Archive pour le Tag '90 milliards'

L’Afrique : 90 milliards détournés par an

L’Afrique :  90 milliards détournés par an

90 milliards détournés par an , ce que révèle France Info. En gros cette somme correspond à l’aide au développement. Si l’on ajoute à cela qu’on considère que la richesse des dirigeants africains dissimulés en dehors de l’Afrique correspond à la dette,  on aura compris les raisons du sous-développement.

 

Chaque année, l’Afrique se voit privée de 89 milliards de dollars de capitaux fuyant le continent de manière illicite. Pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD), ce même continent nécessite environ 200 milliards de dollars d’investissements. C’est le triste constat de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) dans un rapport publié lundi soir.

 

Le constat est d’autant plus inquiétant que ces flux financiers illicites, sortant du continent, sont quasi équivalents au total de l’aide publique au développement reçue par les pays africains (48 milliards de dollars) et des investissements directs étrangers (54 milliards de dollars) pour la période 2013-2015.

Pour résumer, chaque année, c’est l’équivalent de 3,7 % du PIB africain qui quitte le continent de manière illicite. De 2000 à 2015, ce sont 836 milliards de dollars qui ont fui le continent. Comparé au stock total de la dette extérieure de l’Afrique, qui s’élevait à 770 milliards de dollars en 2018, cela fait de l’Afrique un « créancier net du reste du monde », selon le rapport. de la CNUCED.

Ces sorties de capitaux recouvrent tout autant des fuites illicites que des pratiques fiscales et commerciales illégales à l’instar de la fausse facturation des échanges commerciaux, des activités criminelles provenant des marchés illégaux, de la corruption ou du vol. En la matière, le secteur des matières premières est en première ligne. La Cnuced recense, en 2015, 40 milliards de dollars de fuite illicite en lien avec l’exportation de produits extractifs. Sur ces 40 milliards, 77 % étaient concentrés dans la chaîne d’approvisionnement de l’or, suivie de celle des diamants (12 %) et du platine (6 %). La Cnuced prend soin de souligner que ces chiffres sous-estiment probablement le problème et son impact.

 

Patrons- Compétitivité : 90 milliards pour relancer la croissance

Patrons- Compétitivité : 90 milliards pour relancer la croissance

 

Pas sût que cet appel des patrons soit entendu. Deux raisons, l’image des grands patrons auprès- des français et l’inculture économique récurrente dans notre pays. . Pourtant les économies à réaliser au sein de l’Etat que demande le patronat sont incontournables, de même que l’allègement de la fiscalité sur le travail.  Dans une lettre adressée à François Hollande publiée dans le Journal du Dimanche. les PDG des 98 plus importantes sociétés françaises (Afep) exigent un «choc» de compétitivité «pour relancer la croissance et l’emploi». Une demande que leur a encore refusé dimanche le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici et à laquelle ne croit pas l’ancien patron de Renault, Louis Schweitzer. «La compétitivité n’est pas qu’une question de coûts et de salaires, affirme-t-il au Parisien. Les entreprises ont besoin de stabilité et de prévisibilité. On ne change pas les choses du jour au lendemain».  L’Afep demande à l’Etat de réaliser 60 milliards d’euros d’économies au cours des cinq prochaines années, soit trois points de produit intérieur brut. Concernant les entreprises, l’organisation préconise également une baisse du coût du travail d’au moins 30 milliards sur deux ans, en réduisant les cotisations sociales qui pèsent sur les salaires moyens. Ce transfert serait financé pour moitié par un relèvement de la TVA de 19,6 % à 21 % et pour l’autre par une baisse des dépenses publiques. «La France doit se transformer en profondeur, affirment-ils. Il est urgent d’agir maintenant et collectivement. Nous préconisons une réponse globale adossée à des mesures simples et concrètes». Autre proposition susceptible de faire polémique au sein du gouvernement, les grands patrons estiment qu’«il faut se donner les moyens d’explorer et d’exploiter nos ressources nationales comme les gaz de schiste». Une mesure à laquelle se sont farouchement opposé François Hollande et la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho. Les représentants de l’Association française des entreprises privées considèrent que le gouvernement doit «rester pragmatique» dans la mise en œuvre de la transition énergétique, «qu’il s’agisse de réduire nos émissions de CO2 ou notre exposition à la production d’électricité d’origine nucléaire». A une semaine de la publication du rapport Gallois, cette nouvelle pression des patrons intervient alors que François Hollande a promis un «pacte» de compétitivité de l’économie française et non un «choc». Une sémantique qui inquiète Laurence Parisot, la présidente du Medef. «François Hollande a eu un diagnostic juste mais nous attendons toujours l’annonce d’une stratégie et des décisions. Nous pouvons, sous certaines conditions, comprendre un étalement de la mesure sur deux ou trois ans, mais dans ce cas il faut aller jusqu’à 70 milliards de transferts.»

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol