Archive pour le Tag 'actions'

Bourse actions : le chiffre maudit des 7000 points

Bourse actions : le chiffre maudit des 7000 points

Certains pourront peut-être considérer que les 7000 points constituent un chiffre maudit pour la Boursede Paris. En effet ce record avait déjà été atteint entre 1999 mais sitôt suivi d’une DEGRINGOLADE. La même qui semble s’annoncer maintenant alors qu’on venait tout juste d’atteindre LE SEUIL FATIDIQUE. Certes la correction ne sera pas aussi sévère encore qu’on ait  bien du mal à imaginer qu’elles pourraient être les conséquences économiques du nouveau virus OMICRON. Mais la correction semble inscrite dans la l’évolution prochaine jusqu’à la fin de l’année avec évidemment des mouvements de yo-yo qui ne changeront pas la tendance . 

Le problème risque d’être la remise en cause des perspectives économiques globales. Pour la France par exemple, on escomptait une croissance de l’ordre de 4% en 2022. Une croissance toutefois à relativiser car elle correspondait encore un phénomène de rattrapage. Évidemment les cours boursiers seraient forcément contraints d’intégrer la remise en cause des perspectives de croissance si on devait perdre par exemple 2 %  du PIB en 2022, a fortiori si on connaissait une régression.

Le plus grave sans doute c’est que les risques potentiels de la pandémie sont susceptibles d’installer un climat d’inquiétude e n tout cas d’attentisme tant chez les investisseurs que parmi les ménages. Ainsi on pourrait notamment assister à une nouvelle envolée de l’épargne sur les comptes spécialisés comme sur les comptes courants.Autant d’argent qui n’ira pas à la relance alors qu’on espérait l’année prochaine une plus grande mobilisation de l’épargne au service des investissements notamment

Environnement–Climat : L’UE veut dénoncer l’écart entre les intentions et les actions

Environnement–Climat : L’UE veut dénoncer l’écart entre les intentions et les actions

L’UE veut que le document final de la Cop 26 souligne le « déficit d’ambition » entre les contributions déterminées au niveau national (CDN) pour lutter contre le changement climatiques et l’objectif visant à limiter la hausse de la température mondiale à 1,5°C par rapport à la période pré-industrielle,.
« Une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre est nécessaire d’ici 2030 pour atteindre l’objectif de 1,5°C », indique la délégation allemande dans le document de LUE. « Il y a notamment un écart important entre les objectifs à long terme et les CDN axés sur les dix prochaines années. »

Un rapport de l’Onu publié en amont de la COP26 montre que, sur la base des promesses actuelles des Etats et en supposant qu’ils les tiennent, la hausse des températures atteindra 2,7°C à la fin du siècle.

Climat : L’UE veut dénoncer l’écart entre les intentions et les actions dans environnementLe rapport allemand a également critiqué les tentatives visant à obtenir davantage de financement de la part des pays riches pour aider les pays plus pauvres à s’adapter au changement climatique.
« Jusqu’à présent, il n’y a guère eu de progrès sur les 17 points de négociation concernant les questions financières », indique le document.

Les pays riches n’ont pas réussi à respecter l’échéance de 2020 pour fournir 100 milliards de dollars de fonds par an afin d’aider les pays en développement à abandonner les combustibles fossiles et à se préparer aux impacts climatiques.

Cet engagement, pris en 2009, est une reconnaissance du fait que les nations développées sont à l’origine de la plupart des émissions et qu’elles ont donc une plus grande responsabilité pour inverser la tendance.

Climat : L’UE veut dénoncer l’écart entre les intentions et les actions

Climat :L’UE veut dénoncer l’écart entre les intentions et les actions 

 

L’UE veut que le document final de la Cop 26  souligne le « déficit d’ambition » entre les contributions déterminées au niveau national (CDN) pour lutter contre le changement climatiques et l’objectif visant à limiter la hausse de la température mondiale à 1,5°C par rapport à la période pré-industrielle,.

« Une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre est nécessaire d’ici 2030 pour atteindre l’objectif de 1,5°C », indique la délégation allemande dans le document de LUE. « Il y a notamment un écart important entre les objectifs à long terme et les CDN axés sur les dix prochaines années. »

Un rapport de l’Onu publié en amont de la COP26 montre que, sur la base des promesses actuelles des Etats et en supposant qu’ils les tiennent, la hausse des températures atteindra 2,7°C à la fin du siècle.

 Climat : L'UE veut dénoncer l'écart entre les intentions et les actions  dans environnementLe rapport allemand a également critiqué les tentatives visant à obtenir davantage de financement de la part des pays riches pour aider les pays plus pauvres à s’adapter au changement climatique.

« Jusqu’à présent, il n’y a guère eu de progrès sur les 17 points de négociation concernant les questions financières », indique le document.

Les pays riches n’ont pas réussi à respecter l’échéance de 2020 pour fournir 100 milliards de dollars de fonds par an afin d’aider les pays en développement à abandonner les combustibles fossiles et à se préparer aux impacts climatiques.

Cet engagement, pris en 2009, est une reconnaissance du fait que les nations développées sont à l’origine de la plupart des émissions et qu’elles ont donc une plus grande responsabilité pour inverser la tendance.

La fausse relation actions et devises

  • La fausse relation actions et devises
    • Ken Fisher est président et directeur de Fisher Investments Europe, président exécutif et co-directeur des investissements de Fisher Investments remet à plat la relation action Et devise (dans le Wall Street Journal) (Extrait)
    • En décembre, nous vous disions que l’issue des élections américaines de 2020 conduirait au blocage – avec une incidence haussière de Los Angeles à Lyon. Les devises le prouvent. Le dollar tend à s’apprécier lorsque des partis politiques différents se partagent la Maison Blanche, le Sénat et la Chambre des représentants – c’est la définition traditionnelle de la paralysie politique. En revanche, lorsqu’un parti contrôle ces trois organes, le dollar a tendance à se déprécier.
    • Après l’arrivée au pouvoir de Jimmy Carter en 1976, par exemple, le parti démocrate a pris le contrôle du gouvernement pendant quatre ans, période durant laquelle le billet vert a perdu 8,9 % par rapport aux autres devises internationales. En 1980, le parti républicain a remporté la présidence et le Sénat, mais pas la Chambre des représentants, créant ainsi une situation de paralysie. L’année suivante, le dollar a grimpé en flèche, gagnant 12,3 % par rapport aux autres devises internationales et 26,8 % par rapport au franc. Trois ans plus tard, alors que les élections américaines de 1984 approchaient, il s’était arrogé +39,1 % par rapport aux autres devises internationales, poussant les plus grandes banques centrales du monde à intervenir.
    • Nous avons tous accès aux données et sommes donc tous à même de comprendre cette tendance à long terme. Les marchés intègrent ces informations dans leurs cours extrêmement rapidement, ce qui laisse peu de marge de manœuvre. On est donc en droit de se demander ce qui a échappé aux fanas des données.
    • Les marchés ont compris une chose, les démocrates ne bénéficient que d’une très faible majorité au congrès et le parti est rongé par des querelles internes, ce qui a cimenté la situation de paralysie politique dans le pays
    • En début d’année, ils s’inquiétaient de l’inhabituelle hausse du dollar qui, dans le contexte d’un gouvernement unifié, annonçait selon eux de très mauvaises nouvelles, lesquelles auraient été anticipées par les marchés des changes bien avant les marchés actions. Que ce soit une récession à double creux en Europe, la politique fiscale de Joe Biden ou encore des errements de la Banque centrale européenne, la liste de leurs spéculations est sans fin.
    • Mais la réalité est beaucoup plus simple. Les marchés ont compris une chose, les démocrates ne bénéficient que d’une très faible majorité au congrès et le parti est rongé par des querelles internes, ce qui a cimenté la situation de paralysie politique dans le pays. Le « contrôle » dont jouissent les démocrates repose sur une légère majorité à la Chambre des représentants et sur une répartition 50/50 au Sénat, alors que la plupart des propositions requièrent 60 voix pour être adoptées. Les marchés ont également anticipé le redécoupage électoral imminent à la Chambre des représentants. Et le spectre de cette redistribution potentielle dissuade l’adoption de projets de loi controversés avant les élections législatives de 2022. Dans ces conditions, le billet vert a gagné plus de 4 % par rapport à l’euro au premier trimestre.
    • Les commentateurs expliquent cette solidité par la modification du calendrier des relèvements de taux de la Réserve fédérale, ainsi que par les difficultés rencontrées en Europe pour maîtriser le variant Delta de la Covid. Ils crient au loup ! Mais ils oublient que le dollar s’est apprécié plusieurs semaines avant que la Fed ne modifie – très légèrement – son calendrier monétaire, au moment même où Joe Biden annonçait son intention de réduire son programme de dépenses d’infrastructure de 2 200 à 1 000 milliards de dollars sans relever le taux de l’impôt sur les sociétés comme il avait précédemment envisagé de le faire. Même ces compromis considérables n’ont pas suffi à satisfaire les modérés, dont il a tant besoin. La controverse ne mène à rien. C’est la paralysie politique dans toute sa splendeur.
    • Où que le dollar et l’euro aillent à l’avenir, n’oubliez pas que les fluctuations des devises n’annoncent jamais quelque chose qui aurait échappé aux marchés boursiers. Parmi les marchés affichant une liquidité similaire, aucun actif n’est plus « intelligent » que les autres. Les investisseurs en actions ont accès aux mêmes rapports, aux mêmes données et au même buzz que les cambistes, et ce, au même moment. D’ailleurs, il s’agit souvent des mêmes personnes.
    • L’histoire nous enseigne que les fluctuations de change n’influencent pas les actions, même si les replis et les hausses de l’euro font respectivement augmenter et diminuer les rendements des actifs libellés dans d’autres devises. Prenons par exemple l’année 2020, durant laquelle la monnaie unique a progressé d’environ 9 % par rapport au dollar. Le CAC40 a perdu 5 % sur la période et les actions de la zone euro ont reculé de 1 %, sous-performant dans les deux cas les actions américaines en hausse de 8 %.
    • Les actions de la zone euro ont tendance à surperformer très légèrement leurs homologues américaines en cas d’affaiblissement de la monnaie unique
    • Sur les vingt dernières années, les mouvements de l’euro par rapport au dollar ne montrent qu’une corrélation de -0,12 vis-à-vis de la performance relative des actions de la zone euro par rapport à celles des Etats-Unis. Autrement dit, les actions de la zone euro ont tendance à surperformer très légèrement leurs homologues américaines en cas d’affaiblissement de la monnaie unique. Mais sachant qu’une corrélation de 1,0 correspond à une évolution parfaitement parallèle et -1,0 à un mouvement diamétralement opposé, la relation n’est pas assez significative pour influencer les décisions d’investissement.
    • Pourquoi les devises n’affectent-elles pas l’évolution des actions ? En partie parce qu’aujourd’hui, rares sont les entreprises qui fabriquent et vendent leurs produits, ou qui s’approvisionnent, exclusivement dans un seul pays. La plupart d’entre elles importent des matériaux, des machines ou des composantes, opèrent à l’étranger et vendent leurs produits dans d’autres pays. Les coûts et les recettes en devises étrangères atténuent ces effets. Les multinationales ont également compris l’impact potentiel des devises. Elles peuvent ainsi prendre des mesures pour se protéger contre le risque de change. Et les investisseurs en actions tiennent systématiquement compte de tous ces facteurs.
    • La récente évolution des craintes liées aux devises est relative au sentiment et non pas à des facteurs fondamentaux. Bien que le climat devienne plus optimiste, les épisodes d’anxiété persistants à l’égard des devises nous révèlent que ce marché haussier devra encore surmonter de nombreuses inquiétudes.
    • Ken Fisher est président et directeur de Fisher Investments Europe, président exécutif et co-directeur des investissements de Fisher Investments.

Pour être vendues par Amazon les entreprises doivent brader leurs actions à la multinationale

  • Pour vendre sur sa plateforme, certaines entreprises doivent laisser Amazon entrer à leur capital

Un article du Wall Street Journal (extrait)

  •  
    • Les entreprises qui veulent être présentes sur la plateforme d’Amazon pour vendre leurs produits ou leurs services découvrent parfois une étonnante condition : accepter que le géant de la vente en ligne prenne une part importante de leur capital à un prix très avantageux.
    • Des documents et des entretiens avec des sources proches des accords révèlent ainsi que le groupe a conclu un peu plus d’une dizaine de contrats avec des entreprises cotées, contrats aux termes desquels Amazon a obtenu des warrants, c’est-à-dire le droit d’acheter des actions à un prix potentiellement inférieur à celui du marché.
    • Ces dix dernières années, Amazon a également signé de genre d’accord avec plus de 75 sociétés non cotées, a précisé l’une des sources. Cumulées, ces participations effectives et potentielles dans des entreprises qui vont du centre d’appel au spécialiste du gaz naturel vaudraient des milliards de dollars, Amazon étant parfois l’un des principaux actionnaires.
    • Ces transactions peu courantes dans le milieu témoignent aussi de la façon dont Amazon utilise son poids pour s’enrichir et s’imposer. Les pratiques du groupe en matière de concurrence (y compris vis-à-vis d’entreprises dont il est partenaire) sont d’ailleurs dans le collimateur des régulateurs et des parlementaires.
    • Si ces accords peuvent aider les vendeurs à obtenir des débouchés colossaux, qui peuvent à leur tour doper le cours de Bourse, les dirigeants de plusieurs entreprises ont expliqué qu’ils s’étaient sentis obligés d’accepter les avances d’Amazon. Les accords donnent parfois aussi au géant le droit de siéger au conseil d’administration ou de surenchérir quand une entreprise concurrente fait une offre d’achat.
    • Dans tous les cas, Amazon profite de ce que les vendeurs gagnent à travailler avec l’un des plus gros groupes au monde.
    • Dans les contrats qui prévoient des warrants, Amazon pèse de tout son poids pour obtenir des conditions très intéressantes parce que le groupe sait que peu d’entreprises refuseront, ont raconté d’anciens responsables d’Amazon ayant travaillé sur ces contrats
    • Le géant de Seattle a pour habitude de tirer parti de sa taille et de son pouvoir pour imposer des conditions qui lui sont favorables : obliger ses partenaires dans une activité à souscrire à d’autres activités du groupe, savoir avant tout le monde quelle sera la pépite technologique de demain grâce à son fonds de capital-risque ou encore créer des produits Amazon qui concurrenceront des marques moins connues. Affirmant vouloir obtenir les meilleures affaires pour ses clients, il s’est battu bec et ongles pour conquérir des parts de marché.
    • Dans les contrats qui prévoient des warrants, Amazon pèse de tout son poids pour obtenir des conditions très intéressantes parce que le groupe sait que peu d’entreprises refuseront, ont raconté d’anciens responsables d’Amazon ayant travaillé sur ces contrats.
    • Pour certaines entreprises, accorder des warrants à Amazon, c’est obtenir un avantage concurrentiel non négligeable. Clean Energy Fuels a conclu un accord avec Amazon en début d’année aux termes duquel le groupe pourrait monter à 20 % du capital d’ici dix ans et devenir ainsi son deuxième actionnaire. Ses dirigeants n’avaient jamais conclu de contrat octroyant des warrants à un client, a souligné une source proche du dossier, mais Amazon avait lancé un vaste appel d’offres auprès d’autres spécialistes du gaz naturel et Clean Energy s’est dit qu’en acceptant la demande, le groupe n’aurait plus envie de travailler avec ses concurrents. Clean Energy doit désormais prévenir Amazon s’il reçoit une offre d’achat, a précisé la source. Clean Energy n’a pas souhaité commenter.
    • Le premier contrat de majeur conclu entre Amazon et une société cotée date de 2016. A l’époque, le groupe se cherchait un partenaire dans le fret aérien pour développer son immense réseau logistique. Les dirigeants ont constaté que les partenaires potentiels étaient tous moins grands, moins connus et moins dynamiques qu’Amazon, et qu’un gros contrat avec le groupe donnerait un coup de fouet à leur cours de Bourse, a raconté une source. Mais Amazon voulait profiter de cette envolée boursière potentielle, selon cette personne.
    • Le groupe a donc proposé un accord à Air Transport Services, une société de leasing d’avions installée à Wilmington, dans l’Ohio, qui a d’abord refusé la clause d’octroi de warrants, ont rapporté des sources. Une équipe s’est rendue à Seattle pour mener des « négociations longues et intenses », à l’issue desquelles Amazon a fini par convaincre Air Transport Services, souligne une source. « Il a fallu déployer des trésors de persuasion », selon elle. Amazon détient aujourd’hui environ 19,5 % d’Air Transport Services, ce qui en fait son principal actionnaire.
    • La porte-parole d’Air Transport Services n’a pas souhaité commenter.
    • Les dirigeants d’Amazon savaient que leur groupe aurait besoin de beaucoup plus d’avions pour faire face à sa croissance exponentielle, et ce premier contrat les autorisait à en conclure d’autres, a indiqué l’une des sources.
    • Dans son contrat conclu avec Startek, un spécialiste des centres d’appel installé dans le Colorado, Amazon a obtenu le droit de prendre 20 % du capital en l’échange de 600 millions de dollars d’achats sur huit ans
    • Avec Atlas Air Worldwide Holdings, Amazon a conclu un contrat de crédit-bail de dix ans avec les mêmes conditions. Mais cette fois-ci, le groupe a demandé des warrants représentant jusqu’à 20 % du capital d’Atlas sur cinq ans (plus une option pour 10 % supplémentaires en fonction de l’activité qu’il confiait à Atlas). Le géant voulait aussi, sous réserve de certaines conditions, obtenir un administrateur au conseil d’Atlas.
    • Des sources proches des deux camps indiquent que les warrants étaient une condition sine qua none du partenariat. « Il était clair qu’il n’y aurait pas d’accord sans cela », affirme l’une des sources. Les dirigeants d’Atlas ne voulaient pas laisser passer cette opportunité commerciale et ont estimé que les warrants étaient le prix à payer pour travailler avec Amazon, a-t-elle précisé.
    • En mai 2016, Atlas a présenté l’accord, warrants inclus, dans des termes dithyrambiques. Ce jour-là, l’action a bondi de 27 %, une évolution qui n’est pas rare quand Amazon conclut des accords de warrants : le titre SpartanNash s’est envolé de 26 % le jour de l’annonce.
    • Le prix d’exercice des warrants Atlas était fixé à 37,50 dollars, soit un peu moins que le cours de Bourse avant l’annonce. Amazon les a exercés à hauteur de 9 % du capital puis a revendu les actions, a indiqué la porte-parole d’Atlas. Amazon n’a pas souhaité indiquer combien il avait gagné grâce à cette opération.
    • L’action Atlas a clôturé lundi à 67,31 dollars.
    • Selon sa porte-parole, Atlas n’a jamais conclu d’accord similaire et Amazon n’a jamais nommé d’administrateur.
    • Le géant a également conclu un contrat comportant des warrants avec Cargojet, qui n’a pas répondu aux demandes de commentaire.
    • En général, Amazon lie les warrants au volume d’activité qu’il confie à son partenaire. Dans le contrat conclu avec Startek, un spécialiste des centres d’appel installé dans le Colorado, le groupe a obtenu le droit de prendre 20 % du capital en l’échange de 600 millions de dollars d’achats sur huit ans. Si Amazon reçoit et exerce les warrants, il deviendra le deuxième actionnaire de l’entreprise. Startek n’a pas répondu aux demandes de commentaire.
    • D’anciens dirigeants d’Amazon ont ajouté que, pendant les négociations, ils évitaient tout ce qui pourrait apporter de l’eau au moulin de ceux qui accusent Amazon d’abuser de sa position, par exemple des ultimatums. L’un d’eux a précisé que la plupart des entreprises acceptaient d’octroyer des warrants. En outre, plusieurs anciens dirigeants d’Amazon ayant travaillé sur ces contrats ont précisé qu’ils les trouvaient injustes et partiaux, car les entreprises n’étaient pas en mesure de refuser et que l’essentiel des avantages allaient à Amazon.
    • (Traduit à partir de la version originale en anglais par Marion Issard)
    • Traduit à partir de la version originale en anglais

Actions boursières: le discrédit

Actions boursières: le discrédit

 

 

 

Pierre-Cyrille Hautcœur, directeur d’études à l’EHESS, constate, dans sa chronique au Monde , que l’envolée actuelle des indices ne convainc pas les épargnants. Et pour cause : l’histoire boursière est plus faite de stagnation que d’à-coups.

 

Chronique. 

 

A 6 613 points le 14 juin, le CAC 40, indice-phare des cours des actions à la Bourse de Paris (Euronext), est près d’atteindre un nouveau record historique. Est-ce le signe, comme le souhaitent le gouvernement et le patronat, qu’une large population d’épargnants a enfin trouvé le chemin de la Bourse ? Sans doute pas, non seulement parce que la hausse s’explique largement par une politique monétaire exceptionnelle (quoi qu’elle dure depuis une décennie) des deux côtés de l’Atlantique, mais aussi parce que le précédent record date de… septembre 2000. Pendant vingt ans, donc, nombre d’épargnants ont connu des moins-values ou la stagnation de leur capital…

Certes, l’épargne ne vit pas de records, mais de rendements de long terme, diront les boursiers, et à cela les actions pourvoient mieux que d’autres actifs. Aux Etats-Unis, le rendement des actions est plus élevé sur une longue période par rapport aux autres placements financiers. Mais en France, où il est beaucoup plus faible (de l’ordre de 1 % par an en moyenne), il n’est pas certain qu’il compense un risque plus élevé. La comparaison avec l’immobilier, très difficile méthodologiquement, est encore plus incertaine.

De la première grande bulle des années 1875-1881 à celle des dot.com (1998-2001), l’histoire boursière française connaît des engouements suivis d’effondrements, mais surtout de longues périodes de stagnation. On se souvient bien du krach de 1881, qui vit la faillite de l’Union générale (une des plus grandes banques françaises alors) et de la Bourse de Lyon (celle de Paris sera sauvée in extremis par la Banque de France sur requête de l’Etat). Mais on oublie qu’elle fut surtout le prélude d’un long marasme : le record de 1881 ne fut pas battu avant les années 1920 (et dans une monnaie dépréciée), grâce à une forte mais brève hausse, consécutive à la stabilisation monétaire de 1926.

Quant à la croissance des « trente glorieuses », durant laquelle la Bourse renaît sur un périmètre plus étroit du fait des nationalisations de 1945, elle ne débouche que sur une appréciation brève : dès 1963, les cours baissent, et ne retrouvent pas le niveau de leur maximum d’alors avant les années 1980 (et là encore sans tenir compte de l’inflation des années 1970).

Encore plus significatives que les gains sont les pertes possibles : ceux qui ont vendu en 1980 un portefeuille acquis après 1955 ont essuyé des pertes nominales. Il faut des durées de conservation bien longues pour obtenir un rendement positif ! Ce qui n’est pas de nature à attirer les investisseurs ordinaires, qui doivent entrer ou sortir du marché à l’occasion d’une transaction immobilière, d’un divorce, d’une succession…

Euronext : leader dans les actions en Europe

Euronext : leader dans les actions en Europe

L’opérateur de marchés paneuropéen qui vient de procéder au rachat de Borsa Italiana (Milan), devient leader européen des marchés actions.

Le nouvel ensemble pro forma représente 1,4 milliard d’euros de chiffres d’affaires, près de 800 millions de résultat opérationnel et une capitalisation quatre fois supérieure à celle de l’introduction en Bourse en 2014.

En 2018, Euronext rachète la Bourse de Dublin, puis en 2019, la Bourse d’Oslo au terme d’une bataille avec le Nasdaq. En 2020, c’est au tour du dépositaire danois CSD d’être racheté, puis en 2021, la Bourse de Milan, une compétition remportée face à Deutsche Börse ou à l’opérateur suisse Six Group (qui vient de racheter la Bourse de Madrid). Aujourd’hui, Euronext occupe la première place en Europe pour les transactions sur les actions et les fonds indiciels (ETF) et devient l’un des principaux dépositaires (activités post-marché), avec 6.000 milliards d’euros actifs sous conservation. Enfin, grâce à la Bourse de Milan, Euronext prend pied dans la négociation des obligations.

L’Italie devient donc le premier contributeur au chiffre d’affaires du nouveau groupe (34%), devant la France (28%), les Pays-Bas (17%) et la Norvège (11%). En 2015, la Bourse de Paris représentait 60% du chiffre d’affaires d’Euronext .

Bourse–Pour les actions: coup de bourse à venir ?

Bourse–Pour les actions: coup de bourse à venir ?

À la veille d’une nouvelle année,  les coups de bourse sont toujours à craindre. On assiste en effet généralement à des prises de bénéfices. Cela d’autant plus que les risques se multiplient avec la vigueur de la nouvelle crise sanitaire, l’échec probable des négociations entre l’union européenne et le Royaume-Uni et les incertitudes sur le plan de relance américain. Le climat est également plombé en Europe par la contraction attendue de la croissance au quatrième trimestre. Les Échos notent :

La remontée exceptionnelle des indices boursiers en novembre paraît déjà loin. Après cinq semaines consécutives de hausse, le CAC 40 a cédé 1,81 % au cours des derniers jours. L’inquiétude a également dominé à Wall Street, où le S&P 500 et le Nasdaq ont enregistré leurs plus fortes baisses depuis octobre.

 

En cas d’une rupture sans accord post brexit  , la banque d’investissement Morgan Stanley table sur une baisse de 6% à 10% de l’indice large Footsie 250 et d’une chute de 10% à 20% des actions des banques britanniques, la Banque d’Angleterre étant plus susceptible alors de faire basculer son taux directeur en territoire négatif. Une baisse britannique risque de contaminer d’autres places.

 

Pour les Échos, pour reprendre le chemin de la hausse, les marchés ont besoin d’une « meilleure visibilité sur l’efficacité et la sécurité des vaccins, le rythme et l’ampleur de la relance budgétaire, et la réduction de l’incertitude politique », notent les stratégistes d’Edmond de Rothschild. Or, la semaine a été marquée par des déceptions sur l’ensemble de ces points. Les investisseurs ont dû digérer l’annonce du retard pris par Sanofi et GSK dans le développement de leur vaccin. Sur le plan politique, les négociations sur un nouveau plan de relance américain peinent à décoller, tandis qu’en Europe, les incertitudes sur l’issue du Brexit restent entières

Finances-Pour les actions: coup de bourse à venir ?

Finances-Pour les actions: coup de bourse à venir ?

À la veille d’une nouvelle année,  les coups de bourse sont toujours à craindre. On assiste en effet généralement à des prises de bénéfices. Cela d’autant plus que les risques se multiplient avec la vigueur de la nouvelle crise sanitaire, l’échec probable des négociations entre l’union européenne et le Royaume-Uni et les incertitudes sur le plan de relance américain. Le climat est également plombé en Europe par la contraction attendue de la croissance au quatrième trimestre.

En cas d’une rupture sans accord, la banque d’investissement Morgan Stanley table sur une baisse de 6% à 10% de l’indice large Footsie 250 et d’une chute de 10% à 20% des actions des banques britanniques, la Banque d’Angleterre étant plus susceptible alors de faire basculer son taux directeur en territoire négatif.

Pour les actions: coup de bourse à venir ?

Pour les actions: coup de bourse à venir ?

À la veille d’une nouvelle année,  les coups de bourse sont toujours à craindre. On assiste en effet généralement à des prises de bénéfices. Cela d’autant plus que les risques se multiplient avec la vigueur de la nouvelle crise sanitaire, l’échec probable des négociations entre l’union européenne et le Royaume-Uni et les incertitudes sur le plan de relance américain. Le climat est également plombé en Europe par la contraction attendue de la croissance au quatrième trimestre.

En cas d’une rupture sans accord, la banque d’investissement Morgan Stanley table sur une baisse de 6% à 10% de l’indice large Footsie 250 et d’une chute de 10% à 20% des actions des banques britanniques, la Banque d’Angleterre étant plus susceptible alors de faire basculer son taux directeur en territoire négatif.

Bourse: Rebond des actions …. et prises de bénéfices ensuite

Bourse: Rebond des actions …. et prises de bénéfices ensuite

 

La banque Barclays utilise la méthode Coué pour redonner confiance aux investisseurs. L’établissement prévoit en effet un redressement des valeurs boursières. Un pronostic très hasardeux. Certes la conjoncture pourrait un peu s’améliorer du fait  de la découverte des fameux vaccins aussi en raison du soutien inconditionnel de la banque centrale européenne à l’économie. Reste la réalité,  à savoir le fait que la croissance européenne va tomber dans le rouge au quatrième trimestre.

D’ici la publication officielle et définitive de ces résultats économiques, financiers mais aussi sociaux la bourse pourrait bien effectivement connaître une certaine embellie. Comme l’optimisme ( comme le pessimisme) est contagieux, les cours pourraient  grimper mais quelques semaines après pourraient retomber en dépression notamment du fait  d’une prise de bénéfice des grands opérateurs qui savent toujours retirer leurs pions le moment venu.

Le contexte macroéconomique demeure incertain jusqu’au premier trimestre 2021 et les valorisations élevées pourraient agir comme un frein mais le climat reste favorable aux actifs risqués, estime l’équipe actions européennes de Barclays.

Les actions européennes, dont le rebond a été moins marqué que celui de leurs homologues américaines, devraient atteindre des sommets l’an prochain avec un potentiel de hausse estimé à 13%, lit-on dans la note. Un pronostic sans doute un peu hasardeux.

Après une année 2020 exceptionnelle par l’ampleur de la récession ainsi que par la rapidité de la chute et du rebond des marchés, 2021 devrait être une année beaucoup plus normale avec la réouverture des économies et une croissance du produit intérieur brut attendue autour de 5,4%, selon Barclays, qui dit en outre s’attendre à une progression des bénéfices des entreprises européennes de l’ordre de 45%.

Les analystes de la banque britannique disent préférer les valeurs décotées de qualité (“value”) aux titres de croissance, les cycliques aux défensives, les marchés émergents aux marchés développés et l’Europe aux Etats-Unis.

Rebond des actions …. et prises de bénéfices ensuite

Rebond des actions …. et prises de bénéfices ensuite

 

La banque Barclays utilise la méthode Coué pour redonner confiance aux investisseurs. L’établissement prévoit en effet un redressement des valeurs boursières. Un pronostic très hasardeux. Certes la conjoncture pourrait un peu s’améliorer du fait  de la découverte des fameux vaccins aussi en raison du soutien inconditionnel de la banque centrale européenne à l’économie. Reste la réalité,  à savoir le fait que la croissance européenne va tomber dans le rouge au quatrième trimestre.

D’ici la publication officielle et définitive de ces résultats économiques, financiers mais aussi sociaux la bourse pourrait bien effectivement connaître une certaine embellie. Comme l’optimisme ( comme le pessimisme) est contagieux, les cours pourraient  grimper mais quelques semaines après pourraient retomber en dépression notamment du fait  d’une prise de bénéfice des grands opérateurs qui savent toujours retirer leurs pions le moment venu.

Le contexte macroéconomique demeure incertain jusqu’au premier trimestre 2021 et les valorisations élevées pourraient agir comme un frein mais le climat reste favorable aux actifs risqués, estime l’équipe actions européennes de Barclays.

Les actions européennes, dont le rebond a été moins marqué que celui de leurs homologues américaines, devraient atteindre des sommets l’an prochain avec un potentiel de hausse estimé à 13%, lit-on dans la note. Un pronostic sans doute un peu hasardeux.

Après une année 2020 exceptionnelle par l’ampleur de la récession ainsi que par la rapidité de la chute et du rebond des marchés, 2021 devrait être une année beaucoup plus normale avec la réouverture des économies et une croissance du produit intérieur brut attendue autour de 5,4%, selon Barclays, qui dit en outre s’attendre à une progression des bénéfices des entreprises européennes de l’ordre de 45%.

Les analystes de la banque britannique disent préférer les valeurs décotées de qualité (“value”) aux titres de croissance, les cycliques aux défensives, les marchés émergents aux marchés développés et l’Europe aux Etats-Unis.

Terrorisme : une promesse d’ «actions concrètes» non précisées de Macron

Terrorisme : une promesse d’ «actions concrètes» non précisées de Macron

Le chef de l’État a sans doute compris qu’au-delà des actions manifestants la compassion et la solidarité, il convenait en matière de terrorisme de parler de mesures concrètes et surtout de les appliquer. Message reçu d’après l’Élysée «Le président souhaite également que l’on engage très rapidement des actions concrètes, qui permettront d’entraver les structures ou les personnes qui encouragent, directement ou indirectement, le terrorisme.

Mais rien n’a été indiqué sur la nature et l’ampleur de ces mesures puisque mission a été donnée au ministre de l’intérieur et au ministre de la justice de présenter un plan d’action.

Normalement ,les ministres ont 15 jours pour faire leurs propositions. Le problème c’est qu’ils sont loin d’être sur la même longueur d’onde et que certaines mesures avancées par l’un et par l’autre risquent d’être contradictoires. La seule mesure un peu concrète est l’intention de renforcer la sécurité des enseignants dès la rentrée après les vacances de Toussaint

On pense que le chef de l’État est particulièrement attentif aux problèmes de la haine diffusée sur les réseaux sociaux qu’ils souhaiteraient réguler.

La difficulté sera toutefois d’obtenir la bénédiction du conseil constitutionnel qui s’est justement opposé à des mesures de régulation de ces réseaux sociaux à l’occasion de la loi Avia. Dans une décision rendue publique, les membres du conseil constitutionnel avaient déclaré non-conforme à la Constitution l’article 1er du texte. Celui-ci détaillait la manière dont les plateformes doivent retirer les contenus illégaux  les apologies de terrorisme, et d’autre part les contenus plus largement «à caractère haineux» mis en ligne. Pour chaque catégorie, le Conseil a dénoncé la procédure prévue, infligeant un coup d’arrêt à l’ensemble du texte.

Notons que le conseil constitutionnel avait estimé que la constitution permettait de réprimer les éventuels abus. D’où sans doute cette idée des Républicains de proposer un référendum pour changer la situation et contourner ainsi les réticences du conseil constitutionnel.

Dans l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, «les réseaux sociaux ont une responsabilité, et nous devons arriver à mieux les encadrer», a pointé Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, sur BFMTV.

Jean-Michel Blanquer travaille quant à lui sur la réponse éducative à formuler après ce drame. «Il y aura beaucoup plus qu’une minute de silence, confirme au Figaro le ministre de l’Éducation nationale. Nous allons élaborer avec les syndicats les actes et la méthode d’approche pour organiser le jour de la rentrée scolaire, le 2 novembre, et s’assurer qu’il n’y ait pas d’angle mort de la République.»Un document pédagogique sur la liberté d’expression pourrait être distribué, peut-être sous la forme d’un film à diffuser en classe.

Veolia Suez : une crise durable défavorable au cours des actions de Veolia

Veolia Suez : une crise durable défavorable au cours des actions de Veolia

La direction de Veolia s’est lancée dans une offensive brutale vis-à-vis de Suez qui risque de durer des mois. Il y a évidemment les aspects juridiques et déjà Suez conteste la régularité de l’opération de rachat des actions d’Engie dans Suez. Il y a des aspects politiques qui vont sans doute amener le gouvernement à s’impliquer de façon un peu plus sérieuse dans le dossier notamment concernant les conséquences de perte de maîtrise éventuelle de la gestion de l’eau.

Une gestion de l’eau qui pourrait se passer dans les mains d’un fonds d’investissement y compris étranger. En effet Veolia devra vendre nombre d’actifs pour satisfaire Bruxelles en matière de concurrence. Des actifs qui ne concerneront pas seulement l’activité eau de Suez. Or il y a une certaine cohérence entre la gestion de l’eau , la gestion des déchets et le recyclage. Nombre de collectivités passent des contrats globaux pour l’ensemble de ses activités avec le même opérateur. Les perspectives de regroupement qui entraîneront des doublons partout vont se traduire par la suppression d’emplois et de structures dans Suez qui vont améliorer sa compétitivité. Du coup, la bourse anticipe ces améliorations et fait monter le cours de Suez. L’inverse pour Veolia qui a dépensé 3 milliards pour les actions détenues par Engie mais dont on n’est pas sûr de l’utilité si l’opération ne se fait pas.

A la Bourse de Paris, l’action Suez gagnait dans la matinée 4,31% à 16,065 euros. La valeur a grimpé de plus de 30% depuis la déclaration d’intérêt de Veolia fin août.

Dans le même temps, l’action Veolia a reculé de 2,6%. Le titre avançait mardi de 0,75% tandis qu’Engie progressait de 1,34%.

Turquie : sanctions de l’UE pour ses actions de déstabilisation en Méditerranée

Turquie : sanctions de l’UE pour ses actions de déstabilisation en Méditerranée

 

La Turquie semble engagée dans un processus de déstabilisation en Méditerranée en prétextant la recherche d’hydrocarbures dans des zones très contestées.  Il s’agit pour la Turquie d’exister davantage sur les marchés énergétiques mais aussi pour le président Erdogan de réveiller le sentiment nationaliste, cela pour faire oublier la grave crise économique et politique dont il est responsable. En outre, la popularité d’Erdogan et de son clan est maintenant largement hypothéquée et cela se vérifie dans les élections

Josep Borrell, Haut représentant aux Affaires étrangères, a donc déclaré que l’UE était prête à sanctionner des navires turcs, à leur interdire l’accès à des ports européens ou à couper leur approvisionnement. Des sanctions pourraient également viser l’économie turque.

“Nous pourrions aller vers des mesures ciblant des activités sectorielles (…) dans lesquelles l’économie turque est connectée à l’économie européenne”, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse.

Pour autant, Josep Borrell et le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas ont souligné que l’UE voulait d’abord donner une chance au dialogue pour tenter d’apaiser les tensions entre la Grèce et la Turquie, qui sont toutes deux membres de l’Otan.

Ankara est également engagée dans des discussions formelles en vue d’une adhésion à l’UE mais cette procédure est également menacée et pourrait être suspendue en guise de sanction, selon des diplomates européens.

Deux diplomates européens de haut rang ont précisé à Reuters que les ministres des Affaires européennes s’étaient accordés pour laisser le dernier mot aux chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Sept, qui doivent se réunir pour deux jours à Bruxelles, fin septembre.

“Rien ne sera décidé avant le Conseil européen de septembre”, a déclaré l’un d’eux, tout en précisant que la Turquie pourrait aussi bénéficier d’un accès élargi au marché européen et à ses 450 millions de consommateurs si elle cessait ses opérations de prospection d’hydrocarbures.

Athènes et Ankara se disputent la souveraineté d’une zone de Méditerranée orientale riche en hydrocarbures.

Le lancement d’opérations turques de prospection sismique il y a deux semaines, avec le déploiement du navire Oruç Reis dans une zone située entre la Crète et Chypre, a exacerbé les tensions dans la région, la Grèce jugeant cette initiative illégale car empiétant sur son domaine sous-marin.

Les actions de Publicis mises au chaud au Luxembourg

Les actions de  Publicis mises au chaud au  Luxembourg

C’est dans l’intérêt de la France affirme l’ancien  patron de Publicis qui veut transférer 3 millions de se actions au Luxembourg ! Un grand patron sans aucun doute mais qui sait se rémunérer.Sans parler  méga-bonus qu’il a touché en 2012: 16 millions d’euros. Maurice Lévy détient: 4,6 millions de titres à fin 2017, soit 2% du capital, selon le dernier rapport annuel. Des actions qui ont pris beaucoup de la valeur sous son magistère à la tête de Publicis, où la capitalisation boursière de l’agence de publicité a été multipliée par près de 100. Elles valent désormais près de 275 millions d’euros et elles génèrent cette année 9,2 millions d’euros de dividendes. Selon les avocats fiscalistes interrogés, ce transfert au Luxembourg peut permettre de payer moins d’impôts sur les dividendes générés par les actions. Stéphane de Lassus, avocat associé chez Charles Russell Speechlys, explique: Pour mémoire, Maurice Levy avait appelé en 2011 à une hausse des impôts « des plus riches ».  Je sais ce que je fais, que cela profitera à la France, et que je pourrai en être fier ». Adcalaré sans rire Maurice Levy.

 

Bourses : actions en baisse comme à New York ?

Bourses : actions en baisse comme à New York ?

 

La question se pose de l’évolution des placements des actions  dans les prochains jours  et les  bourses mondiales pourraient suivre New York qui termine dans le rouge pour les actions. En cause la hausse des obligations sur fond de crainte de l’inflation alimentée par l’augmentation des matières premières et des salaires.  Du coup les investisseurs pourraient être tentés d’arbitrer leurs placements en faveur des obligations au détriment des actions surtout avec les inquiétudes géopolitiques concernant en particulier l’Ira et les droits de douane. La Bourse de New York en tout cas a abandonné ses gains en cours de séance pour finir dans le rouge lundi, pénalisée par les valeurs de la santé et les craintes des investisseurs de voir les coûts des entreprises grimper, sur fond de hausse des cours du pétrole. Le Standard & Poor’s 500, plus large, a reculé de 21,86 points, soit 0,82%, à 2.648,05. De son côté, le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a cédé 53,53 points, soit 0,75% à 7.066,27, Apple perdant plus de 1,8%.

Renault : Macron revend ses actions

Renault : Macron revend ses actions

 

 

Pour s’opposer à la fusion Renault Nissan envisagé par Carlos Ghosn, en avril 2015, Emmanuel Macron avait décidé de faire monter l’Etat au capital de Renault en passant de 15,01% à 19,74% , cela pour imposer   en assemblée générale l’application de la «loi Florange» qui récompense les actionnaires de long terme par des droits de vote double. Deux ans après Macron revend ses actions et redescend à 15,01% avec une plus-value supérieure à 55 millions Renault/Nissan : Macron dit non  à la fusion Après avoir été un temps favorable à la fusion Macron  avait manifesté  opposition totale entre Renault et Nissan, un projet qui diluerait le poids de l’État voir serait susceptible de délocaliser des activités de Renault. L’Etat n’acceptera aucun changement dans la structure de l’alliance entre Renault et Nissan et rejette tout projet de fusion entre les deux groupes automobiles, avait  affirmé  l’ancien  ministre de l’Economie.  »Il ne s’agit en aucun cas de rééquilibrer ou de transformer les équilibres de l’alliance qui a été conclue en 2002″, avait  déclaré Macron sujet de la montée de l’Etat au capital de Renault afin de s’y assurer des droits de vote doubles. « Pour une raison simple: lorsque l’Etat français était au capital de Renault en 2002, nous avions plus de 40% du capital, et donc penser que cette opération a remis en cause les équilibres de l’alliance est une vue de l’esprit », avait-t-il ajouté. L’Etat actionnaire veut « peser sur les décisions stratégiques » de Renault, avait  ajouté Macaron.  ». L’acquisition de titres Renault avait déclenché des mois de crise en 2015 entre le japonais Nissan et le gouvernement français, avant un compromis encadrant l’influence de l’Etat au sein de Renault.  Par ailleurs, Renault a souhaité prendre part à l’opération dans le cadre de son programme de rachat d’actions, en acquérant 1,4 million, soit 10% de l’ensemble des titres cédés par l’Etat, a ajouté l’APE. Bercy, qui avait présenté la montée au capital dans Renault comme transitoire en 2015, a ainsi attendu deux ans et demi pour s’en débarrasser, en attendant que le cours retrouve son niveau de l’acquisition.

Trading-Forex-actions : piège à cons

Trading-Forex-actions : piège à cons

En cette période de crise,  il y aurait deux manières de s’enrichir rapidement. Soit en jouant au loto avec l’espoir de gagner des millions, soit de se transformer en trader. Concernant le loto et autres jeux du hasard du même type jamais les mises n’ont été aussi nombreuses et aussi fortes. Une activité qui permet surtout d’enrichir les sociétés de jeux et l’État. Un nouveau vecteur d’espérance se développe depuis plusieurs années et surtout depuis plusieurs mois : le trading. En gros il s’agit maintenant d’inciter les petits épargnants à vider leur livret A pour gagner en quelques jours 20 à 50 fois la mise. En fait on propose à la ménagère de devenir trader pour investir par exemple sur le marché des actions, sur le marché des devises (Forex) ou même sur des produits dérivés encore plus hasardeux. Objectif : transformer les épargnants y compris les plus modestes en trader. Il y a bien sûr (comme pour les sociétés bidon de recouvrement de créances) des sites purement d’arnaque. Mais il y a des sites plus officiels et plus sérieux. Et là aussi le risque est de tout perdre. Pourquoi parce que dans la plupart des cas on propose de spéculer sur des produits dérivés très complexes mais aussi très dangereux qui ne peuvent être suivis que par des experts aguerris ;  Selon l’AMF, 9 personnes sur 10 perdent de l’argent. Les sollicitations commerciales ne manquent pas soit par téléphone ou par Internet avec des rendements souvent mirifiques. En fait c’est la bourse version casino. L’AMF a déjà tiré plusieurs fois la sonnette d’alarme, expliquant qu’il fallait se méfier des sites de trading en ligne et de certaines sociétés qui n’initiale atteint une somme suffisante ont pas l’autorisation de démarcher les particuliers. Une liste noire existe. Il y a donc des établissements hors la loi, mais il y a aussi ceux qui sont autorisés à exercer et qui entrainent pourtant le grand public sur un terrain qui n’est pas le sien. «Miser sur des instruments spéculatifs comme les CFD ou le marché des changes devrait être interdit aux particuliers. 9 clients sur 10 ont perdu en moyenne 10.000 € en tradant auprès de prestataires régulés» avertit l’AMF, qui ne cesse de mettre en garde les épargnants. Placer son argent en bourse est une possibilité bien entendu mais en général les profits ne sont possibles qu’à moyen et  long terme et  si le  placement initial atteint une somme suffisante pour pouvoir disposer des conseils d’un expert financier. Or la mise de départ doit atteindre environ 150 000 € pour amortir les coûts de cet expert.

Chine – marchés d’actions : risque d’éclatement de la bulle

Chine – marchés d’actions : risque d’éclatement de la bulle

 

Les actions chinoises ont perdu presque 3 % en un jour, un accident qui peut être considéré comme conjoncturel notamment dû au réajustement de portefeuille et à la prise de bénéfice à la veille de la nouvelle année. Pour autant des facteurs plus structurels pèsent sur les valorisations. Il y a en particulier ce recul depuis plusieurs mois du commerce international qui témoigne de l’atonie de la demande mondiale notamment des pays en développement mais pas seulement. Du coup de manière presque mécanique les bénéfices du secteur industriel en recul depuis des mois (exportations comme les importations)  ne portent plus l’économie chinoise et la demande intérieure ne compense pas les pertes constatées. Les chiffres décevants des profits du secteur industriel et la perspective d’une réforme des procédures d’introduction en Bourse ont  pesé sur la tendance. L’indice CSI 300 des principales valeurs chinoises a fini en recul de 2,88% à 3.727,63 et l’indice composite de Shanghai a abandonné 2,57% à 3.533,78. Il s’agit pour l’un comme pour l’autre de la baisse la plus marquée en pourcentage depuis le 27 novembre. Les investisseurs redoutent l’impact de la modification prochaine du système des introductions en Bourse, après le feu vert donné par Pékin ce week-end à un projet élaboré par les autorités boursières. Les nouvelles procédures pourraient en effet favoriser l’afflux de nouveaux entrants sur les marchés.   »La réforme des introductions en Bourses est négative pour le marché car elle va mettre les valorisations sous pression », explique Gu Yongtao, responsable de la stratégie de Cinda Securities. Les investisseurs ont par ailleurs mal accueilli les statistiques officielles publiées dimanche sur les bénéfices du secteur industriel, en recul pour le sixième mois consécutif en novembre.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol