Archive pour le Tag 'accommandante'

BCE : la politique accommandante va continuer

BCE : la politique accommandante va continuer

La BCE va continuer de racheter de l’ordre de 60 milliards d’actifs par mois jusqu’en fin 2016. C’est ce qu’a affirmé Draghi de la BCE qui considère que sa politique monétaire commence à donner des fruits. L’objectif est d’alléger la dette notamment  des Etats et de donner l’oxygène nécessaire à la relance de la consommation et de investissement donc de la croissance. La Banque centrale européenne (BCE) ira donc  jusqu’au bout de son programme d’assouplissement quantitatif (QE), a affirmé son président Mario Draghi jeudi, minimisant les craintes que ce programme de rachat d’actifs ne soit la source de bulles spéculatives. Les propos de Draghi, tenus à Washington dans les murs du Fonds monétaire international, ne laissent guère de doutes sur la mise en œuvre intégrale de ce programme, qui doit durer jusqu’en septembre 2016, en dépit des réserves émises par l’Allemagne à sa création. « Près de sept années de crises à répétition n’ont pas encouragé les ménages et les entreprises à prendre des risques », a dit Draghi à une audience où l’on comptait la directrice générale du FMI Christine Lagarde. « Pour ce motif, il faut attendre avant de pouvoir dire que nous avons réussi ». Même si ces 60 milliards d’euros d’achats d’actifs mensuels, essentiellement des emprunts d’Etat, aboutissent à une revalorisation des actifs et de la confiance, il faut aussi qu’ils stimulent l’investissement et l’inflation, a poursuivi Draghi. « Alors que nous avons déjà constaté un effet sensible de nos mesures sur les prix des actifs et la confiance économique, ce qui compte en dernier ressort c’est d’avoir un effet équivalent sur l’investissement, la consommation et l’inflation », a déclaré Mario Draghi. « Dans ce but, nous réaliserons entièrement notre plan de rachats, comme nous l’avons annoncé et, dans tous les cas, jusqu’à ce que nous constations un ajustement durable de la trajectoire d’inflation. » En réponse à des critiques selon lesquelles une telle politique de création monétaire pourrait alimenter des bulles sur le marché immobilier par exemple, il a répondu: « Pour le moment, il y a peu d’indications selon lesquelles des déséquilibres financiers généralisés soient en train d’émerger. »  Mario Draghi a ajouté que les autorités monétaires devaient faire preuve de beaucoup de prudence lorsque le moment était venu de couper le robinet de la liquidité coulant à flot.

Etats-Unis : réduction de la politique monétaire accommandante

Etats-Unis : réduction de la politique monétaire accommandante

Les économistes sont toujours d’avis que la Réserve fédérale américaine ne diminuera pas l’ampleur de son programme de soutien à l’économie avant le mois de mars, même s’ils sont plus nombreux que précédemment à ne pas exclure cette possibilité dès janvier, voire ce mois-ci, montre une enquête Reuters publiée lundi. Après les chiffres de l’emploi pour le mois de novembre, publiés vendredi, meilleurs que prévu, nombre d’intervenants de marché ont dit que cela augmentait le risque de voir la Fed réduire plus rapidement que prévu son programme d’assouplissement quantitatif troisième du nom (« QE3″). Sur 63 économistes interrogés, 29 pensent qu’une première baisse du QE3 pourrait intervenir d’ici moins de 10 jours, après la réunion des 17 et 18 décembre, ou en janvier, soit avant que Janet Yellen, plutôt partisane du QE3, ne prenne la tête de la Fed à la place de Ben Bernanke. Lors d’une enquête similaire menée il y a deux semaines, ils n’étaient que 19 sur 62 à évoquer une telle possibilité. Ceci étant dit, une courte majorité des économistes sondés – 33 – pensent qu’il faudra attendre mars avant un début de dénouement du « QE3″. Ce programme, qui passe actuellement par 85 milliards de dollars de rachats d’actifs obligataires par mois, est le principal facteur de hausse de Wall Street depuis le début de l’année. L’élan du marché boursier américain avait été interrompu en mai lorsque Ben Bernanke avait dit qu’une diminution du « QE3″ pouvait intervenir avant la fin de l’année. Les intervenants de marché, qui ne cessent depuis de spéculer sur le calendrier de la Fed, avaient alors estimé qu’une première réduction du « QE3″ serait annoncée en septembre. Mais la Fed avait surpris les investisseurs en maintenant en l’état sa politique monétaire ce mois-là, décision qui a propulsé Wall Street vers de nouveaux sommets dans les semaines qui ont suivi.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol