Archive pour le Tag 'addition'

Jours féries en mai : une addition salée pour la croissance

 

 

Avec les jours fériés en mai, on pourra travailler à mi-temps. Il y aura nécessairement un impact sur la croissance et donc aussi sur le chômage ; C’est l’addition des jours chômés qui fait grimper la facture: rien moins que 0,24% du PIB et 5 milliards d’euros pour les quatre jours fériés de mai. Déjà on constate que dans nombre d’entreprises le travail s’arrête le vendredi matin. Si on ajoute les jours fériés ( plus les jours de maladie surtout dans le public), on comprend que la productivité de l’économie française soit affectée par rapport à certains pays concurrents. Mais d’après certains instituts d’études très sérieux comme l’INSEE , le jours fériés seraient de nature à soutenir la croissance du fait de penses touristiques. Curieux raisonnement car de toute façon les dépense sosnt limitées par le pouvoir d’achat et il existe déjà suffisamment de jours de repos pour le dépenser. En fait les français travaillent environ 250 jours par an. Evidemment le plus grand handicap pour l’économie ce sont les 35 heures qui ont plombé brutalement la compétitivité, désorganisé les services publics et mécaniquement fait progressé la fiscalité ( du fait des embauches de fonctionnaires). Curieusement aucune formation politique ne propose clairement ni de supprimer des jours fériés et surtout de supprimer purement et simplement les «35  heures. Dans ce contexte d’immobilisme, il ne fauta guère s’étonner que la dépense publique représente 57% du PIB, qu’elle plombe la fiscalité , donc la compétitivité et l’emploi.

Européennes : le PS va payer cher l’addition

Européennes : le PS va payer cher l’addition

 

Affaire Alstom, fiscalité, retour de l’écotaxe, traité de libre échange avec les Etats Unis, autant de sujets qui vont peser lourd pour les élections européennes et coûter très cher au PS. Sans parler du tripatouillage électoral qui repousse les élections régionales. Certes une reforme territoriale indispensable mais ne pourra se faire avec Hollande. Il lui faudrait les 3 /5 ème du parlement, ce qu’il n’a pas. Ou alors plus sûrement un referendum (qu’imposera sans doute le conseil constitutionnel). Mais que Hollande ne veut pas car ce serait un vote anti-Hollande assuré. Quant à la promesse du PS de réorienter la politique européenne c’est un vœu pieux puisque pour l’instant il s’est toujours couché devant Bruxelles et Merkel. Rappelons-nous du fameux pacte de croissance que voulait imposer Hollande à l’ensemble de l’Europe et qui a fini en eau de boudin. Visiblement les parlementaires du PS n’ont rien compris puisqu’ils continuent d’œuvrer à alourdir l’ingénierie fiscale et les procédures de toutes sortes. Surtout il n’y a aucun renoncement au pacte de stabilité qui impose dans des délais invraisemblables une austérité qui tue la croissance et l’emploi. Précisément toujours rien sur l’emploi non plus si ce n’est la promesse du nouveau ministre du travail de parvenir à « seulement »3 millions de chômeurs en 2017. De toute manière il n’en sait rien. Enfin le retournement économique claironné par hollande ne se produit pas et la croissance du premier trimestre devrait être insignifiante. La question qui va se poser est de savoir si Hollande détiendra  encore la légitimité populaire pour diriger le pays après les européennes.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol