Archive pour le Tag 'accélérer'

Plans de relance : Lagarde veut accélérer le compromis

Plans de relance : Lagarde veut accélérer le compromis

 

Pour redonner un peu d’optimisme aux acteurs économiques qui constatent que la reprise n’a pas vraiment lieu en fin d’année et même que certains pays vont retomber en récession (la France notamment), Christine Lagarde la présidente de la Banque centrale européenne, tente de répandre un vent d’optimisme en indiquant que la banque centrale européenne pourrait prendre de nouveaux moyens soutenir l’activité. Il n’est cependant pas certain qu’elle soit soutenue sur ce dernier point par la totalité des Etats dans la mesure où les perspectives de croissance sont assez différentes selon les pays (certains pays se trouveront en récession mais d’autres non au quatrième trimestre);  l’Allemagne- dont la croissance redémarre grâce aux exportations– a déjà fait savoir par la voix du président de la Bundesbank qu’elle n’était pas favorable à une nouvelle phase accommodant de la politique monétaire.

Par ailleurs Christine Lagarde semble disposée à accélérer le compromis pour que le plan européen de 750 milliards d’euros se développe. Or il y a certaines contreparties que des Etats comme la Pologne et la Hongrie contestent. Sur ce point les exigences européennes pourraient s’atténuer en raison de l’urgence et de la nécessité de ce plan.

Le plan a besoin de l’accord unanime des pays et pourrait être bloqué par un ou deux pays.

Accélérer le développement de l’hydrogène

Accélérer le développement de l’hydrogène

Philippe Boucly, Président de l’AFHYPAC (*) milite pour le développement d’une technologie dans laquelle la France peut prendre une part significative ( opinion dans la Tribune)

 

« Les municipalités et intercommunalités prennent conscience de l’intérêt de l’hydrogène pour répondre aux problématiques de leurs territoires : décarbonation des transports, qualité de l’air, transition énergétique, développement économique ou reconversion industrielle. Avec l’appui des Régions, désormais toutes engagées avec des feuilles de route dédiées, elles s’associent aux industriels pour déployer des projets au sein d’écosystèmes structurants. À la suite du Plan national hydrogène, l’État s’apprête à retenir l’hydrogène parmi les priorités industrielles de son Pacte productif 2025.

Ce choix est stratégique : l’hydrogène peut en effet répondre aux enjeux de décarbonation et d’intégration des énergies renouvelables au sein d’un même territoire. Nos industries consomment aujourd’hui de grandes quantités d’hydrogène produit à partir d’énergies fossiles. Avec des électrolyseurs, il est possible de fournir un hydrogène décarboné produit à partir d’électricité renouvelable ou bas carbone évitant ainsi près de 5 millions de tonnes de CO2 chaque année. L’objectif est désormais inscrit dans la loi : 20 à 40 % d’hydrogène renouvelable et bas carbone en 2030.

Côté mobilité, l’hydrogène est une solution zéro émission particulièrement adaptée aux usages intensifs, de longue distance et nécessitant une forte autonomie. Des premiers bus à hydrogène ont été déployés en 2019, bientôt suivis par des centaines d’autres dans nos métropoles et agglomérations. En plus des camions, des véhicules utilitaires ou des bennes à ordures ménagères, la mobilité hydrogène s’avère pertinente pour le transport ferroviaire, fluvial et maritime.

Enfin, l’hydrogène est une solution de stockage et donc d’intégration des énergies renouvelables, ce qui présente de forts potentiels immédiats pour les territoires insulaires. Injecté en mélange, il peut également être un vecteur supplémentaire de décarbonation du gaz de réseau.

Les conditions pour son développement sont réunies : un engagement politique au plus haut niveau, un cadre législatif en cours d’adaptation, la baisse du coût de l’électricité issue des renouvelables et des technologies hydrogène sont autant d’atouts pour développer ses usages dans l’industrie, la mobilité et les réseaux d’énergie.

La filière doit maintenant relever le défi de l’industrialisation et de la massification des projets. Ce passage à l’échelle pourra se réaliser grâce à une meilleure coordination de l’offre et de la demande, appuyée sur les spécificités des territoires.

Avec le levier de la commande publique, les municipalités et intercommunalités peuvent jouer un rôle central dans la réalisation d’économies d’échelle.

La dynamique est aujourd’hui engagée, mais le déploiement doit s’accélérer. Les équipes qui prendront demain les rênes des villes et agglomérations pour les 6 prochaines années doivent pleinement se mobiliser aux côtés de l’État, des Régions et des industriels pour garantir la réussite d’une filière nationale verte et compétitive et ainsi contribuer à une transition durable et inclusive.

______

(*) Réunissant plus de 160 membres, l’Association Française pour l’Hydrogène et les Piles à Combustible (AFHYPAC) fédère les acteurs de la filière française de l’hydrogène.

Poste : une mutation parfois nécessaire mais qui va accélérer la désertification

Poste : une mutation parfois nécessaire mais qui va accélérer la désertification

 

Remise en cause des délais l’acheminement du courrier (notamment du principe J +1), évolution des prestations, remise en cause des conditions d’utilisation du livret A et surtout réduction du maillage de bureaux de poste remplacés par des  points situés notamment dans des commerces. Telles sont les plus orientations qui pourraient figurer dans prochain le contrat d’entreprise pour la période 2018-2022 qui demande notamment au groupe public d’accélérer sa mue, selon Le Monde.  La mesure la plus critiquée concernera sans doute la suppression de nombreux bureaux de poste souvent le dernier service public à exister dans des communes rurales. Certes on comprend que des adaptations soient nécessaires mais il n’y a pas de véritable urgence car la situation financière de l’entreprise est bonne comme en témoigne le dernier bilan financier sur les six premiers mois de l’année.

Croissance modérée du chiffre d’affaires

Croissance du résultat d’exploitation soutenue par des éléments exceptionnels (+11,2% hors exceptionnels1)

Comptes consolidés du Groupe pour le premier semestre 2016.

  • Produits opérationnels : 11 770 millions d’euros en croissance de 2,7%
  • Résultat d’exploitation2 : 852 millions d’euros, en croissance de 38,3%, +11,2% hors éléments exceptionnels1
  • Résultat net part du Groupe : 675 millions d’euros, en croissance de 59,4%, +28,5% hors éléments exceptionnels1
  • Indicateur de santé économique3 de 70 millions d’euros (401 millions d’euros au premier semestre 2015)
  • Dette nette4 de 3 737 millions d’euros, en augmentation de 80 millions d’euros depuis le 31 décembre 2015
  • Structure financière saine avec un ratio dette nette4 / capitaux propres en amélioration à 0,36 (0,38 au 31 décembre 2015)

En perpétuelle mutation depuis l’avènement d’internet et la chute du courrier (-18% entre 2013 et 2016, de 14 à 11 milliards d’objets) La Poste est cependant invitée à accélérer sa mue. Le groupe public devra voter le 16 décembre prochain, le contrat quinquennal avec l’État pour la période 2018-2022. Et clairement, selon des extraits du projet diffusé par Le Monde, La Poste va encore devoir aller plus loin dans sa mutation. Le groupe est notamment invité à augmenter les partenariats pour conserver un maillage d’au moins 17.000 points de contact en France. Mais des points de contas qui n’offriront pas touts les mêmes prestations.  Actuellement, le groupe public en compte 17.111, permettant ainsi à 97% de la population d’y accéder en parcourant moins de 5 km. Mais pour tenir cet objectif inscrit dans la loi, le groupe dirigé par Philippe Wahl, a eu recours à des partenariats avec des commerçants ou des mairies. Le contrat propose ainsi de réfléchir à « de nouveaux types de partenariats », avec les gares ou encore les offices de tourisme. La Poste est également invitée à « rechercher de nouvelles formes de présence postale dans les zones confrontées à l’exclusion sociale », et dans les villes de moins de 10.000 habitants.

Profiter de la reprise pour accélérer les réformes (Bruxelles)

Profiter de la reprise pour accélérer les réformes (Bruxelles)

La commission européenne n’a pas attendu longtemps pour faire les recommandations utiles à la France suite au meilleur résultat économique du premier trimestre. Sans doute la crainte de voir la France s’endormir encore ou pire replonger dans le laxisme budgétaire. La commission souligne notamment l’urgence qu’il y a à se préoccuper de la fiscalité sur l’outil de production et des déficits des caisses de retraite.  « Il est essentiel que le gouvernement français (…) profite de l’amélioration de la situation économique pour poursuivre la mise en œuvre de son programme de réformes », a déclaré Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission chargée de l’euro, lors d’une conférence de presse. Dans ses recommandations annuelles de politique économique présentées mercredi, la Commission demande à la France d’assurer le redressement de ses finances publiques, en mettant en avant la nécessité d’équilibrer les comptes de retraites, notamment les retraites complémentaires. Elle recommande au pays de réformer son système de fixation des salaires afin qu’ils évoluent en fonction de la productivité et de prendre garde à ce que les hausses du salaire minimum soient compatibles avec la promotion de l’emploi et de la compétitivité. La Commission invite les autorités à modifier d’ici fin 2015 les seuils sociaux concernant les entreprises pour éviter leurs effets négatifs et à ouvrir davantage de professions réglementées, notamment dans le domaine de la santé. Elle recommande en outre à la France de simplifier sa fiscalité, en supprimant les niches fiscales inefficaces et les petites taxes à faible rendement, et de favoriser l’investissement en réduisant les prélèvements sur la production et l’impôt sur les sociétés. Pour améliorer le fonctionnement du marché du travail, les autorités devraient réformer le code du travail afin de rendre les contrats à durée indéterminées plus attractifs, estime la Commission, et donner plus de place aux accords de branches et d’entreprises, notamment sur le temps de travail. U rappel à l’ordre en quelque sorte pour un pays qui risque de retomber vite dans la démagogie électorale avec l’échéance de  2017.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol