Archive pour le Tag 'à 3%'

Climat : une limitation de 2.7 à 3.5 et non de 2 degrés

Climat : une limitation de  2.7 à 3.5  et non de  2 degrés

 

En l’état des plans nationaux (puisque chaque pays définit ses propres objectifs et ses propres moyens) l’objectif de limiter l’augmentation la température à 2 degrés d’ici la fin du siècle  ne pourra être atteint d’après l’ONU.  La France qui veut à tout prix un accord -surtout pour des raisons de politique intérieure – se montre cependant optimiste. « Ce rapport montre que les contributions nationales permettent de changer la donne et nous éloignent du pire, c’est à dire d’un réchauffement à 4°C-5°C ou plus », a déclaré Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, qui présidera la COP21.   »Il confirme qu’il est possible d’obtenir une trajectoire permettant de limiter le réchauffement en dessous de 1,5-2°C d’ici la fin du siècle, mais cela implique des efforts supplémentaires dans le temps. » Paris souhaite que la COP21 débouche sur un accord permettant de revoir périodiquement à la hausse les contributions nationales. Le groupe indépendant de chercheurs européen Climate Action Tracker estime pour sa part que les plans nationaux impliquent une élévation de température de 2,7 degrés d’ici 2100. Plus pessimiste encore, un groupe d’experts américains, Climate Interactive, prévoit une hausse de 3,5°C. Mais Fabius commente avec de lunettes roses le rapport de l’ONU. Le rapport de l’ONU publié vendredi montre, à quatre semaines de la conférence mondiale sur le climat de Paris, que les engagements des pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre permettent de changer la donne, estime Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères français. Ce rapport montre que les contributions nationales permettent de changer la donne et nous éloignent du pire, c’est-à-dire d’un réchauffement à 4-5°C ou plus, déclaré le futur président de la conférence climat (COP21) dans un communiqué.  Les objectifs nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre ou contributions nationales sont une solide base pour le succès indispensable de Paris, affirme le ministre des Affaires étrangères.  Le ministre français rappelle néanmoins que des efforts supplémentaires dans le temps sont nécessaires pour limiter le réchauffement à 1,5-2°C car, selon les experts, les engagements nous placent sur une trajectoire entre 2,7° et 3°C. Cela confirme l’importance d’aboutir à Paris à un accord qui fixe les règles permettant de revoir périodiquement à la hausse les contributions nationales, ajoute Laurent Fabius. Le rapport de l’ONU rappelle que des réductions d’émissions de gaz à effet de serre beaucoup plus importantes seront nécessaires dans les prochaines années pour rester sous cette limite.

Hollande, une retraite à 36.000 euros ou 20 000 euros mensuels ?

 

Hollande, une retraite à 36.000 euros ou 20 000 euros mensuels ?

D’après Marianne, Hollande pourrait prétendre à une retraite de 36 000 euros mais d’après L’ ’Elysée (et sapin qui exprimait dimanche), c’est beaucoup moins, de l’ordre de 20 000 euros. Une somme quand même rondelette obtenue grâce aux cumuls des mandats et des fonctions professionnelles (pratiquement non occupées à la cour des comptes). ).  Pour arriver à la somme de 36.000 euros mensuels, Marianne a additionné les pensions et revenus auxquels aurait droit, à terme, François Hollande: 6.000 euros de retraite pour ses anciens mandats locaux, 6.800 euros comme ex-parlementaire, 6.000 euros comme ancien président de la République, 5.000 euros en tant qu’ancien haut fonctionnaire à la Cour des comptes et 12.000 euros d’indemnités comme membre à vie du Conseil constitutionnel. Mais samedi, l’entourage de François Hollande a démenti ces chiffres, « totalement faux ». Premièrement, ses proches, interrogés par l’AFP, soulignent que la pension au titre des mandats locaux serait inférieure à 6.000 euros. Ensuite, François Hollande, conseiller référendaire de la Cour des comptes depuis 1988, ne progresse plus depuis lors en termes d’avancement dans son corps d’origine et, contrairement à ce qu’affirme Marianne, « n’accumule aucun nouveau droit à la retraite au titre de la Cour des comptes depuis 2012″. Au total, la retraite à laquelle pourra prétendre le chef de l’Etat sera en réalité inférieure à 20.000 euros mensuels, insiste l’Elysée.

Déficit à 3%: «probabilité amenuisée» ; en clair du pipeau (Cahuzac)

Déficit à 3%: «probabilité amenuisée» ; en clair du pipeau (Cahuzac)

Après le rapport de la Cour des comptes difficile d’affirmer que l’objectif de Hollande de réduire le déficit à 3% est tenable ; peu importe on garde le chiffre mais pour mesurer non pas le déficit global mais le seul déficit structurel ; en bref, on change le thermomètre. Jérôme Cahuzac, le ministre délégué au Budget a affirmé sur France Inter qu’il serait difficile d’atteindre l’objectif de ramener les déficits publics à 3% du PIB en 2013: «Ce sera effectivement très difficile. La probabilité d’atteindre cet objectif s’est amenuisée au fur et à mesure que la croissance palissait».  «Pour autant, on en reste là ». «Le 15 mars, le gouvernement proposera son plan de stabilité : nous verrons à ce moment-là s’il est opportun, nécessaire indispensable de réviser un certain nombre de paramètres» a-t-il ajouté.   Le ministre délégué au Budget insiste sur la réduction du déficit structurel, c’est-à-dire non lié à la conjoncture : «En 2013, il est prévu de réduire le déficit structurel de 2 points». Paris espère bien, depuis plusieurs semaines, que Bruxelles assouplira ses principes en admettant que l’objectif de 3% fin 2013 puisse s’appliquer à ce seul déficit structurel et non, comme prévu jusqu’ici, à l’ensemble des comptes publics.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Déficit : pas de retour du déficit à 3% en 2013 pour la Cour des comptes

Déficit : pas de  retour du déficit à 3% en 2013 pour la Cour des comptes

La perspective d’un retour du déficit public à 3 % de PIB fin 2013 s’éloigne bel et bien. Dans son rapport annuel , la Cour des comptes liste un nombre important de facteurs de risques de dérapage qui, au final, ne laissent guère la place au doute. Principal aléa : « Les prévisions de croissance des recettes retenues par le gouvernement s’appuient sur un scénario macroéconomique et une élasticité des prélèvements obligatoires qui sont trop optimistes ». Si la croissance s’établissait à 0,5 point de moins que la prévision (encore fixée à 0,8 %), l’impact sur le déficit serait de 0,25 point de PIB, souligne la Cour. Et même si elle atteignait 0,8 %, il y aurait encore un risque de moins-value de recettes de 0,2 point de PIB (les Sages soulignent que les rentrées fiscales ne sont jamais bonnes quand l’activité est faible deux années de suite), sans compter l’incertitude persistante sur les contentieux fiscaux (OPCVM et précompte) pour lesquels la France a été condamnée. Côté dépenses, le rapport souligne que l’objectif fixé par le gouvernement pour l’Etat (stabilité en valeur absolue) « n’est pas complètement étayé et rendra nécessaire de nouvelles économies en cours d’exécution. » Il faudra en effet annuler une grosse part de crédits gelés pour tenir compte des dépenses non financées (pauvreté, dotation à l’Europe, emploi, etc.). La Cour épingle aussi l’absence de mesures documentées justifiant des 2 milliards d’économies avancés par l’exécutif sur les dépenses d’intervention de l’Etat (subventions, prestations). Elle pointe enfin une divergence importante quant aux dépenses d’assurance-chômage : l’Unedic les voit bondir de 8,3 % quand Bercy table sur 1,6 %. Si l’Unedic avait raison, ce serait un surcroît de dépenses de 2 milliards d’euros. Tout cela rend la prévision de déficit à 3 % de PIB « très fragile » : « La réalisation de l’objectif ne manquerait pas d’être compromise, en France comme dans d’autres pays européens, si la situation économique ne s’améliorait pas suffisamment vite », conclue le rapport. « L’objectif de déficit effectif à 3 % n’a que peu de chances d’être atteint », a déclaré ce mardi matin Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes. Soulignant que « le respect de l’objectif de 3 %, selon toute vraisemblance, appellerait de nouvelles et importantes mesures d’ajustement ». Mais Didier Migaud n’appelle pas à de telles mesures, et insiste sur la nécessité de respecter, d’abord, les efforts structurels promis par le gouvernement. Cet effort structurel (mesuré indépendamment de la conjoncture) programmé en 2013 « est considérable », « presque 2 points de PIB », souligne la Cour des comptes, rappelant qu’il est « au cœur des obligations du nouveau traité européen ». La Cour écrit même à l’adresse de Bruxelles que si les prévisions économiques de l’OCDE et du FMI se confirment, « elles sont susceptibles d’appeler au niveau européen un réexamen des poids respectifs accordés aux critères de déficit effectif, très difficile à respecter dans une conjoncture dégradée, et de déficit et d’effort structurels, plus facilement maîtrisables par un gouvernement. »  Si la Cour ne recommande pas de tenir coûte que coûte les 3 % en 2013, le gouvernement n’en est pas quitte pour autant. « Aucune réforme porteuse d’économies substantielles au-delà de 2013 ne peut être identifiée » à ce stade, fustige-t-elle, avançant d’un cran dans l’exhortation à s’attaquer de front à la baisse des dépenses publiques. Après des années 2012 et 2013 marquées avant tout par des hausses de prélèvements, « la priorité absolue est désormais d’intensifier l’effort de maîtrise de la dépense dans l’ensemble des administrations publiques », ce qui implique que les « mesures nécessaires soient rapidement prises et précisément documentées. »  Les magistrats financiers mettent ainsi la pression sur la « Modernisation de l’action publique » lancée par Matignon, qui devra amener « à une révision du contenu des missions ». Retraites, politique familiale, formation professionnelle, aides aux entreprises, logement, collectivités locales : pour la Cour, tout reste largement à faire.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol