Archive pour le Tag '»'

« BCE, ça va finir mal » (Nathalie Janson)

« BCE, ça va finir mal »  (Nathalie Janson)

 

Nathalie Janson, économiste, critique l’inefficacité de la politique de la BCE et même ses effets contreproductifs dans uen interview au Figaro.

 

Dans le plus strict respect du Foward Guidance Mario Draghi a fait ce qu’il a dit en janvier: il apportera un soutien sans limite. Il a même été au-delà des espérances puisque la nouvelle du taux d’intérêt de la facilité de dépôts et le renforcement du programme d’achat étaient attendus, la baisse du taux directeur à 0% et le lancement de 4 opérations de LTRO l’étaient beaucoup moins. Ses décisions ayant dépassé les attentes, les marchés européens l’ont salué comme il se doit positivement mais cet accueil chaleureux fut de très courte durée. Ils ont raison, il n’y a pas de quoi se réjouir, il y aurait même plutôt de quoi s’inquiéter fortement!

Des marchés sous emprise

La somme toute faible réaction positive des marchés financiers à l’annonce de mesures significatives montre qu’ils sont blasés. Après tout Mario Draghi ne fait que les brosser dans le sens du poil. On se demande qui est le chef dans cette histoire. Les marchés donnent des signes d’inquiétude depuis le début d’année et bien qu’à cela ne tienne redonnons leur de l’enthousiasme en baissant davantage les taux et en augmentant le montant du programme de rachat d’actifs. Néanmoins les marchés financiers enivrés de liquidités réagissent de moins en moins à toute dose supplémentaire comme tout alcoolique dont l’euphorie va décroissant malgré la prise croissante d’alcool. Et oui même dans ce domaine les rendements décroissants s’appliquent. Dans ces conditions il est légitime de se demander comment cette histoire va finir… sans doute mal.

 

 

La banque centrale Européenne en contradiction avec elle-même

Ce n’est pas la monnaie qui est à l’origine de la création de richesses mais l’innovation et l’augmentation de la productivité qui en découle.

Pourtant l’année dernière, au début de son action, Mario Draghi l’avait bien répété à qui voulait l’entendre: il ne peut pas tout, il ne peut que créer les conditions nécessaires pour que les pays de la zone euro mettent en œuvre des réformes structurelles afin de renouer avec la croissance. En effet, les injections monétaires ne peuvent se substituer aux réformes de structure. La monnaie n’est qu’un facilitateur, elle ne créée rien qui ne soit jamais. Ce n’est pas la monnaie qui est à l’origine de la création de richesses mais l’innovation et l’augmentation de la productivité qui en découle. En revanche, les injections volontaristes de monnaie comme c’est le cas en Europe depuis un an peuvent créer le terreau de la prochaine crise. En effet, la baisse forcée des taux des intérêts et l’aplatissement de la courbe des taux qui en résulte – la banque centrale sort même de son terrain de jeu habituel en achetant des titres de longs – conduit inévitablement à des prises de décision erronées en matière d’investissement. Le découplage des taux d’intérêt nominaux par rapport aux taux qui devraient prévaloir c’est-à-dire sans intervention de la banque centrale- et non pas les taux réels éloigne l’économie de son sentier de croissance soutenable. Inévitablement un jour le château de cartes s’écroulera. Malheureusement le symptôme qui habituellement révèle cette divergence – à savoir l’inflation semble absente – ce qui ne facilite pas la tâche de la banque centrale. Mais après tout l’inflation est-elle réellement absente? En apparence seulement… Si l’on y réfléchit bien la crise des subprimes de 2007 aurait dû conduire à une baisse des prix massive qui n’a pas eu lieu en raison de l’intervention des banques centrales. En Europe la crise de la dette souveraine aurait dû également conduire à des baisses de prix importantes dans les pays affectés. Ces baisses ont été somme toute limitées pour les mêmes raisons. En outre, si l’on prend également en compte le fait que la «nouvelle économie» engendre une concurrence exacerbée et donc une pression à la baisse sur les prix, nous devrions avoir en réalité une inflation négative plus importante aujourd’hui. Evidemment cette inflation est plus difficile à repérer et à mesurer! Les banques centrales ne sont pas armées pour ce genre d’exercice intellectuel.

Alors s’achemine-t-on vers un scénario catastrophe?

Ce n’est pas dit mais il est certain que ce n’est pas les annonces de ce jeudi 10 mars qui vont remettre en selle les économies européennes. Il devient plus qu’urgent – voire vitale – que Mario Draghi stoppe cette politique volontariste qui – outre le fait d’être inefficace – crée des effets pernicieux dont il n’est pas conscient, compromettant le retour à la croissance. Le meilleur cadeau à faire à Mario Draghi: l’essai de Frédéric Bastiat «ce qui se voit et ce qui ne se voit pas» …!

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol