Archive pour le Tag '50%'

Page 4 sur 11

Climat Espagne : près de 50°

Climat Espagne : près de 50°

La vague de chaleur caniculaire qui frappe l’Espagne a battu samedi le record absolu de température dans ce pays avec 47,4 degrés enregistrés à Montoro, dans la province de Cordoue (sud du pays), selon l’agence météorologique de l’État (AEMET). «Il s’agirait de la température la plus élevée enregistrée en Espagne», a déclaré dimanche le porte-parole d’AEMET, Rubén del Campo, soulignant qu’il s’agissait de données provisoires devant être validées dans les prochains jours.

Climat : près de 50° en Sicile

Climat : près de 50° en Sicile

La péninsule affronte actuellement sa semaine la plus chaude de l’été qui provoque aussi d’immenses incendies  Une vague de chaleur portée par l’anticyclone Lucifer touche cette semaine l’Italie, qui a enregistré mercredi 11 août une température de 48,8 degrés en Sicile, dans la région de Syracuse.

Il s’agit de la température la plus élevée jamais enregistrée en Italie. Le précédent record datait de 1999 avec 48,5 degrés, déjà en Sicile.

Pérou: Pedro Castillo : déclaré vainqueur avec 50,12 % des voix

Pérou: Pedro Castillo : déclaré vainqueur avec 50,12 % des voix

L’autorité électorale chargée d’examiner les recours a ainsi confirmé les résultats délivrés il y a plusieurs semaines par l’Organe national du processus électoral (ONPE). À l’issue du dépouillement de 100% des bulletins de vote, l’ONPE avait donné Pedro Castillo, 51 ans, vainqueur avec 50,12% des voix, contre 49,87% des suffrages à sa rivale, Keiko Fujimori, 46 ans. Selon les résultats validés par le JNE, Castillo l’emporte avec 44.263 voix d’avance sur la fille de l’ancien président Alberto Fujimori (1990-2000).

La mission d’observation de l’OEA, les États-Unis et l’Union européenne ont estimé que le scrutin au Pérou avait été libre et transparent. Pedro Castillo prendra ses fonctions le 28 juillet, jour de l’expiration du mandat du président intérimaire Francisco Sagasti.

Tarifs électricité : plus 0, 50 % au 1er août

Tarifs électricité : plus 0, 50 % au 1er août

Discrètement mais de manière irréversible, les tarifs des services et de certains produits augmentent depuis le début de l’année sans que pour autant les revenus des Français suivent. Ainsi la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a proposé lundi une hausse de 0,48% TTC des tarifs réglementés de vente d’électricité en France pour les particuliers à compter du 1er août.

Elle propose également de relever de 0,38% les tarifs réservés aux professionnels.

« Cette évolution représente une hausse d’environ 4 euros/an sur la facture d’un client résidentiel et 6 euros/an pour un client professionnel », précise la CRE dans un communiqué.

Les ministres de l’Energie et de l’Economie ont la possibilité, dans un délai de trois mois, de s’opposer à la proposition de la CRE et de lui demander, le cas échéant, d’en formuler une nouvelle.

Brexit: le Royaume-Uni doit 50 milliards à Bruxelles

Brexit: le Royaume-Uni doit 50 milliards à Bruxelles

Une somme autour de 40 milliards était prévu pour la facture du Royaume-Uni à l’Union économique après le berxit. En fait, le montant total pourrait atteindre de leur de 50 milliards. Il est peu vraisemblable que Boris Johnson honore cet engagement plus que les autres. Quelques milliards seulement seront versés en 2021 et la suites sans doute aux calendes grecques ou jamais.

Dans son rapport budgétaire pour 2020, l’Union européenne affirme que cette somme, de près de 50 milliards d’euros, est due en vertu d’une série d’articles que les deux parties ont acceptés dans le cadre de l’accord de retrait du Brexit. Et si les Britanniques ne contestent en rien le fait de devoir verser une certaine somme à Bruxelles, jeudi 8 juillet, le Financial Times rapportait pour sa part que le Trésor britannique avait insisté sur un point en particulier : à savoir, que le règlement financier du Brexit reste dans la fourchette comprise entre 40,74 milliards d’euros et 45,40 milliards d’euros. Quoi qu’il en soit, un premier paiement de 6,8 milliards d’euros devrait être perçu en 2021. Le reste de la somme pourra en revanche être versé ultérieurement, est-il précisé dans le rapport budgétaire de l’Union européenne.

(Avec Reuters)

Covid Royaume-Uni, 50% de vaccinés parmi les morts du variant delta

Covid Royaume-Uni, 50% de vaccinés parmi les morts du variant delta

 

Sur 117 personnes décédées du variant Delta 50 étaient complètement vaccinées (42,7% du total) et 20 primovaccinées (17,1%). Autrement dit, 59,8% des personnes décédées en raison du variant delta.

Environ 92 000 infections par ce variant ont été recensées entre le 1er février et le 21 juin (dont près de 80 000 dans les vingt-huit derniers jours), d’après le dernier bulletin publié vendredi. Dans presque 66,4 % des cas de variant delta pour lesquels on connaît le statut vaccinal (81 014 cas), les personnes infectées n’étaient pas vaccinées ; 7,7 % avaient reçu une première dose depuis moins de 21 jours, 16,9 % depuis plus de 21 jours, et 8,9 % disposaient de deux doses. Les moins de 50 ans sont surreprésentés puisqu’ils représentent 89,6 % des cas. Ces derniers étaient (toujours pour ceux dont on connaît le statut vaccinal) à 72,8 % non-vaccinés. Les autorités britanniques font observer que nombre de décès pourrait être imputé à d’autres pathologies que le seul variant Delta. À noter aussi que nombres de jeunes sont concernés. Bref, on voit mal comment l’Europe pourrait continuer à lever complètement toutes les mesures restrictives alors que le variant Delta particulièrement contagieux( pas forcément plus mortel) qui va contaminer de plus en plus de monde se répand à grande vitesse.

Présidentielle Pérou : Castillo contesté avec 50,1%

Présidentielle Pérou : Castillo contesté avec 50,1%

des résultats très contestés aux élections présidentielles du Pérou. Le socialiste Pedro Castillo était donné mardi en tête de l’élection présidentielle au Pérou avec 50,1% des voix, contre 49,9% pour sa rivale conservatrice Keiko Fujimori, après le dépouillement de l’ensemble des bulletins de vote.

L’issue du scrutin du 6 juin, qui a mis en relief de profondes divisions dans le pays, reste toutefois incertaine, Keiko Fujimori ayant dénoncé sans preuve une fraude électorale et demandé l’annulation de certains bulletins.

Tesla: » oui aux bitcoins produits « avec 50% d’énergie propre » !!!

Tesla: » oui aux bitcoins produits « avec 50% d’énergie propre » !!!

 

  • Nouveau changement de discours du patron de Tesla, Musk. Ce dernier avait d’abord servi la cause du bitcoinsen indiquant que son entreprise avait investi environ  1,7 milliards, cet dans cette cryptomonnaiee. Ensuite il avait proprement démoli le bitcoins, ce qui avait notamment provoqué un phénomène important de baisse. Maintenant, il se ravise et déclare qu’à nouveau l’entreprise pourrait accepter les bitcoins à condition qu’ils soient produits par au moins 50 % énergie propre. Autant dire des bitcoins à moitié verts. En réalité forcément gris voir totalement noir car qui ira voir dans quelles conditions sont produits ces bitcoins dans la mesure où la plupart d’ailleurs sont extraits en Chine pays où les énergies polluantes dominent notamment le charbon.

« Lorsqu’il sera confirmé que les mineurs (de bitcoin) utilisent une quantité raisonnable d’énergie propre (environ 50%) avec une tendance à l’amélioration, Tesla recommencera à autoriser les transactions en bitcoins », a écrit le multi-milliardaire sur son compte Twitter dimanche.

La revue scientifique Nature a récemment publié une étude montrant que les « mines » de bitcoins en Chine, qui alimentent près de 80% du commerce mondial de cryptomonnaies et fonctionnent en partie grâce à des centrales à charbon, risquent de compromettre les objectifs climatiques du pays.

L’homme d’affaires réagissait dimanche à un article évoquant la possibilité qu’avec ses tweets, qui font régulièrement bouger la valeur du bitcoin dans un sens ou dans l’autre, il manipule les cours du marché au bénéfice de son entreprise.

COVID-19 France : UN TAUX D’INCIDENCE entre 50 et 200

COVID-19 France : UN TAUX D’INCIDENCE entre 50 et 200

Ces derniers jours, dans plusieurs départements français, le taux d’incidence est passé sous la barre des 50 cas de Covid-19 par semaine pour 100.000 habitants. La Martinique (27,3), Mayotte (22,9), la Charente-Maritime (39,1), les Alpes-Maritimes (45,1), mais aussi la Corse du Sud (21,5) et la Haute-Corse (37,9) sont ainsi sous ce seuil d’alerte, d’après le dernier bilan de Santé Publique France. Le Gers est lui à 50 pile.

Au niveau national, ce taux a chuté depuis la mi-avril - où il était de plus de 360 – et stagne depuis quelques jours entre 120 et 130. Un niveau qui n’avait pas été obtenu depuis fin décembre.

Le taux d’incidence est ainsi de 210,1 en Seine-Saint-Denis, de 194,1 dans le Val-de-Marne, de 190 dans l’Oise, de 195,1 dans le Val-d’Oise ou encore de 180,6 dans la Sarthe.

 

Covid : Un plan de 50 milliards de dollars du FMI

Covid : Un plan de 50 milliards de dollars du FMI

    •  La proposition du FMI s’appuie sur les efforts déjà entrepris par le programme ACT, dit « accélérateur ATC », lancé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les Nations unies. La mise en œuvre du plan coûterait quelque 50 milliards de dollars, associant des subventions à hauteur de 35 milliards de dollars et des financements gouvernementaux pour 15 milliards. Toutefois, selon les auteurs du projet, il manque encore près de 13 milliards de dollars de financements supplémentaires des pays du G20 pour atteindre l’objectif de 50 milliards de dollars.
    • Sur le volet de la vaccination, le FMI prévoit qu’environ un milliard de doses pourraient être distribuées cette année même si les pays donnaient la priorité à leurs propres populations ( Référence à l’Inde !)  et qu’un milliard de doses supplémentaires devraient être produites d’ici début 2022 pour faire face aux risques de détérioration de la situation sanitaire.

Réduire de près de 50 % la pollution d’ici 2030

Réduire de près de 50 % la pollution d’ici 2030

 

A l’occasion de la Journée de la Terre, le secrétaire général de l’ONU , António Guterres, lance un appel dans le Monde à tous les pays, toutes les villes, entreprises et institutions financières pour adopter des plans concrets et rapides, afin d’arriver à zéro émission de gaz à effet de serre.

 

Tribune.

En cette année charnière pour l’humanité, l’heure est venue de prendre des mesures courageuses en faveur du climat. Les faits, sur le plan scientifique, sont sans appel et font l’objet d’un consensus à l’échelle mondiale : pour que la crise climatique ne se transforme pas en catastrophe permanente, nous devons limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius.

Pour ce faire, il nous faut, d’ici au milieu du siècle, ramener à zéro les émissions nettes de gaz à effet de serre. Un grand nombre de pays, correspondant aux deux tiers environ de l’économie mondiale, se sont déjà engagés à le faire. C’est encourageant, mais il est urgent que chaque pays, chaque ville, chaque entreprise et chaque institution financière rejoigne cette coalition et adopte des plans concrets pour arriver à zéro émission nette.

Il est encore plus urgent que les gouvernements assortissent cette ambition à long terme d’actions concrètes dès maintenant, alors que des milliards de dollars sont mobilisés pour vaincre la pandémie de Covid-19. La relance de l’économie est l’occasion ou jamais de repenser notre avenir.

Pour cela, le monde s’est doté d’un solide cadre d’action : l’accord de Paris, dans lequel tous les pays se sont engagés à établir leurs propres plans d’action nationaux pour le climat et à les renforcer tous les cinq ans. Plus de cinq ans plus tard, munis de la preuve accablante que, si nous n’agissons pas, nous allons détruire notre planète, nous savons qu’il est temps de prendre des mesures décisives et efficaces, alors que l’ONU convie tous les pays à Glasgow (Ecosse) en novembre 2021 pour la COP26.

 

D’ici à 2030, les nouveaux plans d’action nationaux doivent réduire d’au moins 45 % la pollution mondiale générée par les gaz à effet de serre, par rapport aux niveaux de 2010. Nombre de ces plans ont déjà été présentés, qui énoncent des politiques plus claires en matière d’adaptation aux effets des changements climatiques et d’accélération de l’accès aux énergies renouvelables.

Mais, jusqu’à présent, ils ne permettent de réduire les émissions que de moins de 1 %. C’est là, véritablement, un signal d’alarme maximal pour la planète et pour ses habitants.

Dans les mois qui viennent, à commencer par le prochain sommet des dirigeants organisé par les Etats-Unis, les gouvernements doivent revoir leurs ambitions très nettement à la hausse, en particulier les pays les plus émetteurs, qui sont à l’origine d’une grande partie de cette crise.

50 députés objets de menaces de mort

50 députés objets de menaces de mort

Accompagnées de photos, des menaces, non revendiquées et sans motif clair, ont été envoyées par courrier électronique à des élus tels André Chassaigne (PCF), Éric Ciotti (LR) ou Alexis Corbière (LFI). Le titulaire LREM du perchoir n’a pas été visé mais des députés de la majorité l’ont été.

Au nom de l’Assemblée nationale, le président de l’assemblée va effectuer un signalement en application de l’article 40 du code de procédure pénale. Les députés sont régulièrement la cible de menaces, notamment sur les réseaux sociaux.

Covid-19 : la vaccination aux 50 à 64 ans, encore une fausse promesse !

 

Covid-19 : la vaccination aux  50 à 64 ans, encore une fausse promesse !

Alors que la France est même incapable de vacciner l’ensemble de la population des plus de 75 ans les promesses de vacciner d’autres catégories se multiplient. Ainsi on a appris que les médecins généralistes seraient autorisés à vacciner certains patients. De la même manière, on a annoncé que les salariés pourraient bénéficier de vaccination prioritaire. Récemment le ministre de la santé a annoncé que la vaccination serait ouverte aux personnes âgées de 50 à 64 ans. Dans la réalité, la plupart des centres de vaccination ne disposent plus de réserves de vaccins, sont fermés et ne répondent à aucun appel téléphonique.

Olivier Véran a pourtant indiqué que la campagne de vaccination va prendre « encore plus d’ampleur en mars » avec l’accès au vaccin AstraZeneca pour tous les Français âgés de 50 à 64 ans.

Sondage PME : 50 % se sentent menacées

Sondage PME : 50 % se sentent menacées

Selon une étude dont rend compte l’AFP,  une entreprise sur deux se sent menacée dans son existence.. Le chiffre exact est de 54 % sur l’enquête de janvier tandis que le chiffre n’atteignait en quelque sorte que 47 % dans l’enquête de septembre. Une évolution négative assez significative et qui rend compte de la dégradation de la situation économique.

 

En septembre bien entendu les opérateurs économiques étaient conscients de la baisse d’activité qui avait concerné l’ensemble l’activité en général et de certains secteurs en particulier. En moyenne donc l’activité économique  a accusé une baisse de l’ordre deux 10 % en 2020 mais pour certains secteurs la diminution peut atteindre 20 %, 50 % et même 80 % notamment dans l’hôtellerie restauration et le tourisme.

Le pessimisme est alimenté maintenant par la hausse presse exponentielle de la pandémie sous l’effet en particulier de la progression des variants du virus. Mais ce pessimisme se nourrit aussi de l’attentisme encore grandement renouvelé chez les investisseurs et les épargnants qui ne voient pas le bout du tunnel. Le plus inquiétant c’est que 30 % des entreprises envisagent des réductions de personnel conséquence mécanique de la baisse d’activité.

Un chef d’entreprise sur deux (49%) estime « ne pas être en capacité de supporter un troisième confinement », selon une enquête réalisée par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) auprès de ses adhérents et publiée mardi.

Sur 2.400 dirigeants de PME et de très petites entreprises (TPE) qui ont répondu du 7 au 20 janvier à un questionnaire de leur organisation, 54% se déclarent en outre « inquiets sur la pérennité de leur entreprise », contre 47% lors d’une précédente enquête en septembre.

A 53%, ils considèrent que la mise en place du couvre-feu freine leur activité, et un tiers (33%) « ont le sentiment que leur entreprise est sous perfusion de l’Etat ». Interrogés sur l’évolution de leur chiffre d’affaires en novembre et décembre 2020 par rapport à la même période de 2019, les deux tiers (65%) disent qu’il a baissé, un sur cinq qu’il est stable et 15% font état d’une hausse.

Concernant leurs effectifs, ils sont en baisse dans 30% des cas, stables dans 61% des entreprises et en hausse dans 9%.« Pour 2021, les perspectives sont mitigées, mais pas catastrophiques. Si 52% des répondants prévoient une baisse de chiffre d’affaires dans les prochains mois, 48% anticipent un maintien ou même une hausse », relève l’organisation patronale dans un communiqué.

 

« De même, si 25% envisagent de réduire leurs effectifs, 66% pensent le maintenir et 9% prévoient de recruter », poursuit la CPME.

Autre signe d’inquiétude, les chefs des petites et moyennes entreprises sont de plus en plus nombreux à douter de leur capacité à rembourser leurs dettes ou à payer leurs charges.

Une entreprise sur deux a bénéficié de reports de cotisations fiscales ou sociales, et parmi celles-ci, plus d’une sur trois (36%) pense ne pas être en capacité de les rembourser, contre 28% en septembre.

Quant au prêt garanti par l’État (PGE), auquel 58% des PME et TPE répondantes disent avoir eu recours, près d’une sur deux (45%) parmi ces bénéficiaires pense ne pas pouvoir le rembourser, contre une sur trois (34%) il y a quatre mois.

Enfin, seul un quart (26%) des dirigeants de PME/TPE se sentent concernés par le plan de relance du gouvernement, et uniquement un sur dix dit en connaître les modalités.

Les réponses ont fait l’objet d’un redressement pour tenir compte d’une surreprésentation de l’hébergement-restauration et des salles de sport et d’une sous-représentation du bâtiment, précise la CPME.

Covid : IMMUNITÉ COLLECTIVE avec 50 à 60 % de vaccinés ?

Covid : IMMUNITÉ COLLECTIVE avec 50 à 60 % de vaccinés ?

Karine Lacombe, infectiologue et cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, n’est pas favorable « à la vaccination obligatoire ». Car « avec un vaccin efficace à 95% », nul besoin de vacciner tous les Français afin d’assurer une immunité de groupe dans la population française. Publicite

« Il suffit que la couverture vaccinale atteigne 50 à 60% pour que l’intégralité de la population soit immunisée, même ceux qui ne veulent pas se vacciner pour protéger les autres », détaille-t-elle.

Jean-Stéphane Dhersin, épidémiologiste et directeur adjoint scientifique de l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions du CNRS, explique les raisons pour lesquelles ce chiffre pourrait en effet être suffisant.

« En terme d’immunité collective, il est difficile de savoir où l’on se situe car cela dépend du R0 sous-jacent. Pour s’assurer l’immunité collective, il faudrait être aux alentours de 60% de la population française immunisée. »

 6,33 millions de Français de 15 ans et plus ont été contaminés par le Covid-19, soit un peu plus de 11% de la population, soulignait de son côté l’Institut Pasteur début décembre. Si l’infection à Covid-19 ne garantit pas une immunité parfaite et durable, il est à noter que les cas documentés de réinfection restent à ce jour assez isolés.

123456...11



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol