Archive pour le Tag '63%'

Page 2 sur 2

Sondage :Chirac un bon président pour 63%

Sondage :Chirac un bon président pour 63%

 

Quand on laisse du temps au temps, finalement les présidents sosnt comme les bons vins, ils s’affinent.. 63% des Français estiment que Chirac  été un « bon » chef de l’État, selon un sondage Odoxa pour Le Parisien. La nouvelle ne pouvait pas mieux tomber pour l’ancien président de la République qui a fêté les 20 ans de son élection le 7 mai dernier.  Si son bilan était vivement critiqué après 12 ans passés à l’Élysée, les Français semblent avoir tourné la page et le plébiscitent largement. Déjà considéré comme le président de la République le plus sympathique, Jacques Chirac est donc celui qui a laissé le meilleur souvenir. Sa position en matière de politique internationale, avec en ligne de mire sa fermeté sur la guerre en Irak, en font de lui une véritable icône. François Mitterrand arrive à la deuxième place et obtient 61% d’opinions positives. Valéry Giscard d’Estaing récolte 57% de jugements positifs, Nicolas Sarkozy obtient 39% et François Hollande arrive à la fin du classement avec 21%.  « François Hollande est structurellement désavantagé face à ses concurrents car il est le seul à être toujours en activité face à des rivaux, parfois très impopulaires lorsqu’ils occupaient l’Élysée, mais qui n’étant plus aux affaires depuis parfois très longtemps, sont désormais regardés avec beaucoup plus de mansuétude par l’opinion », précise Gaël Sliman, le président d’Odoxa, au Parisien. Le temps atténue donc les choses ? Nicolas Sarkozy et François Hollande peuvent donc se consoler avec cette idée. Surtout que 92% des Français estiment qu’il est plus difficile de diriger la France aujourd’hui que dans le passé.  Mais les citoyens ont déjà une idée précise du président idéal pour 2017. Interrogés sur cette question, les Français souhaitent avant tout un chef d’État compétent (71%), honnête (50%), solide et ayant de l’autorité (32%) en priorité. Ensuite, ils désirent un candidat qui incarne la France (26%), proche des gens (18%) et dynamique (16%).

 

Loi sur le renseignement-terrorisme : 63% des Français pour

Loi sur le renseignement-terrorisme : 63% des Français pour

 

L’examen du projet de loi sur le Renseignement par l’Assemblée nationale lundi 13 avril a été l’occasion choisie par le site Atlantico pour publier un sondage réalisé par l’institut CSA qui montre que plus de six français sur dix sont favorables à une limitation des libertés individuelles lorsqu’il s’agit de lutter contre le terrorisme. Au total, 63% sont favorables à la limitation des libertés individuelles sur internet, notamment en surveillant les données de navigation des internautes, alors que 32% des sondés y sont opposés. Plus on est âgé et plus on accepte que les libertés soient rognées : près de la moitié des 18-24 ans sont contre, alors que les 65 ans et plus y sont très massivement favorables (76%). Les termes du projet de loi, qui sera présenté par Manuel Valls lundi après-midi dans l’hémicycle, ne sont pourtant pas encore bien perçus par tous. En effet, plus des deux tiers des Français en ont entendu parler (68%), mais seulement moins d’un sur trois voit bien de quoi il s’agit (27%). Les mieux renseignés sont les retraités, les hommes et les sympathisants de gauche. Parmi les opposants au projet de loi, on trouve en particulier des cadres (54% trouvent qu’il va trop loin), et des sympathisants du Front de Fauche (55%). Les 18-24 ans sont partagés. Une première moitié estime qu’il s’agit d’un outil indispensable, quand l’autre juge qu’il va trop loin. Le dispositif automatique de surveillance des données de navigation des internautes est approuvé par les deux tiers des Français, en particulier par les plus âgés et les sympathisants de droite. Au total, 77% des 65 ans et plus s’y disent favorable contre 52% des 18-24 ans. Au sein de la gauche, socialistes et sympathisants du Parti socialiste sont 68% à approuver une limitation des libertés individuelles sur internet alors que les sympathisants de la gauche (Front de gauche, Europe Ecologie Les Verts) sont plus mesurés. Il y a toutefois systématiquement plus de sondés en faveur de ces mesures que le contraire. Enfin, les personnes interrogées qui se disent proches des idées du Front national se déclarent en majorité très favorables à une limitation des libertés individuelles sur internet (69%), même si elles sont aussi les moins informées sur le sujet (32% déclarent n’avoir pas entendu parler du projet de loi). Le sondage a été réalisé sur internet entre le 8 et le 10 avril 2015 sur un échantillon national représentatif de 997 personnes âgées de 18 ans et plus. 

Sondage Hollande : il n’a pas changé pour 63% des Français

Sondage Hollande : il n’a pas changé pour 63% des Français

 

 

Il n’y a que les grands médias qui ont vu le changement de François Hollande (changement de costume, de cravate, de tonalité) ; sur le fond, rien  pour les français à 63%. Le monarque républicain a donc changé pour la cour des courtisans légitimistes pas pour le peuple. Contrairement à ce qu’il affirmé lors de sa conférence de presse du 5 février, François Hollande n’a pas changé depuis les attentats de janvier estiment 63% des Français, selon un sondage Odoxa pour CQFD et iTELE publié vendredi 6 février. À la question « estimez-vous que, depuis les évènements du mois de janvier, François Hollande a changé », 36% des personnes interrogées répondent « oui », 63% « non ». 1% ne se prononcent pas. Sans surprise, les sympathisants de droite sont très sceptiques à propos de ce changement, puisque seuls 15% d’entre eux y croit, contre 60% des sympathisants de gauche. Par ailleurs l’annonce par François Hollande, lors de sa conférence de presse, de la mise en place d’une réserve citoyenne est approuvée par 79% des Français. 20% y sont opposés et 1% ne se prononcent pas. Cette mesure a le soutien de 94% des sympathisants de gauche, et de 67% des sympathisants de droite.  Si les Français sont d’accord avec cette mesure, ils sont néanmoins peu enclin à intégrer cette réserve citoyenne, seulement 37% des personnes interrogées étant prêt à le faire, 62% ne l’étant pas.

Sondage : 63% pour loi Macron !!

Sondage : 63% pour loi Macron !!

 

 

Un sondage ambigu car  la loi Macron est un fourre-tout. Macron soutenu par une majorité sans doute davantage en raison de son image que des propositions très disparates et floues y compris sur le travail du dimanche en matière de compensation. Une majorité de Français se déclare favorable à la loi Macron, et donne raison au ministre de l’Economie face à la maire de Lille Martine Aubry sur la question de l’élargissement du travail dominical, selon un sondage Odoxa pour iTélé publié ce samedi. Le projet de loi sur l’activité et la croissance dit « loi Macron » est importante pour l’économie pour 63% des personnes interrogées dans ce sondage. « Il n’y a pas de clivages partisans sur cette question, les sympathisants de gauche (65%) comme de droite (57%) la jugent importante », souligne l’étude.  Par ailleurs, 6 personnes interrogées sur 10 donnent raison à Emmanuel Macron contre Martine Aubry sur la question de l’élargissement du travail du dimanche, une des principales mesures du projet : 59% considèrent que c’est une avancée sociale contre 41% qui estiment que c’est une régression. Enfin, 53% des Français ont une bonne opinion du ministre de l’Economie, contre 46% qui en ont une mauvaise.

 

Sondage : le gouvernement n’en fait pas assez pour les entreprises pour 63% des Français

Sondage : le gouvernement n’en fait pas assez pour les entreprises pour 63% des Français

Déclarer « J’aime les entreprises »  c’est bien  mais agir, c’est mieux ;  ce que pensent les Français. Une large majorité de Français a le jugement inverse : 63 % d’entre eux considèrent en effet que « Manuel Valls et le gouvernement n’en font pas assez pour les entreprises » contre 15 % qui jugent que l’exécutif en « fait trop » et encore 15 % qui estiment que ce n’est « pas assez ».  Sans surprise, la proportion de sondés qui pensent qu’il n’y en a « pas assez » pour les entreprises atteint des sommets chez les sympathisants de droite (81 %) de longue date acquis à la politique de l’offre. Une position partagée par 72 % des électeurs du FN. Plus intéressant encore sont les résultats de ce sondage chez les sympathisants de gauche : 44 %, soit une majorité relative, estiment aussi que le gouvernement n’en fait « pas assez », contre 22 % qui juge le dosage bon et 22 % qui l’estiment « trop » favorable aux entreprises. Le président de CSA, Bernard Sananès, voit deux raisons à ces résultats : «L’entreprise est perçue comme un acteur de la sortie de crise» et les Français considèrent désormais «qu’aider les entreprises, ce n’est pas aider les patrons mais l’emploi». De quoi faire écho aux propos du Premier ministre déclarant devant le Medef : «Il n’y a pas d’emplois sans employeurs. C’est pourquoi il est absurde de parler de «cadeau fait aux patrons» ».  A gauche, seuls les sympathisants du PCF et de Jean-Luc Mélenchon jugent majoritairement (47 %) que l’exécutif en « fait trop ». Les sympathisants écologistes pensent, au contraire, à 53 % que le gouvernement n’en fait « pas assez » pour les entreprises. Un avis partagé par 41 % d’électeurs socialistes contre 18 % estimant que c’est « trop ». Voilà qui devrait alimenter le débat entre le gouvernement et les frondeurs du PS, minoritaires dans leur électorat. Plus largement, la conversion des sympathisants de gauche à une politique pro-entreprise rappelle celle survenue dans les dernières années à propos de la fiscalité (les impôts étant devenus impopulaires même à gauche). «C’est une conversion de la même ampleur, mais celle sur les entreprises est plus positive et plus pragmatique», nuance Bernard Sananès, soulignant que, s’agissant des entreprises, les sondés ne se situent pas par rapport à leur cas particulier mais en fonction d’une vision de l’économie. Et d’assurer à la lumière d’autres enquêtes : «Il y a, dans l’opinion, une réhabilitation de l’entreprise.»

 

Sondage nouveau gouvernement : 63% mécontents

Sondage nouveau gouvernement : 63% mécontents

Pas étonnant que les français ne soient pas satisfaits de la composition du gouvernement puisque ce sont à peu prés les mêmes. Finalement une opération de communication pour montrer que Hollande et Valls ont de l’autorité. Bref beaucoup de bruit pour rien. Dans un sondage IFOP-Fiducial pour Sud-Radio publié mercredi, près des deux tiers des Français (63%) se disent insatisfaits de la composition du gouvernement et, pour la moitié d’entre eux (51%), de la reconduction de Manuel Valls à Matignon.  Il n’y aura pas de nouvel élan pour l’exécutif. Selon un sondage IFOP-Fiducial pour Sud-Radio diffusé mercredi *, près des deux tiers des Français (63%) se déclarent mécontents de la composition du nouveau gouvernement de Manuel Valls. Un chiffre évidemment très haut pour les sympathisants de l’UMP et du FN, bien moins pour ceux du PS (64% de satisfaits).  La moitié des personnes interrogées (51%) est même insatisfaite de la reconduction du Premier ministre à Matignon. Les Français sont également partagés sur le passage de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l’Education nationale (41% satisfaits, 43% mécontents) ainsi que sur la nomination d’Emmanuel Macron (28% satisfaits, 30% mécontents, 42% ne le connaissant pas suffisamment). En revanche, la grande majorité de l’opinion ne regrettera pas les trois principaux départs de ce gouvernement : Arnaud Montebourg (seuls 31% des sondés affirment le contraire), Benoît Hamon (20%) et Aurélie Filippetti (19%).

Sondage dissolution de l’assemblée : 63 % des Français pour

Sondage dissolution de l’assemblée : 63 % des Français pour

Une  large majorité de sondés (59%) approuve le limogeage du ministre de l’Economie, «coupable» d’avoir tiré à boulets rouges sur la politique conduite par le gouvernement auquel il appartenait.  Au fond, même s’ils peuvent approuver certaines des idées de Montebourg, ce que retiennent avant tout des Français plutôt légitimistes, c’est le côté fauteur de trouble d’un homme qui paraît jouer contre son camp.  Du coup, l’acte d’autorité de Valls et Hollande est salué par l’opinion, et même plébiscité par les sympathisants du PS (75% approuvent le renvoi, contre 57% des amis de la droite). Au passage, le Premier ministre apparaît de plus en plus, révèle notre enquête, comme l’homme fort du tandem exécutif. Mais ensuite les choses se gâtent pour l’Elysée et Matignon. Car le «gouvernement de clarté» souhaité hier par Hollande ne convainc pas, loin s’en faut. Huit Français sur dix pensent que sa politique économique ne sera ni claire, ni juste, ni surtout efficace ! «Même les sympathisants de gauche ne sont qu’une minorité à penser que cette politique sera claire (36% seulement) et efficace (34%)», souligne Gaël Sliman, président d’Odoxa.  Du coup, la petite musique distillée par une bonne partie de la droite commence à marquer les esprits : une majorité de plus en plus large de Français souhaitent désormais une dissolution de l’Assemblée nationale : 63% des sondés demandent à Hollande de dissoudre, alors qu’ils n’étaient que 52% en novembre 2013. «L’exécutif pourra néanmoins se rassurer en constatant que cette demande émane pour l’essentiel des sympathisants de droite (à 86%), nuance Sliman. Les amis de la gauche, eux, sont moins d’un tiers à envisager ce qui s’apparenterait à un suicide politique». Et si les Français jugeaient majoritairement (52%) il y a neuf mois qu’une dissolution et des élections législatives anticipées n’auraient pas d’impact sur la situation du pays, c’est aujourd’hui l’inverse : 52% pensent que ça irait mieux après une «purge» électorale !  Entre une opinion sceptique et une gauche rétive, Manuel Valls a du pain sur la planche. Bravache, il a annoncé hier sur France 2 qu’il soumettra son gouvernement au vote de confiance du Parlement, alors qu’il n’y est pas juridiquement obligé. Mais sur une dissolution, il a été clair : il «n’imagine pas» un tel cadeau à la droite !

 

Sondage justice : Sarkozy est traité normalement pour 63% des Français

Sondage justice : Sarkozy est traité normalement  pour 63% des Français

 

Dans  un sondage BVA-Opinion 63% des personnes interrogées (+15 par rapport à mars) ont le sentiment que l’ancien président de la République, mis en examen dans la nuit de mardi à mercredi, est « traité comme n’importe quel justiciable ». Quelque 35% (-14 en trois mois) pensent à l’inverse qu’il est « particulièrement durement traité pour des raisons politiques ». 2% ne se prononcent pas. Si 72% (-4) des Français jugent qu’il est « solide », 62% (-1) « charismatique », 49% (+1) « rassembleur », une majorité (59%, +11) pense qu’il a « fait son temps ». Seuls 23% (-5) le trouvent honnête.  A la question de savoir quel est le candidat préféré pour représenter l’UMP à la présidentielle de 2017, même s’il maintient une nette avance (50% contre 31%) parmi les sympathisants UMP, l’ex-président est nettement devancé (20%, -3) par Alain Juppé (35%, =) devant François Fillon (14%, +2), Bruno Le Maire (9%, +1), Nathalie Kosciusko-Morizet (7%, =), Xavier Bertrand (4%, +1) et Jean-François Copé (1%, -1). A la question « qui souhaiteriez-vous voir à la tête de l’UMP ? », Alain Juppé –qui a déjà dit qu’il ne serait pas candidat à ce scrutin interne de novembre– se classe toujours en tête du classement (21%, -2), devant Nicolas Sarkozy, François Fillon et François Baroin, tous trois à égalité à 12%, puis Bruno Le Maire (8%), NKM et Laurent Wauquiez (7%), Jean-Pierre Raffarin (5%), Xavier Bertrand et Jean-François Copé (3%).

 

Sondage -Hollande-inversion chômage : 63% n’y croient pas

Sondage -Hollande-inversion chômage : 63% n’y  croient pas

En matière de chômage, Hollande a bien perdu son pari à la fois dans les chiffres et dans l’opinion. Il est significatif que Hollande ait « oublié » de rappeler son principal objectif lors de ses vœux. Dans l’opinion, c’est perdu aussi. Selon le dernier baromètre BVA-BFM-Axys publié ce jeudi 9 janvier, les français  ne font, en revanche, toujours pas confiance à François Hollande sur l’inversion de la courbe du chômage: seulement 18% d’entre eux estiment que celui-ci baissera de façon continue en 2014. Seul 35% des Français prévoient que le chômage diminuera d’ici à la fin du quinquennat de François Hollande, alors que près des deux tiers (63%) estiment que cette courbe ne s’inversera jamais.

Changer de Premier ministre : urgent pour 63%

 

Changer de Premier ministre : urgent pour  63%

 

63% des personnes interrogées (53% chez les sympathisants de gauche, 72% chez ceux de droite) sont favorables à ce que François Hollande change de Premier ministre, 29% y sont opposées et 8% ne se prononcent pas(sondage BVA pour i>TELE et Le Parisien)  Mais quasiment la même proportion (64%) pense que ce changement n’améliorerait pas la situation, contre 32% qui pensent l’inverse. 4% ne se prononcent pas.  Quant à une dissolution de l’Assemblée nationale et l’organisation de législatives anticipées, 52% s’y disent favorables (11% chez les sympathisants de gauche, 86% chez ceux de droite) 42% des personnes interrogées y sont opposées et 6% ne se prononcent pas.  Elles sont aussi nombreuses à estimer que cette décision n’améliorerait pas la situation (52%). 45% considèrent à l’inverse qu’une dissolution aurait un effet bénéfique. 3% ne se prononcent pas.

Sondage amendes PV stationnement : 63% contre la décentralisation

Sondage amendes PV stationnement : 63% contre la décentralisation

Les PV selon la région ou la loi en fonction de a zone géographique : une nouvelle conception de l’égalité devant la justice ! Plus de six Français sur dix (63%) sont opposés à la décentralisation des amendes de stationnement, une revendication des élus qui leur permettrait de fixer le montant des PV, selon un sondage Ifop pour Sud Ouest Dimanche.  Selon cette enquête d’opinion, les personnes interrogées sont contre « car elles y voient un motif d’augmentation générale par les maires ».  Les Français favorables à cette mesure (31%) y voient en revanche une perspective « d’alignement du montant des PV sur le prix de l’heure de stationnement pratiqué dans chaque commune ».  Dans cette catégorie, les personnes âgées de 65 ans et plus sont plus nombreuses (37%) se sentant peut être moins concernées « par ces problématiques liées à la voiture », note l’enquête.  Les Parisiens sont aussi plus favorables (34%) que les provinciaux (27% dans les communes rurales, 31% dans les villes).  Le prix des amendes de stationnement est de 17 euros depuis le 1er août 2011 sur l’ensemble du territoire national, contre 11 euros depuis 1986.  Le 6 juin, le Sénat a voté pour la dépénalisation du stationnement, adoptant un amendement de Jean-Jacques Filleul (PS) au projet de loi sur la décentralisation, qui permettrait aux élus de fixer le montant des PV. Le projet de loi doit être examiné par les députés à partir du 15 juillet.  Faisant valoir que le stationnement est « au coeur de la gestion de la circulation dans les villes », M. Filleul a estimé que son cadre juridique était inadapté « puisque la sanction du non-paiement est une amende pénale dont le montant est uniforme sur tout le territoire, sans lien ni avec le lieu, ni avec le tarif de stationnement pratiqué ».   »Peu dissuasive à Paris, elle est excessive dans nombre de petites communes », a-t-il jugé.  La dépénalisation permettrait aux maires de fixer à la fois le prix du stationnement et l’amende infligée au conducteur qui ne l’aurait pas payée.  L’enquête de l’Ifop a été réalisée les 20 et 21 juin auprès d’un échantillon de 917 adultes dans le cadre de questionnaires en ligne. Sa marge d’erreur est située entre 1,4 et 3,3%.

 

Sondage patrimoine politique : 63% pour

Sondage patrimoine politique : 63% pour

 

Plus de six Français sur dix estiment nécessaire la publication du patrimoine des hommes politiques, même si sept sur dix seraient indifférents s’ils apprenaient qu’un ministre ou un député était très riche, selon un sondage* IFOP dans le Journal du Dimanche.Invitées à réagir au futur projet de loi qui, rappelle la question posée, « prévoit pour les ministres, parlementaires et présidents de conseils généraux et régionaux l’obligation de rendre public leur patrimoine », 63% répondent que « c’est une mesure nécessaire pour garantir la transparence dans une démocratie moderne », contre 36% qui jugent que « c’est une dérive malsaine qui ressemble à du voyeurisme » (1% sans opinion). Si les sympathisants de gauche et du FN approuvent cette mesure, 51% de ceux de l’UMP y sont opposés.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol