Archive pour le Tag 'accroît'

La Covid-19 accroît les inégalités entre pays riches et pays pauvres

La Covid-19 accroît les inégalités entre pays riches et pays pauvres

Un article de Joe Parkinson  dans le Wall Street Journal 

Si, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Chine, le redémarrage est fulgurant, la plupart des pays pauvres sont à la peine et des décennies d’efforts pour réduire la pauvreté sont réduites à néant

 

En Amérique latine, après quinze ans d’une croissance propulsée par des exportations de matières premières qui avaient permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté, l’économie s’est contractée de 7,4 % en 2020, son pire repli depuis 1821, année des guerres d’indépendance,

 

En dopant la croissance des premiers et en plombant le PIB des seconds, la Covid-19 est en train de rouvrir le fossé qui sépare pays riches et pays pauvres.

Aux Etats-Unis, les économistes tablent sur des taux de croissance dignes des années folles. En Chine, le PIB a bondi de 18,3 % au premier trimestre. Au Royaume-Uni, la croissance flirte avec les taux d’après-guerre.

A l’inverse, dans les pays en développement, où la vaccination avance très lentement et les Etats n’ont pas les moyens de fournir un soutien durable, le marasme économique se confirme et l’activité peine à se relever de la contraction de l’an passé.

Moteur de progrès économique, scolaire et politique, la classe moyenne de ces pays se réduit comme peau de chagrin, ce qui n’est pas le cas aux Etats-Unis et en Chine, selon le Pew Research Center. Si l’économie américaine a rapidement renoué avec la croissance, dans les pays moins favorisés, il faudra des années pour retrouver les niveaux de 2019.

Le Fonds monétaire international (FMI), qui a baptisé ce phénomène « la Grande divergence », craint que « la plupart des pays en développement risquent […] de rester plongés dans un marasme économique au cours des prochaines années ».

« Ce virus est devenu le virus des inégalités, déplore Amina Mohammed, vice-Secrétaire générale des Nations unies. La divergence mondiale vers laquelle nous nous dirigeons est une catastrophe. »

Jusqu’à ce que le coronavirus provoque confinement et choc économique, le XXIe siècle avait été marqué par un rattrapage des pays en développement, qui réduisaient peu à peu leur retard en termes de santé, d’éducation, de santé et de stabilité.

Selon la Banque mondiale, ce sont jusqu’à 150 millions de personnes qui ont été précipitées dans une pauvreté extrême par la Covid-19. Et, d’après le Programme alimentaire mondial, la famine menace 34 millions de personnes, soit une hausse de 35 % en un an

En Amérique latine, après quinze ans d’une croissance propulsée par des exportations de matières premières qui avaient permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté, l’économie s’est contractée de 7,4 % en 2020, son pire repli depuis 1821, année des guerres d’indépendance, indiquait la Banque interaméricaine de développement (BID) dans son rapport annuel publié en mars.

En Afrique centrale et occidentale, à court d’argent, les Etats peinent à contenir la résurgence de maladies telles que la rougeole et le paludisme, qui ont fait des milliers de morts ces derniers mois, de jeunes enfants pour la plupart. En Amérique latine, plus d’un enfant sur deux (c’est-à-dire plus de 100 millions d’écoliers) est déscolarisé. Nombreux sont ceux qui ne retourneront jamais sur les bancs de l’école : c’est une génération tout entière qui risque de ne pas profiter des bienfaits de l’éducation.

Selon la Banque mondiale, ce sont jusqu’à 150 millions de personnes qui ont été précipitées dans une pauvreté extrême par la Covid-19. Et, d’après le Programme alimentaire mondial (PAM), la famine menace 34 millions de personnes, soit une hausse de 35 % en un an. De la Colombie au Soudan, la colère que suscite l’envolée des prix des produits alimentaires (terreau de changement politique, comme en témoignent la Révolution française ou le Printemps arabe) commence à gronder dans les rues.

La situation en Inde, où le nombre de nouveaux cas quotidiens atteint les 400 000, un record mondial, et où la pandémie ferait officiellement 4 000 morts par jour, fait craindre une catastrophe dans les autres pays non vaccinés. Du Népal à l’Iran, en passant par le Pérou et l’Argentine, les systèmes de santé vacillent devant des hordes de patients pour lesquels les lits et l’oxygène manquent. Les crématoriums fonctionnent à plein régime et les nouveaux variants progressent plus vite que les capacités des laboratoires à les suivre.

Depuis le début de l’année, plus de 1,5 million de décès dus à la Covid-19 ont été recensés à travers le monde, le virus s’étant propagé en Amérique latine et dans certaines régions d’Asie. Selon des données recueillies par l’université d’Oxford, la barre des 1,8 million de morts (enregistrés en 2020) sera franchie d’ici quelques semaines. Ces derniers mois, les statistiques se sont inversées : alors que l’Europe et l’Amérique représentaient 73 % des décès quotidiens en début d’année, ce sont désormais l’Amérique latine, l’Asie et l’Afrique qui déplorent 72 % des morts dues à la pandémie.

« La situation doit nous alerter et alerter les autres régions du monde qui ont des difficultés d’accès au vaccin », souligne John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique). Le continent compte 1,5 milliard d’habitants, dont seulement 0,4 % sont vaccinés.

Depuis que la campagne de vaccination a commencé en fin d’année dernière, l’écart entre pays riches et pays pauvres n’a jamais été aussi abyssal, selon la banque d’investissement UBS. En Europe et en Amérique du Nord, entre 30 % et 50 % de la population est vaccinée.

En outre, dans beaucoup de pays en développement, les salaires et les emplois dépendent de secteurs particulièrement touchés par la pandémie, notamment le tourisme, et les finances publiques ne sont pas assez solides pour verser des aides.

Quand la pandémie a frappé, l’essentiel de ces pays affichaient une dette externe très importante. Si les taux au jour le jour sont nuls ou négatifs dans les économies avancées, ils dépassent généralement les 4 % dans les économies émergentes, qui empruntent sur des durées plus longues (car elles investissent dans les infrastructures et l’éducation, beaucoup plus coûteuses). Un certain nombre de pays, dont la Zambie, l’Argentine et le Liban, ont d’ailleurs déjà fait défaut sur leur dette.

Des responsables politiques estiment aussi que l’endettement pourrait forcer certains Etats à opter pour l’austérité budgétaire, minant davantage la reprise. Dans un certain nombre de pays en développement, les prix de l’alimentation s’envolent, ce qui pousse les banques centrales à durcir leur politique pour enrayer l’inflation.

« Les dégâts sont réels et sous-estimés », déplore Kenneth Rogoff, ancien chef économiste du FMI désormais en poste à Harvard.

Du cuivre à l’étain, en passant par le bois, l’explosion de la demande provoquée par le redémarrage de la Chine et des Etats-Unis a fait flamber les cours des matières premières, ce qui pourrait aider les pays producteurs d’Afrique et d’Amérique latine à repartir et remettre leurs finances publiques sur pied

A l’époque où il travaillait au FMI, au début des années 2000, sous l’effet de la mondialisation, l’essor économique de l’Occident avait permis aux marchés émergents de connaître deux décennies de croissance historiquement forte, Chine en tête. Certains affirmaient alors qu’il était possible de créer une économie mondiale dans laquelle l’harmonisation des règles commerciales et migratoires tirerait tous les pays vers le haut et doperait le niveau de vie des pays en développement.

Les choses ne sont pas tout à fait aussi homogènes aujourd’hui. Dans les pays où l’activité est plus diversifiée et où les gouvernements ont pris rapidement des mesures, les séquelles de la pandémie sont moindres, même si de bons élèves tels que le Vietnam ou la Thaïlande ont constaté une envolée des cas ces dernières semaines.

Du cuivre à l’étain, en passant par le bois, l’explosion de la demande provoquée par le redémarrage de la Chine et des Etats-Unis a fait flamber les cours des matières premières, ce qui pourrait aider les pays producteurs d’Afrique et d’Amérique latine à repartir et remettre leurs finances publiques sur pied.

Pendant dix ans, Andrew Nsamba a fait prospérer son entreprise, la Najjera Progressive Private School, installée près de Kampala, capitale de l’Ouganda. Surfant sur une expansion économique alimentée par la cherté des matières premières et les emprunts étrangers, l’établissement a rapidement dépassé les 1 000 inscrits et ouvert une liste d’attente pour les familles de la nouvelle classe moyenne désireuses d’investir dans l’avenir de leurs rejetons.

Mais aujourd’hui, privée de revenus par les confinements et l’absence d’inscriptions (beaucoup de parents ayant perdu leur emploi), l’école a dû fermer ses portes. Ses 70 salariés sont au chômage et Andrew Nsamba peine à rembourser ses emprunts bancaires. « Le coronavirus n’a pas seulement tué l’école : il a détruit toute l’infrastructure économique de la communauté, soupire-t-il. Ses répercussions sont omniprésentes. »

Selon World Data Lab, une entreprise spécialisée dans les statistiques, la classe moyenne d’Afrique subsaharienne (environ 180 millions de personnes, sur 1,3 milliard d’habitants) s’est réduite de 11 % en 2020 et pourrait subir le même sort cette année car, selon le FMI, l’Afrique subsaharienne sera la région du monde où la croissance sera la plus faible en 2021.

En Amérique latine, la croissance devrait atteindre 4,1 % cette année, un chiffre nettement inférieur aux économies développées, selon la BID.

« En 2019, la région réussissait à voler malgré un moteur en panne, mais en 2020, le deuxième moteur a lui aussi lâché, résume Eric Parrado, économiste en chef, dans le rapport. Nous allons sortir de cette crise plus pauvres, plus endettés et avec des économies très différentes du point de vue des structures productives. »

En Amérique latine, en raison de confinements particulièrement stricts, les enfants ont raté plus de jours de classe que dans le reste du monde, selon les Nations Unies. Depuis mars 2020, les écoles de la région ont été fermées entre 40 et 50 semaines, contre une moyenne mondiale de 26 semaines.

Seuls six pays ont entièrement rouvert les établissements scolaires : ce sont donc 124 millions d’enfants qui sont encore privés de cours en présentiel. Pour l’Unicef, il s’agit d’une « catastrophe pour toute une génération ».

Pour les parents de Virgen de la Candelaria, un quartier défavorisé de Lima, capitale du Pérou, la fermeture des écoles prive leurs enfants de leur meilleure chance d’échapper à la pauvreté.

Dans la plupart des pays en développement, faute de réseau wifi et d’argent pour payer un abonnement, l’enseignement en distanciel n’est pas possible.

En Amérique latine, avant même la crise sanitaire, l’une des pires crises alimentaires au monde sévissait au Venezuela, où l’insécurité alimentaire progresse. Au Brésil, 19 millions de personnes, soit 1 habitant sur 11, ont faim : c’est deux fois plus qu’en 2018

Miriam Salcera, 27 ans, est mère de Brianna, huit ans. Elle raconte que sa fille et elle ont du mal à comprendre les consignes envoyées par les enseignants, des messages vocaux WhatsApp qu’elles ne peuvent écouter que si elles achètent un forfait adéquat. A la maison, Brianna a du mal à se concentrer et sa mère redoute que la prochaine année scolaire soit elle aussi problématique (au Pérou, les enfants vont à l’école de mars à décembre).

« Je suis vraiment inquiète, soupire-t-elle. Il faut que ça se termine et que les enfants retournent à l’école. »

Dans les pays pauvres, plus de 800 millions d’élèves et étudiants n’ont pas accès à un ordinateur, selon les Nations unies. Et ces millions de jeunes qui ont plus souvent décroché que ceux des pays riches ne retourneront probablement jamais à l’école.

Le PAM, Prix Nobel de la paix en 2020 pour son action dans les zones de conflit, a prévenu que la pandémie risquait de provoquer « de nombreuses famines généralisées et de proportions bibliques ».

L’organisation a précisé qu’au Nigéria, les perturbations subies par les chaînes logistiques pourraient engendrer une famine dans le pays le plus peuplé d’Afrique, qui n’en avait plus connu depuis un demi-siècle. A Madagascar, où les confinements ont aggravé les dégâts provoqués par des années de sécheresse et de maigres récoltes, des centaines de milliers de personnes doivent se nourrir de roseaux et d’écorces d’arbre pour ne pas mourir de faim.

En Amérique latine, avant même la crise sanitaire, l’une des pires crises alimentaires au monde sévissait au Venezuela, où l’insécurité alimentaire progresse. Au Brésil, 19 millions de personnes, soit 1 habitant sur 11, ont faim : c’est deux fois plus qu’en 2018. Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), au niveau mondial, les prix alimentaires augmentent plus vite que l’inflation.

A Cali, troisième ville de Colombie, des manifestations ont eu lieu pour dénoncer une pauvreté et des difficultés exacerbées par la pandémie. Elles ont agité la ville, perturbé l’approvisionnement en denrées alimentaires et envoyé un signal fort aux dirigeants politiques : la détresse générée par la pandémie pourrait semer un chaos difficilement maîtrisable.

« Les gens se sentent laissés pour compte, et tout ce qu’ils peuvent faire, c’est manifester, résume Richard Cardona, qui patiente dans une longue file devant une station-service de Cali. Il faut faire la révolution pour être entendu. »

Ryan Dube à Lima (Pérou), Nicholas Bariyo à Kampala (Ouganda) et Kejal Vyas à Bogota (Colombie) ont contribué à cet article

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Marion Issard)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol