Archive pour le Tag 'Accès'

Pilule anti-Covid de Merck : accord pour un accès mondial

Pilule anti-Covid de Merck : accord pour un accès mondial

Contrairement aux vaccins complètement soumis aux impératifs financiers des laboratoires et aux politiques géostratégiques des Etats, la pilule antique vide de Metz d’un accord pour permettre un accès mondial facilité . Le MPP (Medicines Patent Pool) a dit avoir signé un accord de licence volontaire avec Merck pour faciliter l’accès mondial à un prix abordable au molnupiravir, le médicament antiviral oral expérimental contre le Covid-19, développé par Merck. Sous réserve de l’approbation des autorités réglementaires, l’accord contribuera à donner un large accès au molnupiravir dans 105 pays à revenu faible ou intermédiaire. Les autorités de réglementation des médicaments des États-Unis et de l’Union européenne ont déjà lancé une évaluation de ce médicament.

Pour un accès universel et gratuit à la vaccination Covid-19

Pour un accès universel et gratuit à la vaccination Covid-19 

 

Deux cents ONG de tous les continents appellent, dans une tribune au « Monde », à la suspension des brevets et à la nationalisation de l’industrie pharmaceutique pour répondre au droit à la santé.

 

Tribune. 

 

Grâce à un énorme effort scientifique basé sur une collaboration internationale et des sommes historiques d’argent public, l’humanité a pu développer plusieurs vaccins efficaces contre le Covid-19 en moins d’un an. Toutefois, cette grande réussite pourrait être totalement éclipsée par la cupidité de l’industrie pharmaceutique, qui met les gouvernements et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sous pression pour éviter la suspension des brevets.

Dans une situation aussi critique que celle que nous vivons, le caractère exceptionnel des mesures exigées de la majorité de la population doit également s’appliquer à l’industrie pharmaceutique privée et à sa soif permanente de profit. La suspension des brevets liés au Covid-19 doit être une priorité et une première étape.

 

Mais nous ne pouvons pas nous arrêter là. Des initiatives telles que Covax ou C-TAP ont échoué lamentablement, non seulement en raison de leur inadéquation, mais surtout parce qu’elles reflètent l’échec du système actuel de gouvernance mondiale par des initiatives où les pays riches et les multinationales, souvent sous la forme de fondations, cherchent à remodeler l’ordre mondial à leur guise.

La philanthropie et les initiatives public-privé en plein essor ne sont pas la solution. Elles le sont encore moins face aux défis planétaires actuels dans un monde dominé par des Etats et des industries guidées par la seule loi du marché et du profit maximum. La crise sanitaire est loin d’être résolue.

 

À l’origine de ce virus, il y a la transformation effrénée de la relation entre l’espèce humaine et la nature. La crise écologique et la crise sanitaire sont intimement liées. Et la même logique néolibérale prédatrice a exacerbé les conséquences des deux en appliquant une gestion privée et concurrentielle de la crise. Le résultat est plus d’inégalités, plus de souffrance et plus de morts au nom des intérêts d’une minorité privilégiée.

Accès aux vaccins : pour une gouvernance mondiale

Accès aux vaccins : pour une gouvernance mondiale

Le nationalisme vaccinal alimente une compétition inique entre les Etats, mais surtout introduit un risque de flambée du prix des vaccins, avertit un collectif international d’anciens ministres de la santé, dans une tribune au « Monde ». Seul un multilatéralisme renforcé, assorti de contraintes politiques, permettra d’aborder avec équité la sortie de crise.

Tribune.

 

La crise sanitaire, et désormais la question de l’accès aux vaccins contre le Covid-19 continuent de creuser les inégalités mondiales. L’immunité collective induite par la vaccination, dans sa dimension universelle, est pourtant au cœur de la stratégie de fin de la pandémie.

Cette phase décisive met une nouvelle fois au jour le contraste immense entre les pays riches et les autres, par les écarts colossaux dans leurs capacités d’intervention selon leur sphère d’appartenance économique. Les collectes de fonds considérables provenant d’Etats puissants, de grosses fondations ou d’acteurs privés ont ainsi permis aux laboratoires de réussir ce pari sans précédent de mettre au point un vaccin dans des délais inédits.

Cette nouvelle donne vaccinale soulève toutefois des questions éthiques majeures, avec l’accentuation de fractures scientifique, médicale, économique, sociale et, de facto, politique.

Scientifique parce qu’il est vital que l’évaluation de ces vaccins réponde aux mêmes exigences de rigueur scientifique, en matière de sécurité et d’efficacité, d’où le rôle crucial de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la procédure de validation et de qualification des vaccins.

Economique parce que la mise à disposition du vaccin contre le Covid-19 dresse deux approches ; d’une part, une logique soutenue par la société civile, qui considère le vaccin comme un bien public mondial, et, d’autre part, celle des industriels, qui poursuivent une logique de marché ; si le prix des vaccins doit naturellement répondre à une logique de retour sur investissement, ce marché, devenu essentiel dans un contexte de crise mondiale, ne doit pas faire de l’objectif de rendement une priorité sur l’objectif de santé publique au regard, notamment, de la grande part d’investissements publics.

Politique, enfin, car la divergence observée récemment entre l’Union européenne et le Royaume-Uni ne se lit pas uniquement à la lumière d’une préférence qu’aurait eue AstraZeneca à livrer les doses d’abord au Royaume-Uni. Elle soulève un enjeu politique et philosophique plus vaste qu’est celui de l’accès équitable à la vaccination, et donc à la protection, à l’échelle du monde.

Alors que 2020 fut l’année de la surenchère sur les masques – débat dont nous pensions avoir tiré les leçons de comportements reptiliens, de réactions du sauve-qui-peut –, les masques artisanaux nous avaient alors sauvés ; les pays en développement, en particulier, avaient montré un exemple éclatant d’agilité dans ce domaine.

 

Accès universités : la régulation par les CRS

Accès universités : la régulation par les CRS

Philippe le Premier ministre qui peine à se faire uen nom dans l’ombre de Macron agite aussi la matraque pour les universités. Il a sûrement pris connaissance des sondages où une majorité de Français approuvent la fermeté de Macron. Certes le blocage des facs n’est sans doute pas une solution, pas même un moyen quand elles sont le fait de militants politisés très minoritaires. Pour autant,  elle n’est pas la réponse à la question du refus d’accès à l’université. Que va-t-on faire des 30 ou 40% des candidats étudiants auxquels on va interdire l’entrée en fac ? Il aurait été plus constructif d’ouvrir une  grande filière apprentissage au lieu de la réduire aux travaux manuels pour les « nuls » comme vient de la faire la ministre de l’éducation. La régulation par les CRS est une mesure appréciée par  les partisan de l’ordre républicain, les réacs, les populistes mais elle ne résout rien. Surtout comme à Tolbiac on a évacué par la force mais qu’on maintiendra fermée jusqu’en septembre.  Ce discours de Philippe qui brosse dans le sens du poil ne le grandit pas même s’il  contient des évidences :

“Chaque fois que des espaces universitaires seront confisqués par de petits groupes radicaux, chaque fois que l’organisation des examens sera ciblée, nous répondrons avec fermeté”, a dit le Premier ministre après avoir reçu des membres de la Conférence des présidents d’université.“Nous ferons le nécessaire pour que les examens puissent se tenir dans de bonnes conditions”, a poursuivi le chef du gouvernement, déplorant que certains puissent “mettre en scène une contestation profondément minoritaire”. Les forces de l’ordre sont intervenues dans plusieurs universités ces derniers jours pour déloger des opposants à la réforme de l’accès à l’université, notamment dans les locaux de la Sorbonne, dans les Ve et XIIIe arrondissements parisiens.

Accés internet : la France en 44ème position

Accés internet : la France en 44ème position

D’après un article de Numerama, au vue des  statistiques compilées par Akamai auprès de centaines de millions d’adresses IP, la France est l’un des pires pays de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) en terme de débits à internet sur les lignes fixes. Surtout, elle ne progresse pas plus vite que les autres pour rattraper son retard.

La société Akamai spécialisée dans la fourniture de serveurs de cache (CDN) a publié son rapport State Of The Internet (.pdf)  pour le quatrième trimestre 2015, qui montre que la France a toujours bien du mal à rattraper son retard en matière de vitesse d’accès à internet.

Au niveau mondial, la France se classe au 44e rang des débits moyens effectivement proposés par les fournisseurs d’accès, et parmi les derniers dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique), telle qu’étudiée par Akamai. (La situation ne s’est pas améliorée en 2017 puisque la France se retrouve 53 ème !).  La société dont les services sont extrêmement répandus mesure les vitesses moyennes de transferts de données, calculées avec l’ensemble des centaines de millions d’adresses IP avec lesquelles elle doit communiquer dans le monde. Selon le tableau ci-dessous, la vitesse moyenne de connexion en France serait de 8,9 Mbps, très loin du champion européen, la Suède, dont les internautes jouissent d’une connexion moyenne de 19,1 Mbps. Si ce n’est l’Italie, aucun des pays de l’Union européenne retenus par Akamai fait pire. Et la géographie n’est pas une excuse, puisque l’Allemagne fait aussi bien mieux (12,9 Mbps), avec un territoire d’étendue et de densité équivalentes. Par ailleurs même si la France progresse, avec un débit moyen qui a augmenté de 26 % en un an, cette progression reste inférieure à celle de nombreux voisins. Sur les 25 pays de la zone EMA listés par Akamai, 17 vont plus vite que la France dans l’augmentation du débit moyen.

Monde Pays Q4 2015 QoQ YoY
Rang Moy. Mbps Variation Variation
2 Suède 19.1 9.3 % 30 %
3 Norvège 18.8 14 % 65 %
5 Pays-Bas 17.0 8.7 % 20 %
8 Suisse 16.7 2.8 % 15 %
9 Finlande 16.6 12 % 37 %
10 Danemark 16.1 15 % 36 %
11 République Tchèque 15.9 9.2 % 29 %
15 Belgique 14.2 11 % 31 %
17 Royaume-Uni 13.9 6.8 % 27 %
19 Roumanie 13.2 0.9 % 14 %
22 Allemagne 12.9 12 % 46 %
23 Irlande 12.8 2.7 % 0.7 %
24 Hongrie 12.6 19 % 45 %
25 Slovaquie 12.5 12 % 53 %
27 Autriche 12.3 8.4 % 26 %
29 Portugal 12.1 14 % 51 %
30 Espagne 12.1 17 % 48 %
32 Israël 11.6 3.8 % 9.2 %
33 Russie 11.6 14 % 30 %
36 Pologne 11.0 3.9 % 25 %
44 France 8.9 9.4 % 26 %
51 Italie 7.4 14 % 33 %
53 Emirats Arabes Unis 6.9 2.2 % 21 %
63 Turquie 6.3 0.8 % 8.9 %
90 Afrique du Sud 4.1 11 % 26 %

Outre le débit moyen par connexion à internet, Akamai mesure également la « moyenne des pics de vitesses de connexion ». Il s’agit, pour chaque adresse IP connue, de retenir la vitesse la plus haute constatée, et de réaliser une moyenne de l’ensemble de ces valeurs. Sur ce tableau, la France fait encore pire, en se classant au 53e rang mondial, avec une moyenne à 43,2 Mbps.Mais cette fois-ci, grâce aux montées en charge de la fibre optique, la moyenne de la France progresse bien plus vite que la plupart des autres pays de la zone EMEA, avec 37 % de progression sur un an. C’est la Roumanie qui est au sommet, avec une vitesse de pic moyenne enregistrée à 73,6 Mbps.

Enfin, il serait faux de prétendre que la France est plus égalitaire que les autres. Car 22 % des foyers français ont encore accès à moins de 4 Mbps, ce qui fait encore d’elle une des pires élèves de la zone EMEA. Quant aux connexions supérieures à 10 Mbps, elles ne concernent que 24 % des Français, très loin derrière les 64 % de néerlandais (petit pays aidant), ou même les 43 % d’Allemands.

Monde Pays  % Moyenne QoQ YoY
Rang   > 10 Mbps Variation Variation
2 Pays-Bas 64 % 8.1 % 16 %
4 Suisse 62 % 2.6 % 10 %
5 Norvège 62 % 15 % 75 %
7 Belgique 61 % 16 % 41 %
8 Danemark 60 % 18 % 36 %
9 Suède 60 % 7.6 % 28 %
11 Finlande 57 % 12 % 45 %
15 Roumanie 53 % -6.8 % -2.7 %
17 République Tchèque 51 % 11 % 24 %
18 Royaume-Uni 50 % 8.6 % 32 %
21 Hongrie 48 % 32 % 73 %
23 Russie 46 % 22 % 58 %
25 Portugal 43 % 16 % 75 %
26 Allemagne 43 % 15 % 79 %
28 Espagne 42 % 23 % 87 %
29 Irlande 41 % 0.9 % 25 %
31 Israël 39 % 5.8 % -4.9 %
32 Autriche 38 % 15 % 43 %
34 Pologne 36 % 5.6 % 37 %
36 Slovaquie 33 % 17 % 64 %
43 France 24 % 16 % 58 %
53 Italie 14 % 50 % 142 %
55 Emirats Arabes Unis 11 % 18 % 24 %
61 Turquie 8.4 % 9.4 % -7.1 %
66 Afrique du Sud 3.8 % 29 % 44 %

Selon le plan France Très Haut Débit (France THD), l’intégralité du territoire doit être couverte en THD (30 Mbps ou plus) d’ici 2022, et 50 % des foyers d’ici… 2017. Pour savoir quels débits sont disponibles près de chez vous, la mission France THD a mis en ligne un Observatoire, qui permet de consulter la cartographie précise des débits accessibles,à par technologies (DSL, câble, fibre optique FttH…).

Elle permet également de suivre les déploiements engagés. Mais on y trouve de véritables déserts, à l’image de la Bretagne (aucun plan référencé), ou de la PACA.

Accès à l’emploi après formation en baisse (Pole emploi)

Accès à l’emploi après formation en baisse (Pole emploi)

On se souvient que le dernier gouvernement avait largement encouragé la mise en formation de chômeurs dans le but sans doute de faciliter leur réinsertion sociale mais tout autant de peser sur les chiffres du chômage. Pour preuve seulement un peu plus de la moitié des chômeurs formés retrouve un emploi. En cause évidemment une croissance trop faiblarde pour peser de manière significative sur les offres d’emploi  mais aussi parfois des formations relativement peu qualifiantes et pas forcément adaptées aux réalités du marché. Pôle emploi a en effet constaté une baisse sensible des taux d’accès à l’emploi après une formation, selon des chiffres consultés jeudi par l’AFP, une tendance qui coïncide avec la mise en place du plan de 500.000 formations supplémentaires pour les demandeurs d’emploi. Entre janvier et mai 2017, six mois après une formation financée ou rémunérée par Pôle emploi, 54,9% des bénéficiaires ont accédé à un emploi, 28,3% à un emploi durable (CDI ou contrat de plus de six mois), selon un tableau de bord présenté mercredi au conseil d’administration de l’opérateur. Ces taux sont respectivement en baisse de 3,5 et 2,1 points sur un an.

Immobilier accès à la propriété : des inégalités

Immobilier accès à la propriété : des inégalités

 

Une récente étude démontrée que les jeunes considéraient qu’ils vivaient moins bien que leurs parents. Un sentiment contestable au regard des chiffres car en moyenne sur longue période les revenus n’ont cessé d’augmenter même s’il faut prendre en compte la question dramatique du chômage. Par contre certaines inégalités ont effectivement progressé notamment en ce qui concerne l’accès à la propriété pour les ménages les ménages modestes. En cause pas tellement l’évolution des revenus qui ont augmenté en moyenne sur longue période mais surtout la flambée des prix, flambée des prix qui a pratiquement fait doubler le prix des logements. Du coup nombre de foyers modestes ne présentent  pas les critères de solvabilité nécessaires pour emprunter. La bulle immobilière est donc surtout subie par les ménages les moins favorisés. Les inégalités s’accroissent donc depuis quarante ans dans l’accès à la propriété, constate une étude, soulignant que la part de propriétaires a été divisée par deux de 1988 à 2013 parmi les 25 à 44 ans les plus modestes.  »Alors que l’accès à la propriété des plus modestes s’est détérioré depuis la fin des années 1980, il s’améliore depuis quarante ans pour les plus aisés », observe la Direction de la recherche, des études, évaluations et statistiques (Drees) dans une note mise en ligne vendredi dernier. En 1973, parmi les « jeunes ménages » (25 à 44 ans) les plus modestes, environ un sur trois (34%) était propriétaire. Quarante ans plus tard, ils n’étaient plus que 16%. En parallèle, la part des propriétaires s’est accrue au sein des jeunes ménages les plus aisés: ils étaient 66%, soit les deux tiers en 2013, contre 43% en 1973. Et si l’on prend la période allant de 1988 à 2013, la part de propriétaires a été divisée par deux parmi les 25 à 44 ans les plus modestes. Ainsi, « la stabilité globale du taux moyen de jeunes propriétaires depuis les années 1990, autour de 45% de la classe d’âge, masque une tendance de long terme fortement inégalitaire », souligne la Drees.

(Avec AFP)

Accès à la cantine pour tous en primaire :qui va payer ?

Accès à la cantine pour tous en  primaire :qui va payer ?

 

Une mesure sociale évidente car il était indigne de refuser des enfants à la cantine dans le primaire. Mais encore uen mesure non financée puisqu’il est seulement prévu que le coût qui pourrait en résulter sera compensé par la dotation globale. Or cette dotation globale doit diminuer. Autrement dit la fiscalité locale va augmenter ( même si les enjeux financiers de cette mesure  ne sosnt pas dramatiques). C’est un peu comme les travaux d’activités périscolaires, votés par le parlement mais financé par les communes.   Les députés français ont adopté en première lecture jeudi une proposition de loi qui vise à garantir le droit d’accès à la restauration scolaire, les cantines, pour tous les enfants scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires. Tous les groupes, à l’exception de l’UMP qui a qualifié ce texte « d’affichage », ont voté cette proposition de loi présentée par le groupe des radicaux de gauche. « L’inscription à la cantine des écoles primaires, lorsque ce service existe, est un droit pour tous les enfants scolarisés. Il ne peut être établi aucune discrimination selon la situation de famille », dispose le texte. Certaines communes, pour des raisons diverses comme la situation familiale ou le lieu de résidence, interdisent l’accès d’enfants à leurs cantines alors que les jurisprudences condamnent toutes les discriminations. Six millions d’élèves, la moitié des écoliers et les deux tiers des collégiens et lycéens, sont inscrits dans les cantines. Quelque 400 millions de repas sont servis chaque année dans les écoles pour un coût moyen de 7 euros facturé aux parents en moyenne à hauteur de 2,5 à 3 euros. Six cents millions de repas sont servis dans les collèges et lycées pour un coût par repas d’environ 9 euros facturé en moyenne de 3,5 à 4 euros.  Le coût est évalué à près de 1,5 milliard d’euros pour les communes et à 3,5 milliards d’euros pour les départements et les régions. La proposition de loi prévoit une compensation financière, notamment par le biais de la dotation globale de fonctionnement, pour les charges qui pourraient résulter pour les communes de ce droit obligatoire à l’accès.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol