Archive pour le Tag 'Abattoirs'

Abattoirs AIM : 600 emplois menacés

Abattoirs AIM : 600 emplois menacés

Victimes notamment de la guerre des porcs importés (en particulier d’Allemagne qui utilise la main d’oeuvre à bas couts de Bulgarie et de Roumanie), les abattoirs AIM risquent de fermer. Les abattoirs AIM déposeront en effet le bilan début janvier, a indiqué mardi à l’AFP la direction de la société. L’entreprise compte près de 600 emplois, pour la plupart sur des sites de la Manche mais aussi à Antrain, en Ille-et-Vilaine.   »Il y a eu ce matin un comité central d’entreprise informel au cours duquel la direction a fait part des difficultés de l’entreprise, qui est confrontée depuis 2012 à des difficultés économiques et financières », a précisé une porte-parole de la société.  Face à « une impasse de trésorerie », AIM ne pourra verser mercredi, veille de Noël, que la moitié des salaires de décembre, le solde devant être versé début janvier grâce à l’association de garantie des salaires, a-t-elle ajouté. La prochaine étape sera d’informer le CCE le 2 janvier et de demander la protection du tribunal de commerce, a-t-elle expliqué.   »Sous l’égide du tribunal de commerce, on pourra trouver des solutions pour la poursuite de l’activité, le but étant de s’adosser à des partenaires industriels ou financiers », a poursuivi la représentante de la direction.  AIM a abattu en 2013 81.000 têtes de bétail, des porcs à 81%. Le chiffre d’affaires s’élève à 53 millions d’euros. La société emploie au total 591 salariés, dont 373 dans la Manche, à Sainte-Cécile et à Villedieu-les-Poêles, et 179 à Antrain.

 

Abattoirs Gad: 1.000 emplois menacés

Abattoirs Gad: 1.000 emplois menacés

Cette fois ce pourrait être la liquidation totale des  abattoirs GAD.  Après 800 suppressions de postes l’an dernier, les abattoirs bretons pourraient disparaître. En cause, la compétitivité menacée par les importations notamment des pays de l’Est, aussi, comme toutes les activités françaises, par la fiscalité. La direction l’a annoncé cette semaine lors d’un comité d’entreprise. L’embargo russe sur la viande renforce les difficultés du groupe. Plusieurs centaines de salariés des abattoirs de porcs Gad de Josselin, dans le Morbihan, ont manifesté, samedi 9 août, à Lorient après l’annonce par la direction, mercredi, en comité centrale d’entreprise de son intention de demander au tribunal de commerce l’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire. La direction a justifié sa décision par « des problèmes de trésorerie », a indiqué à l’AFP le représentant de la CFDT chez Gad, Patrick Piguel. A court terme, l’entreprise fait face aussi, selon le syndicaliste, au remboursement d’une échéance d’une dette, s’élevant à 4,5 millions d’euros à payer le 10 octobre. A cela s’ajoutent les difficultés de la filière porcine avec les possibles conséquences du récent embargo russe sur les importations de porcs, a-t-il dit.  Gad avait été placé en redressement judiciaire en février 2013. Huit mois plus tard, le tribunal de commerce de Rennes avait validé le plan de continuation, entérinant la suppression de près de 900 emplois, principalement sur le second abattoir de l’entreprise, situé à Lampaul-Guimiliau, dans le Finistère. L’activité avait donc été recentrée à Josselin. Des négociations sont en cours depuis des mois avec Intermarché, le seul groupe s’étant manifesté pour reprendre l’abattoir. Un autre projet de reprise de l’abattoir finistérien a été élaboré par sept anciens cadres.  Mais les porteurs du projet ont jusque-là fait face au refus de la CECAB, actionnaire majoritaire de Gad et propriétaire du site, de céder ou louer les locaux.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol