Archive pour le Tag '75%'

Air France : 75% des ses vols assurés

Air France : 75% des ses vols assurés

Dans un communiqué publié lundi, Air France indique que 70% de ses vols long-courriers devraient être assurés et 67% de ses vols moyen-courriers au départ et vers Paris-Charles de Gaulle. La proportion est de 85% pour les vols court-courriers, Paris-Orly et province. Ces prévisions se fondent sur un taux de grévistes estimé, compte tenu des engagements, à 32,8% chez les pilotes, 20,5% pour les personnels navigants commerciaux et 14,5% pour les personnels au sol, précise la compagnie, qui “conseille” à ses clients ayant réservé un vol ce mardi “de reporter leur voyage ou modifier leur billet sans frais.” Il s’agit de la quatrième journée d’action de l’intersyndicale d’Air France composée de dix organisations (FO, SNPNC, CGT, Unsa, Spaf, SNPL, Alter, Sud, CFTC et SNGAF) après celles du 22 février et des 23 et 30 mars. Elle a déjà appelé à de nouvelles journées de grève les 7, 10 et 11 avril.

-Notre-Dame-des-Landes: 75% Français approuvent le gouvernement

-Notre-Dame-des-Landes: 75%  Français approuvent le gouvernement

Finalement le gouvernemenet a bien vendu sa marchandise pour Notre Dame des Landes. L’opinion publique approuve à 74% la décision du gouvernement Selon une étude Elabe  En plus, 76% se déclarent par ailleurs favorable à l’évacuation de la ZAD. Pourquoi ? Évidemment on n’en sait rien comme si cette évacuation de la zad était une priorité nationale stratégique pour redresser le pays, assurer sa défense ou moderniser l’économie. Rien de tout cela en effet les Français sont comme la plupart des légitimistes réactionnaires en faveur d’un rétablissement de l’autorité d’un État sur cette minuscule parcelle puisque par ailleurs l’État est interdit dans environ 500 zones de non-droit de banlieue en France. Mieux vaut taper sur ces gauchistes utopistes qui font pousser des carottes en toute illégalité que d’essayer de faire le ménage dans les banlieues.

Sondage le PS va disparaître pour 75% des Français

 Sondage le PS va disparaître pour  75% des Français 

 

Il est clair que le parti socialiste vit un moment particulièrement difficile en raison notamment du naufrage des élections présidentielles. À l’assemblée le vieux parti ne compte plus qu’une trentaine de députés alors qu’il était précédemment majoritaire avec environ 300 élus. . Pire nombre de responsables sont partis. Certains ont rejoint Macon, d’autres se sont rapprochés de Mélenchon d’autres enfin sont un peu hors sol comme Benoît à mon avec son micro parti qui pourrait tenir dans une cabine téléphonique. Même sur ce qui reste socialiste les clivages demeurent entre ceux qui sont partisans de l’Europe et d’autres davantage souverainistes, entre les libéraux et les étatistes, entre les sociaux démocrates et les gauchistes. Tout est à redéfinir au parti socialiste l’orientation, la stratégie et la direction du mouvement. Aucune personnalité n’émerge vraiment et on a du mal à discerner la ligne idéologique et le programme. 75 % des Français considèrent que l’hypothèse d’une mort du parti socialiste n’est plus impossible selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo publié jeudi soir. Dans cette enquête, 74% des personnes interrogées pronostiquent une telle disparition, qui serait temporaire de l‘avis de 51% d‘entre eux, et définitive pour 23%. Alors que le PS prévoit un congrès le printemps prochain, le sondage a testé la popularité de différentes personnalités dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022. L‘ancien Premier ministre Manuel Valls, qui a quitté le PS pour rejoindre la majorité présidentielle, arrive en tête avec 25% des réponses, devant l‘ancien ministre Arnaud Montebourg, retiré la vie politique (21%) et l‘ex-candidat du PS à l’élection présidentielle Benoît Hamon (19%), qui a lui aussi abandonné le PS pour fonder son propre mouvement. Les personnalités pressenties ou déclarées pour prendre la direction du Parti socialiste manquent clairement de notoriété. Seul candidat déclaré pour le moment, le député Luc Carvounas est crédité de 4%, derrière le président du groupe Nouvelle gauche à l‘Assemblée nationale Olivier Faure, 5%. Les anciens ministres Najat-Vallaud Belkacem et Stéphane Le Foll sont respectivement crédités de 10% et 9%. Ce sondage a été réalisé par internet les 29 et 30 novembre auprès d‘un échantillon de 991 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquels 238 sympathisants de gauche, 137 sympathisants La République en marche, 148 sympathisants de droite hors Front national et 130 du FN.

Sondage Fraude fiscale: sanctions inefficaces pour 75%

Sondage Fraude fiscale: sanctions inefficaces pour 75%

D’après  un sondage Odoxa  75% des Français jugent que la fraude fiscale est « insuffisamment punie ». Les sondés estiment même qu’elle est coûteuse pour l’économie. Selon les estimations de deux économistes de l’université des Nations unies, l’évitement fiscal des multinationales coûterait 18 milliards à la France.  Dans le détail, les opinions diffèrent en fonction de l’opinion politique des personnes interrogées. Ainsi, 82% des sympathisants de gauche dénoncent un manque de sanction, contre 76% de ceux de droite et 68% pour ceux du Front national. Au travers ce sondage, « on voit que les ‘Paradise Papers’ ne sont pas une affaire de journalistes« , explique, à franceinfo, Céline Bracq, la directrice générale de l’institut de sondage. « Les Français sont pessimistes, ils sont négatifs sur ces affaires de fraude fiscale. Malgré la communication du gouvernement cette semaine pour montrer les efforts qui sont menés, les trois-quarts d’entre eux considèrent que les sanctions ne suffisent pas ».

Sondage Présidentielle : 75% des Français pour le renoncement de Fillon

Sondage Présidentielle : 75% des Français pour le renoncement de Fillon

.Selon un sondage Odoxa pour franceinfo révélé vendredi 17 mars, 75% des Français estiment désormais que le candidat Les Républicains à l’élection présidentielle devrait renoncer à se présenter. À titre de comparaison, ce taux était de 70% lors du précédent sondage le 3 mars et de 61% lors de celui du 3 février. Près de huit sondés sur dix (78%) déclarent avoir une mauvaise opinion de François Fillon. Le candidat a perdu 32 points de « bonne opinion » depuis début novembre. Seuls 58% des sympathisants de droite - hors Front national - disent aujourd’hui avoir une bonne opinion de lui. Preuve de la forte dégradation de l’image du candidat, près de neuf Français sur dix (89%) considèrent qu’il n’est pas honnête, et plus de trois quarts qu’il n’est ni convaincant (76%), ni proche de leurs préoccupations (78%). Près de la moitié des sondés le trouvent toutefois courageux (46%), dont 83% des sympathisants de droite. Seule consolation à tirer de ce sondage pour François Fillon : la baisse de sa popularité ralentit, malgré une nouvelle vague de révélations« Le candidat a moins baissé ces dernières semaines après sa mise en examen qu’il n’avait baissé tout au long du mois de février. On a le sentiment de toucher le noyau dur de ce qui lui reste de supporters », analyse Gaël Sliman, le président de l’institut Odoxa.

Enquête réalisée sur internet les 15 et 16 mars 2017 auprès d’un échantillon de 1 006 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquelles 250 sympathisants de gauche, 175 sympathisants de droite hors FN, et 171 sympathisants du FN.

Affaire Fillon : 75 % des Français pas convaincus par Fillon

Affaire Fillon : 75 % des Français pas convaincus par Fillon

 

Plus de trois quarts de personnes interrogées (76%) déclarent ne pas avoir été convaincues par la défense de François Fillon, déstabilisé par une enquête sur les emplois potentiellement fictifs de son épouse, selon un sondage Elabe pour BFM TV publié mardi. Dans le détail, 45% n’ont pas été convaincus « du tout » et 31% « pas vraiment » par les arguments avancés par le candidat de la droite à la présidentielle depuis les premières révélations du Canard enchaîné la semaine dernière. Le doute traverse également les rangs des seuls sympathisants de la droite et du centre, qui sont 49% à se déclarer dubitatifs et 50% à exprimer leur confiance à l’égard de l’ex-Premier ministre. Parmi les sympathisants Les Républicains, 41% disent ne pas avoir été convaincus. Penelope Fillon est soupçonnée d’avoir perçu plusieurs centaines de milliers d’euros de rémunérations au titre d’attachée parlementaire et en tant que collaboratrice à la Revue des deux monde sans exercer d’activité en contrepartie. Les informations du Canard enchaîné ont conduit à l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet national financier. François Fillon, qui avait confortablement remporté la primaire de la droite en novembre dernier, se présente comme la cible de « boules puantes » et affirme qu’il n’y a rien d’illégal dans les emplois occupés par sa femme.

Le sondage d’Elabe a été réalisé lundi et mardi par internet auprès d’un échantillon de 974 personnes.

2017 : la réélection de Hollande pas souhaitable pour 75 %

2017 : la réélection de Hollande pas souhaitable pour 75 %

 

Pour résumer d’après un sondage Viavoice pour Libération , 75 % des Français estiment que la réélection de François Hollande n’est pas souhaitable et veulent une primaire à gauche. Valls et Macron  auraient les meilleures chances à gauche. À droite Alain Juppé devance maintenant très nettement Nicolas Sarkozy et les autres. Si 22% des personnes interrogées pensent qu’une victoire de l’actuel chef de l’Etat à l’élection présidentielle l’année prochaine est « possible » (contre 70%), seuls 16% la jugent « souhaitable ». Plus d’un Français sur deux (53%) et 79% des sympathisants de gauche considèrent par ailleurs qu’ »une union de la gauche (socialistes, écologistes, Front de gauche…) autour d’une candidature commune » serait « indispensable pour assurer la présence d’un candidat de gauche au second tour » en 2017. Si 35% jugent une telle hypothèse « possible », 41% la jugent « souhaitable ». Par ailleurs, 47% des personnes interrogées (contre 31%) se disent « favorables » à une primaire à gauche qui rassemblerait « tous les candidats potentiels à gauche, y compris François Hollande ». 74% des proches de la gauche (contre 31%) y sont favorables. A l’inverse, 28% des Français, et 36% des proches de la gauche, souhaitent une primaire qui rassemblerait « uniquement des candidats de gauche opposés à la politique de François Hollande ». Alain Juppé à droite et Manuel Valls à gauche apparaissent par ailleurs comme les meilleurs candidats de leurs camps pour 2017. Chez les proches de la droite et du centre, Alain Juppé (36%) devance Nicolas Sarkozy (22%), Bruno Le Maire (10%) et François Bayrou (8%). Chez ceux de la gauche, Manuel Valls (17%) arrive devant Martine Aubry (14%), François Hollande (13%) et Ségolène Royal (10%). Sur l’ »ensemble des Français », Alain Juppé (33%) devance Nicolas Sarkozy (14%) et Manuel Valls (18%) est à égalité avec Emmanuel Macron (18%), François Hollande ne recueillant que 5% de réponses positives. Près d’un Français sur deux (48%, -3) considère par ailleurs que le maire de Bordeaux ferait « un bon président de la République ». Il devance dans l’ordre Emmanuel Macron (32%, -1), Manuel Valls (31%, -2), François Fillon (27%, -4), François Bayrou (27%, -1) et Nicolas Sarkozy (25%, +1). François Hollande est loin derrière, avec 17% (-3) de réponses positives.

Le taux du livret A maintenu à 0,75% : c’est trop !

Le taux du livret A maintenu à 0,75% : c’est trop !

 

 

En apparence la décision du ministre des finances de maintenir le taux du livret à 0,75 % est généreuse. En effet l’inflation officielle est presque nulle sur un an, du coup l’épargne semble récompenser. Une apparence toutefois puisque la décollectes nette de ces produits d’épargne montre le scepticisme des épargnants quand à la rémunération réelle . Le ministre des Finances, Michel Sapin, a donc  annoncé mercredi le maintien de la rémunération du Livret A à 0,75% et la baisse du taux des Plans d’épargne logement (PEL) qui seront ouverts à compter du 1er février à 1,5%, contre 2,0% jusqu’à présent. De toute évidence les  épargnants ne sont pas convaincus de l’intérêt de mettre leur épargne sur le livret A.  Pourquoi ? D’abord parce que les revenus (salaires et pensions) ne progressent plus, ensuite parce que les taux d’intérêt sont insignifiants au regard de l’inflation réelle. L’indice des prix de l’INSEE est en effet faussé par l’évolution structurelle de la consommation des ménages ; pour résumer il y a une  hausse des dépenses contraintes dans les budgets qui n’est  pas compensée  par la stabilisation ou la baisse de dépenses ajustables. La véritable inflation est donc supérieure au taux de rémunération de 0,75 % du livret A. En conséquence le Livret A  enchaîné un septième mois consécutif dans le rouge en octobre, les épargnants ayant effectué davantage de retraits que de dépôts à hauteur de 2,29 milliards d’euros, selon des données publiées lundi 23 novembre par la Caisse des dépôts. Au terme des dix premiers mois de l’année, la décollecte nette sur ce produit atteint 8,50 milliards d’euros, un niveau sensiblement supérieur à celui constaté sur l’ensemble de 2014 (-6,13 milliards d’euros). Comme septembre, octobre est généralement un mauvais mois pour le Livret A puisque ses détenteurs ont tendance à piocher dans leur épargne pour payer leurs impôts ou acheter leurs cadeaux de fin d’année. Ainsi, en octobre 2014, la décollecte nette s’était élevée à 2,93 milliards d’euros. Ce produit souffre aussi actuellement d’un déficit d’image puisque son taux est à son plus bas niveau historique (0,75%) en raison de la faiblesse de l’inflation. Il reste toutefois supérieur à ce qu’il devrait être en théorie, soit 0,50%, puisque la Banque de France avait choisi cet été de déroger à sa formule de calcul. Fin octobre, 254,5 milliards d’euros étaient déposés sur ce produit d’épargne, un niveau encore confortable pour assurer les missions de ce livret, qui sert notamment à financer des logements sociaux. De son côté, le Livret de développement durable (LDD) a suivi la même tendance en octobre et les retraits ont aussi été supérieurs aux dépôts, à hauteur de 780 millions d’euros. Depuis le 1er janvier, il affiche une décollecte nette de 1,88 milliard d’euros. Ainsi, en prenant en compte Le Livret A et le LDD, la décollecte nette s’élève à 10,37 milliards d’euros depuis le début de l’année, un niveau proche du record constaté en 1996 (-12,8 milliards d’euros). Au total, 354,8 milliards d’euros étaient déposés fin octobre sur un Livret A ou un LDD, montant en baisse de 3,07 milliards d’euros par rapport à fin septembre.

Sondage : Régions-réforme territoriale : du pipeau pour 75% des français

Sondage : Régions-réforme territoriale : du pipeau pour 75% des français

Selon un dernier sondage réalisé par l’Ifop et publié dans le Journal du Dimanche (JDD), les citoyens sont toujours sceptiques et ne pensent pas qu’elle simplifiera leur vie quotidienne. L’argument de la réduction des coûts ne les convainc pas non plus. À la question « D’après vous, la réforme territoriale marquée par le passage de 22 à 13 régions métropolitaines à partir du 1er janvier 2016 va-t-elle se traduire par une simplification de la vie des habitants ? », 75% des personnes sondées répondent « non, plutôt pas », 24% « oui, plutôt ». 60% des sondés estiment que la réforme n’entraînera pas une réduction des coûts de fonctionnement de ces nouvelles régions, contre 30% qui pensent le contraire.  Le scepticisme est également de mise avec la question de savoir si la réforme se traduira par un renforcement du poids politique des ces nouvelles régions, puisque 55% estiment que ce ne sera pas le cas, contre 44% qui jugent le contraire.  Enfin, les sondeurs ont demandé aux personnes interrogées quelle serait leur préférence en matière de « capitale » de quelques unes de ces nouvelles régions. Pour la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Lille (76%) devance Amiens (21%). Rouen (54%) a la préférence sur Caen (44%) pour être la capitale de la région Normandie, Toulouse devance Montpellier pour être celle de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (58% contre 41%). Dijon enfin est préférée à Besançon pour être la capitale de la région Bourgogne-Franche-Comté (74% contre  24%).

Sondage : 75% ne croient pas à la baisse du chômage

Sondage : 75% ne croient pas à la baisse du chômage

Selon un sondage Odoxa pour i-Télé et Le Parisien/Aujourd’hui en France, publié, 75% des personnes pensent que le chômage   »ne diminuera pas de façon continue d’ici la fin du quinquennat ». Une idée partagée à 90% par les sympathisants de droite contre 49% de ceux de gauche. Quant à la principale cause du chômage, qui a atteint un nouveau record en mars avec 3,51 millions de demandeurs d’emploi sans activité en métropole, 34% des Français l’attribuent aux « entreprises qui préfèrent augmenter leurs bénéfices plutôt qu’embaucher », 31% à « l’inefficacité du gouvernement ». Ils sont 21% à l’attribuer aux « blocages de la société française » et 14% à « un contexte économique défavorable ». Par couleur politique, les sympathisants de gauche retiennent à 49% la responsabilité des entreprises, quand ceux de droite pointent à 48% l’inefficacité du gouvernement. Enfin, si la droite était au pouvoir, serait-elle plus efficace que la gauche pour réduire le chômage? « Ni plus ni moins efficace », répondent 62% des personnes interrogées (24% « plus efficace », 13% « moins efficace », 1% ne se prononce pas). Les sympathisants de gauche sont 66% à juger que la droite ne ferait ni mieux ni pire, contre 44% des sympathisants de droite. Ceux-ci estiment à 49% que la droite serait plus efficace. Enquête réalisée en ligne les 29 et 30 avril auprès d’un échantillon de 1.021 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

 

Sondage : 75% des Français mécontents de Hollande…content de lui-même !

Sondage : 75%  des Français mécontents de Hollande…content de lui-même !

D’une certaine manière plus les Français sosnt mécontents de Hollande et plus il est satisfait de lui-même.la preuve c’est qu’il envisage toujours de se présenter en 2017 alors que les Français n’en veulent pas.  Pas plus de Sarkozy que de Hollande. Les Français ne semblent pas avoir envie de rejouer le duel de 2012 lors de la prochaine présidentielle. Selon un sondage BVA pour Orange et iTélé, ils ne seraient que 21 % à souhaiter que le chef de l’Etat soit de nouveau candidat en 2017. Une proportion qui a, certes, doublé en comparaison d’une précédente enquête datant de novembre 2014, mais qui reste très faible. Il y a une semaine, les souhaits de candidature de Nicolas Sarkozy étaient similaires : 22 % .   Même chez les partisans du PS 30% sont mécontents. Hollan de baisse encore d’un point Trois quarts des Français se disent mécontents du Président de la République, François Hollande, et 55% du premier ministre, Manuel Valls, selon un sondage IFOP à paraître dimanche dans le Journal du Dimanche.  Pour François Hollande, le pourcentage a baissé d’un point par rapport à un sondage identique réalisé le mois dernier. Parmi les mécontents, 40% (+1% en un mois) se disent « plutôt mécontents » et 35% (-2%) « très mécontents ». A l’inverse, 25% (+1%) sont « satisfaits » de François Hollande, dont 23% (+1%) de « plutôt satisfaits » et 2% (=) « très satisfaits ».  Chez les mécontents, apparaissent davantage de femmes (77%) que d’hommes (73%) alors que chez les satisfaits les hommes (27%) dépassent les femmes (23%). La répartition politique montre que les sympathisants du FN et de l’UMP se disent à 93% mécontents de François Hollande, suivis par les sympathisants de l’UDI (90%), du Modem (78%), du Front de Gauche (71%), d’EELV (62%), et du PS (30%). En revanche, les sympathisants du PS sont 70% à se déclarer satisfaits du chef de l’Etat, suivis par ceux d’EELV (38%), du Front de Gauche (29%), du Modem (22%), de l’UDI (10%) et de l’UMP ex-æquo avec ceux du FN (7%). La cote de popularité de François Hollande a atteint son sommet à son élection en mai 2012 avec 61% de satisfaits et est tombée au plus bas en septembre et novembre de l’année dernière avec 13%.  55% des Français sont mécontents de Manuel Valls, dont 35% de « plutôt mécontents » et 20% de « très mécontents ». A l’inverse 45% sont satisfaits du Premier ministre, dont 40% de « plutôt satisfaits » et 5% de « très satisfaits ». Les sympathisants du FN sont 76% à se dire mécontents du chef du gouvernement, 63% au Front de Gauche, 62% à l’UMP, 50% à EELV, 45% à l’UDI, 43% au Modem et 18% au PS. En revanche, 82% des sympathisants du PS sont satisfaits de Manuel Valls, 57% du Modem, 53% de l’UDI, 49% d’EELV, 38% de l’UMP, 37% du Front de Gauche, et 24% du FN.

 

35 heures :75% des Français pour des dérogations

35 heures :75% des Français pour des dérogations

Finalement les Français sont plus réformateurs que les responsables politiques. La preuve supplémentaire que le système politique est en retard sur l’opinion dans bien des domaines. La crise de ce point de vue a fait progresser de manière considérable le rapport qu’entretiennent les Français avec la matière économique. D’après  l’institut Odoxa pour BFMBusiness, Challenges et Aviva, Les trois-quarts des Francis  estiment qu’il faut « permettre aux entreprises et aux branches de déroger aux 35H en cas d’accord avec les organisations syndicales ». De quoi inciter le ministre de l’Economie à pousser davantage ses pions sur le sujet.  D’autant qu’au sein de l’opinion publique, le sujet n’est plus clivant politiquement. 72% des sympathisants de gauche (82% à droite) approuveraient que l’Etat autorise les entreprises à négocier une éventuelle dérogation à la durée légale du temps de travail. Seule la suppression pure et simple des 35 heures divise encore clairement les Français. 67% des sympathisants de droite sont pour et 77% des sympathisants de gauche sont contre. Autre motif de satisfaction pour Emmanuel Macron, s’ils étaient députés, les Français approuveraient à une large majorité (53% contre 46%) sa loi qui sera examinée par les sénateurs à partir de la mi-mars. Et les sympathisants de gauche défendent encore plus les réformes souhaitées par le ministre de l’Economie (56%). Les Français sont également moins nombreux à se montrer pessimistes pour l’avenir. 28% se déclarent même plutôt plus confiants.   Toujours selon ce sondage, 46% des électeurs accepteraient une remise en cause du droit du travail qui permettrait aux entreprises d’embaucher et de licencier facilement. Gaël Sliman, le président d’Odoxa souligne l’évolution de l’opinion publique sur ce sujet: « Lorsque la même question leur avait été posée avant la crise, les Français étaient près de 20 points de moins (27%) à adhérer à cette idée. »

 

La fin de la taxe à 75%

La fin de la taxe à 75%

 

Annoncée à grand renfort de trompettes la taxe sur les riches à 75% a disparu dans la plus grande discrétion en ce début 2015. Il faut dire que c’était au départ une idée très politicienne pour redonner un vernis socialiste à Hollande lors de sa campagne électorale. En réalité elle a été inventée quasiment la veille d’un meeting sans grande préparation. En faiat les riches n’ont jamais été touchés puisque ce sont les entreprises qui l’ont acquittée. Une taxe à limage de Hollnde, tordue, mal ficelée et détournée de son objet.  Elle n’aura donc  été appliquée que deux ans. Terminée, la taxe à 75% voulue par François Hollande. Cette mesure polémique visait les revenus annuels supérieurs à 1 million d’euros. Grâce à cette taxe, l’État aura empoché 420 millions d’euros. (Notons par exemple que la richesse de Liliane Bettancourt-qui n’a pas été touchée- ont augmenté de 4.5millirds rein 2014 pour atteindre plus de 34 milliards). Une maigre enveloppe au vu de toute l’agitation suscitée dès la fin de la campagne présidentielle. En février 2012, la campagne du candidat François Hollande piétine. Il demande alors à son équipe des idées pour la relance. Son conseiller, Aquilino Morelle, qui se souvient entre autres de l’émotion suscitée par ces patrons du CAC qui augmentent leur salaire, lui envoie par mail une note de deux pages dans laquelle il suggère cette taxe de 75%. Le lendemain, une réunion autour du chef de l’État avec Stéphane Le Foll, Pierre Moscovici, Manuel Valls se tient. L’idée est entérinée. Rien ne filtre jusqu’au soir quand sur TF1, François Hollande fait son annonce surprise. Au même moment sur France 2, dans l’émission Mots Croisés, Jérôme Cahuzac le conseiller budget du candidat socialiste, n’est pas sur la même longueur. Le futur ancien ministre dévie la conversation. Jérôme Cahuzac ne voulait pas de cette proposition qui suscite une énorme polémique dès le lendemain matin et remet François Hollande au centre du jeu. Après l’élection, elle est édulcorée puis retoquée par le Conseil d’État. Elle sera enfin aménagée et enfin ce 1er février, enterré. Le symbole devenu encombrant aura marqué le quinquennat du président.

Le Livret A à 0,75% ?

Le Livret A à 0,75% ?

Le livret A ne rapporte déjà pratiquement plus rien pourtant le gouverneur de la Banque de France estime « qu’il  serait irresponsable de maintenir taux à 1% » !!! On se demande bien qui est irresponsable dans cette affaire car la collecte du livret de cesse déjà de se réduire depuis des mois. Pour deux raisons, du fait d’un taux de rémunération insignifiant, la seconde raison  tient au fait que l’inflation est structurellement sous-estimée. Cette inflation ne tient pas compte de la déformation structurelle de la consommation des ménages de plus en plus affectée aux dépenses contraintes (impôts, assurances, électricité, gaz, transport, différents services) ; or ces dépenses sont sous estimées voire non prises en charge comme les impôts. Du coup l’indice d’évolution des prix à la consommation est obsolète.  Le « placement préféré des Français », comme on l’appelle, le restera-t-il  donc encore longtemps ? Depuis le 1er août dernier, le Livret A ne rapporte plus qu’1%… et sans doute un peu moins encore au 1er février prochain. C’est du moins ce que souhaite Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France. Ce jeudi matin, il a formellement proposé une baisse de 0,25 point – pour une rémunération, donc, à 0,75%. « Rester à 1% serait totalement irresponsable », a-t-il expliqué, compte tenu de la faiblesse de l’inflation – hors tabac, celle-ci est tombée à 0,1% en 2014. Reste qu’une rémunération à 0,75%, c’est encore beaucoup : si la formule utilisée pour le calcul de la rémunération était appliquée à la lettre, le Livret A ne sera plus rémunéré qu’à hauteur de… 0,25%. « Je propose 0,75%. Economiquement, je devrais proposer un peu plus bas, 0,50% sans aller jusqu’à 0,25%, mais je veux tenir compte de la psychologie des épargnants. Donc je pense qu’il faut faire un mouvement d’une ampleur relativement limitée », explique Christian Noyer.

La taxe à 75% : un gadget pour être élu

La taxe à 75% : un  gadget pour être élu

 

La fameuse taxe à 75% finit en eau de boudin. Inventée la veille d’un meeting, elle s’appuyait sur le recentrage à gauche de Hollande «  l’ ennemi c’est la fiance ». En fait elle a été complètement dénaturée (puisque ce sont les entreprisse qui la payent et non les millionnaires) et elle a très peu rapporté. Sauf à Hollande qui s’est fait largement élire avec cette fumeuse promesse.  La taxe à 75% sur les revenus supérieurs à un million d’euros par an devrait être supprimée dans quelques jours. Elle n’aura duré que 2 ans. C’est l’impôt qui a coupé la France en deux. Il a déchaîné les passions françaises parce qu’il frappait, il frappe toujours, ceux que nous aimons détester et que nous envions : les riches.  C’est sûrement l’impôt français dont on a le plus parlé dans le monde, il a été l’acte symbolique de François Hollande, qui à cause de cela, a pâti d’une image anti-business dans la communauté des affaires planétaires. Sous sa forme actuelle, elle va donc disparaître au 1er janvier prochain. Ce sont les entreprises payant de tels salaires que vise la taxe, pas les individus, et seulement sur la portion du salaire supérieure à un million. Il s’agit d’une sorte de surcharge de la cotisation sociale dans les très gros salaires. Elle touche donc les très grandes entreprises, en particulier le CAC 40, et les grands clubs de football. Les professions libérales (avocats, médecins…) ne sont pas concernées, pas plus que les acteurs parce qu’ils ne sont pas salariés. En tout, cette taxe ne touche en réalité qu’un millier de personnes. La taxe a rapporté à l’État 500 millions d’euros par an, selon les calculs du journal Les Echos, sur cette somme, 40 millions viendraient des clubs de foot de Ligue 1. 500 millions, comparés au 70 milliards que rapporte l’impôt sur le revenu, ce n’est pas grand chose. Elle a surtout servi à gagner l’élection présidentielle de 2012 pour le candidat Hollande de l’époque. Cette proposition lui a permis de remettre Nicolas Sarkozy à droite, puisque le candidat UMP n’a de cesse de critiquer le projet. Mais ça lui a aussi permis de couper l’herbe sous le pied de Jean-Luc Mélenchon. L’impôt en France, c’est un signal politique, qu’il ait un impact économique ou pas. 

 

2017 : pour virer Hollande primaire à gauche pour 75% des Français

2017 : pour virer Hollande primaire à gauche pour  75% des Français

 

Comment virer Hollande François Hollande qui ne fédère que 24% des Français sur son éventuelle candidature en 2017. Pour les trois quarts des interrogés, la gauche devrait organiser des primaires pour choisir son candidat à l’élection présidentielle, selon un sondage Odoxa pour L’Expressla presse régionale et France Inter rendu public mardi 25 novembre. Priés de dire s’ils pensent que la gauche devrait organiser des primaires pour choisir son candidat à la prochaine présidentielle ou s’ils estiment que la gauche n’a pas à organiser de primaires, car en tant que président de la République sortant, François Hollande devrait être le candidat naturel de la gauche, 75% ont choisi la première option. Un peu moins d’un quart, 24%, se sont prononcés contre un primaire de la gauche. 1% ne s’est pas prononcé. Chez les sympathisants de gauche, 73% se sont déclarés pour une primaire à gauche, 26% contre. La proportion en faveur de cette primaire est plus importante, à 75%, parmi les sympathisants de droite, contre 24%.

 

Sondage Sarkozy : retour raté pour 75%

Sondage Sarkozy : retour raté pour 75%

 

C’est   »raté » pour 75% des Français et 48% des sympathisants de l’UMP tandis que 77% des personnes interrogées jugent que l’ex-chef de l’Etat n’a fait aucune proposition intéressante pour la France, selon un sondage Odoxa pour le Parisien publié samedi. A la question, « Diriez-vous que le retour de Nicolas Sarkozy en politique est plutôt raté ou réussi », 75% des Français répondent « raté » contre 23% qui le jugent « réussi ». « Mais surtout plus fâcheux », commente l’organisme de sondages, 57% des sympathisants de droite (contre 41%) jugent également que ce retour est un échec. « Résultat plus sévère encore », analyse l’institut de sondage, 77% des Français estiment que depuis son retour, Nicolas Sarkozy, « n’a pas fait de propositions intéressantes pour répondre aux problèmes qui se posent à la France. » « Signe inquiétant pour l’ancien président: les sympathisants de droite sont une majorité à le penser (58% contre 41), les sympathisants UDI et FN se montrant particulièrement critiques à l’égard du fond du projet. Quant aux sympathisants UMP – la « base électorale » de Nicolas Sarkozy – ils considèrent certes majoritairement qu’il fait des propositions intéressantes pour le pays, mais cette majorité est étriquée (54%). » Conséquence de la « défiance » à son égard, Nicolas Sarkozy voit son avance sur Alain Juppé se rétrécir dans sa course à la présidence de l’UMP. Auprès de l’ensemble des Français, Juppé l’emporte haut la main (45% soit +2 points par rapport à il y a un mois) contre 24%, soit -4 points.

 

Emplois : 75% dans le tertiaire et des CDD

Emplois : 75% dans le tertiaire et des CDD

 

Sans doute le phénomène le plus caractéristique de l’évolution de nos économies. L’industrie, l’agriculture deviennent  marginales alors que les emplois tertiaires s’envolent. A titre d’exemple sen 1954, l’agriculture représentait près de 27% des emplois. (3% aujourd’hui).; en 1978, lindustrie représentait 25% des emplois ( aujourdhui 13.5%) . Second phénomène le fait que désormais la majorité de embauches s’effectuent sous le régime des CDD (transformés souvent ensuite en CDI)°. Selon l’Insee, parmi les 22,9 millions de salariés, les trois quarts des emplois sont occupés dans le secteur tertiaire, 13,5% dans l’industrie, 6,6% dans la construction et 3% dans l’agriculture. En huit ans, la part des salariés occupés dans l’industrie a reculé de 2,7 points alors qu’elle augmentait de 2,6 points dans le tertiaire.  87,8% des femmes travaillent dans le tertiaire.  En 2013, 25,8 millions de personnes ont un travail et 2,8 millions sont au chômage au sens du Bureau International du Travail (BIT). C’est ce qui ressort de la traditionnelle « photographie » annuelle réalisée par l’Institut national de la statistique (Insee).  . Depuis 2005, la population active a augmenté de… 1,3 million de personnes. Rien que pour l’année 2013, il y a eu 110.000 actifs de plus qu’en 2012, en majorité des femmes. Le salariat est prédominant. Seuls 11,2% des emplois sont occupés par des non-salariés et ils sont des hommes dans les 2/3 des cas.  En 2013, 86,5% des salariés travaillent sous CDI. 9,5% des salariés sont sous CDD, 2,2% sont en intérim et 1,8% en apprentissage. Trois employés en CDD sur cinq sont des femmes.  La proportion des actifs à temps partiel a progressé de 0,4 point en 2013 pour atteindre 18,4%. Près de 80% de ces temps partiels sont occupés par des femmes.

 

Sondage-Pacte de responsabilité : les Français approuvent à 75%

Sondage-Pacte de responsabilité : les Français approuvent à 75%

Ce ne sont pas les français qui suivent Hollande sur le pacte de responsabilité mais Hollande qui suit les français. Hollande jusque là a choisi le matraquage fiscal alors que l’évidence impose au contraire d’alléger la pression fiscale pour relancer compétitivité, croissance et emploi. Résultat, croissance atone, chômage, déficit et impopularité. Un échec total. Du coup Hollande se soumet à la démocratie d’opinion ; une opinion convaincue depuis longtemps que la politique de Hollande menait dans le mur. Du certain point de vue la démocratie représentative est morte, on peut le regretter mais quand les élus sont aussi éloignés des réalités économiues et sociales réelles, on ne peut être étonné. L’oligarchie politique est obsolète. Certes la démocratie d’opinion n’est pas une solution durable mais elle constitue une séquence qui pourrait dépoussiérer un système politique à bout de souffle, sans autre véritable autre vision que la conservation du pouvoir. Les Français sont 75% à approuver le « pacte de responsabilité » proposé par François Hollande aux entreprises, selon un sondage BVA diffusé samedi pour i-télé-CQFD et Le Parisien/Aujourd’hui en France. Selon cette étude, 75% approuvent la proposition présidentielle, contre 22% qui la désapprouvent et 3% qui sont sans opinion. La même proportion se retrouve que l’on soit sympathisant de gauche (77% approuvent) ou de droite (75%). Les personnes interrogées sont par ailleurs 51% à trouver que la politique menée « actuellement » n’est « pas assez favorable aux entreprises », contre 19% la jugeant « trop favorable » et 27% « bien équilibrée » (3% étant sans opinion). François Hollande a proposé lors de ses vœux à l’Elysée un « pacte de responsabilité », avec « moins de contraintes » pour les entreprises, afin de « gagner » la « bataille » de l’emploi. Ce pacte de responsabilité est fondé sur un principe simple : « moins de charges sur le travail, moins de contraintes sur leurs activités et, en même temps, une contrepartie : plus d’embauches et plus de dialogue social ».

 

Hollande : « La naissance du Prince a réjoui le peuple français » ; Tu rigoles ? 75% sont indifférents !

Hollande : « La naissance du Prince a réjoui le peuple français » ; Tu rigoles ? 75% sont indifférents !

Hollande toujours aussi dithyrambique écrit «  la naissance du prince royal a réjoui le peuple français « En fait d’après un sondage, 75% des français sont indifférents à cette naissance ; Hollande en rajoute donc dans le ridicule ; des félicitations sur ce sujet  relève de l’ordre de la diplomatie encore faut-il ne pas trop en faire ou alors c’est pour masquer le reste. Ce qu’on bien faiat les médias mardi soir en consacrant l’essentiel de leur journal à la naissance de l’enfant royal évitant ainsi de parler du nouveau scandale du mensonge de Cahuzac qui ne se souvient plus s’il a participé à la réunion du 16 janvier à l’Elysée avec Hollande, Moscovici et Ayrault.. La naissance lundi du fils de Kate et William a été saluée par nombre de chefs d’Etat. François Hollande n’a pas dérogé à la règle.  »L’heureuse nouvelle de la naissance du Prince a réjoui le peuple français. Je souhaite vous exprimer, avec Valérie Trierweiler, nos plus sincères félicitations, ainsi que nos voeux les plus chaleureux de joie et de bonheur pour votre famille nouvellement agrandie », écrit-il dans une lettre adressée au couple royal. 

 

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol