Archive pour le Tag 'Abidjan'

Fusillades en Côte d’Ivoire, dont Abidjan

Fusillades en Côte d’Ivoire, dont Abidjan

Une révolte de militaires de base qui s’estiment mal payés. Evidemment un événement qui va ternir l’image d’’unn pays que Ouattara tente de redresser depuis le départ de Gbagbo. Un événement qui rappelle quand même le  coup d’État de 1999 quand une mutinerie pour les mêmes raisons avait renversé  Henri Konan. Depuis  la situation a connu de nombreux soubresauts avant de retrouver le calme aussi le développement mais toujours sur fond de débat autour de l’ivoirité. Dernier événement en date la modification de la constitution relative à cette question.  Des fusillades ont donc été signalées dans plusieurs villes de Côte d’Ivoire samedi, y compris dans une caserne d’Abidjan, la capitale économique du pays, alors que des militaires se sont mutinés pour demander une revalorisation de leur solde ainsi que le paiement de primes. Des soldats se sont emparés vendredi de Bouaké, la deuxième ville de Côte d’Ivoire, et la contestation s’est propagée à au moins quatre autres localités tandis que le gouvernement tente de jouer la carte de l’apaisement. Le ministre de la Défense, Alain-Richard Donwahi, s’est rendu samedi à Bouaké pour rencontrer les chefs des mutins, qu’il a une nouvelle fois promis d’écouter pour « trouver une solution ». Dans le même temps, les forces loyalistes se sont déployées à Abidjan. Un journaliste de Reuters a notamment vu soldats de la Garde présidentielle prendre position sur deux des trois ponts qui enjambent le lagon séparant le nord et le sud de la ville. Des coups de feu nourris ont été entendus dans la nuit à Khorogo dans le nord et à Bouaké samedi matin. Des fusillades ont également été signalées à Man dans l’ouest, à Touleupleu et à Abidjan où sont situés les administrations et le parlement. Un journaliste de Reuters qui s’est rendu à Bouaké et a pu rencontrer certains mutins a précisé que la plupart étaient des soldats du rang ainsi que des combattants démobilisés. La majorité semblait être d’anciens membres des Forces nouvelles, mouvement qui avait mené une rébellion et fait de Bouaké sa capitale de fait de 2002 jusqu’à la fin de la guerre civile en 2011. Le président Alassane Ouattara a tenu une réunion de crise vendredi soir avec le ministre de la Défense et les responsables des forces armées. Dans un communiqué lu à la télévision nationale, le ministre de la Défense a appelé les soldats « à garder leur calme et à rentrer dans les casernes en vue de permettre la recherche de solutions durables ». « Nous allons discuter avec nos hommes, recueillir leurs préoccupations et trouver des solutions à cette situation », a-t-il ajouté à l’issue de la réunion d’urgence. Il a estimé que la révolte était « compréhensible mais déplorable. Déplorable pour l’image de notre pays et pour le travail qui a été fait par le Président de la République depuis la sortie de crise ».

(Avec Reuters)

Croissance et aménagement du port à Abidjan

Croissance et aménagement du port à Abidjan

 

La Côte d’Ivoire a choisi un consortium regroupant Bolloré, Bouygues et le danois Maersk pour la gestion d’un nouveau terminal de conteneurs, a déclaré samedi un responsable de l’une des sociétés. Le pays veut ouvrir un deuxième terminal de conteneurs à Abidjan pour récupérer le terrain perdu face à la concurrence durant une crise politique qui dura une dizaine d’années. « Ce nouveau projet de terminal renforcera les infrastructures d’Abidjan pour le bien du pays et de sa population », a déclaré dans un communiqué Peder Sondegaard, directeur général pour l’Afrique et le Proche-Orient de la filiale APM Terminals de Maersk. Le nouveau terminal représentera un investissement de 300 milliards de francs CFA (457,35 millions d’euros) pour une concession de 21 ans, lit-on dans le communiqué. L’économie ivoirienne a repris le chemin de la croissance grâce à de lourds investissements pour remettre en état les infrastructures. La croissance a dépassé 8,5% en 2012, selon le Fonds monétaire international (FMI), après une contraction de 4,7% l’année précédente. Bolloré Africa Logistics, filiale de Bolloré, est propriétaire de la concession du terminal existant depuis 2004 et compte en doubler la capacité d’ici 2015.

 

Cacao : première conférence mondiale à Abidjan

Cacao :  première conférence mondiale à Abidjan

« Le défi auquel est confrontée une économie cacaoyère durable est celui de la consommation, qui appelle une transformation durable, elle-même fondée sur une production durable du cacao », a déclaré le président ivoirien Alassane Ouattara à l’ouverture.  Selon lui, la conférence doit « trouver des pistes de solutions » pour répondre à la demande sans cesse croissante des « pays émergents, notamment la Chine ». A; Ouattara’a cependant pas évoqué le désintérêt des producteurs  pour la filière du fait de la corruption généralisée depuis des annéeés  dans la filière. en Côte dIvoire (premier productuer mondial).  Plus de 1.200 participants, dont de nombreux industriels (négociants, chocolatiers) mais aussi des représentants des producteurs et des experts, se réunissent jusqu’à vendredi pour cette grand-messe organisée par l’Organisation internationale du cacao (ICCO) et la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial.  Selon l’ICCO, dont le siège est à Londres, le gotha de la filière doit s’entendre sur un « agenda mondial » et un plan d’action.  Les industriels s’inquiètent d’un possible déficit de l’offre par rapport à la demande dans les années à venir, ce qui pourrait faire bondir les cours, alors que l’appétit pour le chocolat reste fort en Europe et en Amérique du Nord – les deux plus grands débouchés – et ne cesse de s’aiguiser dans les pays émergents, Brésil, Inde et Chine en tête.  Cette « rencontre historique » est « devenue impérative car de lourdes menaces pèsent sur la durabilité du secteur mondial du cacao », a affirmé le directeur exécutif de l’ICCO, Jean-Marc Anga.   »Si nous ne prenons pas les mesures qui s’imposent, dans quelques années le chocolat risque d’être un produit de luxe et nous entamerons un déclin du secteur cacaoyer qui pourrait durer sur plusieurs générations », a-t-il alerté.  L’amélioration de la qualité et de la productivité, le vieillissement des vergers et la concurrence d’autres cultures comme l’hévéa et le palmier à huile, qui attirent de nombreux cultivateurs de cacao vivant dans la pauvreté, sont aussi de grands défis pour la filière.  La Côte d’Ivoire, qui a restauré cette année un système de prix garanti pour tenter de protéger ses producteurs, représente à elle seule 35,6% de la production mondiale de cacao avec 1,41 million de tonnes, sur les 3,962 millions de tonnes attendues pour la récolte 2011-2012, devant le Ghana (21,7%) et l’Indonésie (12,1%).  L’Afrique représente 70,3% de la production mondiale, devant l’Amérique latine (15,4%) et l’Asie-Océanie (14,3%).  Notamment affectée par un fort harmattan (vent très sec venant du Sahara) – qui a eu un fort impact sur les plantations ivoiriennes en début d’année -, la production mondiale devrait selon l’ICCO avoir reculé de 8,1% par rapport à la récolte record enregistrée en 2010-2011.  Du coup, les prix ont grimpé de 40% à Londres et New York, les deux places financières sur lesquelles le cacao est négocié, entre fin décembre 2011 et début septembre 2012, avant de perdre de leur élan ces deux derniers mois.  Pour la Côte d’Ivoire, qui attend un nouveau gouvernement cette semaine après la dissolution du précédent cabinet en raison de dissensions dans la coalition au pouvoir, les grands événements comme la conférence sur le cacao marquent son retour sur la scène internationale.  Le pays a traversé une décennie de tourmente ayant abouti à la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait environ 3.000 morts.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol