Archive pour le Tag '60%'

Inflation : près de 60% réduisent leur consommation

Inflation : près de 60% réduisent leur consommation

Confirmation du changement de comportement des ménages avec l’inflation. Un changement qui se caractérise d’une part par une réduction du volume de consommation face à l’augmentation des prix et à une descente de gammes. Cela notamment aussi pour compenser l’impossibilité de réduire les dépenses contraintes. D’après une enquête effectuer par la Banque de France et le Credoc, les Français ont compensé les effets de l’inflation par une baisse de consommation particulièrement notable chez les moins favorisés et mettant même en cause la santé.
« Il y a un un contexte général anxiogène et un sentiment accru de difficultés. 38% des personnes ont dit qu’ils avaient été dans le rouge au cours des douze derniers mois »,  a déclaré Mark Béguery, directeur des particuliers de la Banque de France lors d’un point presse lundi.

 

Sans surprise, les plus modestes sont les plus exposés à l’envolée des prix à la consommation. Ainsi, « 48% d’entre eux ont déclaré avoir été dans le rouge au cours des douze derniers mois ». Soit 10 points de plus que la moyenne des Français. Pour mener leur enquête, la Banque de France et le Credoc ont pris en compte les trois premiers déciles de la population, c’est-à-dire ceux qui gagnent moins de 1.347 euros. A l’intérieur de cette catégorie, il peut exister de fortes disparités entre ceux qui gagnent peu ou prou le salaire minimum (1.398 euros) et ceux qui vivent en dessous du seuil de pauvreté fixé à 1.158 euros par mois.

« Les Français ont fait moins d’arbitrages sur des dépenses contraintes, comme les factures de chauffage ou d’électricité. En revanche, les Français ont davantage acheté des marques de distributeurs pour les courses alimentaires et ont eu davantage recours à de l’aide alimentaire », a résumé Mark Béguery.

Autre signal inquiétant : 20% des ménages ont repoussé ou renoncé à des soins médicaux l’année dernière. Cette proportion atteint même 30% chez les plus modestes, et ce, alors qu’ils sont particulièrement exposés aux maladies.

 

Retraite : 60 % des Français toujours pour l’abrogation de la réforme

Retraite : 60 % des Français toujours pour l’abrogation de la réforme (sondage)

Le gouvernement voudrait bien tourner la page des retraites mais pas les Français dont 71 % souhaitent est un vote à l’Assemblée nationale. Il y a encore 60 % des Français qui veulent l’abrogation de la réforme.

Et pour empêcher ce vote à l’Assemblée nationale le gouvernement utilise toutes les arguties juridiques possibles jusqu’au ridicule par exemple en autorisant le vote de la proposition du groupe Liot met en en vidant le contenu ! Bref pas vraiment de quoi grandir la crédibilité du gouvernement sur ce sujet.

Selon une enquête menée par l’institut Elabe pour BFMTV, 71% des Français souhaitent que la proposition de loi du groupe Liot visant à abroger la réforme des retraites soit débattue et mise au vote à l’Assemblée nationale. 61% des Français souhaitent aussi qu’elle soit adoptée.

L’opposition à la réforme des retraites reste élevée, malgré la promulgation de la loi il y a près de deux mois. Alors que le sujet est revenu à l’Assemblée nationale, par le biais d’une proposition de loi visant à abroger la retraite à 64 ans, BFMTV dévoile ce mercredi les résultats d’un sondage Elabe montrant que cette initiative est soutenue par une majorité de la population.

Le groupe indépendant Liot (Libertés, indépendants, Outre-mer et territoires) a déposé un texte visant à abroger la loi portant la réforme des retraites. Le camp présidentiel a toutefois réussi à faire supprimer mercredi en commission l’article clé de ce texte, qu’il juge irrecevable d’un point de vue constitutionnel.

La suppression de l’article 1er de la proposition de loi a été votée de justesse (38 voix pour, 34 contre) grâce notamment aux voix du groupe Les Républicains (LR) qui se sont additionnées à celles de la majorité. Le groupe Liot peut redéposer l’amendement lors de l’examen en séance publique, mais la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, pourra le rejeter au titre de l’article 40.

Selon lenotre sondage Elabe, 71% des Français souhaitent malgré cela que la proposition de loi du groupe Liot soit débattue et mise au vote à l’Assemblée nationale. 6 personnes sur 10 souhaitent aussi qu’elle soit adoptée par les députés (61%, contre 38% qui ne le souhaitent pas).

Play Video
Les seuls électorats pour lesquels cette opinion n’est pas majoritaire sont ceux d’Emmanuel Macron et de Valérie Pécresse au premier tour de la présidentielle de 2022: 55% des électeurs du chef de l’État et 53% de ceux de la candidate LR souhaitent que la proposition de loi ne soit pas débattue.

Inflation: Encore des augmentations de prix dans 60 % des entreprises

Inflation: Encore des augmentations de prix dans 60 % des entreprises

Contrairement à ce qu’affirme le gouvernement, l’inflation n’est pas près de disparaître voire de diminuer puisqu’une majorité d’entreprises prévoit d’augmenter encore leur prix en 2023.Selon le baromètre trimestriel Bpifrance – Rexecode, auprès de plus de 2.000 TPE et PME, 60% des dirigeants interrogés prévoient d’augmenter leurs prix de vente en 2023. Si la proportion est quasi stable sur le trimestre, on note néanmoins une légère hausse par rapport aux dirigeants ayant déclaré avoir augmenté leurs tarifs en 2022 (58%). Par ailleurs, 35% prévoient de maintenir leurs prix inchangés et 5% (+2 points) de les baisser, en 2023.

Les dirigeants des TPE et PME vont, à nouveau, augmenter leurs prix de vente en 2023 poussés par la hausse des coûts de production et la revalorisation des salaires.

Si l’observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) estimait, début avril, que la hausse des prix à la consommation devrait se maintenir entre +5,5% et +6,5% en 2023, les chiffres de l’Insee du mois dernier sont venus confirmer cette projection. En avril, l’inflation est, en effet, repartie à la hausse à 5,9% sur un an, alors qu’elle avait pourtant ralenti à 5,7% en mars.

Ainsi, l’augmentation moyenne des prix anticipée pour 2023 est de +4,3 %, soit autant que prévu dans l’enquête réalisée en février dernier. Dans le détail, pour près d’un dirigeant sur 3, cette hausse est de 5%. Seuls 8% tablent sur une hausse supérieure à 10% (proportion stable sur le trimestre). Enfin, 63% des dirigeants prévoyant d’appliquer une hausse de leur prix de vente cette année déclarent qu’elle sera supérieure à celle de 2022, contre 60% au trimestre précédent, souligne le baromètre. Seuls 9% pensent qu’elle sera inférieure.

78% des dirigeants interrogés prévoient d’augmenter le salaire de leurs collaborateurs en 2023. Une proportion en hausse de 6 points par rapport au mois de février et de 14 points par rapport à l’automne 2022. En comparaison, ils étaient 76% à déclarer avoir augmenté les salaires en 2022.

En effet, l’évolution salariale moyenne au sein des TPE et PME, qu’elles aient prévu d’augmenter ou non les salaires de leurs collaborateurs, serait de +3,8 % en 2023 (contre +3,9% de hausse moyenne déclarée pour l’année 2022), soit un peu plus qu’anticipé en février dernier (+3,5%).

Sondage -réforme retraites : injuste pour 74 %, inefficace pour 60 %

Sondage -réforme retraites : injuste pour 74 %, inefficace pour 60 %

D’après un sondage Elabe pour BFM, 74% des Français estiment la réforme injuste et 60% la jugent inefficace pour assurer la pérennité du système de retraites.

Pour une partie d’entre eux, les leviers de compromis sont la prise en compte de la pénibilité, l’abandon du report à 62 ans pour les carrières longues, l’abandon de l’allongement de durée de cotisation et la prise en compte de la spécificité de carrières des femmes.

La réforme est considérée comme injuste car elle pénalise surtout les carrières courtes, les femmes et les salariés aux conditions de travail les plus difficiles qui ont souvent commencé à travailler très tôt.

Il y a dans la réforme aussi de nombreuses exceptions qui font perdurer voire accroître les inégalités alors que les conditions de travail ne le justifient absolument pas.

Enfin en matière d’inégalités, il y a la différence de traitement entre le secteur public et le secteur privé qui finalement financera les avantages des fonctionnaires et autres salariés du secteur nationalisé.

Les Français considèrent cette réforme comme inefficace en particulier en raison de la difficulté pour les seniors à se maintenir sur le marché du travail. En effet aujourd’hui, environ 30 % des seniors seulement autour de 60 ans sont encore sur le marché du travail. À noter qu’il n’y a aucune stratégie précise et volontariste pour encourager le travail des plus âgés. Pour l’instant, tout juste la mise en place d’une sorte « d’index » pour les grandes entreprises pas très incitative et en outre contestée par le Medef.

Chine : baisse de la population depuis 60 ans

  • Chine : baisse de la population depuis 60 ans
  •  

 

La population de la Chine, pays le plus peuplé du monde, a baissé en 2022 pour la première fois depuis six décennies a indiqué mardi un organisme officiel. Au total, 9,56 millions de naissances ont été enregistrées l’an passé, et n’ont pas compensé les 10,41 millions de décès, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS) dans un rapport.

 

Les Chinois étaient autrefois connus pour leurs familles nombreuses. La population a ainsi doublé depuis les années 1960, pour dépasser 1,4 milliard aujourd’hui. Et une petite révolution s’annonce: l’Inde devrait ainsi détrôner dès cette année la Chine en tant que pays ayant le plus d’habitants, selon l’ONU.

Cette chute s’annonce durable, peut-être jusqu’à la fin du siècle, selon des démographes, ce qui affectera durement l’économie et le système de retraites. Couplée au vieillissement, la baisse de la population, notamment du nombre d’actifs, devrait avoir des répercussions profondes sur l’économie chinoise pendant plusieurs décennies.

Mobilisation 19 janvier retraites : 60% contre la réforme et pour la mobilisation

Mobilisation  19 janvier retraites : 60% contre la réforme et pour la mobilisation

 

 

Selon un très récent sondage Elabe pour BFM, l’opinion condamne très largement la réforme et soutient la mobilsation à hauteur de 60%. 

 

Sans conteste , le gouvernement est englué dans son approche technocratique parcellaire.  On se demande combien de français ont pu suivre jusqu’au bout le l’interminable défilé des ministres à la télé qui tentaient de défendre le projet. C’est incompréhensible pour la plupart des téléspectateurs et nombre de questions demeurent dans le flou; parfois d’ailleurs volontairement pour cacher les différences entre public et privé, entre moins qualifiés et les autres, entre actifs et retraités actuels.

Une réforme évidemment bien loin de la réforme universelle à points qui remettait tout à plat avec un régime unique .

Au lieu de cela, on a multiplié les exceptions ainsi un chauffeur RATP pourra partir à 58 ans quand un autre chauffeur de bus en province partira à 64 ans.

La fameuse réforme systémique est enterrée pour une classique réforme paramétriques qu’on devar revoir d’ici 5 à 10 ans. Et de toute façon, on ne pourra pas faire l’économie d’une réforme systémique un jour.

Cette reforme est dune injustice criante elle fait peser sur les moins favorisés actifs le poids des économies.

Russie: Baisse de 60% des ventes de voitures

 Russie: Baisse de 60% des ventes de voitures 

Conséquence de la guerre en Ukraine et de la crise économique, le marché russe dégringole. C’est ce qu’il ressort des chiffres publiés ce jeudi 12 janvier par l’Association of European Businesses (AEB), qui regroupe les industriels du secteur. Par rapport à 2021, ce sont près d’un million de voitures en moins qui ont été vendues. Sur un an, le repli est vertigineux : -59% d’une année sur l’autre.

Les chutes les plus marquées sur l’année concernent notamment les modèles allemands de Volkswagen (-80% par rapport à 2021), Audi (-79%) et Mercedes-Benz (-78%), le suédois Volvo (-81%), les japonais Lexus (-90%) et Toyota (-80%). Côtés français, Peugeot enregistre -72%, Renault -70%, Citroën -67%.

Sur le seul mois de décembre, les ventes ont chuté de 50%, selon l’AEB. Ce n’est toutefois pas le pire mois de cette année 2022 : à partir de mars, mois qui a suivi l’offensive russe en Ukraine, les ventes ont affiché des reculs au moins similaire. Avec un plus haut enregistré en mai (-83,5%).

 

L ‘explication se trouve aussi du côté de l’inflation. À 11,9% sur l’année 2022, elle réduit le pouvoir d’achat des Russes et les possibilités pour eux d’acheter des produits importés, a fortiori des voitures. Début décembre, Vladimir Poutine avait dit s’attendre à une inflation « à 12,2% » d’inflation en fin d’année, sur fond de contraction du PIB national « de 2,9% ».

Un niveau élevé mais toutefois bien loin des prévisions apocalyptiques du printemps après les premières sanctions internationales contre Moscou en représailles de son offensive en Ukraine. Les prix avaient connu un embrasement au deuxième trimestre 2022, dans les semaines suivant le début de l’intervention russe chez son voisin. Au mois d’avril, l’inflation avait même battu un record depuis 2002 en grimpant à 17,8% sur un an. La hausse des prix s’est depuis stabilisée dans le pays autour de 12% depuis novembre, selon des chiffres publiés mensuellement par l’agence de statistiques nationale, Rosstat.

Grève 19 janvier retraites : 60% contre la réforme et pour la mobilisation

Grève 19 janvier retraites : 60% contre la réforme et pour la mobilisation

 

 

Selon un très récent sondage Elabe pour BFM, l’opinion condamne très largement la réforme et soutient la mobilsation à hauteur de 60%. 

 

Sans conteste ,le gouvernement englué dans son approche technocratique parcellaire On se demande combien de français ont pu suivre jusqu’au bout le l’inter minable défilé des ministres à la télé qui tentaient de défendre le projet. C’est incompréhensible pour la plupart des téléspectateurs et nombre de questions demeurent dans le flou; parfois d’ailleurs volontairement pour cacher les différences entre public et privé, entre moins qualifiés et les autres, entre actifs et retraités actuels.

 

Une réforme évidemment bien loin de la réforme universelle à points qui remettait tout à plat avec un régime unique .

Au lieu de cela on a multiplié les exceptions ainsi un chauffeur RATP pourra partir à 58 ans quand un autre chauffeur de bus en province partira à 64 ans.

 

Fa fameuse réforme systémique est enterrée pour une classique réforme paramétriques qu’on devar revoir d’ici 5 à 10 ans. Et de toute façon, on ne pourra pas faire l’économie d’une réforme systémique un jour.

Cette reforme est dune injustice criante elle fait peser sur les moins favorisés actifs le poids des économies.

ÉLECTRICITÉ:60 % des Français pensent réduire leur consommation

ÉLECTRICITÉ:60 % des Français pensent réduire leur consommation

Selon la nouvelle enquête « L’Opinion en direct » menée par Elabe pour BFMTV, 60% d’entre eux ont l’intention de réduire leur consommation dans les prochains jours et les prochains mois.

Et pour cause, ils sont presque autant (59%) à juger que le risque de coupures au cours de l’hiver est « élevé ». Une situation qui inquiète par ailleurs la moitié des sondés (50%, dont 14% « très inquiets »), et en particulier les catégories populaires (59% inquiets), les moins de 50 ans (58%) et les femmes (55%).
71% des 18-24 ans prévoient de réduire leur consommation

Parmi les actions les plus citées figurent le changement de leurs ampoules classiques pour des LED (91%, dont 76% le font déjà et 15% prêts à le faire), privilégier le programme « éco » ou décaler l’utilisation du lave-linge ou lave-vaisselle (89%), baisser le chauffage (84%) et débrancher systématiquement les appareils en veille (84%).
En revanche, 3 Français sur 10 (31%) disent qu’ils voient quelques gestes qu’ils pourraient faire pour réduire leur consommation mais que « ce n’est pas très clair » et 6% indiquent qu’ils ne savent pas quoi faire concrètement pour y parvenir.

Si une majorité de Français se dit prêt à faire un effort pour limiter le risque de coupures d’électricité, 27% considèrent que c’est avant tout aux entreprises de faire des efforts, tandis que 69% estiment que les entreprises et les particuliers doivent faire autant d’effort. Seuls 4% jugent que c’est d’abord aux particuliers d’agir.

Selon RTE, les Français ont déjà réduit leur consommation électrique ces dernières semaines, avec un recul qui s’est amplifiée la semaine dernière, à -8,3% par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019).

Voile islamique : 60 % contre dans l’espace public

Voile islamique : 60 % contre dans l’espace public

D’après un sondage CSA pour CNEWS dévoilé ce mercredi 9 novembre, près de 61 % des Français se disent favorables à l’interdiction du port du voile dans l’espace public. En début de semaine, le député Les Républicains Aurélien Pradié, candidat à la présidence de son parti, avait indiqué qu’une « guerre idéologique et politique » se menait, « y compris par le vêtement ». Selon lui, le foulard islamique ne permet pas aux femmes de « s’émanciper ». Il avait partagé sa « conviction profonde », selon laquelle « aucune femme ne choisit délibérément et seule de porter le voile », en se disant donc prêt à l’interdire « peut-être même dans l’espace public ». Les Français semblent donc adhérer à cette prise de position.

Cependant, un clivage apparaît entre les classes d’âge sur ce sujet. En effet, les plus jeunes sont majoritairement opposés à l’idée (56 % des 18-24 ans, 51 % des 25-34 ans), tandis qu’à partir de 35 ans, les avis lui sont favorables (dont 71 % chez les plus de 50 ans). Chez les femmes, 59 % sont pour l’interdiction du voile dans l’espace public. Le score grimpe à 64 % chez les hommes.
Pour rappel, la loi française n’interdit aucun port de signe religieux dans l’espace public, hormis dans les écoles, collèges et lycées (publics seulement). En revanche, depuis 2010, toute tenue destinée à dissimuler son visage est proscrite dans ce même espace. Le niqab ou la burqa sont ainsi concernés, mais pas le foulard islamique placé sur les cheveux.

Crise énergétique: Un surcoût de 60 milliards ?

Crise énergétique: Un surcoût de 60 milliards ?

D’après un calcul de la Banque de France, le surcoût de la facture énergétique en 2022 pour la France représente 2,5 points de produit intérieur brut (PIB), soit environ 60 milliards d’euros de plus par rapport à 2021.

Mais ces calculs sont forcément assez approximatifs car on ne possède pas de prêt période de référence ( 2022 mais sans crise énergétique); on se fonde donc sur l’année précédente. En outre, tout ne serait être imputé à la problématique énergétique. Plus en amont de cette crise il y a eu en effet la hausse des matières premières notamment des métaux. Le problème vient aussi du réajustement monétaire après une politique monétaire très accommodante dont une grande partie n’a pas été dirigée vers les économies mais vers la spéculation.L’inflation est un moyen de réajuster la valeur réelle des monnaies Il y a aussi le phénomène de relocalisation de certaines productions qui entraînent des surcoûts structurels sans parler des dimensions environnementales elle aussi en général coûteuses.

« C’est le plus gros choc depuis 1974. A l’époque, la taille du choc était estimé à 2,8 points de PIB », souligne la Banque centrale. A l’époque, la crise pétrolière de 1973 avait mis fin brutalement à la période des « 30 glorieuses », synonyme de forte croissance et de plein emploi. Cette crise avait débouché sur une période de « stagflation », c’est-à-dire une croissance plate et une inflation élevée.

Actuellement la croissance européenne se dirige lentement mais sûrement vers la récession Le dernier indice PMI dévoilé ce vendredi 4 novembre indique que l’activité dans la zone euro s’est repliée à 48,1 en octobre contre 47,3 en septembre. L’activité est en expansion lorsqu’elle dépasse le seuil de 50 et en contraction en deçà de cette limite.
Il s’agit d’un plus bas depuis 23 mois. La conjoncture est particulièrement morose en Allemagne (45,1), en Italie (45,8) ou en Espagne (48). En France, l’activité demeure en territoire positif à 50,2 mais pourrait aussi plonger en récession si la situation continue de se dégrader dans les mois à venir.

Côté inflation, sur un an, l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), qui sert de base de comparaison au niveau européen, augmenterait de 7,1% en octobre, après une hausse de 6,2 % le mois précédent. Sur un mois, il rebondirait de 1,3%, après -0,5% en septembre d’après les récents chiffres de l’Insee.

En attendant, chez les ménages, la hausse de l’inflation estimée à 6,2% en octobre par l’Insee continue de peser sur leur budget. Compte tenu du poids de l’énergie et de l’alimentaire dans le porte-monnaie des Français, la consommation a commencé à freiner pour de nombreuses familles obligées de se serrer la ceinture pour pouvoir se chauffer et se nourrir.

De ce point de vue, l’évolution de l’indice général des prix traduit peu la répartition du choc entre les ménages, les entreprises et l’Etat. D’après les modèles de la Banque de France, un tiers de ce choc serait encaissé par les ménages et deux tiers par les entreprises sans intervention publique.

Néanmoins, la mise en place des différentes mesures comme le bouclier tarifaire ou la ristourne sur le carburant a permis d’abaisser l’ampleur de ce choc chez les ménages et les entreprises. « Après intervention budgétaire, la sphère publique devient un financeur de ce choc ». Au final, les ménages encaisseraient 10% de ce choc, l’Etat un tiers et les entreprises un peu plus de 50%.
Lire aussiSans le bouclier tarifaire, « les prix de l’énergie doubleraient en 2023 » (Bruno Le Maire)

La dépendance de l’économie hexagonale aux énergies fossiles a pesé sur le pouvoir d’achat des Français. D’après une récente étude du cabinet Cambridge Econometrics, l’envolée des prix du gaz et du pétrole cet été est responsable de 40% de la hausse de l’inflation en France. Entre août 2020 et août 2022, les prix de l’énergie pour les ménages français ont bondi de 37%. Résultat, un ménage français médian aurait perdu 410 euros de pouvoir d’achat par rapport à 2020. Là aussi une évaluation assez approximative !

Compte tenu du renchérissement du coût de l’énergie, la perspective d’une réindustrialisation accélérée de l’Hexagone pourrait être mise à mal par cette crise énergétique particulièrement douloureuse.
En effet, le poids de l’énergie dans les coûts de production en France a tendance à augmenter et cette hausse pourrait s’installer dans la durée. Face à cette envolée, les industriels français pourraient encore délocaliser des sites de production dans des pays à bas coût. En prenant en compte ces répercussions indirectes, le coût de ce choc énergétique pour l’économie tricolore pourrait être encore plus élevé, surtout que les énergies de substitution au fossile se font attendre. Notamment du fait. Des contradictions de la politique énergétique

Sondage-Réforme assurance-chômage: 60 % favorables

Sondage-Réforme assurance-chômage: 60 % favorables

 

Six Français sur dix sont favorables au projet de réforme du gouvernement de rendre les règles d’indemnisation plus ou moins favorables selon la conjoncture, selon un sondage Elabe pour « Les Echos », « Radio classique » et l’institut Montaigne.

Réalisé en ligne entre les 1er et 3 août, le sondage  montre que 60 % des Français se disent « favorables » aux changements envisagés. Précisément, 11 % d’entre eux déclarent l’être « très », 49 % « plutôt ». Pour rappel, il s’agit de faire en sorte que les règles d’indemnisations collent à la conjoncture : plus restrictives quand la conjoncture, donc l’emploi, est favorable et vice et versa .

Pour près de six Français sur dix, la raison principale du taux de chômage toujours élevé (il est de 7,3 % de la population active, en baisse) tient au fait qu’elles n’encouragent pas au retour à l’emploi. Les salaires insuffisants sont la deuxième raison invoquée (42 %).

« Finalement, les Français font crédit à Emmanuel Macron du bilan favorable de l’emploi », résume Bernard Sananès. Favorable, mais pas au point de croire à l’objectif de plein-emploi fixé par le chef de l’Etat d’ici à 2027. Seuls 24 % des sondés le jugent crédible.

 

Sécheresse : Un record depuis 60 ans

Sécheresse : Un record  depuis 60 ans

 

Année après année, lentement mais sûrement le climat européen d’une certaine manière ça focalise avec une saison sèche pratiquement sans pluie significative en été et au contraire un excès d’eau via les inondations en hiver mais avec peu de températures très froides. Ainsi Lyon connaîtra bientôt le climat d’Alger et Paris celui de Marseille. La sécheresse a bien entendu des conséquences pour les populations et pour l’économie notamment l »agriculture. Ainsi Le mois de juillet 2022 aura été marqué par des conditions climatiques extrêmes dans l’Hexagone. Sans surprise, Météo France a révélé, mardi 26 juillet, qu’il serait « très probablement le mois de juillet le plus sec » jamais mesuré depuis le début des relevés concernant les sécheresses du sol, en 1959.

« En moyenne sur la France, il est tombé huit millimètres de précipitations du 1er au 25 juillet », soit « un déficit énorme de précipitations », explique à l’AFP Christian Veil, climatologue chez Météo France. « On devrait être au premier ou au deuxième rang des mois de juillet les plus secs », poursuit-il. Tout dépendra des derniers jours du mois, de légSécheresseères pluies étant attendues vendredi.

Ce manque de pluie aggrave la sécheresse qui touchait déjà la France au début de l’été. Mardi, 91 départements étaient concernés par des restrictions d’usage de l’eau, du jamais-vu. Les niveaux d’alerte sont recensés sur le site Propluvia.

Une situation qui a des conséquences sur tout l’environnement : « Les précipitations estivales servent à maintenir l’humidité des sols superficiels, à maintenir la végétation », explique Christian Veil, qui observe notamment « des arbres qui souffrent tellement de la chaleur qu’ils perdent leurs feuilles ».

Une autre conséquence concerne le fonctionnement de centrales nucléaires.

Plus généralement cela pose la question d’une autre politique de la gestion de l’eau et de son utilisation.

L’agriculture est la première activité consommatrice d’eau avec 45 % du total, devant le refroidissement des centrales électriques (31 %), l’eau potable (21 %) et les usages industriels (4 %).

Pour les usages domestiques, dans la cuisine, le lave-vaisselle consomme entre 10 et 20 litres par lavage alors que faire la vaisselle à la main demande en moyenne presque 50 litres.

Mais le vrai problème est l’utilisation de l’eau  potable tous les usages y compris non alimentaires. La question d’un double réseau l’un potable, l’autre potable se posera un jour ou l’autre

 

Sondage É. Borne à Matignon: ce n’est pas le changement attendu pour 60 %

Sondage É.  Borne à Matignon: ce n’est pas le changement attendu pour 60 %

 

 

. Selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, La nomination d’Élisabeth Borne ne correspond pas, pour 57% des sondés, au virage annoncé par Emmanuel Macron pour son second quinquennat. Il est clair pour les Français que Macron a choisi une première ministre assez transparente pour pouvoir gouverner seul.Seules 41% des personnes interrogées jugent que ce choix est le signe que le président veut diriger le pays différemment que lors de son premier mandat. Les sympathisants du Rassemblement national (78%), Reconquête! (74%) et de la France insoumise sont les plus nombreux à estimer que la nomination de l’ex-ministre de la Transition écologique s’inscrit dans la continuité du premier quinquennat. Sans surprise, 96% des partisans de Renaissance (anciennement LREM) jugent au contraire qu’elle marque un changement.

Sondage gouvernement Borne : déjà 60 % de mécontents

Sondage gouvernement Borne : déjà 60 % de mécontents

 

Selon Elabe pour BFMTV et L’Express en partenariat avec SFR., 58% des répondants se disent mécontents de la composition du nouvel exécutif. Emmanuel Macron avait promis « un renouvellement complet » lors d’un meeting de l’entre-deux-tours à Marseille. Mais les débuts de son nouveau quinquennat se placent plutôt sous le sceau de la continuité. Il a par exemple fait le choix de reconduire ses fidèles comme Gérald Darmanin à l’Intérieur ou Bruno Le Maire à Bercy.

Seule vraie surprise de ce gouvernement: l’arrivée de l’historien spécialiste des États-Unis Pap Ndiaye à l’Éducation nationale, et antithèse de son prédécesseur Jean-Michel Blanquer.

De quoi faire dire à 70% des personnes interrogées dans ce sondage Elabe que le gouvernement n’incarne pas la nouveauté, tout en se félicitant à 38% de la parité homme-femme sur les bancs du Conseil des ministres.

Un gouvernement incompétent face à la hausse des prix

65% des Français pensent que ce nouvel exécutif ne sera pas efficace pour répondre aux problèmes du pays.

Conscient de l’urgence économique alors que les prix de l’alimentaire pourraient augmenter de 5% d’ici l’été dans les supermarchés, la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a promis lundi qu’un projet de loi sur le pouvoir d’achat serait présenté avant les législatives. Elle a finalement rétropédalé ce mardi.En fait le projet de loi pourrait n’être adopté qu’après les législatives. Sur plusieurs sujets la nouvelle porte-parole du gouvernement s’est déjà prie les pieds dans le tapis

Quant au choix de nommer deux ministres dédiées à la lutte contre le réchauffement climatique, elle laisse également dubitatif. 68% des personnes interrogées doutent que le gouvernement soit efficace en la matière.Rien d’étonnant à cela puisque les deux énarques nommés n’ont jamais manifesté la moindre compétence et le moindre intérêt à la problématique environnementale

Ce sondage a été réalisé sur un échantillon de 1001 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgée de 18 ans et plus avec la méthode des quotas. Le recueil des informations s’est fait en ligne du 23 au 24 mai 2022.

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol