Archive pour le Tag '9%'

Covid France 9 novembre 2022:12 476 cas supplémentaires en 24 heures

Covid France 9 novembre 2022:12 476 cas supplémentaires en 24 heures

On enregistre mardi 9 novembre: 2022:12 476 cas supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres de Santé publique France, soit un total de 7.232.157 cas confirmés depuis le début de l’épidémie.

Le taux de positivité des tests s’établit à 3%, contre 2,9% la veille.

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés s’établit à 6.851 (-14 en 24h), dont 1.140 dans les services de réanimation (-1 en 24h).

En 24 heures, 49 personnes ont succombé au Covid à l’hôpital. Le bilan total s’élève à 118.023 morts depuis le début de l’épidémie, dont 91.126 à l’hôpital.

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 51.405.775 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin.

Chômage: une baisse de 10,9 % sur un an (catégorie A)

Chômage: une baisse de 10,9 % sur un an (catégorie A)

Mécaniquement, le chômage suit l’évolution de la croissance économique . Une croissance en hausse au premier et deuxième trimestre et qui se tasse à partir du troisième.

Ainsi la croissance devrait atteindre 2,6 % d’après l’INSEE pour l’ensemble de l’année 2022 et le chômage enregistrer une baisse de plus de 10 % pour la catégorie A après une forte baisse enregistrée en début d’année.

Selon les prévisions conjoncturelles de l’Insee la croissance pour 2022 devrait s’établir à 2,6 %, le troisième trimestre s’annonçant poussif (+ 0,2 % de croissance au lieu des + 0,3 % prévus avant l’été) et le quatrième atone (+ 0,0 %, au lieu de + 0,3 %). Un violent coup de frein après le rebond de 6,8 % en 2021, et surtout une impulsion plus que modeste pour démarrer 2023. A ce stade, l’acquis de croissance calculé par l’institut de conjoncture pour l’an prochain n’est que de l’ordre de + 0,2 %.

Logiquement l’emploi devrait donc ce passé au cours du quatrième trimestre. Globalement, taux de chômage en France (hors Mayotte) reste stable sur le troisième trimestre 2022, avec 3,164 millions de demandeurs d’emploi de catégorie A, selon les chiffres publiés, mercredi 26 octobre, par la Direction des statistiques du ministère du Travail (Dares).

La baisse en catégorie A est de 10,9% sur un an, soit 388 000 personnes en moins. Sur le deuxième trimestre, cela représente 1 700 chômeurs en moins, comme l’indique Le Parisien.
Age. Pour les moins de 25 ans, le nombre de demandeurs d’emploi augmente de 1,5 %, tandis qu’il reste stable pour les 25-49 ans et recule de 0,7 % pour les plus de 50 ans. En ce qui concerne le nombre de demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite, il augmente de 5,5 % par rapport au trimestre précédent en catégorie B et décroît de 2,7 % en catégorie C.
Au total, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C est stable sur ce trimestre (+ 900) et recule de 7,3 % sur un an.

Covid France 9 mai 2022 :+29.324 cas supplémentaires confirmés en 24h.

Covid France 9 mai 2022 :+29.324 cas  supplémentaires confirmés en 24h.

On recense ce dimanche 8 mai 2022 : Covid France 9 mai 2022 :+29.324 cas  supplémentaires confirmés , 146.724 morts au total, +54 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.812 (+11) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 117.912 (+43 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 0,68 le taux d’incidence à 432,23 et la tension hospitalière à 27,7 %. Le taux de positivité est à 19,3 %.

La France compte actuellement 20.939 (-24) personnes hospitalisées et 1.403 (+6) malades en réanimation.

Bilan deségions françaises  :

  • Ile-de-France : 4.636 (+6) hospitalisées, 378 (+2) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Grand Est : 1.709 (-2) hospitalisés, 129 (+3) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.807 (-18) hospitalisés, 144 (-5) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.345 (+4) hospitalisés, 128 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 1.914 (0) hospitalisé, 108 (+1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Bretagne: 837 (+9) hospitalisés, 49 (+4) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Normandie : 1.631 (-5) hospitalisés, 72 (+2) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.284 (+6) hospitalisés, 97 (+3) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 705 (-3) hospitalisés, 42 (-3) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Occitanie: 1.614 (0) hospitalisés, , 111 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 891 (-9) hospitalisés, 49 (-1) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 950 (-9) hospitalisés, 61 (-1) en réanimation et +3 décès en 24h

Covid France 9 avril 2022 : encore +148.768 nouveaux cas confirmés en 24h.

Covid France 9 avril 2022 : encore +148.768 nouveaux cas confirmés en 24h.

vendredi 8 avril 2022 encore +148.768 nouveaux cas confirmés en 24h. On enregistre 143.156 morts au total, +139 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.563 (+15) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 114.593 (+124 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,21 le taux d’incidence à 1.395,00 et la tension hospitalière à 30,7 %. Le taux de positivité est à 29,4 %.

La France compte actuellement 23.404 (+132) personnes hospitalisées et 1.554 (-18) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 4.749 (+55) hospitalisées, 369 (-13) en réanimation et +13 décès en 24h
  • Grand Est : 2.141 (-3) hospitalisés, 154 (-3) en réanimation et +16 décès en 24h
  • Hauts de France : 2.254 (-3) hospitalisés, 144 (+2) en réanimation et +11 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.226 (-14) hospitalisés, 133 (-5) en réanimation et +17 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.246 (+7) hospitalisé, 165 (-7) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Bretagne: 1.227 (+50) hospitalisés, 56 (+1) en réanimation et +10 décès en 24h
  • Normandie : 1.644 (+20) hospitalisés, 63 (+2) en réanimation et +10 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.562 (+26) hospitalisés, 112 (0) en réanimation et +11 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 845 (-42) hospitalisés, 45 (-1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Occitanie: 1.995 (+44) hospitalisés, , 156 (+8) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 852 (-20) hospitalisés, 56 (-1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 1.035 (+25) hospitalisés, 62 (-2) en réanimation et +5 décès en 24h

 

Covid France mercredi 9 mars 2022 : encore +69.190 contaminations en 24h

Covid France mercredi 9 mars 2022 : encore +69.190 contaminations en 24h


En France
, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 2.475.691 cas confirmés soit +69.190 en 24h.

On enregistre mercredi 9 mars 2022 139.773 morts au total, +155 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.262 (+20) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 111.511 (+135 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 0,81 le taux d’incidence à 546,31 et la tension hospitalière à 38,8 %. Le taux de positivité est à 17,3 %.

La France compte actuellement 21.509 (-390) personnes hospitalisées et 1.962 (-74) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 4.318 (-94) hospitalisées, 443 (-23) en réanimation et +22 décès en 24h
  • Grand Est : 1.799 (-17) hospitalisés, 170 (+4) en réanimation et +13 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.943 (-9) hospitalisés, 177 (-4) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.251 (-104) hospitalisés, 198 (-15) en réanimation et +23 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.310 (-18) hospitalisé, 219 (-3) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Bretagne: 910 (-8) hospitalisés, 65 (+1) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Normandie : 1.264 (-33) hospitalisés, 99 (-2) en réanimation et +2 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.621 (-38) hospitalisés, 141 (-7) en réanimation et +11 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 652 (-18) hospitalisés, 57 (-6) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Occitanie: 1.981 (-17) hospitalisés, , 176 (-10) en réanimation et +13 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 804 (-19) hospitalisés, 63 (-6) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 881 (-2) hospitalisés, 69 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h

 

 

Covid France mercredi 9 mars 2022: +14.496 NOUVEAUX CAS

COVID FRANCE LUNDI 7 MARS 2022 : +14.496 NOUVEAUX CAS en 24 h

On enregistre lundi 7 mars 2022 +14.496 nouveaux cas confirmés en 24h.

En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 2.683.432 cas confirmés soit +14.496 en 24h et  139.451 morts au total, +176 morts supplémentaires.

Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.240 (+3) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 111.211 (+173 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 0,63 le taux d’incidence à 537,89 et la tension hospitalière à 41,3 %. Le taux de positivité est à 18,4 %.

La France compte actuellement 22.208 (-45) personnes hospitalisées et 2.089 (+10) malades en réanimation.

bilan des différentes régions françaises

  • Ile-de-France : 4.471 (-27) hospitalisées, 473 (+1) en réanimation et +25 décès en 24h
  • Grand Est : 1.857 (-3) hospitalisés, 176 (-3) en réanimation et +21 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.941 (+25) hospitalisés, 182 (+5) en réanimation et +17 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.414 (-54) hospitalisés, 218 (+1) en réanimation et +16 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.366 (+11) hospitalisé, 225 (-7) en réanimation et +26 décès en 24h
  • Bretagne: 958 (+7) hospitalisés, 67 (+1) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Normandie : 1.295 (+3) hospitalisés, 97 (+1) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.664 (-14) hospitalisés, 150 (+4) en réanimation et +13 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 690 (-3) hospitalisés, 70 (-1) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Occitanie: 2.004 (+15) hospitalisés, , 195 (+5) en réanimation et +16 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 823 (-9) hospitalisés, 71 (+3) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 919 (-8) hospitalisés, 77 (+1) en réanimation et +9 décès en 24h

Covid France 9 février 2022 : encore 235 267 cas en 24 heures

Covid France 9 février 2022 : encore 235 267 cas en 24 heures

Situation encore critique en France avec encore 235 267 cas en 24 heures.

363 personnes sont mortes du Covid ces dernières 24 heures, selon Santé publique France. 33.352 malades sont actuellement hospitalisés, dont 3060 depuis la veille.

3555 patients sont traités en soins critiques – 320 d’entre eux y sont arrivés ce mardi. 235.267 nouveaux cas ont été détectés.

 

Inflation : toujours en hausse, à 2,9% sur un an, selon l’Insee

Inflation : toujours en hausse, à 2,9% sur un an, selon l’Insee

 

Contrairement aux affirmations du gouvernement et de certains experts l’inflation ne recule pas en France après la flambée de 2021 mais continue sur le même chemin de hausse. Une Inflation mal évalueé en France du fait de la sous-estimation chronique par l’INSEE des dépenses contraintes qui ne cessent de progresser dans le budget des ménages. Ainsi L’inflation est repartie à la hausse en janvier, à 2,9% sur un an, après être restée stable à 2,8% en décembre, a rapporté mardi 1er février l’Insee dans une première estimation provisoire. Cette accélération s’explique essentiellement par une hausse des prix de l’énergie (+19,7%, après +18,5% en décembre) et des services (+2%, après +1,8% le mois précédent), a détaillé l’institut national de la statistique.

Les prix alimentaires ont eux aussi progressé de 1,5% (après +1,4% en décembre), tirés par les produits frais (+3,6% après +3,3% en décembre). En revanche, la hausse des prix des produits manufacturés a ralenti à +0,6% après +1,2% en décembre.Sur un mois, l’inflation augmente de 0,3%, après 0,2% en décembre.

 

Covid soins intensifs France 9 janvier 2022 : 3821 malades concernés et saturation

Covid soins intensifs France 9 janvier 2022 : 3821 malades concernés et saturation

En France samedi plus de 3821 malades du Covid-19 suivis en soins critiques – nombre d’hôpitaux sont au bord de la saturation. Le nombre de nouveaux patients dans ces services est de 243. Au total, 21.721 personnes sont hospitalisées sur un diagnostic de Covid-19, avec 1485 nouvelles hospitalisations en 24 heures. Vendredi, les hôpitaux comptaient 21.605 patients et le 1er janvier 18.811. Pour  les admissions en soins critiques, il y a  1995 malades admis en une semaine (1942 vendredi, et 1934 jeudi).

COVID FRANCE 9 janvier 2022 : 303.669 nouvelles contaminations en 24 heures

COVID FRANCE 9 janvier 2022 : 303.669 nouvelles contaminations en 24 heures

Une tendance en légère baisse mais qui reste à confirmer. En effet, 303.669 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés ces 24 dernières heures, selon les derniers chiffres de Santé Publique France. Ce résultat est en légère baisse par rapport aux 328.214 nouvelles contaminations annoncées la veille, chiffre qui était le plus élevé jamais enregistré dans l’hexagone. Une variation sur une seule journée ne permet néanmoins pas de dessiner une tendance. La moyenne sur sept jours est toujours en progression, avec plus de 270.000 cas quotidiens, contre environ 267.000 la veille, et 204.000 jeudi. La maladie a emporté 125.349 personnes depuis le début de l’épidémie au printemps 2020. Dont 98.209 sont mortes à l’hôpital, avec 143 nouveaux décès en 24 heures. La maladie a emporté 125.349 personnes depuis le début de l’épidémie au printemps 2020. Dont 98.209 sont mortes à l’hôpital, avec 143 nouveaux décès en 24 heures.

Plus de 9 millions de pauvres vivent avec moins de 1063 € par mois

Plus de 9 millions de pauvres vivent avec moins de 1063 € par mois

 

 

Un rapport du Sénat sera publié aujourd’hui mercredi 15 septembre et présentera une centaine de mesures pour s’attaquer au problème de la pauvreté en France. Le constat est en effet à prendre au sérieux puisque 9,3 millions de pauvres soit 15 % de la population vivent avec moins de 1063 € par mois (60 % médians). En moyenne les charges fixes représentent près de 50 %, il ne reste donc plus qu’environ 500 € pour faire face aux dépenses variables. La situation ne s’est guère améliorée depuis la grande crise de 2008.

Croissance Amérique latine: révision à la hausse à 5,9 %

Croissance Amérique latine: révision à la hausse à 5,9 %

La Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Cepalc) a revu mardi à la hausse ses prévisions de croissance économique pour la région, à 5,9% pour 2021, dans un effet rebond après la forte baisse provoquée par la pandémie de coronavirus.

En juillet, la Cepalc avait déjà revu ses prévisions à la hausse à 5,2% contre 4,1% en avril. En 2020, le PIB s’était contracté de 6,8% en raison de la pandémie.

Cette prévision de croissance bénéficie «des effets positifs dérivés de la demande extérieure et de la hausse des prix des produits de base exportés par la région, ainsi que de l’augmentation de la demande globale», indique la Cepalc dans son rapport.

 

Prix Gaz : encore une hausse de 9 %

Prix Gaz : encore une hausse de 9 %

Le tarif réglementé de vente (TRV) du gaz naturel vendu par Engie va augmenter de 8,7% (soit 7,9% TTC) au 1er septembre

Depuis le 1er janvier 2019, les tarifs réglementés de vente de gaz HT d’Engie ont crû de 15,8%, et de 16,7% depuis le 1er janvier 2015. Ils avaient connu une période de baisse durant la crise. Les tarifs réglementés de vente de gaz disparaîtront le 1er juillet 2023. Environ 2,8 millions de consommateurs résidentiels sur un total de 10,7 millions (soit 26%), sont aujourd’hui titulaires d’un contrat au TRV auprès d’Engie.

Parmi les 7,6 millions de consommateurs résidentiels disposant d’un contrat en offre de marché, environ 5,5 millions ont souscrit une offre à prix fixe et ne sont donc pas concernés par les évolutions mensuelles du tarif réglementé.

Vaccins: 0,3% pour 9 % de la population mondiale pauvre

Vaccins: 0,3%  pour 9 % de la population mondiale pauvre

Plus de 3,93 milliards de doses de vaccins anti-Covid ont d’ores et déjà été injectées dans le monde, selon un décompte de l’AFP. Mais seulement 0,3% de ce total a été administré dans les 29 pays les plus pauvres du monde, où se trouve pourtant 9% de la population mondiale. «Augmenter la production dans les pays en voie de développement pour que davantage de doses de vaccins soient injectées en Afrique, en Amérique latine et en Asie est d’une importance critique» pour tous les membres de l’OMC, a souligné le porte-parole de l’organisation.

Budget: Le déficit public « limité » à 9 % du PIB ( Bruno Le Maire)

Budget: Le déficit public « limité » à 9 % du PIB ( Bruno Le Maire)

 

La reprise de l’activité économique devrait permettre de limiter le déficit public à 9 % d’après le ministre des finances, Bruno le maire. On est loin évidemment de la règle de 3 % fixés par l’union européenne ( faut-il le rappeler sur proposition en son temps de la France !).

 

Le ministre se félicite toutefois de cette perspective de déficit limité à 9 % alors que dans le projet de loi initial on s’attendait à un déficit supérieur à savoir 9,4 %. De toute façon, le pronostic du ministre des finances est encore prématuré car il reste encore six mois de gestion pour s’assurer de l’exactitude des comptes publics. À 0,4 % près, la différence est marginale. Elle dépendra effectivement non seulement de l’activité économique française, de l’environnement mondial mais aussi du contexte sanitaire général qui pourrait affecter les comportements des consommateurs et des épargnants.

 

La vérité sans doute ce que de toute façon on voit mal comment la France (et d’autres pays d’Europe) pourrait rapidement respecter cet objectif de 3 % du PIB. Surtout si par malheur les taux d’intérêt devaient monter ce qui provoquerait un renchérissement du coût de la dette dans le budget.

Comme pour l’instant les membres de l’union économique sont bien incapables de revoir les critères de gestion budgétaire tout autant que monétaire, les objectifs théoriques demeurent en décalage complet avec la réalité. En effet il ne faut guère compter un rétablissement des équilibres budgétaires conformément aux 3 % en 2023 et même après. On se contente d’affirmer que le rétablissement financier sera progressif. Mais sur quelle période, sur 10 exercices budgétaires, sur 20 , davantage ?

En juin, la Cour des comptes avait estimé que les efforts de rétablissement progressif des finances publiques devraient être réalisés quand l’économie française aura retrouvé son niveau d’activité d’avant-crise. Une perspective complètement impossible qui avait amené la Cour des Comptes à relativiser son propos en déclarant « cette consolidation progressive pourrait débuter en 2023 ». Le problème, c’est jusqu’à quand , jusqu’à la saint-glinglin ?

Le déficit public « limité » à 9 % du PIB ( Bruno Le Maire)

Le déficit public « limité » à 9 % du PIB ( Bruno Le Maire)

 

La reprise de l’activité économique devrait permettre de limiter le déficit public à 9 % d’après le ministre des finances, Bruno le maire. On est loin évidemment de la règle de 3 % fixés par l’union européenne ( faut-il le rappeler sur proposition en son temps de la France !).

 

Le ministre se félicite toutefois de cette perspective de déficit limité à 9 % alors que dans le projet de loi initial on s’attendait à un déficit supérieur à savoir 9,4 %. De toute façon, le pronostic du ministre des finances est encore prématuré car il reste encore six mois de gestion pour s’assurer de l’exactitude des comptes publics. À 0,4 % près, la différence est marginale. Elle dépendra effectivement non seulement de l’activité économique française, de l’environnement mondial mais aussi du contexte sanitaire général qui pourrait affecter les comportements des consommateurs et des épargnants.

 

La vérité sans doute ce que de toute façon on voit mal comment la France (et d’autres pays d’Europe) pourrait rapidement respecter cet objectif de 3 % du PIB. Surtout si par malheur les taux d’intérêt devaient monter ce qui provoquerait un renchérissement du coût de la dette dans le budget.

Comme pour l’instant les membres de l’union économique sont bien incapables de revoir les critères de gestion budgétaire tout autant que monétaire, les objectifs théoriques demeurent en décalage complet avec la réalité. En effet il ne faut guère compter un rétablissement des équilibres budgétaires conformément aux 3 % en 2023 et même après. On se contente d’affirmer que le rétablissement financier sera progressif. Mais sur quelle période, sur 10 exercices budgétaires, sur 20 , davantage ?

En juin, la Cour des comptes avait estimé que les efforts de rétablissement progressif des finances publiques devraient être réalisés quand l’économie française aura retrouvé son niveau d’activité d’avant-crise. Une perspective complètement impossible qui avait amené la Cour des Comptes à relativiser son propos en déclarant « cette consolidation progressive pourrait débuter en 2023 »,. Le problème c’est jusqu’à quand , jusqu’à la saint-glinglin ?

Covid-19 : un pass pour entrer dans les restaurants partir du 9 juin

Covid-19 : un pass pour entrer dans les restaurants partir du 9 juin

Une sorte de pass sera exigée pour entrer dans les restaurants et certains lieux publics. Des pass numériques sur téléphone ou sur papier.

 

Fourni aux professionnels sur le site TousAntiCovid Signal, le QR code devra être affiché à l’entrée du bar, du restaurant ou de la salle de sport, afin de pouvoir être scanné par les clients eux-mêmes de manière anonyme. Ces derniers recevront une  »alerte orange » si un visiteur présent dans la même tranche horaire de deux heures s’est par la suite déclaré positif au Covid-19 dans l’application. Les consignes sont alors d’« aller se faire tester immédiatement, de limiter ses contacts et de surveiller ses symptômes ». Si trois personnes devenues positives ont fréquenté le lieu, une « alerte rouge » préconise de  »s’isoler et se faire tester immédiatement ».

Mortalité : plus 9 % en un an

Mortalité : plus 9 % en un an

Sur l’ensemble de l’année 2020, la France a enregistré 54.700 décès de plus qu’en 2019, soit une surmortalité de 9%.

D’après l’INSEE le nombre de décès, toutes causes confondues, enregistrés en France entre le 1er janvier et le 22 février était supérieur de 14% à celui comptabilisé sur la même période de 2020, une proportion qui reste stable depuis le début de l’année.

Comparé à la même période de 2019, la hausse n’est en revanche que de 5%, une différence qui s’explique par le fait que la grippe saisonnière a été plus meurtrière début 2019 que début 2020, précise l’institut statistique dans son bilan hebdomadaire des décès pendant l’épidémie de Covid-19.

Depuis début janvier, la mortalité est relativement stable. En moyenne 2.140 personnes sont mortes chaque jour en janvier. Pour le mois de février, le nombre moyen de décès quotidiens « serait en légère diminution », autour de 2.000, selon des données encore provisoires.

A titre de comparaison, au moment du pic de la deuxième vague, entre le 1er et le 15 novembre, quelque 2.260 morts étaient comptabilisés chaque jour en moyenne, soit 33% de plus qu’à la même période de 2019.

A partir de mars, le suivi de la mortalité en 2021 impliquera de « privilégier la comparaison avec l’année 2019, année sans épidémie Covid », même si la grippe saisonnière a été virulente cette année-là, a par ailleurs annoncé l’Insee dans cette publication.

Ainsi, comparé à 2019, l’excédent de mortalité constaté entre le 1er janvier et le 22 février 2021 est le plus important dans les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur (+16%), dans le Grand Est (+14%) et en Bourgogne-Franche-Comté (+13%).

Sur l’ensemble de l’année 2020, la France a enregistré 54.700 décès de plus qu’en 2019, soit une surmortalité de 9%.

Energie renouvelable :26,9% de l’électricité

Energie renouvelable :26,9% de l’électricité

Les énergies renouvelables progressent un peu mais ne couvre que 26,9 % de la consommation d’électricité en 2020 d’après un rapport officiel.

 

Dans le détail, la production a été surtout tirée par la filière éolienne (+17,3%) et hydraulique (+9,3%).

La puissance totale du parc renouvelable installé a également poursuivi sa progression l’an dernier, atteignant 55.906 MW fin 2020, en hausse de 2.039 MW. Cette progression a été tirée par l’éolien (+1.105 MW) et le solaire (+820 MW).

C’est toutefois toujours le parc hydroélectrique qui domine le paysage français même si sa puissance est restée quasi stable.

Hors renouvelables, la France dépend encore très largement du nucléaire pour la production de son électricité, avec une part supérieure à 70% ces dernières années.

Le taux de mortalité en hausse de 9%

Le taux de mortalité en hausse de 9%

L’Insee a indiqué qu’au 15 janvier, un total de 667.400 décès toutes causes confondues avaient été enregistrés pour 2020 en France – 53900 de plus qu’en 2019. Soit une hausse moyenne de 9 %.

«Les taux de mortalité en France ont été marqués par l’épidémie de COVID-19», a déclaré l’Insee, ajoutant que les données de mortalité pour fin 2020 n’avaient pas encore été transmises à l’Insee.

L’institut a déclaré que le taux de mortalité plus élevé n’avait touché que les personnes âgées de 65 ans et plus, avec un taux de surmortalité de 10%.

Alors que le taux de mortalité des personnes de plus de 65 ans augmentait avec l’âge au cours des deux vagues Covid au printemps et en automne, prises sur toute l’année, le taux de mortalité excédentaire était le même de 10%, pour les 65-74, 75-84 et plus de 85 groupes. , A déclaré l’Insee.

Pour les personnes de moins de 65 ans, la surmortalité était d’un peu plus 2% pour les personnes âgées de 50 à 64 ans, moins 1% pour les personnes âgées de 25 à 49 ans et même 6% de moins pour les personnes de moins de 25 ans.

Tout au long de 2020, le taux de mortalité des hommes était 10% plus élevé et 8% plus élevé pour les femmes.

Au niveau régional, la région Ile-de-France autour de Paris a été la plus touchée, avec des taux de surmortalité de 90% en mars-avril et de 18% pour l’ensemble de 2020.

L’Est de la France a connu une surmortalité de 55% en mars-avril et de 13% sur toute l’année.

Plusieurs régions, dont la Bretagne et la région de la Loire, ont vu peu ou pas d’impact de Covid sur leurs taux de mortalité.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol