Archive pour le Tag '5G ?'

Technologies-Quel intérêt de la 5G ?

Technologies-Quel intérêt de la 5G ?

Le consultant Hadrien Gautrot souligne dans le Monde  le principe de dépossession et de centralisation qui préside aux usages potentiels de cette technologie de télécommunication.

Tribune.

 

Depuis plusieurs mois, la 5G attise les passions : sur la santé, l’écologie, les données personnelles… Ce débat qui aurait pu être une querelle d’experts, de normes et de standards est devenu un sujet de société. Et c’est une bonne nouvelle. Car la 5G aura une influence sur nos vies. Elle rendra possibles, nous promet-on, la voiture autonome, la ville intelligente, l’industrie 4.0, et plus généralement l’Internet des objets : l’interconnexion de toute chose.

La connexion fait gagner du temps, de l’espace et de la matière. Pourtant, la connexion signifie aussi l’externalisation de la décision

La 5G optimisera l’utilisation des ressources. La voiture autonome, par exemple, fluidifiera le trafic, réduira la mortalité et passera moins de temps au garage qu’une automobile traditionnelle. La connexion fait gagner du temps, de l’espace et de la matière. Pourtant, la connexion signifie aussi l’externalisation de la décision. Des mains du conducteur, celle-ci repose désormais sur un réseau d’objets – serveurs, véhicules, mobilier urbain, etc. La délocalisation de décisions humaines vers des supports externes est l’une des promesses de la 5G.


Le frigo qui commande des yaourts avant que vous ayez fini le dernier pot ou la brosse à dents qui réserve une visite chez le dentiste, c’est précisément le déplacement d’une volonté vers un dispositif. L’externalisation entraîne du confort mais elle donnera le pouvoir aux propriétaires des systèmes de décision. Ces décisionnaires prendront en charge des composantes de plus en plus importantes de l’existence, à l’image des plates-formes numériques dont les algorithmes nous affectent aujourd’hui en tant que lecteurs, consommateurs, électeurs, etc.

Un rapport exclusivement fonctionnel

Le premier symptôme de la dépossession, c’est la fin de la propriété individuelle. Le passage d’une économie de la possession à une économie de l’usage aura de nombreux effets collatéraux. D’abord le rapport aux objets sera profondément modifié. Il sera utilitaire avant d’être affectif. Nos meubles, voitures, vêtements prolongent notre identité et servent de supports à nos souvenirs. Bien qu’automatisés, les objets du quotidien ne seront plus « animés » comme leurs prédécesseurs.

Nouvelles technologies- Quel intérêt de la 5G ?

Nouvelles technologies- Quel intérêt de la 5G ?

Le consultant Hadrien Gautrot souligne dans le Monde  le principe de dépossession et de centralisation qui préside aux usages potentiels de cette technologie de télécommunication.

Tribune.

 

Depuis plusieurs mois, la 5G attise les passions : sur la santé, l’écologie, les données personnelles… Ce débat qui aurait pu être une querelle d’experts, de normes et de standards est devenu un sujet de société. Et c’est une bonne nouvelle. Car la 5G aura une influence sur nos vies. Elle rendra possibles, nous promet-on, la voiture autonome, la ville intelligente, l’industrie 4.0, et plus généralement l’Internet des objets : l’interconnexion de toute chose.

La connexion fait gagner du temps, de l’espace et de la matière. Pourtant, la connexion signifie aussi l’externalisation de la décision

La 5G optimisera l’utilisation des ressources. La voiture autonome, par exemple, fluidifiera le trafic, réduira la mortalité et passera moins de temps au garage qu’une automobile traditionnelle. La connexion fait gagner du temps, de l’espace et de la matière. Pourtant, la connexion signifie aussi l’externalisation de la décision. Des mains du conducteur, celle-ci repose désormais sur un réseau d’objets – serveurs, véhicules, mobilier urbain, etc. La délocalisation de décisions humaines vers des supports externes est l’une des promesses de la 5G.


Le frigo qui commande des yaourts avant que vous ayez fini le dernier pot ou la brosse à dents qui réserve une visite chez le dentiste, c’est précisément le déplacement d’une volonté vers un dispositif. L’externalisation entraîne du confort mais elle donnera le pouvoir aux propriétaires des systèmes de décision. Ces décisionnaires prendront en charge des composantes de plus en plus importantes de l’existence, à l’image des plates-formes numériques dont les algorithmes nous affectent aujourd’hui en tant que lecteurs, consommateurs, électeurs, etc.

Un rapport exclusivement fonctionnel

Le premier symptôme de la dépossession, c’est la fin de la propriété individuelle. Le passage d’une économie de la possession à une économie de l’usage aura de nombreux effets collatéraux. D’abord le rapport aux objets sera profondément modifié. Il sera utilitaire avant d’être affectif. Nos meubles, voitures, vêtements prolongent notre identité et servent de supports à nos souvenirs. Bien qu’automatisés, les objets du quotidien ne seront plus « animés » comme leurs prédécesseurs.

 

« Quel intérêt de la 5G»

Quel intérêt de la 5G»

Le consultant Hadrien Gautrot souligne dans le Monde  le principe de dépossession et de centralisation qui préside aux usages potentiels de cette technologie de télécommunication.

Tribune.

 

Depuis plusieurs mois, la 5G attise les passions : sur la santé, l’écologie, les données personnelles… Ce débat qui aurait pu être une querelle d’experts, de normes et de standards est devenu un sujet de société. Et c’est une bonne nouvelle. Car la 5G aura une influence sur nos vies. Elle rendra possibles, nous promet-on, la voiture autonome, la ville intelligente, l’industrie 4.0, et plus généralement l’Internet des objets : l’interconnexion de toute chose.

La connexion fait gagner du temps, de l’espace et de la matière. Pourtant, la connexion signifie aussi l’externalisation de la décision

La 5G optimisera l’utilisation des ressources. La voiture autonome, par exemple, fluidifiera le trafic, réduira la mortalité et passera moins de temps au garage qu’une automobile traditionnelle. La connexion fait gagner du temps, de l’espace et de la matière. Pourtant, la connexion signifie aussi l’externalisation de la décision. Des mains du conducteur, celle-ci repose désormais sur un réseau d’objets – serveurs, véhicules, mobilier urbain, etc. La délocalisation de décisions humaines vers des supports externes est l’une des promesses de la 5G.


Le frigo qui commande des yaourts avant que vous ayez fini le dernier pot ou la brosse à dents qui réserve une visite chez le dentiste, c’est précisément le déplacement d’une volonté vers un dispositif. L’externalisation entraîne du confort mais elle donnera le pouvoir aux propriétaires des systèmes de décision. Ces décisionnaires prendront en charge des composantes de plus en plus importantes de l’existence, à l’image des plates-formes numériques dont les algorithmes nous affectent aujourd’hui en tant que lecteurs, consommateurs, électeurs, etc.

Un rapport exclusivement fonctionnel

Le premier symptôme de la dépossession, c’est la fin de la propriété individuelle. Le passage d’une économie de la possession à une économie de l’usage aura de nombreux effets collatéraux. D’abord le rapport aux objets sera profondément modifié. Il sera utilitaire avant d’être affectif. Nos meubles, voitures, vêtements prolongent notre identité et servent de supports à nos souvenirs. Bien qu’automatisés, les objets du quotidien ne seront plus « animés » comme leurs prédécesseurs.

 

5G: contrôle renforcé des antennes

5G: contrôle renforcé des antennes

 

L’ANFR L’Agence nationale des fréquences (ANFR) va renforcer les contrôles effectués sur les antennes. L’année dernière, l’agence des fréquences a effectué 3.066 contrôles. «En moyenne, les mesures montrent une exposition aux ondes des Français près de 150 fois inférieure aux seuils sanitaires maximums définis au niveau international», fait savoir le gouvernement. À la demande du gouvernement, l’ANFR a engagé un plan d’augmentation substantielle des contrôles, qui passeront à 6.500 en 2020 et 10.000 en 2021. À cela vont s’ajouter 4.800 mesures spécifiques dans le contexte du lancement de la 5G. Dans le détail, 300 mesures seront réalisées sur la 5G avant la fin de l’année 2020 et 4 500 au cours de l’année 2021.

«Ces mesures permettront de disposer d’informations objectives de l’exposition liée au déploiement de la 5G, que ce soit dans la bande de fréquences 3,5 GHz en cours d’attribution par l’ARCEP ou par l’utilisation de bandes existantes (2G, 3G, 4G)» fait savoir le gouvernement.

5G , le moratoire 5G à Lille: «tartufferie» ?

5G ,  le moratoire 5G  à Lille:  «tartufferie» ?

Pour le secrétaire d’État au numérique la motion du conseil municipal de Lille décidant d’un moratoire sur la 5G constitue une tartuferie.. «Dire qu’il y a encore des incertitudes sur les fréquences utilisées pour la 5G, c’est mentir aux Français«, a déclaré Cédric O. Mais il y a le problème plus fondamental du champ de compétence des autorités en l’occurrence ici celles de l’État et celles d’une ville. Le plan relatif au développement de la 5G et l’affectation des fréquences relève en effet de la décision de l’État. Il en est de même pour la plupart des grandes infrastructures. Cela n’interdit pas évidemment aux municipalités de donner leur avis voire de s’opposer politiquement au projet. On voit mal cependant avec quelle arme juridique une municipalité pourrait s’opposer développement d’une infrastructure de communication à caractère national. Cela n’empêche pas évidemment les interrogations sur l’enjeu, l’intérêt de cette nouvelle technologie et la prise en compte de la problématique de l’électro sensibilité.

Pour tenter de rassurer les maires, Cédric O annonce que «les maires et les associations pourront demander des contrôles des antennes 5G». Ainsi, «nous ferons 6500 contrôles d’exposition aux antennes en 2020 et 10.000 en 2021 dont 4800 mesures en priorité sur les équipements télécom 5G (contre 3066 en 2019)», a-t-il déclaré.

À Lille, aucune antenne 5G ne pourra être installée «au moins jusqu’à la publication du rapport attendu en 2021 de l’Anses», a annoncé la maire. Un rapport qui «ne sera pas une coquille vide», promet Cédric O qui se dit «confiant». «Nous avons demandé à l’Anses une mise à jour de ses conclusions. Il est fort probable que ce rapport aille dans le même sens que les précédents».

5G: moratoire voté à Lille

5G: moratoire voté à Lille

un moratoire sur le déploiement de la 5G, a  été voté par le conseil municipal de Lille pour engager une réflexion à propos de la sobriété numérique. Les avantages de la 5G doivent être comparés à leurs inconvénients estiment la majorité municipale qui voit dans le développement de la cinq c’est une occasion de gâchis énergétique et d’incitation à des dépenses inutiles d’abonnement et de nouveaux appareils. L’installation d’antennes est donc pour l’instant gelée.

5G : la priorité aux zones blanches ?

5G : la priorité aux zones blanches ?

Pour justifier la 5G,  le gouvernement utilise l’argument de l’aménagement du territoire et promet que la technologie atteindra y compris les zones les moins denses.

 

Pour l’instant, pendant qu’on parle de la 5G pour la téléphonie mobile qui doit révolutionner l’économie nombre de zones ne reçoivent  rien du tout ou bien doivent se contenter de temps en temps de la trois j’ai de la 4G. La moindre perturbation météorologique isole complètement les relations téléphoniques. Par ailleurs les liaisons Internet par le réseau cuivre sont de plus en plus hypothétique du fait de la détérioration lamentable des lignes qui non seulement ne sont pas entretenues mais dont  Orange envisage la destruction et la vente. Dans ces zones, on n’hypothèque guère sur l’avenue du câble qui en tout état de cause ne desservira au mieux que le centre des bourgs. Bref dans les zones blanches, ni 5g, ni câble ni même Internet régulier. À chaque nouveau plan de développement de la téléphonie on promet une meilleure couverture. Un plan est ainsi prévu de mieux couvrir la France d’ici 2022. Reste en vérifier l’application dans les zones blanches comme dans les zones grises.

5G et Télécoms : la fin des zones blanches ?

5G et Télécoms : la fin des zones blanches ?

L’Arcep, l’autorité de régulation des télécoms, déclare régulièrement qu’elle va améliorer ses cartes de couverture mobile. Des cartes assez critiquées dans des zones peu denses; en fait, théoriquement on peut y disposer des technologies en 2G, en 3G et en 4G  mais concrètement  cela en fonction notamment des conditions météo. Pourtant partout on annonce déjà  la couverture par la technologie 5G pour les mobiles et par le câble. Le problème c’est que ces technologies ne sont pas prêtes d’atteindre des territoires isolés, le câble jamais sans doute compte tenu des coûts que cela représente et la 5G dans des années et des années

Dans un rapport récent sur la couverture numérique du territoire, les députés Laure de la Raudière (Agir) et Eric Bothorel (LREM), s’en sont fait l’écho. Il existe, déplorent les parlementaires, « un décalage préoccupant entre les cartes de couverture et la réalité perçue sur le terrain ».

 

 « En dépit des progrès réalisés, il existe aujourd’hui un décalage notable entre la couverture mobile mesurée par l’Arcep et la couverture ressentie par les citoyens, détaillent Laure de la Raudière et Eric Bothorel. Cet écart explique d’ailleurs le recours croissant, de la part des collectivités, à des outils leur permettant de réaliser leurs propres cartes de couverture. »

 

Des critiques dont l’Arcep a pris bonne note. « Vous nous dites que nos cartes sont fausses => nous les changeons ! (Ou : quand c’est compliqué, il faut savoir avancer en mode essai/erreur, sinon on ne bouge jamais) », a affirmé Sébastien Soriano, le président du régulateur des télécoms. .  Le problème c’est qu’on va éventuellement améliorer la performance des cartes mais sans pour autant améliorer la qualité et la densité du réseau. Il faudra autre chose comme incitation pour permettre une couverture numérique équilibrée du territoire.

5G: le changement technologique par l’ANFR (agence natonale fréquence)

5G: le  changements technologique  par l’ANFR (agence natonale fréquence)

La nouvelle génération 5G, rend indispensable l’utilisation de nouvelles portions du spectre radioélectrique. L’obtention de nouvelles fréquences est un pré-requis pour lancer les services 5G. Les bandes identifiées sont plus élevées dans le spectre et permettent des montées en débit très importantes. Avec l’utilisation d’antennes intelligentes et d’un réseau de petites antennes, les forts besoins en connectivité du public et des entreprises auront leur solution.

 

De nouvelles bandes de fréquence 5G déjà identifiées

 

  • Les bandes « basses », déjà allouées pour la 2G / 3G / 4G, pourraient être réutilisées pour la 5G.
  • La bande 3,5 GHz est la première bande 5G offrant un compromis couverture/capacité.
  • La bande 26 GHz, « pionnière 5G », sera principalement utilisée pour des « hot spots ».
  • D’autres bandes hautes seront étudiées lors de la Conférence Mondiale des Radiocommunications en 2019.
LE RÔLE DE L’ANFR

L’ANFR conduit les négociations européennes et internationales pour identifier les bandes de fréquences 5G. En Europe, deux nouvelles bandes ont déjà été choisies pour la 5G.
Ces négociations ont permis dès 2015 d’harmoniser la bande 3,5 GHz comme bande 5G et de définir les futures bandes candidates pour la 5G comme la bande 26 GHz qui doit faire l’objet d’une harmonisation mondiale en 2019.

Au niveau national, l’ANFR prépare l’arrivée de la 5G en libérant les bandes de fréquences attribuées à la 5G mais occupées par d’autres utilisateurs.
Enfin, l’ANFR accompagne les premiers déploiements pilote 5G dans la bande 3,5 GHz des opérateurs de téléphonie mobile et travaille avec l’ensemble des acteurs pour caractériser les réseaux 5G en termes d’exposition du public aux ondes électromagnétiques.

 

Evolutions technologiques vers des antennes intelligentes

Les réseaux mobiles actuels utilisent des équipements radio appelés « cellules macro » déployés pour assurer la couverture dans les différents territoires. Les antennes diffusent les signaux de manière constante, dans une direction donnée (faisceau).

Le déploiement de la 5G se fera en recourant à des sites « macro » à l’instar des réseaux actuels des opérateurs, mais devrait également s’articuler autour du déploiement de petites antennes installées dans du mobilier urbain.

Pour atteindre les performances annoncées (débits multiplié par 10, latence divisée par 10 et multiples connexions), la 5G reposera notamment sur une nouvelle génération d’antennes, qui orientent les signaux vers les appareils qui en ont besoin. Couplée avec des bandes de fréquences hautes, l’utilisation de ces antennes permettra d’accroître fortement les débits.

Le rôle de l’ANFR

L’ANFR veille au respect des valeurs limites d’exposition du public aux ondes et gère le dispositif national de surveillance et de mesure des ondes. Un Comité National de Dialogue a été créé par la loi au sein de l’ANFR pour échanger avec les acteurs, partager l’information, la diffuser et favoriser la confiance du public. L’ANFR participe également aux pilotes 5G pour mettre au point les outils relatifs aux contrôles et à la concertation sur l’exposition du public créée par la 5G.

L’ANFR accompagne les premiers déploiements pilote 5G des opérateurs de téléphonie mobile dans la bande 3,5 GHz et travaille avec l’ensemble des acteurs pour caractériser les réseaux 5G en termes d’exposition du public aux ondes électromagnétiques. A l’avenir, les nouvelles bandes 5G (par exemple la 26 GHz) seront plus hautes en fréquences dans les bandes millimétriques, qui correspondent aux bandes de fréquences dont la longueur d’onde est de l’ordre du millimètre.

Dans ses bandes millimétriques, l’exposition reste localisée à la surface de la peau et l’exposition n’est plus évaluée par le débit d’absorption spécifique (DAS) mais par la densité surfacique de puissance (DSP).

Dans le cadre de la réflexion générale sur l’évaluation de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques des réseaux 5G, l’ANFR a publié aujourd’hui deux rapports, l’un sur une présentation générale de la 5G abordée sous l’angle de l’exposition et l’autre sur les déploiements pilotes menés en France pour tester en grandeur nature les modalités d’un déploiement d’antennes 5G à faisceaux orientables dans la bande 3400-3800 MHz :
L’ANFR a également entamé une étude pour analyser des simulations numériques des niveaux d’exposition créés par la téléphonie mobile dans une zone urbaine très dense, le 14e arrondissement de Paris. Le rapport ci-dessous constitue un point d’étape. Il fournit de premiers ordres de grandeur d’exposition selon différents scénarios identifiés avec le suivi des pilotes 5G et après avoir consulté les équipementiers télécoms et les opérateurs de téléphonie mobile.  Les prochaines phases de ces travaux consisteront à affiner les scénarios de déploiement, en jouant sur les technologies employées et les puissances, dans les différentes bandes de fréquences ouvertes à la téléphonie mobile. L’exposition sera ainsi simulée plus précisément.

Les rayonnements électromagnétiques de la 5G (ANFR)

La lettre de l’ANFR de Juillet 2019 (lien : Newsletter Météorologie) mentionnait et expliquait comment des satellites météorologiques captaient une partie des émissions électromagnétiques naturelles émises par certaines molécules ou par certains corps à une température donnée. Il existe en fait un grand nombre de façon d’émettre des champs électromagnétiques et tous ces champs sont liés à l’émission d’une particule nommée photon. Comme cela avait été présenté dans le Newsletter sur le graviton, à chaque interaction qui régit notre univers est associée une particule, si le graviton est la particule qui caractérise les champs gravitationnels, le photon est la particule qui caractérise le transport de l’énergie des champs électromagnétiques. L’émission de ces photons peut résulter :

  1. De modifications structurelles atomiques ou moléculaires (que la modification soit spontanée ou initiée comme dans la fusion ou la fission nucléaire)
  2. De la mobilité des porteurs de charge(s) électrique(s), indépendamment du milieu considéré :
    a. L’agitation thermique: rayonnement de corps présentant une température supérieure à 0K (soit environ -273°C)
    b. La circulation dans le milieu : il peut s’agir de conducteur électrique (c’est dans cette dernière catégorie que ce range la plupart des émetteurs/récepteurs qui [envahissent] notre quotidien), tout comme de plasma (cas du rayonnement électromagnétique issu des arcs électriques issus de la foudre).
    c. L’accélération, par exemple le rayonnement (non thermique) synchrotron issu des pulsars.

Comment fonctionnent les antennes de radiocommunication ?

D’un point de vue général, les antennes de radiocommunication sont basées à ce jour, sur le principe de la circulation de charge le long d’un conducteur. Autrement dit, il est possible de formuler, que tout corps, quel qu’il soit, parcouru par un courant (qui définit en soi la circulation de charges nommées électrons) rayonne simultanément deux types de champs, l’un est dit électrique, l’autre magnétique. Bien qu’ils n’aient pas les mêmes propriétés, les équations de Maxwell, nous apprennent qu’ils sont indissociables l’un de l’autre. Les variations temporelles de ces deux champs sont identiques à celles du courant qu’il lui donne naissance. Dans la mesure où l’on considère des variations temporelles des courants ou des champs, alors on introduit nécessairement la notion de fréquence. La notion de fréquence est assez simple à appréhender, il s’agit simplement du nombre d’ « oscillations de l’onde radio» durant 1 seconde. Pour obtenir une onde à 1GHz, un courant alternatif doit onduler 1 milliard de fois en 1 seconde. A cette fréquence est associée une longueur d’onde, que l’on pourrait définir simplement comme la longueur physique dans l’espace d’une oscillation.

Lors de la réalisation d’antenne de radiocommunication, bien que ces champs soient interdépendants, il est possible de privilégier la réception de l’un ou de l’autre. Généralement le choix se fait sur la dimension de l’antenne à réaliser au regard de la fréquence du champ EM à produire ou à capter. On favorise davantage la conception d’antennes privilégiant la réception des champs magnétiques à basse fréquence et des champs électrique à hautes fréquences. En réalité, il serait plus juste de dire qu’à basse fréquence, les comportements des champs électriques et magnétiques sont discernables, ce qui n’est plus le cas en haute fréquence, ou seule la notion de puissance (comprise comme une densité de flux d’énergie assimilable au produit1 des champs électrique E ⃗ et magnétique H ⃗) devient prépondérante.

 

En quoi les fréquences jouent-t-elle un rôle dans la conception d’une antenne ?  

Il faut d’abord distinguer deux types d’antennes :

  1. Le premier type inclut à la fois la formation du champ électromagnétique et la direction dans laquelle il doit être émis. Antenne dipôle, antenne patch, antenne à réseaux phasés, etc.
  2. Le second type produit le champ EM par l’intermédiaire d’une cavité et utilise un réflecteur pour guider le champ dans une direction privilégier : les antennes paraboliques

Par définition, si tout corps conducteur parcouru par un courant rayonne, son rayonnement est aussi optimisé par la dimension physique qu’il a au regard de la longueur d’onde à émettre ou à capter. C’est une propriété fondamentale. Il faut voir la longueur d’onde comme la longueur physique d’une oscillation de l’onde dans l’espace. Cette longueur est bien entendu, à une fréquence donnée, identique pour le champ électrique et magnétique. Il faut partir du principe que l’intensité du rayonnement du champ électrique est optimisée lorsque la longueur physique du conducteur rayonnant est égale à la moitié de la longueur d’onde. Dans ce cas précis, la surface métallisé présente un ventre de courant à sa surface (et de ventre de tension à ces extrémités) et on dit alors que le l’élément résonne ou entre en résonnance. Bien entendu, pour qu’une antenne émette un champ électromagnétique optimisé au regard de l’énergie électrique qui lui est fourni, elle ne doit pas répondre qu’à cet unique critère. D’autres effets sont à prendre en considération comme par exemple l’adaptation des impédances. On pourrait résumer cet effet comme une forme d’opposition du milieu aux passages du courant. Il faut généralement faire en sorte que cette opposition soit constante sur l’ensemble du parcours du courant jusqu’à l’antenne. Sinon une partie du courant va se réfléchir vers la source.

Dans le cas d’une antenne parabolique, c’est l’émetteur (généralement une cavité résonnante), qui fait face à la parabole, qui produit le champ électromagnétique idéal. Le réflecteur n‘est là que pour orienter le faisceau dans une direction privilégiée.

On  comprend ainsi pourquoi les antennes, en général, sont élaborées pour une gamme de fréquences d’utilisation particulière (fréquence centrale et bande passante). La longueur physique de l’élément ou des éléments rayonnants (qu’il s‘agissent de conducteurs ou de cavités) étant fixée dès la conception.  Il est bien entendu possible d’élargir leur gamme de fréquence d’utilisation dans une certaine mesure, en modifiant fictivement les propriétés de résonnance des conducteurs utilisés par exemple par l’emploi d’un substrat (servant de support à l’élément rayonnant) à plus grande permittivité que l’air ou encore en augmentant la largeur du conducteur.

Champ rayonné et diagramme d’antenne

Lorsque qu’un champ est produit par un conducteur, il rayonne dans tout l’espace, c’est ce que l’on appelle son diagramme de rayonnement. Toutefois, il est possible de faire en sorte de privilégier les directions d’émission des champs.  Par exemple, l’ajout d’un réflecteur (mais encore de toute forme de métallisation connectée à la masse) derrière un conducteur résonnant permet de limiter son rayonnement à la partie supérieure et de minimiser le rayonnement derrière le plan métallique. Suivant la forme de ce réflecteur, on modifie l’énergie émise dans l’autre direction (plan de masse ou parabole). La mise en réseau de métallisation, comme dans le cas des antennes de réception hertziennes qui arborent nos toits permet aussi de privilégier la captation du rayonnement provenant d’une direction privilégiée et généralement celle dans laquelle le diffuseur se situe. Le diagramme de rayonnement de l’antenne est donc directement conçu pour répondre à l’utilisation que l’on fait de l’antenne. Lorsque l’on doit diffuser sur une large couverture (Radio, télévision, mobile) on va privilégier des antennes qui diffusent dans tout l’espace utile. Par exemple, les antennes 4G, produisent des rayonnements en forme de disque incliné, permettant de couvrir de large zone azimutale, tout en minimisant les émissions au-dessus de l’horizon où elles sont inutiles. En revanche un téléphone mobile 4G qui doit pouvoir capter et émettre dans tout l’espace, ne sachant pas où se situe le relais, aura tendance à privilégier des antennes qui diffusent dans l’ensemble de l’espace.  Enfin une station terrienne d’émission ou de réception satellitaire, privilégiera un rayonnement extrêmement intense dans une direction angulaire unique, celle où se  situe le satellite avec lequel elle souhaite communiquer, et dans ce cas les paraboles sont à ce jour les antennes les plus utilisées.

Les antennes dites « actives » de la 5G c’est quoi ? 

Avant d’introduire les antennes de la 5G, il faut comprendre ce que l’on considère comme une antenne active. Elles sont nommées ainsi pour une raison simple : au lieu de produire un champ électromagnétique dans une direction fixe, leur faisceau est capable de balayer l’espace par des procédés topologiques et d’architecture électronique. Le concept d’antenne active, dite aussi antenne à réseau phasé,  existe depuis plusieurs décennies et a été largement utilisé (et continue à être utilisé) dans le domaine du radar. La téléphonie mobile a donc exploité un concept existant. De nombreux exemples de radars à réseaux phasés existent aujourd’hui, ils sont parfois de dimension réduite, embarqués sur des aéronefs, parfois gigantesques et conçus sur des façades de bâtiments.

On peut dénombrer trois avantages aux antennes actives :

  1. leur faible épaisseur, rendant ces antennes planaires (elles peuvent être conçues sur n’importe quel type de surface).
  2. un rayonnement variable dans chaque direction (au cours du temps) du fait de la rapidité de balayage (électronique) du faisceau.
  3. leur grande directivité (directement proportionnelle au nombre d’éléments qui compose le panneau d’antennes) dans des directions d’intérêt. Cette directivité est une autre façon de décrire leur capacité à concentrer l’intensité de leur rayonnement dans une direction privilégiée.  Par exemple, si le panneau d’antennes est composé de 16 colonnes et de 16 lignes d’éléments rayonnants, alors, il sera possible d’augmenter la puissance rayonnée par le faisceau de l’antenne, de 256 fois dans la direction choisie (par rapport au rayonnement d’un élément).

 

Une antenne à réseau phasé utilise le principe de l’association des champs d’une multitude de sources à une certaine distance. Généralement, donc, ces antennes sont conçues comme une association d’antennes de même forme et de même dimension. Dans ce cas, l’ensemble des antennes constituant le réseau présentent à la fréquence de résonance voulue le même type de rayonnement EM intrinsèque. Les rayonnements produits par chaque élément s’associent en phase pour augmenter le rayonnement de l’antenne globale dans une direction choisie. Pour offrir une grande directivité du faisceau formé par le panneau, certaines caractéristiques topologiques sont à respecter :

  • au regard de l’espace que les éléments doivent avoir entre eux (positionnement dans le panneau) ou de leur longueur d’onde,
  • au regard de la loi d’illumination des éléments rayonnants du panneau :
  • en amplitude lorsqu’il s’agit de modifier la forme du diagramme : hauteur et largeur du lobe principal, écart entre lobe principal et lobe secondaire,
  • en phase lorsqu’il s’agit d’orienter le faisceau électronique dans différentes directions.

 

Quelle différence entre antennes active et passive ?

La différence fondamentale est le rayonnement des antennes. Une antenne passive émet de façon homogène et constante sur les azimuts en minimisant les rayonnements vers le ciel ou vers le sol à l’aplomb de l’antenne, la couverture, comme vu précédemment pourrait être schématisée comme une portion de disque, plus ou moins large, inclinée vers le sol. On peut donc considérer que la puissance globale rayonnée par l’antenne est distribuée sur les azimuts. Par ce biais, tous les utilisateurs qui sont dans cette couverture azimutale peuvent communiquer avec la station de base, mais la puissance reçue par chacun d’entre eux est limitée.

Dans le cas des antennes actives, ce n’est plus le cas, seule la direction où se situe l’utilisateur est visée, il n’y a plus d’émission constante dans le temps sur tous les azimuts, mais uniquement sur l’azimut où se situe le bénéficiaire. Si les antennes actives et passives présentaient les mêmes caractéristiques, on pourrait imaginer que l’énergie reçue par l’utilisateur d’une station équipée d’une antenne active recevrait l’ensemble de l’énergie que l’ensemble des utilisateurs de l’antenne passive pourrait recevoir.

En pratique, la situation est bien plus complexe, car deux situations peuvent apparaitre :

  • La première consiste au fait que l’antenne créé plusieurs faisceaux  indépendants pour couvrir les utilisateurs. Chacun de ces faisceaux est formé par des sous-ensembles de la matrice d’éléments rayonnants et utilise la totalité de la bande passante disponible.
  • La seconde revient à subdiviser la bande passante  (sur laquelle rayonnant l’antenne) en sous-bandes attribuées à chaque utilisateur mais où chaque faisceau formé utilise alors tous les éléments rayonnants du panneau.

Il peut aussi être question parfois d’une combinaison des deux  idées précédentes. Par exemple, en reprenant le cas d’une matrice présentant 256 éléments rayonnants (16 en lignes et 16 en colonne), rien n’empêche d’imaginer que 4 faisceaux soient formés simultanément par 4 sous matrice de 64 éléments (8 en lignes et 8 en colonne) et que donc 4 utilisateurs se partagent  la puissance rayonnée  globale de l’antenne.

 

Pourquoi la 5G nécessite ce genre d’antenne ? 

L’idée première de la 5G pour les applications à très haut débit2 (Enhanced Mobile BroadBand EMBB) est de fournir une grande quantité d’information en un temps très court. Pour que cette prouesse soit possible, il est nécessaire de disposer d’une importante largeur de bande pour écouler le débit attendu.

Une telle contrainte oriente l’usage de telles applications à des fréquences dites de « grande capacité » (>3GHz) où le spectre contigüe y est disponible. Toutefois, comme les pertes de propagation de l’onde radio s’accroissent également avec la fréquence, l’augmentation de la directivité des antennes apparaît incontournable pour compenser ces atténuations et conserver des tailles de cellules raisonnables (entre quelques centaines de mètre à quelques km suivant les fréquences considérées). Par ailleurs, la figure 3 nous permet d’observer qu’une antenne est d’autant plus directive que son gain maximum est élevé. Ainsi, lorsque les utilisateurs à couvrir sont en mobilité, le faisceau directif (et étroit) de l’antenne doit être capable de suivre ce dernier. On parle alors d’antennes intelligentes car le balayage du faisceau doit être réalisé en temps réel, ce qui ne peut être fait qu’électroniquement ; ce qui explique le recours aux antennes actives.

 

 

5G : Villani pour un moratoire

5G : Villani pour un moratoire

DANS UNE INTERVIEW AU JDD , VILLANI SE PRONONCE POUR LA G  MAIS SOUTIENT LE MORATOIRE POUR ENGAGER UN DÉBAT SUR CERTAINS ASPECTS NOTAMMENT ENVIRONNEMENTAUX .

 

 

Etes-vous favorable à la 5G?
C’est un sujet sur lequel nous avons longuement travaillé avec le groupe parlementaire EDS, et en particulier ma collègue Paula Forteza, sa co-présidente. Nous souhaitons un débat et une loi sur la sobriété numérique, afin d’encadrer correctement le déploiement de la 5G. Un temps de débat est indispensable avant de nous lancer tête baissée dans l’attribution des fréquences. La sobriété numérique est un vrai sujet par rapport à notre mode de vie et à notre empreinte environnementale. Notre communiqué officiel fournit des détails et préconisations constructives.

Qu’appelez-vous la sobriété numérique?
Il faut, par exemple, garantir que dans 20 ans nous ne nous retrouvions pas à devoir gérer l’épuisement de certains matériaux rares, avec une pollution incontrôlée due aux déchets qu’on ne sait pas traiter. Combattons l’obsolescence programmée, ne bâtissons pas notre société sur des modèles économiques viciés. Assurons-nous que les smartphones puissent être recyclés : aujourd’hui, ils sont changés tous les deux ans, c’est un gaspillage considérable. Evitons que cette nouvelle technologie favorise une consommation d’énergie délirante. Si nous sommes la première nation à réfléchir à la question de la sobriété, ce sera un avantage par rapport à ceux qui sont dans une orgie consumériste.

 

Pour le gouvernement, ne pas passer à la 5G, ce serait prendre le risque d’un décrochage économique?
C’est l’argument qu’on entend sur tous les sujets en ce moment, non? On nous dit : réintroduire les néonicotinoïdes, sinon cela désavantagera notre filière de betteraves sucrières au profit des importations polonaises ; pas de nouvelles normes de qualité sur l’élevage, sinon cela plombera notre filière porcine au profit de l’Espagne ; en avant pour la 5G tout de suite, sinon les investisseurs iront ailleurs… Est-ce que toutes les décisions doivent se prendre selon le seul critère de la compétition économique internationale?

 

Emmanuel Macron ne veut pas de moratoire. Est-ce une entorse à la promesse faite à la Convention citoyenne pour le climat?
La Convention citoyenne a bien travaillé. Toutes ses propositions doivent faire l’objet d’un débat. Il faut donc respecter cette demande de moratoire. Quand le gouvernement se hâte, il commet une erreur démocratique.

 

Pour vous la 5G est un vrai débat de société?
Oui. Le débat sur la 5G est une vraie question de société. Avant, avec la 3G et 4G, la question ne se posait pas. Aujourd’hui, la question est clairement dans le débat public. Ce n’est pas juste un changement de technologie. Le smartphone est la grande innovation des dernières décennies, mais il faut que cela puisse s’intégrer dans une société harmonieuse. Pour moi, l’année 2017 marque un tournant : l’année où le smartphone est devenu la première source d’accès à Internet ; mais aussi l’année du basculement des sentiments sur le numérique. Cette année-là, à la conférence internationale TED (Technology, Entertainment and Design) je n’en revenais pas. Dans ce rendez-vous technophile, en présence des Gates, Musk, Bezos et cie, un message qui revenait sans cesse c’était : « attention, la technologie numérique ne fera pas votre bonheur. » S’il est trop invasif, le numérique peut vous prendre du temps de cerveau disponible, dégrader vos rapports personnels, impacter négativement votre vie sexuelle, vous exposer au cyberharcèlement, etc.

Y a-t-il une question de souveraineté numérique, notamment par rapport à la Chine?
Si la 5G doit se développer, nous sommes favorables à ce que la mise en place du réseau repose sur les européens : Ericsson et Nokia. La question n°1, c’est le maintien des compétences, et pour cela il faut des marchés. La souveraineté numérique doit aussi se penser pour les logiciels, sujet bien plus vaste.

 

Y a-t-il des risques écologiques?
La consommation effrénée d’énergie et de matériaux rares, c’est un risque pour l’environnement. Aujourd’hui, le cahier des charges pour l’attribution des fréquences ne compte aucun volet environnemental. Ce n’est pas acceptable. Il y a aussi un enjeu territorial. Il est plus urgent d’équiper les dernières zones blanches, résorber la fracture numérique. Il n’y a aucun doute là-dessus, comme l’a dit Martin Bouygues lui-même.

Y a-t-il des risques en matière de santé?
Pour l’instant il n’y a guère d’indice qui le laissent penser… À suivre.

Emmanuel Macron a résumé cela comme un débat entre les partisans du progrès et ceux qui seraient des « amish »?
Présenter le débat comme cela n’a aucun sens. Le progrès, c’est quand une nouvelle technologie rencontre un nouvel usage dont la société a besoin. La technologie n’est pas bonne ou mauvaise en soi. Il faut sortir de la caricature des positions.

 

La télémédecine, les voitures autonomes : les partisans de la 5G soulignent la possibilité de nouveaux usages.
La voiture autonome n’est pas pour demain : d’abord il faut résoudre des problèmes techniques, en particulier en cybersécurité, et d’économie du partage, car la voiture autonome individuelle, ce serait des embouteillages pires qu’aujourd’hui. Pour le reste, à quoi cela servira de communiquer en 5G avec votre cafetière ou avec votre maison?  Les transmissions bas débit, basse énergie sont suffisantes pour cela. Il faut un modèle frugal et vertueux, pas forcément du pharaonique. Sur cela, lisez Zéro G de Ludovic Le Moan. Pas un Amish, mais un grand capitaine de la tech française.

 

 

«5G et fibre support de l’industrie du futur. »

«5G et fibre support de l’industrie du futur. »

« Le déploiement des réseaux très haut débit est une condition sine qua non de l’essor de l’économie numérique », écrit dans l’Opinion  le président de la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication Laurent Tardif.

 

« J’ai bien conscience des débats autour de la technologie 5G, qui cristallise les tensions politiques autour des questions sanitaires et environnementales. Toute innovation majeure apporte son lot d’inquiétudes, qui relèvent aussi parfois d’un registre plus émotionnel que rationnel. Mais là n’est pas mon propos. D’un point de vue industriel, il s’agit d’un véritable outil de performance au service de la modernisation de notre appareil productif.

Avec la multiplication du trafic global de données mobiles par plus de six entre 2017 et 2022, en particulier avec l’essor des objets connectés, seul un déploiement soutenu des infrastructures très haut débit permettra de maintenir l’avance technologique de nos industries. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la technologie 5G ne se résume pas aux derniers mètres de l’infrastructure d’accès vers les smartphones ni aux seuls usages récréatifs d’internet. Elle représente tout un écosystème qui constituera le système nerveux de l’industrie et des services en France pour les 15 prochaines années.

Les infrastructures numériques sont plus que jamais clés dans la transformation numérique de notre économie et de notre société. Elles rendent possible le développement de réseaux de qualité, pérennes et sûrs pour répondre aux besoins croissants des populations, des entreprises et des administrations.

Mais plus encore, la 5G ne se résume pas à une simple évolution des débits de la 4G, permettant au grand public de consommer toujours plus de vidéos sur les smartphones. C’est avant tout une nouvelle architecture réseau, dont les capacités sont démultipliées par la virtualisation. Il s’agit d’une véritable rupture dans l’approche des fonctionnalités permises par les réseaux mobiles.

Connectée à une infrastructure très haut débit, la 5G est un formidable accélérateur de modernisation pour l’industrie et les services. Les sauts de performance représentés par cette technologie serviront de nombreux secteurs et permettront à de nouveaux usages d’émerger, dans l’industrie notamment.

Avec des connexions plus rapides, des capacités de transferts de données plus élevées et un nombre important de connexions simultanées, son employabilité promet d’être très étendue. Parmi les nouveaux usages industriels, je pense à l’optimisation des opérations de production, à la maintenance prédictive, aux usines reconfigurables, à l’amélioration de la chaîne logistique, à la réalité augmentée ou encore à une connectivité généralisée qui contribueront à rendre l’outil de production plus efficace, facile d’usage et sûr.

Ce haut niveau de performance des réseaux soutiendra également l’essor de secteurs innovants comme l’e-santé et la télémédecine, les nouvelles mobilités avec les véhicules connectés et autonomes ou encore les villes intelligentes. Et avec cela de nouveaux services pour une meilleure gestion du trafic urbain, de l’air intérieur, des déchets, des émissions de CO2 ou encore de l’efficacité énergétique.

Bien évidemment, ce déploiement doit s’opérer dans des conditions qui permettent de conjuguer la capacité d’innovation des entreprises et la confiance numérique. Mais ne l’oublions pas, la France dispose aussi sur son territoire d’une filière industrielle numérique d’excellence sur laquelle le développement de la 5G peut s’appuyer : composants, sous-systèmes et systèmes électroniques, équipementiers, fabricants de biens numériques et d’infrastructures, éditeurs de logiciels.

A l’heure où le numérique est au cœur de la relance, le déploiement de cette technologie garantit la compétitivité de nos entreprises, en évitant le risque d’un décrochage technologique. Compte tenu des besoins, qui s’inscrivent dans un cadre concurrentiel global, il est absolument vital de favoriser son déploiement en France et en Europe pour conserver notre souveraineté numérique.

Le potentiel de cette technologie pour l’industrie est immense. Et l’enjeu suffisamment stratégique pour ne pas laisser d’autres pays prendre une avance difficile à rattraper !

Laurent Tardif est président de la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (Fieec) et PDG Europe du Sud du Groupe Prysmian.

5G : ce n’est pas de la compétence des maires

5G : « ce n’est pas de la compétence des maires »

 

 

 

À juste titre Stéphane Richard, PDG d’Orange,  rappelle que le développement de la 5G n’est pas de la compétence des maires. Il s’agit en effet d’un projet d’équipement national. Il serait pour le moins curieux de pouvoir user de la téléphonie pour un appel dans une commune mais de ne pas pouvoir recevoir la communication dans celle du destinataire d’une autre commune. Un peu comme si une route était autorisée dans un sens mais pas dans l’autre.

Stéphane Richard, le PDG d’Orange, se félicite dans une interview au Figaro que le gouvernement ait tapé du poing sur la table pour éviter une hystérisation du débat.

La 5G est un sujet de crispation. En a-t-on besoin?

Stéphane RICHARD. - La 5G s’inscrit dans un débat sociétal plus vaste. Le numérique suscite des interrogations sur les éventuelles addictions qu’il génère, le rapport aux enfants, aux autres… Mais cette lassitude présumée ne se reflète pas dans les comportements. Après le confinement, qui a démontré à quel point le numérique était vecteur de liens sociaux, nous avons assisté à une envolée de la demande pour la fibre et le trafic de données mobiles continue de croître de 40 % par an.

Le PDG d’Orange rappelle qu’il s’agit d’un enjeu technologique d’importance internationale et que cela ne dépend aucunement de la responsabilité des maires.

La 5G danger pour la santé ?

 La 5G danger  pour la santé ?

 

La 5G  ne représente-t-elle pas un danger pour notre santé ? Sciences et Avenir fait le point sur les champs électromagnétiques qu’elle émet.

 

2020 devait être l’année du déploiement de la 5G en France. Mais avec l’épidémie de coronavirus, les opérations ont pris du retard. La vente des bandes de fréquence a déjà commencé. Bouygyes Telecom, Orange, Free et SFR ont obtenu chacun un bloc de 50 mégahertz (MHz) au prix unitaire de 350 millions d’euros dans le cadre de la première partie du processus d’attribution. La deuxième phase débutera le 29 septembre 2020 et doit permettre d’attribuer 11 blocs de 10 MHz. Un des opérateurs pourrait sortir son épingle du jeu s’il investit plus que ses concurrents.

Côté utilisateurs, la 5G doit permettre de nouveaux usages dans bien des domaines. Médias, santé, transports, entre autres, profiteront des débits jusqu’à 10 fois supérieurs à la 4G. Les téléchargements devraient par exemple être quasiment instantanés. Mais beaucoup de questions se posent quant au rayonnement magnétique que cette nouvelle technologie devrait entraîner et les possibles répercussions sur la santé que la 5G pourrait entraîner. Sciences et Avenir fait le point.

Qu’est-ce qu’un champ électromagnétique ?

Un champ magnétique apparaît lorsqu’un courant électrique circule. Son intensité varie selon la consommation d’électricité. Il existe des champs électromagnétiques partout autour de nous. Certains naissent de façon naturelle, comme lors d’un orage. D’autres sont le fruit de l’activité humaine. C’est par exemple grâce au champ électromagnétique que l’on peut observer des fractures avec les rayons X à l’hôpital.

Comment mesure-t-on ce champ ?

Pour le mesurer, il faut observer sa fréquence ou sa longueur d’ondes. « On peut se représenter le rayonnement électromagnétique comme une série d’ondes très régulières qui progressent à une vitesse extrêmement élevée et plus précisément à la vitesse de la lumière. La fréquence traduit simplement le nombre d’oscillations ou de cycles par seconde, tandis que la longueur d’onde est égale à la distance entre un point d’une onde et son homologue sur l’onde suivante. Fréquence et longueur d’onde sont donc totalement indissociables : plus la fréquence est élevée, plus la longueur d’onde est courte« , explique l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’intensité d’un champ électrique se mesure en volts par mètre ( V/m) et l’intensité d’un champ magnétique se mesure en ampères par mètre (A/m) ou encore en microteslas (μT).

Donc il y a déjà des champs électromagnétiques dans ma maison ?

Oui et ils proviennent de nombreux objets. Un téléviseur émet 60 V/m, tout comme une machine à café. Un fer à repasser en émet 120 et une ampoule 5. Mais il sont aussi présents hors de la maison, à proximité des lignes de train, des radars ou des lignes électriques. « Dans les habitations qui ne sont pas situées à proximité d’une ligne électrique, le champ magnétique de fond peut aller jusqu’à un maximum d’environ 0,2 μT, explique l’OMS. Juste au dessous d’une ligne, les champs sont beaucoup plus intenses, avec une densité de flux magnétique pouvant atteindre plusieurs microteslas. Sous une ligne, le champ électrique peut atteindre 10 kV/m. A une distance comprise entre 50 et 100 m, l’intensité des deux types de champ retombe à la valeur mesurée dans les zones situées loin des lignes à haute tension.«  

 

Le champ magnétique mesuré à proximité de divers objets. Crédit photo: OMS.

A partir de quelle valeur un champ électromagnétique est-il dangereux ?

Les ondes de haute fréquence transportent plus d’énergie que les ondes de bases fréquences. Certains rayonnements sont si forts qu’ils brisent les liaisons entre les molécules. Ces « rayonnements ionisants » sont émis par les substances radioactives, les rayonnements cosmiques ou encore les rayons X. « Les champs électromagnétiques d’ origine humaine qui résultent, pour une part importante, de l’activité industrielle (électricité, hyperfréquences et radiofréquences) engendrent des rayonnements où la fréquence est relativement basse et sont incapables de provoquer la rupture des liaisons chimiques. »

Comment la téléphonie mobile émet-elle ce champ?

Les portables fonctionnent grâce à des stations-relais installés sur le toit des immeubles, entre 15 et 50 mètres du sol. « Les réseaux mobiles actuels utilisent des antennes qui diffusent les signaux de manière constante, dans toutes les directions« , explique l’Agence nationale des fréquences (ANFR) dans un communiqué. La 2G, la 3G et la 4G fonctionnent grâce à la bande passante, qui n’est qu’un terme servant à désigner le débit maximal qu’un système peut transporter. Elles utilisent des fréquences basses, qui ont une « bonne propagation à l’intérieur des bâtiments. » 

Les antennes 5G sont-elles différentes ?

 

De petites antennes devraient être installées dans le mobilier urbain. Crédit photo : ANFR.

Pour la 5G, des antennes intelligentes vont voir le jour et seront installées dans le mobilier urbain, comme dans les arrêts de bus ainsi que dans les bâtiments. Cette nouvelle génération d’antennes « orientent les signaux vers les appareils qui en ont besoin. Couplée avec des bandes de fréquences hautes, l’utilisation de ces antennes permettra d’accroître fortement les débits« , explique l’ANFR. Ces hautes bandes de fréquence font polémique. Les bandes basses, de large couverture, se propagent à travers les bâtiments et s’échelonnent autour de 3,4 et 3,8 GHZ. Elles correspondent à un niveau émis par le Wifi. Les bandes dites « milimétriques » à haute fréquence fonctionnent à plus de 24,25 Ghz. Elles ont une propagation limitée, c’est pour cela qu’il faut installer des petits capteurs, appelés « small cells« , dans le mobilier urbain. Ces bandes de haute fréquence ne devraient toutefois pas être mises en oeuvre dès 2020.

 

La 5G émet-elle des ondes dangereuses pour la santé ?

Pour l’instant, aucune étude scientifique n’est disponible sur le sujet. Nous n’avons été en mesure de trouver quel serait le taux d’émission d’ondes de la 5G. L’ANFR et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) n’ont pas répondu à nos sollicitations. Le gouvernement a chargé l’Anses de procéder à une expertise sur l’aspect sanitaire de la 5G. Près de 70 responsables politiques ont signé une pétition pour demander un moratoire sur la 5G. Elle fait suite à une autre pétition signée plus tôt par 170 scientifiques issus de 37 pays.

La documentation la plus récente émane d’un rapport publié le 1er septembre 2020 par le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), le Conseil général de l’économie (CGE), l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’Inspection générale des finances (IGF). Il est  »très difficile de mesurer l’exposition liée aux usages (c’est-à-dire au contact des terminaux) qui, pourtant, en représentent usuellement la part prépondérante. [...] Il est également complexe d’estimer l’évolution des niveaux d’exposition en France du fait de l’arrivée de la 5G », estiment les auteurs du rapport. « Les éléments disponibles à ce jour permettent d’estimer que l’introduction de la 5G en bande 3,5 GHz avec antennes actives ne générera pas de rupture en matière d’exposition dans les zones urbaines, où elle sera majoritairement déployée, par rapport aux évolutions observées avec les réseaux existants, mais peut contribuer à une augmentation du nombre de points atypiques, ce qui devra faire l’objet d’une vigilance particulière. »

Le rapport conclut à une absence d’effet néfaste à long terme mais reste prudent sur de possibles effets sur une plus longue période. « Il n’existe pas, selon le consensus des agences sanitaires nationales et internationales, d’effets néfastes avérés à court terme, c’est-à-dire d’effets thermiques délétères sur les tissus [...] ni dans le grand public, ni chez les travailleurs. » Quand aux effets sur le long terme sur un possible effet cancérogène, ils sont « à ce stade, pour l’essentiel, non avérés selon les mêmes agences nationales et internationales. Des débats persistent toutefois, notamment pour ces effets de long terme, au sein de la communauté scientifique. »

Et la 4G est-elle, déjà, dangereuse pour la santé ?

« La question qui fait actuellement débat est celle de savoir si une exposition faible mais prolongée est susceptible de susciter des réponses biologiques et de nuire au bien-être de la population. Au cours des 30 dernières années, environ 25.000 articles scientifiques ont été publiés sur les effets biologiques et les applications médicales des rayonnements non ionisants. S’appuyant sur un examen approfondi de la littérature scientifique, l’OMS a conclu que les données actuelles ne confirment en aucun cas l’existence d’effets sanitaires résultant d’une exposition à des champs électromagnétiques de faible intensité. Toutefois, notre connaissance des effets biologiques de ces champs comporte encore certaines lacunes et la recherche doit se poursuivre pour les combler« , explique l’OMS, qui appelle elle aussi à la prudence, dans un communiqué. Par ailleurs, les ondes électromagnétiques sont « peut-être cancérigènes » pour l’être humain, selon un autre rapport de l’OMS et par l’Agence internationale de recherches sur le cancer (IARC) publié lui 2011.

Quelle est la limite d’exposition fixée actuellement ?

L’ANFR est chargée de veiller au respect des valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques, comprises entre 28 V/m et 87 V/m, selon les fréquences. L’agence a réalisé un gros travail de mesure de fréquences en France en 2014. Des travaux réalisés surtout en milieu urbain (84%) et en milieu extérieur (60%). « L’analyse montre que les mesures sont toutes nettement inférieures aux valeurs limites réglementaires (28-87 V/m). Moins de 1% dépassent la valeur dite « d’attention » de 6 V/m. Plus de huit mesures sur 10 se sont avérées inférieures à 1 V/m« , explique l’étude de l’ANFR publiée en 2016. « La téléphonie mobile est le contributeur le plus important dans près de 60% des cas. En milieu rural, cette tendance est moins marquée, avec seulement 40% des cas pour lesquels la téléphonie mobile domine.« 

La 5G respectera-t-elle cette limite ?

Les valeurs limites citées plus haut prennent effet peu importe le type de réseau, 2G, 3G, 4G ou 5G. « Les réseaux 5G qui seront déployés par les opérateurs devront donc respecter ces valeurs limites tout autant que les technologies en place aujourd’hui. Le gouvernement travaille avec l’Anses et l’ANFR pour qu’elles puissent examiner l’exposition aux ondes électromagnétiques et l’impact éventuel de ces nouveaux développements technologiques, dès la phase des expérimentations. L’ensemble de ces travaux feront l’objet d’échanges avec les parties prenantes dans le cadre des comités de dialogue mis en place par l’ANFR et l’ANSES« , explique le gouvernement dans sa feuille de route.

Qui fixe cette limite ?

Chaque pays a ses propres normes. Celles-ci suivent très souvent les recommandations formulées par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (CIPRNI), une organisation non gouvernementale reconnue par l’OMS. Pour fixer les valeurs maximales d’exposition, cette ONG applique un facteur sécurité de 10 pour l’exposition sur le lieu de travail et 50 pour la population générale, c’est-à-dire qu’elle fixe des limites 50 fois plus faibles que le seuil d’apparition d’anomalies.

Et les personnes électrosensibles alors ?

Certaines personnes se décrivent comme « électrosensibles » et décrivent plusieurs symptômes qui seraient liés aux ondes.  »Il s’agit notamment d’anxiété, de céphalées, de tendances dépressives voire suicidaires, de fatigue et d’une réduction de la libido. Jusqu’à présent, les données scientifiques ne confirment pas l’existence d’un lien entre cette symptomatologie et l’exposition à des champs électromagnétiques. Elle peut, au moins en partie, être attribuée au bruit et à d’autres facteurs environnementaux ou encore à l’anxiété suscitée par les nouvelles technologies« , soutient l’OMS. En France, l’Anses reconnaît toutefois une souffrance chez les personnes électrosensibles : « les plaintes (douleurs, souffrance) formulées par les personnes se déclarant EHS correspondent à une réalité vécue. »

Comment éviter d’être exposé ?

« Comme dans le cas du champ électrique, le champ magnétique est d’autant plus intense qu’on est proche de la source et il diminue rapidement lorsque la distance augmente. Les matériaux courants tels que les matériaux de construction ne constituent pas un blindage efficace contre les champs magnétiques« , explique l’OMS. Rien de mieux que de s’éloigner, donc. 

 

Les changements technologiques de la 5G par l’ANFR (agence nationale fréquence)

Les changements technologiques de la 5G par l’ANFR (agence nationale fréquence)

La nouvelle génération 5G, rend indispensable l’utilisation de nouvelles portions du spectre radioélectrique. L’obtention de nouvelles fréquences est un pré-requis pour lancer les services 5G. Les bandes identifiées sont plus élevées dans le spectre et permettent des montées en débit très importantes. Avec l’utilisation d’antennes intelligentes et d’un réseau de petites antennes, les forts besoins en connectivité du public et des entreprises auront leur solution. 

De nouvelles bandes de fréquence 5G déjà identifiées

 

  • Les bandes « basses », déjà allouées pour la 2G / 3G / 4G, pourraient être réutilisées pour la 5G.  
  • La bande 3,5 GHz est la première bande 5G offrant un compromis couverture/capacité.
  • La bande 26 GHz, « pionnière 5G », sera principalement utilisée pour des « hot spots ».
  • D’autres bandes hautes seront étudiées lors de la Conférence Mondiale des Radiocommunications en 2019.
LE RÔLE DE L’ANFR 

L’ANFR conduit les négociations européennes et internationales pour identifier les bandes de fréquences 5G. En Europe, deux nouvelles bandes ont déjà été choisies pour la 5G.
Ces négociations ont permis dès 2015 d’harmoniser la bande 3,5 GHz comme bande 5G et de définir les futures bandes candidates pour la 5G comme la bande 26 GHz qui doit faire l’objet d’une harmonisation mondiale en 2019. 

Au niveau national, l’ANFR prépare l’arrivée de la 5G en libérant les bandes de fréquences attribuées à la 5G mais occupées par d’autres utilisateurs. 
Enfin, l’ANFR accompagne les premiers déploiements pilote 5G dans la bande 3,5 GHz des opérateurs de téléphonie mobile et travaille avec l’ensemble des acteurs pour caractériser les réseaux 5G en termes d’exposition du public aux ondes électromagnétiques. 

 

Evolutions technologiques vers des antennes intelligentes

Les réseaux mobiles actuels utilisent des équipements radio appelés « cellules macro » déployés pour assurer la couverture dans les différents territoires. Les antennes diffusent les signaux de manière constante, dans une direction donnée (faisceau).

Le déploiement de la 5G se fera en recourant à des sites « macro » à l’instar des réseaux actuels des opérateurs, mais devrait également s’articuler autour du déploiement de petites antennes installées dans du mobilier urbain.

Pour atteindre les performances annoncées (débits multiplié par 10, latence divisée par 10 et multiples connexions), la 5G reposera notamment sur une nouvelle génération d’antennes, qui orientent les signaux vers les appareils qui en ont besoin. Couplée avec des bandes de fréquences hautes, l’utilisation de ces antennes permettra d’accroître fortement les débits. 

Le rôle de l’ANFR

L’ANFR veille au respect des valeurs limites d’exposition du public aux ondes et gère le dispositif national de surveillance et de mesure des ondes. Un Comité National de Dialogue a été créé par la loi au sein de l’ANFR pour échanger avec les acteurs, partager l’information, la diffuser et favoriser la confiance du public. L’ANFR participe également aux pilotes 5G pour mettre au point les outils relatifs aux contrôles et à la concertation sur l’exposition du public créée par la 5G.

L’ANFR accompagne les premiers déploiements pilote 5G des opérateurs de téléphonie mobile dans la bande 3,5 GHz et travaille avec l’ensemble des acteurs pour caractériser les réseaux 5G en termes d’exposition du public aux ondes électromagnétiques. A l’avenir, les nouvelles bandes 5G (par exemple la 26 GHz) seront plus hautes en fréquences dans les bandes millimétriques, qui correspondent aux bandes de fréquences dont la longueur d’onde est de l’ordre du millimètre. 

Dans ses bandes millimétriques, l’exposition reste localisée à la surface de la peau et l’exposition n’est plus évaluée par le débit d’absorption spécifique (DAS) mais par la densité surfacique de puissance (DSP).

Dans le cadre de la réflexion générale sur l’évaluation de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques des réseaux 5G, l’ANFR a publié aujourd’hui deux rapports, l’un sur une présentation générale de la 5G abordée sous l’angle de l’exposition et l’autre sur les déploiements pilotes menés en France pour tester en grandeur nature les modalités d’un déploiement d’antennes 5G à faisceaux orientables dans la bande 3400-3800 MHz :
L’ANFR a également entamé une étude pour analyser des simulations numériques des niveaux d’exposition créés par la téléphonie mobile dans une zone urbaine très dense, le 14e arrondissement de Paris. Le rapport ci-dessous constitue un point d’étape. Il fournit de premiers ordres de grandeur d’exposition selon différents scénarios identifiés avec le suivi des pilotes 5G et après avoir consulté les équipementiers télécoms et les opérateurs de téléphonie mobile.  Les prochaines phases de ces travaux consisteront à affiner les scénarios de déploiement, en jouant sur les technologies employées et les puissances, dans les différentes bandes de fréquences ouvertes à la téléphonie mobile. L’exposition sera ainsi simulée plus précisément. 

Les rayonnements électromagnétiques de la 5G (ANFR)

La lettre de l’ANFR de Juillet 2019 (lien : Newsletter Météorologie) mentionnait et expliquait comment des satellites météorologiques captaient une partie des émissions électromagnétiques naturelles émises par certaines molécules ou par certains corps à une température donnée. Il existe en fait un grand nombre de façon d’émettre des champs électromagnétiques et tous ces champs sont liés à l’émission d’une particule nommée photon. Comme cela avait été présenté dans le Newsletter sur le graviton, à chaque interaction qui régit notre univers est associée une particule, si le graviton est la particule qui caractérise les champs gravitationnels, le photon est la particule qui caractérise le transport de l’énergie des champs électromagnétiques. L’émission de ces photons peut résulter :

  1. De modifications structurelles atomiques ou moléculaires (que la modification soit spontanée ou initiée comme dans la fusion ou la fission nucléaire) 
  2. De la mobilité des porteurs de charge(s) électrique(s), indépendamment du milieu considéré :
    a. L’agitation thermique: rayonnement de corps présentant une température supérieure à 0K (soit environ -273°C)
    b. La circulation dans le milieu : il peut s’agir de conducteur électrique (c’est dans cette dernière catégorie que ce range la plupart des émetteurs/récepteurs qui [envahissent] notre quotidien), tout comme de plasma (cas du rayonnement électromagnétique issu des arcs électriques issus de la foudre).
    c. L’accélération, par exemple le rayonnement (non thermique) synchrotron issu des pulsars.

Comment fonctionnent les antennes de radiocommunication ?

D’un point de vue général, les antennes de radiocommunication sont basées à ce jour, sur le principe de la circulation de charge le long d’un conducteur. Autrement dit, il est possible de formuler, que tout corps, quel qu’il soit, parcouru par un courant (qui définit en soi la circulation de charges nommées électrons) rayonne simultanément deux types de champs, l’un est dit électrique, l’autre magnétique. Bien qu’ils n’aient pas les mêmes propriétés, les équations de Maxwell, nous apprennent qu’ils sont indissociables l’un de de l’autre. Les variations temporelles de ces deux champs sont identiques à celles du courant qu’il lui donne naissance. Dans la mesure où l’on considère des variations temporelles des courants ou des champs, alors on introduit nécessairement la notion de fréquence. La notion de fréquence est assez simple à appréhender, il s’agit simplement du nombre d’ « oscillations de l’onde radio» durant 1 seconde. Pour obtenir une onde à 1GHz, un courant alternatif doit onduler 1 milliard de fois en 1 seconde. A cette fréquence est associée une longueur d’onde, que l’on pourrait définir simplement comme la longueur physique dans l’espace d’une oscillation. 

Lors de la réalisation d’antenne de radiocommunication, bien que ces champs soient interdépendants, il est possible de privilégier la réception de l’un ou de l’autre. Généralement le choix se fait sur la dimension de l’antenne à réaliser au regard de la fréquence du champ EM à produire ou à capter. On favorise davantage la conception d’antennes privilégiant la réception des champs magnétiques à basse fréquence et des champs électrique à hautes fréquences. En réalité, il serait plus juste de dire qu’à basse fréquence, les comportements des champs électriques et magnétiques sont discernables, ce qui n’est plus le cas en haute fréquence, ou seule la notion de puissance (comprise comme une densité de flux d’énergie assimilable au produit1 des champs électrique E ⃗ et magnétique H ⃗) devient prépondérante. 

 

En quoi les fréquences jouent-t-elle un rôle dans la conception d’une antenne ?  

Il faut d’abord distinguer deux types d’antennes :

  1. Le premier type inclut à la fois la formation du champ électromagnétique et la direction dans laquelle il doit être émis. Antenne dipôle, antenne patch, antenne à réseaux phasés, etc.
  2. Le second type produit le champ EM par l’intermédiaire d’une cavité et utilise un réflecteur pour guider le champ dans une direction privilégier : les antennes paraboliques

Par définition, si tout corps conducteur parcouru par un courant rayonne, son rayonnement est aussi optimisé par la dimension physique qu’il a au regard de la longueur d’onde à émettre ou à capter. C’est une propriété fondamentale. Il faut voir la longueur d’onde comme la longueur physique d’une oscillation de l’onde dans l’espace. Cette longueur est bien entendu, à une fréquence donnée, identique pour le champ électrique et magnétique. Il faut partir du principe que l’intensité du rayonnement du champ électrique est optimisée lorsque la longueur physique du conducteur rayonnant est égale à la moitié de la longueur d’onde. Dans ce cas précis, la surface métallisé présente un ventre de courant à sa surface (et de ventre de tension à ces extrémités) et on dit alors que le l’élément résonne ou entre en résonnance. Bien entendu, pour qu’une antenne émette un champ électromagnétique optimisé au regard de l’énergie électrique qui lui est fourni, elle ne doit pas répondre qu’à cet unique critère. D’autres effets sont à prendre en considération comme par exemple l’adaptation des impédances. On pourrait résumer cet effet comme une forme d’opposition du milieu aux passages du courant. Il faut généralement faire en sorte que cette opposition soit constante sur l’ensemble du parcours du courant jusqu’à l’antenne. Sinon une partie du courant va se réfléchir vers la source. 

Dans le cas d’une antenne parabolique, c’est l’émetteur (généralement une cavité résonnante), qui fait face à la parabole, qui produit le champ électromagnétique idéal. Le réflecteur n‘est là que pour orienter le faisceau dans une direction privilégiée. 

On  comprend ainsi pourquoi les antennes, en général, sont élaborées pour une gamme de fréquences d’utilisation particulière (fréquence centrale et bande passante). La longueur physique de l’élément ou des éléments rayonnants (qu’il s‘agissent de conducteurs ou de cavités) étant fixée dès la conception.  Il est bien entendu possible d’élargir leur gamme de fréquence d’utilisation dans une certaine mesure, en modifiant fictivement les propriétés de résonnance des conducteurs utilisés par exemple par l’emploi d’un substrat (servant de support à l’élément rayonnant) à plus grande permittivité que l’air ou encore en augmentant la largeur du conducteur. 

Champs rayonné et diagramme d’antenne

Lorsque qu’un champ est produit par un conducteur, il rayonne dans tout l’espace, c’est ce que l’on appelle son diagramme de rayonnement. Toutefois, il est possible de faire en sorte de privilégier les directions d’émission des champs.  Par exemple, l’ajout d’un réflecteur (mais encore de toute forme de métallisation connectée à la masse) derrière un conducteur résonnant permet de limiter son rayonnement à la partie supérieure et de minimiser le rayonnement derrière le plan métallique. Suivant la forme de ce réflecteur, on modifie l’énergie émise dans l’autre direction (plan de masse ou parabole). La mise en réseau de métallisation, comme dans le cas des antennes de réception hertziennes qui arborent nos toits permet aussi de privilégier la captation du rayonnement provenant d’une direction privilégiée et généralement celle dans laquelle le diffuseur se situe. Le diagramme de rayonnement de l’antenne est donc directement conçu pour répondre à l’utilisation que l’on fait de l’antenne. Lorsque l’on doit diffuser sur une large couverture (Radio, télévision, mobile) on va privilégier des antennes qui diffusent dans tout l’espace utile. Par exemple, les antennes 4G, produisent des rayonnements en forme de disque incliné, permettant de couvrir de large zone azimutale, tout en minimisant les émissions au-dessus de l’horizon où elles sont inutiles. En revanche un téléphone mobile 4G qui doit pouvoir capter et émettre dans tout l’espace, ne sachant pas où se situe le relais, aura tendance à privilégier des antennes qui diffusent dans l’ensemble de l’espace.  Enfin une station terrienne d’émission ou de réception satellitaire, privilégiera un rayonnement extrêmement intense dans une direction angulaire unique, celle où se  situe le satellite avec lequel elle souhaite communiquer, et dans ce cas les paraboles sont à ce jour les antennes les plus utilisées. 

Les antennes dites « actives » de la 5G c’est quoi ? 

Avant d’introduire les antennes de la 5G, il faut comprendre ce que l’on considère comme une antenne active. Elles sont nommées ainsi pour une raison simple : au lieu de produire un champ électromagnétique dans une direction fixe, leur faisceau est capable de balayer l’espace par des procédés topologiques et d’architecture électronique. Le concept d’antenne active, dite aussi antenne à réseau phasé,  existe depuis plusieurs décennies et a été largement utilisé (et continue à être utilisé) dans le domaine du radar. La téléphonie mobile a donc exploité un concept existant. De nombreux exemples de radars à réseaux phasés existent aujourd’hui, ils sont parfois de dimension réduite, embarqués sur des aéronefs, parfois gigantesques et conçus sur des façades de bâtiments. 

On peut dénombrer trois avantages aux antennes actives :

  1. leur faible épaisseur, rendant ces antennes planaires (elles peuvent être conçues sur n’importe quel type de surface). 
  2. un rayonnement variable dans chaque direction (au cours du temps) du fait de la rapidité de balayage (électronique) du faisceau. 
  3. leur grande directivité (directement proportionnelle au nombre d’éléments qui compose le panneau d’antennes) dans des directions d’intérêt. Cette directivité est une autre façon de décrire leur capacité à concentrer l’intensité de leur rayonnement dans une direction privilégiée.  Par exemple, si le panneau d’antennes est composé de 16 colonnes et de 16 lignes d’éléments rayonnants, alors, il sera possible d’augmenter la puissance rayonnée par le faisceau de l’antenne, de 256 fois dans la direction choisie (par rapport au rayonnement d’un élément). 

 

Une antenne à réseau phasé utilise le principe de l’association des champs d’une multitude de sources à une certaine distance. Généralement, donc, ces antennes sont conçues comme une association d’antennes de même forme et de même dimension. Dans ce cas, l’ensemble des antennes constituant le réseau présentent à la fréquence de résonance voulue le même type de rayonnement EM intrinsèque. Les rayonnements produits par chaque élément s’associent en phase pour augmenter le rayonnement de l’antenne globale dans une direction choisie. Pour offrir une grande directivité du faisceau formé par le panneau, certaines caractéristiques topologiques sont à respecter :

  • au regard de l’espace que les éléments doivent avoir entre eux (positionnement dans le panneau) ou de leur longueur d’onde,
  • au regard de la loi d’illumination des éléments rayonnants du panneau : 
  • en amplitude lorsqu’il s’agit de modifier la forme du diagramme : hauteur et largeur du lobe principal, écart entre lobe principal et lobe secondaire,
  • en phase lorsqu’il s’agit d’orienter le faisceau électronique dans différentes directions.

 

Quelle différence entre antennes active et passive ?

La différence fondamentale est le rayonnement des antennes. Une antenne passive émet de façon homogène et constante sur les azimuts en minimisant les rayonnements vers le ciel ou vers le sol à l’aplomb de l’antenne, la couverture, comme vu précédemment pourrait être schématisée comme une portion de disque, plus ou moins large, inclinée vers le sol. On peut donc considérer que la puissance globale rayonnée par l’antenne est distribuée sur les azimuts. Par ce biais, tous les utilisateurs qui sont dans cette couverture azimutale peuvent communiquer avec la station de base, mais la puissance reçue par chacun d’entre eux est limitée.

Dans le cas des antennes actives, ce n’est plus le cas, seule la direction où se situe l’utilisateur est visée, il n’y a plus d’émission constante dans le temps sur tous les azimuts, mais uniquement sur l’azimut où se situe le bénéficiaire. Si les antennes actives et passives présentaient les mêmes caractéristiques, on pourrait imaginer que l’énergie reçue par l’utilisateur d’une station équipée d’une antenne active recevrait l’ensemble de l’énergie que l’ensemble des utilisateurs de l’antenne passive pourrait recevoir.

En pratique, la situation est bien plus complexe, car deux situations peuvent apparaitre :

  • La première consiste au fait que l’antenne créé plusieurs faisceaux  indépendants pour couvrir les utilisateurs. Chacun de ces faisceaux est formé par des sous-ensembles de la matrice d’éléments rayonnants et utilise la totalité de la bande passante disponible. 
  • La seconde revient à subdiviser la bande passante  (sur laquelle rayonnant l’antenne) en sous-bandes attribuées à chaque utilisateur mais où chaque faisceau formé utilise alors tous les éléments rayonnants du panneau.

Il peut aussi être question parfois d’une combinaison des deux  idées précédentes. Par exemple, en reprenant le cas d’une matrice présentant 256 éléments rayonnants (16 en lignes et 16 en colonne), rien n’empêche d’imaginer que 4 faisceaux soient formés simultanément par 4 sous matrice de 64 éléments (8 en lignes et 8 en colonne) et que donc 4 utilisateurs se partagent  la puissance rayonnée  globale de l’antenne. 

 

Pourquoi la 5G nécessite ce genre d’antenne ? 

L’idée première de la 5G pour les applications à très haut débit2 (Enhanced Mobile BroadBand EMBB) est de fournir une grande quantité d’information en un temps très court. Pour que cette prouesse soit possible, il est nécessaire de disposer d’une importante largeur de bande pour écouler le débit attendu. 

Une telle contrainte oriente l’usage de telles applications à des fréquences dites de « grande capacité » (>3GHz) où le spectre contigüe y est disponible. Toutefois, comme les pertes de propagation de l’onde radio s’accroissent également avec la fréquence, l’augmentation de la directivité des antennes apparaît incontournable pour compenser ces atténuations et conserver des tailles de cellules raisonnables (entre quelques centaines de mètre à quelques km suivant les fréquences considérées). Par ailleurs, la figure 3 nous permet d’observer qu’une antenne est d’autant plus directive que son gain maximum est élevé. Ainsi, lorsque les utilisateurs à couvrir sont en mobilité, le faisceau directif (et étroit) de l’antenne doit être capable de suivre ce dernier. On parle alors d’antennes intelligentes car le balayage du faisceau doit être réalisé en temps réel, ce qui ne peut être fait qu’électroniquement ; ce qui explique le recours aux antennes actives.

Télécom : La 5G en otage

Télécom : La 5G en otage

Yves Gassot, ancien directeur général de l’IDATE DigiWorld dénonce la prise en otage de la 5G dans une chronique de la Tribune

 »

« Je suis écologiste. Je pense que l’on a peut-être survendu la 5G. Ce réseau ne remplacera pas tous les réseaux fixes ou mobiles existants, la disponibilité des performances annoncées sera progressive et il ne suffira pas pour faire basculer nos industries dans l’économie numérique. Mais je regrette que la lutte contre cette norme, qui représente de nombreux progrès par rapport à la 4G, devienne le symbole d’un engagement en faveur de la transition écologique. Reprenons les trois arguments des opposants à la 5G.

Les seuils d’exposition aux ondes sont identiques à la 4G. C’est dangereux ou plutôt c’est éventuellement dangereux. Je voudrais faire remarquer que les seuils d’exposition du public aux ondes électromagnétiques n’ont pas été modifiés pour la 5G. Il sont identiques à ceux que l’on connait pour la 2G, 3G et 4G. Or jusqu’alors, aucune étude officielle française ou internationale n’a fait état d’un danger, y compris au regard des fréquences hautes et millimétriques qui sont ouvertes à la 5G. Naturellement, il est sain que la vigilance demeure et que les études se poursuivent.

Moins d’énergie consommée pour plus de capacité. Deuxième argument, la 5G consommerait trois fois plus d’énergie que les précédents standards. Précisons sur cette question qui parait avoir retenu l’attention des membres de la Convention nationale pour le climat que si les premières stations 5G peuvent consommer effectivement  plus que les 4G, les progrès des antennes, par focalisation des émetteurs, par l’intégration de l’électronique, par des dispositifs de mise en veille, devraient très rapidement permettre d’économiser plus de 50% de l’énergie pour une bande passante (débit et capacité) cinq fois plus élevées. Les réseaux de télécommunications devraient donc continuer à faire état d’une baisse de leur consommation d’énergie. Ajoutons qu’ils devraient avoir beaucoup moins de difficultés que les secteurs des transports à limiter la part de leur consommation fondée sur des énergies fossiles. Bien sûr cette efficacité énergétique (bits/unité d’énergie) du réseau peut se trouver annihiler par la consommation des data centers et des terminaux, la poursuite de l’intensification des usages pour des applications parfois médiocres, ou l’augmentation sans limite de la définition des images. Il y a donc place pour une certaine éducation des usages mais ne caricaturons pas.

 

Un ingrédient utile pour stimuler l’innovation numérique. On en vient ce faisant au troisième reproche : finalement la 5G ne servirait à rien. Je me souviens d’un ministre des PTT qui dans les années 60 ne voyait pas trop pourquoi les français auraient besoin d’un téléphone. Actuellement le trafic sur les réseaux mobiles double tous les 18 mois. Même si les opérateurs vont parfaire leurs réseaux 4G. la première utilité de la 5G sera d’apporter des capacités supplémentaires, par les fréquences qui seront ajoutées ainsi que par son efficacité propre : plus de bits par hertz. On peut faire la fine bouche devant des applications grands publics qui paraissent futiles (n’oublions pas toutefois, les 10% de foyers qui ne seront jamais desservis par la fibre et qui devraient bénéficier d’accès fixes et sans fil grâce à la technologie 5G). Mais les enjeux sont aussi ceux de la numérisation de nos entreprises, de la modernisation de nos systèmes de santé, etc.  Au-delà de la capacité et de la vitesse, la 5G va apporter de la sécurité et de la fiabilité, de la souplesse -c’est un réseau qui sera programmable en temps réel, avec par exemple une latence d’1 milliseconde permettant l’interconnexion de robots sur un site industriel, ou la connexion avec des équipes médicales d’intervention mobile, ou la gestion flexible de milliers de capteurs sur une aire portuaire… Bien sûr, il n’est pas certain que les applications retenues par les centaines de projets expérimentaux conduits actuellement en Europe associant opérateurs, intégrateurs, développeurs et start up à des acteurs de multiples secteurs d’activité préfigurent les priorités qui seront confirmées dans les années qui viennent. Ils illustrent néanmoins le potentiel de cette technologie pour stimuler l’innovation numérique. »

Ne faisons pas de la 5G l’otage du légitime débat que nous devons avoir sur la transition énergétique.

5G: recyclage des smartphones ?

5G:  recyclage des smartphones ?

 

Orange promet de recycler les Smartphones, un sur 23 sur quatre au moment de la 5G. Il est cependant probable qu’il conviendra d’en changer la plus grande partie. De toute manière la durée de renouvellement est  actuellement de deux ans et très exactement en France 21 mois. Un effet de mode évidemment mais aussi une évolution technologique et des services offerts. Pas forcément une pratique très écologique.

«On a installé sur l’ensemble des 600 boutiques d’Orange des points de recyclage et nous comptons utiliser l’arrivée de la 5G, qui va entraîner un certain renouvellement des terminaux (smartphones, NDLR) progressif (…), pour augmenter très fortement l’ambition en termes de recyclage», a expliqué le numéro un d’Orange, Stéphane Richard, interrogé sur France Inter. «

Également interrogé par France Inter, Sébastien Soriano, président de l’Arcep, déclare :

«La priorité des priorités, c’est de mieux encadrer la manière dont les smartphones sont fournis aux clients, la manière dont on les pousse à renouveler leurs smartphones que ce soit par des pratiques commerciales qui donnent des rabais ou que ce soit par obsolescence logicielle», a-t-il ajouté. «On pousse le marché à rentrer dans une enveloppe environnementale raisonnable», a affirmé M. Soriano. «Est-ce qu’il y a de l’obsolescence programmée? On le sait tous très bien», a réagi M. Richard, assurant qu’Orange essaie de s’y attaquer «avec nos moyens, c’est-à-dire le recyclage».

Sondage 5G: 63 % pour

Sondage 5G: 63 % pour

Une enquête* de l’IFOP pour le site Lemon.fr révèle que les Français y sont globalement favorables. 63% des interrogés souhaitent en effet que les pouvoirs publics facilitent le déploiement de la 5G en France.

Un souhait également partagé par une majorité de sympathisants Europe Ecologie Les Verts (57%) et LaREM (81%), ainsi que par les habitants de métropoles administrées par des maires EELV (56%).

Près  d’un Français sur deux serait cependant favorable à la suspension du déploiement de la 5G en France au moins jusqu’à l’été 2021, comme l’ont demandé 70 maires et élus la semaine dernière. Un avis majoritairement partagé par les sympathisants EELV et de LaREM, mais également par les Français se sentant Gilet jaune (73%).

 

Un  Français sur cinq (20%) serait favorable à la destruction des antennes-relais pour protester contre le déploiement de la 5G. Une révolte majoritairement présente chez les sympathisants EELV (29%).

 

*Sondage IFOP pour Lemon.fr, réalisé auprès d’un double échantillon de 1020 Français et de 1031 habitants des communes de 100.000 habitants et plus (dont plus de la moitié de la population est dirigée par des majorités municipales comptant des membres d’Europe Écologie Les Verts dans leurs rangs).

5G : les enjeux de sécurité

5G : les enjeux de sécurité

Karine Picard, DG Oracle France, une chronique de la Tribune évoque  les enjeux de sécurité

 

 

Parmi les sujets soulevés, les antennes cristallisent le débat avec d’un côté les fournisseurs européens historiques (Nokia & Ericsson) et de l’autre, l’outsider chinois Huawei. S’il est vrai que la sécurité des données est indispensable pour garantir la confiance des utilisateurs et une adoption rapide, il est faux de penser que l’antenne garantit à elle seule la protection du réseau. La 5G reposant à 95% sur des environnements virtualisés hébergés dans le cloud, c’est bien l’architecture du réseau qu’il convient de surveiller pour savoir si nos données sont réellement en sécurité.

Vouée à devenir centrale dans notre société - notamment via l’Internet des Objets (IoT) et l’Internet des Objets Industriels (IIoT) - la 5G permet de déployer des services innovants dont on mesure aujourd’hui encore peu l’impact. Le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques M. Cédric O, n’a pas manqué de souligner les progrès qu’elle pourrait apporter à bon nombre de secteurs comme la télémédecine, l’agriculture ou la transition écologique. Sans oublier l’essor des villes intelligentes, les « smart cities », et ses nombreuses applications au bénéfice des citoyens et de l’organisation des services publics (gestion optimisée de l’éclairage, de la circulation, de la distribution d’eau, du ramassage des déchets…).

A travers la sécurité des données et les suspicions de risques d’espionnage industriel, la question « Huawei » détourne en fait le véritable débat. L’antenne 5G n’est en effet qu’un simple point d’entrée comme peuvent l’être la fibre optique ou le satellite. Contrairement aux technologies précédentes (3G, 4G) dont la valeur ajoutée est centrée sur la capacité des opérateurs à déployer des infrastructures télécoms importantes, celle de la 5G ne repose pas sur le point d’entrée, mais sur l’infrastructure cloud sous-jacente. Une fois ce paradigme énoncé, on comprend mieux pourquoi les antennes sont amenées à devenir une commodité et le cœur de réseau, l’objet des convoitises.

Même si les opérateurs seront tentés d’internaliser cette offre, il est peu probable que cette option soit la plus viable économiquement. En réalité, les grands fournisseurs de cloud sont les mieux placés pour proposer aux opérateurs des applications permettant de créer et gérer leurs réseaux 5G. Avec un modèle de paiement à la consommation (« as-a-service »), la gestion d’un réseau 5G ne nécessitera pas d’investir au préalable dans des infrastructures coûteuses, et se fera donc à moindre coût pour les opérateurs.

 L’essor de l’IoT va démultiplier les usages, et donc les points d’entrée pour les acteurs malveillants. Le déploiement de la 5G ne se fera donc pas sans risque – et la gestion des infrastructures sera critique en matière de cybersécurité. Il est donc primordial que les acteurs du cloud deviennent des interlocuteurs privilégiés de l’écosystème.

Outre leur capacité à proposer des offres performantes, ce sont surtout des spécialistes de la cybersécurité. Les nouvelles générations de cloud répondent aujourd’hui à toutes les préoccupations en la matière. Avec une architecture ayant placée la sécurité « by design » au cœur du produit, elles permettent de créer des réseaux entièrement autonomes, dans lesquels l’intelligence artificielle (IA) et le machine learning (ML) assurent l’autonomisation des processus de sécurité et une complète imperméabilité aux attaques extérieures. Ces technologies, en corrigeant les failles automatiquement et en évitant toute erreur humaine, sont extrêmement efficaces pour lutter contre les cyber-menaces. Par ailleurs, ces solutions respectent un cahier des charges strict en matière de chiffrement des données et répondent au mieux aux enjeux de souveraineté.

Le déploiement de la 5G est intimement lié au cloud, et la cybersécurité de l’une dépend indéniablement de celle de l’autre. Sans minimiser l’importance du débat autour du choix des équipementiers, le choix des technologies basses qui composent plus de 95% de la 5G est tout aussi important, et trop souvent oublié. Aujourd’hui, le véritable enjeu dans le déploiement de la 5G en France repose donc ainsi sur les choix technologiques qui seront faits dans les mois à venir pour construire le cœur de réseau des quatre grands opérateurs français. »

__

(*) Par Karine Picard, DG Oracle France.

5G: oui au débat (Arcept)

5G: oui au débat (Arcept)

Le président l’Arcep convient que le débat sur la 5G est normal et regrette dans La Tribune d’avoir sous-estimé les préoccupations sociétales. Des préoccupations qui doivent être prises en compte mais sans remettre en cause le lancement de la nouvelle technologie.( Extrait de l’interview dans la tribune)

Quand l’enchère se terminera-t-elle ?

Quand les opérateurs le voudront ! Nous pensons que l’enchère ne devrait pas durer plus d’une quinzaine de jours. Tout dépendra, après, de l’appétence des opérateurs pour les fréquences, et de l’énergie qu’ils mettront pour que les plus gourmands d’entre eux payent plus cher. Il y aura ensuite, courant octobre, une enchère de positionnement, qui déterminera la place des blocs de fréquences dans la bande. L’enjeu, pour les opérateurs, sera de positionner leurs blocs au mieux par rapport aux fréquences qu’ils possèdent déjà. Certains endroits, sur la bande, sont aussi un peu plus protégés contre les brouillages que d’autres.

Cette vente intervient alors que jamais la défiance envers la 5G n’a été aussi grande. Certains élus et ONG jugent que cette technologie nuira à l’environnement. D’autres fustigent sa nocivité pour la santé. Dans une tribune publiée dimanche, près de 70 élus de gauche et écologistes ont encore demandé un moratoire sur la 5G. Que répondez-vous à ces craintes ?

Nous pensons qu’il faut lancer la 5G mais aussi inventer de nouveaux garde-fous pour répondre aux inquiétudes. Toutes les questions qui sont posées autour de cette technologie sont légitimes, mais elles ne sont pas de nature à remettre en cause son lancement. Notre métier de régulateur, ici, est d’accompagner et d’encadrer les opérateurs. Je rappelle que la 5G est bien leur projet, et non celui de l’Etat. Le temps du monopole public des PTT n’est plus. A travers la 5G, l’enjeu c’est le développement des usages, de la société numérique et ouvrir la porte de l’Internet des objets. Bref, c’est plus de capacités d’échanges pour la société et l’économie.

Un moratoire sur la 5G ?

Un moratoire sur la 5G ?

Des maires écolos , des insoumis et des socialistes réclament un moratoire sur la 5G.

En septembre 2017, 171 scientifiques, issus de 37 pays (99 en Union européenne et 72 dans les autres pays) ont réclamé un moratoire sur le déploiement de la 5G, en attendant que les risques potentiels sur la santé humaine et l’environnement aient été pleinement étudiés par des scientifiques indépendants du secteur.

En 2018, en France, une parlementaire demande au gouvernement de « faire réaliser des études indépendantes et approfondies concernant les effets de la 5G ». Le gouvernement s’engage à travailler avec l’Agence nationale des fréquences et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail « afin qu’elles puissent examiner d’une part, l’exposition aux ondes électromagnétiques et d’autre part, l’impact sanitaire éventuel de ces nouveaux développements technologiques, dès la phase des expérimentations » ( wikipédia)

L’opposition de certains responsables de gauche contre le développement de la 5G se poursuit mais elle apparaît bien tardive au moment où se négocie l’attribution des fréquences. La contestation porte surtout sur d’éventuels effets des ondes électromagnétiques et la consommation supplémentaire d’énergie au fonctionnement de la 5G.

Parmi les signataires, on retrouve onze maires de grandes villes, dont ceux, verts, de Strasbourg, Lyon, Tours, Bordeaux, Poitiers, Marseille, Grenoble et Besançon, ainsi que ceux, socialistes, de Blois, Bourg-en-Bresse et Villeurbanne. S’y ajoutent d’autres élus nationaux, comme les Insoumis Alexis Corbière, Adrien Quatennens, François Ruffin et Jean-Luc Mélenchon, ainsi que les écologistes Yannick Jadot et Julien Bayou.

D’autres arguments sont également évoqués, comme la question de la protection des données personnelles des usagers ainsi que le risque d’aggraver les «fractures numériques existantes». Les maires requièrent donc le droit de choisir «le mode d’accès à Internet et la maîtrise du développement des réseaux numériques» sur leur territoire. Une curieuse conception de l’aménagement du territoire, en outre certaines installations dépassent le champ géographique d’une commune. Notons par exemple que certaines liaisons s’effectuent par satellite ou par le câble qui échappe à la seule responsabilité d’un maire.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol