Archive pour le Tag 'à outils.'

Hollande : du bricolage avec une boite à outils.

Hollande : du bricolage avec une boite à outils.

 

Hollande ne veut pas faire du neuf, il ne veut pa ;s surtout il ne sait pas ; alors à de nombreuses reprises il a proposé d’utiliser la boite à outils (bric à brac de mesures insuffisantes). Même si la boite à outils était là encore faudrait-il des ouvriers pour sen servir. Bref une sorte d’inventaire à la Prévert mais pas une véritable stratégie sur l’essentiel : la croissance et l’emploi. Surtout beaucoup de flou.  Une interview de plus d’une heure pour tenter de convaincre une opinion de plus en plus inquiète qu’il a pris la mesure de la crise et s’est engagé sur le bon chemin . Autrement dit : cela prendra du temps mais les réformes « lourdes » engagées vont produire des effets. En particulier sur l’emploi, première préoccupation des Français. « Ma priorité, c’est l’emploi. Mon cap, c’est la croissance », a-t-il résumé, se disant « dans l’action » et assurant avoir « le cuir solide ». Il n’a reconnu qu’une erreur : ne pas avoir « anticipé » que la crise durerait « plus longtemps que prévu ». Ceux qui, au sein même de la majorité, le pressaient de changer de cap ou de « braquet » devront patienter. Soucieux de lutter contre le sentiment d’impuissance du pouvoir qui le plombe dans les sondages, François Hollande s’est d’abord appliqué à défendre sa politique, en affichant sa totale mobilisation pour parvenir à « inverser la courbe » du chômage d’ici à la fin de l’année. « C’est mon premier objectif. Un engagement et une bataille », a-t-il martelé, le visage grave.  Rappelant qu’il est « président depuis dix mois et pas dix ans », il a égrené les emplois d’avenir, les contrats de génération, le pacte pour la compétitivité ou l’accord sur le marché du travail. Comme pour mieux souligner qu’il a fait ce qui devait être fait et que son action portera inéluctablement ses fruits. « Tous les outils sont là (…) Ils sont exceptionnels ! », a-t-il plaidé, s’appliquant à en faire la pédagogie et appelant les entreprises à « les utiliser pleinement »  Pour tenter d’imprimer dans l’opinion une image d’« autorité », François Hollande a annoncé plusieurs décisions : réduire radicalement les démarches administratives des entreprises par un « choc de simplification », « rendre moins coûteuse » la transmission et la cession d’entreprises et, surtout - parce qu’il y a un « problème » de pouvoir d’achat  -,  faire en sorte que les Français bénéficiant d’accords de participation aux bénéfices de leurs entreprises puissent en débloquer les montants immédiatement (sans attendre cinq ans) et « sans pénalité fiscale ».  Il a aussi tranché plusieurs points en suspens. Il a écarté la fiscalisation des allocations familiales, parce que « c’est absurde », optant pour une modulation en fonction des revenus. Et il a révélé la nouvelle mouture de la taxe à 75 %. Son taux sera maintenu mais le prélèvement se fera au niveau de l’employeur sur la partie de la rémunération dépassant 1 million d’euros, et non plus au niveau du contribuable

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol