Archive pour le Tag '5G ?'

5G et champ électromagnétique

5G et champ électromagnétique 

Côté utilisateurs, la 5G doit permettre de nouveaux usages dans bien des domaines. Médias, santé, transports, entre autres, profiteront des débits jusqu’à 10 fois supérieurs à la 4G. Les téléchargements devraient par exemple être quasiment instantanés. Mais beaucoup de questions se posent quant au rayonnement magnétique que cette nouvelle technologie devrait entraîner et les possibles répercussions sur la santé que la 5G pourrait entraîner. Sciences et Avenir fait le point.

 

Qu’est-ce qu’un champ électromagnétique ?

Un champ magnétique apparaît lorsqu’un courant électrique circule. Son intensité varie selon la consommation d’électricité. Il existe des champs électromagnétiques partout autour de nous. Certains naissent de façon naturelle, comme lors d’un orage. D’autres sont le fruit de l’activité humaine. C’est par exemple grâce au champ électromagnétique que l’on peut observer des fractures avec les rayons X à l’hôpital.

Comment mesure-t-on ce champ ?

Pour le mesurer, il faut observer sa fréquence ou sa longueur d’ondes. « On peut se représenter le rayonnement électromagnétique comme une série d’ondes très régulières qui progressent à une vitesse extrêmement élevée et plus précisément à la vitesse de la lumière. La fréquence traduit simplement le nombre d’oscillations ou de cycles par seconde, tandis que la longueur d’onde est égale à la distance entre un point d’une onde et son homologue sur l’onde suivante. Fréquence et longueur d’onde sont donc totalement indissociables : plus la fréquence est élevée, plus la longueur d’onde est courte« , explique l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

 L’intensité d’un champ électrique se mesure en volts par mètre ( V/m) et l’intensité d’un champ magnétique se mesure en ampères par mètre (A/m) ou encore en microteslas (μT).

Donc il y a déjà des champs électromagnétiques dans ma maison ?

Oui et ils proviennent de nombreux objets. Un téléviseur émet 60 V/m, tout comme une machine à café. Un fer à repasser en émet 120 et une ampoule 5. Mais il sont aussi présents hors de la maison, à proximité des lignes de train, des radars ou des lignes électriques. « Dans les habitations qui ne sont pas situées à proximité d’une ligne électrique, le champ magnétique de fond peut aller jusqu’à un maximum d’environ 0,2 μT, explique l’OMS. Juste au dessous d’une ligne, les champs sont beaucoup plus intenses, avec une densité de flux magnétique pouvant atteindre plusieurs microteslas. Sous une ligne, le champ électrique peut atteindre 10 kV/m. A une distance comprise entre 50 et 100 m, l’intensité des deux types de champ retombe à la valeur mesurée dans les zones situées loin des lignes à haute tension.«  

A partir de quelle valeur un champ électromagnétique est-il dangereux ?

Les ondes de haute fréquence transportent plus d’énergie que les ondes de bases fréquences. Certains rayonnements sont si forts qu’ils brisent les liaisons entre les molécules. Ces « rayonnements ionisants » sont émis par les substances radioactives, les rayonnements cosmiques ou encore les rayons X. « Les champs électromagnétiques d’ origine humaine qui résultent, pour une part importante, de l’activité industrielle (électricité, hyperfréquences et radiofréquences) engendrent des rayonnements où la fréquence est relativement basse et sont incapables de provoquer la rupture des liaisons chimiques. »

Comment la téléphonie mobile émet-elle ce champ?

Les portables fonctionnent grâce à des stations-relais installés sur le toit des immeubles, entre 15 et 50 mètres du sol. « Les réseaux mobiles actuels utilisent des antennes qui diffusent les signaux de manière constante, dans toutes les directions« , explique l’Agence nationale des fréquences (ANFR) dans un communiqué. La 2G, la 3G et la 4G fonctionnent grâce à la bande passante, qui n’est qu’un terme servant à désigner le débit maximal qu’un système peut transporter. Elles utilisent des fréquences basses, qui ont une « bonne propagation à l’intérieur des bâtiments. » 

Les antennes 5G sont-elles différentes De petites antennes devraient être installées dans le mobilier urbain. Crédit photo : ANFR.

Pour la 5G, des antennes intelligentes vont voir le jour et seront installées dans le mobilier urbain, comme dans les arrêts de bus ainsi que dans les bâtiments. Cette nouvelle génération d’antennes « orientent les signaux vers les appareils qui en ont besoin. Couplée avec des bandes de fréquences hautes, l’utilisation de ces antennes permettra d’accroître fortement les débits« , explique l’ANFR. Ces hautes bandes de fréquence font polémique. Les bandes basses, de large couverture, se propagent à travers les bâtiments et s’échelonnent autour de 3,4 et 3,8 GHZ. Elles correspondent à un niveau émis par le Wifi. Les bandes dites « milimétriques » à haute fréquence fonctionnent à plus de 24,25 Ghz. Elles ont une propagation limitée, c’est pour cela qu’il faut installer des petits capteurs, appelés « small cells« , dans le mobilier urbain. Ces bandes de haute fréquence ne devraient toutefois pas être mises en oeuvre dès 2020.

La 5G émet-elle des ondes dangereuses pour la santé ?

Pour l’instant, aucune étude scientifique n’est disponible sur le sujet. Nous n’avons été en mesure de trouver quel serait le taux d’émission d’ondes de la 5G. L’ANFR et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) n’ont pas répondu à nos sollicitations. Le gouvernement a chargé l’Anses de procéder à une expertise sur l’aspect sanitaire de la 5G. Près de 70 responsables politiques ont signé une pétition pour demander un moratoire sur la 5G. Elle fait suite à une autre pétition signée plus tôt par 170 scientifiques issus de 37 pays.

La documentation la plus récente émane d’un rapport publié le 1er septembre 2020 par le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), le Conseil général de l’économie (CGE), l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’Inspection générale des finances (IGF). Il est  »très difficile de mesurer l’exposition liée aux usages (c’est-à-dire au contact des terminaux) qui, pourtant, en représentent usuellement la part prépondérante. [...] Il est également complexe d’estimer l’évolution des niveaux d’exposition en France du fait de l’arrivée de la 5G », estiment les auteurs du rapport. « Les éléments disponibles à ce jour permettent d’estimer que l’introduction de la 5G en bande 3,5 GHz avec antennes actives ne générera pas de rupture en matière d’exposition dans les zones urbaines, où elle sera majoritairement déployée, par rapport aux évolutions observées avec les réseaux existants, mais peut contribuer à une augmentation du nombre de points atypiques, ce qui devra faire l’objet d’une vigilance particulière. »

Le rapport conclut à une absence d’effet néfaste à long terme mais reste prudent sur de possibles effets sur une plus longue période. « Il n’existe pas, selon le consensus des agences sanitaires nationales et internationales, d’effets néfastes avérés à court terme, c’est-à-dire d’effets thermiques délétères sur les tissus [...] ni dans le grand public, ni chez les travailleurs. » Quand aux effets sur le long terme sur un possible effet cancérogène, ils sont « à ce stade, pour l’essentiel, non avérés selon les mêmes agences nationales et internationales. Des débats persistent toutefois, notamment pour ces effets de long terme, au sein de la communauté scientifique. »

Et la 4G est-elle, déjà, dangereuse pour la santé ?

« La question qui fait actuellement débat est celle de savoir si une exposition faible mais prolongée est susceptible de susciter des réponses biologiques et de nuire au bien-être de la population. Au cours des 30 dernières années, environ 25.000 articles scientifiques ont été publiés sur les effets biologiques et les applications médicales des rayonnements non ionisants. S’appuyant sur un examen approfondi de la littérature scientifique, l’OMS a conclu que les données actuelles ne confirment en aucun cas l’existence d’effets sanitaires résultant d’une exposition à des champs électromagnétiques de faible intensité. Toutefois, notre connaissance des effets biologiques de ces champs comporte encore certaines lacunes et la recherche doit se poursuivre pour les combler« , explique l’OMS, qui appelle elle aussi à la prudence, dans un communiqué. Par ailleurs, les ondes électromagnétiques sont « peut-être cancérigènes » pour l’être humain, selon un autre rapport de l’OMS et par l’Agence internationale de recherches sur le cancer (IARC) publié lui 2011.

Quelle est la limite d’exposition fixée actuellement ?

L’ANFR est chargée de veiller au respect des valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques, comprises entre 28 V/m et 87 V/m, selon les fréquences. L’agence a réalisé un gros travail de mesure de fréquences en France en 2014. Des travaux réalisés surtout en milieu urbain (84%) et en milieu extérieur (60%). « L’analyse montre que les mesures sont toutes nettement inférieures aux valeurs limites réglementaires (28-87 V/m). Moins de 1% dépassent la valeur dite « d’attention » de 6 V/m. Plus de huit mesures sur 10 se sont avérées inférieures à 1 V/m« , explique l’étude de l’ANFR publiée en 2016. « La téléphonie mobile est le contributeur le plus important dans près de 60% des cas. En milieu rural, cette tendance est moins marquée, avec seulement 40% des cas pour lesquels la téléphonie mobile domine.« 

La 5G respectera-t-elle cette limite ?

Les valeurs limites citées plus haut prennent effet peu importe le type de réseau, 2G, 3G, 4G ou 5G. « Les réseaux 5G qui seront déployés par les opérateurs devront donc respecter ces valeurs limites tout autant que les technologies en place aujourd’hui. Le gouvernement travaille avec l’Anses et l’ANFR pour qu’elles puissent examiner l’exposition aux ondes électromagnétiques et l’impact éventuel de ces nouveaux développements technologiques, dès la phase des expérimentations. L’ensemble de ces travaux feront l’objet d’échanges avec les parties prenantes dans le cadre des comités de dialogue mis en place par l’ANFR et l’ANSES« , explique le gouvernement dans sa feuille de route.

Qui fixe cette limite ?

Chaque pays a ses propres normes. Celles-ci suivent très souvent les recommandations formulées par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (CIPRNI), une organisation non gouvernementale reconnue par l’OMS. Pour fixer les valeurs maximales d’exposition, cette ONG applique un facteur sécurité de 10 pour l’exposition sur le lieu de travail et 50 pour la population générale, c’est-à-dire qu’elle fixe des limites 50 fois plus faibles que le seuil d’apparition d’anomalies.

Et les personnes électrosensibles alors ?

Certaines personnes se décrivent comme « électrosensibles » et décrivent plusieurs symptômes qui seraient liés aux ondes.  »Il s’agit notamment d’anxiété, de céphalées, de tendances dépressives voire suicidaires, de fatigue et d’une réduction de la libido. Jusqu’à présent, les données scientifiques ne confirment pas l’existence d’un lien entre cette symptomatologie et l’exposition à des champs électromagnétiques. Elle peut, au moins en partie, être attribuée au bruit et à d’autres facteurs environnementaux ou encore à l’anxiété suscitée par les nouvelles technologies« , soutient l’OMS. En France, l’Anses reconnaît toutefois une souffrance chez les personnes électrosensibles : « les plaintes (douleurs, souffrance) formulées par les personnes se déclarant EHS correspondent à une réalité vécue. »

Comment éviter d’être exposé ?

 « Comme dans le cas du champ électrique, le champ magnétique est d’autant plus intense qu’on est proche de la source et il diminue rapidement lorsque la distance augmente. Les matériaux courants tels que les matériaux de construction ne constituent pas un blindage efficace contre les champs magnétiques« , explique l’OMS. Rien de mieux que de s’éloigner, donc.

5G : le mythe des ondes dangereuses ?

5G : le mythe des ondes dangereuses ?

 

OPINION.

 

On n’entrevoit probablement qu’à peine les applications qui seront demain rendues possibles par la 5G. Pourtant, son déploiement a suscité voilà quelques mois une levée de boucliers sans précédent, et la 5G fut pilonnée et accusée de tous les maux. Dernier écho en date: la 5G pourrait perturber les radioaltimètres des avions et provoquer paralysie aéroportuaire et incidents aériens. Crash en vue pour la 5G ou simple effet de manche interroge dans la Tribune Sébastien Point, physicien et ingénieur, spécialiste des sciences & technologies, président de la section Rayonnements non ionisants de la Société française de radioprotection.

Une information sur de potentielles interférences entre les ondes de la 5G et les radioaltimètres des avions a depuis peu contribué à ranimer les débats sur la pertinence de déployer la technologie 5G, laquelle technologie avait subi, il y a quelques mois, de violentes attaques d’une mouvance écoésotérique radicale qui y voyait un asservissement de l’humanité aux machines ou encore une immense catastrophe sanitaire à venir.

Ainsi, après s’être demandé si la 5G pouvait être dangereuse pour la santé des individus et non satisfaite sans doute d’avoir dépensé tant d’énergie à débattre de son éventuel impact environnemental, voilà qu’une partie de la presse se demande désormais si la 5G ne serait pas dangereuse pour… les avions. On lit ainsi, sur le site lechotouristique.com[1] , que des compagnies aériennes « pourraient être contraintes d’annuler, de retarder ou de détourner des vols dans les 46 zones américaines où se trouvent des tours 5G ».

Un avertissement qui ne date pas d’hier

En cause, la proximité des fréquences utilisées par les radioaltimètres des avions avec l’une des bandes de fréquences des émetteurs 5G. Sont rapportés sur de nombreux sites d’information en ligne les propos d’un porte-parole de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avertissant que « l’utilisation d’appareils 5G à bord des aéronefs pourrait conduire à des risques d’interférences conduisant à des erreurs potentielles sur les mesures d’altitude », ce qui serait critique lors des phases d’atterrissage et de décollage. Le site lesnumériques.com[2] insiste quant à lui sur le fait que l’avertissement ne date pas d’hier puisqu’aux Etats-Unis l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) « avait déjà alerté à ce sujet l’an dernier » et qu’« en France, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avait demandé en 2020 des analyses techniques supplémentaires avant l’allumage d’antennes 5G proches des aéroports ».

Néanmoins, comme le précise la FAA, « il n’a pas encore été rapporté d’exemples prouvés d’interférences dues aux réseaux de téléphonie sans fil au niveau international », et certains, à l’image du site nouvelles-du-monde.com[3], se demandent si tout cela n’est pas monté en épingle pour des raisons bassement politiques de concurrence entre l’Administration fédérale de l’aviation et la Commission fédérale des communications.

Quoiqu’il en soit, il y a fort à parier qu’une fois les ajustements techniques réalisés, cette histoire, qui relève de la compatibilité électromagnétique, un champ d’investigation scientifique bien encadré normativement et parfaitement connu des ingénieurs, finisse par ressembler à un simple trou d’air dans le déploiement de la 5G. Le fait qu’elle fasse les gros titres montre néanmoins que le débat n’est pas apaisé et qu’une certaine presse gagnerait peut-être à ce qu’il s’enflamme à nouveau. Car, faut-il le rappeler, aucune des accusations proférées à cors et à cris contre la 5G n’a jamais bénéficié de réel fondement, et toutes se sont révélées in fine appartenir au domaine de la croyance.

Exposition aux champs électromagnétiques

On a dit de la 5G qu’elle multiplierait l’exposition aux champs électromagnétiques par 10 ou 100 : ces allégations démagogiques n’avaient aucune chance d’être justes compte-tenu des lois qui régissent la physique des ondes, et effectivement les mesures réalisées en France par l’Agence nationale des fréquences ont confirmé que l’élévation du niveau de champ électrique à proximité des émetteurs 5G était tout à fait négligeable, les points les plus élevés étant toujours très en deçà des valeurs limites d’exposition. On a entendu que la 5G rendrait la vie définitivement impossible à tous les électrosensibles du monde, en dépit de l’évidence grandissante de la nature psychiatrique de cette maladie, dont j’ai montré ailleurs [4], qu’elle était très probablement une phobie spécifique.

On a affirmé que la 5G avait tué les oiseaux du parc Huygens, à La Hague… lesquels oiseaux avaient en réalité consommé des baies toxiques. On a dit de la 5G, sur la base de modèles numériques, qu’elle décimerait les insectes… Mais aucune observation in situ ne confirme les résultats de ces modélisations. On a dit de la 5G qu’elle décuplerait les consommations électriques, qu’elle favoriserait la surveillance de la population, et même qu’elle accélèrerait la transmission de la Covid-19, que certains activistes complotistes ont rebaptisé du doux nom de « syndrome d’hypertoxicité Covid-5G ». On a tout dit sur la 5G. Sauf peut-être l’essentiel : que nulle nation ne peut se permettre, à notre époque, de retarder volontairement son progrès scientifique, technologique et économique, sauf à accepter de devenir le spectateur de son propre devenir.

Des perspectives que l’on ne peut qu’entrevoir aujourd’hui

A ceux qui les développeront et les maitriseront, les nouveaux outils de communication, dont la 5G fait partie, offriront des perspectives que probablement l’on ne peut qu’entrevoir aujourd’hui : désenclavement culturel et économique de régions entières du globe sans besoin de réseaux routiers supplémentaires ; partages de données entre ingénieurs et chercheurs, sans nécessité de déplacer des dizaines ou des  centaines d’entre eux en un même lieu ; opérations ou consultations à distance, en réponse aux problèmes de désertification médicale. Sécurisation des grands axes routiers et des bâtiments, supervisés en temps réel.

 

Et après-demain, c’est l’exploration et la conquête des planètes de notre système solaire par des robots intelligents et interconnectés, puis par l’Homme, qui seront rendues possibles. Face à ces perspectives immenses pour l’avenir, cet épisode des interférences avec les radioaltimètres des avions est anecdotique et ne révèle rien d’autre qu’une énième tentative d’instrumentaliser les peurs de la 5G au profit de quelques-uns et au détriment du plus grand nombre.

_____________

[1] Aérien : la 5G est-elle dangereuse pour les avions ? (lechotouristique.com)

[2] La 5G pourrait-elle perturber le trafic aérien ? – Les Numériques (lesnumeriques.com)

[3] La préoccupation de la FAA concernant l’interférence des avions est-elle légitime ? – Nouvelles Du Monde (nouvelles-du-monde.com)

[4] Sébastien Point, La religion anti-ondes : comment médias et associations ont fabriqué les électrosensibles, 2021.

5G: Les risques de la technologie

5G: Les risques de la technologie

 

Si la 5G devrait apporter des avantages et améliorer la vitesse de nos communications, il ne faut pas oublier de penser à toutes les problématiques que pose cette nouvelle technologie. Par Serge Abiteboul, Inria et Gérard Berry, Collège de France ( La tribune, extrait)

 

Le numérique, de manière générale, questionne les défenseurs de l’environnement. Par plein de côtés, il a des effets positifs sur l’environnement. Par exemple, il permet des études fines du climat, la gestion intelligente de l’énergie dans des smart grids, celle des moteurs de tous types, de l’automobile à l’aviation, des économies de transports avec le travail à distance. Par contre, il participe à la course en avant vers toujours plus de productivité et de consommation. Cet aspect très général du débat sera ignoré ici, où nous nous focaliserons sur la 5G.

Du côté positif, la 5G a été conçue dès le départ pour être énergétiquement sobre. Sachant que les chiffres ne sont pas stabilisés, elle devrait diviser fortement la consommation d’électricité pour le transport d’un Gigaoctet de données ; on parle de division par 10 et à terme par 20 par rapport à la 4G. Même si ces prévisions sont peut-être trop optimistes, il faut noter qu’elles vont dans le sens de l’histoire, qui a effectivement vu de pareilles améliorations de la 2G à la 3G à la 4G. Et on pourrait citer aussi les économies du passage du fil de cuivre à la fibre, ou des « vieux » data centers aux plus modernes. Le numérique sait aussi aller vers plus de sobriété, ce qui lui a permis d’absorber une grande partie de l’explosion des données transférées sur le réseau depuis vingt ans.

Une partie de cette explosion, oui, mais une partie seulement, car il faut tenir compte de l’effet rebond. D’une manière très générale, l’effet rebond, encore appelé paradoxe de Jevons, observe que des économies (monétaire ou autres) prévues du fait d’une amélioration de la technologie peuvent être perdues à la suite d’une adaptation du comportement de la société. Avec les améliorations des techniques qui ont permis le transport de plus en plus de données, on a vu cette quantité de données transportées augmenter violemment, en gros, doubler tous les dix-huit mois. Si les récents confinements dus à la pandémie n’ont pas mis à genoux la 4G, c’est grâce à l’année d’avance que sont obligés de prendre les opérateurs pour absorber cette croissance, entièrement due aux utilisateurs d’ailleurs.

L’introduction de la 5G va permettre que cet accroissement se poursuive, ce qui résulterait selon certains en une augmentation de l’impact négatif des réseaux sur l’environnement.

Bien sûr, on doit s’interroger pour savoir si cela aurait été mieux en refusant la 5G. Sans 5G, les réseaux télécoms de centre-ville auraient vite été saturés ce qui aurait conduit à densifier le réseaux de stations 4G. On aurait sans doute assisté à un même impact négatif pour un réseau qui aurait alors fini massivement par dysfonctionner, car la 4G supporte mal la saturation pour des raisons intrinsèques à sa technologie. Ne pas déployer la 5G n’aurait réglé aucun problème, le vrai sujet est celui de la sobriété.

Dans le cadre du déploiement en cours, une vraie question est celle des coûts environnementaux de fabrication des éléments de réseaux comme les stations radio, et surtout des téléphones. Il faut savoir que la fabrication d’un téléphone portable émet beaucoup plus de gaz à effet de serre (GES) que son utilisation. Si tous les Français se précipitent et changent leur téléphone pour avoir accès à la 5G, on arrive à un coût énorme en émission de GES. Il faudrait les convaincre que ça ne sert à rien et qu’on peut se contenter du renouvellement « normal » des téléphones. Il est important d’insister ici sur « normal » : les Français changent de téléphone tous les 18 mois, ce qui n’est pas normal du tout. Même si ça a été effectivement nécessaire quand les téléphones étaient loin de leur puissance de calcul actuelle, ça ne l’est plus maintenant. Et produire tous ces téléphones engendre une gabegie de ressources, d’énergie et d’émission de GES. Au-delà du sujet de la 5G, que faisons-nous pour ralentir ces remplacements ? Que faisons-nous pour qu’ils ne s’accélèrent pas à l’appel des sirènes de l’industrie des smartphones ?

Il faudrait aussi questionner les usages. Le visionnage d’une vidéo sur un smartphone consomme plusieurs fois l’électricité nécessaire au visionnage de la même vidéo après téléchargement par la fibre. Mais la situation est tout sauf simple. Comment comparer le visionnage d’un cours en 4G par un élève ne disposant pas d’autre connexion Internet au visionnage d’une vidéo (qu’on aurait pu télécharger à l’avance) dans le métro parisien ? Il ne s’agit pas ici de décider pour le citoyen ce qu’il peut visionner suivant le contexte, mais juste de le sensibiliser à la question du coût environnemental de ses choix numériques et de lui donner les moyens, s’il le souhaite, d’avoir des comportements plus sobres.

Dans ces dimensions, les effets sont contrastés.

Pour la cybersécurité, la 5G procure des moyens d’être plus exigeants, par exemple, en chiffrant les échanges de bout en bout. Par contre, en augmentant la surface des points névralgiques, on accroît les risques en matière de sécurité. En particulier, la virtualisation des réseaux qu’elle introduit ouvre la porte à des attaques logicielles. L’internet des objets, potentiellement boosté par la 5G, questionne également quand on voit la faiblesse de la sécurité des objets connectés, des plus simples comme les capteurs à basse énergie jusqu’aux plus critiques comme les pacemakers. Le risque lié à la cybersécurité venant de l’internet des objets est accru par la fragmentation de ce marché qui rend difficile de converger sur un cadre et des exigences communes.

Pour ce qui est de la surveillance, les effets sont également contrastés. Les pouvoirs publics s’inquiètent de ne pouvoir que plus difficilement intercepter les communications des escrocs, des terroristes, etc. Des citoyens s’inquiètent de la mise en place de surveillance vidéo massive. La 4G permet déjà une telle surveillance, mais la 5G, en augmentant les débits disponibles la facilite. On peut réaliser les rêves des dictateurs en couvrant le pays de caméra dont les flux sont analysés par des logiciels d’intelligence artificielle. Le cauchemar. Mais la 5G ne peut être tenue seule pour responsable ; si cela arrive, cela tiendra aussi du manque de vigilance des citoyens et de leurs élus.

C’est un vieux sujet. Comme ces ondes sont très utilisées (télécoms, wifi, four à micro-ondes, radars, etc.) et qu’elles sont invisibles, elles inquiètent depuis longtemps. Leurs effets sur la santé ont été intensément étudiés sans véritablement permettre de conclure à une quelconque nocivité dans un usage raisonné. Une grande majorité des spécialistes pensent qu’il n’y a pas de risque sanitaire à condition de bien suivre les seuils de recommandation de l’OMS, qui ajoute déjà des marges importantes au-delà des seuils où on pense qu’il existe un risque. On notera que certains pays comme la France vont encore au-delà des recommandations de l’OMS.

Pourtant, d’autres spécialistes pensent que des risques sanitaires existent. Et on s’accorde généralement pour poursuivre les études pour toujours mieux comprendre les effets biologiques des ondes, en fonction des fréquences utilisées, de la puissance et de la durée d’exposition. Avec le temps, on soulève de nouvelles questions comme l’accumulation des effets de différentes ondes, et après avoir focalisé sur les énergies absorbées et les effets thermiques, on s’attaque aux effets non thermiques.

La controverse se cristallise autour de « l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques ». C’est une pathologie reconnue dans de nombreux pays, qui se manifeste par des maux de tête, des douleurs musculaires, des troubles du sommeil, etc. Malgré son nom, les recherches médicales n’ont montré aucun lien avec l’exposition aux ondes. Ses causes restent mystérieuses.

Venons-en à la question plus spécifique de la 5G. La 5G mobilise différentes nouvelles gammes de fréquences, autour de 3,5 GHz et autour de 26 GHz. Avec la 3.5 GHz, on est très proche de fréquences déjà utilisées, par exemple par le wifi, et de fréquences dont les effets ont été très étudiés. Pour la 26 GHz, si l’utilisation dans un cadre grand public de telles ondes est nouvelle, on dispose déjà d’études sur de telles fréquences élevées. Pourtant, l’utilisation nouvelle de ces fréquences spécifiques légitime le fait que de nouvelles études soient entreprises pour elles, ce qui est déjà le cas.

Un aspect de la 5G conduit naturellement aussi à de nouvelles études : les antennes MIMO dont nous avons parlé. Elles permettent de focaliser l’émission sur l’utilisateur. Cela évite de balancer des ondes dans tout l’espace. Par contre, l’utilisateur sera potentiellement exposé à moins d’ondes au total, mais à des puissances plus importantes. Le contexte de l’exposition changeant aussi radicalement conduit à redéfinir la notion d’exposition aux ondes, et peut-être à de nouvelles normes d’exposition. Cela conduit donc à repenser même les notions de mesure.

Nous concluons cette section en mentionnant un autre effet sur la santé qui va bien au-delà de la 5G pour interpeller tout le numérique : la vitesse de développement de ces technologies. Le numérique met au service des personnes des moyens pour améliorer leurs vies. C’est souvent le cas et, en tant qu’informaticiens, nous aimons souligner cette dimension. Mais, le numérique impose aussi son rythme et son instantanéité à des individus, quelquefois (souvent ?) à leur détriment. C’est particulièrement vrai dans un contexte professionnel. Dans le même temps où il nous décharge de tâches pénibles, il peut imposer des cadences inhumaines. Voici évidemment des usages qu’il faut repousser. Il faut notamment être vigilant pour éviter que la 5G ne participe à une déshumanisation du travail.

On peut difficilement évaluer les retombées économiques de la 5G, mais les analystes avancent qu’elle va bouleverser de nombreux secteurs, par exemple, la fabrication en usine et les entrepôts. On s’attend à ce qu’elle conduise aussi à de nouvelles gammes de services grand public et à la transformation des services de l’État. On entend donc : Le monde de demain sera différent avec la 5G, et ceux qui n’auront pas pris le tournant 5G seront dépassés. C’est une des réponses avancées aux détracteurs de la 5G, la raison économique. On rejouerait un peu ce qui s’est passé avec les plates-formes d’internet : on est parti trop tard et du coup on rame à rattraper ce retard. Sans la 5G, l’économie nationale perdrait en compétitivité et nous basculerions dans le tiers monde.

Il est difficile de valider ou réfuter une telle affirmation. N’abandonnerions-nous la 5G que pour un temps ou indéfiniment ? Est-ce que ce serait pour adopter une autre technologie ? Nous pouvons poser par contre la question de notre place dans cette technique particulière, celle de la France et celle de l’Europe.

Pour ce qui est du développement de la technologie, contrairement à d’autres domaines, l’Europe est bien placée avec deux entreprises européennes sur les trois qui dominent le marché, Nokia et Ericsson. On peut même dire que Nokia est « un peu » française puisqu’elle inclut Alcatel. La dernière entreprise dominante est chinoise, Huawei, que les États-Unis et d’autres essaient de tenir à l’écart parce qu’elle est plus ou moins sous le contrôle du parti communiste chinois. La France essaie d’éviter que des communications d’acteurs sensibles ne puissent passer par les matériels Huawei ce qui revient de fait à l’exclure en grande partie du réseau français.

Pour ce qui est des usages, les industriels français semblent s’y intéresser enfin. Les milieux scientifiques européens et les entreprises technologiques européennes ne sont pas (trop) à la traîne même si on peut s’inquiéter des dominations américaines et chinoises dans des secteurs comme les composants électroniques ou les logiciels, et des investissements véritablement massif des États-Unis et de la Chine dans les technologies numériques bien plus grands qu’en Europe. On peut donc s’inquiéter de voir l’économie et l’industrie européenne prendre du retard. Il est vrai que la 5G ne sera pleinement présente que dans deux ou trois ans. On peut espérer que ce délai sera utilisé pour mieux nous lancer peut-être quand on aura mieux compris les enjeux, en espérant que ce ne sera pas trop tard, qu’en arrivant avec un temps de retard, on n’aura pas laissé les premiers arrivants rafler la mise (« winner-take-all »).

Comme nous l’avons vu, certains questionnements sur la 5G méritent qu’on s’y arrête, qu’on poursuive des recherches, qu’on infléchisse nos usages des technologies cellulaires. La 5G est au tout début de son déploiement. Les sujets traversés interpellent le citoyen. Nous voulons mettre cette technologie à notre service, par exemple, éviter qu’elle ne conduise à de la surveillance de masse ou imposer des rythmes de travail inhumains. Nous avons l’obligation de la mettre au service de l’écologie par exemple en évitant des changements de smartphones trop fréquents ou des téléchargements intempestifs de vidéos en mobilité. C’est bien pourquoi les citoyens doivent se familiariser avec ces sujets pour choisir ce qu’ils veulent que la 5G soit. Décider sans comprendre est rarement la bonne solution.

__________

La 5G: Les problèmes posés par la technologie

La 5G: Les problèmes posés par la technologie

 

Si la 5G devrait apporter des avantages et améliorer la vitesse de nos communications, il ne faut pas oublier de penser à toutes les problématiques que pose cette nouvelle technologie. Par Serge Abiteboul, Inria et Gérard Berry, Collège de France ( La tribune, extrait)

 

Le numérique, de manière générale, questionne les défenseurs de l’environnement. Par plein de côtés, il a des effets positifs sur l’environnement. Par exemple, il permet des études fines du climat, la gestion intelligente de l’énergie dans des smart grids, celle des moteurs de tous types, de l’automobile à l’aviation, des économies de transports avec le travail à distance. Par contre, il participe à la course en avant vers toujours plus de productivité et de consommation. Cet aspect très général du débat sera ignoré ici, où nous nous focaliserons sur la 5G.

Du côté positif, la 5G a été conçue dès le départ pour être énergétiquement sobre. Sachant que les chiffres ne sont pas stabilisés, elle devrait diviser fortement la consommation d’électricité pour le transport d’un Gigaoctet de données ; on parle de division par 10 et à terme par 20 par rapport à la 4G. Même si ces prévisions sont peut-être trop optimistes, il faut noter qu’elles vont dans le sens de l’histoire, qui a effectivement vu de pareilles améliorations de la 2G à la 3G à la 4G. Et on pourrait citer aussi les économies du passage du fil de cuivre à la fibre, ou des « vieux » data centers aux plus modernes. Le numérique sait aussi aller vers plus de sobriété, ce qui lui a permis d’absorber une grande partie de l’explosion des données transférées sur le réseau depuis vingt ans.

Une partie de cette explosion, oui, mais une partie seulement, car il faut tenir compte de l’effet rebond. D’une manière très générale, l’effet rebond, encore appelé paradoxe de Jevons, observe que des économies (monétaire ou autres) prévues du fait d’une amélioration de la technologie peuvent être perdues à la suite d’une adaptation du comportement de la société. Avec les améliorations des techniques qui ont permis le transport de plus en plus de données, on a vu cette quantité de données transportées augmenter violemment, en gros, doubler tous les dix-huit mois. Si les récents confinements dus à la pandémie n’ont pas mis à genoux la 4G, c’est grâce à l’année d’avance que sont obligés de prendre les opérateurs pour absorber cette croissance, entièrement due aux utilisateurs d’ailleurs.

L’introduction de la 5G va permettre que cet accroissement se poursuive, ce qui résulterait selon certains en une augmentation de l’impact négatif des réseaux sur l’environnement.

Bien sûr, on doit s’interroger pour savoir si cela aurait été mieux en refusant la 5G. Sans 5G, les réseaux télécoms de centre-ville auraient vite été saturés ce qui aurait conduit à densifier le réseaux de stations 4G. On aurait sans doute assisté à un même impact négatif pour un réseau qui aurait alors fini massivement par dysfonctionner, car la 4G supporte mal la saturation pour des raisons intrinsèques à sa technologie. Ne pas déployer la 5G n’aurait réglé aucun problème, le vrai sujet est celui de la sobriété.

Dans le cadre du déploiement en cours, une vraie question est celle des coûts environnementaux de fabrication des éléments de réseaux comme les stations radio, et surtout des téléphones. Il faut savoir que la fabrication d’un téléphone portable émet beaucoup plus de gaz à effet de serre (GES) que son utilisation. Si tous les Français se précipitent et changent leur téléphone pour avoir accès à la 5G, on arrive à un coût énorme en émission de GES. Il faudrait les convaincre que ça ne sert à rien et qu’on peut se contenter du renouvellement « normal » des téléphones. Il est important d’insister ici sur « normal » : les Français changent de téléphone tous les 18 mois, ce qui n’est pas normal du tout. Même si ça a été effectivement nécessaire quand les téléphones étaient loin de leur puissance de calcul actuelle, ça ne l’est plus maintenant. Et produire tous ces téléphones engendre une gabegie de ressources, d’énergie et d’émission de GES. Au-delà du sujet de la 5G, que faisons-nous pour ralentir ces remplacements ? Que faisons-nous pour qu’ils ne s’accélèrent pas à l’appel des sirènes de l’industrie des smartphones ?

Il faudrait aussi questionner les usages. Le visionnage d’une vidéo sur un smartphone consomme plusieurs fois l’électricité nécessaire au visionnage de la même vidéo après téléchargement par la fibre. Mais la situation est tout sauf simple. Comment comparer le visionnage d’un cours en 4G par un élève ne disposant pas d’autre connexion Internet au visionnage d’une vidéo (qu’on aurait pu télécharger à l’avance) dans le métro parisien ? Il ne s’agit pas ici de décider pour le citoyen ce qu’il peut visionner suivant le contexte, mais juste de le sensibiliser à la question du coût environnemental de ses choix numériques et de lui donner les moyens, s’il le souhaite, d’avoir des comportements plus sobres.

Dans ces dimensions, les effets sont contrastés.

Pour la cybersécurité, la 5G procure des moyens d’être plus exigeants, par exemple, en chiffrant les échanges de bout en bout. Par contre, en augmentant la surface des points névralgiques, on accroît les risques en matière de sécurité. En particulier, la virtualisation des réseaux qu’elle introduit ouvre la porte à des attaques logicielles. L’internet des objets, potentiellement boosté par la 5G, questionne également quand on voit la faiblesse de la sécurité des objets connectés, des plus simples comme les capteurs à basse énergie jusqu’aux plus critiques comme les pacemakers. Le risque lié à la cybersécurité venant de l’internet des objets est accru par la fragmentation de ce marché qui rend difficile de converger sur un cadre et des exigences communes.

Pour ce qui est de la surveillance, les effets sont également contrastés. Les pouvoirs publics s’inquiètent de ne pouvoir que plus difficilement intercepter les communications des escrocs, des terroristes, etc. Des citoyens s’inquiètent de la mise en place de surveillance vidéo massive. La 4G permet déjà une telle surveillance, mais la 5G, en augmentant les débits disponibles la facilite. On peut réaliser les rêves des dictateurs en couvrant le pays de caméra dont les flux sont analysés par des logiciels d’intelligence artificielle. Le cauchemar. Mais la 5G ne peut être tenue seule pour responsable ; si cela arrive, cela tiendra aussi du manque de vigilance des citoyens et de leurs élus.

C’est un vieux sujet. Comme ces ondes sont très utilisées (télécoms, wifi, four à micro-ondes, radars, etc.) et qu’elles sont invisibles, elles inquiètent depuis longtemps. Leurs effets sur la santé ont été intensément étudiés sans véritablement permettre de conclure à une quelconque nocivité dans un usage raisonné. Une grande majorité des spécialistes pensent qu’il n’y a pas de risque sanitaire à condition de bien suivre les seuils de recommandation de l’OMS, qui ajoute déjà des marges importantes au-delà des seuils où on pense qu’il existe un risque. On notera que certains pays comme la France vont encore au-delà des recommandations de l’OMS.

Pourtant, d’autres spécialistes pensent que des risques sanitaires existent. Et on s’accorde généralement pour poursuivre les études pour toujours mieux comprendre les effets biologiques des ondes, en fonction des fréquences utilisées, de la puissance et de la durée d’exposition. Avec le temps, on soulève de nouvelles questions comme l’accumulation des effets de différentes ondes, et après avoir focalisé sur les énergies absorbées et les effets thermiques, on s’attaque aux effets non thermiques.

La controverse se cristallise autour de « l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques ». C’est une pathologie reconnue dans de nombreux pays, qui se manifeste par des maux de tête, des douleurs musculaires, des troubles du sommeil, etc. Malgré son nom, les recherches médicales n’ont montré aucun lien avec l’exposition aux ondes. Ses causes restent mystérieuses.

Venons-en à la question plus spécifique de la 5G. La 5G mobilise différentes nouvelles gammes de fréquences, autour de 3,5 GHz et autour de 26 GHz. Avec la 3.5 GHz, on est très proche de fréquences déjà utilisées, par exemple par le wifi, et de fréquences dont les effets ont été très étudiés. Pour la 26 GHz, si l’utilisation dans un cadre grand public de telles ondes est nouvelle, on dispose déjà d’études sur de telles fréquences élevées. Pourtant, l’utilisation nouvelle de ces fréquences spécifiques légitime le fait que de nouvelles études soient entreprises pour elles, ce qui est déjà le cas.

Un aspect de la 5G conduit naturellement aussi à de nouvelles études : les antennes MIMO dont nous avons parlé. Elles permettent de focaliser l’émission sur l’utilisateur. Cela évite de balancer des ondes dans tout l’espace. Par contre, l’utilisateur sera potentiellement exposé à moins d’ondes au total, mais à des puissances plus importantes. Le contexte de l’exposition changeant aussi radicalement conduit à redéfinir la notion d’exposition aux ondes, et peut-être à de nouvelles normes d’exposition. Cela conduit donc à repenser même les notions de mesure.

Nous concluons cette section en mentionnant un autre effet sur la santé qui va bien au-delà de la 5G pour interpeller tout le numérique : la vitesse de développement de ces technologies. Le numérique met au service des personnes des moyens pour améliorer leurs vies. C’est souvent le cas et, en tant qu’informaticiens, nous aimons souligner cette dimension. Mais, le numérique impose aussi son rythme et son instantanéité à des individus, quelquefois (souvent ?) à leur détriment. C’est particulièrement vrai dans un contexte professionnel. Dans le même temps où il nous décharge de tâches pénibles, il peut imposer des cadences inhumaines. Voici évidemment des usages qu’il faut repousser. Il faut notamment être vigilant pour éviter que la 5G ne participe à une déshumanisation du travail.

On peut difficilement évaluer les retombées économiques de la 5G, mais les analystes avancent qu’elle va bouleverser de nombreux secteurs, par exemple, la fabrication en usine et les entrepôts. On s’attend à ce qu’elle conduise aussi à de nouvelles gammes de services grand public et à la transformation des services de l’État. On entend donc : Le monde de demain sera différent avec la 5G, et ceux qui n’auront pas pris le tournant 5G seront dépassés. C’est une des réponses avancées aux détracteurs de la 5G, la raison économique. On rejouerait un peu ce qui s’est passé avec les plates-formes d’internet : on est parti trop tard et du coup on rame à rattraper ce retard. Sans la 5G, l’économie nationale perdrait en compétitivité et nous basculerions dans le tiers monde.

Il est difficile de valider ou réfuter une telle affirmation. N’abandonnerions-nous la 5G que pour un temps ou indéfiniment ? Est-ce que ce serait pour adopter une autre technologie ? Nous pouvons poser par contre la question de notre place dans cette technique particulière, celle de la France et celle de l’Europe.

Pour ce qui est du développement de la technologie, contrairement à d’autres domaines, l’Europe est bien placée avec deux entreprises européennes sur les trois qui dominent le marché, Nokia et Ericsson. On peut même dire que Nokia est « un peu » française puisqu’elle inclut Alcatel. La dernière entreprise dominante est chinoise, Huawei, que les États-Unis et d’autres essaient de tenir à l’écart parce qu’elle est plus ou moins sous le contrôle du parti communiste chinois. La France essaie d’éviter que des communications d’acteurs sensibles ne puissent passer par les matériels Huawei ce qui revient de fait à l’exclure en grande partie du réseau français.

Pour ce qui est des usages, les industriels français semblent s’y intéresser enfin. Les milieux scientifiques européens et les entreprises technologiques européennes ne sont pas (trop) à la traîne même si on peut s’inquiéter des dominations américaines et chinoises dans des secteurs comme les composants électroniques ou les logiciels, et des investissements véritablement massif des États-Unis et de la Chine dans les technologies numériques bien plus grands qu’en Europe. On peut donc s’inquiéter de voir l’économie et l’industrie européenne prendre du retard. Il est vrai que la 5G ne sera pleinement présente que dans deux ou trois ans. On peut espérer que ce délai sera utilisé pour mieux nous lancer peut-être quand on aura mieux compris les enjeux, en espérant que ce ne sera pas trop tard, qu’en arrivant avec un temps de retard, on n’aura pas laissé les premiers arrivants rafler la mise (« winner-take-all »).

Comme nous l’avons vu, certains questionnements sur la 5G méritent qu’on s’y arrête, qu’on poursuive des recherches, qu’on infléchisse nos usages des technologies cellulaires. La 5G est au tout début de son déploiement. Les sujets traversés interpellent le citoyen. Nous voulons mettre cette technologie à notre service, par exemple, éviter qu’elle ne conduise à de la surveillance de masse ou imposer des rythmes de travail inhumains. Nous avons l’obligation de la mettre au service de l’écologie par exemple en évitant des changements de smartphones trop fréquents ou des téléchargements intempestifs de vidéos en mobilité. C’est bien pourquoi les citoyens doivent se familiariser avec ces sujets pour choisir ce qu’ils veulent que la 5G soit. Décider sans comprendre est rarement la bonne solution.

__________

Technologie 5G: Les problèmes que cela pose

Technologie 5G: Les problèmes que cela pose 

 

Si la 5G devrait apporter des avantages et améliorer la vitesse de nos communications, il ne faut pas oublier de penser à toutes les problématiques que pose cette nouvelle technologie. Par Serge Abiteboul, Inria et Gérard Berry, Collège de France ( La tribune, extrait)

 

Le numérique, de manière générale, questionne les défenseurs de l’environnement. Par plein de côtés, il a des effets positifs sur l’environnement. Par exemple, il permet des études fines du climat, la gestion intelligente de l’énergie dans des smart grids, celle des moteurs de tous types, de l’automobile à l’aviation, des économies de transports avec le travail à distance. Par contre, il participe à la course en avant vers toujours plus de productivité et de consommation. Cet aspect très général du débat sera ignoré ici, où nous nous focaliserons sur la 5G.

Du côté positif, la 5G a été conçue dès le départ pour être énergétiquement sobre. Sachant que les chiffres ne sont pas stabilisés, elle devrait diviser fortement la consommation d’électricité pour le transport d’un Gigaoctet de données ; on parle de division par 10 et à terme par 20 par rapport à la 4G. Même si ces prévisions sont peut-être trop optimistes, il faut noter qu’elles vont dans le sens de l’histoire, qui a effectivement vu de pareilles améliorations de la 2G à la 3G à la 4G. Et on pourrait citer aussi les économies du passage du fil de cuivre à la fibre, ou des « vieux » data centers aux plus modernes. Le numérique sait aussi aller vers plus de sobriété, ce qui lui a permis d’absorber une grande partie de l’explosion des données transférées sur le réseau depuis vingt ans.

Une partie de cette explosion, oui, mais une partie seulement, car il faut tenir compte de l’effet rebond. D’une manière très générale, l’effet rebond, encore appelé paradoxe de Jevons, observe que des économies (monétaire ou autres) prévues du fait d’une amélioration de la technologie peuvent être perdues à la suite d’une adaptation du comportement de la société. Avec les améliorations des techniques qui ont permis le transport de plus en plus de données, on a vu cette quantité de données transportées augmenter violemment, en gros, doubler tous les dix-huit mois. Si les récents confinements dus à la pandémie n’ont pas mis à genoux la 4G, c’est grâce à l’année d’avance que sont obligés de prendre les opérateurs pour absorber cette croissance, entièrement due aux utilisateurs d’ailleurs.

L’introduction de la 5G va permettre que cet accroissement se poursuive, ce qui résulterait selon certains en une augmentation de l’impact négatif des réseaux sur l’environnement.

Bien sûr, on doit s’interroger pour savoir si cela aurait été mieux en refusant la 5G. Sans 5G, les réseaux télécoms de centre-ville auraient vite été saturés ce qui aurait conduit à densifier le réseaux de stations 4G. On aurait sans doute assisté à un même impact négatif pour un réseau qui aurait alors fini massivement par dysfonctionner, car la 4G supporte mal la saturation pour des raisons intrinsèques à sa technologie. Ne pas déployer la 5G n’aurait réglé aucun problème, le vrai sujet est celui de la sobriété.

Dans le cadre du déploiement en cours, une vraie question est celle des coûts environnementaux de fabrication des éléments de réseaux comme les stations radio, et surtout des téléphones. Il faut savoir que la fabrication d’un téléphone portable émet beaucoup plus de gaz à effet de serre (GES) que son utilisation. Si tous les Français se précipitent et changent leur téléphone pour avoir accès à la 5G, on arrive à un coût énorme en émission de GES. Il faudrait les convaincre que ça ne sert à rien et qu’on peut se contenter du renouvellement « normal » des téléphones. Il est important d’insister ici sur « normal » : les Français changent de téléphone tous les 18 mois, ce qui n’est pas normal du tout. Même si ça a été effectivement nécessaire quand les téléphones étaient loin de leur puissance de calcul actuelle, ça ne l’est plus maintenant. Et produire tous ces téléphones engendre une gabegie de ressources, d’énergie et d’émission de GES. Au-delà du sujet de la 5G, que faisons-nous pour ralentir ces remplacements ? Que faisons-nous pour qu’ils ne s’accélèrent pas à l’appel des sirènes de l’industrie des smartphones ?

Il faudrait aussi questionner les usages. Le visionnage d’une vidéo sur un smartphone consomme plusieurs fois l’électricité nécessaire au visionnage de la même vidéo après téléchargement par la fibre. Mais la situation est tout sauf simple. Comment comparer le visionnage d’un cours en 4G par un élève ne disposant pas d’autre connexion Internet au visionnage d’une vidéo (qu’on aurait pu télécharger à l’avance) dans le métro parisien ? Il ne s’agit pas ici de décider pour le citoyen ce qu’il peut visionner suivant le contexte, mais juste de le sensibiliser à la question du coût environnemental de ses choix numériques et de lui donner les moyens, s’il le souhaite, d’avoir des comportements plus sobres.

Dans ces dimensions, les effets sont contrastés.

Pour la cybersécurité, la 5G procure des moyens d’être plus exigeants, par exemple, en chiffrant les échanges de bout en bout. Par contre, en augmentant la surface des points névralgiques, on accroît les risques en matière de sécurité. En particulier, la virtualisation des réseaux qu’elle introduit ouvre la porte à des attaques logicielles. L’internet des objets, potentiellement boosté par la 5G, questionne également quand on voit la faiblesse de la sécurité des objets connectés, des plus simples comme les capteurs à basse énergie jusqu’aux plus critiques comme les pacemakers. Le risque lié à la cybersécurité venant de l’internet des objets est accru par la fragmentation de ce marché qui rend difficile de converger sur un cadre et des exigences communes.

Pour ce qui est de la surveillance, les effets sont également contrastés. Les pouvoirs publics s’inquiètent de ne pouvoir que plus difficilement intercepter les communications des escrocs, des terroristes, etc. Des citoyens s’inquiètent de la mise en place de surveillance vidéo massive. La 4G permet déjà une telle surveillance, mais la 5G, en augmentant les débits disponibles la facilite. On peut réaliser les rêves des dictateurs en couvrant le pays de caméra dont les flux sont analysés par des logiciels d’intelligence artificielle. Le cauchemar. Mais la 5G ne peut être tenue seule pour responsable ; si cela arrive, cela tiendra aussi du manque de vigilance des citoyens et de leurs élus.

C’est un vieux sujet. Comme ces ondes sont très utilisées (télécoms, wifi, four à micro-ondes, radars, etc.) et qu’elles sont invisibles, elles inquiètent depuis longtemps. Leurs effets sur la santé ont été intensément étudiés sans véritablement permettre de conclure à une quelconque nocivité dans un usage raisonné. Une grande majorité des spécialistes pensent qu’il n’y a pas de risque sanitaire à condition de bien suivre les seuils de recommandation de l’OMS, qui ajoute déjà des marges importantes au-delà des seuils où on pense qu’il existe un risque. On notera que certains pays comme la France vont encore au-delà des recommandations de l’OMS.

Pourtant, d’autres spécialistes pensent que des risques sanitaires existent. Et on s’accorde généralement pour poursuivre les études pour toujours mieux comprendre les effets biologiques des ondes, en fonction des fréquences utilisées, de la puissance et de la durée d’exposition. Avec le temps, on soulève de nouvelles questions comme l’accumulation des effets de différentes ondes, et après avoir focalisé sur les énergies absorbées et les effets thermiques, on s’attaque aux effets non thermiques.

La controverse se cristallise autour de « l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques ». C’est une pathologie reconnue dans de nombreux pays, qui se manifeste par des maux de tête, des douleurs musculaires, des troubles du sommeil, etc. Malgré son nom, les recherches médicales n’ont montré aucun lien avec l’exposition aux ondes. Ses causes restent mystérieuses.

Venons-en à la question plus spécifique de la 5G. La 5G mobilise différentes nouvelles gammes de fréquences, autour de 3,5 GHz et autour de 26 GHz. Avec la 3.5 GHz, on est très proche de fréquences déjà utilisées, par exemple par le wifi, et de fréquences dont les effets ont été très étudiés. Pour la 26 GHz, si l’utilisation dans un cadre grand public de telles ondes est nouvelle, on dispose déjà d’études sur de telles fréquences élevées. Pourtant, l’utilisation nouvelle de ces fréquences spécifiques légitime le fait que de nouvelles études soient entreprises pour elles, ce qui est déjà le cas.

Un aspect de la 5G conduit naturellement aussi à de nouvelles études : les antennes MIMO dont nous avons parlé. Elles permettent de focaliser l’émission sur l’utilisateur. Cela évite de balancer des ondes dans tout l’espace. Par contre, l’utilisateur sera potentiellement exposé à moins d’ondes au total, mais à des puissances plus importantes. Le contexte de l’exposition changeant aussi radicalement conduit à redéfinir la notion d’exposition aux ondes, et peut-être à de nouvelles normes d’exposition. Cela conduit donc à repenser même les notions de mesure.

Nous concluons cette section en mentionnant un autre effet sur la santé qui va bien au-delà de la 5G pour interpeller tout le numérique : la vitesse de développement de ces technologies. Le numérique met au service des personnes des moyens pour améliorer leurs vies. C’est souvent le cas et, en tant qu’informaticiens, nous aimons souligner cette dimension. Mais, le numérique impose aussi son rythme et son instantanéité à des individus, quelquefois (souvent ?) à leur détriment. C’est particulièrement vrai dans un contexte professionnel. Dans le même temps où il nous décharge de tâches pénibles, il peut imposer des cadences inhumaines. Voici évidemment des usages qu’il faut repousser. Il faut notamment être vigilant pour éviter que la 5G ne participe à une déshumanisation du travail.

On peut difficilement évaluer les retombées économiques de la 5G, mais les analystes avancent qu’elle va bouleverser de nombreux secteurs, par exemple, la fabrication en usine et les entrepôts. On s’attend à ce qu’elle conduise aussi à de nouvelles gammes de services grand public et à la transformation des services de l’État. On entend donc : Le monde de demain sera différent avec la 5G, et ceux qui n’auront pas pris le tournant 5G seront dépassés. C’est une des réponses avancées aux détracteurs de la 5G, la raison économique. On rejouerait un peu ce qui s’est passé avec les plates-formes d’internet : on est parti trop tard et du coup on rame à rattraper ce retard. Sans la 5G, l’économie nationale perdrait en compétitivité et nous basculerions dans le tiers monde.

Il est difficile de valider ou réfuter une telle affirmation. N’abandonnerions-nous la 5G que pour un temps ou indéfiniment ? Est-ce que ce serait pour adopter une autre technologie ? Nous pouvons poser par contre la question de notre place dans cette technique particulière, celle de la France et celle de l’Europe.

Pour ce qui est du développement de la technologie, contrairement à d’autres domaines, l’Europe est bien placée avec deux entreprises européennes sur les trois qui dominent le marché, Nokia et Ericsson. On peut même dire que Nokia est « un peu » française puisqu’elle inclut Alcatel. La dernière entreprise dominante est chinoise, Huawei, que les États-Unis et d’autres essaient de tenir à l’écart parce qu’elle est plus ou moins sous le contrôle du parti communiste chinois. La France essaie d’éviter que des communications d’acteurs sensibles ne puissent passer par les matériels Huawei ce qui revient de fait à l’exclure en grande partie du réseau français.

Pour ce qui est des usages, les industriels français semblent s’y intéresser enfin. Les milieux scientifiques européens et les entreprises technologiques européennes ne sont pas (trop) à la traîne même si on peut s’inquiéter des dominations américaines et chinoises dans des secteurs comme les composants électroniques ou les logiciels, et des investissements véritablement massif des États-Unis et de la Chine dans les technologies numériques bien plus grands qu’en Europe. On peut donc s’inquiéter de voir l’économie et l’industrie européenne prendre du retard. Il est vrai que la 5G ne sera pleinement présente que dans deux ou trois ans. On peut espérer que ce délai sera utilisé pour mieux nous lancer peut-être quand on aura mieux compris les enjeux, en espérant que ce ne sera pas trop tard, qu’en arrivant avec un temps de retard, on n’aura pas laissé les premiers arrivants rafler la mise (« winner-take-all »).

Comme nous l’avons vu, certains questionnements sur la 5G méritent qu’on s’y arrête, qu’on poursuive des recherches, qu’on infléchisse nos usages des technologies cellulaires. La 5G est au tout début de son déploiement. Les sujets traversés interpellent le citoyen. Nous voulons mettre cette technologie à notre service, par exemple, éviter qu’elle ne conduise à de la surveillance de masse ou imposer des rythmes de travail inhumains. Nous avons l’obligation de la mettre au service de l’écologie par exemple en évitant des changements de smartphones trop fréquents ou des téléchargements intempestifs de vidéos en mobilité. C’est bien pourquoi les citoyens doivent se familiariser avec ces sujets pour choisir ce qu’ils veulent que la 5G soit. Décider sans comprendre est rarement la bonne solution.

__________

Par Serge Abiteboul, Directeur de recherche à Inria, membre de l’Académie des Sciences, Inria et Gérard Berry, Professeur émérite en informatique, Collège de France.

Pour aller plus loin: « La 5G et les réseaux de communications mobiles », rapport du groupe de travail de l’Académie des sciences sur les réseaux du futur, 12 juillet 2021

5G: Les problèmes posés par la technologie

5G: Les problèmes posés par la technologie

 

Si la 5G devrait apporter des avantages et améliorer la vitesse de nos communications, il ne faut pas oublier de penser à toutes les problématiques que pose cette nouvelle technologie. Par Serge Abiteboul, Inria et Gérard Berry, Collège de France ( La tribune, extrait)

 

Le numérique, de manière générale, questionne les défenseurs de l’environnement. Par plein de côtés, il a des effets positifs sur l’environnement. Par exemple, il permet des études fines du climat, la gestion intelligente de l’énergie dans des smart grids, celle des moteurs de tous types, de l’automobile à l’aviation, des économies de transports avec le travail à distance. Par contre, il participe à la course en avant vers toujours plus de productivité et de consommation. Cet aspect très général du débat sera ignoré ici, où nous nous focaliserons sur la 5G.

Du côté positif, la 5G a été conçue dès le départ pour être énergétiquement sobre. Sachant que les chiffres ne sont pas stabilisés, elle devrait diviser fortement la consommation d’électricité pour le transport d’un Gigaoctet de données ; on parle de division par 10 et à terme par 20 par rapport à la 4G. Même si ces prévisions sont peut-être trop optimistes, il faut noter qu’elles vont dans le sens de l’histoire, qui a effectivement vu de pareilles améliorations de la 2G à la 3G à la 4G. Et on pourrait citer aussi les économies du passage du fil de cuivre à la fibre, ou des « vieux » data centers aux plus modernes. Le numérique sait aussi aller vers plus de sobriété, ce qui lui a permis d’absorber une grande partie de l’explosion des données transférées sur le réseau depuis vingt ans.

Une partie de cette explosion, oui, mais une partie seulement, car il faut tenir compte de l’effet rebond. D’une manière très générale, l’effet rebond, encore appelé paradoxe de Jevons, observe que des économies (monétaire ou autres) prévues du fait d’une amélioration de la technologie peuvent être perdues à la suite d’une adaptation du comportement de la société. Avec les améliorations des techniques qui ont permis le transport de plus en plus de données, on a vu cette quantité de données transportées augmenter violemment, en gros, doubler tous les dix-huit mois. Si les récents confinements dus à la pandémie n’ont pas mis à genoux la 4G, c’est grâce à l’année d’avance que sont obligés de prendre les opérateurs pour absorber cette croissance, entièrement due aux utilisateurs d’ailleurs.

L’introduction de la 5G va permettre que cet accroissement se poursuive, ce qui résulterait selon certains en une augmentation de l’impact négatif des réseaux sur l’environnement.

Bien sûr, on doit s’interroger pour savoir si cela aurait été mieux en refusant la 5G. Sans 5G, les réseaux télécoms de centre-ville auraient vite été saturés ce qui aurait conduit à densifier le réseaux de stations 4G. On aurait sans doute assisté à un même impact négatif pour un réseau qui aurait alors fini massivement par dysfonctionner, car la 4G supporte mal la saturation pour des raisons intrinsèques à sa technologie. Ne pas déployer la 5G n’aurait réglé aucun problème, le vrai sujet est celui de la sobriété.

Dans le cadre du déploiement en cours, une vraie question est celle des coûts environnementaux de fabrication des éléments de réseaux comme les stations radio, et surtout des téléphones. Il faut savoir que la fabrication d’un téléphone portable émet beaucoup plus de gaz à effet de serre (GES) que son utilisation. Si tous les Français se précipitent et changent leur téléphone pour avoir accès à la 5G, on arrive à un coût énorme en émission de GES. Il faudrait les convaincre que ça ne sert à rien et qu’on peut se contenter du renouvellement « normal » des téléphones. Il est important d’insister ici sur « normal » : les Français changent de téléphone tous les 18 mois, ce qui n’est pas normal du tout. Même si ça a été effectivement nécessaire quand les téléphones étaient loin de leur puissance de calcul actuelle, ça ne l’est plus maintenant. Et produire tous ces téléphones engendre une gabegie de ressources, d’énergie et d’émission de GES. Au-delà du sujet de la 5G, que faisons-nous pour ralentir ces remplacements ? Que faisons-nous pour qu’ils ne s’accélèrent pas à l’appel des sirènes de l’industrie des smartphones ?

Il faudrait aussi questionner les usages. Le visionnage d’une vidéo sur un smartphone consomme plusieurs fois l’électricité nécessaire au visionnage de la même vidéo après téléchargement par la fibre. Mais la situation est tout sauf simple. Comment comparer le visionnage d’un cours en 4G par un élève ne disposant pas d’autre connexion Internet au visionnage d’une vidéo (qu’on aurait pu télécharger à l’avance) dans le métro parisien ? Il ne s’agit pas ici de décider pour le citoyen ce qu’il peut visionner suivant le contexte, mais juste de le sensibiliser à la question du coût environnemental de ses choix numériques et de lui donner les moyens, s’il le souhaite, d’avoir des comportements plus sobres.

Dans ces dimensions, les effets sont contrastés.

Pour la cybersécurité, la 5G procure des moyens d’être plus exigeants, par exemple, en chiffrant les échanges de bout en bout. Par contre, en augmentant la surface des points névralgiques, on accroît les risques en matière de sécurité. En particulier, la virtualisation des réseaux qu’elle introduit ouvre la porte à des attaques logicielles. L’internet des objets, potentiellement boosté par la 5G, questionne également quand on voit la faiblesse de la sécurité des objets connectés, des plus simples comme les capteurs à basse énergie jusqu’aux plus critiques comme les pacemakers. Le risque lié à la cybersécurité venant de l’internet des objets est accru par la fragmentation de ce marché qui rend difficile de converger sur un cadre et des exigences communes.

Pour ce qui est de la surveillance, les effets sont également contrastés. Les pouvoirs publics s’inquiètent de ne pouvoir que plus difficilement intercepter les communications des escrocs, des terroristes, etc. Des citoyens s’inquiètent de la mise en place de surveillance vidéo massive. La 4G permet déjà une telle surveillance, mais la 5G, en augmentant les débits disponibles la facilite. On peut réaliser les rêves des dictateurs en couvrant le pays de caméra dont les flux sont analysés par des logiciels d’intelligence artificielle. Le cauchemar. Mais la 5G ne peut être tenue seule pour responsable ; si cela arrive, cela tiendra aussi du manque de vigilance des citoyens et de leurs élus.

C’est un vieux sujet. Comme ces ondes sont très utilisées (télécoms, wifi, four à micro-ondes, radars, etc.) et qu’elles sont invisibles, elles inquiètent depuis longtemps. Leurs effets sur la santé ont été intensément étudiés sans véritablement permettre de conclure à une quelconque nocivité dans un usage raisonné. Une grande majorité des spécialistes pensent qu’il n’y a pas de risque sanitaire à condition de bien suivre les seuils de recommandation de l’OMS, qui ajoute déjà des marges importantes au-delà des seuils où on pense qu’il existe un risque. On notera que certains pays comme la France vont encore au-delà des recommandations de l’OMS.

Pourtant, d’autres spécialistes pensent que des risques sanitaires existent. Et on s’accorde généralement pour poursuivre les études pour toujours mieux comprendre les effets biologiques des ondes, en fonction des fréquences utilisées, de la puissance et de la durée d’exposition. Avec le temps, on soulève de nouvelles questions comme l’accumulation des effets de différentes ondes, et après avoir focalisé sur les énergies absorbées et les effets thermiques, on s’attaque aux effets non thermiques.

La controverse se cristallise autour de « l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques ». C’est une pathologie reconnue dans de nombreux pays, qui se manifeste par des maux de tête, des douleurs musculaires, des troubles du sommeil, etc. Malgré son nom, les recherches médicales n’ont montré aucun lien avec l’exposition aux ondes. Ses causes restent mystérieuses.

Venons-en à la question plus spécifique de la 5G. La 5G mobilise différentes nouvelles gammes de fréquences, autour de 3,5 GHz et autour de 26 GHz. Avec la 3.5 GHz, on est très proche de fréquences déjà utilisées, par exemple par le wifi, et de fréquences dont les effets ont été très étudiés. Pour la 26 GHz, si l’utilisation dans un cadre grand public de telles ondes est nouvelle, on dispose déjà d’études sur de telles fréquences élevées. Pourtant, l’utilisation nouvelle de ces fréquences spécifiques légitime le fait que de nouvelles études soient entreprises pour elles, ce qui est déjà le cas.

Un aspect de la 5G conduit naturellement aussi à de nouvelles études : les antennes MIMO dont nous avons parlé. Elles permettent de focaliser l’émission sur l’utilisateur. Cela évite de balancer des ondes dans tout l’espace. Par contre, l’utilisateur sera potentiellement exposé à moins d’ondes au total, mais à des puissances plus importantes. Le contexte de l’exposition changeant aussi radicalement conduit à redéfinir la notion d’exposition aux ondes, et peut-être à de nouvelles normes d’exposition. Cela conduit donc à repenser même les notions de mesure.

Nous concluons cette section en mentionnant un autre effet sur la santé qui va bien au-delà de la 5G pour interpeller tout le numérique : la vitesse de développement de ces technologies. Le numérique met au service des personnes des moyens pour améliorer leurs vies. C’est souvent le cas et, en tant qu’informaticiens, nous aimons souligner cette dimension. Mais, le numérique impose aussi son rythme et son instantanéité à des individus, quelquefois (souvent ?) à leur détriment. C’est particulièrement vrai dans un contexte professionnel. Dans le même temps où il nous décharge de tâches pénibles, il peut imposer des cadences inhumaines. Voici évidemment des usages qu’il faut repousser. Il faut notamment être vigilant pour éviter que la 5G ne participe à une déshumanisation du travail.

On peut difficilement évaluer les retombées économiques de la 5G, mais les analystes avancent qu’elle va bouleverser de nombreux secteurs, par exemple, la fabrication en usine et les entrepôts. On s’attend à ce qu’elle conduise aussi à de nouvelles gammes de services grand public et à la transformation des services de l’État. On entend donc : Le monde de demain sera différent avec la 5G, et ceux qui n’auront pas pris le tournant 5G seront dépassés. C’est une des réponses avancées aux détracteurs de la 5G, la raison économique. On rejouerait un peu ce qui s’est passé avec les plates-formes d’internet : on est parti trop tard et du coup on rame à rattraper ce retard. Sans la 5G, l’économie nationale perdrait en compétitivité et nous basculerions dans le tiers monde.

Il est difficile de valider ou réfuter une telle affirmation. N’abandonnerions-nous la 5G que pour un temps ou indéfiniment ? Est-ce que ce serait pour adopter une autre technologie ? Nous pouvons poser par contre la question de notre place dans cette technique particulière, celle de la France et celle de l’Europe.

Pour ce qui est du développement de la technologie, contrairement à d’autres domaines, l’Europe est bien placée avec deux entreprises européennes sur les trois qui dominent le marché, Nokia et Ericsson. On peut même dire que Nokia est « un peu » française puisqu’elle inclut Alcatel. La dernière entreprise dominante est chinoise, Huawei, que les États-Unis et d’autres essaient de tenir à l’écart parce qu’elle est plus ou moins sous le contrôle du parti communiste chinois. La France essaie d’éviter que des communications d’acteurs sensibles ne puissent passer par les matériels Huawei ce qui revient de fait à l’exclure en grande partie du réseau français.

Pour ce qui est des usages, les industriels français semblent s’y intéresser enfin. Les milieux scientifiques européens et les entreprises technologiques européennes ne sont pas (trop) à la traîne même si on peut s’inquiéter des dominations américaines et chinoises dans des secteurs comme les composants électroniques ou les logiciels, et des investissements véritablement massif des États-Unis et de la Chine dans les technologies numériques bien plus grands qu’en Europe. On peut donc s’inquiéter de voir l’économie et l’industrie européenne prendre du retard. Il est vrai que la 5G ne sera pleinement présente que dans deux ou trois ans. On peut espérer que ce délai sera utilisé pour mieux nous lancer peut-être quand on aura mieux compris les enjeux, en espérant que ce ne sera pas trop tard, qu’en arrivant avec un temps de retard, on n’aura pas laissé les premiers arrivants rafler la mise (« winner-take-all »).

Comme nous l’avons vu, certains questionnements sur la 5G méritent qu’on s’y arrête, qu’on poursuive des recherches, qu’on infléchisse nos usages des technologies cellulaires. La 5G est au tout début de son déploiement. Les sujets traversés interpellent le citoyen. Nous voulons mettre cette technologie à notre service, par exemple, éviter qu’elle ne conduise à de la surveillance de masse ou imposer des rythmes de travail inhumains. Nous avons l’obligation de la mettre au service de l’écologie par exemple en évitant des changements de smartphones trop fréquents ou des téléchargements intempestifs de vidéos en mobilité. C’est bien pourquoi les citoyens doivent se familiariser avec ces sujets pour choisir ce qu’ils veulent que la 5G soit. Décider sans comprendre est rarement la bonne solution.

__________

Par Serge Abiteboul, Directeur de recherche à Inria, membre de l’Académie des Sciences, Inria et Gérard Berry, Professeur émérite en informatique, Collège de France.

Pour aller plus loin: « La 5G et les réseaux de communications mobiles », rapport du groupe de travail de l’Académie des sciences sur les réseaux du futur, 12 juillet 2021

Aménagement du territoire et Internet : La 5G fixe à la place de la fibre

Aménagement du territoire et Internet : La 5G fixe à la place de la fibre

 

il se pourrait bien que la 5G fixe sois une solution transitoire voire définitive à la place de la fibre dans certains territoires. La fibre atteint de manière privilégiée les zones agglomérées. Pour l’habitat plus diffus, la connexion prendra du retard. En attendant la 5G fixe pourrait être utilisé de manière temporaire voire définitive pour l’Internet. La 5G fixe, qui permet un accès Internet à très haut débit grâce à une box connectée au réseau mobile, concrétisera le premier vrai cas d’usage de la nouvelle génération de communication, estime une étude du cabinet BearingPoint. Cette technologie constitue une solution de qualité dans les territoires où la fibre ne sera pas – ou pas tout de suite – déployée. Notons d’ailleurs que le gouvernement lui-même avait averti que certaines zones pourraient n’être pas desservies par la fibre et que l’accès à l’Internet de Treo débit pourrait être assuré selon les cas par la fibre, la 5G ou le satellite.

C’est ce que souligne le cabinet de conseil BearingPoint dans une étude récente, à laquelle La Tribune a eu accès. Son intitulé : « Accès sans fil : la 5G va bouleverser le paradigme Internet fixe/mobile. » Selon les auteurs, cette 5G fixe pourrait avoir le vent en poupe ces prochaines années. Dans leurs travaux, les auteurs jugent que celle-ci sera « le premier usage réel et avéré de la 5G ». Celui-ci « va permettre le marché du haut débit fixe au niveau mondial, et de réduire la fracture numérique », ajoutent-ils.

« En termes techniques, la 5G fixe peut proposer des débits plus importants que l’ADSL et le VDSL [un ADSL boosté, Ndlr], voire même la fibre (au-delà de 80 Mbits) », note BearingPoint.

D’ici deux ans, cette technologie pourrait représenter 8% des connexions Internet fixe à haut débit. Enfin et surtout, les pays émergents ne seront pas les seuls intéressés : « 44% des connexions 5G fixe seront situées dans les pays développés, contre 52% dans les pays émergents. » 

Première expérience de la 6G, 100 fois plus rapide que la 5G

Première expérience de la 6G, 100 fois plus rapide que la 5G

 

 

.Le sud-coréen LG vient de réussir un test en extérieur d’une transmission 6G en utilisant des ondes térahertz (THz). Une technologie qui, en théorie, peut permettre à la 6G d’être cent fois plus rapide que la 5G est aussi rapide que la fibre.

.

LG n’est pas le premier à y parvenir. Samsung a dévoilé récemment avoir procédé à un test réussi avec cette technologie. Mais sur une distance très courte (15 m) et en laboratoire. Cette fois-ci, LG y est non seulement parvenu en extérieur mais surtout sur une distance six fois plus longue, de 100 m .

Pour y parvenir, l’entreprise sud-coréenne a mis les bouchées doubles en la matière. Elle a par exemple créé dès 2019 un centre de recherche dédié à la 6G, et a travaillé à Berlin en collaboration avec le Fraunhofer-Gesellschaft, un institut spécialisé dans la recherche en sciences appliquées et en pointe sur la technologie liée aux térahertz. Les deux partenaires ont, pour l’occasion, développé un nouvel amplificateur de puissance qui leur a permis d’émettre des signaux stables dans le spectre 6G térahertz.

Reste qu’il faudra être un peu patient. lma  6G devrait devenir une norme mondiale en 2025. Et la commercialisation de cette technologie ne devrait intervenir qu’entre cette date et 2029.

De son côté, Samsung est à peu près sur le même calendrier. Et vise à fournir la 6G en 2028, avec une vitesse maximale de 1 Gbit/s, égale aux performances de la fibre fixe.

Plus de 700 millions pour les applications de la 5G

Plus de 700 millions pour les applications de la 5G

L’État veut pousser et améliorer la recherche sur les futures technologies découlant de la 5G.  La moitié de l’enveloppe globale ira aux équipementiers télécoms français et européens pour développer l’offre de réseaux 5G souverains. Le plan compte aussi un volet formation, pour accroître le gisement de compétences nécessaires sur cette technologie dans l’Hexagone. Cette enveloppe sera utilisée aussi pour financer certains projets innovants dans l’industrie, le transport ou la santé. En ajoutant la part d’investissements privés, l’État espère que 1,7 milliard d’euros seront investis jusqu’en 2025.

Avec cette stratégie d’accélération, l’État espère la création de 20.000 nouveaux emplois d’ici 2025, et fixe un objectif de marché de 15 milliards d’euros en France à cet horizon.

Technologie-Religion 5G: pour une évangélisation plus massive !

Technologie-Religion 5G: pour une évangélisation plus massive !

Arthur Dreyfuss (Fédération française des télécoms) milite dans une tribune à l’opinion pour une évangélisation plus massive vis-à-vis de la 5G.

Notons que nombre de zones ne disposent même pas de la 4G ( Contrairement aux chiffres avancés). Que la 5G  ne changera pas grand-chose dans l’immédiat et que les applications nouvelles ne sont pas pour demain. La religion n’est pas accessible à tous! Le même constat sera à faire par rapport à  la fibre NDLR).

Interview dans l’Opinion.

 

 

Les défis restent nombreux dans l’univers des opérateurs télécoms. Entre déploiement de la 5G et de la fibre, et concurrence de plus en plus vive des géants américains du numérique, les chantiers se succèdent. « Il faut réinventer l’équation économique pour l’ensemble des acteurs », estime Arthur Dreyfuss, président de la Fédération française des télécoms (FFT).

Le confinement n’a finalement pas perturbé le déploiement de la fibre, c’est une bonne surprise ?

Le confinement et ces dix-huit derniers mois ont montré le besoin majeur de connectivité des Français, en particulier en fibre optique. Grâce aux investissements massifs des opérateurs (11,5 milliards d’euros dans les réseaux fixes et mobiles l’an dernier, un record) et à la mobilisation des sous-traitants, nous avons pu maintenir un niveau tout à fait exceptionnel de déploiement de la fibre. Il s’agit, je le rappelle, du plus grand chantier d’infrastructure en cours dans notre pays. Aujourd’hui, près de 26 millions de foyers français y sont raccordables, ce qui fait de la France le pays le plus fibré d’Europe.

Mais le gendarme des télécoms, l’Arcep, déplore les problèmes de raccordement observés dans 30 % à 40 % des cas. Quelles solutions proposez-vous ?

La filière qui déploie la fibre à une cadence inédite se mobilise aujourd’hui pour trouver des solutions à ces problèmes. Nous allons remettre dans les prochains jours au gouvernement et à la présidente de l’Arcep un livre blanc sur le sujet. Nous avons le même objectif : que la fibre soit accessible à tous dans les meilleures conditions. En tant qu’opérateur, le raccordement n’est pas une option, il fait partie du modèle économique puisqu’après avoir déployé la fibre, le but est d’attirer les clients, de les fidéliser et de leur proposer des services.

Concrètement, ce livre blanc prévoit la mise en place de procédures nouvelles de détection et de reprise des malfaçons, ainsi que l’instauration de sanctions progressives, et financières. Cela peut aller jusqu’à l’exclusion d’un sous-traitant responsable de dégradations avérées et répétées. Par ailleurs, nous allons développer des outils numériques pour centraliser les malfaçons, depuis leur notification jusqu’à leur résolution, de manière à réagir dans un délai très court. Autre exemple très concret : un nouvel outil numérique existe, check voisinage, qui permet aux opérateurs qui l’utilisent de s’assurer que personne n’a été déconnecté accidentellement comme cela arrive parfois lors d’une intervention chez un client. Les sous-traitants qui interviennent sur les points de mutualisation, ces bornes remplies de câbles, devront aussi prendre une photo avant et après leur passage, témoignant de la qualité de leur travail. Un point concerne la formation des sous-traitants et des techniciens pour assurer leur montée en compétences. Ce sont des solutions de bon sens qui amélioreront grandement la qualité de toute la chaîne opérationnelle.

Au titre du dispositif « couverture ciblée » du new deal, nous avons construit en trois ans 762 pylônes pour résorber des zones blanches. Ils sont d’ailleurs inaugurés dans des villages, où école, maternité, bureau de presse ont parfois disparu depuis des années

Les objectifs du plan France Très haut débit (apporter une connexion Internet ultrarapide à tous les Français d’ici fin 2022) et du new deal mobile (fin des zones blanches en zone rurale) seront-ils tenus ?

Absolument, ces objectifs seront tenus. Toutes les semaines, de nouveaux sites mobiles sont construits et mis en service. L’an prochain, tous les sites 3G seront passés en 4G, sachant que plus de 99 % de la population est d’ores et déjà couverte en 4G. Au titre du dispositif « couverture ciblée » du new deal, nous avons construit en trois ans 762 pylônes pour résorber des zones blanches. Ils sont d’ailleurs inaugurés dans des villages, où école, maternité, bureau de presse ont parfois disparu depuis des années. Nous apportons de la vie numérique, c’est un grand succès d’aménagement du territoire. Nous avons aussi amélioré substantiellement la connectivité sur les axes routiers et ferroviaires.

La compétition à quatre opérateurs reste forte, dans un environnement de tarifs bas. Dans ce contexte, les débuts de la 5G sont-ils toujours décevants ?

Les Français ont la chance d’avoir des opérateurs aussi engagés dans l’avenir numérique du pays. Nous avons la fiscalité la plus élevée d’Europe, conjuguée aux investissements les plus massifs et aux tarifs les plus bas des grands pays occidentaux. L’équation des opérateurs est faite de défis quotidiens. Nous demandons au minimum une stabilité réglementaire. Le sempiternel retour de sujets autour de la mutualisation et des modes de distribution des terminaux crée de la perturbation inutile.

L’innovation étant le moteur de notre industrie, nous espérons aussi une conversion plus rapide des Français à la 5G. Nous avons fait notre part du job, en déployant cette technologie aussi vite que possible, tout en répondant à l’ensemble des interrogations des élus. Nous sommes au début de l’histoire de cette technologie, disponible dans plusieurs dizaines de villes, et potentiellement accessible pour des dizaines de millions de Français. Il n’y a aucun doute qu’ils se rendront compte progressivement de la nécessité de passer à la 5G. Nous travaillons avec des PME, des ETI et des grands groupes pour élaborer de nouveaux modèles économiques afin que cette technologie soit créatrice de valeur pour tout le monde. Y compris pour les opérateurs télécoms, faute de quoi ils ne pourront pas maintenir le même niveau d’investissement. D’ores et déjà, une partie de la valeur du numérique est accaparée par les plateformes étrangères du secteur.

Un euro investi par le secteur dans les infrastructures génère 6 euros de PIB pour le pays, mais là-dessus 3 euros de prélèvements obligatoires sont payés par les opérateurs. Ils doivent pourtant être suffisamment solides pour jouer dans la même cour que les plateformes américaines qui sont à la fois des concurrents, des partenaires et des clients…

La perspective d’une taxation plus élevée des géants du numérique règle-t-elle en partie le problème ?

C’est une étape qui témoigne de la prise de conscience collective de l’absolue nécessité d’avoir une concurrence équitable. Cela passe par la fiscalité, par la réglementation, et par les investissements qui sont aujourd’hui exclusivement assumés par les opérateurs télécoms. Nous subissons par ailleurs un niveau de taxation vingt-cinq fois supérieur à celui des géants de l’Internet. Un euro investi par le secteur dans les infrastructures génère 6 euros de PIB pour le pays, mais là-dessus 3 euros de prélèvements obligatoires sont payés par les opérateurs. Ils doivent pourtant être suffisamment solides pour jouer dans la même cour que les plateformes américaines qui sont à la fois des concurrents, des partenaires et des clients… L’enjeu est d’ailleurs européen. Que l’on soit à Paris, Berlin ou Lisbonne, certains soirs, 80 % de la bande passante mise à disposition grâce aux investissements massifs dans les réseaux, est utilisée par Google avec Youtube, Netflix et Facebook. Nous devons changer d’ère. Après les déploiements massifs, nous voilà dans les usages massifs. Il faut réinventer l’équation économique pour l’ensemble des acteurs.

Le monde est aussi entré dans une nouvelle ère écologique…

Les télécoms ont dix ans d’avance sur les sujets environnementaux. Le secteur des infrastructures numériques investit depuis des années pour optimiser sa consommation énergétique. La fibre consomme trois fois moins d’énergie que le réseau cuivre. Chaque nouvelle génération, 3G, 4G, 5G, permet de réduire par 10 la consommation d’énergie nécessaire pour transmettre 1 giga octet. La forte concurrence entre les opérateurs fait que chacun prend des initiatives pour améliorer son efficacité énergétique. Sur le recyclage des téléphones, nous travaillons depuis des années avec les éco-organismes. Nous avons récolté dans nos boutiques plus de 6 millions de téléphones depuis 2016. Le numérique responsable engage toute la chaîne, depuis l’investissement jusqu’au consommateur en passant par les équipementiers qui ont aussi un rôle essentiel à jouer.

Que vous inspire la proposition de la Commission de la copie privée d’une taxe de 7,20 euros sur les smartphones reconditionnés ?

C’est un sujet sur lequel nous discutons depuis près de dix ans, sur lequel nous avançons à tout petits pas alors que nous pourrions aller plus vite avec un peu plus de volontarisme et de détermination collective. Le reconditionné permet à tous les consommateurs d’accéder à des smartphones haut de gamme, cette taxe les pénalise. Il est contradictoire de vouloir développer les terminaux reconditionnés et de les taxer. C’est toute l’économie du reconditionnement qui pourrait en pâtir.

Quelle leçon tirer du grave incident d’Orange sur les numéros d’urgence ?

Orange a déjà communiqué sur son enquête interne. Au-delà, cet incident renvoie à la nécessaire modernisation des appels d’urgence, que les opérateurs réclament depuis très longtemps. Améliorer la localisation des appelants, numériser les appels téléphoniques de secours, rationaliser le nombre des numéros d’appel : cette panne doit être l’occasion d’avancer sur ces sujets.

Religion 5G: pour une évangélisation plus massive ?

Religion 5G: pour une évangélisation plus massive

Arthur Dreyfuss (Fédération française des télécoms) milite dans une tribune à l’opinion pour une évangélisation plus massive vis-à-vis de la 5G.

Notons que nombre de zones ne disposent même pas de la 4G ( Contrairement aux chiffres avancés). Que la 5G  ne changera pas grand-chose dans l’immédiat et que les applications nouvelles ne sont pas pour demain. La religion n’est pas accessible à tous! Le même constat sera à faire par rapport à  la fibre NDLR).

Interview dans l’Opinion.

 

 

Les défis restent nombreux dans l’univers des opérateurs télécoms. Entre déploiement de la 5G et de la fibre, et concurrence de plus en plus vive des géants américains du numérique, les chantiers se succèdent. « Il faut réinventer l’équation économique pour l’ensemble des acteurs », estime Arthur Dreyfuss, président de la Fédération française des télécoms (FFT).

Le confinement n’a finalement pas perturbé le déploiement de la fibre, c’est une bonne surprise ?

Le confinement et ces dix-huit derniers mois ont montré le besoin majeur de connectivité des Français, en particulier en fibre optique. Grâce aux investissements massifs des opérateurs (11,5 milliards d’euros dans les réseaux fixes et mobiles l’an dernier, un record) et à la mobilisation des sous-traitants, nous avons pu maintenir un niveau tout à fait exceptionnel de déploiement de la fibre. Il s’agit, je le rappelle, du plus grand chantier d’infrastructure en cours dans notre pays. Aujourd’hui, près de 26 millions de foyers français y sont raccordables, ce qui fait de la France le pays le plus fibré d’Europe.

Mais le gendarme des télécoms, l’Arcep, déplore les problèmes de raccordement observés dans 30 % à 40 % des cas. Quelles solutions proposez-vous ?

La filière qui déploie la fibre à une cadence inédite se mobilise aujourd’hui pour trouver des solutions à ces problèmes. Nous allons remettre dans les prochains jours au gouvernement et à la présidente de l’Arcep un livre blanc sur le sujet. Nous avons le même objectif : que la fibre soit accessible à tous dans les meilleures conditions. En tant qu’opérateur, le raccordement n’est pas une option, il fait partie du modèle économique puisqu’après avoir déployé la fibre, le but est d’attirer les clients, de les fidéliser et de leur proposer des services.

Concrètement, ce livre blanc prévoit la mise en place de procédures nouvelles de détection et de reprise des malfaçons, ainsi que l’instauration de sanctions progressives, et financières. Cela peut aller jusqu’à l’exclusion d’un sous-traitant responsable de dégradations avérées et répétées. Par ailleurs, nous allons développer des outils numériques pour centraliser les malfaçons, depuis leur notification jusqu’à leur résolution, de manière à réagir dans un délai très court. Autre exemple très concret : un nouvel outil numérique existe, check voisinage, qui permet aux opérateurs qui l’utilisent de s’assurer que personne n’a été déconnecté accidentellement comme cela arrive parfois lors d’une intervention chez un client. Les sous-traitants qui interviennent sur les points de mutualisation, ces bornes remplies de câbles, devront aussi prendre une photo avant et après leur passage, témoignant de la qualité de leur travail. Un point concerne la formation des sous-traitants et des techniciens pour assurer leur montée en compétences. Ce sont des solutions de bon sens qui amélioreront grandement la qualité de toute la chaîne opérationnelle.

Au titre du dispositif « couverture ciblée » du new deal, nous avons construit en trois ans 762 pylônes pour résorber des zones blanches. Ils sont d’ailleurs inaugurés dans des villages, où école, maternité, bureau de presse ont parfois disparu depuis des années

Les objectifs du plan France Très haut débit (apporter une connexion Internet ultrarapide à tous les Français d’ici fin 2022) et du new deal mobile (fin des zones blanches en zone rurale) seront-ils tenus ?

Absolument, ces objectifs seront tenus. Toutes les semaines, de nouveaux sites mobiles sont construits et mis en service. L’an prochain, tous les sites 3G seront passés en 4G, sachant que plus de 99 % de la population est d’ores et déjà couverte en 4G. Au titre du dispositif « couverture ciblée » du new deal, nous avons construit en trois ans 762 pylônes pour résorber des zones blanches. Ils sont d’ailleurs inaugurés dans des villages, où école, maternité, bureau de presse ont parfois disparu depuis des années. Nous apportons de la vie numérique, c’est un grand succès d’aménagement du territoire. Nous avons aussi amélioré substantiellement la connectivité sur les axes routiers et ferroviaires.

La compétition à quatre opérateurs reste forte, dans un environnement de tarifs bas. Dans ce contexte, les débuts de la 5G sont-ils toujours décevants ?

Les Français ont la chance d’avoir des opérateurs aussi engagés dans l’avenir numérique du pays. Nous avons la fiscalité la plus élevée d’Europe, conjuguée aux investissements les plus massifs et aux tarifs les plus bas des grands pays occidentaux. L’équation des opérateurs est faite de défis quotidiens. Nous demandons au minimum une stabilité réglementaire. Le sempiternel retour de sujets autour de la mutualisation et des modes de distribution des terminaux crée de la perturbation inutile.

L’innovation étant le moteur de notre industrie, nous espérons aussi une conversion plus rapide des Français à la 5G. Nous avons fait notre part du job, en déployant cette technologie aussi vite que possible, tout en répondant à l’ensemble des interrogations des élus. Nous sommes au début de l’histoire de cette technologie, disponible dans plusieurs dizaines de villes, et potentiellement accessible pour des dizaines de millions de Français. Il n’y a aucun doute qu’ils se rendront compte progressivement de la nécessité de passer à la 5G. Nous travaillons avec des PME, des ETI et des grands groupes pour élaborer de nouveaux modèles économiques afin que cette technologie soit créatrice de valeur pour tout le monde. Y compris pour les opérateurs télécoms, faute de quoi ils ne pourront pas maintenir le même niveau d’investissement. D’ores et déjà, une partie de la valeur du numérique est accaparée par les plateformes étrangères du secteur.

Un euro investi par le secteur dans les infrastructures génère 6 euros de PIB pour le pays, mais là-dessus 3 euros de prélèvements obligatoires sont payés par les opérateurs. Ils doivent pourtant être suffisamment solides pour jouer dans la même cour que les plateformes américaines qui sont à la fois des concurrents, des partenaires et des clients…

La perspective d’une taxation plus élevée des géants du numérique règle-t-elle en partie le problème ?

C’est une étape qui témoigne de la prise de conscience collective de l’absolue nécessité d’avoir une concurrence équitable. Cela passe par la fiscalité, par la réglementation, et par les investissements qui sont aujourd’hui exclusivement assumés par les opérateurs télécoms. Nous subissons par ailleurs un niveau de taxation vingt-cinq fois supérieur à celui des géants de l’Internet. Un euro investi par le secteur dans les infrastructures génère 6 euros de PIB pour le pays, mais là-dessus 3 euros de prélèvements obligatoires sont payés par les opérateurs. Ils doivent pourtant être suffisamment solides pour jouer dans la même cour que les plateformes américaines qui sont à la fois des concurrents, des partenaires et des clients… L’enjeu est d’ailleurs européen. Que l’on soit à Paris, Berlin ou Lisbonne, certains soirs, 80 % de la bande passante mise à disposition grâce aux investissements massifs dans les réseaux, est utilisée par Google avec Youtube, Netflix et Facebook. Nous devons changer d’ère. Après les déploiements massifs, nous voilà dans les usages massifs. Il faut réinventer l’équation économique pour l’ensemble des acteurs.

Le monde est aussi entré dans une nouvelle ère écologique…

Les télécoms ont dix ans d’avance sur les sujets environnementaux. Le secteur des infrastructures numériques investit depuis des années pour optimiser sa consommation énergétique. La fibre consomme trois fois moins d’énergie que le réseau cuivre. Chaque nouvelle génération, 3G, 4G, 5G, permet de réduire par 10 la consommation d’énergie nécessaire pour transmettre 1 giga octet. La forte concurrence entre les opérateurs fait que chacun prend des initiatives pour améliorer son efficacité énergétique. Sur le recyclage des téléphones, nous travaillons depuis des années avec les éco-organismes. Nous avons récolté dans nos boutiques plus de 6 millions de téléphones depuis 2016. Le numérique responsable engage toute la chaîne, depuis l’investissement jusqu’au consommateur en passant par les équipementiers qui ont aussi un rôle essentiel à jouer.

Que vous inspire la proposition de la Commission de la copie privée d’une taxe de 7,20 euros sur les smartphones reconditionnés ?

C’est un sujet sur lequel nous discutons depuis près de dix ans, sur lequel nous avançons à tout petits pas alors que nous pourrions aller plus vite avec un peu plus de volontarisme et de détermination collective. Le reconditionné permet à tous les consommateurs d’accéder à des smartphones haut de gamme, cette taxe les pénalise. Il est contradictoire de vouloir développer les terminaux reconditionnés et de les taxer. C’est toute l’économie du reconditionnement qui pourrait en pâtir.

Quelle leçon tirer du grave incident d’Orange sur les numéros d’urgence ?

Orange a déjà communiqué sur son enquête interne. Au-delà, cet incident renvoie à la nécessaire modernisation des appels d’urgence, que les opérateurs réclament depuis très longtemps. Améliorer la localisation des appelants, numériser les appels téléphoniques de secours, rationaliser le nombre des numéros d’appel : cette panne doit être l’occasion d’avancer sur ces sujets.

5G: Pas de garantie sur la protection des données

 5G:  Pas de garantie sur la  protection des données 

 

L’expert en informatique Sean O’Brien explique, dans une tribune au « Monde », qu’un risque de fragmentation de l’Internet met en danger le principe de neutralité du Net et qu’aucune preuve n’est apportée pour garantir la sécurité des données.

 

Tribune.

Les promesses de la 5G semblent infinies grâce à l’accès à des débits supérieurs à la 4G, et surtout grâce aux possibilités offertes par l’Internet des objets (en anglais « Internet of Things », ou IoT, c’est-à-dire la connexion des objets à des technologies numériques démultipliant leurs usages). Mais bien que la 5G soit encensée comme une nouvelle révolution technologique, elle présente des risques potentiels majeurs, qu’il s’agisse de confidentialité des données, de traçage des individus mais aussi de fragmentation d’un internet de moins en moins libre, au péril du concept même de neutralité du Net.

La 5G est présentée comme une solution idéale pour déployer le haut débit dans les zones blanches, majoritairement rurales. Elle est également présentée comme une solution pour connecter les véhicules autonomes et une multitude de dispositifs IoT. Néanmoins, la valeur ajoutée pour les consommateurs n’est pas encore claire.

 

La rapidité de la 5G reste bien inférieure à celle de la bande passante de technologies comme la fibre. La vitesse maximale de la 5G est de 10 gigabits, lorsque celle des réseaux câblés est de 50 gigabits et celle de la fibre de 100 térabits.

Cette technologie introduit par ailleurs des vulnérabilités qui incluent un haut risque d’exposition des données, telles que l’emplacement géographique, le traçage des appels et SMS émis, des sites et applications visités. Plus inquiétant encore, la 5G ne va résoudre aucun des risques de protection des données et de la vie privée, déjà présents sur les réseaux cellulaires traditionnels. Elle va de plus introduire de nouveaux problèmes de contrôle pour les utilisateurs.

Mais le plus ennuyeux est qu’elle accentue la lente disparition du concept de « neutralité du réseau », l’un des principes fondateurs d’Internet, qui permet la liberté de consulter, partager et faire circuler l’information sans aucune discrimination. Aujourd’hui, les Etats imposent de plus en plus de règles liberticides sur Internet. Le risque est surtout de voir se créer un monopole technologique des communications à l’échelle internationale, en imposant encore plus de contrôle et de surveillance, sans pour autant garantir la sécurité des individus.

 

Par ailleurs, la 5G offre la possibilité de mettre en place des réseaux contrôlés par des intermédiaires, ou tout simplement par des Etats spécifiques. Cela signerait la fin d’un réseau unique, libre, universel et accessible par tous sans restriction. Ces environnements, qui fonctionnent en silos, posent de gros problèmes en matière de vie privée, de sécurité, de respect des droits de l’homme, mais aussi de liberté d’expression, tout simplement à cause du manque de transparence et de responsabilité.

5G: La bataille financière

5G: La bataille financière

Le sociologue Dominique Boullier observe, dans une tribune au « Monde », que la lutte entre industriels pour la monétisation du réseau permise par la 5G constitue la véritable rupture avec les offres existantes.

 

Tribune.

Le débat sur la 5G s’est rapidement focalisé sur les questions de santé et d’environnement, et il a été souvent réduit à ne parler que des antennes. Or, l’analyse du système technique des différentes fréquences de la 5G et de la 6G, déjà en cours de spécification, fait apparaître un enjeu de rivalité majeur entre les opérateurs de télécommunications et les grandes plates-formes numériques (les GAFA), qui a conduit les opérateurs à développer un réseau nouveau, « tout mobile » pourrait-on dire. Ce réseau, fait d’antennes en public, d’antennes au domicile et de satellites, devra court-circuiter celui de la fibre et du WiFi, trop peu rentable pour les opérateurs. Voilà bien le mot-clé : monétiser les nouvelles offres ciblées grâce à la technologie pour retrouver de la rentabilité et ne plus laisser les GAFA tirer seuls les bénéfices des investissements faits par les opérateurs dans les infrastructures. 

 

 

Il est donc urgent de lancer un débat public, car les conséquences d’un tel changement d’infrastructure sont considérables et modifient toute l’évaluation des enjeux écologiques de la supposée 5G. Car deux 5G bien différentes sont confondues dans l’expression 5G : la bande de fréquences des 3,5 GHz, qui ne fera qu’amplifier la 4G, et la bande des 26 GHz, dite millimétrique, qui offre une latence très réduite (moins de 10 millisecondes) et permet de faire réagir entre eux capteurs et serveurs de façon quasi instantanée. Certains principes techniques sont communs : placement des centres de données à proximité des antennes pour réagir plus vite, meilleur ciblage des destinataires grâce à des antennes de portée plus faible mais à l’émission-réception plus directionnelle, et découpage logique des ressources du réseau, permettant de faire varier la capacité fournie selon le destinataire et… selon des prix différenciés. Cette monétisation permise par la 5G n’est jamais évoquée, alors qu’elle est une vraie rupture avec la 4G, qui offre un abonnement illimité pour un arrosage indifférencié des terminaux voisins de l’antenne, et surtout avec le WiFi, que personne ne monétise en tant que tel – il est d’ailleurs soutenu par les collectivités locales ou les associations comme étant un bien commun.

Or, les opérateurs se plaignent depuis des années de l’avantage abusif qu’ont les plates-formes, qui ne financent en rien les travaux de mise en place des infrastructures et augmentent sans cesse les débits (toujours plus d’images et de vidéos, toujours plus de services de cloud) ainsi que leurs bénéfices. Cela a conduit à des passes d’armes entre les représentants des deux ensembles de firmes. Les opérateurs ont en fait développé la 5G pour restaurer leur rentabilité, laquelle reste loin de celle des GAFA, notamment aux yeux des investisseurs.

5G et productivité

5G et productivité

 

L’économiste Maya Bacache considère, dans une tribune au « Monde », que l’arrivée de la 5G pourrait enfin permettre à l’innovation numérique de porter ses fruits économiques… sous certaines conditions.

 

Tribune.

 

 Depuis deux siècles, le progrès technologique est la source principale de la croissance économique, c’est-à-dire de la croissance des revenus moyens de la population. On s’attendait donc, en théorie, à observer les mêmes effets avec les technologies de l’information et de la communication, progrès technologique majeur qui a révolutionné nos vies et nos manières de travailler. Et pourtant, la traduction de ces modifications radicales en matière de productivité globale ou de revenu moyen ne se manifeste guère. Robert Solow, Prix Nobel d’économie 1987, évoquait déjà, à l’époque, ce paradoxe auquel il a donné son nom, en observant que l’on voyait des ordinateurs partout… sauf dans les statistiques de productivité !

Beaucoup a été écrit sur la résolution de ce paradoxe. On a d’abord pensé à un problème de mesure. Si l’on n’observait pas de corrélation importante entre indicateur de numérisation de l’économie et croissance du produit intérieur brut (PIB) moyen, c’était que notre thermomètre était cassé : soit on ne savait pas bien mesurer la numérisation des entreprises et des ménages, soit le PIB était un indicateur plus adapté à l’ancienne économie industrielle.

D’autres économistes ont prôné la patience. Une révolution technologique ne se déroule pas en un jour : les effets de l’invention de la machine à vapeur en 1712 ne se mesurent pleinement qu’avec l’expansion du chemin de fer et le plan Freycinet, du nom du ministre des travaux publics inspirateur du déploiement, à partir de 1878, du réseau ferré à l’échelle nationale (pour la France). Un délai serait donc nécessaire pour que ces innovations numériques se diffusent et se traduisent en transformation organisationnelle, culturelle et sociale.

 

L’économiste américain Robert Gordon a bouleversé la confiance dans le progrès technique en présentant une troisième explication : le numérique ne serait en rien comparable aux précédentes révolutions industrielles (The Rise and Fall of American Growth, « l’ascension et la chute de la croissance américaine », Princeton University Press, 2016, non traduit). Il s’agit, nous dit-il, d’une révolution de nos modes de vie et de nos relations interpersonnelles, mais pas de la productivité des entreprises, en tout cas pas de manière comparable à la machine à vapeur ou à l’électricité. Il faut alors tenter de mesurer les gains en matière de bien-être, parfois subjectif, comme par exemple l’importance de nos liens sociaux.

La 5G Etats-Unis : un enjeu à 80 milliards de dollars

 La 5G Etats-Unis : un enjeu à 80 milliards de dollars

Yves Gassot, ancien directeur général de l’IDATE DigiWorld s’interroge sur le montant des enchères de la 5G aux États-Unis ( La tribune)

Courant janvier, se sont interrompues aux Etats-Unis les enchères engagées le 8 décembre pour attribuer 280 MHz de spectre dans la bande C qui seront utilisés pour le déploiement de la 5G. Elles ont permis au Trésor de tabler sur 80.9 milliards de dollars de recette, une somme record qui dépasse largement les quelques 45 milliards des enchères de 2015 ainsi que les prévisions des analystes. En sus de cette somme, il faut ajouter les quelques 17 milliards de dollars que les opérateurs mobiles devront assumer pour financer la relocalisation des équipements des opérateurs satellite qui occupaient la bande C. On ne connait pas encore les sommes qui ont été engagées par chaque opérateur. Il faut pour cela attendre une seconde phase (phase d’assignement) qui permettra aux opérateurs retenus au terme de la première phase de choisir exactement leurs fréquences. Même à l’heure des quelques 1.900 milliards de dollars annoncés par Joe Biden pour son plan de relance, la somme spectaculaire atteinte par ces enchères justifie quelques explications. Elle suscite aussi des interrogations sur les changements en cours sur le marché des mobiles à l’aube de la 5G outre-Atlantique.

Pourquoi de tels montants ? On savait que la bande des 3.5 GHz (exactement 3.7/3.98 GHz) était stratégique. C’est le cas aux Etats-Unis comme en Europe. Elle fait partie des fréquences intermédiaires (2.5/4 GHz) qui représentent un bon compromis entre la couverture que permettent les radiofréquences basses (typiquement 600 à 900 MHz) et les très hauts débits qu’on peut atteindre avec les ondes millimétriques (de type 28 et 39 GHz aux Etats-Unis), qui, moins encombrées, offrent des canaux avec une beaucoup plus grande bande passante mais pour une portée très limitée. La portion de spectre alloué est aussi significative. Elle se décompose en trois catégories de licences suivant que les fréquences seront libérées début 2022 (licences A) ou ultérieurement (licences B et C).

A cela s’ajoutent les conséquences de la fusion entre T-Mobile et Sprint, numéros trois et quatre du marché américain, intervenue en avril dernier. Au terme des 25 milliards de dollars déboursés, T-Mobile, contrôlé par Deutsche Telekom, a mis la main sur près de 200 MHz de précieuses fréquences intermédiaires (2.5 GHz). Cela lui a permis de mener avec brio une stratégie de déploiement de la 5G très offensive au détriment des deux leaders, Verizon et AT&T.  T-Mobile a d’une part valorisé les fréquences en 600 MHz acquises en 2017 pour 8 milliards de dollars pour afficher très vite l’année passée une large couverture du territoire (quelques 280 millions d’habitants aujourd’hui) en 5G, même si les canaux utilisés sur cette fréquence ne lui permettent pas d’offrir un débit significativement supérieur à ceux que l’on trouve en 4G.

Dans le même temps, l’opérateur s’est employé à déployer de la 5G avec des débits beaucoup plus élevés sur les fréquences « en or » à 2.5 GHz héritées de Sprint. L’opérateur a annoncé à la fin de 2020 avoir couvert en 2.5 GHz plus de 100 millions d’habitants. Mais T-Mobile doit aller vite. Au total, les analystes considèrent que T-Mobile a une fenêtre d’opportunité de 18 mois – avant que ses concurrents ne puissent utiliser les fréquences des enchères en cours – pour conforter son statut de principal opérateur 5G. Enfin, même si l’intérêt de T-Mobile pour les enchères en cours est relatif, on s’attend à ce qu’il ait misé quelques 10 milliards de dollars, ne serait-ce que pour pousser à la hausse les prix qui seront payés par ses concurrents.

Verizon aurait misé plus de 30 milliards dans les enchères

Au regard de cette stratégie, Verizon qui avait conquis son statut d’opérateur numéro un par sa capacité à doubler tous ses concurrents dans le déploiement de la 4G, n’a pas pu faire la preuve au cours de ces derniers trimestres qu’il conservait le leadership bien qu’il ait ouvert un premier réseau 5G en avril 2019. Disposant d’à peine plus du tiers des fréquences inférieures à 6 GHz détenues par T-Mobile, il a d’abord mis l’accent sur l’usage des ondes millimétriques (fort de 100 MHz dans les bandes 28 et 39 GHz) en ouvrant dans les grandes villes de l’« ultra-haute vitesse »  en 5G. 60 villes affichaient à la fin décembre des sites offrant ce service. Naturellement avec ces fréquences, il ne s’agit que de hot-spots avec des portées limitées. Pour offrir une plus large couverture, Verizon va devoir s’engager au cours des années à venir dans une densification de son réseau à travers la construction de micro-cellules. Dans ces conditions, pour afficher rapidement une plus large couverture 5G, Verizon a lancé le Digital Spectrum Sharing (DSS), une technologie qui lui permet de réutiliser des fréquences 4G pour offrir de la 5G à ses abonnés.

La solution présente l’avantage d’une certaine flexibilité mais ne rajoute pas vraiment de capacités alors que, comme tous les opérateurs, Verizon doit faire face à une croissance continue du débit sur les réseaux 4G. On peut signaler que Verizon, imité en cela par T-Mobile, a aussi commencé à déployer la 5G sur certains sites pour offrir des services vidéo. Verizon a par ailleurs été le principal bénéficiaires (pour 1.89 milliard de dollars) des enchères de l’été dernier dites CBRS, qui concernaient aussi des fréquences proches de 3.5 GHz, qui lui donneront des capacités sur les grandes métropoles mais avec des contraintes liées au principe de leur accès partagé. Mais tout cela pris en compte, on comprend que Verizon a joué son va-tout dans les enchères du mois dernier. Certains analystes estiment que l’opérateur a pu miser de 30 à 40 milliards de dollars pour avoir les 100 MHz des fréquences A.

AT&T a du souci à se faire

 

AT&T de son côté a aussi du souci à se faire face à la stratégie conquérante de T-Mobile même s’il dispose de plus de fréquences intermédiaires et plus de spectre au total que Verizon. Il a néanmoins subi ces dernières années l’offensive de T-Mobile et ne peut pas rester à l’écart de l’attribution des fréquences 3.5 GHz, les mobiles représentant son premier marché. Les analystes estiment qu’AT&T aurait investi quelques 20 milliards de dollars dans les dernières enchères, soit probablement beaucoup plus que ce qu’il avait prévu. A cela s’ajoutent les investissements dans ses réseaux (15 à 18 milliards par an), ceux dans son nouveau service vidéo HBO Max, et les dividendes qu’il faut continuer de verser.

L’affaire entretient d’autant plus les spéculations que, depuis plusieurs trimestres, l’objectif d’AT&T est de faire la preuve de sa capacité à revenir à un taux d’endettement (Ebitda/dette) proche de deux pour ne pas dégrader son crédit d’emprunteur. Avec encore 147.5 milliards de dollars de dettes (ratio de 2.7) à l’issue du quatrième trimestre 2020, AT&T reste encore très lesté par le poids de ses acquisitions spectaculaires : en 2015 de DirecTV (49 milliards de dollars plus 18 milliards de dette) et en 2018 de Time Warner (85 milliards). La compagnie a mis aux enchères la vente de DirecTV qui perd plusieurs centaines de milliers d’abonnés par trimestre. Mais les candidats ne se bousculent pas et les fonds d’investissement ne paraissent pas décidés à mettre plus de 17 milliards…

5G : des effets de serre ( HCC)

5G : des effets de serre  ( HCC)

Selon le Haut Conseil pour le Climat.,le déploiement de ce débit ultra-rapide risque d’augmenter la consommation en électricité et pire encore, l’empreinte carbone. Ils recommandent au gouvernement une évaluation avant d’attribuer les prochaines fréquences pour la 5G, un nouvel argument pour les élus écologistes qui réclament un moratoire.

Ce rapport a cependant peu de chances de faire plier le gouvernement. Les premières fréquences ont été attribuées et les offres sont déjà sur le marché. Emmanuel Macron a récemment répété devant la Convention citoyenne pour le climat que la 5G était « indispensable au développement économique ».

L’accent est aussi mis sur les nouveaux smartphones compatibles : leur fabrication à l’étranger est responsable des trois quarts des émissions de gaz à effet de serre dûs à cette nouvelle technologie. Les experts suggèrent que soient mis sur le marché européen des appareils plus durables et réparables.

Enfin, le grand public devrait être incité à limiter certains usages comme visionner des vidéos en très haute définition sur un écran de smartphone : cela n’a aucun intérêt en terme de qualité, mais c’est très gourmand en énergie.

5G : empreinte carbone en hausse

5G : empreinte carbone en hausse

Dans un rapport, publié samedi,  le Haut Conseil pour le Climat (HCC), s’alarme en effet sur la facture climat de la 5G. Et, pire selon le HCC, personne ne semble s’en préoccuper avant son déploiement.

C’est pourquoi l’instance consultative indépendante, créée par Emmanuel Macron il y a deux ans pour conseiller le gouvernement sur le climat, recommande de procéder à une évaluation préalable sur l’impact environnemental avant  les prochaines attributions de fréquences 5G.

« En l’absence de moratoire sur la 5G permettant de réévaluer la décision concernant les fréquences déjà distribuées, la première application d’une telle évaluation devra être l’attribution des prochaines bandes de fréquences pour la 5G », note dans son rapport le HCC.

Dans son rapport, le HCC étudie plusieurs hypothèses, en précisant que ces travaux ne peuvent se substituer à une évaluation complète des impacts  »environnementaux, sanitaires, économiques, financiers et sociaux », qui n’a jamais été réalisée au préalable.

Le  rapport estime que la 5G est « susceptible d’augmenter significativement » l’empreinte carbone du secteur du numérique, qui représente actuellement environ 2% de l’empreinte totale de la France (soit l’équivalent du secteur aérien).

Les scientifiques estiment que les nouveaux réseaux vont générer 2,7 à 6,7 millions de tonnes de CO2 supplémentaires, par rapport aux 15 millions de tonnes de CO2 émises par le numérique en France en 2020.Cette augmentation de 18 à 44 %, selon les hypothèses, résulte pour les trois quarts de la fabrication des matériels importés, comme de nouveaux smartphones ou les objets connectés.

La 5G entraînera également une hausse de la consommation d’électricité, « entre 16TWh et 40 TWh en 2030″, soit entre 3 à 8 % de l’électricité consommée en France. Toutefois, l’électricité est largement d’origine nucléaire en France.

5G : quel impact environnemental ?

5G : quel impact environnemental ?

Les experts du Haut conseil pour le climat, créé par Emmanuel Macron, rendent samedi leur rapport, attendu lui, sur l’impact environnemental de cette nouvelle technologie. Saisis par le président du Sénat, Gérard Larcher, en mars dernier, ils ont travaillé sur l’empreinte carbone de la 5G. Comprendre : ce que son déploiement et son utilisation représente en termes d’émissions de gaz à effet de serre ; et les pistes pour maîtriser ces nouvelles émissions de CO2 alors que l’Union européenne vient de s’engager à les réduire d’au moins 55% d’ici à 2030 par rapport au niveau de 1990.

Dans sa lettre de saisine, Gérard Larcher écrit : « Il parait utile (…) d’évaluer les impacts de ce déploiement sur les émissions de gaz à effet de serre afin que puissent être menées de concert les transitions écologiques et numériques. » Il rappelait qu’aucune étude d’impact environnemental n’avait été menée alors que le déploiement était alors prévu en juin.

Il en va de même pour l’impact sanitaire, puisque l’étude en cours menée par l’Anses est attendue au printemps 2021.

5G : « Les risques de manipulation numérique »

5G : « Les risques de manipulation numérique »

Le chercheur en communication Christophe Alcantara appelle, dans une tribune au « Monde », à un débat éthique et politique sur les usages de la 5G.

Tribune.

 

 Depuis le 18 novembre, les opérateurs de téléphonie peuvent produire des contenus et des services sur le réseau 5G. Cette technologie disruptive annonce, par exemple, l’automobile autonome, de nouvelles pratiques médicales, les villes « intelligentes » et les objets connectés… La collecte et le partage des données par des objets communicants sont la clef de cette disruption.

Comme pour l’avènement de toute nouvelle technologie de communication depuis près de deux siècles, le discours promotionnel qui accompagne l’avènement de la 5G est ancré dans un déterminisme technologique – les analogies avec les discours assurant la promotion du chemin de fer à vapeur ou l’arrivée du Web sont frappantes. Séduisant en première lecture, il est cependant plus contestable lorsque l’on prend un peu de recul…

Nous savons depuis les travaux du philosophe Michel de Certeau (1925-1986) que ce n’est pas parce que, techniquement, nous pouvons réaliser une action prescrite par un discours promotionnel que, socialement, nous allons effectivement procéder conformément à cette prescription. Les détournements et autres « braconnages » d’usages ont fait émerger les SMS, ou, auparavant, le Minitel « rose ».

Religiosité

L’imaginaire social d’une technologie est porté par des utopies, avant que ne s’opère un glissement vers une idéologie prétendant bouleverser l’ordre social. La spécificité du numérique est qu’il repose sur un imaginaire qui porte les stigmates d’une forme de religiosité. L’un des premiers ouvrages de vulgarisation d’Internet s’intitulait Et Dieu créa Internet (de Christian Huitema, Eyrolles, 1995). L’adjectif « intelligent » associé aux dispositifs concernés par la 5G relève d’une même forme d’imaginaire transcendé qui, par définition, nous dépasse et se prête peu à la critique.

Le débat public autour de la 5G est de faible intensité, et principalement axé sur les questions écologiques et sanitaires. Il n’est certes pas dénué d’intérêt de s’interroger sur les conséquences de la 5G sur notre santé, et d’appréhender l’empreinte carbone de la collecte et du stockage à très grande échelle de la « data ».

Mais ces questions ne sauraient remplacer l’enjeu essentiel de l’arrivée de la 5G : la nature et le régime des traces numériques.

Nous glissons depuis quelques années déjà dans un monde où notre activité numérique quotidienne fait que « nous ne pouvons pas ne pas laisser de traces », pour reprendre l’expression de Louise Merzeau (1963-2017), figure importante du champ scientifique des humanités numériques en France. La plupart d’entre nous n’ont pas conscience de la quantité de traces numériques visibles et invisibles que nous produisons chaque jour. Cette ombre numérique, déjà gigantesque, va croître de façon exponentielle avec la 5G.

 

Grande-Bretagne : 5G Huawei interdit définitivement interdit

Grande-Bretagne : 5G Huawei interdit définitivement interdit

Contrairement à certains pays de l’union européenne qui ont laissé la porte ouverte à la pénétration de la technologie chinoise ,  les opérateurs britanniques ne devront plus installer de nouveaux équipements 5G fabriqués par Huawei à compter de septembre 2021, a annoncé lundi le gouvernement, dans le cadre d’un projet destiné à exclure le géant chinois des télécoms du réseau mobile à haute vitesse britannique.

“Je définis une marche à suivre claire pour le retrait complet des fournisseurs à haut risque de nos réseaux 5G”, a déclaré le ministre chargé du numérique, Oliver Dowden.

“Cela sera effectué via des pouvoirs nouveaux et sans précédent pour identifier et bannir les équipements télécoms qui représentent une menace pour notre sécurité nationale”, a-t-il ajouté dans un communiqué.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol