Archive pour le Tag 'à'

Page 322 sur 324

Hollande à Dijon : pas d’enthousiasme

Hollande à Dijon : pas d’enthousiasme

 

A droite, l’ex-Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin a fustigé ce déplacement, estimant que « ce qui est très important aujourd’hui, c’est de répondre à la question des Français +où va notre économie?+ ». « On n’a pas de croissance, les déficits augmentent, la croissance n’est pas là, (…) et on voit, a-t-il dit, le président qui nous fait une jolie opération de communication ».   »François Hollande ne peut dire que le contraire de ce qu’il disait avant d’être président- il niait la crise – là il essaie de trouver le prétexte de la crise pour justifier tous les mécontentements », a renchéri Michèle Alliot-Marie.  Le chef de l’Etat a en tout cas pu mesurer l’attente et parfois les frustrations des Français, en visitant un quartier populaire, « les Grésilles », exemple de rénovation urbaine, mais où le taux de chômage culmine à 32%.  Pas d’effervescence pour l’accueillir, beaucoup de doléances d’habitants en difficulté et même quelques cris de colère. M. Hollande a ainsi été pris à partie par trois personnes qui lui ont demandé sans aménité où en étaient « ses promesses » avant d’être écartées sans ménagement par le service d’ordre. « On aurait préféré que ce premier déplacement se passe plus calmement (…) les consignes seront plus explicites à l’avenir pour éviter ces excès de zèle », a-t-on concédé dans l’entourage du président. En tous cas, a ajouté un autre, « malgré ses désagréments, on ne change pas de communication ».  En fin d’après-midi, plusieurs centaines de personnes opposées au mariage homosexuel ont participé à un rassemblement contenu par les forces de l’ordre pour les empêcher d’approcher de la préfecture.   »Je suis dans ce déplacement pour constater ce qui marche, ce qui avance mais pour entendre aussi les impatiences, les interrogations, les inquiétudes », a reconnu M. Hollande auprès de la presse, à l’issue d’une visite d’entreprise, Oncodesign, en pointe dans la recherche de médicaments anticancéreux.  Lançant « un appel à la mobilisation », il a souligné que « la politique du gouvernement de Jean-Marc Ayrault a des instruments qui nous permettront à la fin de l’année d’atteindre nos objectifs ». Il a réaffirmé dans la foulée celui « d’inverser la courbe du chômage » à la fin de l’année et d’arriver à 100.000 contrats emplois d’avenir, fin 2013, alors que pour l’heure 10.000 ont été signés.  François Rebsamen, chef de file des sénateurs socialistes, a pour sa part mis l’accent sur la nécessité de « donner du sens à l’action de l’exécutif », critiquant une certaine cacophonie au gouvernement, brocardée par l’opposition et de plus en plus mal ressentie dans la majorité. « Les ministres ne doivent pas annoncer des choses contradictoires les uns les autres. Il doit y avoir une cohérence renforcée sous l’autorité du Premier ministre », a insisté le maire de Dijon dont le nom circulait en 2012 pour le ministère de l’Intérieur, finalement attribué à Manuel Valls.   »J’appelle l’ensemble de la gauche à faire pack autour du président et, comme lui, aller partout expliquer le sens de cette politique pour redresser notre pays », a pour sa part lancé le premier secrétaire du PS Harlem Désir lundi matin sur BFMTV et RMC.  Alors que Jean-Marc Ayrault tentera mardi de rassurer les élus locaux en leur proposant un « pacte de confiance et de responsabilité », le président devrait lui aussi faire de la câlinothérapie auprès des représentants des collectivités locales, fortement mises à contribution pour la réduction des déficits. Mardi, il rencontrera ainsi des élus ruraux de Côte d’Or.  M. Hollande a achevé la journée par « un dîner républicain » auquel étaient conviés les parlementaires du département (5 députés, 3 sénateurs) toutes couleurs politiques confondues.

 

Chômage : + 0,3 point au 4e trimestre à 10.6%

Chômage : + 0,3 point au 4e trimestre à 10.6%

En moyenne sur le quatrième trimestre 2012, le taux de chômage au sens du BIT s’établit à 10,6 % de la population active en France avec les DOM, selon les chiffres de l’Insee. Pour la France métropolitaine, avec 2,9 millions de personnes au chômage, le taux de chômage s’élève à 10,2 %. Il est en hausse de 0,3 point par rapport au troisième trimestre 2012 (chiffre non révisé). Sur un an, la hausse est de 0,8 point, elle atteint 3,4 points pour les jeunes de 15-24 ans.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Contassot (vert-EELV) à Montebourg « ouvrir les narines »

Contassot (vert-EELV) à Montebourg «  ouvrir les narines »

 

Le conseiller de Paris EELV Yves Contassot reprend mot pour mot l’argumentaire de Placé (Sénateur vert) et  a invité lundi le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg à « ouvrir les yeux et ses narines » pour prendre la mesure de la « catastrophe sanitaire » et « économique » que représente selon lui le diesel. « Je pense qu’Arnaud Montebourg devrait de temps en temps ouvrir les yeux et ses narines pour savoir un peu ce qui se passe. On est au énième jour d’affilée de pollution à Paris, qui sont liés aux particules fines qui sont émises notamment par le diesel », a déclaré M. Contassot, invité du « Lundi politique » de France Bleu 107.1/le quotidien Metro. « Arnaud Montebourg c’est l’homme des grandes formules, mais ce n’est pas quelqu’un de très sérieux sur ces questions-là », a-t-il ajouté. Selon Yves Contassot, « il faut sortir du bonus donné au diesel, qui est une catastrophe sanitaire mais aussi du point de vue économique. La France est obligée d’importer du diesel parce qu’elle n’en fabrique plus, alors qu’on fabrique de l’essence dont on ne sait pas quoi faire ». Il faiat donc l’impasse sur la baisse de la valeur du parc, sur la mutation de l’appareil de production français dans l’automobile et sur les conséquences sur la consommation et la croissance. (Aussi sur les transports collectifs).

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Retraite à 62 ans dès 2015 ?

Retraite à 62 ans dès 2015 ?

Le député PS Jean-Marie Le Guen préconise de passer à la retraite à 62 ans dès 2015, alors que la réforme Sarkozy-Fillon prévoit un relèvement progressif – à raison de quatre mois par an – de l’âge de départ. Dans une interview au Figaro lundi, l’élu de Paris et adjoint de Bertrand Delanoë déclare : « d’ores et déjà, nous savons que les réformes engagées sous François Fillon sont défaillantes puisqu’elles n’assurent le financement ni à court terme ni à moyen terme de nos retraites ». Il distingue « l’urgent de l’important ». L’urgent, « ce sont les besoins de financement à court

 

Dassault : système mafieux à Corbeil ?

Dassault : système mafieux à Corbeil ?

 

En janvier, un homme de 33 ans est victime d’une tentative d’homicide, il est blessé par balles, il s’en sort avec un poumon perforé. Devant les enquêteurs, il accuse un agent électoral de l’ex-maire de Corbeil Serge Dassault. C’est raconté en détail dans le Canard Enchaîné qui précise que Serge Dassault connaît le tireur présumé depuis une vingtaine d’années, un certain Younès,   présenté comme l’homme à tout faire des campagnes électorales de Dassault à Corbeil.  Dans le Parisien, sa victime accuse ce Younès d’avoir été au centre d’un système mafieux mis en place par la mairie de Corbeil, notamment pour acheter des voix pour les élections. C’est parce que des promesses n’auraient pas été tenues, parce que de l’argent se serait évaporé, que ces magouilles se seraient terminées en règlement de comptes entre seconds couteaux. Dernier détail révélé par le Canard puis le Parisien : il existe des vidéos de responsables de la mairie et de Serge Dassault lui-même filmés par des habitants de Corbeil. Des habitants furieux de ne pas avoir reçu l’argent qui leur aurait été promis par le camp Dassault aux municipales de 2010.  Vidéos accablantes selon le Parisien et dont une copie est aux mains des enquêteurs. Serge Dassault y évoquerait la somme d’1 million 700 000 euros remise au fameux Younès. Serge Dassault qu’on entend sur la vidéo répondre à une question que si Younès n’a pas redistribué l’argent, il n’y peut rien. Ce Younès qui s’est évaporé d’ailleurs depuis la tentative de meurtre dont il est accusé.  Le Parisien cite aussi des textos envoyés de l’ancien portable de Serge Dassault à un habitant, un habitant qui prétend avoir été chargé d’acheter les voix de tout un quartier en organisant des réunions dans les appartements. Même le budget était précisé dans ces textos : pas plus de 60 000 euros distribués à l’assistance dans chaque appartement. Du côté de la mairie de Corbeil, démenti en bloc, on parle de « mythomanes » et de tentatives de chantage ou d’extorsion de fonds visant Serge Dassault. Dans cette ambiance irrespirable à Corbeil, plusieurs enquêtes sont en cours pour faire la lumière sur toutes ces accusations et débrouiller ce polar politique dont parle le Canard Enchaîné.

Free condamné à payer 25 millions à Bouygues pour avoir dénoncé le manque de concurrence !

.

Free condamné à payer 25 millions à Bouygues pour avoir dénoncé le manque de concurrence !

Le juge a rendu son verdict dans la plainte de Bouygues Telecom  contre Free pour «dénigrement et concurrence déloyale». Cette assignation «répond à une campagne de dénigrement lancée par Free lors de son lancement commercial» avait à l’époque expliqué la porte-parole de Bouygues Telecom.  Lors de la conférence de lancement de Free Mobile avec des tarifs défiant toute concurrence, Xavier Niel, fondateur du groupe, avait fait diffuser un petit film parodique, moquant les dirigeants des opérateurs concurrents. Il avait également utilisé des termes tels que «pigeons» ou «vaches à lait» pour qualifier les clients des trois opérateurs existants.

 

Bruxelles : PIB à 0.1% et déficit à 3.7%pour la France

Bruxelles : PIB à 0.1% et déficit à 3.7%pour la France

C’est sur RMC que le ministre de l’agriculture prend connaissance des prévisions de Bruxelles pour la France. Invité sur BFMTV vendredi matin, le ministre de l’Agriculture a découvert les chiffres de prévision de Bruxelles pour la France en 2013. 0,1% de croissance, 3,7% de déficit. (Déficit très théorique car faudrait-il encore réaliser les économies prévues, ce qui politiquement et surtout économiquement peu probables) 2013 : 0.1% de croissance pour la France, déficit : 3,7″. Le ministre de l’Agriculture Stéphane le Foll a découvert, vendredi matin sur BFMTV et RMC, les chiffres de prévision de Bruxelles pour la France. « Ah bon ? Ils ont été donnés là ? ». Oui. « (Soupir) Bon. J’ai l’information, je ne peux pas être surpris. Depuis quelques jours, on le sait pour une raison très simple c’est qu’en 2012 le constat de croissance est à zéro. En, conséquence la capacité à avoir un excès de croissance pour 2013 était extrêmement faible », a-t-il ajouté, un peu dépité.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Goodyear : le patron de Titan fait la leçon à Montebourg

Goodyear : le patron de  Titan fait la leçon à Montebourg

 

Un lettre en forme de leçon pour Montebourg par le patron de Titan, éventuel repreneur de GoodYear Amiens ;la  lettre datée du 8 février est adressée à Arnaud Montebourg et dit répondre à un courrier du 31 janvier du ministre demandant à l’américain Titan d’entamer des discussions pour une reprise de l’usine d’Amiens menacée de fermeture. « Goodyear a essayé pendant plus de quatre ans de sauver une partie des emplois à Amiens, qui sont parmi les mieux payés, mais les syndicats et le gouvernement français n’ont fait rien d’autre que de discuter », écrit le PDG Maurice M. Taylor, selon une traduction de l’AFP.   »J’ai visité cette usine plusieurs fois. Les salariés français touchent des salaires élevés mais ne travaillent que trois heures. Ils ont une heure pour leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures », écrit encore M. Taylor au ministre.   »Je l’ai dit en face aux syndicalistes français. Ils m’ont répondu que c’était comme ça en France ! », affirme-t-il, selon le fac-simile de la lettre lisible sur le site.   »Monsieur, votre lettre signale que vous voulez que Titan démarre une discussion. Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? », lance M. Taylor. « Titan est celui qui a l’argent et le savoir-faire pour produire des pneus. Qu’a le syndicat fou ? Il a le gouvernement français », ironise-t-il.   »Le fermier français veut des pneus pas chers. Il se moque de savoir s’ils viennent de Chine ou d’Inde (…) ». « Titan va acheter un fabricant de pneus chinois ou indien, payer moins d’un euro l’heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin », menace-t-il.   »Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers », se moque le PDG américain. « Titan n’est pas intéressé par l’usine d’Amiens Nord », conclut sa lettre.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

G 20 : pas grand chose à attendre sur la croissance et rien sur la guerre des monnaies

G 20 : pas grand chose à attendre sur la croissance et rien sur la guerre des monnaies

Le G20 risque de demeurer le « G vain » à propos de la croissance et de la guerre des monnaies. La Russie voudrait bien relancer cette machine au demeurant juridiquement informelle donc sans pouvoir de décision. Le FMI a de sons coté déclaré qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter; même son de cloche coté BCE qui ne veut pas intervenir ; du coup cela donne une légitimité aux interventions des Etats-Unis, du japon ou de la Chine qui veulent soutenir leurs exportations par une dépréciation de leur monnaie.  .La  Russie s’est assignée comme principale tâche de lancer, d’ici le sommet du G20 des 5 et 6 septembre à Saint-Pétersbourg, un « nouveau cycle de croissance », à travers des leviers comme l’investissement, la transparence ou une « véritable régulation ».  Le défi est de taille. En effet, l’économie peine toujours à se remettre de la tempête financière de 2008 et de la crise de la dette européenne, et le Fonds monétaire international (FMI) a dû revoir à la baisse sa prévision de croissance mondiale pour cette année, à 3,5%.  Or, les marges de manœuvre pour relancer la machine sont très étroites dans les pays riches: les taux d’intérêt sont déjà au plus bas, et l’heure est à la rigueur budgétaire.  Dès lors, « la tentation augmente d’avoir recours à l’outil » des taux de change, au risque de déclencher une « guerre des monnaies », constate dans une note Marco Valli, économiste de la banque Unicredit. « Une hausse des exportations à la suite de la dépréciation de la devise est considérée comme la voie la plus directe vers cette croissance », renchérit Ad van Tiggelen, d’ING IM.  Ces craintes ont été ravivées par le Japon, qui vient de convaincre sa banque centrale de faire tourner la planche à billets pour soutenir l’économie nippone, un peu à la manière des Etats-Unis, coutumiers de cette politique.  Le virage nippon a pour conséquence de faire baisser rapidement le yen.  Le problème, c’est qu’il s’agit-là de décisions peu coopératives, à l’inverse même de l’esprit du G20 censé coordonner les politiques économiques mondiales.  Les appels se sont donc multipliés pour désamorcer les risques. Les Etats-Unis ont appelé lundi le G20 à « éviter les dévaluations compétitives » qui sont une « source de conflit », un message relayé le lendemain par la Commission européenne.   »Les taux de change ne doivent pas être manipulés », a prévenu pour sa part le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble. Quant à la France, elle redoute que la zone euro, dont la banque centrale rechigne à créer de la monnaie pour soutenir l’économie, se retrouve isolée et en paye le prix en termes de croissance en raison d’un euro trop fort.  Face à une telle agitation, le G7 des principaux pays riches (Etats-Unis, Japon, Canada, Allemagne, France, Royaume-Uni et Italie) a publié mardi un communiqué censé déminer le terrain avant la réunion de Moscou.  Avec deux messages: les taux de change doivent être « déterminés par le marché » et « une volatilité excessive » nuit à l’économie. Mais ces déclarations ont fait l’objet d’interprétations diverses, sans réellement stabiliser le marché des changes.  Tokyo a laissé entendre que ses partenaires du G7 avaient dédouané sa politique, tandis qu’en Europe on assurait au contraire qu’il s’agissait d’un rappel à l’ordre adressé au Japon.  Le débat risque quoi qu’il en soit d’être relancé au sein du G20, où les pays émergents s’alarment depuis longtemps des conséquences des politiques monétaires des Etats les plus riches. La réunion de vendredi et samedi risque même d’être dominée par ce sujet.  Pour la première fois depuis longtemps, en effet, la zone euro et ses déboires « ne sont plus dans l’oeil du cyclone », selon l’expression d’un responsable européen.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

 

PSA : Un médiateur nommé à Aulnay

PSA : Un médiateur nommé à Aulnay

 

Une centaine de salariés de l’usine PSA Peugeot Citroën d’Aulnay ont manifesté dans la matinée de ce jeudi 14 février à proximité de l’Elysée pour dénoncer l’accord sur le plan de sauvegarde de l’emploi et réclamer, avec succès, la nomination d’un médiateur. L’usine d’Aulnay-sous-Bois, qui emploie 2.800 personnes, doit fermer en 2014. Elle est quasiment à l’arrêt depuis un mois en raison d’une grève à l’appel de la CGT. Mardi, une majorité d’organisations syndicales ont émis un avis favorable au plan social annoncé en juillet prévoyant la suppression de 8.000 emplois auxquels doivent s’ajouter 1.500 départs naturels non remplacés. Mais la CGT qui représente 23% des salariés, y est fortement opposée, dénonçant un accord de honte. Regroupés derrière une banderole « Non à la fermeture d’Aulnay », les salariés rassemblés à l’appel de la CGT, de Sud et de la CFTC, ont crié « Le changement c’est maintenant, il y en a marre des promesses! » ou « Interdiction des licenciements ». Après qu’une délégation d’une dizaine de syndicalistes ait été reçue par Michel Yahiel, conseiller social de François Hollande, le ministre du Travail Michel Sapin a annoncé la nomination de Marc Leray comme médiateur pour « favoriser le retour au calme et le rétablissement du dialogue » dans l’usine PSA d’Aulnay-Sous-Bois, théâtre de « tensions de plus en plus fortes« . Selon un communiqué du ministère, Michel Sapin, constatant que ces tensions « ne permettent plus un dialogue serein » dans le site, « a demandé à M. Marc Leray, directeur du travail, responsable de l’unité territoriale de Seine-Saint-Denis, de se rapprocher de toutes les parties prenantes afin de favoriser le retour au calme et le rétablissement du dialogue dans l’usine ». Une source gouvernementale a expliqué à l’AFP que « manifestement il y a des tensions entre la CGT et les autres syndicats, avec une direction qui de son côté a du mal à sortir des mtéhodes musclées », « il fait faire baisser ces tensions ». Pour le délégué CGT Jean-Pierre Mercier cette nomination d’un médiateur a pour objectif de « rouvrir le dossier de la fermeture [et] continuer les négociations sur les conditions de la fermeture » de l’usine d’Aulnay. Il a néanmoins appelé les salariés à poursuivre la grève.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Abandon programmé de l’objectif de déficit à 3% en 2013 par le gouvernement.

Abandon programmé de l’objectif de déficit à 3% en 2013 par le gouvernement.

 

Exit l’objectif de 3% de déficit en 2013 ; après avoir affirmé pendant des mois  que c’était l’objectif principal en matière dé rééquilibrage des comptes ; les ministres un à un montent au créneau pour affirmer le contraire, tout en maintenant la rigueur bien entendu ! Ce renoncement n’est pas en soi un contre-sens économique mais c’est un reniement politique. En outre, cela pourrait encourager à largement dépasser les 3% et finalement être proche des résultats de 2012 ; cela d’autant plus que les réductions de dépenses restent encore hypothétiques.  Une révision à la baisse de la prévision de croissance était déjà dans l’air, mais c’est la première fois qu’un membre du gouvernement ouvre aussi clairement la voie à un abandon de la cible des 3% de déficit.  D’autres ministres ont aussi préparé le terrain mercredi. Le chef de la diplomatie Laurent Fabius a jugé « probable » que la France ne tienne pas sa promesse cette année, tandis que le ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac a insisté sur le fait qu’il serait « très difficile » de la respecter.   »La probabilité d’atteindre cet objectif s’est amenuisée au fur et à mesure que la croissance pâlissait », a-t-il reconnu.  Certes, pour l’instant, la volonté de ramener le déficit public de 4,5% du produit intérieur brut (PIB) attendus pour 2012 à 3% à la fin de 2013 est formellement « maintenue ».  L’engagement formel en avait été pris par la France de Nicolas Sarkozy en 2010 auprès de ses partenaires européens. Cet objectif symbolique a été constamment réaffirmé depuis, y compris par les socialistes au pouvoir depuis le printemps.  Le budget pour 2013 a été bâti avec cette cible, au prix d’un effort de rigueur sans précédent chiffré à 38 milliards d’euros de hausses d’impôts et d’économies par la Cour des comptes.  Mais face à une croissance en berne, l’engagement a commencé à vaciller. Dès septembre, le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone l’avait considéré « intenable », un message repris par d’autres membres de la majorité.  Des renforts sont arrivés, de manière plus surprenante, de l’opposition: l’ex-ministre UMP des Finances François Baroin a ainsi admis qu’il ne serait pas choquant que le déficit soit à 3,5% du PIB en fin d’année plutôt qu’à 3%.  Même le Fonds monétaire international (FMI) et désormais la Cour des comptes, gardiens d’une certaine orthodoxie, ont laissé entendre que la France ne devrait pas s’acharner coûte que coûte à respecter sa parole, car cela nécessiterait un surplus d’austérité qui aggraverait la situation économique.  Autant de messages sur lesquels le gouvernement devrait s’appuyer lorsqu’il révisera son objectif.  Sa principale inquiétude réside dans la réaction des marchés: alors que l’Etat français emprunte à un coût historiquement bas, il redoute d’être sanctionné s’il apparaît comme un élève indiscipliné en matière budgétaire.  Le gouvernement tient donc à respecter les formes et le calendrier européen, qui va s’accélérer.  Le 22 février, la Commission européenne publiera ses prévisions pour les Vingt-Sept. Dans sa précédente publication, en novembre, Bruxelles misait sur une croissance de 0,4% et un déficit de 3,5% en 2013 en France, et Bercy s’attend à ce que les nouvelles estimations soient encore moins bonnes.  Leur annonce devrait enclencher le processus. Le président François Hollande a en effet ouvert la voie mardi à une révision à la baisse, « dans les prochains jours », de la prévision de croissance. A Bercy, on n’exclut pas de l’annoncer dès le 22 février.  Paris espère que la Commission assortira ses prévisions d’un assouplissement généralisé des objectifs budgétaires. Le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn avait déjà estimé en décembre que des « mesures supplémentaires d’économies » ne seraient « pas indispensables » en France.  Reste à savoir ce que va faire précisément le gouvernement. Constater le dérapage? Annoncer un nouveau tour de vis pour le contenir au moins partiellement? « Cela dépend de son ampleur », glisse une source gouvernementale. Symboliquement, un déficit contenu sous le seuil des 3,5% du PIB passerait mieux qu’un dérapage plus important.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Santé : à défaut de politique Ayrault nomme un comité des sages

Santé : à défaut de politique Ayrault nomme un comité des sages

« Une médecine de parcours » voila la nouvelle stratégie en matière de santé ; un concept tellement flou qu’Ayrault confie à un comité des sages le soin d’y réfléchir. Toujours la même méthode avant les élections, on promet tout et n’importe quoi. Au pouvoir, le roi est nu, on confie alors à des experts le soin de faire des propositions. La politique des experts en quelque sorte ; Dès lors à quoi servent les politiques si leur ligne consiste à additionner des avis d’experts de  chaque secteur ; avis forcément contradictoires car les experts d’un secteur ne sauraient prendre en compte la problématique globale Or ce sont précisément ces contradictions qui sont au cœur de la crise. Ce ne sera pas l’œuvre de quelques mois, mais des cinq ans, voire des dix ans à venir », a-t-il prévenu, entouré des ministres de la Santé, Marisol Touraine, et de la Recherche, Geneviève Fioraso. Après avoir visité plusieurs services du CHU de Grenoble, très en pointe notamment dans le domaine de la périnatalité et du traitement de la maladie de Parkinson, et rencontré des médecins de ville regroupés en pôle de santé, il a défini ce qu’il appelle une « stratégie nationale de santé ».  Cette stratégie repose sur une « médecine de parcours » en organisant le parcours de soins des patients. « Cela signifie que ce n’est pas au patient de coordonner lui-même la série d’actes ou d’interventions dont il a besoin », a-t-il expliqué, une allusion au « nomadisme médical » de certains patients qui consultent beaucoup de praticiens, une pratique coûteuse pour la Sécurité sociale. Cette médecine de parcours « doit reposer sur la coopération des professionnels » de la médecine de ville et de l’hôpital, a dit le Premier ministre qui avait entendu auparavant des témoignages de médecins libéraux regrettant le cloisonnement entre les deux médecines.  Pour cette grande réforme « nous nous appuierons sur un comité des sages, composé de hautes personnalités du monde de la santé et de la recherche », a-t-il précisé, confiant la coordination de ces travaux à Alain Cordier, inspecteur général des finances et ancien directeur général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).   »Demain, si nous ne faisons rien, nous risquons de voir se développer une médecine à deux vitesses: une offre pointue et complète pour ceux qui auront les moyens de payer, et le service minimum pour tous les autres », a mis en garde Jean-Marc Ayrault.  Une réforme sous la pression budgétaire Mais la réforme devra se faire en tenant compte des contraintes budgétaires, le chef du gouvernement réaffirmant sa volonté « d’assurer le retour à l’équilibre des comptes de l’assurance maladie ». « Pour cela, il faut apprendre à dépenser mieux », a-t-il souligné.  Dans ce but, les moyens des ARS (agences régionales de santé) seront renforcés, a-t-il dit, souhaitant aussi une restructuration de la « myriade d’agences sanitaires et de caisses ».  Il a appelé à la poursuite des « efforts contre les déserts médicaux », souhaitant qu’une « réflexion » s’engage sur la formation de tous les professionnels de santé.  Quant à la recherche médicale, elle sera « l’une des priorités du prochain agenda stratégique de la recherche ».  Il a mis l’accent sur la prévention, qui représente seulement « 2% des dépenses de santé » et la santé mentale: « Ces réformes trouveront leur place dans la loi de santé publique qui sera votée l’an prochain », a indiqué le Premier ministre.  Les patients ne seront pas oubliés, a également indiqué M. Ayrault, appelant de ses voeux un bilan de la loi Kouchner du 4 mars 2002 sur les droits des malades pour « prendre en compte l’attente de nouveau droits individuels et collectifs pour les patients ».  M. Ayrault a profité de sa visite grenobloise pour rencontrer les urgentistes du CHU de cette ville qui menacent de démissionner si davantage de moyens ne leur sont pas accordés.

 

Municipales: en attendant de trouver un père pour son enfant, Dati veut être Maire à paris

Municipales: en attendant de trouver un père pour son enfant, Dati veut être Maire à paris

Rachida Dati ne doute de rien, surtout pas d’elle même ; après avoir sollicité la justice (qui n’a pas autre chose à faire) pour trouver un père à son enfant  Rachida Dati veut être maire de Paris.  Le tribunal civil de Versailles avait  estimé que la demande de Mme Dati était « recevable » et a « ordonné une expertise génétique » sur le PDG du groupe Lucien Barrière et la petite Zohra, âgée de 3 ans. Un problème toutefois, l’un des pères présumés refuse. . « Notre client, Monsieur Dominique Desseigne, persiste à contester la véracité des attestations produites par Madame Rachida Dati », ont écrit les avocates du PDG du groupe Lucien Barrière, Me Michèle Cahen et Me Florence Rault. Le richissime patron du groupe barrière n’est pas obligé de se soumettre à ce test ; La justice, dont Dati a été la ministre devra donc décider à partir de son intime conviction ; un mode de reproduction encore inédit. Une loi sur cette question serait bien utile. En cause, évidemment la succession du groupe Lucien Barrière. On voit bien quel rapport Dati entretient avec le concept d’intérêt public, un rapport assez douteux. Si toutes les mères en recherche d’un père (richissime c’est mieux) devaient solliciter la justice, il conviendrait sans doute de créer un ministère spécifique.

Merkel : « le taux de l’euro est à un bon niveau » (pour l’Allemagne ?)

Merkel : «  le taux de l’euro est à un bon niveau » (pour l’Allemagne ?)

 

L’euro ne semble pas surévalué au vu de sa tendance à long terme, a estimé mercredi le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel, alors que Paris mène depuis plusieurs jours une offensive pour réclamer des initiatives européennes en matière de taux de change. « Si vous regardez le contexte historique, le gouvernement allemand considère que l’euro n’est pas surévalué à l’heure actuelle », a déclaré Steffen Seibert au cours d’un point de presse. Après cette déclaration, d’autant plus remarquée que le gouvernement allemand s’exprime rarement sur les taux de change, l’euro s’est raffermi à 1,3515 dollar contre 1,3506 auparavant. Le président français François Hollande a déclaré mardi que l’Union européenne devait se fixer un objectif à moyen terme pour le niveau de l’euro afin de prévenir des mouvements « irrationnels » comme la hausse actuelle de la monnaie unique. Le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, a renchéri mercredi, en annonçant que la France soulèverait la question du niveau de l’euro, qu’elle juge trop fort en ce moment, lors de la réunion de l’Eurogroupe lundi prochain à Bruxelles. « Il y aura sûrement une conversation à ce sujet (…) mais la position du gouvernement allemand, c’est que la politique de change n’est pas un outil approprié pour accroître la compétitivité », a dit mercredi Steffen Seibert. « Une dévaluation ciblée ne permet d’obtenir que des impulsions à court terme », a-t-il ajouté. « On ne peut pas assurer de cette manière un renforcement à long terme de la compétitivité. » Le porte-parole d’Angela Merkel a souligné que la hausse récente de la devise européenne était un signe du retour de la confiance des investisseurs, après une dépréciation « massive » au cours de la crise de la zone euro. « Nous sommes profondément convaincus que les taux de change doivent refléter les données économiques fondamentales », a affirmé Steffen Seibert, rappelant que le G8 comme le G20 ont estimé qu’il était plus sage de laisser les marchés déterminer les taux de change.

Voitures à bas prix chez Citroën

Voitures à bas prix chez Citroën

Répondre aux nouvelles attentes des automobilistes et gagner en compétitivité : ce sont les deux priorités de Citroën. Cela va se traduire par une toute nouvelle offre. Une gamme essentielle, des voitures qui reviendront aux fondamentaux sans tomber, assure-t-on, dans le low cost. Le premier exemple de ce type de modèle est actuellement en phase de développement dans l’usine PSA espagnole de Madrid. Basée sur le concept C Cactus, il s’agira d’une citadine. Présenté en septembre prochain au salon de Francfort, ce véhicule devrait être commercialisé en 2014, l’année du remplacement de l’actuel C3. Une offre moderne, fiable et économe à l’usage, avec un positionnement « prix agressif ». Citroën veut ainsi échapper à la guerre des prix qui sévit en Europe. Une stratégie qui s’inscrit dans celle de PSA. Le groupe souhaite que ses 2 marques deviennent complémentaires. A Citroën, l’entrée de gamme et le premium avec DS. A Peugeot le cœur de gamme.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

1...320321322323324



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol