Archive pour le Tag '800.000'

Le Service national universel finit en eau de boudin : 30 000 jeunes sur 800 000

Le Service national universel finit en eau de boudin : 30 000 jeunes sur 800 000

Le secrétaire d’État en charge de la Jeunesse, Gabriel Attal, n’a pas peur du ridicule quand il affirme que le service  national universel a vocation à devenir obligatoire et à concerner les 800 000 français d’une classe d’âge. En fait aujourd’hui, il doit se contenter d’une participation de seulement 30 000 volontaires pour un service qui n’a rien d’universel et ne sert pas à grand chose. La promesse de Macron finit en eau de boudin d’abord du fait des réticences des pros de l’armée à participer à une résurgence du service militaire obligatoire. Exit ou presque la dimension militaire. Ensuite parce la France n’a pas les moyens de le financer. En juin dernier, près de 2000 jeunes de 13 départements ont expérimenté ce projet cher au chef de l’Etat Emmanuel Macron. Le dispositif devait initialement être étendu à 40.000 jeunes l’an prochain. Finalement, ils seront « autour de 30.000″, affirme Gabriel Attal, soulignant que « c’est une montée en charge très importante ». « Pour la première fois, tous les départements lanceront le SNU. La campagne de recrutement commencera en janvier. Il y aura entre 100 et 500 volontaires, selon les départements », ajoute-t-il.

Après la première phase de juin dernier, durant laquelle les jeunes ont effectué un « séjour de cohésion » en internat, les volontaires doivent désormais accomplir deux semaines de mission d’intérêt général auprès d’une association, d’une collectivité ou d’un corps en uniforme d’ici à juin 2020.

Pendant les vacances de la Toussaint, « ils seront près de la moitié des 1978″ premiers volontaires à effectuer cette mission, notamment dans l’armée, les forces de sécurité ou la solidarité, note Gabriel Attal. Le dispositif est appelé à se généraliser au fil des ans à l’ensemble d’une classe d’âge, soit 800.000 adolescents, et à devenir obligatoire affirme sans rire Gabriel Attal.

Environ 800 000 emplois par an à combler

Environ 800 000 emplois par an à combler

Pas vraiment des emplois tous créés mais des emplois qui résultent de départ à la retraite et de création nette. Pas de quoi vraiment faire diminuer le chômage. C’est l’évolution démographique en faite fera diminuer le nombre de demandeurs d’emploi si la croissance se maintient autour de 1,5 %. En effet dans l’agriculture c’est toujours l’hécatombe, l’industrie n’est guère dynamique et parvient tout juste à ce maintenir il faut donc compter sur le développement des services mais dont certains subiront les effets de la numérisation et de la robotisation entre (les banques par exemple). Selon une étude réalisée par France Stratégie et la Dares (Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques), 735 000 à 830 000 emplois seraient créés par an entre 2012 et 2022. Environ 80% des postes à pourvoir seront liés aux départs à la retraite. Les 20% restant étant des créations nettes d’emploi (environ 200 000). L’étude se base sur une hypothèse d’une croissance moyenne annuelle de 1,4% et un taux de chômage en fin de période de 7,9% (contre 9,7% actuellement), le nombre d’emplois créés serait de 796 700 dont 619 300 liés aux départs en retraite des baby-boomers.  A l’horizon 2022, les métiers des services et du commerce devraient continuer à se développer fortement. Avec le vieillissement de la population, de nombreuses créations d’emploi sont à prévoir dans les professions de soin (à l’exception des médecins) et des services à la personne. Les postes à pourvoir seront « particulièrement nombreux parmi les agents d’entretien, les aides à domicile, les enseignants, les aides-soignants et infirmiers, les cadres des services administratifs, comptables et financiers, les conducteurs de véhicule et les vendeurs ». A noter que le métier d’aide à domicile créerait près de 160 000 postes d’ici 2022, soit une hausse moyenne de 2,6% chaque année. Le secteur industriel se stabiliserait. Selon France Stratégie : « les pertes d’emploi seraient moins fortes que par le passé parmi les ouvriers non qualifiés de l’industrie et l’on observerait des créations pour certains métiers d’ouvriers qualifiés ».  Les créations d’emploi concerneraient les techniciens, les agents de maîtrise des industries de process et de la maintenance ainsi que les ouvriers qualifiés de la réparation automobile. Cela peut s’expliquer par les évolutions technologiques des équipements industriels et du développement de voitures toujours plus innovantes. Avec le développement continu des NTIC (Nouvelle technologie de l’Information et de la Communication) et la rationalisation des organisations du travail, les emplois de secrétaires, d’employés de banque ou d’assurances devraient diminuer. Dans l’administration publique, les professions intermédiaires (professeurs, assistantes sociales…) devraient également subir des réductions d’effectif liées aux réductions budgétaires. A contrario, le nombre de secrétaires de direction et d’employés de la comptabilité devrait rester identique. Les techniciens dans les services administratifs, comptables et financiers devraient pour leur part contribuer à 2% de créations nettes d’emplois par an. Le secteur agricole serait toujours sur le déclin. Les départs à la retraite « ne seront pas compensés à l’identique par l’installation de jeunes exploitants ou l’embauche de nouveaux salariés ». C’est le secteur qui perdrait le plus d’emploi d’ici 2022. L’étude note qu’une forte progression des emplois cadres est à prévoir. La croissance de l’emploi cadre serait quasiment deux fois plus élevée que l’ensemble des autres métiers (+1,2% chaque année contre +0,7%). Plus de 200 000 nouveaux emplois seraient créés d’ici 2020 pour les ingénieurs et cadres de l’industrie, le personnel d’études et de recherche et les ingénieurs informatiques.

 

Volkswagen : Encore 800.000 véhicules supplémentaires suspects

Volkswagen : Encore  800.000 véhicules supplémentaires suspects

Cette fois,  c’est la confusion la plus totale avec cet aveu de Volkswagen qui a détecté 800 000 véhicules supplémentaires suspects. Pas vraiment de quoi rassurer sur les conséquences possibles notamment financières de la marque qui a déjà perdu plus de 30% de sa capitalisation financière. Volkswagen a dit en effet mardi avoir détecté des « incohérences » dans les émissions de dioxyde de carbone d’environ 800.000 véhicules supplémentaires, nouvel épisode dans le scandale qui ébranle le constructeur automobile allemand depuis le 18 septembre dernier.  Le préjudice économique lié à ces anomalies, qui concernent majoritairement des petits moteurs diesel ainsi qu’un moteur à essence, s’élève, selon les estimations provisoires du groupe, à environ 2 milliards d’euros.  Ce nouveau rebondissement n’est pas lié au fait que Volkswagen aurait pu utiliser des logiciels de manipulation des tests sur les émissions polluantes de ses moteurs diesel équipant des grosses cylindrées Audi ou Porsche, et pas seulement sur des millions de véhicules de milieu de gamme, comme ont dit lundi le soupçonner les autorités américaines.

Migrants Allemagne : 800 000 attendus en 2015

Migrants Allemagne : 800 000 attendus en 2015

L’Allemagne sera le premier pays de destination pour les migrants cette année avec un nouveau record. Pour autant si l’opinion publique au moins pour une partie n’est pas favorable à cette immigration par contre le gouvernement ne la redoute pas. En cause aussi le vieillissement de la démographie en Allemagne. D’une certaine manière ces les arrivées massives de jeunes venus de l’extérieur vont constituer pour l’Allemagne un atout. Le nombre de demandeurs d’asile et de réfugiés en Allemagne devrait en effet atteindre un niveau record de 800.000 personnes cette année, soit quatre fois plus qu’en 2014 et deux fois plus que les prévisions établies en janvier, a déclaré mercredi le ministre de l’Intérieur. De janvier à juillet, le nombre des seuls demandeurs d’asile a atteint 218.221, une augmentation de 125% par rapport aux sept premiers mois de l’année dernière, selon les chiffres du gouvernement. Devenue la principale destination de l’Union européenne pour les migrants en provenance d’Afrique, d’Asie ou du Moyen-Orient, l’Allemagne dénonce l’attitude des Vingt-Huit, qui ne font pas assez en la matière à ses yeux. « Nous évaluons à 800.000 le nombre de personnes qui seront venues cette année en Allemagne en tant que réfugiés ou demandeurs d’asile », a déclaré le ministre Thomas de Maizière lors d’une conférence de presse à Berlin. « Il s’agira du plus important afflux dans le pays depuis la fin de la Seconde guerre mondiale », a poursuivi le ministre ajoutant que Berlin s’attendait à voir ces chiffres continuer de croître dans les années à venir. « C’est un défi à tous les niveaux de l’Etat, fédéral et local », a-t-il rappelé. « Nous pouvons répondre à ce défi. Je ne pense pas que l’Allemagne sera submergée. Nous pouvons y faire face ». Le nombre de migrants a considérablement augmenté ces derniers mois. Un grand nombre d’entre eux entreprend un voyage périlleux qui passe le plus souvent par les côtes du Sud de l’Europe, une escale vers les pays les plus riches du continent. Actuellement, les Syriens constituent le plus gros contingent de demandeurs d’asile en Allemagne. De très nombreuses demandes sont également déposées par des personnes originaires de pays des Balkans, comme la Serbie et l’Albanie.  En Allemagne, le précédent record annuel était de 438.191, un chiffre atteint en 1992 lorsque l’éclatement de la Yougoslavie avait poussé de nombreux habitants des Balkans sur les routes du départ. L’année suivante, le Parlement avait modifié la Constitution afin d’imposer des conditions plus strictes au droit d’asile et le nombre de demandeurs avait par la suite chuté, jusqu’à atteindre 28.000 en 2008. Après la Seconde guerre mondiale, l’Allemagne avait accueilli quelque 13 millions de personnes et de réfugiés fuyant l’installation de régimes liés à l’Union soviétique dans plusieurs pays d’Europe de l’Est.

 

 

Chômage : avec Hollande 800.000 chômeurs de plus » (Montebourg)

Chômage :  Avec  Hollande 800.000 chômeurs de plus » (Montebourg)

Certes Montebourg ne s’est  pas manifesté par une  grande compétence économique mais au moins  il  a parfois denoncé avec justesse certaines derives de  la politique de Hollande. Il  rappelle  à l’ordre le chef de l’Etat en indiquant que  le bilan du chomage sera castastrophique en matière d’emloi à ‘lissue du mandat de Hollande.

Arnaud Montebourg L’ancien ministre « s’inquiète »  pour la fin du quinquennat et critique la « politique suicidaire » du gouvernement, estimant que « les Français et les Européens sont sur la mauvaise pente ».  « Si on continue sur cette politique suicidaire -et je lance un appel solennel aux dirigeants politiques européens, au président de la République, au Premier ministre, de cesser ces erreurs de politique économique-, nous finirons le quinquennat avec 800.000 chômeurs de plus. Donc, c’est le Front National au bout du chemin. » « Voilà ce qui se prépare », a déclaré l’ancien ministre PS Arnaud Montebourg à la presse depuis l’université américaine de Princeton (New Jersey). C’est en effet dans cette université, qui a accueilli quatre prix Nobel d’économie, que celui qui a effectué sa reconversion en tant que chef d’entreprise enseigne la macroéconomie jusqu’au 26 février. « Les Français et les Européens doivent savoir qu’ils sont sur la mauvaise pente, que nous risquons de finir en France le quinquennat de François Hollande avec 800.000 chômeurs de plus », a insisté l’ancien ministre de l’Economie au micro de France 2.  Pour rappel, Arnaud Montebourg, qui avait recueilli environ 17% des voix à la primaire socialiste en 2011, a quitté le gouvernement fin août, avec Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, après une sévère critique de la ligne économique du gouvernement de Manuel Valls.

 

Pacte de responsabilité : entre 300 et 800.000 emplois ?

Pacte de responsabilité : entre 300 et  800.000 emplois

 

Les estimations sont toujours aléatoires car les environnements changent, témoin cette nouvelle évaluation de l’institut Montaigne qui annonce jusqu’a 800 000emplois. En faiat ce qui es certain c’est qu’un allégement fiscal favorise l’emploi, pour le reste les évaluations sont à prendre avec beaucoup de prudence. Après une note du Haut Conseil pour le financement de la protection sociale qui, en février, estimait que le pacte de responsabilité pourrait créer jusqu’à 300.000 postes, une étude de l’Institut Montaigne évoque, elle, un chiffre bien plus important allant jusqu’à 800.000 emplois. Cette étude révélée ce mercredi 12 mars par les Echos et consultée par l’AFP, s’appuie sur l’observation des effets du dispositif « zéro charge« , lancé en décembre 2008 par Nicolas Sarkozy. Introduit en pleine récession, il consistait à exonérer de cotisations patronales les embauches au niveau du salaire minimum dans les entreprises de moins de 10 salariés, l’exonération décroissant ensuite jusqu’à 1,6 Smic.  En comparant l’évolution de l’emploi dans les entreprises de 6 à 9 salariés concernées par le « zéro charge » et dans celles de 10 à 13. L’étude pointe « effet fort et rapide » sur l’emploi. « Au final, si l’on extrapole les résultats des « zéro charge » à l’ensemble de l’économie, un ciblage de 10 milliards d’allègements […] pourrait créer jusqu’à 800.000 emplois », écrivent Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo, auteurs de l’étude. Ces résultats indiquent selon eux « sans ambiguïté que les réductions de charges doivent être ciblées massivement sur les bas salaires », car « c’est à ces niveaux de salaires que les entreprises sont les plus sensibles, et c’est pour ce type d’emploi qu’il y a le plus de candidats actuellement au chômage ».  Cependant ces conclusions impliquent donc de porter les baisses de charges sur les salaires inférieurs à 1,6 smic. Or le gouvernement réfléchit actuellement à ses options. L’entourage de François Hollande a déjà indiqué qu’une partie des 10 milliards de baisses de charges ira aux bas salaires, et une autre aux rémunérations plus élevées, afin de ne pas nuire à la compétitivité. Mais la répartition des montants restent à arbitrer. Ce mercredi, le Medef a prévenu qu’une baisse des charges concentrées sur les bas salaires serait « inacceptable ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol