Archive pour le Tag '71%'

Hausse prix du carburant : L’État responsable pour plus de 71 % de l’opinion

Hausse du carburant : L’État responsable pour plus de 71 % de l’opinion

Selon un sondage d’Elabe pour BFMTV, Ils sont 71% à le penser, devant les pétroliers comme Totalénergies à 62% (deux réponses étaient possibles). Le contexte géopolitique (à l’origine de la flambée récente des prix du pétrole) et la grande distribution arrivent loin derrière avec 48% et 9%. »La hiérarchie des responsabilités est globalement identique entre les différentes catégories socioprofessionnelles et générations » souligne Elabe.

Dans le dernier sondage* « Opinion en direct » d’Elabe pour BFMTV ils sont 76% à penser que l’Etat doit les baisser « même si cela a pour conséquence de creuser encore davantage la dette publique et que cela est contraire à la transition écologique ».

Cette mesure est « plébiscitée par toutes les catégories de la population, en particulier par les automobilistes au quotidien (81%), et majoritairement soutenue par tous les électorats y compris celui d’Emmanuel Macron (55%) » note Elabe.

Les solutions proposées par le gouvernement comme le fait de demander aux distributeurs de vendre à perte puis à prix coûtant ou encore le chèque carburant de 100 euros ne changeront quasiment rien jugent les Français.

78% des Français considèrent que la vente à perte est une mauvaise solution, « un chiffre qui peut en partie être expliqué par la crainte d’une répercussion à la hausse sur les prix de l’alimentation pour compenser cette vente à perte », selon l’institut de sondage.

Et 55% estiment que la vente à prix coûtant ne permettra pas d’améliorer significativement le prix de l’essence. A l’inverse, 45% pensent que cette mesure permettra d’améliorer la situation.és de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas. Mode de recueil et dates de terrain Interrogation par Internet du 26 au 27 septembre 2023.

Environnement-71 % des Français concernés directement par le changement climatique.

Environnement-71 % des Français concernés directement par le changement climatique.


71 % des Français concernés directement par le changement climatique d’après le baromètre de la Fondation pour la Nature et l’Homme réalisé avec Odoxa sur l’humeur écologique des Français publié mardi 27 juin.

Les habitants de Provence-Alpes-Côte-d’Azur sont ceux qui y sont le plus sensibles, à 77%. Cette impression concerne les trois quarts des habitants de la Bretagne à l’Occitanie, et plus des deux tiers des résidents des régions du Grand Est à l’Auvergne-Rhône-Alpes. Les Franciliens sont dans la moyenne nationale (70%), quand 69% des habitants des Hauts-de-France ressentent ce changement climatique. À noter que c’est en Normandie où cette sensation est la plus faible : 52%.

7 Français.es sur 10 disent ressentir les effets du changement climatique au quotidien. (FONDATION POUR LA NATURE ET L’HOMME)
Conséquence du réchauffement climatique : quatre Français sur dix (42%) ont déjà pensé à changer de lieu d’habitation. Un tiers (34%) souhaitent fuir en raison de la pollution. Un quart (26%) désirent déménager dans une zone moins dangereuse, et la même proportion (26%) dans une zone moins sujette au manque d’eau.

Face au changement climatique et à ses conséquences, un tiers des personnes interrogées (35%) se sentent impuissantes. 30% sont anxieuses. A noter que seulement 9% des sondés restent optimistes, les femmes étant deux fois moins optimistes que les hommes.

Malgré tout, les Français restent très actifs. Selon cette enquête, 77% disent avoir modifié leurs habitudes de vie ces dernières années afin de préserver la biodiversité et le climat. La principale action mise en place par les personnes interrogées est le fait de ne plus prendre l’avion qu’en cas de nécessité absolue (58%), sachant que seulement 11% des Français sont amenés à prendre l’avion plusieurs fois par an.

Les Français assurent également acheter majoritairement des produits « made in France » (56%) et ont réduit de moitié leur consommation de viande et de poisson (52%). Les Français se disent également prêts à participer à des chantiers de plantations pour remettre de la nature dans leur commune (39%) ou à investir l’essentiel de leur épargne dans des produits durables (34%).

C’est principalement le futur de leurs enfants ou des générations à venir qui motivent les Français à agir pour le climat, pour 42% d’entre eux, devant l’envie de rester en bonne santé et d’avoir une vie plus saine (31%). 24% avouent avoir peur des catastrophes climatiques. Et pour entretenir cette motivation, les sondés s’appuient sur les scientifiques, à 37%, les agriculteurs ou les éleveurs (34%) ou les associations environnementales (31%).

Mais si l’envie d’agir est là, les moyens ne le sont pas forcément. Un Français sur deux (52%) a le sentiment de ne pas avoir la capacité financière pour agir à son niveau. Les sondés souhaitent à 45% que les efforts soient mieux répartis entre tous les membres de la société et que cela n’ait pas d’impact économique sur eux et leur foyer (37%).

Enfin, selon ce sondage, pour lutter contre le changement climatique, les Français plébiscitent la végétalisation des espaces publics (61%). Le soutien à l’agriculture locale respectueuse de l’environnement et du climat est salué par 58% des personnes interrogées. Et 57% apportent leur soutien à une agriculture locale respectueuse de l’environnement et du climat. En revanche, les Français sont 64% à juger que l’on n’interdit pas suffisamment les nouvelles grandes zones commerciales en périphérie des villes. Et 52% trouvent que leur région n’en fait pas assez pour rénover les anciens bâtiments.

Ce baromètre de la Fondation pour la Nature et l’Homme sur l’humeur écologique des Français a été réalisé par Odoxa par Internet du 16 au 24 mai 2023, sur un échantillon de 3 015 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

71 % des Français concernés directement par le changement climatique.

71 % des Français concernés directement par le changement climatique.


71 % des Français concernés directement par le changement climatique d’après le baromètre de la Fondation pour la Nature et l’Homme réalisé avec Odoxa sur l’humeur écologique des Français publié mardi 27 juin.

Les habitants de Provence-Alpes-Côte-d’Azur sont ceux qui y sont le plus sensibles, à 77%. Cette impression concerne les trois quarts des habitants de la Bretagne à l’Occitanie, et plus des deux tiers des résidents des régions du Grand Est à l’Auvergne-Rhône-Alpes. Les Franciliens sont dans la moyenne nationale (70%), quand 69% des habitants des Hauts-de-France ressentent ce changement climatique. À noter que c’est en Normandie où cette sensation est la plus faible : 52%.

7 Français.es sur 10 disent ressentir les effets du changement climatique au quotidien. (FONDATION POUR LA NATURE ET L’HOMME)
Conséquence du réchauffement climatique : quatre Français sur dix (42%) ont déjà pensé à changer de lieu d’habitation. Un tiers (34%) souhaitent fuir en raison de la pollution. Un quart (26%) désirent déménager dans une zone moins dangereuse, et la même proportion (26%) dans une zone moins sujette au manque d’eau.

Face au changement climatique et à ses conséquences, un tiers des personnes interrogées (35%) se sentent impuissantes. 30% sont anxieuses. A noter que seulement 9% des sondés restent optimistes, les femmes étant deux fois moins optimistes que les hommes.

Malgré tout, les Français restent très actifs. Selon cette enquête, 77% disent avoir modifié leurs habitudes de vie ces dernières années afin de préserver la biodiversité et le climat. La principale action mise en place par les personnes interrogées est le fait de ne plus prendre l’avion qu’en cas de nécessité absolue (58%), sachant que seulement 11% des Français sont amenés à prendre l’avion plusieurs fois par an.

Les Français assurent également acheter majoritairement des produits « made in France » (56%) et ont réduit de moitié leur consommation de viande et de poisson (52%). Les Français se disent également prêts à participer à des chantiers de plantations pour remettre de la nature dans leur commune (39%) ou à investir l’essentiel de leur épargne dans des produits durables (34%).

C’est principalement le futur de leurs enfants ou des générations à venir qui motivent les Français à agir pour le climat, pour 42% d’entre eux, devant l’envie de rester en bonne santé et d’avoir une vie plus saine (31%). 24% avouent avoir peur des catastrophes climatiques. Et pour entretenir cette motivation, les sondés s’appuient sur les scientifiques, à 37%, les agriculteurs ou les éleveurs (34%) ou les associations environnementales (31%).

Mais si l’envie d’agir est là, les moyens ne le sont pas forcément. Un Français sur deux (52%) a le sentiment de ne pas avoir la capacité financière pour agir à son niveau. Les sondés souhaitent à 45% que les efforts soient mieux répartis entre tous les membres de la société et que cela n’ait pas d’impact économique sur eux et leur foyer (37%).

Enfin, selon ce sondage, pour lutter contre le changement climatique, les Français plébiscitent la végétalisation des espaces publics (61%). Le soutien à l’agriculture locale respectueuse de l’environnement et du climat est salué par 58% des personnes interrogées. Et 57% apportent leur soutien à une agriculture locale respectueuse de l’environnement et du climat. En revanche, les Français sont 64% à juger que l’on n’interdit pas suffisamment les nouvelles grandes zones commerciales en périphérie des villes. Et 52% trouvent que leur région n’en fait pas assez pour rénover les anciens bâtiments.

Ce baromètre de la Fondation pour la Nature et l’Homme sur l’humeur écologique des Français a été réalisé par Odoxa par Internet du 16 au 24 mai 2023, sur un échantillon de 3 015 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Sondage réforme retraites: opposition de plus en plus massive des Français, 71% contre

Sondage réforme retraites: opposition de plus en plus massive des Français, 71% contre

Selon Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro 71% des Français approuvent la démarche des manifestants. Cela représente une hausse de +5 points par rapport à la journée d’action du 19 janvier, où 1 à 2 millions de personnes avaient manifesté. Alors que l’on a recensé entre 1,272 et 2,8 millions de personnes dans les rues mardi, selon les chiffres de la police et de la CGT, l’institut juge le soutien «très élevé». D’autant qu’aucun heurt majeur n’a été à déplorer.

63% des Français se disent ainsi prêts à assumer les conséquences de telles grèves. Car le bras de fer ne ferait que commencer selon eux : 80% des sondés (+6 points) pensent en effet que le mouvement va se prolonger. Peut-être d’ailleurs jusqu’à faire «plier» le gouvernement, puisque 56% des Français estiment que l’exécutif va devoir «modifier» ou «abandonner» sa réforme face à la rue.

Cependant euls 9% des Français croient aujourd’hui à l’abandon total du texte, contre 12% au lendemain de la mobilisation du 19 janvier. «Si l’exécutif sait sa réforme impopulaire, il semble persuadé que les Français sont plus résignés que combatifs», juge Gaël Sliman, président d’Odoxa. Avant de mettre en garde sur le risque d’«accroître la colère en donnant le sentiment d’une obstination méprisante». Comme cela avait pu être le cas au moment des «gilets jaunes».

SONDAGE Popularité : 71 % des Français doutent du gouvernement

SONDAGE Popularité : 71 % des Français doutent du gouvernement

Selon une nouvelle enquête Elabe pour BFMTV, une grande majorité de Français se montrent sceptiques sur la capacité du gouvernement à répondre aux principaux problèmes du pays. Ils sont en effet 71% à considérer que le nouvel exécutif ne sera pas efficace sur ce sujet, contre 28% qui estiment qu’il sera efficace. Jamais l’opinion n’avait été aussi négative depuis le premier mandat d’Emmanuel Macron.

Dans le détail, ils sont nombreux à estimer que le nouveau gouvernement ne sera pas efficace pour réduire les inégalités sociales (77%), pour mener une bonne politique d’immigration (75%) ou encore pour améliorer le pouvoir d’achat (72%). Les Français sont malgré tout moins pessimistes sur la capacité du gouvernement à faire face à la pandémie de Covid-19 (44% d’entre eux jugent l’exécutif efficace sur ce sujet) alors que la septième vague se poursuit en France.

Alors que le gouvernement Borne 2 est composé et que la Première ministre a tenu son discours de politique générale devant les deux assemblées, les Français espèrent voir la majorité et l’opposition s’associer sur certains sujets.

Trois personnes interrogées sur quatre (75%) souhaitent que le gouvernement soit dans une démarche de compromis avec les partis politiques d’opposition, quitte à ce qu’il modifie son projet de politique initial. A contrario, ils sont 23% à souhaiter voir l’exécutif appliquer son programme sans rechercher de compromis avec les oppositions et ce, malgré l’absence de majorité absolue à l’Assemblée.

Cette démarche de compromis fait relativement consensus dans l’opinion puisqu’ils sont de 74% à 84% au sein des principaux électorats (Ensemble, Nupes, RN, LR/UDI et absentionnistes) à souhaiter un tel geste de la part du gouvernement et de 68% à 93% – selon les électorats – à vouloir que les oppositions adoptent la même posture.

 

Elections régionales : les Français pour un report à 71 %

Elections régionales : les Français pour un report à 71 %

 

 

Il y a plusieurs raisons à ce souhait d’un report des élections régionales. D’abord et surtout d’un point de vue structurel ces sélections mobilisent très peu l’électorat qui ne comprend pas grand-chose à la responsabilité des échelons électifs intermédiaires. Pratiquement personne ne connaît d’ailleurs le nom des élus régionaux et départementaux. La seconde raison est évidemment sanitaire car il y a d’autres priorités que ces élections qui intéressent surtout le petit peuple des élus. Selon un sondage Odoxa Backbone-Consulting réalisé pour Le Figaro et France Info, 71% des Français approuveraient que cette décision soit prise pour des motifs de santé publique.

 

Contre le port du voile : 71% d’accord avec Blanquer (Sondage)

Contre le port du voile : 71% d’accord avec Blanquer (Sondage)

 

 

Le voile n’est évidemment pas contesté pour des motifs religieux mais parce qu’il est souvent utilisé comme symbole d’un communautarisme militant voire d’un radicalisme anti républicain. Notons que dans les années 60,  le port du voile (sous toutes ses formes) était presqu’inexistant en France mais aussi dans les pays arables où parfois il fut même interdit. Sous l’influence du salafisme (dont la doctrine a alimenté le terrorisme),  le voile est redevenu le signe de ralliement communautariste qui en fait refuse certains principes républicains mais plus généralement la culture nationale.  Selon une enquête Elabe réalisée pour BFMTV, diffusée ce mercredi, 71% des personnes interrogées sont d’accord avec la phrase prononcée dimanche par le ministre de l’Éducation nationale : À savoir, que « le voile en soi n’est pas souhaitable dans notre société ».

Cette large majorité recèle un clivage générationnel. En effet, plus des trois quarts des personnes âgées de 50 ans et plus à avoir été sondées disent partager l’opinion de Jean-Michel Blanquer. Inversement, plus de la moitié des 18-24 ans expriment leur désaccord. Le locataire de la rue de Grenelle est par ailleurs soutenu par une écrasante majorité (8 sur 10) d’électeurs de Marine Le Pen et de François Fillon à la dernière présidentielle.

Le thème plus global du vivre-ensemble, s’il ne suscite pas d’unanimité, demeure clivant. Selon l’institut Elabe, 55% des Français portent un regard négatif sur le vivre-ensemble en France (8% « la population vit très mal ensemble », 47% « assez mal ») et 45% un regard positif (3% « très bien », 42% « assez bien »). Les 18-24 se distinguent en étant une majorité assez large à porter un regard positif (59%) sur le vivre-ensemble.

 

Sondage effectué par Internet, les 15 et 16 octobre, sur un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

 

Sondage port du voile : 71% d’accord avec Blanquer

Sondage port du voile : 71% d’accord avec Blanquer

 

 

Selon une enquête Elabe réalisée pour BFMTV et diffusée ce mercredi, 71% des personnes interrogées sont d’accord avec la phrase prononcée dimanche par le ministre de l’Éducation nationale sur notre antenne. À savoir, que « le voile en soi n’est pas souhaitable dans notre société ».

Cette large majorité recèle un clivage générationnel. En effet, plus des trois quarts des personnes âgées de 50 ans et plus à avoir été sondées disent partager l’opinion de Jean-Michel Blanquer. Inversement, plus de la moitié des 18-24 ans expriment leur désaccord. Le locataire de la rue de Grenelle est par ailleurs soutenu par une écrasante majorité (8 sur 10) d’électeurs de Marine Le Pen et de François Fillon à la dernière présidentielle.

Le thème plus global du vivre-ensemble, s’il ne suscite pas d’unanimité, demeure clivant. Selon l’institut Elabe, 55% des Français portent un regard négatif sur le vivre-ensemble en France (8% « la population vit très mal ensemble », 47% « assez mal ») et 45% un regard positif (3% « très bien », 42% « assez bien »). Les 18-24 se distinguent en étant une majorité assez large à porter un regard positif (59%) sur le vivre-ensemble.

 

Sondage effectué par Internet, les 15 et 16 octobre, sur un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Sondage – Renoncement de Fillon : 71% des Français pour

Sondage – Renoncement de Fillon : 71% des Français pour

71% des Français souhaitent le renoncement de Fillon Selon un  sondage Ifop/JDD, les  Français ne sont aujourd’hui plus que 28% à souhaiter qu’il maintienne sa candidature, contre 33% il y a quinze jours. Le soutien des sympathisants des Républicains s’érode, chutant de 70% à 53%. Parmi ceux qui lui avaient offert une éclatante victoire le 27 novembre dernier, ils ne sont plus qu’un sur deux à vouloir de lui comme candidat. Si l’on s’attache aux pronostics, les Français ne sont plus que 68% à considérer que Fillon maintiendra sa candidature, contre 88% il y a quinze jours.  Interrogés sur « les qualités pour représenter la droite et le centre » à la présidentielle de différentes personnalités, les Français placent Alain Juppé loin devant (64%), puis François Baroin (34%) et Xavier Bertrand (30%), et enfin François Fillon (29%). Enfin, si l’on pose la question du candidat qui « incarne le mieux les valeurs d’honnêteté et d’éthique » parmi les six principaux compétiteurs, François Fillon arrive… bon dernier (7%), derrière Nicolas Dupont-Aignan (9%), Marine Le Pen (14%), Emmanuel Macron (20%), Benoît Hamon (21%) et Jean-Luc Mélenchon (24%).

Sondage Loi Travail : le 49-3 jugé « choquant » pour 71% des Français

Sondage Loi Travail : le  49-3 jugé « choquant » pour 71% des Français

 

La loi travail déjà rejetée par une large majorité de Français est aussi critiquée à cause de l’utilisation du 493. D’après un sondage Odoxa pour iTELE et Paris Match publié vendredi, plus de sept Français sur dix (71%) trouveraient « choquant » que le gouvernement utilise l’arme du 49-3 pour faire adopter le projet de loi travail, sans vote, en engageant la responsabilité du gouvernement. Dans un entretien accordé à Jean-Pierre Elkabbach sur Public Sénat vendredi soir, le Premier ministre Manuel Valls a affirmé qu’il ne fallait « jamais renoncer à un moyen constitutionnel » comme le 49-3. Fait notable, une telle décision est jugée aussi choquante par les sympathisants de gauche (70%) que par les sympathisants de droite (70%), les personnes se disant sans proximité partisane étant encore plus critiques (76%), selon cette enquête pour CQFD sur iTELE et Paris Match. L’article 49-3 de la Constitution permet au Premier ministre d’engager sa responsabilité devant l’Assemblée nationale sur un texte de loi. Le projet de loi est considéré comme adopté sauf si une motion de censure, déposée dans les 24 heures, est votée par l’Assemblée. La motion de censure est débattue au plus tôt 48 heures après son dépôt, et si elle est approuvée par la majorité absolue des députés, le gouvernement doit démissionner.

(Avec AFP)

35 heures : 71 % des Français favorables à la remise en cause

35 heures : 71 % des Français favorables à la remise en cause

Le tabou des 35 heures risque d’être sérieusement remis en cause avec cette étude réalisée par  CSA réalisée pour Les Echos qui révèle que 71% des Français se disent favorables à ce que les entreprises puissent «fixer librement le temps de travail, par accord avec leurs salariés». En clair, près des trois quarts des sondés (1003 sondés interrogés début septembre) envisagent de renoncer aux 35 heures.  Le plus cruel pour les partisans de la réduction du temps de travail issue des «lois Aubry» de 1998 et 2000, est que cette remise en cause s’exprime quelle que soit la couleur politique des sondés. Si les sympathisants de droite soutiennent sans surprise, à 83%, la possibilité d’un relâchement du temps de travail, la mesure recueille l’assentiment de 69% des sympathisants socialistes. L’idée passe même à un cheveu de recueillir la majorité (49%) chez les personnes se déclarant proches du Front de gauche. Même constat si l’on analyse les résultats en fonction de la catégorie socioprofessionnelles des personnes interrogées. 72% des employés et 73% des professions intermédiaires sont pour la remise en cause. Seuls les cadres sont un peu plus réticents, cette catégorie ayant finalement profité de la législation grâce aux «RTT» apportées par les lois Aubry. 58% d’entre eux se disent néanmoins pour une libéralisation du temps de travail.

Sondage 35 heures : 71% des Français pour la défiscalisation des heures supplémentaires

Sondage 35 heures :  71% des Français pour  la défiscalisation des heures supplémentaires

Un  sondage avait déjà démontré que les Français étaien t à 75% en faveur d e la suppression des 35 heures après accord entre partenaires sociaux dans l’entreprise. Cette fois un autre sondage confirme cette volonté de réformer les 35 heures. L es Français sont en effet favorables à la défiscalisation des heures supplémentaires, selon un sondage de l’institut CSA pour Les Echos, l’Institut Montaigne et Radio Classique publié vendredi. La proposition recueille ainsi 71% de jugements « favorables », contre 22% de jugements « défavorables ».  Faiblement soutenue par les 65 ans et plus (51% de favorables), les cadres (51%) et les sympathisants de l’UMP (56%), cette mesure est majoritairement rejetée par les actifs (63% d’opposés, dont 77% chez les ouvriers), les sympathisants de gauche (69%), ainsi que par les sympathisants du FN (63%). D’une certaine manière on peut donc constater que d’une  manière générale l’opinion est plutôt en avance sur la plupart des responsables politiques très prudents vis-à-vis des 35 heurs ( plus globalement   d’ une  remise en cause du système social). Sans doute l’importance du chômage a-telle favorisé une prise de conscience des Français sur la nécessité de reformes de structures pour relancer croissance et emploi. Sans parler de l’augmentation du pouvoir d’achaht que représente la défiscalisations des heures supplémentaires.

Sondage : Hollande doit être mis sur la touche pour 71%

Sondage : Hollande doit être mis sur la touche pour 71%

 

Pour Hollande le quinquennat est fini, il ne dispose que de 15 à 20% de soutien mais surtout désormais 71% des  français souhaitent qu’il passe la main  jusqu’à la fin du quinquennat. – Un sondage Odoxa révèle qu’une écrasante majorité de Français fait plus confiance à Manuel Valls pour décider de l’orientation économique et sociale du pays. Manuel Valls a exprimé son soutien et sa loyauté à François Hollande à plusieurs reprises ces derniers jours. Vendredi 31 octobre, il a déclaré que le président de la République a « vocation naturelle » à être candidat à sa propre succession en 2017. Mais la rivalité au sein de l’exécutif est belle et bien palpable, et un sondage Odoxa pour RTL publié lundi 3 novembre pourrait la raviver. D’après cette étude, 71% des Français font plus confiance à Manuel Valls qu’à François Hollande pour décider des grandes orientations en matière économique et sociale. Le chef de l’État reste plus populaire que son Premier ministre chez les sympathisants de gauche. En revanche à droite, le locataire de Matignon est plébiscité à 87%, alors que le successeur de Nicolas Sarkozy n’obtient la confiance que de 6% des sondés. 2017 en toile de fond Accusé par ses détracteurs d’être minoritaire en sein du PS, qui rappellent notamment son score à la primaire de 2011 (5,6%), l’ancien maire d’Évry va pouvoir se targuer d’obtenir l’adhésion d’une large majorité de Français. Et alors qu’à droite le match est lancé pour savoir qui d’Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy représentera l’UMP, la question reste encore ouverte à gauche. Manuel Valls, qui se verrait bien en porte-étendard d’un rassemblement social-démocrate, a parfois du mal à cacher ses ambitions. Quitte à agacer l’Élysée, qui selon Le Canard enchaîné, estime qu’il « tire un peu trop sur la corde » de la provocation.

Sondage retraites : départ sans doute après 62 ans pour 71% des Français

Sondage retraites : départ sans doute après 62 ans pour 71% des Français

Paradoxe les Français veulent partir avant 62 ans mais ils n’y croient pas. Un paradoxe apparent car il est clair qu’en létat de équilibre des caisses de retraites même l’âge de 62 ans sera auusi remis en cause avant 20 ans voire bien avant. Il sera a priori difficile de toucher à l’âge légal de départ à la retraite. Selon une étude ICMA Group pour le groupe de ressources humaines Randstad publiée ce lundi 22 septembre, les Français souhaitent en majorité partir avant 62 ans, soit l’âge légal pour les personnes nées après 1955, depuis la réforme de 2010.  Selon les résultats de cette enquête, 54% des personnes interrogées souhaitent partir entre 60 et 62 ans et une large majorité (84,2%) ne veut pas travailler au-delà de 62 ans.  Toutefois, moins d’un quart d’entre elles (23,4%) pensent qu’elles pourront effectivement prendre leur retraite entre 60 et 62 ans.  La plupart (71,7%) estiment qu’elles devront travailler après 62 ans. Près d’un tiers des Français (29,5%) jugent même qu’ils devront poursuivre leur activité au-delà de 65 ans.  Enfin, les femmes sont 74,3% à penser devoir travailler jusqu’à 63 ans et plus contre seulement 69% des hommes.  Cette étude a été réalisée en ligne auprès d’un panel de 6.000 personnes âgées de 18 à 65 ans, représentatif de la population française, en novembre 2013.

 

Mensonges de Taubira : 71% des français condamnent

 

Mensonges de Taubira : 71% des français condamnent

Dans un sondage pour I télé,  60% des Français pensent qu’il n’est « pas grave » que la Ministre de la Justice ait été informée du dossier « Sarkozy ». Même les sympathisants de droite, pourtant à la fois très attachés à Nicolas Sarkozy et très hostiles à Christiane Taubira ne sont qu’une courte majorité de 55% à juger qu’il s’agit là de quelque chose de « grave ». En revanche qu’elle ait menti en prétendant ne pas être au courant est « grave » pour une écrasante majorité de 71% de Français. Tous, ou presque, sont unanimes à ce sujet, mais cette fois pour condamner le mensonge de la Ministre. Que 93% des sympathisants de droite soient de cet avis n’est pas surprenant, mais ce qui est plus préoccupant pour la ministre de la Justice, c’est que 41% des sympathisants de gauche partagent cette opinion.  S’agissant de la sanction à appliquer, les Français sont plus partagés : 50% pensent qu’elle devrait démissionner contre 48% qui ne le pensent pas. Ce souhait émanant des sympathisants de droite (84%) est souvent antérieur à cette affaire.  S’ils étaient justifiés, les reproches les plus graves dans cette affaire concerneraient bien davantage Nicolas Sarkozy (62%) que Christiane Taubira (34%). Les sympathisants de gauche en sont tous convaincus (87%), mais même ceux de droite sont près de quatre sur dix (38%) à le concéder. Ces derniers restent une majorité (58%), contrairement à l’ensemble de la population, à estimer que « l’affaire Taubira » serait plus grave que « l’affaire Sarkozy ».

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol