, qui correspondent à des idéologies.» Or, selon Blanchard et Leigh, le multiplicateur «de crise» pourrait être jusqu’à trois fois supérieur à celui des périodes «normales», utilisé jusqu’à présent. Les deux économistes l’avaient déjà écrit dans le très officiel rapport annuel du FMI, publié en octobre 2012) : «De nombreux documents, dont certains issus du FMI, suggèrent que les multiplicateurs fiscaux utilisés dans les prévisions se situent autour de 0,5Nos résultats indiquent que ces multiplicateurs se sont en fait situés entre 0,9 et 1,7» depuis le début de la crise. En clair, l’impact de l’austérité serait, selon les cas, de deux à trois fois plus important que prévu.  «Jusqu’à présent, on a appliqué au temps de crise le multiplicateur des périodes normales, explique Xavier Timbeau. Or, dans une crise, tout le monde panique. Les gens ne se conduisent pas de la même façon et personne ne peut anticiper le futur. Par ailleurs, si l’austérité est beaucoup plus récessive qu’on ne le pensait, cela veut aussi dire qu’une politique de relance serait beaucoup plus efficace qu’on ne l’imagine !» L’article de Blanchard et Leigh a fait réagir l’économiste Paul Krugman, Prix Nobel d’économie 2008. «Le FMI était moins enthousiaste vis-à-vis de l’austérité que les autres grands acteurs, rappelle-t-il sur son blog. Si lui-même dit qu’il s’est trompé, cela signifie que tous les autres [...] se sont encore plus trompés. Et il a le mérite de vouloir repenser sa position à la lumière des faits. La véritable mauvaise nouvelle, c’est que bien peu d’autres acteurs font la même chose. Les dirigeants européens, qui ont créé des souffrances dignes de la crise de 1929 dans les pays endettés sans restaurer la confiance financière, persistent à dire que la solution viendra d’encore plus de souffrance.»

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol